Archives par mot-clé : veille

Veille scientifique et web 2.0 : une carte mentale

Le service Veille et analyses de l’IFÉ participe cette année au programme des formations doctorales de l’Université de Lyon, avec deux propositions.
L’une des formations s’intitule « Approche internationale de la recherche en éducation et formation » (4 demi-journées) ; elle se déroulera en mai à l’IFÉ et sera animée par Annie Feyfant.

L’autre, qui s’achève prochainement, porte plus spécifiquement sur « Comment construire sa veille scientifique et optimiser ses méthodes de travail grâce au web 2.0 ?« . Elle s’adressait en priorité aux doctorants de sciences humaines et sociales de l’Université de Lyon.

La préparation de cette formation nous a conduit, avec mon collègue Rémi Thibert, à concevoir une carte mentale sur les outils pouvant être mobilisés pour instrumenter telle ou telle étape du cycle de veille. Nous la rendons publique ici, comme une contribution à la réflexion de toux ceux et toutes celles qui doivent mener une veille dans le cadre de leurs activités de recherche. Et nous vous invitons à réagir, compléter, commenter,… pour nous aider à en faire une carte évolutive.

Lien vers la version téléchargeable, avec une arborescence cliquable :
http://www.xmind.net/m/WL2F/

 

Cette carte comporte donc quatre entrées majeures, correspondant aux étapes en question :

– recherche / consultation (mode pull) :
Cette branche dresse une typologie des ressources à exploiter. Elle regroupe à la fois les ressources consultables pour suivre l’actualité professionnelle en lien avec son thème de recherche et les sources scientifiques à interroger pour enrichir sa bibliographie ; elle signale également l’intérêt des outils terminologiques pour se forger son vocabulaire (multilingue) de spécialité.

– collecte, surveillance (mode push) :
Sont rassemblées ici toutes les technologies permettant de faire venir à soi de l’information plus ou moins ciblée : depuis les abonnements à des listes de diffusion à la création d’alertes « à la carte » et à la surveillance de pages web bien spécifiques. Sont également mentionnés quelques outils permettant de gérer des flux RSS ou des flux de tweets.

– traitement, exploitation :
Cette branche recense tous les outils permettant de stocker une collection d’information, qu’il s’agisse de signets, de notes, de références bibliographiques, d’images ou tout simplement d’idées. Tous ces outils comprennent plusieurs fonctionnalités pour organiser sa collection (dossiers, tags, listes, etc.). La plupart propose aussi des fonctions de partage pour travailler à plusieurs sur une même collection.

– diffusion, partage :
Les outils mentionnés dans la branche précédente offrent le plus souvent la possibilité de rendre publique tout ou partie de sa collection (de signets, de notes, de références,…). Sont regroupés aussi ici les outils de curation, permettant d’automatiser la diffusion, ceux plus dédiés à l’analyse qu’à l’actualité et ceux facilitant les échanges entre pairs.

Une dernière branche est libellée « optimisation du processus de veille » : elle propose quelques sites spécialisés sur la veille et quelques tutoriels sur les principaux outils référencés dans les autres branches. Elle mentionne également certains outils permettant de personnaliser davantage son environnement de veille.

Bien souvent, la plupart des outils web 2.0 peuvent être utilisés à la fois en amont (surveillance) et en aval (exploitation et diffusion) du cycle de veille, c’est d’ailleurs une de leurs caractéristiques distinctives. Les choix faits ici sont donc discutables et la carte pourrait être très différente, en particulier s’il s’agissait d’une veille technologique, d’une veille juridique, etc.
Et la carte n’a aucune prétention à l’exhaustivité… au contraire : elle comporte sans doute trop d’outils… du fait que nous ne les avons pas tous testés et que nous ne sommes pas toujours en mesure de conseiller l’un plutôt que l’autre.

En tout état de cause, le temps où la veille s’envisageait comme un système « tout en un » que seuls les grands comptes pouvaient s’offrir et dans lequel il suffisait de fournir une fois pour toutes les bonnes sources d’information, de paramétrer leur surveillance et de définir le format et la fréquence à laquelle on souhaitait recevoir les nouveautés, semble révolu… pour ce qui concerne les sciences humaines et sociales en tous cas.
Aucun « système » ne permet aujourd’hui de gérer l’ensemble du processus tant le paysage des « producteurs » et des « diffuseurs » en matière d’information scientifique et technique est fragmenté ; chacun fait désormais « sa » veille, construit et ajuste son environnement de travail et apprend peu à peu à miser sur les réseaux sociaux pour en déléguer une partie à d’autres… pour le moment !… Gageons que le web des données rendra nécessaire des technologies plus intégrées, à la portée de tous !

Optimiser son navigateur internet pour la veille

En janvier aura lieu notre prochaine session de formation « Se répérer et organiser sa veille ». outre un apport de connaissances relatives au champ de la recherche en éducation, nous proposerons aussi de manipuler des outils utiles au travail de veille et de diffusion. L’objet de cet article n’est pas de présenter ces outils (cela a déjà été fait pour certains dans ce blog) mais de mentionner l’existence de petits modules complémentaires qui viennent s’ajouter au navigateur pour en optimiser l’utilisation et en faire un vrai outil de travail.

Ces programmes fonctionnent avec le navigateur Firefox (libre et multiplateforme : Windows, Mac et Linux) et sont connus sous le nom de « plugins », « modules complémentaire » « extensions » ou encore parfois « add-ons », selon les versions du navigateur. Nous ne ferons pas une liste exhaustive de ces modules complémentaires (il y en a des centaines) mais nous en mentionnerons quelques uns qui permettent d’utiliser plus efficacement les outils que nous présentons dans notre formation. Précisons qu’il existe aussi certaines extensions pour le navigateur Chrome.

***********************

Sommaire

*********************** Continuer la lecture de Optimiser son navigateur internet pour la veille

Utiliser Twitter pour faire de la veille

Ceci est le deuxième billet que je publie qui reprend une partie de ce que j’ai présenté lors de la formation que la VST a dispensé en décembre 2009.  Il peut être mis en relation avec un précédent billet sur les moteurs de recherche pour une veille plus efficace. En effet, je compte présenter comment il est possible d’utiliser la plateforme de micro-blogging Twitter pour assurer une veille quotidienne (ou du moins régulière). Twitter a déjà été présenté dans ce blog. Mais si l’article de l’an passé s’intéressait davantage à son utilisation dans un cadre pédagogique et institutionnel, il n’abordait pas l’aspect veille que l’on peut en tirer. Pour plus d’informations sur l’histoire et la prise en main de Twitter, vous pouvez vous référer au document publié par le Centre de documentation pédagogique d’Indre et Loire (pdf). Pour des usages pédagogiques, le site du Center for learning & performance technologies (C4LPT) publie aussi un guide (en anglais).

Micro-blogging VS flux RSS

Les flux RSS sont entrés dans les mœurs des internautes qui font de la veille. Des agrégateurs de flux RSS (Netvibes, Google reader, etc.) permettent de s’abonner aux nouvelles publications des sites que nous avons sélectionnés au préalable. Le choix des sites à suivre nous incombe. Sur une plateforme de micro-blogging, la logique n’est pas la même : nous suivons des personnes (et non des sites) que nous considérons comme pertinentes dans un domaine donné et nous nous en remettons donc à elles pour sélectionner des sources et des informations. La sélection de ces personnes à suivre est importante. Continuer la lecture de Utiliser Twitter pour faire de la veille