Éclairer la création collective d’intelligence : retour sur la 14e rencontre internationale des LéA-IFÉ

Pour cette 14e rencontre internationale des LéA-IFÉ, qui a eu lieu les 28 et 29 mai 2024, le réseau des LéA-IFÉ s’est manifesté avec force – 34 collectifs sur 35 présents, 150 participants sur site… nécessitant une retransmission des interventions dans une seconde salle, et en ligne. Si l’engouement était perceptible, c’est que l’enjeu de ces journées était d’autant plus intéressant pour les LéA-IFÉ : « éclairer à la fois le processus de création collective d’intelligence au sein d’un LéA-IFÉ et ce que cette intelligence produit et transforme ».

Continuer la lecture de « Éclairer la création collective d’intelligence : retour sur la 14e rencontre internationale des LéA-IFÉ »

Apprendre aux enseignants à réfléchir sur leurs habitudes pédagogiques

Ce texte a initialement été publié dans « Le Monde de l’éducation » le 8 février 2021.

Le colloque scientifique intitulé « Quels professeurs au XXIe siècle ? » s’est tenu en décembre 2020 dans le cadre du Grenelle de l’éducation. S’il y a bien été fait mention de l’importance du bienêtre et de la coopération entre professionnels de l’éducation, la professionnalisation du corps enseignant, en termes de capacité à réfléchir et à problématiser son quotidien et ses activités dans la classe, n’a guère été évoquée. 

Il existe pourtant une masse conséquente de travaux de recherche portant sur l’évolution de cette profession et sur la dimension « réflexive » du métier qui accompagne souvent les démarches de formation des enseignants. 

Le terme de réflexivité a émergé au début du XXe siècle dans les écrits du philosophe John Dewey ; son usage s’est développé au cours des années 1970 dans les revues savantes de sciences sociales. Puis ce sont notamment les travaux du pédagogue américain Donald Schön (1983), et de son collègue Chris Argyris (1993), qui ont introduit le concept de « pratique réflexive » dans le domaine de la professionnalisation du métier d’enseignant. Si les points de vue théoriques sur la réflexivité sont multiples, ils s’accordent sur le fait que la dimension cognitive liée à l’analyse des situations professionnelles des enseignants demeure un levier pour l’amélioration de leurs pratiques. 

Dans ce cadre, la « réflexivité » peut être définie à minima comme une forme de réflexion se prenant elle-même pour objet, un retour sur soi. Cette « métaréflexion » consiste essentiellement en une conceptualisation ou schématisation des processus à l’œuvre dans la relation professeur-élève. 

Donald Schön pose l’importance de créer une « épistémologie de la pratique », c’est-à-dire de développer des connaissances à partir de l’analyse des savoirs et des compétences mises en pratique au quotidien par les enseignantes et les enseignants. Concrètement, cette conversation réflexive s’exprime selon deux modes opératoires : une réflexion dans l’action, en classe, qui permet des ajustements immédiats pour faire face aux imprévus, et une réflexion sur l’action qui conduit, après-coup, à la modélisation des rapports entre des situations problématiques identifiées et les actions les plus efficaces pour y remédier. 

Il s’agit d’un travail mental, individuel ou collectif, pendant lequel l’enseignant s’interroge sur son propre processus de pensée et d’action, et réfléchit sur les mobiles qui ont guidé son choix d’action : « Quelles grilles de lecture ai-je utilisées pour comprendre cette difficulté avec les élèves ? Comment ai-je résolu ce problème en classe ? Quelles variables ai-je dû réajuster dans ma façon d’enseigner ? » (Ré)interroger sa pratique pourrait accroitre la compréhension des actions menées sur le terrain, permettre une actualisation des connaissances et favoriser le développement professionnel. 

Les chercheuses en sciences de l’éducation Marie-France Carnus et Christine Mias rappellent que ce travail évaluatif et de régulation ne va pas de soi pour les professeurs, et que sa mise en œuvre doit reposer sur des procédures et méthodologies précises. Pour les enseignantes et les enseignants, questionner ses pratiques, c’est aussi accepter de rompre avec ses habitudes de faire et de penser, de se mettre en danger. 

En formation initiale, le développement d’une posture réflexive n’est pas perçu instinctivement par les enseignants stagiaires comme un dispositif utile à leur entrée dans le métier. Souvent éloignés de leurs préoccupations professionnelles, les activités d’analyse des pratiques et les écrits sur l’action sont en effet exigeants en termes d’investissement cognitif et d’appropriation d’une culture scientifique ; ils ne répondent guère aux attentes immédiates des débutants, plus préoccupés par les questions de gestion de classe, etc. 

Prenant en compte les difficultés pour le praticien novice — et même confirmé — de « mettre en mémoire » des observations, des questions, des doutes dans le feu de l’action, Marguerite Altet, chercheuse spécialiste des pratiques enseignantes, propose plutôt qu’il ou elle réfléchisse dans l’après-coup à son analyse de la situation faite dans l’action. Cette façon de procéder permet d’identifier des « routines », des « schèmes d’action » ou « habitus », pour reprendre les concepts du psychologue Jean Piaget ou du sociologue Pierre Bourdieu. 

Ainsi, la notion de réflexivité marque une rupture avec un modèle « applicationniste » qui structure habituellement les prescriptions institutionnelles et selon lequel les pratiques professionnelles ne peuvent être que synonymes de mises en scène d’un savoir théorique et académique. L’articulation de la théorie, de la pratique et de la prescription nécessite pourtant, selon Isabelle Vinatier (2012), chercheuse spécialiste des sciences de la formation, de réfléchir sur son activité professionnelle à partir de trois sources de connaissances : l’expérience personnelle, la culture professionnelle et la recherche. Une réflexion pour le moins pertinente à l’heure des réformes d’ampleur à venir de la formation et du métier d’enseignant. 

Pour aller plus loin, lire aussi Gaussel Marie (2020). Les pratiques enseignantes face aux recherches. Dossier de veille de l’IFÉ, n °132, février. Lyon : ENS de Lyon. 

 

Se former aux recherches en éducation à l’IFÉ

Comme à chaque rentrée scolaire, la formation « lire et traduire les recherches en éducation » de l’Institut français de l’éducation – ENS de Lyon approche à grand pas. Elle aura lieu cette année les mardi 4 et mercredi 5 octobre 2022.

Cette formation est proposée aux professionnels de l’enseignement et de l’éducation exerçant des fonctions dans les métiers de l’encadrement, de la formation et de l’accompagnement, ou encore de la coordination de réseaux et de dispositifs. Elle vise à développer leur compréhension des travaux scientifiques en éducation et à questionner les modalités et les visées de leur mobilisation en situation professionnelle, à l’interface entre sphère scientifique, politiques éducatives et pratiques de terrain.

Différents temps de travail (ateliers, interventions, conférence de Sonia Revaz de l’université de Genève, etc.) permettront aux participant·es de construire des points de repère et de disposer d’outils. Ces derniers viseront à développer les capacités des stagiaires à identifier une production scientifique au regard d’autres productions et discours sur l’éducation, à s’orienter dans le paysage des publications en éducation, à cartographier les différents champs disciplinaires producteurs de savoirs sur l’éducation et leurs approches. Ces deux journées permettront également aux professionnels de confronter et d’analyser leurs situations de travail, révélant une pluralité de rapports à la recherche et d’enjeux liés à la circulation des savoirs en éducation.

Pour vous inscrire à la formation “lire et traduire les recherches en éducation” avant le 27 septembre 2022, cliquez ici.

Les autres formations proposées par l’IFÉ sont accessibles en cliquant sur ce lien.

Construire une recherche ensemble : comment et jusqu’à quel point ?

Quelles sont les logiques et tensions à l’œuvre dans les recherches collaboratives, présentes en éducation (ex. Desgagné et al., 2001 ; Vinatier et Morissette, 2015 ; Aldon et al., 2020), et plus généralement dans les sciences sociales ? Continuer la lecture de « Construire une recherche ensemble : comment et jusqu’à quel point ? »

La science ouverte à portée de clic

Alors que, depuis début novembre, les portes des universités sont fermées à leurs étudiant·es qui ont cours en ligne, les activités de recherche continuent, sur place pour certaines nécessitant du matériel expérimental, à distance pour la plupart. Dans le champ de l’éducation, l’actualité est finalement dense car beaucoup de colloques de recherche ont été reportés du printemps 2020 à l’automne 2020, et sont au final organisés à distance. Les inconvénients sont nombreux (problèmes techniques éventuels, impossibilité de communication directe et donc échanges plus limités…) , mais soulignons ici l’intérêt de permettre à un public beaucoup plus large que d’habitude de pouvoir assister à ces colloques.

Continuer la lecture de « La science ouverte à portée de clic »

Utiliser les recherches en éducation ? Oui, mais pourquoi et comment ?

La volonté d’adosser les politiques et les pratiques éducatives aux résultats de la recherche s’amplifie depuis plusieurs années, en France, comme à l’international. Si cette idée, ou cette injonction selon les cas, semble pertinente, elle ne va pourtant pas de soi dans sa mise en oeuvre. Tout d’abord, de quelles recherches parle t-on ? En effet, plusieurs courants de recherches portant sur l’apprentissage et l’enseignement coexistent sans forcément partager les même façons d’appréhender ce qu’il se passe à l’école. La rencontre entre les recherches portant sur l’éducation ( psychologie, sociologie, philosophie, économie et histoire de l’éducation, mais aussi sciences cognitives, sciences du langage, …) et les pratiques enseignantes est loin d’être évidente et génère depuis plus de 50 ans des tensions et des disputes dans un climat de méfiance réciproque. De vastes controverses quant aux enjeux éducatifs traversent régulièrement les médias et l’opinion publique suscitant de nombreuses confusions sur l’éducation en tant qu’objet de recherche. Les questions portant sur l’opérationnalisation des savoirs savants dans le quotidien des établissements scolaires sont nombreuses  : comment les savoirs scientifiques circulent-ils entre les sphères politiques, scientifiques et éducatives ?  Quels types de connaissances peuvent être utilisés et comment juger de la pertinence des résultats de la recherche, ceux susceptibles d’apporter une contribution significative à l’amélioration des pratiques ou à la prise de décision politique ? Comment ces recherches peuvent-elles être mobilisées puis appropriées par les enseignant.e.s de manière à mieux faire réussir les élèves ? Continuer la lecture de « Utiliser les recherches en éducation ? Oui, mais pourquoi et comment ? »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search