L’Institut français de l’éducation recrute

L’IFÉ recrute pour la rentrée 2022 un·e chargé·e d’études, c’est à dire un personnel de l’éducation (enseignant·e du premier ou du second degré, personnel de direction, inspecteur·trice, etc.) en détachement à l’ENS de Lyon pour une durée maximum de cinq ans. Le poste est rattaché au pôle médiation de l’Ifé, au sein de l’équipe Veille et Analyses,  composée actuellement de 6 personnes (voir le profil de poste détaillé et les conditions de recrutements). 

Venir travailler à la Veille de l’IFÉ est une expérience originale pour qui veut contribuer de façon intensive à  la médiation entre le monde des recherches et celui des pratiques éducatives. La plupart de nos activités consiste en effet à valoriser la littérature scientifique relative à l’éducation et à la formation et à améliorer la circulation  des savoirs entre ces deux mondes en publiant des états de l’art comme les Dossiers de veille, notre production phare, des courtes synthèses, comme les Édubrefs, ou encore diverses publications en direction des actrices et acteurs de l’éducation. Cette valorisation se traduit également par des séminaires de travail, des formations ou des interventions lors de conférences.

Quelles sont les principales compétences attendues des candidat·es ?

Travailler à la veille requiert avant tout une grande curiosité intellectuelle, puisqu’il s’agit de s’intéresser à des travaux dans toutes les disciplines constitutives de la recherche en éducation (sciences de l’éducation, pédagogie et didactique, sociologie, psychologie, histoire, philosophie…). Il est indispensable d’aimer lire et écrire de façon assez dense : il est attendu de chaque collègue de la veille qu’il rédige régulièrement des Dossiers de veille  et Edubrefs (deux par an généralement) et d’éventuelles notes ou articles plus ponctuels dans des revues professionnelles. Posséder un culture scientifique en sciences de l’éducation, en SHS au minimum, ou en formation est fortement recommandé.  Il faut également apprécier le travail en équipe, car il est dans nos habitudes d’échanger sur nos sujets respectifs et de nous relire sans craindre le regard critique des collègues. Il est enfin nécessaire de maitriser suffisamment l’anglais pour pouvoir lire des articles de recherche dans cette langue.

Nous sommes localisés à Lyon, dans le 7ème arrondissement (métro Debourg) : si vous n’habitez pas déjà les environs de Lyon, prévoyez un emménagement dans notre belle ville si vous êtes retenu·e !

Pour plus de précisions, vous pouvez nous contacter via ce formulaire.

Attention : les pré-candidatures ne sont ouvertes que jusqu’au 1 février 2022 !

Les jeunes en France, des citoyens pas comme les autres ?

La notion de « jeunesse » est une construction récente. Si l’on considère les différents âges de la vie, la conception à l’œuvre depuis la fin du 19e siècle repose sur un cycle de vie tripartite, décomposé de la façon suivante :

  • L’enfance, caractérisée par l’obligation scolaire ;
  • L’âge adulte, initié avec l’entrée sur le marché du travail ;
  • La vieillesse, correspondant à la sortie du marché du travail.

Avec la complexification des modes de vie et un brouillage des transitions à divers niveaux (allongement de la durée des études, allers-retours au domicile des parents, retours en formation après une expérience professionnelle, etc.), l’âge de la « jeunesse » a émergé, dès les années 1970, pour désigner une période intermédiaire, fondée sur l’expérimentation de soi et des autres, à travers de nouveaux modes de vie.

Dès lors se pose la question du soutien à apporter à celles et ceux qui abordent cette transition, car les fragilités qu’elle induit ne relèvent pas de la seule responsabilité des familles, ni ne dépendent du seul marché de l’emploi. Comment les politiques publiques s’emparent-elles de ce nouvel âge ? Comment accompagnent-elles le passage vers l’âge adulte des nouvelles générations ? C’est la question qui fonde l’ouvrage collectif publié dernièrement, sous la direction de Tom Chevalier et Patricia Loncle, Une jeunesse sacrifiée ?, PUF, collection La vie des idées, 2021.

Continuer la lecture de Les jeunes en France, des citoyens pas comme les autres ?

Grandir connectés, vraiment ? Entretien avec Anne Cordier

L’ouvrage collectif Digital Literacy : Curriculum Development and Implementation in European Countries est disponible en ligne. Anne Cordier, professeure des universités en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lorraine et membre du Centre de recherche sur les médiations (CREM), a rédigé la contribution française à ce nouveau Yearbook du Cidree, réseau européen dont l’Institut français de l’éducation fait partie. Elle répond à nos questions. Continuer la lecture de Grandir connectés, vraiment ? Entretien avec Anne Cordier

Politiques de différenciation et (re)production des inégalités sociales dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Organisé avec le soutien du Réseau d’Études sur l’Enseignement Supérieur, le colloque « La construction des inégalités dans l’enseignement supérieur et la recherche » s’est tenu les 14 et 15 octobre 2021, à l’École Normale Supérieure de Lyon.

La thématique de cet évènement scientifique s’inscrit dans une actualité récente très riche, qui (re)questionne les inégalités dans l’enseignement supérieur et la recherche : celles-ci touchent les étudiant.es, les enseignantes-chercheur.es, les personnels administratifs, et creusent des disparités croissantes entre établissements, au niveau national et international. La crise sanitaire a notamment (re)mis au jour les profondes inégalités existantes entre les populations étudiantes, rappelant que l’enseignement supérieur est un espace de production et de reproduction des inégalités sociales. L’année 2020 a par ailleurs été marquée en France par l’adoption de la Loi de Programmation de la Recherche (LPR), rebattant les cartes des statuts des professions académiques et du financement de la recherche, et attisant débats et controverses sur les nouvelles fractures engendrées par cette réforme.

Continuer la lecture de Politiques de différenciation et (re)production des inégalités sociales dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Accès aux grandes écoles : le mérite en héritage

L’« ouverture sociale », terme qui désigne les expérimentations des grandes écoles françaises pour élargir leur vivier de recrutement, a tout juste 20 ans. C’est en effet à la rentrée 2001 que Sciences Po Paris a lancé ses « conventions d’éducation prioritaire » (CEP) pour faire bénéficier d’une voie spécifique d’accès les meilleurs bacheliers issus des lycées partenaires situés en ZEP. Beaucoup d’autres initiatives ont suivi, celle de l’ESSEC notamment en 2002 (PQPM « Une Grande École, Pourquoi Pas Moi ? »), fondée pour sa part sur un tutorat adressé aux lycéens désireux de préparer le concours d’entrée.

Toutes quasiment aujourd’hui, qu’il s’agisse des écoles d’ingénieurs, des écoles de commerce, des Instituts d’études politiques, des Écoles normales supérieures ou des autres écoles spécialisées, affichent une position favorable à l’accueil d’étudiants d’origine modeste et déploient une kyrielle de mesures au service de cet engagement, avec souvent le soutien financier de l’État, dans le cadre des « Cordées de la réussite », dispositif lancé en 2008.

Que sait-on, 20 ans après donc, de ces diverses mesures d’« ouverture sociale » ? Comment ont-elles été déployées par les grandes écoles ? Ont-elles permis d’élargir de façon effective la base de recrutement et les cohortes de diplômés des grandes écoles ? Ont-elles favorisé la mobilité sociale de leurs bénéficiaires ?

Ce billet propose de remonter un peu le temps pour comprendre leur généalogie et analyser leur contribution à la promotion d’un idéal méritocratique « ouvert ». Il s’appuie notamment sur l’enquête statistique publiée en début d’année par l’Institut des politiques publiques (Quelle démocratisation des grandes écoles depuis le milieu des années 2000 ?, IPP, 2021) et sur les travaux de Paul Pasquali, Héritocratie. Les élites, les grandes écoles et les mésaventures du mérite (1870-2020) (2021b) et Passer les frontières sociales. Comment les filières d’élite entrouvrent leurs portes (2021a, sorti des presses en 2014 et réédité en poche). Il est aussi fait référence à quelques travaux plus anciens menés au sein de l’OSC (Observatoire sociologique du changement) sous la houlette d’Agnès van Zanten.

 

Le volontarisme méritocratique fait loi depuis 2006

La mobilisation de Sciences Po Paris en 2001, largement commentée dans les médias, immédiatement très controversée, a créé une sorte de précédent. Une grande école annonçait publiquement qu’elle prenait sa part de la massification des études supérieures : Continuer la lecture de Accès aux grandes écoles : le mérite en héritage

Comment remédier aux inégalités numériques en éducation ?

Le dossier de veille nº 139 « Au cœur des inégalités numériques en éducation, les inégalités sociales » voit le jour à l’heure où la crise sanitaire a eu un effet de loupe sur un phénomène qui lui préexistait, comme l’illustre le grand nombre de rapports les évoquant depuis le printemps 2020. Voici quelques exemples : 40 propositions issues des États généraux du numérique en novembre 2020 ; le livre blanc Éducation et numérique : défis et enjeux de l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique [INRIA] en 2020 ; le rapport de l’Inspection générale Recensement et analyse des actions numériques pendant la période Covid 19 en 2020 ; Les usages pédagogiques du numérique au service de la réussite des élèves de l’Inspection générale sur la crise du printemps 2020, à l’automne 2020 ; L’école à l’ère du numérique du Conseil économique et social et environnemental en mars 2021.

Alors que le Dossier de veille de C. Joubaire sur l’éducation aux médias et à l’information (2017) avait abordé certains aspects de la question, ce nouveau Dossier de veille est entièrement consacré à cette thématique. En effet, ces inégalités numériques en éducation nécessitent d’être explicitées : comment les définir ? Que recouvrent-elles plus précisément ? Qui est concerné et de quelle manière ? Qu’a mis au jour la pandémie ? Quels sont les liens avec les parcours scolaires ? Remédier aux inégalités numériques en éducation semble aujourd’hui urgent et nécessaire : quels moyens peuvent être mis en place, et quelles stratégies institutionnelles ?

Si les inégalités numériques ont été largement étudiées en dehors du champ éducatif, ce dossier se concentre sur le domaine de l’éducation. Il s’appuie sur des recherches principalement menées en contexte scolaire, mais dont les résultats peuvent être utiles à d’autres niveaux.

La première partie de ce Dossier permet de circonscrire une terminologie (définitions, catégories, ancrages théoriques) ayant mis une dizaine d’années à se stabiliser. Qui est touché par ces inégalités en matière numérique, et comment ? La deuxième partie aborde ces questions de l’échelle macro (étatique, régionale) à l’échelle microstructurelle (enseignant·es, élèves, familles). Puis, nous faisons état des formes de remédiations existantes et à envisager, avant de proposer une relecture critique plus globale de l’acculturation actuelle au numérique éducatif.

Fenoglio Prisca (2021). Au cœur des inégalités numériques en éducation, les inégalités sociales. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 139, octobre. Lyon : ENS de Lyon.
En ligne : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA-Veille/139-octobre-2021.pdf

 

Une formation autour des recherches en éducation

Un nombre croissant de professionnels exerçant des métiers intermédiaires (cadres, formateurs et formatrices, etc.) intègre les recherches en éducation dans leur activité, exerce des formes de médiation entre la production de savoirs scientifiques, des politiques éducatives et des pratiques de terrain. Continuer la lecture de Une formation autour des recherches en éducation

Un nouveau Dossier de veille sur l’éducation… nouvelle

Le Dossier de veille n° 138 « l’Éducation nouvelle : une mosaïque centenaire » voit le jour à l’heure de nouvelles dynamiques sur ce thème, illustrées par l’initiative « Convergence(s) pour l’Éducation nouvelle », engagée en 2021 à l’occasion du centenaire du congrès de Calais, et la première Biennale internationale de l’Éducation nouvelle, organisée en 2017 par les Ceméa, les CRAP-Cahiers pédagogiques, la Fespi, l’ICEM-pédagogie Freinet, la Ficeméa et le GFEN. Continuer la lecture de Un nouveau Dossier de veille sur l’éducation… nouvelle

Politiques et territoires en éducation et en formation : retour sur le colloque inter-congrès AREF

 Le colloque inter-congrès AREF (Actualité de la recherche en éducation et formation), organisé conjointement par le Laboratoire Interuniversitaire des Sciences de l’Éducation et de la Communication (LISEC EA 2310) et par l’Association des Enseignant.e.s et Chercheur.e.s en Sciences de l’Éducation (AECSE), s’est tenu à distance les 2 et 3 juin 2021. La thématique n’est pas sans rappeler, par exemple, les huitièmes Entretiens Ferdinand Buisson, à la bibliothèque Diderot de l’ENS de Lyon (2020). Le regard géographique, et les dimensions spatiales, y étaient centraux. On pense aussi aux trois numéros de la revue Diversité sur l’expérience du territoire (2018 ; 2020).

Dans le colloque inter-congrès AREF 2021, la notion de territoire est à l’honneur de manière très polysémique. L’objectif annoncé dans l’appel à communication est de « réfléchir aux rapports entre les politiques d’éducation et de formation et les territoires ». La référence au concept de territoire est entendue sous différentes acceptions, à travers des thématiques variées : de l’enseignement supérieur à l’éducation en milieu rural, en passant par le numérique ou l’histoire des départements de Sciences de l’éducation et de la formation. Le premier axe de réflexion s’est intéressé à la mise en œuvre et à la réception des politiques dans les territoires, en lien à la notion de frontière, à ses limites (physiques, symboliques, culturelles) et à la relation subjective des individus, au sentiment d’appartenance généré. Le deuxième axe a porté sur le « territoire scientifique », suite à la modification du nom de la 70e section du Conseil national des universités (CNU) en 2019 (« sciences de l’éducation » devenant « sciences de l’éducation et de la formation »), interrogeant ici les questions d’expertise, de légitimité, tant au niveau national qu’international. Enfin, le troisième axe a porté sur le territoire comme ensemble structuré d’espaces de cheminement, en lien avec les savoirs, l’apprentissage, l’emploi, le politique et appréhendé en tant qu’espace (étendue, temporalité́, ou espace socio-culturel, réel ou virtuel).

Aussi, durant le colloque, les intervenant.e.s, ont examiné la notion de territoire en éducation « sous toutes ses coutures », l’ont articulée aux politiques, ont mis au jour les tensions et débats existants et ont interrogé les perspectives offertes pour les Sciences de l’éducation et de la formation.

Continuer la lecture de Politiques et territoires en éducation et en formation : retour sur le colloque inter-congrès AREF

Les émissions du mois de Juin 2021 sont disponibles sur Kadékol !

 

Kadékol, la webradio de l’éducation,  vous propose chaque mois trois émissions autour de l’éducation. Des reportages et des magazines radiophoniques sur des thèmes variés : recherche en éducation, actions de terrain, regards d’experts, actualités de l’Institut français de l’Éducation, sujets nationaux et internationaux…

« IFÉ  quoi ? #35 »

La clé des langues, le site ressources des enseignants de langues vivantes étrangères

Marion Coste, coordinatrice et responsable éditoriale du volet anglais nous parle de la Clé des langues, site expert des Ecoles Nationales Supérieur et Julia Journès, enseignante au lycée Blaise Pascal de Charbonnières-les-bains nous fera part de son expérience dans l’exploitation des ressources de ce site encore insuffisamment connu des enseignants de langue du secondaire et pourtant véritable mine de contenus aussi riches que sérieux. Claire Giordanengo nous propose des manuels d’apprentissage du latin entre rudimenta, colloques et autre traité des particules. Et Sébastien Boudin nous emmène du côté de Firminy dans la Loire pour découvrir le projet Archiclass’, un dispositif qui fait collaborer l’école d’architecture de Saint Etienne, la fondation Le Corbusier et le collège des Bruneaux.

« Ça manque pas d’R #36 »

Quelles voies pour enseigner l’oral ?

Cette année marque la première édition de l’épreuve du Grand Oral. Malgré une importante polémique et les objections  de plusieurs enseignants, Jean-Michel Blanquer a récemment annoncé son maintien. Mais comment est enseigné l’oral en France aujourd’hui ? Peut-on dire que l’école offre aux élèves les outils nécessaires à sa maîtrise “scolaire” ? Valoriser la culture orale à l’école est-ce renforcer l’égalité des chances ou accroître les inégalités sociales ? Elisabeth Bautier, sociolinguiste et enseignante chercheuse en sciences de l’éducation à Paris VIII, et Claudine Garcia-Debanc, professeure en didactique du français à l’ESPE Toulouse et chercheuse en sciences du langage, nous répondent.

« Le micro est dans la classe #34 »

Grand Oral la grande première

C’est après deux années chaotiques, rythmées par des confinements, des cours en demi-jauges, en classe ou à distance, des programmes nouveaux, et de nombreux rebondissements que va avoir lieu dans quelques jours…la grande première du grand oral ! Ce mois-ci, le micro est dans la classe part à la rencontre d’enseignants, d’inspecteurs et d’élèves pour savoir comment ils ont travaillé à la préparation de cette nouvelle épreuve.

« En quête d’école #12 »

Le bac : un diplôme démocratique ?

Si dans les années 1980 seuls 30% des élèves d’une classe d’âge obtenaient un baccalauréat, aujourd’hui ils sont entre 70 et 80% à l’obtenir, mais cette augmentation signifie-t-elle vraiment démocratisation ?