Participez à une enquête de recherche sur les réseaux d’apprentissages professionnels

L’Institut français de l’éducation (Ifé – École normale supérieure de Lyon) lance une enquête exploratoire auprès d’établissements d’enseignement, du primaire et du secondaire intitulée Réseaux et Communautés d’Apprentissage Professionnels (RÉCAP).

Cette enquête a pour objectif :

• de mieux connaître les habitudes de travail collaboratives des équipes éducatives (enseignant.e.s, personnels d’encadrement et d’accompagnement) ;

• de mieux comprendre la constitution de réseaux sociaux professionnels ou « communauté d’apprentissage professionnelles » (CAP) ;

• de mieux cerner les attentes des personnels éducatifs vis-à-vis des résultats issus de la recherche et d’interroger la possibilité des les intégrer dans leurs pratiques éducatives.

Deux supports de communication sont téléchargeables en bas de cet article.

Culture commune des enseignant.e.s d’école et de collège : quelle réalité ?

Dans son activité de veille, notre service a à cœur de mettre en lumière le travail de jeunes chercheur.e.s , de plusieurs manières : en rendant compte de leurs travaux, aux côtés de ceux de leurs collègues plus installés, dans nos Dossiers de veille thématiques, mais aussi sur ce blog à l’occasion d’un compte-rendu de colloque , en les sollicitant pour des interventions dans Entretiens Ferdinand Buisson, ou plus simplement en les invitant à s’inscrire sur l’annuaire éduObs pour assurer une plus grande visibilité à leurs travaux. Une rubrique du site (dont je m’occupe plus particulièrement) est également consacrée à la recension des thèses récemment soutenues dans le domaine de l’éducation et de la formation. Toutes les deux semaines, 4 à 6 thèses environ – pour la plupart accessibles en libre accès – sont signalées.

Parce que je suis en train de travailler à un futur dossier consacré à la formation des enseignant.e.s, mon attention s’est portée plus particulièrement ce mois-ci sur une thèse récente consacrée à la question de la réalité de la culture professionnelle commune des enseignant.e.s, et de son impact sur le travail entre professeur.e.s des écoles et des collèges. L’auteure, Virginie Volf, a travaillé au sein du laboratoire CeDS (Culture et diffusion des savoirs) à l’université de Bordeaux, où elle a confronté les injonctions à créer une culture pédagogique commune et la réalité de celle-ci, presque 30 ans après la création des Instituts de formation des maitres, dont l’objectif affiché était de créer cette culture commune, et alors que sa nécessité est encore invoquée en 2013 dans le référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l’éducation : « tous les personnels concourent à des objectifs communs et peuvent ainsi se référer à une culture commune d’une profession dont l’identité se constitue à partir de la reconnaissance de l’ensemble de ses membres ».  Continuer la lecture de Culture commune des enseignant.e.s d’école et de collège : quelle réalité ? 

La direction d’école : quelle(s) recherche(s) !?

Une fois n’est pas coutume, les directeurs et directrices d’écoles maternelles, élémentaires et primaires sont en cette rentrée scolaire (un peu) plus sous le feu des projecteurs qu’à l’accoutumée : communication suite à une mission parlementaire « flash », réflexion à l’ordre du jour de l’agenda social du Ministère de l’Éducation nationale et de celui de différentes organisations syndicales.

Le moment semblait donc opportun pour proposer un état des lieux des recherches portant prioritairement sur la direction d’école et les enseignant.e.s en charge de cette fonction, ces travaux apparaissant par ailleurs comme peu mobilisés dans le discours des différents acteurs.

Continuer la lecture de La direction d’école : quelle(s) recherche(s) !? 

Formation et accompagnement pédagogiques à l’université d’Uppsala : quelle organisation ?

Mon récent séjour à l’université d’Uppsala en Suède s’est concentré sur la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage, et m’a fourni l’occasion d’examiner les lignes directrices visant à normaliser les pratiques, d’appréhender la définition opérationnelle des compétences pour enseigner et de m’intéresser à la dimension organisationnelle, sujet de ce 3e billet.

Une division rattachée à la gouvernance, 3 missions principales

Par dimension organisationnelle, j’entends la manière dont est structurée la Division pour l’amélioration de la qualité (DAQ), les missions dont elle est investie, les activités qu’elle conduit réellement et les ressources dont elle dispose, en particulier les profils des personnes impliquées. À l’heure où les SUP (services universitaires de pédagogie) semblent avoir le vent en poupe en France, positionner la problématique de la formation et de l’accompagnement des enseignants dans un cadre comparé élargi permet nécessairement de prendre un peu de hauteur par rapport aux débats hexagonaux.

La DAQ a été créée en octobre 2015. D’abord divisée en deux unités, elle en compte trois aujourd’hui :

  • l’Unité pour l’enseignement et l’apprentissage universitaire (UEA, celle qui m’a formellement accueillie durant ce séjour),
  • l’Unité pour la qualité et l’évaluation (UQE),
  • et plus récemment l’Unité pour l’évolution de la carrière académique.

Continuer la lecture de Formation et accompagnement pédagogiques à l’université d’Uppsala : quelle organisation ? 

De quelques communautés en éducation

Dans le cadre des recherches pour le dossier de veille sur le travail collectif enseignant, j’ai rencontré à maintes reprises le concept de communauté. J’ai eu envie d’approfondir ce que recouvrait ce terme qui sonnait de façon un peu exotique à mes oreilles de praticienne de l’éducation. Ce sera l’objet (d’au moins) deux billets d’Eduveille. Je vous propose pour cette semaine de rentrée un voyage au pays des PLC. Un prochain billet sera l’occasion d’aborder les liens entre communautés et créations de savoirs.

Une multiplicité d’expressions et des réseaux en construction 

En éducation, les communautés de pratique et les communautés professionnelles « sont des groupes de professionnel.le.s, à l’intérieur ou en dehors d’un établissement scolaire, qui réalisent des apprentissages situés, en action et à partir de l’action » (Gibert, 2108).

Avec diverses acceptions, les appellations de communauté traversent la littérature internationale, comme en témoignent quelques expressions moissonnées au fil des lectures : communautés de pratiques, community of practice, communauté d’apprentissage professionnel, communautés professionnelles d’apprentissage et professional learning communities, teacher community, professional teacher community, educational community, communauté apprenante, établissement apprenant, établissements formateur, cooperative learning community, collaborative learning community, litteracy learning community, global urban learning community, situated learning communities in CoP, , action research learning community, communautés de recherche, communautés d’apprentissage et de recherche… et en lien avec l’utilisation d’internet, les networked learning communities, les VLC ou virtual learning communities, network improved communities.

Continuer la lecture de De quelques communautés en éducation 

Quelles compétences pour enseigner dans le supérieur ? la conception de l’université d’Uppsala

L’un des axes de travail privilégiés, lors de mon séjour dans la plus vieille université de Suède en juin dernier (plus exactement au sein de la Division qualité), s’est porté sur la formation pédagogique des enseignants universitaires. Pas seulement parce que c’est un sujet d’actualité en France, avec la mise en oeuvre, obligatoire en 2018, d’une formation de cette nature pour tous les nouveaux maitres de conférence (déjà abordé dans ce billet), mais aussi parce que c’est une problématique clé de mes travaux depuis déjà pas mal d’années et que la confrontation des univers culturels n’est jamais vaine. À l’université d’Uppsala, les compétences pour enseigner sont définies, enseignées et évaluées. C’est une des orientations majeures des lignes directrices pour la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage mises en oeuvre.

La définition des compétences pour enseigner

La brochure Assessing teaching skills in higher education (24 pages) revêt en effet un caractère officiel et structurant : elle est publiée par l’université, utilisée comme référence par les services intervenant à un titre ou un autre dans le développement professionnel des personnels et mis à disposition des facultés. Elle est aussi téléchargeable, en suédois et en anglais, et périodiquement mise à jour (la 1ère version remonte à 2004). Il ne s’agit pas d’un référentiel en tant que tel, en tous cas ce n’est pas le terme qui lui est appliqué. Continuer la lecture de Quelles compétences pour enseigner dans le supérieur ? la conception de l’université d’Uppsala 

Qualité de l’enseignement et de l’apprentissage : la vision de l’université d’Uppsala

Accueillie au sein de la Division qualité de l’université d’Uppsala en juin dernier, j’ai pu découvrir tout un écosystème au service d’une amélioration continue de l’enseignement, soutenu par une gouvernance très impliquée, motrice.

Cette implication ne relève pas de la seule initiative de l’université bien entendu, certaines prescriptions, telle la mise en oeuvre de la formation pédagogique des enseignants, sont émises à l’échelon national. Charge aux universités suédoises, pour continuer l’exemple, d’élaborer une offre mixant cours théoriques et dimensions pratiques, modules de base et modules avancés, pour permettre aux futurs enseignants-chercheurs de suivre les dix semaines de formation obligatoires en vue de la titularisation. L’université d’Uppsala n’est donc qu’un « cas » parmi d’autres, particulièrement « exemplaire » du fait d’un engagement stratégique de longue date en faveur de l’excellence en recherche et en enseignement, à part égale en apparence.

Les lignes directrices de la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage

L’université a ainsi construit une « vision » de la qualité de l’enseignement, dont les principes sont explicités dans un document de référence intitulé Teaching and learning at Uppsala University. Visions for Educational Activity and Development, ratifié par le conseil d’administration. Ce document téléchargeable et disponible en suédois et en anglais (19 pages), pose les bases pour une culture commune en termes de construction d’offre de formation, de promotion du développement professionnel et d’évaluation de l’enseignement. L’édition révisée en 2018 présente les quatre objectifs généraux qui structurent cette vision : créer les conditions favorables à l’apprentissage des étudiants, accompagner l’évolution continue et systématique des diplômes, fournir des opportunités de développement professionnel aux enseignants (pédagogie et didactiques) et reconnaître la légitimité des activités d’enseignement dans la carrière. Continuer la lecture de Qualité de l’enseignement et de l’apprentissage : la vision de l’université d’Uppsala 

Comment accompagner l’apprentissage des élèves?

Le premier Edubref sur les programmes scolaires est paru en mars 2018, ouvrant ainsi la voie de cette nouvelle série réalisée par le service Veille & Analyses de l’IFE-ENS de Lyon. L’objectif : proposer en 4 pages une lecture très condensée des apports des recherches sur des questions éducatives, alors que nos Dossiers de veille dépassent souvent la trentaine de pages.

 

C’est sur la question des dispositifs d’accompagnement des élèves que se penche ce deuxième Edubref : soutien, remédiation, aide personnalisée, accompagnement d’élèves en difficulté, devoirs faits…

Il s’intéresse en particulier aux différents types de dispositifs qui existent depuis les années 1970 pour mieux faire réussir les élèves et leurs liens avec l’apprentissage qui se déroule en classe. Les problématiques soulevées à l’occasion de la mise en place de ces dispositifs sont également abordées et mises en perspective.

Télécharger Edubref : Comment accompagner l’apprentissage des élèves ?

Développer des compétences de « passeurs » en éducation, saison 2 !

On demande à de plus en plus de professionnels de l’éducation de  prendre en compte les travaux et les  résultats de recherche pour décliner des politiques scolaires, mettre en place des dispositifs, monter des formations ou tout simplement ajuster des pratiques éducatives. Depuis quelques temps, on utilise souvent l’expression de « passeurs » pour caractériser une partie du métier de professionnels de l’éducation : des formateurs intermittents ou à temps plein, des conseillers pédagogiques, des inspecteurs, des pilotes et coordinateurs de dispositifs, des cadres éducatifs, etc.

Comment faire ? Qu’est-ce que cela implique ? Quelle traduction concrète dans sa vie professionnelle ? Quelles recherches mobiliser ? Quels pièges et difficultés surmonter ? Pour aider à répondre à ces questions, nous avions proposé l’an dernier une première formation de « passeurs » en éducation, pour essayer de définir ensemble les compétences et savoirs qui pouvaient être utiles pour cette « fonction » ou cette « activité ».

Nous proposons une seconde édition de cette formation amendée en fonction des résultats et des enseignements tirés de la première édition.

Dans cette session 2018-2019, nous allons en effet donner un rôle plus central aux situations contextualisées dans lesquelles on peut être confronté aux résultats de recherche ou avoir besoin de les mobiliser. En partant des préoccupations  de ceux qui participeront à la formation, il s’agit d’apporter des savoirs et des outils qui prennent sens  au regard des pratiques professionnelles.

Pour le résumer autrement, il s’agit non seulement d’apporter des connaissances utiles pour savoir « lire la recherche », mais aussi de travailler ensemble sur les conditions dans lesquelles telle ou telle recherche peut être plus ou moins utile ou pertinente à mobiliser dans telle ou telle situation.

C’est pourquoi la formation est articulée en deux sessions : une première, en octobre, permettra de problématiser les questions que se posent les participants et d’y apporter de premiers éclairages à partir des savoirs des formateurs mais aussi des expériences partagées par les autres participants. La seconde session, en avril, permettra de faire le point sur les évolutions de pratiques et leurs freins, d’approfondir la réflexion théorique et de favoriser l’appropriation de la formation par un essai de réalisation d’une ressource donnant l’opportunité  de mobiliser des résultats de recherche à destination d’un public de praticiens. Entre les deux sessions, des outils d’échanges et de suivi seront mis en place.

Dans l’idéal, nous encourageons les collègues intéressés à s’inscrire aux deux sessions. Conscients aussi des contraintes rencontrées pour participer à ces 4 jours de formation, nous acceptons des inscriptions isolées à la première ou à la deuxième session, sachant que nous adapterons le programme de la deuxième session pour prévoir des modalités de différenciation en fonction des caractéristiques des publics concernées.

Attention : pour des raisons logistiques (contraintes du logiciel), il faut s’inscrire à chaque session séparément même si vous souhaitez assister aux deux…

 

Les défis de la formation des enseignants en Méditerranée

Si la devise de la faculté d’Education de Malte est « Promouvoir un public éduqué dans une démocratie participative » , les objectifs affichés du colloque Teacher Education and Educational Research in the Mediterranean semblent donner la primeur aux exigences d’un monde économique  : « Répondre à la demande croissante d’une main-d’œuvre hautement qualifiée capable de s’engager activement dans des activités sociales et professionnelles innovantes pour faire face aux défis de la société moderne« . Nous avons choisi, pour faire écho à ce colloque, de partir de la Méditerranée à la suite  de Mazawi, avant d’entamer une tournée mondiale embarqués par Cochran-Smith, deux chercheurs ayant donné des conférences pleinières lors de ce colloque.

A partir de la Méditerranée

La (encore jeune) république de Malte est emblématique à plusieurs égards car elle concentre nombre de problématiques qui peuvent être transposées au niveau mondial. D’abord, ce pays est marqué à la fois par la densité de population la plus élevée d’Europe et un faible taux de terres arables –ainsi la présidente de la république en allocution introductive a mis l’accent sur l’éducation au développement durable. Ensuite, il est situé au carrefour de nombreuses influences culturelles, la langue maltaise est la seule langue sémitique d’Europe et le bilinguisme anglais-maltais est de fait dans les écoles dès le plus jeune âge. Enfin, il est  actuellement à l’avant poste sur les chemins des migrations de la Méditerranée.

Continuer la lecture de Les défis de la formation des enseignants en Méditerranée