Archives par mot-clé : revues

LPPR: avis de tempête sur l’enseignement supérieur et les revues scientifiques

Avant même sa présentation publique, la loi sur la programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), qui se fonde sur trois rapports remis à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche (ESR), fait des vagues au sein de la communauté universitaire française. Défendue par les un.e.s au nom de l’attractivité et de la compétitivité internationale (par le président-directeur général du CNRS ou un professeur de médecine), décriée par d’autres pour la précarisation, les inégalités accrues et un affaiblissement du service public de la recherche (en particulier pour les femmes  et les jeunes chercheur.ses), la loi risque en tout cas de modifier l’organisation de l’enseignement supérieur et de la recherche en France – même si le principe de la concurrence n’est pas nouveau, comme le montre cette mise en perspective historique de Jérôme Aust (voir aussi ce dossier).

Depuis le mois de décembre, articulé à la contestation contre la réforme des retraites, le mouvement contre la LPPR s’organise par différentes modalités au sein de l’ESR. Ainsi, de nombreux laboratoires de recherche, y compris en éducation, ont voté des motions et organisent des manifestations variées, par exemple le cycle de conférences sur l’ESR du Laboratoire de l’Education – LLE à l’ENS de Lyon. Différentes sections du Conseil national des universités  – l’instance collégiale qui encadre les recrutements et carrières des enseignant.es-chercheur.ses – ont également pris position, dont la section 70 (sciences de l’éducation et de la formation).

Plus de 120 revues scientifiques d’orientations théoriques et empiriques diverses, notamment issues des sciences humaines et sociales (liste à jour, compte twitter), se sont également jointes au mouvement et se sont déclarées en lutte – côté éducation, on note la présence des Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs et de Cliopsy. À partir d’une analyse de ce mouvement, le sociologue Anthony Pecqueux ouvre la « boîte noire » du fonctionnement des revues et de leur modèle économique et en situe les enjeux à court et à long terme: fonctionnement collégial des comités de rédaction, activité de relecture et d’évaluation des articles par les pairs (couteuse en temps mais élément constitutif de l’appartenance à et de la reconnaissance dans une communauté scientifique), rôle central des métiers invisibles (édition numérique, graphisme, secrétariat d’édition, etc.)…

Pour prendre du recul sur cette thématique et voir comment la LPPR s’inscrit dans les réformes de l’enseignement supérieur des dernières décennies, nous vous conseillons de lire l’Edubref de Laure Endrizzi sur « 1968-2018: 50 ans de réforme à l’université ».

Enseignement et formation en régime numérique : nouveaux rythmes, nouvelles temporalités?

La revue Distance et Médiations des Savoirs prépare un numéro thématique sur ce sujet.  « L’objectif de ce numéro est de se centrer sur les acteurs de l’éducation (enseignants, concepteurs des dispositifs, institutions, apprenants, etc.), dans la période contemporaine, marquée par le développement du numérique à l’école, à l’université et en formation. Le but est donc de rassembler des contributions offrant un point de vue privilégiant la question des temporalités en régime numérique et sur le vécu des acteurs dans ces situations d’enseignement, d’apprentissage et d’organisation. Plusieurs axes, complémentaires et non exclusifs, pourront ainsi être traités« .
Vous trouverez en pièce jointe le détail de l’appel à contributions  (« manifestation d’intérêt par les auteurs potentiels sur la base d’un texte de 600 signes maximum: 18 décembre 2015 »).

Nouvelle rubrique sur le site de la VST : revues sur le web

Le site de la VST s’enrichit d’une nouvelle rubrique qui concerne les revues sur le web (aux niveaux français, européen et international) qui sont en accès libre ou en consultation gratuite et qui traitent d’éducation.

Vous y retrouverez certaines revues dont nous mentionnons déjà les sommaires, ainsi que d’autres. La base va s’enrichir dans les semaines et les mois à venir. Ne sont retenues que les revues à caractère scientifique qui remplissent un des critères suivants :

  • revues en libre accès (open access) au sens donné par l’initiative de Budapest en 2002 (voir cet article publié sur notre blog) ;
  • revues en accès gratuit, sans pour autant que les licences des articles soient des licences libres. Seule la consultation est autorisée ;
  • revues en accès gratuit avec une barrière mobile variable selon les politiques des revues.  Cette barrière mobile peut être de 18 mois à plusieurs années. Les numéros les plus récents sont payants ou ne sont pas mis en ligne (dans le cas d’une version papier de la revue).

N’hésitez pas à donner votre sentiment sur cette nouvelle rubrique, soit en laissant des commentaires sous cet article, soit en nous contactant par mail.

A propos des revues en « libre accès »

Lors de la formation que nous avons proposée en début de mois, plusieurs aspects de la recherche en éducation ont été abordés. Voici un résumé de ce qui a été dit concernant les revues en « open access ». Le terme correspondant en français est « libre accès ». Il s’agissait de présenter les ressources scientifiques en accès libre.

Définitions

Il faut tout d’abord bien s’entendre sur la définition de l’open access. Il faut remonter à 2002 pour en avoir une définition stabilisée, qui a été élaborée à l’occasion de l’Initiative de Budapest pour l’Accès Ouvert (Budapest Open Acces Initiative – BOAI) qui est reprise sur le site de l’INIST dédié à l’Open Access :

« par « accès libre » à cette littérature, nous entendons sa mise à disposition gratuite sur l’Internet public, permettant à tout un chacun de lire, télécharger, copier, transmettre, imprimer, chercher ou faire un lien vers le texte intégral de ces articles, les disséquer pour les indexer, s’en servir de données pour un logiciel, ou s’en servir à toute autre fin légale, sans barrière financière, légale ou technique autre que celles indissociables de l’accès et l’utilisation d’Internet. La seule contrainte sur la reproduction et la distribution, et le seul rôle du copyright dans ce domaine devrait être de garantir aux auteurs un contrôle sur l’intégrité de leurs travaux et le droit à être correctement reconnus et cités. »

La définition qui est donnée d’une revue en libre accès, sur le même site, est la suivante :

« une revue en libre accès se dit d’une revue, nouvelle ou existante, qui répond aux exigences de qualité des articles par la présence d’un comité de lecture mais qui a un mode de financement permettant une diffusion aussi large que possible sans restriction d’accès et d’utilisation ».

Le concept de « libre accès » n’est pas né ex-nihilo en 2002 mais il s’inscrit dans un contexte qui l’a rendu incontournable. Il faut rappeler que dans les années 90, le coût des publications papiers a nettement augmenté alors que dans le même temps l’usage d’Internet s’est répandu un peu partout dans la société, à commencer au sein des chercheurs, permettant de diffuser plus largement et plus facilement des contenus. En 2001, la Public Library of Science publie une lettre ouverte en faveur du libre accès, ouvrant la voie au BOAI quelques mois plus tard. Continuer la lecture de A propos des revues en « libre accès »