Le métier enseignant en (Édu)bref

Ce 13ème Édubref intitulé Enseigner, c’est quoi le métier ? porte sur les caractéristiques actuelles du métier enseignant et ses mutations récentes, qui concernent en France près de 800 000 personnels d’enseignement, pour plus de 12 millions d’élèves. Dans quelle mesure leurs missions, leurs pratiques et leurs identités professionnelles ont-elles changé depuis un demi-siècle ?

Les professeur.es des écoles, des collèges et des lycées d’aujourd’hui ont succédé à une République des instituteurs et des institutrices (Ozouf et Ozouf, 1992), distincte jusqu’aux années 1970 du « métier de classe moyenne » exercé par les certifié.es et les agrégé.es de l’enseignement secondaire (Chapoulie, 1987)[1]. Des « nouveaux publics » de la massification progressive de l’enseignement secondaire aux modalités les plus récentes d’évaluation, les transformations profondes des systèmes éducatifs des dernières décennies ont peu à peu, et de façon incomplète, rapproché les statuts, la formation initiale ou la rémunération des un.es et des autres, tandis que la multiplication des responsabilités et la diversification des profils ont créé de nouvelles formes de fragmentation du corps enseignant. Ainsi, au-delà de l’imaginaire social associé à celles et ceux qui incarnent le service public d’éducation, la diversité structurelle du corps enseignant perdure (niveaux d’enseignement, contextes d’exercice, ancienneté dans la fonction, etc.).

Cet Édubref approfondit également la compréhension de ce qui fait « métier » dans l’activité ordinaire des enseignant.es. Médiée par le(s) sens donné(s) aux apprentissages scolaires, la relation aux élèves et aux classes représente un défi quotidien, que l’organisation d’un travail éducatif exercé de façon de plus en plus collaborative, au sein d’équipes enseignantes et avec d’autres professionnel.les, permet, à certaines conditions, de soutenir. Aux niveaux national, européen et international[2], les grandes lignes de force qui structurent les changements en cours – et les débats que ceux-ci génèrent – constituent autant de tensions entre des professionnalités enseignantes synonymes de pouvoir d’action, d’autonomie et de professionnalisme, et des risques liés, à court ou plus long terme, à des dynamiques de déprofessionnalisation.

Pour télécharger cet Édubref, cliquer ici.

Pour retrouver l’ensemble des Édubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossiers de veille et nos Édubref dès leur parution, cliquez ici.


[1] L’exposition « Métier d’enseignant(e), métier d’élève » organisée par le Musée national de l’Éducation (Munaé) en 2020-2021 rend compte de cette profondeur historique.

[2] Voir par exemple le récent numéro thématique sur les enseignant.es primaires et leurs spécialisations. Entre division des compétences et renforcement des formations de la Revue suisse des sciences de l’éducation (vol. 44, n° 1, 2022) ; les ouvrages Durer dans le métier d’enseignant. Regards franco-allemands (Garcia M.-L. et Lantheaume F. [dir.], 2019) ou Trente ans de pratiques de professionnalisation des enseignants. Regards internationaux (Marcel J.-F., Tardif M. et Piot T. [dir.], 2022) ; ou encore le projet de recherche européen en cours Teacher careers (France, Belgique, Royaume-Uni).

Réformer l’école : les leçons de sociologie du Cnesco

Comme à son habitude, le Centre national d’étude des systèmes scolaires (Cnesco-CNAM) a mis en ligne un riche dossier de ressources scientifiques (8 rapports thématiques, 5 études de cas, 9 notes d’experts) et d’interventions filmées, les « paroles d’experts », qui prolongent la conférence de comparaison internationale sur « la gouvernance des politiques éducatives » organisée en novembre 2021. Trois de ces copieux rapports thématiques (Buisson-Fenet, Marx et Reverdy, 2022 ; Draelants et Revaz, 2022 ; Pons, 2022) n’ont pas fait l’objet de présentations vidéo. À l’heure où les bilans médiatiques, syndicaux et politiques de l’action ministérielle menée en France depuis 2017 se multiplient, quels éclairages ces synthèses de la recherche en sciences sociales proposent-elles sur la conduite du changement en éducation ? Continuer la lecture de Réformer l’école : les leçons de sociologie du Cnesco

L’enseignement privé, entre logique marchande et logiques religieuses

L’expression du religieux et son lien avec le système éducatif français constituent une question particulièrement vive depuis le début des années 2000. Le programme de recherche Religions, discriminations et racisme en milieu scolaire (ReDISCO), coordonné par Françoise Lantheaume (Université Lumière Lyon 2 – E.A. Éducation, Cultures, Politiques) s’inscrit dans ce contexte politique marqué par le retour des religions dans une société sécularisée. Les attentats de janvier 2015 ont été l’élément déclencheur qui a motivé le lancement de cette grande enquête sociologique : l’école cristallise alors critiques, inquiétudes et interrogations sur ses missions, de la part des personnalités politiques et de la société civile. Cette institution est perçue à la fois comme incapable de faire respecter le principe de laïcité face au renouveau de l’expression du religieux, mais se trouve en première ligne de la lutte contre la stigmatisation religieuse, du racisme et de la diffusion de théories du complot.

De 2015 à 2020, l’équipe de la recherche ReDISCO s’est ainsi intéressée aux acteurs de l’éducation (enseignant·es, personnel·les de direction, conseiller·es principaux·ales d’éducation) et à la façon dont ils·elles se saisissent, dans le cadre de leurs fonctions, de la question religieuse, et des conflits liés à l’appartenance socioculturelle des élèves. Cette enquête sociologique a été menée dans 101 établissements publics et privés sous contrat (du primaire au lycée) de dix académies.

Lors de la journée d’études du 10 décembre 2021, les travaux de recherche présentés ont porté exclusivement sur des enquêtes réalisées dans des établissements privés sous contrat, qui, sur l’ensemble du territoire national, rassemblent environ 17% des élèves scolarisé·es. Il s’agissait de décrire et de comprendre, en partant de situations concrètes, comment la diversité socioculturelle est prise en compte dans ces établissements : au regard de leurs missions, comment les professionnel·les agissent-ils·elles face à l’expression du religieux, aux discriminations et au racisme ? Continuer la lecture de L’enseignement privé, entre logique marchande et logiques religieuses

L’éducation à la sexualité sur la sellette

La question de la sexualité humaine dépasse amplement la sphère de l’intime pour s’étendre dans celle du politique et des institutions, provoquant au passage maints remous et débats sur la façon dont les unes et les autres doivent avoir des rapports sexuels, s’unir ou se reproduire.

À partir des années 1970, diverses lois et initiatives ont été instaurées pour encadrer une jeunesse de plus en plus indépendante dans la découverte de la sexualité. Encore récemment, en 2018, une circulaire en expose les contenus et les grands principes – « Il s’agit d’une démarche éducative transversale et progressive, qui vise à favoriser l’estime de soi, le respect de soi et d’autrui, l’acceptation des différences, la compréhension et le respect de la loi et des droits de la personne, la responsabilité individuelle et collective, la construction de la personne et l’éducation du citoyen » – et rappelle que trois séances d’information et d’éducation à la sexualité doivent être organisées dans les écoles, les collèges et les lycées par groupes d’âge homogènes depuis 2001.

Au-delà des questions de l’anatomie  des organes de reproduction et des risques associés à l’activité sexuelle (grossesses non désirées, IST), une approche plus globale est désormais privilégiée. En effet, les séances doivent maintenant intégrer les problématiques relatives aux violences sexistes et sexuelles (harcèlement, prostitution) et promouvoir une culture de l’égalité entre les filles et les garçons.

Continuer la lecture de L’éducation à la sexualité sur la sellette

Le pilotage en éducation : un concept à définir

Dans un récent numéro des Dossiers des sciences de l’éducation, portant sur le thème « politiques d’éducation : l’ère du pilotage ? », Xavier Pons, sociologue de l’action publique, membre du laboratoire Lirtes et professeur des universités (Université Paris-Est Créteil), revient sur une métaphore « massivement utilisée par des élites administratives et les gouvernants » (Pons, 2021, p. 15) : le pilotage. Une « catégorie d’action publique » finalement pas si simple à aborder en recherche, car elle pose la question de savoir s’il s’agit aussi d’une « catégorie d’analyse scientifique». X. Pons a donc analysé 61 publications de recherche écrites en français, publiées entre 1993 et 2020, et qui utilisent explicitement cette notion. Cette revue de littérature lui a permis de dégager trois approches du pilotage en éducation, qu’il nomme la « boite noire », le « modèle normatif » et l’« objet empirique ». Continuer la lecture de Le pilotage en éducation : un concept à définir

GreenComp : Un nouveau cadre de compétences européen

Les instances supranationales influencent les curricula. Si, lorsque l’on parle de compétences, on pense spontanément à l’OCDE et aux tests PISA, c’est d’abord l’Europe, grande productrice de cadres de compétences, qui a orienté les grandes catégories du S4C – socle commun de connaissances et de compétences.

On peut noter un changement de sémantique sur cette éducation, passant de l’ESD — ESD, Education for Sustainable Development – à cette éducation à la durabilité environnementale — sustainability education. Elle est à rapprocher des analyses développées par plusieurs chercheurs en éducation, dont les chercheurs de l’école de Genève (Pache et Lausselet, 2019 ; Curnier, 2017) qui ont développé les concepts de durabilité forte conçue comme un dépassement du dualisme Nature/culture et qui souligne la nature possède une valeur intrinsèque, il n’y a pas de substitution possible au capital naturel, et la croissance économique ne peut être découplée rapidement de l’utilisation de ressources naturelles (CSEN, 2022, à paraitre) et Lange qui décrit la posture « d’une éducation forte qui vise la transformation sociétale » (2020).

La parution le 14 janvier de GreenComp[1], the European sustainability competence framework, un nouveau cadre européen de compétences en matières de durabilité, fait de l’éducation à la durabilité un domaine prioritaire des programmes d’éducation et de formation européenne.

Continuer la lecture de GreenComp : Un nouveau cadre de compétences européen

Numérique en éducation : comment chasser les mythes ?

Certaines croyances sur le numérique en éducation, parce qu’elles sont largement véhiculées par les médias et par divers acteurs et actrices de l’éducation et ne sont pas fondées sur des résultats de recherche robustes, sont des « mythes » (Amadieu et Tricot, 2020). Ainsi en est-il du lien supposé entre numérique et motivation/apprentissages, de la difficulté, voire de la résistance, à tenir compte, en contexte scolaire, des pratiques numériques extrascolaires des jeunes, et du mythe, nuisible, des natif·ves du numérique.

Or ces mythes, difficiles à contrecarrer, ne sont pas sans effets sur les apprentissages des élèves. En effet, ils comportent le risque de favoriser des inégalités scolaires, car ils donnent lieu à des pratiques peu explicites et/ou peu axées sur des fonctions pédagogiques pour lesquelles le numérique apporte une réelle plus-value pour les apprentissages, ou à une non-reconnaissance, peu émancipatrice, de pratiques numériques extrascolaires paraissant en porte-à-faux avec les attendus scolaires, ou encore à un retrait des adultes face à de soi-disant « natifs du numérique » qui ont pourtant besoin d’être accompagnés dans leurs usages éducatifs du numérique.

Comment aller au-delà de ces mythes à la fois tenaces et nuisibles ? Quelles pistes de remédiation envisager ? Dans le prolongement du Dossier de veille sur les inégalités numériques paru en octobre 2021, l’Edubref du mois de janvier 2022 intitulé Numérique en éducation : aller au-delà des mythes se penche sur ces mythes pour en dégager les contours et les pistes d’action possibles.

Pour retrouver l’ensemble des Edubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossiers de veille et nos Edubref dès leur parution, cliquez ici.

L’Institut français de l’éducation recrute

L’IFÉ recrute pour la rentrée 2022 un·e chargé·e d’études, c’est à dire un personnel de l’éducation (enseignant·e du premier ou du second degré, personnel de direction, inspecteur·trice, etc.) en détachement à l’ENS de Lyon pour une durée maximum de cinq ans. Le poste est rattaché au pôle médiation de l’Ifé, au sein de l’équipe Veille et Analyses,  composée actuellement de 6 personnes (voir l’annonce officielle parue sur le site de l’ENS et le profil de poste détaillé et les conditions de recrutements ). 

Venir travailler à la Veille de l’IFÉ est une expérience originale pour qui veut contribuer de façon intensive à  la médiation entre le monde des recherches et celui des pratiques éducatives. La plupart de nos activités consiste en effet à valoriser la littérature scientifique relative à l’éducation et à la formation et à améliorer la circulation  des savoirs entre ces deux mondes en publiant des états de l’art comme les Dossiers de veille, notre production phare, des courtes synthèses, comme les Édubrefs, ou encore diverses publications en direction des actrices et acteurs de l’éducation. Cette valorisation se traduit également par des séminaires de travail, des formations ou des interventions lors de conférences.

Quelles sont les principales compétences attendues des candidat·es ?

Travailler à la veille requiert avant tout une grande curiosité intellectuelle, puisqu’il s’agit de s’intéresser à des travaux dans toutes les disciplines constitutives de la recherche en éducation (sciences de l’éducation, pédagogie et didactique, sociologie, psychologie, histoire, philosophie…). Il est indispensable d’aimer lire et écrire de façon assez dense : il est attendu de chaque collègue de la veille qu’il rédige régulièrement des Dossiers de veille  et Edubrefs (deux par an généralement) et d’éventuelles notes ou articles plus ponctuels dans des revues professionnelles. Posséder un culture scientifique en sciences de l’éducation, en SHS au minimum, ou en formation est fortement recommandé.  Il faut également apprécier le travail en équipe, car il est dans nos habitudes d’échanger sur nos sujets respectifs et de nous relire sans craindre le regard critique des collègues. Il est enfin nécessaire de maitriser suffisamment l’anglais pour pouvoir lire des articles de recherche dans cette langue.

Nous sommes localisés à Lyon, dans le 7ème arrondissement (métro Debourg) : si vous n’habitez pas déjà les environs de Lyon, prévoyez un emménagement dans notre belle ville si vous êtes retenu·e !

Pour plus de précisions, vous pouvez nous contacter via ce formulaire.

Attention : les pré-candidatures ne sont ouvertes que jusqu’au 1 février 2022 !

Les jeunes en France, des citoyens pas comme les autres ?

La notion de « jeunesse » est une construction récente. Si l’on considère les différents âges de la vie, la conception à l’œuvre depuis la fin du 19e siècle repose sur un cycle de vie tripartite, décomposé de la façon suivante :

  • L’enfance, caractérisée par l’obligation scolaire ;
  • L’âge adulte, initié avec l’entrée sur le marché du travail ;
  • La vieillesse, correspondant à la sortie du marché du travail.

Avec la complexification des modes de vie et un brouillage des transitions à divers niveaux (allongement de la durée des études, allers-retours au domicile des parents, retours en formation après une expérience professionnelle, etc.), l’âge de la « jeunesse » a émergé, dès les années 1970, pour désigner une période intermédiaire, fondée sur l’expérimentation de soi et des autres, à travers de nouveaux modes de vie.

Dès lors se pose la question du soutien à apporter à celles et ceux qui abordent cette transition, car les fragilités qu’elle induit ne relèvent pas de la seule responsabilité des familles, ni ne dépendent du seul marché de l’emploi. Comment les politiques publiques s’emparent-elles de ce nouvel âge ? Comment accompagnent-elles le passage vers l’âge adulte des nouvelles générations ? C’est la question qui fonde l’ouvrage collectif publié dernièrement, sous la direction de Tom Chevalier et Patricia Loncle, Une jeunesse sacrifiée ?, PUF, collection La vie des idées, 2021.

Continuer la lecture de Les jeunes en France, des citoyens pas comme les autres ?

Grandir connectés, vraiment ? Entretien avec Anne Cordier

L’ouvrage collectif Digital Literacy : Curriculum Development and Implementation in European Countries est disponible en ligne. Anne Cordier, professeure des universités en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lorraine et membre du Centre de recherche sur les médiations (CREM), a rédigé la contribution française à ce nouveau Yearbook du Cidree, réseau européen dont l’Institut français de l’éducation fait partie. Elle répond à nos questions. Continuer la lecture de Grandir connectés, vraiment ? Entretien avec Anne Cordier