Utiliser les recherches en éducation ? Oui, mais pourquoi et comment ?

La volonté d’adosser les politiques et les pratiques éducatives aux résultats de la recherche s’amplifie depuis plusieurs années, en France, comme à l’international. Si cette idée, ou cette injonction selon les cas, semble pertinente, elle ne va pourtant pas de soi dans sa mise en oeuvre. Tout d’abord, de quelles recherches parle t-on ? En effet, plusieurs courants de recherches portant sur l’apprentissage et l’enseignement coexistent sans forcément partager les même façons d’appréhender ce qu’il se passe à l’école. La rencontre entre les recherches portant sur l’éducation ( psychologie, sociologie, philosophie, économie et histoire de l’éducation, mais aussi sciences cognitives, sciences du langage, …) et les pratiques enseignantes est loin d’être évidente et génère depuis plus de 50 ans des tensions et des disputes dans un climat de méfiance réciproque. De vastes controverses quant aux enjeux éducatifs traversent régulièrement les médias et l’opinion publique suscitant de nombreuses confusions sur l’éducation en tant qu’objet de recherche. Les questions portant sur l’opérationnalisation des savoirs savants dans le quotidien des établissements scolaires sont nombreuses  : comment les savoirs scientifiques circulent-ils entre les sphères politiques, scientifiques et éducatives ?  Quels types de connaissances peuvent être utilisés et comment juger de la pertinence des résultats de la recherche, ceux susceptibles d’apporter une contribution significative à l’amélioration des pratiques ou à la prise de décision politique ? Comment ces recherches peuvent-elles être mobilisées puis appropriées par les enseignant.e.s de manière à mieux faire réussir les élèves ? Continuer la lecture de Utiliser les recherches en éducation ? Oui, mais pourquoi et comment ?

LPPR: avis de tempête sur l’enseignement supérieur et les revues scientifiques

Avant même sa présentation publique, la loi sur la programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), qui se fonde sur trois rapports remis à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche (ESR), fait des vagues au sein de la communauté universitaire française. Défendue par les un.e.s au nom de l’attractivité et de la compétitivité internationale (par le président-directeur général du CNRS ou un professeur de médecine), décriée par d’autres pour la précarisation, les inégalités accrues et un affaiblissement du service public de la recherche (en particulier pour les femmes  et les jeunes chercheur.ses), la loi risque en tout cas de modifier l’organisation de l’enseignement supérieur et de la recherche en France – même si le principe de la concurrence n’est pas nouveau, comme le montre cette mise en perspective historique de Jérôme Aust (voir aussi ce dossier).

Depuis le mois de décembre, articulé à la contestation contre la réforme des retraites, le mouvement contre la LPPR s’organise par différentes modalités au sein de l’ESR. Ainsi, de nombreux laboratoires de recherche, y compris en éducation, ont voté des motions et organisent des manifestations variées, par exemple le cycle de conférences sur l’ESR du Laboratoire de l’Education – LLE à l’ENS de Lyon. Différentes sections du Conseil national des universités  – l’instance collégiale qui encadre les recrutements et carrières des enseignant.es-chercheur.ses – ont également pris position, dont la section 70 (sciences de l’éducation et de la formation).

Plus de 120 revues scientifiques d’orientations théoriques et empiriques diverses, notamment issues des sciences humaines et sociales (liste à jour, compte twitter), se sont également jointes au mouvement et se sont déclarées en lutte – côté éducation, on note la présence des Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs et de Cliopsy. À partir d’une analyse de ce mouvement, le sociologue Anthony Pecqueux ouvre la “boîte noire” du fonctionnement des revues et de leur modèle économique et en situe les enjeux à court et à long terme: fonctionnement collégial des comités de rédaction, activité de relecture et d’évaluation des articles par les pairs (couteuse en temps mais élément constitutif de l’appartenance à et de la reconnaissance dans une communauté scientifique), rôle central des métiers invisibles (édition numérique, graphisme, secrétariat d’édition, etc.)…

Pour prendre du recul sur cette thématique et voir comment la LPPR s’inscrit dans les réformes de l’enseignement supérieur des dernières décennies, nous vous conseillons de lire l’Edubref de Laure Endrizzi sur “1968-2018: 50 ans de réforme à l’université”.

Comment l’école à la maison reconfigure le travail des professionnels de l’École

L’« instruction dans la famille », pour reprendre le terme officiel utilisé dans un décret de 2016 et une circulaire de 2017, qui en rappellent le caractère légal et en précisent les modalités, a fait en 2018 l’objet d’un rapport européen. Ce qui peut apparaitre comme un oxymore sous différentes appellations (homeschooling, home education, instruction à domicile, enseignement à la maison, apprentissage en famille, …), est aussi un sujet de recherche émergent en France, comme en témoignent par exemple un séminaire porté par l’université de Cergy-Pontoise depuis 2015 et des publications récentes (Bongrand, 2019 ; Wagnon, 2020). Continuer la lecture de Comment l’école à la maison reconfigure le travail des professionnels de l’École

Le changement c’est comment, déjà ?

Nouveau lycée général et professionnel, nouvelles modalités de recrutement et de formation initiale des enseignants, nouveaux acteurs et périmètres de l’orientation scolaire, débats au sein de la communauté des enseignant.e.s-chercheur.e.s autour de la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche … Sans même parler de celle des retraites, les réformes en cours sont omniprésentes dans l’actualité éducative de ce début d’année. Elles impliquent des transformations systémiques, aux enjeux importants en termes de professionnalité pour les acteurs et actrices concerné.e.s.

« Quels dispositifs ? quelles structures ? quelles ressources ? quels outils ? quels acteurs ? quels réseaux ? qu’est-ce qui permet l’implantation d’une réforme sur le terrain ? » C’est à ces questions que le dossier de veille Le changement, c’est comment ? contribuait à répondre en janvier 2016, au moment où se mettaient en place d’autres réformes : rythmes scolaires, collège, éducation prioritaire … Continuer la lecture de Le changement c’est comment, déjà ?

L’Institut français de l’Éducation recrute à la rentrée 2020

C’est pas moins de 6 postes d’enseignant.e.s détaché.e.s (ou chargé.e.s d’étude) qui sont ouverts à l’IFE pour la rentrée 2020, dans les 3 nouveaux pôles qui structurent l’institut depuis décembre 2019 :

  • 1 poste pour la responsabilité du pôle Médiation & Expertise dont l’équipe Veille & Analyses fait désormais partie, ainsi que la webradio Kadékol et la diffusion des pratiques numériques innovantes ;
  • 2 postes pour la responsabilité du pôle Incubation/interface et la contribution aux recherches collaboratives dans le cadre des LéA (Lieux d’éducation associés) ;
  • 3 postes pour  le pôle formation, dont 2 pour le Centre Alain Savary qui fait désormais partie de ce pôle.

Ces candidatures s’adressent à des personnels du premier ou second degré (professeur.e des écoles, certifié.e, agrégé.e, CPE, inspecteur.rice.s, chef.fe.s d’établisssement…) selon des profils variés en fonction des postes proposés.

Une implication dans des projets de recherche portant sur “Les professions éducatives et territoires”, “Enseigner dans le supérieur” ou “Apprentissage et didactiques” sera éventuellement demandée aux candidat.e.s, pour permettre la diffusion de ces recherches notamment auprès des enseignant.e.s et des formateur.rice.s.

En 2021, des changements structurels à l’intérieur de l’Université de Lyon rapprocheront l’IFE des autres acteurs et actrices de l’enseignement supérieur de la région, comme par exemple l’INSPE de l’académie de Lyon,  le laboratoire de recherche ECP,  le département de sciences de l’éducation de l’université Jean-Monnet de St-Etienne, les STAPS de l’université Lyon 1 et de St-Etienne.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur les recherches en éducation et faire de la médiation entre mondes universitaires et mondes scolaires et éducatifs, n’hésitez plus, vous avez jusqu’au 5 février pour postuler.

 

Pour plus d’informations :

http://www.ens-lyon.fr/lecole/travailler-lens/recrutement-et-offres-demploi/autres-postes-denseignants-et-de-chercheurs

Des établissements autonomes, vraiment ?

Le rapport annuel des inspections générales pour l’année 2019 a porté sur l’autonomie des établissements scolaires. Ce transfert de responsabilités de l’État vers les établissements publics locaux d’enseignements (EPLE), c’est-à-dire les établissements du second degré, peut prendre différentes formes : la politique pédagogique et éducative du collège ou du lycée (par exemple via le projet d’établissement), son organisation pédagogique (la composition des classes, etc.), la gestion de ses ressources humaines (avec entre autres la constitution des équipes pédagogiques) et financières (avec un nouveau rôle à jouer pour les agences comptables). Continuer la lecture de Des établissements autonomes, vraiment ?

“Choisir son école” : les coulisses de l’enquête d’A. van Zanten accessibles sur beQuali

Dans les médias ou dans les bibliographies scientifiques sur la question centrale des inégalités à l’école, certains ouvrages reviennent régulièrement et deviennent peu à peu des « classiques » : il en va ainsi de Choisir son école. Stratégies familiales et médiations locales (2009) de la sociologue de l’éducation Agnès van Zanten, qui porte sur les stratégies parentales de choix d’établissement (principalement au niveau du collège) dans l’agglomération parisienne. Continuer la lecture de “Choisir son école” : les coulisses de l’enquête d’A. van Zanten accessibles sur beQuali

The Dossier de veille’s little sister…in English

Cet article est en anglais – Lire ici le billet en français consacré à la publication du premier Edubref en 2018.

People often ask us if we could write a Dossier de veille – our series of long-form narrative litterature reviews – in a shorter, more condensed form. Indeed, most of you (of many of us, too!) usually don’t have time to read 25 to 40 pages, fascinating though they may be, about every interesting subject on educational issues.

That’s why we, the Veille & Analyses team, are launching another series in our family of EduSomething (including EduVeille, EduObs, EduPass, etc.): Edubref

Edubref is a compact version of the “Dossier de veille” and presents, on four pages, the essentials to get started  on a particular issue in education and in education research. Our readers, if the subject appeals to them, can then go further with the Dossier on the same topic. We also aim to support teachers’ trainers tackle complicated subjects with their students and to provide them with bibliographical references to engage further with the issue. The Edubref are published both in French and English, allowing us to  offer an English adaptation of our work to  readers who are not (yet) fluent in French.

There are currently six Edubref : The first Edubref adresses the question of curricula and educational content, the second Edubref focuses on the issue of student support systems: support, remediation, personalized help, support for students in difficulty, etc.. The third one is dedicated to the main reforms that have shaped the history and development of French universities over the past 50 years. The fourth Edubref is about collaborative work between teachers, The fifth Edubref presents some historical and conceptual references on the notion of inclusive school, in parallel with the Dossier de veille 127 Learning (in) Inclusive Schools, and the sixth Edubref focuses on how to implement projects that foster learning in schools.

I hope you will enjoy reading and sharing this smaller format as much as we enjoyed creating it!

Download Edubref (EN) : Where does school curriculum come from ?

Download Edubref (EN) : How should we support student’s learning ?

Download Edubref (EN) : 1968 – 2018: 50 years of university reforms

Download Edubref (EN) : Working together to teach better

Download Edubref (EN) : The origins of inclusive education

Download Edubref (EN) : Projects at school: what conditions foster learning ?

Quoi de neuf en anthropocène ? du coté des programmes scolaires

Pourquoi aller en classe si le futur climatique n’est pas pris en compte par les politiques ? Ainsi parlait Greta Thunberg lors de sa première grève de l’école devant le parlement suédois, suivi au long de l’année scolaire 2018-2019 par un ensemble d’élèves et d’étudiants. Longtemps le propos a été renversé, et souvent implicitement c’est les élèves qui étaient chargés de leur futur, invités à mettre en place des comportements vertueux ou d’encourager leurs parents à le faire. Désormais, au delà des gestes individuels, la réflexion, en particulier dans le cadre de la recherche en éducation au développement durable, se déplace vers les possibilités d’engagement citoyen et politique au sein des établissements et de leurs territoires. Nous voici embarqués et l’intitulé d’un ouvrage récent « Éduquer en anthropocène » montre l’imbrication étroite entre l’objet de cette éducation et le milieu dans lequel il s’inscrit.

Au risque d’une simplification abusive, Wynes (2019), dans la revue Green Teacher[1] propose de se concentrer sur l’essentiel pour l’enseignement du changement climatique. Il présente cinq messages clés à faire passer au public pour l’encourager à agir :

  • The Earth is warming
  • It’s Bad
  • It’s because of humans
  • Experts agree
  • We can fix it

La question fondamentale réside désormais dans la dernière assertion, et les controverses portent sur la façon dont nous pouvons agir face à ce défi climatique.

Au delà de la définition de son contenus, il semble que l’éducation au changement climatique (ECC) soit en train de se normaliser. Si l’on se réfère à quelques récentes déclarations, il apparaît qu’elle est passée d’un sujet confidentiel à un sujet « mainstream ». Les mobilisations en faveur de l’ECC se sont multipliées au cours de cette dernière année aboutissant à des résultats, comme en France, le renforcement des programmes des lycées, en seconde en SVT et Histoire Géographie, l’impact des activités humaines sur le milieu, dans l’enseignement scientifique de première et  la totalité de l’enseignement scientifique de terminale qui sera consacré aux enjeux climatique à partir de la rentrée 2021.

Revenons en cette fin d’année sur un aperçu de ces mobilisations, en France et au delà.

Continuer la lecture de Quoi de neuf en anthropocène ? du coté des programmes scolaires