Orientation scolaire : une compétence à partager dans un paysage “refondé” ?

C’est en tous cas ce que propose le rapport Charvet, rendu public à la toute fin de juin, au moment où on se demandait si les résultats du bac seraient vraiment connus dans les temps prévus. Si ce rapport, intitulé « Refonder l’orientation : un enjeu État-régions », abondamment commenté depuis, vous a échappé, je propose d’en restituer le contexte et les enjeux, sans revenir en détail sur les 27 recommandations actuellement à l’étude rue de Grenelle et ailleurs. 
Tout d’abord, précisons que le périmètre est bien celui de l’orientation scolaire, car les Régions sont d’ores et déjà bien investies en matière d’orientation professionnelle, notamment via les centres régionaux et infra-régionaux d’Information Jeunesse, les missions locales et les CARIF-OREF (centres d’animation, de ressources et d’information sur la formation et observatoires régionaux sur l’emploi et la formation).
En regardant un peu en arrière, on s’aperçoit que la pièce (de théâtre) traite toujours de la mise en cohérence des actions des uns et des autres, mais à la lumière des actes successifs, le suspens ne semble pas à son comble et c’est le positionnement des régions comme chef de file de l’orientation « scolaire et professionnelle » qui fait figure de dénouement probable.  En apparence, les quelques indices  suivants, prélevés dans les politiques publiques des 10 dernières années, ne contrarient guère ce scénario, finalement peu impacté par les alternances gouvernementales. Continuer la lecture de Orientation scolaire : une compétence à partager dans un paysage “refondé” ?

Retour sur la formation des enseignant.e.s

Le Dossier de veille n° 131 revient, après deux Dossiers consacrés à L’apprentissage du métier enseignant (Feyfant, 2010) et l’établissement formateur (Feyfant, 2013) sur la problématique de la formation des enseignant.e.s.

Plus précisément, il s’intéresse, en s’appuyant sur un certain nombre de recherches et de rapports récents, à la formation initiale des enseignant.e.s. Cette thématique est envisagée sous l’angle de la problématique de la construction des liens entre les modalités des formation et les difficultés du métier enseignant.

Comment apprendre un métier de plus en plus complexe ? Telle est la première question qu’il aborde. Il s’intéresse tout d’abord aux recherches menés sur les enseignant.e.s débutant.e.s : à quelles évolutions du métier se trouvent-ils confrontés ? Quelles caractéristiques communes, malgré la diversité de leurs profils, peut-on repérer chez les enseignant.e.s entrant dans le métier ? Quelles préoccupations récurrentes peut-on observer ? Enfin, quels dispositifs de formation leurs sont actuellement proposés pour répondre à leurs besoins?

La seconde partie revient sur les pistes proposées pour les accompagner au mieux dans leurs premiers pas dans le métier, des stages aux premières années d’exercice. Comment centrer réellement la formation sur le métier ? Pourquoi envisager la formation initiale comme la première étape d’un continuum d’une formation qui s’étendrait tout au long de la carrière ? Comment les accompagner lors de la formation en alternance pour les préparer au mieux aux difficultés du métier ? Pourquoi professionnaliser les formateurs et formatrices, et plus particulièrement les tuteurs et les tutrices ?

Telles sont les questions que soulève ce Dossier qui sera mon dernier, puisque je quitte la veille après trois ans d’une expérience professionnelle particulièrement enrichissante.

Urgence climatique : étudiant.e.s et dirigeant.e.s à la tribune

En 2018, le Manifeste étudiant pour un réveil écologique  signé à ce jour par plus de 30 000 étudiants a sonné comme un cri d’alerte. Il montre que les élèves signataires, en particulier dans les écoles de commerce et écoles d’ingénieurs, ne souhaitent pas travailler dans des grands groupes dont la politique n’est pas en cohérence avec leurs convictions environnementales.

Les responsables des établissements d’enseignement supérieur ont pris la mesure de ce mouvement, et le 8 juillet, ont publié une tribune « Urgence climatique : université et grandes écoles mobilisées aux coté des étudiants pour la réalisation des 17 Objectifs de Développement Durable ».

Deux jours auparavant le Think Tank The Shift Project avait lancé l’appel « Pour former tous les étudiants du supérieur aux enjeux climatiques et écologiques », signé également par des présidents d’université. A partir du constat que les jeunes sont aujourd’hui volontaires pour jouer leur rôle dans la transition énergétique et écologique, il demandant à l’état de s’engager à agir.

Cette question de « l’urgence écologique et climatique » a été inscrite à l’unanimité par les députés français, lors de l’examen duprojet de loi Energie-Climat à la mi juin.

Étudiants, professeurs et responsables étaient présents à l’occasion du colloque du Fecood « devenir acteurs et actrices d’un monde qui change ».

Continuer la lecture de Urgence climatique : étudiant.e.s et dirigeant.e.s à la tribune

Lecture des réformes en éducation grâce aux “Colloques en ligne”

C’est à l’occasion du 4e colloque international “Conditions de réussite des réformes en éducation” organisé par la Revue internationale d’éducation de Sèvres du 12 au 14 juin 2019, que le CIEP a reçu une soixantaine d’intervenant.e.s, ministres et anciens ministres de l’éducation, ainsi que des chercheur.se.s et des acteur.rice.s de l’éducation de 30 pays. L’objectif de ce colloque était de mieux comprendre comment les réformes réussissent ou sont accompagnées dans les différents pays représentés. Le texte de cadrage scientifique de Jean-Marie De Ketele, disponible en ligne, s’interroge : “peut-on identifier des facteurs qui conditionnent les effets observés des réformes entreprises ? Dégager des leviers contextualisés pour l’action grâce à ce type d’approche comparative est au cœur des finalités et de l’esprit tant des colloques internationaux que de la ligne éditoriale de la Revue internationale d’éducation de Sèvres.”

Pour en savoir plus sur ce qui s’est déroulé lors de ce colloque ouvert seulement sur invitation, trois possibilités :

  • attendre le numéro spécial de cette Revue consacré aux réformes en éducation qui est prévu pour 2020…
  • ou relire le Dossier de veille “Le changement, c’est comment ?” rédigé en 2016 par Olivier Rey et qui met en perspective les effets des changements dus aux réformes sur les acteurs et actrices de l’éducation
  • ou enfin profiter dès aujourd’hui de notre rubrique peut-être méconnue des “Colloques en ligne” qui vous donne accès aux documents complémentaires (quand ils existent) des colloques : textes, articles, audios, vidéos… La chaine YouTube du CIEP a justement publié il y a quelques jours toutes les vidéos des plénières de ce colloque, pour suivre les échanges comme si vous y étiez !

Afin de bénéficier en avant-première de cette rubrique, et ce dès la rentrée, il ne reste plus qu’à ceux et celles qui ne l’ont pas encore fait de s’abonner à notre Bulletin Veille & Analyses (trois messages par mois pour tout savoir de l’actualité des recherches en éducation) : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/abonnement.php.

 

Allemagne + manuels scolaires (entre autres) = Georg-Eckert-Institut für internationale Schulbuchforschung

Deux semaines entourée de manuels scolaires en provenance du monde entier, à feuilleter des ouvrages et des revues spécialisées principalement germanophones, à rencontrer et échanger avec des chercheurs et des chercheuses de tous horizons disciplinaires et géographiques pour mieux comprendre les singularités et les enjeux des recherches en éducation outre-Rhin (et accessoirement échapper à la canicule qui sévissait à Lyon …) : c’est ce qu’un séjour de recherche au Georg-Eckert-Institut – Leibniz-Institut für internationale Schulbuchforschung (Institut Georg Eckert – Institut Leibniz de recherche internationale sur les manuels scolaires) de Braunschweig (Brunswick) en Allemagne m’a permis de vivre en ce début d’été 2019. Ce billet dresse donc dans un premier temps un portrait de cet institut de recherche original par son histoire et ses objets, pour ensuite proposer un premier bilan de cette expérience d’immersion dans le monde des recherches en éducation – de la Bildungsforschung – à l’allemande. Continuer la lecture de Allemagne + manuels scolaires (entre autres) = Georg-Eckert-Institut für internationale Schulbuchforschung

Une journée inclusive pour écouter la mélodie des étoiles

C’était le vendredi 28 juin 2019 qu’a eu lieu la journée d’étude “Enabling science, science inclusive” à l’occasion des 25 ans de la Mission handicap de l’université Claude Bernard-Lyon 1. Plusieurs interventions et ateliers ont montré différents exemples concrets pour rendre accessibles certains travaux scientifiques à tout le monde, et notamment du côté de l’astronomie : de la présentation des outils de l’association BrailleNet permettant une meilleure accessibilité numérique des données scientifiques à la promotion des études scientifiques pour tous et toutes, sans discrimination de sexe ou de nationalité, en passant par la webcam branchée directement sur le télescope du 9e étage du Science Center d’Harvard… dont l’ascenseur s’arrête au 8e étage.

L’exemple de Valentin Duthion, étudiant de l’INSA et souffrant surtout de ne pas avoir toutes les conditions réunies d’un travail en équipe avec les autres étudiant.e.s, montre qu’un dossier d’acceptation à l’université pour une personne en situation de handicap se prépare deux ans à l’avance, qu’il faut absolument tout anticiper, du bâtiment à rejoindre à l’autre bout du campus en moins de 10 min aux adaptations pédagogiques à fournir par des enseignant.e.s pas toujours très compréhensif.ve.s. Pour lui, “tout est accessible mais rien n’est adapté”. La Mission handicap de l’université Claude Bernard-Lyon 1, sans laquelle son accueil aurait été encore plus difficile, s’occupe ainsi de 800 étudiant.e.s, soit 40 fois plus qu’à sa création en 1994, pour seulement quelques personnes à temps plein.

Continuer la lecture de Une journée inclusive pour écouter la mélodie des étoiles

Un bac professionnel rénové et une évaluation du raisonnement à l’oral

Le groupe de travail Pepieta a réalisé un suivi ce premier bac CGEA rénové. Des observations et des recherches-actions visent à définir des facteurs de réussite pour cette nouvelle épreuve exigeante. L’épreuve consiste en une présentation orale de 5 minutes basée sur la réalisation préalable de 4 fiches. Elle est complétée d’un entretien avec le jury de 15 minutes. Elle interroge les pratiques des enseignants et leurs modalités d’évaluation.

Continuer la lecture de Un bac professionnel rénové et une évaluation du raisonnement à l’oral

Dans les coulisses de la DGER : Pepieta 2

La DGER, Direction générale de l’enseignement et de la recherche du Ministère de l’alimentation et de l’agriculture est l’équivalent de notre ministère pour ce qui est de l’organisation de l’Enseignement agricole. Les 24 et 25 juin dernier se réunissait à la DGER le groupe de travail de la formation-action Pepieta 2 qui a pour objectif de soutenir le plan EPA  (enseigner à produire autrement) pour construire la transition agroécologique. L’objectif étant d’accompagner et soutenir la réforme du bac professionnel CGEA, conduite et gestion de l’entreprise agricole.

Continuer la lecture de Dans les coulisses de la DGER : Pepieta 2

Pourquoi un dossier de veille sur … l’enseignement agricole ?

A l’heure où 9 organisations syndicales de l’enseignement agricole en appellent à bloquer les centres d’examen pour alerter sur les conséquences de la loi « Liberté de choisir son avenir professionnel » et la précarisation du personnel nous publions le Dossier de veille n°130, intitulé:  l’Enseignement agricole, enseigner autrement.

Cet enseignement, sous tutelle du Ministère de l’Alimentation et de l’agriculture occupe une place à part dans le système éducatif français. En prise avec le monde professionnel, il a développé depuis 60 ans des modalités d’enseignement originales. Continuer la lecture de Pourquoi un dossier de veille sur … l’enseignement agricole ?

Enquête TALIS 2018 : premiers résultats sur la formation initiale des enseignant.e.s

Deux notes de la DEPP analysent les premiers résultats de l’enquête TALIS 2018 (Teaching and Learning International Survey – voir ici une présentation de l’enquête) initiée par l’OCDE et réalisée en 2018 dans 50 pays, dont la France.

La première note concerne les enseignant.e.s et les directeurs et directrices de l’enseignement primaire, la seconde les enseignant.e.s et les chef.fe.s d’établissement du second degré. Les deux notes sont centrées sur les résultats qui concernent la France. Une partie de cette enquête est consacrée à la formation initiale des enseignant.e.s.

Il en ressort une insatisfaction particulière des enseignants français du primaire vis-à-vis de leur formation initiale.  Globalement les enseignant.e.s françaises du premier degré s’estiment peu satisfait.e.s de leur formation initiale, et moins bien préparé.e.s que leurs collègues européen.ne. s. C’est dans la gestion de classe qu’ils et elles s’estiment surtout moins bien préparé.e.s que les enseignant.e.s des autres pays : « seuls 16 % expriment un sentiment de préparation positif, contre 41 % (Espagne) à 65 % (Angleterre) de leurs collègues européens ». Plus généralement les enseignant.e.s français.es « dressent un constat peu satisfaisant de leur formation initiale, et expriment un sentiment d’efficacité personnelle […] dégradé en comparaison de leurs voisins européens, en matière d’enseignement, de gestion de classe et d’engagement des élèves ». Pourtant « lorsqu’ils sont interrogés sur leur satisfaction professionnelle, les enseignants français expriment un ressenti globalement positif et comparable à celui rapporté par leurs collègues européens ». Continuer la lecture de Enquête TALIS 2018 : premiers résultats sur la formation initiale des enseignant.e.s