Archives du mot-clé utilisation des recherches

Modéliser les liens entre recherches et pratiques en éducation, un nouveau défi pour la recherche ?

Question professionnelle de plus en plus saillante pour les chercheurs, les décideurs, les formateurs et les enseignants, l’articulation entre production et mobilisation des résultats de recherche en éducation est un enjeu d’actualité, en France et dans le monde, au coeur des missions du service Veille et Analyses.

Ce billet présente une synthèse et quelques éclairages sur le cadrage théorique proposé par une équipe de recherche de l’université du Delaware (Center for Research in Education and Social Policy) qui vient d’être rendu accessible sous la forme d’un article scientifique (Farley-Ripple Elizabeth, May Henry, Karpyn Allison, Tilley Katherine et DcDonough Kalyn, « Rethinking Connections Between research and practice in Education : A Conceptual Framework », Educational Researcher, 2018, vol. 47, n° 4, p. 235-245).

Continuer la lecture de Modéliser les liens entre recherches et pratiques en éducation, un nouveau défi pour la recherche ? 

Quelles pratiques des recherches en éducation pour la formation des enseignant.e.s ?

En novembre dernier, le service Veille et Analyses organisait une formation à destination des acteur.rice.s du système éducatif sur la lecture critique et la mobilisation des écrits de recherche dans le cadre de leur pratique professionnelle. Deux journées de formation organisées par le Centre Alain Savary à l’IFé la semaine dernière ont été l’occasion de reprendre et d’approfondir la réflexion sur cette thématique à partir des pratiques de formateur.rice.s et coordinateur.rice.s exerçant en éducation prioritaire et de conseiller.ère.s pédagogiques de circonscription de l’académie de Lyon. Quels gestes et quels enjeux se cachent au quotidien derrière l’expression « articuler théorie et pratique en formation » ?

Continuer la lecture de Quelles pratiques des recherches en éducation pour la formation des enseignant.e.s ? 

Petite chronologie des dispositifs liés à la recherche en éducation depuis 20 ans

Un Conseil scientifique de l’éducation est mis en place aujourd’hui par le Ministre. L’occasion de rappeler brièvement certaines initiatives institutionnelles concernant directement ou indirectement la recherche en éducation qui ont marqué les 20 dernières années .

1995-2000  Comité national de coordination de la recherche en éducation, chargé d’une mission de synthèse, d’orientation et d’évaluation de la recherche en éducation (archive : http://www.inrp.fr/Cncre/Accueil.html )

2000-2005  Haut conseil de l’évaluation de l’école (HCÉÉ)

2001 : Rapport présenté par Antoine Prost « pour un programme stratégique  de recherche en éducation » (http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/014000799/index.shtml )

2002-2004 : Programme incitatif de recherche en éducation et formation (PIREF), coordonné par Marie Duru-Bellat.

Décembre 2010- février 2011  : Dissolution de l’INRP (Institut national de recherche pédagogique) et création de l’IFÉ (Institut français de l’Éducation) au sein de l’ENS de Lyon

2005-2012 : Haut Conseil de l’éducation (HCÉ) (archive : http://www.hce.education.fr/ )

2014 : création du CNESCO (Conseil national de l’évaluation du système scolaire)

2016 : création de l’ICE Auvergne Rhône Alpes (Institut Carnot de l’Éducation)

2017 : Rapport présenté par François Taddei « Vers une société apprenante » et rapport présenté par les Alliances Athéna et Allistène « La recherche sur l’éducation, éléments pour une stratégie globale » (présentation et sources).

A suivre…

La sensibilisation des enseignants aux recherches améliore les résultats scolaires ? Ce n’est pas si évident…

En Angleterre comme un peu partout, on estime dans les communautés scientifiques et éducatives que l’on dispose aujourd’hui d’un certain nombre de résultats suffisamment robustes  pour améliorer l’apprentissage. On se rend compte, en revanche, que la plus grande partie des enseignants connaissent mal ces résultats et rencontrent des obstacles pour se les approprier.

C’est pour surmonter ce problème que l’Education Endowment Foundation a lancé depuis trois ans une série d’études visant à expérimenter les différentes façons de partager les résultats de la recherche avec les enseignants. Différents degrés de dissémination de ces résultats ont été testés, de la familiarisation la plus superficielle jusqu’à l’engagement d’enseignants dans des séminaires de travail visant explicitement le transfert de résultats de recherches dans les pratiques d’enseignement. Ces études ont été menées avec l’objectif de mesurer l’efficacité de ces différents processus : les résultats scolaires des élèves (en fin d’école primaire) provenant d’écoles avec intervention des chercheurs ont été comparés avec ceux d’écoles sans intervention (groupe contrôle). Continuer la lecture de La sensibilisation des enseignants aux recherches améliore les résultats scolaires ? Ce n’est pas si évident… 

Le conseil scientifique de l’Education nationale : futur lieu de passage entre recherches, politiques… et pratiques ?

A l’heure où les membres du futur conseil scientifique de l’Education nationale sont en passe d’être choisi.e.s, penchons-nous un instant sur la question des disciplines scientifiques qui constitueront ce futur conseil, présidé par le psychologue cognitiviste Stanislas Dehaene. Le ministre Jean-Michel Blanquer a annoncé que l’ensemble des disciplines scientifiques seraient partie prenante, ce que mettent en doute des personnalités scientifiques ou du monde de l’éducation dans l’appel « L’école a besoin de toute la recherche » lancé par un syndicat des enseignant.e.s du primaire, le SNUIPP.

Nous avons justement organisé à l’Institut français de l’Education une formation, les 23 et 24 novembre derniers,  sur le difficile et délicat passage entre les recherches en éducation, les politiques éducatives et les pratiques des différent.e.s acteurs et actrices en éducation et formation. Ce passage nécessite l’intervention de personnes connaissant suffisamment les trois pôles évoqués, et à même de faire le lien pour une meilleure utilisation des recherches par les praticien.ne.s. Dans la recherche internationale sur cette thématique, ces personnes sont nommées brokers (littéralement « courtiers »), terme que nous avions traduit dans le service Veille & Analyses il y a quelques années par « passeur.se » en éducation et qui connait un certain succès depuis.

Continuer la lecture de Le conseil scientifique de l’Education nationale : futur lieu de passage entre recherches, politiques… et pratiques ? 

Teachers, Teaching, and the Relevance of Educational Research: Reflections from the Front Line

Le 31 mars dernier s’est tenu à l’IFÉ la 13ème session de son séminaire international qui portait sur la question des liens pertinents entre la recherche et les pratiques. Une des participant.e.s, Roseline Sultana Arnéodo du Junior College de Malte, a rédigé une analyse fine du séminaire que nous proposons ici à nos lecteurs et lectrices.

Introducing context, theme, and protagonists

The Institut Français de l’Éducation (IFÉ) organised a one-day seminar on “Research and Practice: Towards what Kind of Relevant Research for Teachers?” with the key issue being the extent to which educational research impacts on classroom practice, if at all. The seminar took place in Lyon, France, on the 31st March 2017, and was attended by several teachers from a number of European countries. Continuer la lecture de Teachers, Teaching, and the Relevance of Educational Research: Reflections from the Front Line 

John Hattie et le Saint Graal de l’enseignement 

John Hattie, un chercheur néo-zélandais, a publié en 2009 un ouvrage,  « Visible Learning », dont l’éditeur a fièrement rajouté sur la couverture de certaines rééditions un extrait d’un article du Times Education (2008) titré « Research reveals teaching’s Holy Grail », ce qui peut être traduit par « une recherche révèle le Saint Graal de l’enseignement ». On ne saurait mieux indiquer comment ce travail et devenu un modèle de « bonne » recherche sur l’éducation, ce qui justifie qu’on lui consacre une série d’articles pour mieux en cerner l’intérêt et les limites.

La raison de cet emballement pour Visible Learning réside en premier lieu dans la forme de ce travail, qui synthétise environ 800 méta-analyses, représentant plus de 50 000 études, portant sur des millions d’élèves, dans l’objectif d’identifier les facteurs de la réussite scolaire. Grossièrement résumé : quelles sont les pratiques qui restent les plus efficaces pour améliorer l’enseignement, quand on a compilé la plupart des études empiriques existantes sur la question ?  Depuis sa sortie, l’ouvrage a été plusieurs fois réédité, complété et mis à jour, avec un succès croissant. A titre d’exemple, il est actuellement cité plus de 5000 fois dans Google Scholar, John Hattie lui même est cité plus de 4700 fois dans la base bibliométrique Scopus. Visible Learning  est aujourd’hui plus qu’un ouvrage, c’est une entreprise scientifique qui dispose de sa plate-forme multilingue (http://visible-learning.org ), qui soutient un programme de formation des enseignants (http://visiblelearningplus.com ) et de nombreuses autres activités pilotées par John Hattie, souvent en collaboration avec d’autres entreprises commerciales (par exemple avec la société Pearson).

L’influence de John Hattie s’étend désormais aussi dans le monde francophone, puisque ses travaux sont cités dans bon nombre d’articles universitaires. Le centre de transfert pour la réussite éducative au Québec a ainsi consacré un dossier aux recherches basées sur les données probantes en cette rentrée 2016 , qui lui réserve une large place.
Ces quelques illustrations permettent de comprendre combien ce qu’on peut appeler le phénomène Hattie est devenu en moins de dix ans un fait majeur dans la recherche en éducation au niveau international. Pourquoi ? Continuer la lecture de John Hattie et le Saint Graal de l’enseignement  

Quand trop de données tue l’information : les limites des méta-analyses

Les méta-analyses utilisées dans l’ouvrage de John Hattie sont mobilisées en vue de calculer la grandeur d’effet (size effect) d’un dispositif ou d’une pratique pédagogique sur la réussite scolaire. La crédibilité scientifique de ces méta-analyses repose sur leur capacité à utiliser un langage commun, en l’occurrence les statistiques, pour comparer des dizaines, des centaines voire des milliers de situations éducatives sur un même thème, là où une recherche « ordinaire », qu’elle soit quantitative ou qualitative, ne porte que sur une population de quelques centaines ou dizaines de personnes sur un territoire limité.

Qu’est-ce qu’une méta-analyse ?

Imaginons une question telle que : « quels sont les effets sur la réussite scolaire de l’usage des tablettes numériques en classe ? ». Continuer la lecture de Quand trop de données tue l’information : les limites des méta-analyses 

Qu’apporte finalement Visible Learning ?

Il est parfois assez difficile de relier chaque taille d’effet particulière aux conclusions générales tracées par Hattie à l’issue de son étude. L’ouvrage mélange des parties descriptives et relativement fastidieuses pour chaque « facteur » d’effet, avec des parties plus littéraires et naïvement optimistes sur les considérations des « bons » enseignants à la fin. La multiplication de sites et de textes de vulgarisation issus de l’entreprise Visible Learning concourt à renforcer cette distance entre les méta-analyses mobilisées et les prescriptions « selon Hattie » que l’on retrouve un peu partout. Oublions donc ici ce problème de relation entre les statistiques et leur interprétation, pour ne nous intéresser qu’aux propositions en terme de prescriptions pédagogiques que John Hattie popularise.

Des enseignants démiurges de l’éducation

Première et principale conclusion de Visible Learning, les enseignants sont l’élément décisif de tout processus éducatif. Les institutions éducatives, leurs dispositifs, leurs instruments, leurs acteurs, leurs modes de fonctionnement et leurs mode d’intégration sociale et culturelle sont considérés essentiellement comme des contextes en arrière-plan. Une certaine tradition américaine valorise l’expérience de l’élève, dans le prolongement des théories de John Dewey. Ici en revanche, ce sont les bons enseignants, dans la perspective de Hattie, qui sont les démiurges, au centre de tout : ils savent quand parler, comment diriger, quand se taire, quels outils mobiliser, quel feedback apporter, etc. Sa promotion de « l’instruction directe » contre ce qu’il appelle le constructivisme s’incarne dans cette omniprésence des enseignants dans la réussite scolaire. Dans plusieurs textes il insiste sur leur engagement et leur passion, ce qui a conduit Terhard (2011) à évoquer un idéal romantique de l’enseignant, dont l’engagement « par vocation » serait modernisé à l’aide des preuves scientifiques extraites des méta-analyses. Continuer la lecture de Qu’apporte finalement Visible Learning ? 

A la recherche d’une Science pour l’éducation

A l’occasion d’un article hagiographique sur Céline Alvarez, on a pu lire récemment, dans un magazine bien connu dans le monde éducatif, la phrase suivante : « Les neurosciences sont les seules à pouvoir nous renseigner sur la complexité de l’être humain » ( «Le cerveau d’un enfant varie selon la pédagogie qu’on lui applique », Lorraine Rossignol, Télérama, 19 février 2016).

Dans son simplisme grotesque, l’affirmation a suscité quelques vives réactions de lecteurs, mais la plupart des professionnels de l’éducation se sont contentés de réactions narquoises. Sur le fond, elle ne fait pourtant que caricaturer ce que l’on entend parfois, y compris dans certaines institutions de l’éducation nationale.

C’est un mouvement qui évoque le ressac : l’agenda médiatique ou politique est régulièrement saisi par telle ou telle personnalité qui invoque l’urgence de donner une base scientifique aux pratiques éducatives.

Cela évoque souvent une réplique de (mauvais) boulevard :

  • Sur un ton expert indigné : « comment est-il possible qu’à notre époque on ne se décide pas à enfin utiliser les acquis de la science pour enseigner !? » ;
  • Sur un ton politique exaspéré : « il faut en finir avec l’idéologie et enfin appliquer dans les salles de classe les méthodes appuyées sur des vrais sciences » ;
  • Sur un ton universitaire sarcastique : « il faudra m’expliquer pourquoi on ne pourrait pas appliquer à l’éducation les protocoles scientifiques qui ont fait leur preuve dans les autres domaines » ;
  • Sur un ton journalistique: «  de nouvelles recherches capitales pour l’éducation de nos enfants sont pourtant ignorées par le système académique ! ».

Continuer la lecture de A la recherche d’une Science pour l’éducation