Archives par mot-clé : réussite éducative

Les devoirs à la maison et le travail en classe : quels équilibres ?

Pas facile en effet pour tout le monde de gérer la question des devoirs :

Quelle que soit la situation familiale (qui peut en plus être compliquée), les devoirs ajoutent une préoccupation supplémentaire à la maison. Mais c’est en même temps un des rares moments de lien entre l’école, le collège ou le lycée, et également pour beaucoup une étape nécessaire pour une réussite scolaire très attendue.

Du côté des élèves, pas facile de faire le lien entre les souvenirs du cours et les exigences parfois obscures des enseignantes[1], surtout lorsque ces dernières ne vérifient pas systématiquement les devoirs faits.

Et les professionnelles de l’éducation sont elles aussi face à des dilemmes : faut-il faire les devoirs d’abord dans l’établissement (c’est le cas du dispositif « Devoirs faits » au collège) ? Faut-il d’abord les faire en classe, pour s’assurer que les élèves ont bien compris les consignes ? Comment les corriger à toutes les séances et garder du temps pour finir les programmes ?

C’est à toutes ces questions que, en juin dernier, une journée de formation du Plan national de formation de l’Éducation nationale a été consacrée et à laquelle l’IFÉ a participé. De nombreuses conférences et restitution d’ateliers de cette journée sont disponibles sur Eduscol.

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez creuser davantage ces questions du travail personnel de l’élève, une formation « Travail personnel dans et hors la classe » du Centre Alain Savary de l’IFÉ est prévue en novembre 2019 et en mars 2020, et d’autres ressources sont également disponibles:

Note

[1] L’utilisation du genre féminin a été adoptée dans cet article afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

Réussite éducative, réussite scolaire?

Le site de L’Observatoire des politiques locales d’éducation et de la réussite éducative  (PoLoc)  a été inauguré ce matin, 24 février, par George Pau-Langevin, ministre déléguée de la Réussite éducative. C’est à la suite d’une convention entre l’Institut français de l’éducation (IFÉ) (ENS de Lyon), le ministère délégué à la Réussite éducative et le ministère délégué à la ville que le Pôle d’analyse des politiques éducatives locales a donné naissance à l’Observatoire des politiques locales d’éducation et de la réussite éducative.

« L’observatoire se veut un centre de ressources, d’échanges et d’analyses sur les politiques et dispositifs publics territorialisés œuvrant en faveur de l’égalité scolaire et éducative. Il s’attache à constituer un dispositif original contribuant au développement de l’intelligence collective en ce domaine, et notamment au partage et à la mise en débat des problématiques professionnelles et scientifiques. Il se veut mobilisateur et fédérateur, tout à la fois producteur d’études et de recherches, diffuseur de savoirs et d’expériences, instrument de vigilance critique, opérateur de mise en réseaux interprofessionnels et scientifiques. Il entend participer à la constitution d’une culture commune entre tous les acteurs engagés pour la réussite scolaire et éducative. »

Le site de l’Observatoire, véritable portail de ressources et  d’échanges allie cartographie des dispositifs (par type de dispositifs et par thématique), ressources documentaires (classées par types et par problématiques) .
Les problématiques sont les suivantes : réussite éducative, réussite scolaire/place des parents/ mobilisations locales/disparités territoriales/évolution des métiers/éducation, protection, prévention/évaluation/inégalités scolaires et éducatives/ décrochage, persévérance scolaire.

Au détour de la problématique « de base » (réussite scolaire/réussite éducative), vous pourrez lire une Note de Veille de l’IFÉ sous un titre inversé : « Réussite éducative, réussite scolaire ».
Cette revue de littérature de recherche décline, des concepts bien difficiles à cerner, les usages qui en sont faits, les missions annoncées  de la réussite éducative (socialiser, instruire, qualifier) et ouvre la perspective d’une approche écosystémique, puisqu’il est dit que la réussite éducative devait envisager l’enfant dans sa globalité, avec bienveillance…

Feyfant Annie (2013). Réussite éducative, réussite scolaire. Note de Veille de l’IFÉ, février (24p.).

Persévérance scolaire et action territoriale au Québec

Dans le cadre de l’Observatoire national des politiques éducatives locales, Michel Perron, professeur à l’université de Chicoutimi, est intervenu le mardi 12 mars pour une conférence intitulée « Persévérance scolaire, mobilisation des acteurs, action territoriale : les ancrages d’un nouveau mouvement social au Québec? ». En voici le compte-rendu.

Pour comprendre l’utilisation très québecoise du concept de « persévérance scolaire », il faut faire un peu d’histoire du système éducatif et de terminologie:
– entre le secondaire et le supérieur il existe un « sas » de trois ans qui prépare à l’entrée dans le supérieur ou à une formation technique : les Cégep (collège d’enseignement général et professionnel),
– la gouvernance éducative est provinciale,
– après plusieurs réformes, l’objectif de réussite pour tous, vise à ce que tous les élèves sortent du système scolaire avec un diplôme.

Chaque établissement produit un plan de réussite, des études longitudinales et transversales ont été mises en place avec l’idée en arrière plan de persévérance scolaire, basée sur un certain nombre d’indicateurs.

Quatre indicateurs de la persévérance scolaire constitut l’indice de persévérance et de réussite scolaires (IPRS):

  • le taux de réussite à l’épreuve ministérielle de langue d’enseignement (peut être repassé deux fois, c’est le meilleur résultat qui est pris en compte),
  • le taux de sorties sans diplôme ni qualification (appelé aussi taux de décrochage). Le suivi des élèves québecois se trouve facilité par l’existence d’une code assigné à chaque élève tout au long de sa scolarité (NB: le décrochage n’est pas permanent),
  • le taux de diplômation après  5 ans au secondaire
  • le taux de diplômation après 7 ans au secondaire

Le concept de persévérance scolaire

Il s’agit de chercher à maintenir les élèves dans le système scolaire jusqu’à l’obtention d’un diplôme (ou à défaut d’une reconnaissance de fin de scolarité).

La persévérance scolaire est donc un processus qui s’inscrit dans le temps. Il convient de prendre en compte des facteurs personnels (genre, aspirations, comportements , habiletés, habitudes sociales, etc.); des facteurs familiaux (impact du niveau de  scolarité de la mère ); facteurs scolaires; facteurs sociaux.

Le défi des inégalité sociales au Québec

Dans une  approche sociogéographique, M. Perron présente une analyse géographique des indicateurs de persévérance et de réussite scolaires au Québec « Cartodiplôme« .

Il s’agit d’essayer de comprendre les liens possibles entre les disparités spatiales de l’IPRS et les inégalités sociales, économiques et territoriales.
Du point de vue démographique, on regarde la proportion de familles monoparentales, de logements ayant besoin de réparations majeures, des logements antérieurs à 1946, des ménages locataires de leur logement, des personnes sans diplôme ou détenant un diplôme universitaire, des ménages comptant  4 membres ou plus. On étudie le taux de variation de la population, la ratio entre jeunes et population active.
Parmi les variables économiques, on retient le taux d’activité, le taux d’emploi, le revenu moyen individuel et par famille, (aec un seuil inférieur à 30000$ ou supérieur à 100000$., la répartition par grands secteurs d’activité.
Les variables géographiques sont la densité de l’écoumène (ensemble des terres habitées ou exploitées par l’homme), la distance entre la municipalité régionale de comté (MRC) et les grands centres urbains

Quels sont les variables les plus prédictives d’une hausse ou d’une baisse de l’IPRS?

  • Variables impactant à la baisse:
    – le taux de variation de la population entre 1996 et 2006 (augmentation)
    – % de logements ayant besoin de réparations majeures
    – % de gens ne parlant pas une langue officielle à la maison
    – % de familles monoparentales
    – % d’individus sans diplôme (25-64 ans)
    – % d’individus de plus de 15 ans sans revenu
    – % de travailleurs des métiers transports, machineries
  • Variables impactant à la hausse:
    – poids démographique
    – taux d’activité
    – proportion de logements construits avant 1946
    – éloignement de Montréal

 La mobilisation sur la persévérance scolaire témoigne-t-elle d’un mouvement social?

On voit apparaitre de nouveaux enjeux plus proche de la sphère privée, modifiant les logiques de mobilisation. Les revendications sont individuelles, voire de groupes mais plus de classe. Le décrochage fait partie de ses préoccupations et font que l’enjeu individuel devient un enjeu public.L’abandon scolaire est vu comme un problème social et non comme un problème scolaire:
– pour les étudiants: perspective d’un salaire moindre, emplois limités;
– pour les établissements scolaires : mauvaise utilisation des ressources scolaires, inefficacité sur le plan de l’enseignement ou de l’administration;
– pour les sociétés: main d’œuvre moins qualifiée, prospérité économique affaiblie.

L’abandon scolaire peut être exprimé en terme de pertes fiscales et de coûts sociaux mais aussi en termes d’inégalités sociales exacerbées.

La mobilisation contre le décrochage et pour la persévérance scolaire s’est faite autour d’acteurs aussi divers que des conseillers pédagogiques, des chercheurs, des cadres éducatifs, des chefs d’entreprises, des banquiers, des fondations. (groupe action persévérance).

Ce qu’il convient de faire :
– favoriser la prévention,
– voir l’abandon scolaire comme un problème social,
– susciter la mobilisation et l’engagement,
– tisser des liens entre recherche et terrain (pratiques efficaces),
– soutenir les acteurs, par le dialogue, les échanges, le transfert,
– ancrer les actions territorialement, par une mobilisation locale,
– adopter le mode de gouvernance aux acteurs.

Bibliographie

  • Michel Perron. « Persévérance scolaire et engagement collectif : pour une vision commune d’un chantier québécois ». Sommet de l’éducation publique, Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), Québec, 1er juin 2012. (PDF)
  • Actes des premières journées interrégionales sur la persévérance scolaire et la réussite éducative, Château Mont-Sainte-Anne, 30-31 octobre 2008. (PDF, 82 p.)

 

Le RIRE québécois

Travaillant actuellement à la préparation d’un dossier sur les pratiques pédagogiques « efficaces »,  je suis dans la phase de dévidage de la pelote d’informations et de relevage des filets. La pêche du matin a été la suivante :

La lettre de ToutEduc signale un rapport du MIT :  « Quand les enfants découvrent un objet nouveau, mieux vaut les laisser en explorer les possibilités, une étude du MIT qui conforte les pédagogies non directives« , et  propose un lien vers un résumé de l’étude sur le site du RIRE (d’où le titre de ce billet).

Je me suis donc arrêtée un moment  sur ce Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE). Créé par le Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ), le RIRE  « diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. L’information, issue de plusieurs sources, vise principalement la réussite des élèves du primaire et du secondaire, notamment par la valorisation de l’information à caractère scientifique. »
Le CTREQ « est un organisme à but non lucratif (OBNL) qui a pour mission de stimuler et de contribuer à concrétiser l’innovation dans le domaine de la réussite éducative, grâce au transfert de la recherche, à l’appui de l’expérience de la pratique, à des services de liaison et de veille afin de permettre aux milieux de pratique d’améliorer leurs interventions pour accroître la réussite éducative« .

Le site du RIRE propose chaque mois un dossier « en vedette », composée de courts articles et quelques vidéos, selon les sujets. Le dernier dossier porte sur l’éducation préscolaire et fait suite à un séminaire organisé à l’université Laval.

Par ailleurs le site a structuré ses informations autour de 5 thématiques :  Intégration des élèves à risque et EHDAA; motivation scolaire;  pratiques innovantes;  relations école-famille-communauté; troubles du comportement.

Un fil RSS permet de retrouver dossiers et articles parus dans ces rubriques ainsi que dans le « quoi de neuf? ».

C’est là que nous retrouvons l’article intitulé « Décalage entre l’apprentissage en suivant des consignes directes et l’exploration indépendante« , qui me donnera du grain à moudre pour le dossier sur les pratiques efficaces : explicites ou pas?

Article du MIT : Finn Emily (2011). « Don’t show, don’t tell?: Cognitive scientists find that when teaching young children, there is a trade-off between direct instruction and independent exploration ». MIT news, 30 juin. http://web.mit.edu/newsoffice/2011/teaching-children-0630.html