Apporter votre contribution aux enjeux de l’éducation scientifique et technologique

C’est à Saint-Malo du 27 au 30 mars 2018 que se tiendront les 10e rencontres scientifiques de l’ARDIST, l’Association pour la recherche en didactique des sciences et des technologies. Ce sera l’occasion de fêter les 20 ans de l’association, créée en 1998 pour mutualiser et partager les recherches en didactique des différentes disciplines scientifiques et technologiques. Un Dossier de veille est justement en préparation pour faire le point sur ces champs de recherche.

Les rencontres scientifiques de l’ARDIST, qui ont lieu tous les 2 ans, sont un moment d’échange entre toutes les didactiques des disciplines scientifiques et technologiques sur les enjeux, les problématiques, les méthodologies et les résultats des recherches. C’est aussi l’occasion de présenter des contributions de recherches de champs connexes et des ouvertures à des didactiques d’autres disciplines. Ces rencontres scientifiques ont vocation à accueillir toutes les personnes concernées par les didactiques des sciences et des technologies (chercheurs, enseignants, formateurs, étudiants, décideurs, responsables).

Vous avez jusqu’au 31 octobre 2017 pour contribuer à ces rencontres, sous le format que vous souhaitez, sous forme de symposiums ou de communication. Toutes les informations sont disponibles en ligne.

Si vous souhaitez mieux connaitre les chercheurs en didactique des sciences et des technologies, ou si vous voulez vous inscrire en tant que tel, vous pouvez consulter l’annuaire des chercheurs en éducation et formation EduObs, géré par l’IFE.

Les sciences de l’éducation au risque de l’ovalie

Le colloque « Mêlées et démêlés, 50 ans de recherches en Sciences de l’Education » organisé par l’équipe Toulousaine du laboratoire EFTS a réussi la gageure de créer un événement réflexif et festif au service d’une « multi-discipline » scientifique. En séance d’ouverture, D. Lacroix, président de l’université de Toulouse, souligne que ce colloque permet d’inscrire cette discipline émergente dans une histoire, sans faire abstraction des polémiques.

Mélées et  Démélées ? un parallèle assumé

Le ton est ensuite donné par Jean-François Marcel, directeur de l’EFTS qui déroule avec brio l’analogie des sciences de l’éducation avec le maniement du ballon ovale.  Des champs où l’on ne craint pas de s’affronter, de controverser pour échanger, loin des précautions oratoires du « en même temps » (« pas de même temps » martèle l’orateur). On retiendra de sa leçon sommaire de rugby  l’importance des intervalles (la bonne distance du chercheur (et/ou de la chercheuse) avec son objet ?), des passages, des marquages et … des débordements, sans oublier la place de la défense et des adversaires.

Autour de la même thématique, les organisateurs du symposium ont confié à Marguerite Altet la difficile tâche de sélectionneuse des 15 figures marquantes des sciences de l’éducation pour composer une équipe qui gagne : 5 femmes, 10 hommes, qui ont répondu aux deux questions :

  • Quelle est la controverse la plus importante selon vous des sciences de l’éducation ?
  • Comment voyez-vous les sciences de l’éducation dans 20 ans ?

Continuer la lecture de Les sciences de l’éducation au risque de l’ovalie 

Politique éducative et répartition des moyens : suffit-il de dire ce qui est juste ?

Une intéressante note de France Stratégie vient d’être publiée concernant l’évaluation des moyens humains accordés aux collèges. Pour résumer grossièrement, il s’agit de vérifier si les taux d’encadrement effectifs correspondent à la répartition des établissements entre collèges ordinaires, collèges en réseaux d’éducation prioritaire (REP) et collèges en REP +.  La réponse est sans surprise contrastée : ce n’est pas systématiquement dans les collèges ciblés de façon prioritaire que l’on trouve les meilleurs taux d’encadrement. Divers facteurs, comme la taille de l’établissement, sa situation plus ou moins rurale ou certains effets d’inertie, produisent des répartition de moyens qui ne sont pas justifiables par les objectifs officiels des politiques publiques. S’en suivent des recommandations pour rendre tout cela plus transparent et plus efficace.

Ce qui dans l’idéal devrait compléter cette note, comme souvent dans ce type d’analyses très sérieuses du point de vue de leur méthodologie propre, c’est la prise en compte de logiques sociales et politiques (voire même pédagogiques) qui permettraient de comprendre pourquoi les recommandations courent le risque de n’être que partiellement ou peu suivies par les autorités publiques et académiques. Continuer la lecture de Politique éducative et répartition des moyens : suffit-il de dire ce qui est juste ? 

Débat sur les rythmes à l’école : journée continue ou « en deux temps » ?

Et non, il ne s’agit pas du cas de la France qui se préoccupe du rythme hebdomadaire des temps scolaires à l’école, mais de nos voisins espagnols qui s’interrogent sur la meilleure répartition des heures dans une même journée d’école (ou de collège). Cette question apparait dans un article d’El País intitulé Jornada escolar continua o partida, ¿cuál es mejor?

Les horaires de la journée « en deux temps » (jornada partida), qui n’est plus majoritaire en Espagne depuis quelques années, sont les suivants : 9h-12h et 15h-17h (voir pour plus de détails le document proposé par des parents d’élèves de la Communauté de Valence, en faveur de la journée continue). Les horaires d’une journée continue sont toujours de 5h, mais regroupés de 9h à 14h. Le repas serait alors de 14h à 15h30 pour les élèves qui le souhaitent, et le reste de la journée, jusqu’à 17h, serait consacré à des temps périscolaires. Il y a donc pour cette répartition plusieurs sorties possibles des élèves (14h, 15h30, 17h), ce qui répondrait bien à la souplesse demandée par les familles, selon les tenants de la journée continue.

On retrouve dans ce débat des similitudes avec le débat français sur le nombre de jours hebdomadaires :

  • les intérêts des parents, des enseignant.e.s et des communautés locales (centres scolaires des communautés autonomes en Espagne) sont détaillés dans l’article ;
  • peu d’études de grande ampleur sur la meilleure répartition horaire sont disponibles, même si les travaux chronobiologiques montrent que la journée « en deux temps » correspond mieux aux baisses d’activité des enfants après le repas et en fin d’après-midi ;
  • la question des activités périscolaires (appelées extraescolares) est aussi soulignée comme étant au cœur des débats, et leur gratuité est acquise, dans l’objectif d’éviter les discriminations entre les familles ;
  • une étude sociologique montre que, au-delà des horaires, c’est la qualité du projet éducatif local qui compte le plus.

Pour aller plus loin :

Evènement final du projet européen TITA sur le décrochage

L’objectif du projet européen TITA (« Team cooperation to fight early school leaving, Training, Innovative Tools and Actions »), qui a démarré en 2014, est de soutenir les équipes pluri-catégorielles dans la prévention du décrochage scolaire en Europe.

En effet, pour mener à bien leur travail de prévention du décrochage scolaire au sein des établissements, les équipes pluri-professionnelles ont besoin d’outils leur permettant de mieux agir ensemble. Les travaux menés dans le cadre du projet européen TITA, établissant des liens concrets entre la recherche et l’expérimentation, ont permis la création d’une plateforme de formation au travail intermétier destinée à l’ensemble des professionnels de l’éducation.

Le dernier meeting du projet, le final event (traduction anglais-français en simultané lors du meeting), aura lieu le 17 octobre prochain à l’Institut français de l’Éducation à Lyon.

Objectifs de la journée :

  • Présenter les productions réalisées par les différents partenaires européens
  • Ouvrir la plateforme TITAction à l’ensemble des professionnels concernés
  • Éclairer et appuyer la démarche de formation

Public visé :

  • Représentants de différentes institutions politiques et éducatives
  • Formateurs, professionnels et partenaires de l’école impliqués dans la prévention du décrochage scolaire

Pour les personnes intéressées, le programme est disponible en ligne. Pour vous inscrire, c’est ici.

Pour aller plus loin sur la thématique :

 

L’interdisciplinarité au secondaire ? Tour d’horizon des pratiques européennes

C’est en septembre 2016 que le projet CROSSCUT (« Cross-curricular Teaching ») a démarré, à l’initiative du CIEP (Centre international d’études pédagogiques) de Sèvres et en partenariat avec l’Institut français de l’Éducation – ENS de Lyon. Il s’agit d’un projet européen Erasmus+ (2016-2019) qui explore les pratiques interdisciplinaires des enseignant.e.s du secondaire et qui a commencé par une enquête de terrain.

Les résultats de cette enquête européenne ont été collectés et mis en forme par le laboratoire de recherche danois LSUL de la Syddansk Universitet. Vous trouverez la traduction de ce rapport en ligne sur le site de l’IFE.

Continuer la lecture de L’interdisciplinarité au secondaire ? Tour d’horizon des pratiques européennes 

Une formation pour aider les passeurs en éducation

Le développement des relations entre la recherche et le monde éducatif nécessite de plus en plus l’intervention de professionnels de la médiation, souvent appelés « passeurs », qui doivent intégrer les savoirs d’expérience et savoirs scientifiques dans une perspective opérationnelle.

Formateurs, inspecteurs, coordinateurs, personnels de direction, conseillers, militants pédagogiques et associatifs… leurs profils sont divers mais tous nourrissent des équipes éducatives et s’efforcent d’apporter des éléments de référence issus de travaux de recherche en lien direct avec leurs besoins. Ceci nécessite en particulier de mieux comprendre la diversité et le pluralisme des recherches en éducation, leurs logiques de fonctionnement, de production et leurs principaux cadres organisateurs, pour identifier et mobiliser des travaux pertinents pour la pratique éducative.

Dans la perspective de proposer une culture commune de la recherche en éducation pour des décideurs et des praticiens de l’éducation, l’IFE propose par conséquent les 23 et 24 novembre prochains une formation de formateurs : « mobiliser la recherche pour la pratique éducative : construire des connaissances et des compétences de passeurs en éducation« .  Les intervenants sont issus de plusieurs équipes de l’IFE (Veille & Analyses, Centre Alain Savary, Lieux d’éducation associés) et les participants seront invités à travailler sur des lectures qui leur seront proposées avant et pendant la formation.

Inscription : http://ife.ens-lyon.fr/manfor/info_manifestation.php?man_id=403 

Le monde académique vu depuis Shanghaï

Le classement de Shangaï ne porte pas uniquement sur les performances académiques globales des établissements d’enseignement supérieur. Il dresse également un palmarès disciplinaire sensé répondre à la question suivante : quelles sont les meilleures universités dans telle ou telle discipline ?
L’édition 2017 du Global Ranking of Academic Subjects est à cet égard riche d’enseignement sur l’arbitraire à la source d’une vision du monde académique largement techniciste, dominée par les sciences de l’ingénieur, décomposées en plus de 20 disciplines. Les sciences sociales sont elles au nombre de 14, les sciences de la nature ne comportent que 5 disciplines, contre 6 pour les sciences de la vie et les sciences médicales.
Continuer la lecture de Le monde académique vu depuis Shanghaï 

Que sont les Lesson Studies ?

 

Je m’appelle Pierre Lelaure, je suis stagiaire au service Veille & Analyses de l’IFE pendant 4 semaines cet été 2017. Étudiant à Sciences Po Lyon avec une spécialité sur les études asiatiques, le thème des Lesson Studies s’inscrit dans un intérêt pour l’éducation au Japon, le pays d’où est issue cette méthode.

Lors d’une conférence de Philippe Losego en 2016 dans le cadre des Lieux d’éducation associés (LéA) ont été mentionnées les Lesson Studies (autrement appelées « étude collective d’une leçon » dans le monde francophone). Ces dernières s’inscrivent totalement dans la démarche des LéA, à savoir une recherche participative dans l’éducation entre les chercheurs et les praticiens. Mais cette méthode a une utilité plus grande car son objectif est principalement de permettre aux professeurs de se former au sein même de l’établissement. Avant d’entrer dans les détails de la démarche d’une Lesson Study, voici en quelques mots en quoi elle consiste.

L’étude collective d’une leçon consiste en la préparation d’une leçon par un groupe d’enseignants. Cette leçon, savamment préparée avec l’aide d’experts et en consultant la littérature académique, sera ensuite enseignée par un des professeurs pendant que les autres observeront attentivement l’apprentissage des élèves. L’étape suivante est le moment de discussion sur ce qui a été observé, ce qu’on a appris et comment s’améliorer par rapport à l’item enseigné. Enfin, l’étude fait l’objet d’une diffusion dans la communauté éducative au niveau local voire national.

Cette présentation est volontairement succincte car plus de précisions seront données dans les billets de blog à venir. Mais il faut retenir que cette démarche, institutionnalisée au Japon, connaît un grand succès dans plusieurs pays et qu’elle peut répondre, dans une certaine mesure, aux défis de l’éducation contemporaine. D’ailleurs, on commence à s’y intéresser en France avec deux expériences récentes, d’où l’utilité d’avoir plus d’informations à ce sujet et de les diffuser dans la communauté éducative.

Le but de ces billets est d’abord de présenter la démarche de manière simple, comme une notice d’explication, avant de montrer le cadre historique, théorique et les débats qui l’entourent.

Billets à venir:

Lesson Study, une notice

[Pour voir l’introduction du thème, voir le premier billet de la série.]

Pour rappel, la Lesson Study est une démarche, une méthode consistant pour les enseignants à préparer en groupe une leçon d’étude sur un problème qui les intéresse avec l’aide de littérature scientifique et éventuellement d’experts, de chercheurs. Ainsi, la démarche permet aux praticiens de mener une recherche formatrice.

L’objectif à travers cette activité, c’est d’améliorer l’apprentissage des élèves et, pour les enseignants, de développer leurs compétences professionnelles. La focale est donc sur la leçon et non sur les enseignants, le but n’est pas de les stigmatiser. Cependant, selon le pays, les objectifs peuvent varier. En effet, en Chine, même si les experts japonais disent bien que ce n’est pas le but de la Lesson Study, les enseignants multiplient les cycles pour perfectionner une leçon.

De plus, le cycle qui est détaillé plus bas doit être répété plusieurs fois autour d’un même thème. L’objectif n’est pas forcément de raffiner une leçon mais comme il a été dit plus haut de développer des compétences à travers une question de recherche. La démarche est ainsi un projet sur le temps long.

Continuer la lecture de Lesson Study, une notice