Archives du mot-clé université

Mai 68 : un « moment » qui a impacté l’éducation, à Lyon, comme ailleurs !

Fin octobre dernier, le « moment 68 », pour reprendre l’expression de Michèle Zancarini-Fournel, était à l’honneur à Lyon dans un colloque co-organisé par les laboratoires ECP, Larhra et Triangle, à l’initiative d’Yves Verneuil.

Acteurs de l’époque, chercheurs et étudiants d’aujourd’hui se sont ainsi retrouvés pour deux jours à l’université Lyon 2, pour échanger sur  « Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif : contestations, mutations, résistances, trajectoires ».

Affichés comme inscrits dans la continuité du colloque de juin 2017 sur « La forme scolaire prisonnière de son succès », ces deux jours ont constitué également un « moment » un peu à part, riche de rencontres multiples, émaillées d’analyses historiques et de témoignages. Un moment consacré aux institutions éducatives, secondaires et supérieures, publiques et privées, de l’enseignement général à l’enseignement professionnel, en passant par l’enseignement spécialisé.

Le balayage proposé, centré sur le contexte lyonnais, deuxième plus gros pôle universitaire de France à la fin des années 1960, s’est avéré assez large donc. Quelques panneaux issus de l’exposition montée par la BM de Lyon lors du 40e anniversaire des événements (cf. L’intelligence d’une ville : Mai 68 à Lyon) sont opportunément venus illustrer ces rencontres.

Voici quelques clés de lecture, sans aucune prétention à l’exhaustivité. Continuer la lecture de Mai 68 : un « moment » qui a impacté l’éducation, à Lyon, comme ailleurs ! 

Grandes disparités en Europe concernant les droits d’inscription et les bourses pour les étudiants

La Commission européenne a publié en octobre 2014 un communiqué de presse où elle fait état d’une grande disparité entre les pays européens en ce qui concerne les droits d’inscription et les bourses pour les étudiants.

Dans un récent Dossier de veille sur la jeunesse, il était mentionné les écarts importants selon les pays dans la prise en charge par l’État ou par les familles du coût des études pour les jeunes qui entrent dans l’enseignement supérieur. Entre des pays nordiques où l’État providence assure l’autonomie des jeunes, l’Angleterre où le jeune doit s’assumer seul (emprunts bancaires), les États du Sud où c’est principalement la famille qui assume ce coût, et la France qui se situe un peu au milieu (l’État aide les familles à assumer la poursuite d’étude des jeunes), on comprend que les attributions de bourses dépendent des politiques et des cultures nationales. Il en va de même pour les droits d’inscription des étudiants.

Ces droits sont les plus élevés au Royaume-Uni, mais ils ne sont pas payés immédiatement. Par contre, les droits sont payés à l’avance en Irlande, Italie, Lettonie, Lithuanie, Hongrie, Slovaquie et aux Pays-Bas alors même qu’ils sont assez élevés.

Si dans la plupart des pays, seule une minorité d’étudiants ont droit à une bourse, dans neuf pays, ce sont tous les étudiants qui y ont droit (dont le Danemark, la Finlande, Chypre et Malte) ou une majorité d’entre eux (Luxembourg, Pays-Bas, Écosse, Suède, Norvège).

Pour avoir plus de détails sur les comparaisons par pays :

Le projet professionnel dans l’enseignement supérieur : de la démarche aux outils – AFEC 2009

Ce billet fait partie d’une série de compte-rendus consacrés au 32e colloque de l’Association francophone d’éducation comparée (Dijon, juin 2009), sur le thème « Orientation et mondialisation ».

les univers conceptuels qui permettent de penser l’orientation (anthropologique, sociologique, psychologique)
les réformes de l’école secondaire en Afrique au service d’une orientation mieux maîtrisée
l’approche orientante, depuis ses origines québécoises jusqu’à ses applications en France
– les écoles de la deuxième chance, en France (et aussi en Europe)
– [les dispositifs de type projet professionnel dans l’enseignement supérieur]

Avec Jean Arrous (université Strasbourg 3 et association Projetpro), on réalise que la question du projet professionnel à l’université n’est pas tout à fait nouvelle, même si elle bénéficie d’un intérêt accru ces dernières années, en raison de forts taux d’échecs en premier cycle. Et si les fondements théoriques sont québécois (travaux de Denis Pelletier, Charles Bujold et Gilles Noiseux sur l’ADVP), la source française est lyonnaise : c’est en effet à l’université Claude Bernard (Lyon 1) en 1984 que le projet professionnel a été introduit pour la première fois, auprès des étudiants de 1ère année de sciences. Cette initiative est intervenue à une époque particulièrement propice en termes d’expérimentation, alors que quelques professionnels engagés – dont Geneviève Latreille – s’investissaient pour implanter et approfondir l’ADVP (Activation du développement vocationnel et personnel) en France. C’est aussi peu ou prou à cette période que l’association Trouver créer a été créée, premier « lieu » français de réflexion pour une approche éducative de l’orientation. Une association, qui sous la houlette de Robert Solazzi, continue aujourd’hui encore à fédérer les partisans d’une conception de l’apprentissage fondée sur l’expérience personnelle. Continuer la lecture de Le projet professionnel dans l’enseignement supérieur : de la démarche aux outils – AFEC 2009