Exprimez vos besoins en formation continue et développement professionnel

Le Centre national d’étude des systèmes scolaires (Cnesco) organisera sa prochaine conférence de comparaisons internationales sur la formation continue et le développement professionnel des personnels d’éducation dans la semaine du 16 au 20 novembre 2020.
 
Afin de préparer cette conférence, le Cnesco lance une enquête adressée aux personnels d’éducation : enseignants du 1er degré (y compris les directeurs d’école), enseignants du 2nd degré et conseillers principaux d’éducation, personnels de direction. Les questionnaires portent sur l’ensemble du parcours de formation continue, de l’accès à l’offre de formation jusqu’à la phase post-formation.
 
À la rentrée 2020, le Cnesco publiera également un dossier sur la thématique suivante : « Numérique, enseignement et apprentissage ». Le Cnesco se saisit des questionnaires sur la formation continue pour poser quelques questions aux enseignants sur leur utilisation du numérique pendant la période de confinement, afin de mieux comprendre les opportunités et les difficultés rencontrées au cours de cette période difficile
 

 Le Cnesco vous donne rendez-vous sur son site pour remplir le questionnaire du 10 juin au 15 juillet 2020, une démarche qui vous prendra une vingtaine de minutes environ. Participer et faire participer à cette enquête, c’est enrichir les ressources produites par le Cnesco à partir desquelles seront construites des préconisations. 

Le Cnesco remercie par avance tous les personnels qui auront apporté leur contribution à cette enquête.

Savantes et politiques : un Dossier de veille sur les sciences humaines et sociales à l’école

« Histoire-géographie-géopolitique-sciences politiques », « sciences humaines dès trois ans », « éduquer aux sciences humaines et sociales ». La première de ces trois expressions est l’intitulé du nouvel enseignement de spécialité proposé en France aux élèves entrés en Première générale à la rentrée scolaire de septembre 2019 ; la deuxième est le titre d’un numéro de Traces de changement (novembre-décembre 2018), une revue professionnelle portée par le mouvement pédagogique belge Changements pour l’égalité ; la troisième reprend le thème de la récente livraison (automne 2019) de la revue de recherche québécoise Éducation et francophonie. C’est donc bien à la croisée de l’actualité des politiques et des réformes éducatives, des préoccupations des enseignantes et des enseignants, des chercheuses et des chercheurs en éducation, tant en France qu’à l’étranger, que se situe le Dossier de veille n° 135 intitulé Enseigner les sciences humaines et sociales : entre savoirs et société.

Continuer la lecture de Savantes et politiques : un Dossier de veille sur les sciences humaines et sociales à l’école

Enseignants et chercheurs en éducation : un mariage impossible ?

Depuis la réforme de la formation des enseignants engagée en 2010 et prochainement remaniée en 2020, la mastérisation des concours d’enseignement rend nécessaire pour les futurs professeurs de s’interroger sur la construction et la circulation des savoirs issus des recherches en éducation. En mai 2019, un arrêté pris dans le nouveau cadre national des formations aux métiers du professorat et de l’éducation, a réaffirmé que cette mastérisation requiert une formation à et par la recherche en éducation.

Autrement dit, les contenus de la formation doivent s’appuyer sur des travaux de recherche tout en initiant les étudiants-stagiaires eux-mêmes à la recherche expérimentale, de façon à les familiariser avec les démarches scientifiques et en particulier avec l’observation et l’analyse des pratiques professionnelles. Le raisonnement, déjà développé dans un rapport de 2018, est le suivant : si on immerge les enseignantes et les enseignants dans une culture de recherche scientifique en éducation, ils développeront « naturellement » cette compétence qu’ils pourront ensuite mobiliser en classe.

Pourquoi les politiques éducatives prescrivent-elles aux enseignants de mobiliser les résultats de la recherche, et comment ces résultats peuvent-ils être mis en pratique concrètement dans la classe ?

Continuer la lecture de Enseignants et chercheurs en éducation : un mariage impossible ?

Quelle place pour le corps adolescent au collège ?

En 2019, le corps de l’élève peine encore à être reconnu comme un élément central dans les processus d’apprentissage. Il est en fait encore perçu comme un élément séparé de l’esprit à éduquer, selon la conception héritée de Descartes qui distingue deux substances dans la constitution des êtres humains. Le corps d’élève adolescent, en proie à de nombreuses transformations physiologiques et psychiques, se trouve alors contraint et discipliné par l’organisation spatio-temporelle de l’école.

Le corps de l’élève, une construction sociale

Cette idée selon laquelle le corps ne serait que naturel et biologique est pourtant déconstruite depuis, entre autres, les travaux du sociologue Marcel Mauss (notamment sa conférence « Les techniques du corps » en 1934) qui considère que le corps est le résultat d’une construction sociale, un matériau dans lequel viennent s’imprimer les marques et les traces d’une culture donnée dans une société donnée. Il n’existerait pas de façon « naturelle » de se développer, de bouger, de se comporter pour le corps humain.

Les gestes, les mouvements qui nous paraissent ordinaires ou allant de soi, comme la marche, la nage, sont en réalité le reflet d’une éducation qui institue les façons dont les êtres humains apprennent à se servir de leur corps. C’est d’ailleurs comme cela que se développent les stéréotypes de genre qui impactent les adolescents. Le biologique et le psychique semblent donc bien interagir de façon bidirectionnelle et indissociable. Toute expérience vécue par le corps permet à la conscience de se développer, le « corps vécu », comme l’a nommé Françoise Héritier en 2006, se voyant modifié par de nouvelles expériences physiques et affectives, par les relations entre les individus.

Continuer la lecture de Quelle place pour le corps adolescent au collège ?

D’où vient le terme … apprenant

Nation apprenante, où est passée l’éducation ?

Cet article se propose de parcourir le panorama de l’utilisation du terme  « apprenant », fort diffusé en ces temps de confinement. Quelles sont ses utilisations et que recouvre-t-il ?

Afin d’assurer une forme de continuité pédagogique, « l’école à la maison », le Ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse a lancé le 18 mars 2020, au surlendemain du confinement, l’opération « nation apprenante ». Mise en place en concertation avec les médias France Télévisions, Radio France et Arte, elle s’apparente ainsi à une palette d’émissions éducatives. Où est donc passé le terme «  éducation » ? Est-il en passe de devenir obsolète, anachronique, ou désuet ? Quelles raisons poussent à substituer l’adjectif substantivé « apprenant » à celui « d’éducatif » qui prévalait jusqu’alors ?

Pour mieux saisir ce changement de vocable, revenons sur les tribulations de ce terme d’apprenant, qui au gré de publications et de déclarations politiques, a été accolé successivement à de nombreuses structures comme « organisations », « communautés », « établissements », « territoires » puis « société », « académies » et désormais « vacances » ou « colonies ».


Continuer la lecture de D’où vient le terme … apprenant

Effets du confinement sur l’activité des professionnel.le.s de l’enseignement : lancement d’une enquête

L’institut français de l’Éducation (ENS de Lyon) lance une enquête à destination des enseignant.e.s et professionnel.le.s de l’éducation, de la maternelle au supérieur.

La récente période de confinement strict a amené l’ensemble des acteurs de l’enseignement à une reconfiguration rapide et a priori très significative de leur activité professionnelle.

L’IFÉ-ENS de Lyon travaille depuis longtemps, dans le cadre de ses travaux de recherche, de formation et d’accompagnement des acteurs, sur la réalité des activités d’enseignement et d’appui à l’enseignement, ainsi que sur les conditions de travail des acteurs éducatifs.

Cette enquête s’inscrit dans le cadre de recherches articulant approches qualitative et quantitative, dont l’objectif est de comprendre les effets de court terme mais également de moyen-long terme de l’enseignement à distance mis en œuvre en contexte de confinement sur les activités de l’enseignement et de l’appui aux enseignants.

Il s’agit également de qualifier l’expérience vécue et de vous donner l’occasion d’exprimer votre point de vue en tant que professionnel-le sur cette période “extra-ordinaire”. 

Continuer la lecture de Effets du confinement sur l’activité des professionnel.le.s de l’enseignement : lancement d’une enquête

École et parents : des relations en tension

L’équipe Veille & Analyses s’interroge dans la période actuelle sur la façon dont les relations entre les parents et l’école se reconfigurent, et publie dans les prochaines semaines une série d’articles consacrés à ces relations. En se basant notamment sur le Dossier de veille d’Annie Feyfant publié en janvier 2015 « Coéducation : quelle place pour les parents ? » et en proposant des lectures de travaux de recherche plus récents, les articles aborderont les thématiques suivantes :

  • qu’entend-on par « continuité pédagogique » et comment ce dispositif s’inscrit-il dans la notion de coéducation ?

La continuité pédagogique à la recherche d’une véritable coéducation

  • les parents sont à priori les premiers partenaires de l’école, formant avec elle le fondement d’une communauté éducative, mais comment ce partenariat se construit-il ?

Les parents, des partenaires particuliers de l’école

  • dans cet article, quelles représentations des enseignant.e.s vis-à-vis des parents, de leur style éducatif, de leur comportement à l’école et de leurs jugements sur le contenu des cours ? Quelles représentations des parents vis-à-vis des enseignant.e.s, de leur prise en compte des problématiques propres à leurs enfants, de leurs attentes pour les devoirs, de leurs jugements éventuels sur leur style éducatif ou leurs compétences parentales ?

École et parents : des relations en tension


Les recherches en sociologie et en histoire de l’éducation montrent que  relations écoles-parents sont plus que jamais difficiles à mettre en oeuvre (lire les deux précédents billets cités ci-dessus). Les expressions utilisées pour les qualifier, comme  “malentendu”, “dialogue impossible”, “parents consommateurs d’école”, sont révélatrices de tensions et de mésententes (Schaming & Marquet, 2019). Pour bon nombre d’enseignant.e.s, les “parents invisibles” (Lahire, 1995) sont considérés comme démissionnaires ou inaptes à suivre leurs enfants tout au long de leur parcours scolaire. Parmi les points de divergence ou d’incompréhension, les représentations1 souvent stéréotypées des unes et des uns sur les autres engendrent des incompréhensions qui jalonnent les liens entre familles et enseignant.e.s. Dans ce dernier billet consacré aux relations entre parents et école, nous nous intéressons plus spécifiquement à la nature singulière des liens entre les parents et les enseignant.e.s et à la façon dont sont perçus les rôles de chacun.e pour favoriser une meilleure réussite des élèves.

Des relations trop asymétriques

Les attentes des enseignant.e.s envers les parents semblent parfois excessives : elles et ils aspirent à accueillir des enfants dont le comportement social réponde aux normes scolaires, des élèves attentif.ve.s, motivé.e. s et respectueux.euse.s du rôle professoral. Elles et ils attendent également des familles qu’elles se conforment à leurs demandes, suivent régulièrement les devoirs donnés à la maison  et acceptent les jugements portés sur leur enfant que ce soit au cours d’évaluations ou dans le quotidien de la classe. Paradoxalement, certaines interventions des parents peuvent être vécues comme une intrusion voire une menace contre leur autonomie professionnelle  et leur légitimité pédagogique (Bresson & Mellier, 2015).

Interrogé.e.s sur les bénéfices que peut apporter le travail hors l’école et plus particulièrement à la maison, les enseignant.e.s sont unanimement d’accord pour reconnaitre les gains en termes de performance scolaire (travail de mémorisation et d’automatismes, plus d’aisance dans l’exécution des exercices) mais également l’amélioration des attitudes. Elles et ils apprécient ce lien supplémentaire avec les familles tout en étant conscients du risque de fracture scolaire, pour les élèves qui ne bénéficient pas d’aide à la maison, ou à l’opposé d’une pression parentale supplémentaire sur les enfants. Globalement, les enseignant.e.s comptent sur les parents pour adopter une attitude correspondant à une « norme de comportement éducatif » indiquant l’intérêt que les parents accordent à la réussite scolaire (lire et signer le cahier de liaison, venir aux rendez-vous, surveiller les devoirs, voir Gaussel, 2013).

Selon une enquête menée par des chercheur.se.s suisses, “les enseignantes partagent la conviction que c’est en modifiant les conduites éducatives parentales que les performances de l’élève peuvent s’améliorer, même si elles ont des doutes concernant les capacités des parents à se transformer” (Deshayes  et al., 2019). Parallèlement, de nombreux travaux mettent en évidence “l’influence positive de l’investissement des parents dans la scolarité de leur enfant au niveau des performances scolaires mais également au niveau des variables conatives telles que la motivation à apprendre, l’attention, l’engagement dans les tâches scolaires ou encore, les comportements scolaires” (Poncelet, Tinnes-Vigne & Dierendonck, 2019).

Continuer la lecture de École et parents : des relations en tension

  1. construction d’un savoir ordinaire élaboré à travers des valeurs et des croyances partagées par un groupe social et qui donneraient lieu à une vision commune se manifestant au cours des interactions sociales, Lenoir &  Berger, 2007 []

1970-2020 : la difficile ouverture de l’école à tou.te.s les élèves

Dans le cadre du Dossier de veille Travailler en partenariat à l’école, publié en avril 2020, nous avons souhaité faire un coup de projecteur sur une histoire particulière, celle des partenariats entre l’Éducation nationale, le secteur médicosocial et les associations et structures éducatives pour les enfants en situation de handicap (créées pour la plupart par les parents concerné.e.s).

Depuis quelques temps, comme en témoigne la création des Pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL) et des cellules départementales d’écoute activées à la rentrée 2019, l’école souhaite tendre vers une école plus inclusive. En effet, l’évolution actuelle de l’institution scolaire passe par la prise de conscience de certaines injustices institutionnelles historiques, et notamment celle des élèves en situation de handicap, peu intégré.e.s voire ségrégué.e.s dans l’histoire de l’école républicaine (Reverdy, 2019a). Revenons ici sur la manière dont les liens entre l’Éducation nationale et le secteur médicosocial (chargé depuis un siècle de l’éducation et de la scolarisation des élèves en situation de handicap, à la place de l’école ou en lien avec elle) ont modifié et influencé les politiques éducatives depuis un demi-siècle.

Un système mixte de scolarisation pour les élèves en situation de handicap

Jusque dans les années 1970, c’est la ségrégation des élèves en situation de handicap qui était la règle en France comme dans d’autres pays, et ce depuis les premières lois sur l’enseignement spécialisé du début du XXe siècle. À partir de 1975 en France, suite à la loi n° 75-534 d’orientation pour les personnes handicapées, une période d’intégration s’ouvre, permettant à de nombreux.ses enfants en situation de handicap d’être scolarisé.e.s dans un établissement scolaire, ou pris.es en charge dans une unité externalisée dans un établissement scolaire, mais dépendant toujours de l’établissement médicosocial de rattachement.

Continuer la lecture de 1970-2020 : la difficile ouverture de l’école à tou.te.s les élèves

L’école joue-t-elle le jeu des partenariats ?

Si on sait qu’apprendre ne se fait pas seulement à l’école, la période de confinement renforce cette idée, en bousculant le cadre scolaire qui s’invite à la maison. Cela redessine en permanence la frontière entre le pédagogique et le ludique, le scolaire et le familial. Les enfants ont cependant l’habitude de devoir faire le lien entre tous ces temps éducatifs, souvent pris en charge par différentes personnes, comme par exemple dans les temps périscolaires (voir le Dossier de veille Aux frontières de l’école ou la pluralité des temps éducatifs par Marie Gaussel en 2013, voir également la série d’articles consacrée aux relations école-famille La continuité pédagogique à la recherche d’une véritable coéducation, Les parents, des partenaires particuliers de l’école).   

Le Dossier de veille n° 134 Travailler en partenariat à l’école prend la suite du Dossier de veille sur la coéducation entre école et parents (Coéducation : quelle place pour les parents par Annie Feyfant en 2015) en élargissant le propos à d’autres exemples de partenariats scolaires pris dans divers domaines. En effet, qu’ont en commun la réforme des rythmes scolaires, l’éducation artistique et culturelle, l’éducation à la citoyenneté et la lutte contre le décrochage, entre autres ? Elles impliquent souvent des acteurs et institutions en dehors de l’école – des collectivités locales, des associations, des institutions culturelles, etc. –  qui sont mobilisés pour atteindre des objectifs dont on considère à la fois que l’école devra dorénavant les prendre en charge, mais dont on sait qu’elle n’y arrivera pas toute seule. 

Continuer la lecture de L’école joue-t-elle le jeu des partenariats ?

Les parents, des partenaires particuliers de l’école

L’équipe Veille & Analyses s’interroge dans la période actuelle sur la façon dont les relations entre les parents et l’école se reconfigurent, et publie en avril 2020 une série d’articles consacrés à ces relations. En se basant notamment sur le Dossier de veille d’Annie Feyfant publié en janvier 2015 « Coéducation : quelle place pour les parents ? » et en proposant des lectures de travaux de recherche plus récents, les articles aborderont les thématiques suivantes :

  • qu’entend-on par « continuité pédagogique » et comment ce dispositif s’inscrit-il dans la notion de coéducation ?

La continuité pédagogique à la recherche d’une véritable coéducation

  • dans cet article, les parents sont a priori les premiers partenaires de l’école, formant avec elle le fondement d’une communauté éducative, mais comment ce partenariat se construit-il ?

Les parents, des partenaires particuliers de l’école

  • quelles représentations des enseignant.e.s vis-à-vis des parents, de leur style éducatif, de leur comportement à l’école et de leurs jugements sur le contenu des cours ? Quelles représentations des parents vis-à-vis des enseignant.e.s, de leur prise en compte des problématiques propres à leurs enfants, de leurs attentes pour les devoirs, de leurs jugements éventuels sur leur style éducatif ou leurs compétences parentales ?

École et parents : des relations en tension


A quelques jours de publier le prochain Dossier de veille (n° 134, avril) sur la thématique Travailler en partenariat à l’école (Marx & Reverdy, 2020), intéressons-nous aujourd’hui au partenariat particulier entre les parents et l’école. Que sait-on de ce partenariat ? Fonctionne-t-il de manière satisfaisante pour les un.e.s et les autres ? D’après l’article précédent sur la coéducation, ce partenariat serait le plus souvent à sens unique, l’école imposant son « courant d’informations » en direction des familles, en espérant qu’il corresponde aux attentes des parents, assez loin de la coéducation attendue. C’est comme si famille et école étaient dans des espaces-temps séparés et clos sur eux-mêmes (Feyfant, 2015).

Le poids de l’école rend en effet ce partenariat difficile à cerner, à tel point que Maubant (2008) évoque le principe du fait accompli : c’est l’institution scolaire qui fixe les objectifs de l’éducation, « sans toujours accepter qu’ils soient l’émanation d’un véritable débat démocratique ». Les familles sont « en quelque sorte sommées de se soumettre aux exigences de l’école, sans qu’elles aient pu être impliquées de près ou de loin dans la définition des fins et des moyens », tout en étant persuadées que l’école pourra prendre en charge les particularités de leurs enfants. Il faut pour ce chercheur davantage expliciter les tensions et construire ensemble un modèle éducatif à même de faire réussir l’ensemble des élèves. Remarquons que de nombreux partenariats avec l’école subissent ce poids de l’institution scolaire, par exemple lors des activités périscolaires dont l’aspect éducatif peine à s’affranchir d’un apprentissage scolaire, ou lors des sorties dans les musées, organisées souvent sur le modèle de l’école (Marx & Reverdy, 2020).

Continuer la lecture de Les parents, des partenaires particuliers de l’école