Effets du confinement sur l’activité des enseignant.e.s : premiers résultats de l’enquête IFÉ

L’institut français de l’Éducation (ENS de Lyon) a lancé une enquête à destination des enseignant.e.s et professionnel.le.s de l’éducation, de la maternelle au supérieur lors de la récente période de confinement qui a amené l’ensemble des acteurs de l’enseignement à une reconfiguration rapide et a priori très significative de leur activité professionnelle.

Cette enquête qui s’inscrit dans le cadre de recherches articulant approches qualitative et quantitative avait pour objectif de comprendre les effets de court terme mais également de moyen-long terme de l’enseignement à distance mis en œuvre en contexte de confinement sur les activités de l’enseignement et de l’appui aux enseignants.

Vous pouvez consulter ici les premiers résultats de cette enquête.

 

Accrocher, décrocher, raccrocher : des épreuves pour les élèves et les professionnels

Le décrochage scolaire n’a pas attendu la mise en avant politique et médiatique, ces derniers mois, d’un nombre – incertain – d’élèves confiné.e.s qui ont plus fait, en partie contre leur gré, « l’école buissonnière » à domicile que « la classe à la maison » pour se trouver au centre de la réflexion et de l’action éducatives. La mise en œuvre de politiques volontaristes de lutte contre le décrochage scolaire aux échelles européenne et nationale depuis 2009, la conférence de comparaison internationale du Cnesco sur ce thème en 2017 et la dizaine de numéros thématiques de revues françaises et francophones de recherche en éducation parus au cours des cinq dernières années en témoignent. Avec un taux de sorties précoces du système éducatif de 8,7 % (L’Europe de l’éducation en chiffres, 2020), la France fait aujourd’hui figure de bonne élève de l’Union européenne dans ce domaine. Mais au-delà des indicateurs statistiques et des usages les plus contemporains du terme, quelles réalités et quels processus pédagogiques de longue haleine la notion de décrochage scolaire recouvre-t-elle ? Quels sont les défis que rencontrent au quotidien les professionnels chargés de mettre en œuvre les politiques qui visent à lutter contre ce phénomène ? Continuer la lecture de Accrocher, décrocher, raccrocher : des épreuves pour les élèves et les professionnels

L’histoire des textes officiels en dit long sur la difficulté de l’école à enseigner la transition écologique

Cet article est paru dans la Lettre de l’éducation du 26 mai 2020

 

Le phénomène d’un virus qui fait le tour du monde à grande vitesse peut-il être l’objet, en classe, d’une leçon de géographie ? De sciences ? De politique ? Ne serait-il pas plus judicieux d’en faire l’étude au sein d’une matière interdisciplinaire que l’on pourrait nommer « environnement » et inscrite à l’emploi du temps des élèves ? Pourquoi peut-on être surpris d’avoir à se poser cette question en 2020 ? Car dès 1977, la conférence intergouvernementale sur l’éducation relative à l’environnement soulignait la nécessité : « d’acquérir les connaissances, les valeurs, les comportements et les compétences pratiques nécessaires pour participer de façon responsable et efficace à la prévention et à la solution des problèmes de l’environnement et à la gestion de la qualité de l’environnement ». Comment l’Éducation nationale a-t-elle pensé l’éducation à l’environnement depuis cette date ?

De “l’éducation à l’environnement” à la “transition écologique”

L’histoire des textes officiels en dit long sur la difficulté de l’école à enseigner la transition écologique. Apparue en France en 1977, l’éducation à l’environnement a été reprise sous l’intitulé plus euphémisé « d’Éducation au développement durable » (EDD), qui intègre l’économique et le social. Après une succession de circulaires en 2004, 2007, 2011, 2013 et 2015, la nouvelle phase de généralisation de l’EDD a été qualifiée à la rentrée 2019 de “transition écologique”.

L’interdisciplinarité pour aborder la question de l’environnement est une modalité constante de ces sept textes. Les croisements disciplinaires se conçoivent en synergie avec d’autres « éducations à » qui abordent des sujets transversaux : solidarité internationale, santé, arts, risques et enfin éducation à la citoyenneté. On notera cependant l’absence de lien avec l’éducation à la consommation et surtout avec celle de l’éducation aux médias et à l’information.

Or le caractère interdisciplinaire de ces “éducations” rend compliquée leur mise en œuvre : l’organisation des temps scolaires dans le secondaire fait peu de place aux croisements de disciplines, avec le modèle “un cours-une matière-un professeur-une classe”. Et les « éducations à » doivent alors trouver leur place au milieu d’autres projets bousculant cette « forme scolaire », ou sont adossées à d’impermanents dispositifs pédagogiques (Itinéraires de découvertes, enseignements pratiques interdisciplinaires, etc.) qui ne permettent pas d’asseoir leur légitimité.

Malgré le fait que ces « éducations à » aient été posées d’emblée comme ne relevant pas d’une discipline particulière, elles vont être intégrées progressivement dans les programmes. Les sciences de la vie et de la terre puis la géographie seront d’abord sollicitées (2004, 2007) avant que toutes les disciplines ne soient convoquées. En 2019 une mission est même confiée au Conseil supérieur des programmes pour renforcer dans les programmes scolaires la place du développement durable, du changement climatique et de la biodiversité .

Enseignement du “vrai”…

Depuis le début des années 2000, la démarche se veut officiellement de plus en plus ambitieuse donc. Sauf que l’école française a une particularité : elle s’inscrit dans une conception de l’enseignement du Vrai, développée par les philosophes des Lumières, donc “de la recherche d’une objectivité scientifique” (pour reprendre les termes de la circulaire de 2007), en matière d’environnement comme dans les autres thèmes abordés en cours. Autant dire que cette vision des savoirs scolaires s’accommode difficilement de l’enseignement des questions socialement vives, auxquelles appartient tout un pan de la réflexion sur l’environnement. Les problématiques environnementales requièrent de comprendre les différents points de vue des acteurs, leurs arguments, leurs connaissances, leurs intérêts, leurs valeurs et finalement leurs enjeux…

L’enseignement agricole, à cet égard, a plusieurs longueurs d’avance car il est confronté depuis des années à des questions qui engagent scientifiques, usagers, experts et citoyens – comme les OGM, les pesticides, le bien-être animal- Depuis près de 15 ans d’importants travaux de recherche sur l’enseignement des questions socialement vives y ont donc percolé, par la force des choses.. En témoigne la réforme de 2014 « Enseigner à produire autrement » qui promeut l’approche agroécologique.

Sortir des murs” de l’établissement pour aborder l’environnement

Ne pouvant être abordés de façon univoque, dans le cadre d’une seule discipline, les « éducation à » déjà évoquées se déploient au delà des enseignements magistraux, en particulier au sein de projets alliant le sensible à la pratique. À cet égard, l’établissement de partenariats avec des acteurs divers de l’environnement est une autre des constantes relevées dans les textes officiels. Avec la mise en place d’agréments nationaux ou académiques, les interventions d’associations dans ou à l’extérieur des établissements se sont se multipliées. Ainsi, l’enseignement de l’environnement tend à sortir des murs, et à s’affranchir du modèle « boites à œuf » – une heure, une classe.

Parallèlement, les établissements ont été progressivement appelés à être les lieux d’exercice d’une écocitoyenneté promue politiquement. Dès 2007, écoles, collèges et lycées peuvent s’inscrire dans la démarche dite ”de DD », en référence aux Agendas 21 de la conférence de Rio de 1992. Depuis 2013, les établissements volontaires peuvent aussi demander l’homologation E3D (établissements en démarche de développement durable).

Que reste-t-il donc des ambitions affichées lors de la conférence de Belgrade de 1975 qui appelait rien de moins qu’ à remettre en question, au sein de l’éducation, les politiques de maximisation de la production économique pour prendre en compte leurs conséquences sociétales et environnementales ? Deux chercheurs en éducation ont détecté dans les textes internationaux un affadissement du langage public sur cette question au fil du temps, témoignant selon eux d’une volonté émoussée. Ils soulignent qu’au niveau international les textes officiels tendent à privilégier la responsabilité individuelle au détriment d’une conception plus large qui intègrerait les dimensions critiques, éthiques et politiques. Effectivement, si dans les textes français, la transformation des comportements pour préserver les ressources environnementales a été renforcée, les causes politiques de la limitation de ces ressources restent peu questionnées.

 

Y’ aura un avant et un après Covid19 ? En matière d’éducation, il s’agit désormais de former les élèves à faire face à des crises environnementales par nature imprévisibles. La catastrophe que nous vivons actuellement pourrait modifier nos manière de considérer l’éducation et nous encourager à développer des éducations au bien commun, “vraiment” engagées, et à la construction collective de l’adaptation pour une résilience pour tous.

 

Gibert, Anne-Françoise (2020). Éduquer à l’urgence climatique. Dossier de veille de l’IFÉ, n°133, mars . Lyon : ENS de Lyon. En ligne : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=133&lang=fr

Exprimez vos besoins en formation continue et développement professionnel

Le Centre national d’étude des systèmes scolaires (Cnesco) organisera sa prochaine conférence de comparaisons internationales sur la formation continue et le développement professionnel des personnels d’éducation dans la semaine du 16 au 20 novembre 2020.
 
Afin de préparer cette conférence, le Cnesco lance une enquête adressée aux personnels d’éducation : enseignants du 1er degré (y compris les directeurs d’école), enseignants du 2nd degré et conseillers principaux d’éducation, personnels de direction. Les questionnaires portent sur l’ensemble du parcours de formation continue, de l’accès à l’offre de formation jusqu’à la phase post-formation.
 
À la rentrée 2020, le Cnesco publiera également un dossier sur la thématique suivante : « Numérique, enseignement et apprentissage ». Le Cnesco se saisit des questionnaires sur la formation continue pour poser quelques questions aux enseignants sur leur utilisation du numérique pendant la période de confinement, afin de mieux comprendre les opportunités et les difficultés rencontrées au cours de cette période difficile
 

 Le Cnesco vous donne rendez-vous sur son site pour remplir le questionnaire du 10 juin au 15 juillet 2020, une démarche qui vous prendra une vingtaine de minutes environ. Participer et faire participer à cette enquête, c’est enrichir les ressources produites par le Cnesco à partir desquelles seront construites des préconisations. 

Le Cnesco remercie par avance tous les personnels qui auront apporté leur contribution à cette enquête.

Savantes et politiques : un Dossier de veille sur les sciences humaines et sociales à l’école

« Histoire-géographie-géopolitique-sciences politiques », « sciences humaines dès trois ans », « éduquer aux sciences humaines et sociales ». La première de ces trois expressions est l’intitulé du nouvel enseignement de spécialité proposé en France aux élèves entrés en Première générale à la rentrée scolaire de septembre 2019 ; la deuxième est le titre d’un numéro de Traces de changement (novembre-décembre 2018), une revue professionnelle portée par le mouvement pédagogique belge Changements pour l’égalité ; la troisième reprend le thème de la récente livraison (automne 2019) de la revue de recherche québécoise Éducation et francophonie. C’est donc bien à la croisée de l’actualité des politiques et des réformes éducatives, des préoccupations des enseignantes et des enseignants, des chercheuses et des chercheurs en éducation, tant en France qu’à l’étranger, que se situe le Dossier de veille n° 135 intitulé Enseigner les sciences humaines et sociales : entre savoirs et société.

Continuer la lecture de Savantes et politiques : un Dossier de veille sur les sciences humaines et sociales à l’école

Enseignants et chercheurs en éducation : un mariage impossible ?

Depuis la réforme de la formation des enseignants engagée en 2010 et prochainement remaniée en 2020, la mastérisation des concours d’enseignement rend nécessaire pour les futurs professeurs de s’interroger sur la construction et la circulation des savoirs issus des recherches en éducation. En mai 2019, un arrêté pris dans le nouveau cadre national des formations aux métiers du professorat et de l’éducation, a réaffirmé que cette mastérisation requiert une formation à et par la recherche en éducation.

Autrement dit, les contenus de la formation doivent s’appuyer sur des travaux de recherche tout en initiant les étudiants-stagiaires eux-mêmes à la recherche expérimentale, de façon à les familiariser avec les démarches scientifiques et en particulier avec l’observation et l’analyse des pratiques professionnelles. Le raisonnement, déjà développé dans un rapport de 2018, est le suivant : si on immerge les enseignantes et les enseignants dans une culture de recherche scientifique en éducation, ils développeront « naturellement » cette compétence qu’ils pourront ensuite mobiliser en classe.

Pourquoi les politiques éducatives prescrivent-elles aux enseignants de mobiliser les résultats de la recherche, et comment ces résultats peuvent-ils être mis en pratique concrètement dans la classe ?

Continuer la lecture de Enseignants et chercheurs en éducation : un mariage impossible ?

Quelle place pour le corps adolescent au collège ?

En 2019, le corps de l’élève peine encore à être reconnu comme un élément central dans les processus d’apprentissage. Il est en fait encore perçu comme un élément séparé de l’esprit à éduquer, selon la conception héritée de Descartes qui distingue deux substances dans la constitution des êtres humains. Le corps d’élève adolescent, en proie à de nombreuses transformations physiologiques et psychiques, se trouve alors contraint et discipliné par l’organisation spatio-temporelle de l’école.

Le corps de l’élève, une construction sociale

Cette idée selon laquelle le corps ne serait que naturel et biologique est pourtant déconstruite depuis, entre autres, les travaux du sociologue Marcel Mauss (notamment sa conférence « Les techniques du corps » en 1934) qui considère que le corps est le résultat d’une construction sociale, un matériau dans lequel viennent s’imprimer les marques et les traces d’une culture donnée dans une société donnée. Il n’existerait pas de façon « naturelle » de se développer, de bouger, de se comporter pour le corps humain.

Les gestes, les mouvements qui nous paraissent ordinaires ou allant de soi, comme la marche, la nage, sont en réalité le reflet d’une éducation qui institue les façons dont les êtres humains apprennent à se servir de leur corps. C’est d’ailleurs comme cela que se développent les stéréotypes de genre qui impactent les adolescents. Le biologique et le psychique semblent donc bien interagir de façon bidirectionnelle et indissociable. Toute expérience vécue par le corps permet à la conscience de se développer, le « corps vécu », comme l’a nommé Françoise Héritier en 2006, se voyant modifié par de nouvelles expériences physiques et affectives, par les relations entre les individus.

Continuer la lecture de Quelle place pour le corps adolescent au collège ?

D’où vient le terme … apprenant

Nation apprenante, où est passée l’éducation ?

Cet article se propose de parcourir le panorama de l’utilisation du terme  « apprenant », fort diffusé en ces temps de confinement. Quelles sont ses utilisations et que recouvre-t-il ?

Afin d’assurer une forme de continuité pédagogique, « l’école à la maison », le Ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse a lancé le 18 mars 2020, au surlendemain du confinement, l’opération « nation apprenante ». Mise en place en concertation avec les médias France Télévisions, Radio France et Arte, elle s’apparente ainsi à une palette d’émissions éducatives. Où est donc passé le terme «  éducation » ? Est-il en passe de devenir obsolète, anachronique, ou désuet ? Quelles raisons poussent à substituer l’adjectif substantivé « apprenant » à celui « d’éducatif » qui prévalait jusqu’alors ?

Pour mieux saisir ce changement de vocable, revenons sur les tribulations de ce terme d’apprenant, qui au gré de publications et de déclarations politiques, a été accolé successivement à de nombreuses structures comme « organisations », « communautés », « établissements », « territoires » puis « société », « académies » et désormais « vacances » ou « colonies ».


Continuer la lecture de D’où vient le terme … apprenant

Effets du confinement sur l’activité des professionnel.le.s de l’enseignement : lancement d’une enquête

L’institut français de l’Éducation (ENS de Lyon) lance une enquête à destination des enseignant.e.s et professionnel.le.s de l’éducation, de la maternelle au supérieur.

La récente période de confinement strict a amené l’ensemble des acteurs de l’enseignement à une reconfiguration rapide et a priori très significative de leur activité professionnelle.

L’IFÉ-ENS de Lyon travaille depuis longtemps, dans le cadre de ses travaux de recherche, de formation et d’accompagnement des acteurs, sur la réalité des activités d’enseignement et d’appui à l’enseignement, ainsi que sur les conditions de travail des acteurs éducatifs.

Cette enquête s’inscrit dans le cadre de recherches articulant approches qualitative et quantitative, dont l’objectif est de comprendre les effets de court terme mais également de moyen-long terme de l’enseignement à distance mis en œuvre en contexte de confinement sur les activités de l’enseignement et de l’appui aux enseignants.

Il s’agit également de qualifier l’expérience vécue et de vous donner l’occasion d’exprimer votre point de vue en tant que professionnel-le sur cette période “extra-ordinaire”. 

Continuer la lecture de Effets du confinement sur l’activité des professionnel.le.s de l’enseignement : lancement d’une enquête

École et parents : des relations en tension

L’équipe Veille & Analyses s’interroge dans la période actuelle sur la façon dont les relations entre les parents et l’école se reconfigurent, et publie dans les prochaines semaines une série d’articles consacrés à ces relations. En se basant notamment sur le Dossier de veille d’Annie Feyfant publié en janvier 2015 « Coéducation : quelle place pour les parents ? » et en proposant des lectures de travaux de recherche plus récents, les articles aborderont les thématiques suivantes :

  • qu’entend-on par « continuité pédagogique » et comment ce dispositif s’inscrit-il dans la notion de coéducation ?

La continuité pédagogique à la recherche d’une véritable coéducation

  • les parents sont à priori les premiers partenaires de l’école, formant avec elle le fondement d’une communauté éducative, mais comment ce partenariat se construit-il ?

Les parents, des partenaires particuliers de l’école

  • dans cet article, quelles représentations des enseignant.e.s vis-à-vis des parents, de leur style éducatif, de leur comportement à l’école et de leurs jugements sur le contenu des cours ? Quelles représentations des parents vis-à-vis des enseignant.e.s, de leur prise en compte des problématiques propres à leurs enfants, de leurs attentes pour les devoirs, de leurs jugements éventuels sur leur style éducatif ou leurs compétences parentales ?

École et parents : des relations en tension


Les recherches en sociologie et en histoire de l’éducation montrent que  relations écoles-parents sont plus que jamais difficiles à mettre en oeuvre (lire les deux précédents billets cités ci-dessus). Les expressions utilisées pour les qualifier, comme  “malentendu”, “dialogue impossible”, “parents consommateurs d’école”, sont révélatrices de tensions et de mésententes (Schaming & Marquet, 2019). Pour bon nombre d’enseignant.e.s, les “parents invisibles” (Lahire, 1995) sont considérés comme démissionnaires ou inaptes à suivre leurs enfants tout au long de leur parcours scolaire. Parmi les points de divergence ou d’incompréhension, les représentations1 souvent stéréotypées des unes et des uns sur les autres engendrent des incompréhensions qui jalonnent les liens entre familles et enseignant.e.s. Dans ce dernier billet consacré aux relations entre parents et école, nous nous intéressons plus spécifiquement à la nature singulière des liens entre les parents et les enseignant.e.s et à la façon dont sont perçus les rôles de chacun.e pour favoriser une meilleure réussite des élèves.

Des relations trop asymétriques

Les attentes des enseignant.e.s envers les parents semblent parfois excessives : elles et ils aspirent à accueillir des enfants dont le comportement social réponde aux normes scolaires, des élèves attentif.ve.s, motivé.e. s et respectueux.euse.s du rôle professoral. Elles et ils attendent également des familles qu’elles se conforment à leurs demandes, suivent régulièrement les devoirs donnés à la maison  et acceptent les jugements portés sur leur enfant que ce soit au cours d’évaluations ou dans le quotidien de la classe. Paradoxalement, certaines interventions des parents peuvent être vécues comme une intrusion voire une menace contre leur autonomie professionnelle  et leur légitimité pédagogique (Bresson & Mellier, 2015).

Interrogé.e.s sur les bénéfices que peut apporter le travail hors l’école et plus particulièrement à la maison, les enseignant.e.s sont unanimement d’accord pour reconnaitre les gains en termes de performance scolaire (travail de mémorisation et d’automatismes, plus d’aisance dans l’exécution des exercices) mais également l’amélioration des attitudes. Elles et ils apprécient ce lien supplémentaire avec les familles tout en étant conscients du risque de fracture scolaire, pour les élèves qui ne bénéficient pas d’aide à la maison, ou à l’opposé d’une pression parentale supplémentaire sur les enfants. Globalement, les enseignant.e.s comptent sur les parents pour adopter une attitude correspondant à une « norme de comportement éducatif » indiquant l’intérêt que les parents accordent à la réussite scolaire (lire et signer le cahier de liaison, venir aux rendez-vous, surveiller les devoirs, voir Gaussel, 2013).

Selon une enquête menée par des chercheur.se.s suisses, “les enseignantes partagent la conviction que c’est en modifiant les conduites éducatives parentales que les performances de l’élève peuvent s’améliorer, même si elles ont des doutes concernant les capacités des parents à se transformer” (Deshayes  et al., 2019). Parallèlement, de nombreux travaux mettent en évidence “l’influence positive de l’investissement des parents dans la scolarité de leur enfant au niveau des performances scolaires mais également au niveau des variables conatives telles que la motivation à apprendre, l’attention, l’engagement dans les tâches scolaires ou encore, les comportements scolaires” (Poncelet, Tinnes-Vigne & Dierendonck, 2019).

Continuer la lecture de École et parents : des relations en tension

  1. construction d’un savoir ordinaire élaboré à travers des valeurs et des croyances partagées par un groupe social et qui donneraient lieu à une vision commune se manifestant au cours des interactions sociales, Lenoir &  Berger, 2007 []