Collectiviser ensemble les épreuves des professionnel·les de l’établissement scolaire : un enjeu de recherche et de formation

Lætitia Progin est docteure en sciences de l’éducation, professeure associée en leadership et direction d’établissement à la Haute école pédagogique du canton de Vaud en Suisse et membre du Laboratoire Innovation Formation Education(LIFE).

Professeure invitée en novembre 2023 à l’IFÉ, l’équipe du Centre d’Interface pour les Métiers de l’Encadrement en éducation a eu l’occasion d’échanger avec elle autour de la plateforme Néopasscadres et d’enjeux de formation pour les personnels d’encadrement.

Lætitia Progin revient sur son parcours professionnel, les épreuves des directions d’établissement novices qu’elles a identifiées dans sa thèse et le concept de leadership, et propose des perspectives pour la formation des cadres scolaires en Suisse et en France. Continuer la lecture de Collectiviser ensemble les épreuves des professionnel·les de l’établissement scolaire : un enjeu de recherche et de formation

L’outil (en) didactique : quoi, pour quoi, comment ?

En tant qu’aides au service des apprentissages, les outils constituent un volet important des politiques éducatives actuelles. En effet, les programmes scolaires recommandent l’utilisation d’affichages, de portfolios, d’ouvrages, de supports de présentation, d’outils d’écriture collaborative ou pour enregistrer, etc.

Dans la littérature scientifique, la notion d’outil rassemble des éléments matériels, ou artéfactuels, comme ceux susmentionnés, et des éléments non matériels, comme le langage, un outil puissant pour apprendre. Quant à l’outil didactique, certains travaux, particulièrement en didactique du français, retiennent des critères de définition précis (Kervyn et Goigoux, 2021). Pour d’autres, plus largement, l’outil, qu’il soit matériel (ex. une grille de relecture) ou non (ex. l’étayage instructeur de l’enseignant·e), fait office de médiation cognitive entre enseignant·es et apprenant·es pour favoriser les apprentissages (Reuter et al., 2013).

Au-delà de ces différentes définitions, l’outil didactique s’insère dans un système plus large, au sein duquel il s’articule à des tâches, des activités et des interactions. Aussi, pour favoriser les apprentissages par le biais d’un outil, il s’agit de guider ses usages au sein de l’ensemble du système didactique.

Alors, comment circonscrire l’outil didactique et le différencier d’autres notions telles que les ressources ou les dispositifs ? Quels sont ses objectifs et ses enjeux ? Et comment s’en saisir afin de favoriser les apprentissages de tous et toutes ? Pour approfondir ces questions, l’Edubref 18, intitulé Des outils didactiques pour enseigner et apprendre, propose un portrait des outils, par le prisme de la didactique du français.

Références

Kervyn, B. et Goigoux, R. (2021). Produire des ressources didactiques : une modalité originale de vulgarisation scientifique tournée vers le développement professionnel et créatrice de nouveaux savoirs scientifiques. Repères, 63, 185-210.

Reuter, Y., Cohen-Azria, C., Daunay, B., Delcambre-Derville, I. et Lahanier-Reuter, D. (2013). Dictionnaire des concepts fondamentaux aux didactiques. De Boeck Supérieur.

Pour aller plus loin

Fenoglio, P. (2024). Des outils didactiques pour enseigner et apprendre. Edubref 18, mars. ENS de Lyon. https://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/EB-Veille/Edubref-mars-2024.pdf

Les mathématiques au centre du tableau

La treizième semaine des mathématiques s’approche à grand pas : elle aura lieu 13 au 20 mars 2024 sur le thème « Mathématiques : l’important c’est de participer ! » Comme les années précédentes, cette action vise à « faire découvrir à tous les élèves le plaisir de faire des mathématiques ».

Plaisir certes, mais qui participe de politiques publiques cherchant à améliorer les performances des élèves aux évaluations nationales et internationales en la matière, moyennes voire médiocres, mais surtout marquées par de fortes inégalités sociales. Ainsi, les politiques éducatives menées durant la dernière décennie, inaugurées par la « stratégie mathématiques » présentée le 4 décembre 2014 par la ministre de l’Éducation nationale de l’époque N. Vallaud-Belkacem, se donnait aussi pour objectif de « relever le niveau en mathématiques de la maternelle à la terminale ». Le « choc des savoirs » annoncé le 5 décembre 2023 par G. Attal, lui aussi alors ministre de l’Éducation nationale, quelques heures après la présentation des résultats de l’enquête internationale PISA 2022, s’inscrit dans la lignée du rapport Villani-Torossian (2018) et à ses 21 mesures pour l’enseignement des mathématiques. Et, début 2024, une circulaire ministérielle rappelait le rôle des équipes pédagogiques dans la « préparation des élèves aux épreuves terminales de mathématiques au diplôme national du brevet et à l’entrée en 2nde » (circulaire du 30 janvier 2024, BOEN n°5 du 2 février 2024).

Intitulé « les mathématiques au centre du tableau », le Dossier de veille de l’Ifé n° 147 se propose d’accompagner la réflexion et l’action des actrices et acteurs éducatifs, enseignantes et enseignants, formatrices et formateurs, personnels de direction et d’encadrement, dans leur appropriation de ces politiques éducatives. Cette publication de médiation scientifique cartographie les débats et les tensions autour des contenus, des finalités et des modalités de l’enseignement des mathématiques à différents publics scolaires, de l’école maternelle à l’entrée dans l’enseignement supérieur, principalement en France. Les différents éclairages scientifiques (didactique, psychologique, historique, sociologique, etc.) mobilisés dans les trois parties de ce Dossier interrogent sur la longue durée l’identité remarquable de cette discipline scolaire : les imaginaires qui lui sont associés, les dynamiques de sa construction curriculaire, ses pratiques d’enseignement et d’apprentissage dans l’ordinaire de la classe.

À l’interface entre pratiques d’enseignement des mathématiques et recherches en éducation, d’autres ressources produites par l’Institut français de l’éducation permettront de prolonger cette analyse, telles que les conférences de chercheur·es, témoignages et analyse de situations de classe et de formation regroupées dans l’onglet « mathématiques » du site du Centre Alain-Savary, ou le livret de présentation du réseau des LéA-Maths, très actifs au sein du réseau de recherches collaboratives des LéA-IFÉ.

Pour accéder au Dossier de veille de l’Ifé n°147 « les mathématiques au centre du tableau », vous pouvez cliquer ici.

Illustration podcast

Une nouvelle rubrique dédiée aux podcast

Les contenus audios podcastables font leur entrée dans l’actu Veille & analyses! 

Grâce à une liberté de tons, de sujets et de choix éditoriaux, les podcasts sont devenus depuis une dizaine d’années des formats incontournables dans le champ de la médiation scientifique. Dans le sillage des sciences humaines et sociales, les acteur·rices des sciences de l’éducation ont investi ce média pour proposer une diffusion large et un discours accessible sur la recherche.

Continuer la lecture de Une nouvelle rubrique dédiée aux podcast

Former des citoyens… numériques ?

Article paru dans les Cahiers pédagogiques, le 27 octobre 2023

La citoyenneté numérique désigne la « capacité de s’engager positivement, de manière critique et compétente dans l’environnement numérique, en s’appuyant sur les compétences d’une communication et d’une création efficaces, pour pratiquer des formes de participation sociale respectueuses des droits de l’Homme et de la dignité1 ».

Cette notion relève d’enjeux individuels et collectifs. Elle permet en effet de réfléchir aux possibilités d’agentivité du sujet – au sens de sa capacité à avoir le contrôle de ses actes et de leurs effets – dans sa participation aux environnements numériques. À l’école, elle peut être enseignée dans le cadre de l’éducation à la citoyenneté numérique (ECN), dont les visées sont adaptatives, mais aussi émancipatrices2.

L’ECN, qui relève elle-même de l’éducation à la citoyenneté, vise à sensibiliser aux ramifications sociétales de l’usage des technologies. Elle est mise au travail depuis quelques années, par exemple par le Conseil de l’Europe, dans le but de dégager des pistes d’action pour les politiques et les pratiques éducatives.

Les compétences constitutives de l’ECN renvoient à plusieurs enjeux démocratiques, tels que le développement de l’esprit critique, la sécurité entourant l’usage des plateformes numériques (cyberharcèlement, confidentialité), ou l’accès aux technologies. Cet accès doit être égal (pour toutes et tous, indépendamment des particularités individuelles), équitable (pour celles et ceux qui en ont besoin) ou encore universel, en s’assurant de l’accessibilité des technologies de manière à inclure le plus grand nombre de personnes.

DES APPROCHES PÉDAGOGIQUES VARIÉES

Des travaux de recherche récents permettent de dégager plusieurs approches pédagogiques pour former à la citoyenneté numérique3. Les objectifs affichés sont notamment de développer l’esprit critique portant sur la circulation des informations en ligne ou de favoriser les interactions en ligne, par exemple en encourageant des productions ou actions qui engagent les élèves dans l’espace public, éventuellement en collaboration avec des partenaires extrascolaires. Ainsi, une de ces approches propose de mettre en œuvre l’analyse multimodale4 des informations publiées en ligne pour développer un esprit critique dans la réception des informations.

Une seconde approche préconise l’examen des différentes dimensions de la communication médiatisée et de leurs liens, ainsi qu’un regard historique sur les genres et les formes de communication. Une autre piste est constituée par l’apprentissage expérientiel, en encourageant par exemple les élèves à délibérer sur des forums en ligne avec d’autres citoyens.

L’approche socio-interactionnelle offre aussi de participer à des productions (écrites ou autres) en ligne, à destination ou avec des internautes extérieurs au groupe d’apprenants.

Une dernière approche propose de faire expérimenter la création numérique et de développer des compétences de négociation en participant à des processus de prise de décision en ligne.

DES EFFETS POSITIFS

Ces multiples démarches présentent des effets positifs : nouvelles perceptions et représentations des dynamiques d’interaction (négociation, conflit), de l’intérêt des ressources numériques libres d’accès, meilleure capacité à se décentrer, plus grande confiance en soi, développement de l’agentivité, de l’autonomie et de la solidarité.

L’ECN concerne toutes les disciplines scolaires et ne s’arrime pas seulement à l’éducation aux médias et à l’information (EMI). Caractérisée par son horizon démocratique, elle constitue un objet essentiel de formation de la personne et du citoyen. Son déploiement a pour visée de transformer des discours politiques et institutionnels sur la citoyenneté numérique en une autonomie individuelle et des comportements numériques collectifs citoyens.

Prisca Fenoglio
Médiatrice scientifique, équipe Veille et analyses de l’IFé (ENS de Lyon)

Pour aller plus loin

Prisca Fenoglio, « L’inclusion numérique en éducation : un enjeu de démocratie », Édubref 17, septembre 2023, ENS de Lyon. https://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/EB-Veille/Edubref-septembre-2023.pdf.

 

L’équipe Veille & Analyses recrute !

L’IFÉ recrute pour mars 2024 une ou un chargé·e de médiation scientifique pour un CDD initial de 12 mois et sur un contrat ITRF de catégorie A. Le poste est rattaché à l’équipe Veille et Analyses de l’institut français de l’éducation  au sein de l’École normale supérieure de Lyon.

Retrouver ici l’annonce officielle sur le site de l’ENS.

Veille et Analyses est aujourd’hui composée de 5 personnes et nous attendons un ou une nouvelle médiatrice scientifique pour renforcer l’équipe. Travailler à la Veille de l’IFÉ est une expérience originale pour qui veut contribuer de façon intensive à  la médiation entre le monde des recherches et celui des pratiques éducatives. La plupart de nos activités consistent en effet à valoriser la littérature scientifique relative à l’éducation et à la formation et à améliorer la circulation  des savoirs entre ces deux mondes en publiant des états de l’art comme les Dossiers de veille, notre production phare, des courtes synthèses, comme les Édubrefs, ou encore diverses publications en direction des actrices et acteurs de l’éducation. Cette valorisation se traduit également par des séminaires de travail, des formations ou des interventions lors de conférences.

Quelles sont les principales compétences attendues des candidat·es ?

Travailler à la veille requiert avant tout une grande curiosité intellectuelle, puisqu’il s’agit de s’intéresser à des travaux dans toutes les disciplines constitutives de la recherche en éducation (sciences de l’éducation, pédagogie et didactique, sociologie, psychologie, histoire, philosophie…). Il est indispensable d’aimer lire et écrire de façon assez dense : il est attendu de chaque collègue de la veille qu’il rédige régulièrement des Dossiers de veille  et Edubrefs (deux par an généralement) et d’éventuelles notes ou articles plus ponctuels dans des revues professionnelles. Posséder une culture scientifique en sciences de l’éducation, en SHS au minimum, ou en formation est fortement recommandé.  Il faut également apprécier le travail en équipe, car il est dans nos habitudes d’échanger sur nos sujets respectifs et de nous relire sans craindre le regard critique des collègues. Il est enfin nécessaire de maitriser suffisamment l’anglais pour pouvoir lire des articles de recherche dans cette langue.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur les recherches en éducation et faire de la médiation entre mondes universitaires et mondes scolaires et éducatifs, n’hésitez plus, rejoignez notre belle équipe qui vient tout juste de fêter ses 20 ans !

Une éducation inclusive… par le numérique ?

L’inclusion et le numérique sont deux bouleversements qui impactent fortement les pratiques éducatives (Carrim et Bekker, 2022). Cependant, le numérique peut-il participer, dans une perspective inclusive, de l’émancipation et du pouvoir d’agir de tous les publics apprenants, qu’ils soient en difficulté, à besoins particuliers, en situation de handicap ou issus de minorités ? Si, d’un côté, les possibilités des outils numériques pour soutenir les apprentissages de toutes les personnes apprenantes permettent de proposer des programmes d’études plus inclusifs (UNESCO, 2020), de l’autre, la numérisation de la société, y compris des pratiques éducatives, peut impacter le bienêtre étudiant et affecter leur inclusion scolaire ou universitaire (OCDE, 2023). Face à cette tension, le « numérique pour inclure » pose question : quelles sont les convergences entre éducation inclusive et éducation numérique, et les promesses et défis qu’elles révèlent ?

Cette question fait l’objet du Dossier de veille de l’IFÉ 146, intitulé L’éducation inclusive et numérique : quelles convergences ?. Ce double changement de paradigme est tout d’abord abordé sous l’angle de ses enjeux politiques, sociaux, économiques, et de ses couts humains et matériels. Puis, des exemples concrets illustrent comment soutenir la médiation humaine par la médiation numérique pour faire émerger de nouvelles cultures inclusives dans les postures, les partenariats, les rôles, et les pratiques pédagogiques des personnels éducatifs. Face à ces changements, la formation à l’éducation inclusive et numérique nécessite de favoriser, et de valoriser, la réflexivité in situ et la mobilisation de compétences multiples : il s’agit de mettre en résonnance les interprétations et expériences de la diversité avec les connaissances technologiques.

Ce Dossier met ainsi en lumière le fait que l’éducation inclusive et numérique nécessite d’articuler des procédures individuelles et des situations collectives, soutenues par des médiations humaines et numériques. Outre ses possibles et ses enjeux, elle comporte des questions encore en suspens, et de nouvelles perspectives et défis, notamment ceux posés aujourd’hui par l’intelligence artificielle. Elle relève, profondément, d’une conception démocratique et citoyenne de l’éducation pour toutes et tous à l’heure du numérique, et vise à passer d’une finalité adaptative à une finalité inclusive et émancipatrice des outils. Elle permet, en retour, de renouveler le regard sur les usages numériques éducatifs.

Pour en savoir plus :

Références :

  • Carrim, N. et Bekker, T. (2022). Placing inclusive education in conversation with digital education. South African Computer Journal, 34(2), 18‑34.
  • OCDE. (2023). Equity and Inclusion in Education: Finding Strength through Diversity [rapport].
  • UNESCO. (2020). Rapport mondial de suivi sur l’éducation, 2020 : Inclusion et éducation : tous, sans exception. [rapport].

L’éthique enseignante : une boussole pour garder le cap !

Publication du Dossier de veille de l’IFÉ n°145, novembre 2023 rédigé par M. Gaussel à télécharger ici.

Le champ de recherche en éthique appliquée à l’enseignement s’est développé, notamment au Québec, parallèlement au concept de professionnalisation, dans les années 1990. Il a émergé dans un contexte de revendication d’une plus grande exigence éthique dans tous les domaines de la vie sociale, et pour apporter des réponses aux problématiques émanant du « terrain » et des professionnelles de l’éducation. Dans les années 2000, les réformes et remaniements institutionnels en éducation en France ont montré un souci d’ajouter aux compétences à acquérir pour enseigner celle d’« agir en éducateur responsable et selon des principes éthiques » (MEN, 2013). Cette compétence éthique est identifiée par l’institution comme un ensemble de gestes professionnels par lesquels les personnes enseignantes assument leur responsabilité d’éducatrices et d’éducateurs, mais sa dimension sociale, relationnelle et affective est rarement évoquée. Pourtant, à l’heure où les attentes divergentes entre contraintes institutionnelles et réalités de terrain mettent à mal la profession enseignante, c’est bien cette dimension qui les soutient au quotidien.

Aussi, nous proposons dans le Dossier de veille de l’Ifé n° 145[1], une plongée au cœur de l’éthique enseignante en abordant cette composante comme étant indissociable de l’acte d’enseigner.  Face à cette question complexe, ce Dossier propose un tour d’horizon des différentes formes que peut revêtir l’éthique dans le contexte scolaire — éthique de la rencontre, de la présence, de l’opportunité, de la perplexité ou encore de l’hospitalité[2] — et d’autres notions qui lui sont associées comme la morale et la déontologie.

Continuer la lecture de L’éthique enseignante : une boussole pour garder le cap !

« C’est la première fois que je rencontrais une discipline scientifique qui mettait à distance tout ce qui fait la normalité du quotidien »

Entretien publié dans Diversité, n°202, volume 2, et réalisé par Prisca Fenoglio et Marie Lauricella en décembre 2022.

Maître de conférences en sociologie à l’université de Tours, Aden Gaide a soutenu sa thèse sur « les étudiant·e·s parents » en novembre 2020. Après trois ans de classe préparatoire (lettres et sciences sociales) au lycée Carnot (Dijon), Aden Gaide intègre un master « recherche » en sociologie à l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris. Il entame sa thèse en 2014 grâce à une bourse doctorale accordée par la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF), puis grâce à des contrats d’enseignement de type assistant temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’IEP, à Paris 13 et à l’université de Tours. Ses travaux portent sur les questions de jeunesse et de rapport de domination liés à l’âge.


Diversité : Qu’est-ce qui vous a amené à « entrer » dans la recherche ?

Aden Gaide : Au lycée, j’avais le rêve de faire un long séjour à l’étranger pour m’émanciper et baigner dans une langue étrangère. C’est ce qui m’a incité à tenter le concours des instituts d’études politiques (IEP), car j’avais entendu qu’une année à l’étranger était obligatoire dans ce cursus. En cas d’échec, je décidais de demander une classe préparatoire (lettres et sciences sociales) afin de repasser ensuite ces concours. Mais l’entrée en classe préparatoire a été transformatrice et j’y suis resté finalement trois ans. Continuer la lecture de « C’est la première fois que je rencontrais une discipline scientifique qui mettait à distance tout ce qui fait la normalité du quotidien »

Entretien publié dans Diversité, n°202, volume 2, et réalisé par Prisca Fenoglio et Marie Lauricella en décembre 2022.

Maître de conférences en sociologie à l’université de Tours, Aden Gaide a soutenu sa thèse sur « les étudiant·e·s parents » en novembre 2020. Après trois ans de classe préparatoire (lettres et sciences sociales) au lycée Carnot (Dijon), Aden Gaide intègre un master « recherche » en sociologie à l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris. Il entame sa thèse en 2014 grâce à une bourse doctorale accordée par la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF), puis grâce à des contrats d’enseignement de type assistant temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’IEP, à Paris 13 et à l’université de Tours. Ses travaux portent sur les questions de jeunesse et de rapport de domination liés à l’âge.


Diversité : Qu’est-ce qui vous a amené à « entrer » dans la recherche ?

Aden Gaide : Au lycée, j’avais le rêve de faire un long séjour à l’étranger pour m’émanciper et baigner dans une langue étrangère. C’est ce qui m’a incité à tenter le concours des instituts d’études politiques (IEP), car j’avais entendu qu’une année à l’étranger était obligatoire dans ce cursus. En cas d’échec, je décidais de demander une classe préparatoire (lettres et sciences sociales) afin de repasser ensuite ces concours. Mais l’entrée en classe préparatoire a été transformatrice et j’y suis resté finalement trois ans. Continuer la lecture de « C’est la première fois que je rencontrais une discipline scientifique qui mettait à distance tout ce qui fait la normalité du quotidien »

Livre d’Or des 20 Ans

En cette année 2023 marquant ses deux décennies d’existence, l’équipe Veille et Analyses de l’Institut français de l’éducation (IFÉ-ENS de Lyon) est fière de célébrer son parcours, mais surtout honorée de vous savoir, chères lectrices, chers lecteurs, à nos côtés.

Répondant à notre sollicitation, vous avez été nombreuses et nombreux à participer à l’enquête qui a eu lieu au printemps dernier, et pour cela, nous vous exprimons notre profonde gratitude. C’est avec joie que nous vous en présentons les premiers résultats, accompagnés de vos multiples témoignages, rassemblés dans le « livre d’or des 20 ans de Veille et Analyses » que vous pouvez télécharger ici.
Chaque mot bienveillant, chaque encouragement, chaque élan d’enthousiasme que vous partagez avec nous deviennent le carburant qui alimente notre passion et notre dévouement au quotidien.

À vous toutes et tous, nous adressons un immense MERCI pour votre temps et pour chaque réflexion partagée.