Réformer l’école : les leçons de sociologie du Cnesco

Comme à son habitude, le Centre national d’étude des systèmes scolaires (Cnesco-CNAM) a mis en ligne un riche dossier de ressources scientifiques (8 rapports thématiques, 5 études de cas, 9 notes d’experts) et d’interventions filmées, les « paroles d’experts », qui prolongent la conférence de comparaison internationale sur « la gouvernance des politiques éducatives » organisée en novembre 2021. Trois de ces copieux rapports thématiques (Buisson-Fenet, Marx et Reverdy, 2022 ; Draelants et Revaz, 2022 ; Pons, 2022) n’ont pas fait l’objet de présentations vidéo. À l’heure où les bilans médiatiques, syndicaux et politiques de l’action ministérielle menée en France depuis 2017 se multiplient, quels éclairages ces synthèses de la recherche en sciences sociales proposent-elles sur la conduite du changement en éducation ? Continuer la lecture de « Réformer l’école : les leçons de sociologie du Cnesco »

Les réformes de l’éducation se font aussi, et surtout, par le milieu.

Ce texte a été publié dans Le Monde de l’éducation le 17 novembre 2020.

Depuis plusieurs décennies, les réformes du système éducatif se suivent et se ressemblent dans leur processus d’élaboration et de mise en œuvre : une vision politique ambitieuse, des consultations plus ou moins longues et houleuses avec les partenaires sociaux, la promulgation d’une loi ou la publication d’un texte administratif (décret, arrêté, circulaire), une couverture médiatique qui oscille entre soutien et défiance, et, sur le terrain, une réception plus ou moins enthousiaste et une mise en œuvre plus ou moins fidèle à la lettre et à l’esprit de ces directives qui viennent « d’en haut ». Continuer la lecture de « Les réformes de l’éducation se font aussi, et surtout, par le milieu. »

La LPR : vers une individualisation des carrières scientifiques ?

L’AECSE (association des chercheurs en sciences de l’éducation), comme d’autres collectifs d’enseignants-chercheurs, notamment en sciences humaines et sociales, manifeste une certaine inquiétude devant les dispositions de la nouvelle loi « recherche ». Cette loi, initialement nommée LPPR (loi de programmation pluriannuelle de la recherche), devenue LPR 2021-2030, a été débattue en procédure accélérée et adoptée à l’Assemblée nationale en première lecture le 23 septembre dernier, sans que des modifications majeures y soient apportées (elle doit donc maintenant être examinée par le Sénat et revenir en seconde lecture à l’Assemblée nationale).

Dans une rencontre organisée sous forme de webinaire le samedi 3 octobre 2020, l’AECSE souhaitait faire le point sur les conséquences de cette loi, susceptible de modifier profondément les modes de recrutement et les conditions de travail des enseignants-chercheurs, en particulier les modes de financement de la recherche.

Cette loi est-elle juste une loi de plus ou bien implique-t-elle des changements structurels ? Est-elle en rupture avec les politiques publiques menées en France depuis une vingtaine d’années, ou bien s’inscrit-elle dans une certaine continuité ?
Cet article rend compte de la grille de lecture proposée par Christine Musselin (Centre de Sociologie des Organisations, Sciences Po-CNRS), première intervenante de ce webinaire.

Selon elle, le tournant date des années 2000-2005, avec l’introduction des notions de performance et de compétition entre les établissements d’enseignement supérieur, reléguant la préservation d’une certaine équivalence hexagonale. Les réformes engagées depuis cette période s’articulent autour de trois mouvements majeurs qui portent les germes de la LPR :

1/ rendre les établissements plus autonomes :
avec la LRU de 2007 et ses « responsabilités et compétences élargies » les rendant gestionnaires de leur masse salariale et donnant aux présidents une autonomie de décision inédite, mais aussi avec l’ordonnance de décembre 2018 autorisant pour la première fois les établissements à expérimenter de nouvelles formes statutaires.

2/ soutenir, voire organiser la mise en compétition des établissements :
avec le développement de dispositifs de sélection via des appels à projets (RTRA, Campus, Licence, PRES, PIA) et de dispositifs d’évaluation (politiques contractuelles, AERES puis HCERES…), tant de la part du MESRI que des opérateurs privés (data sur les publications scientifiques, rankers…), contribuant à faire des établissements des compétiteurs

3/ favoriser des reconfigurations permettant de décloisonner universités, grandes écoles et organismes de recherche :
avec les regroupements volontaires au sein des PRES, qui ont pris un caractère obligatoire avec la Loi ESR de 2013, débouchant potentiellement sur des fusions d’établissements, donnant naissance à des « Université » majuscule, sans « s »

Continuer la lecture de « La LPR : vers une individualisation des carrières scientifiques ? »

Orientation scolaire : une compétence à partager dans un paysage “refondé” ?

C’est en tous cas ce que propose le rapport Charvet, rendu public à la toute fin de juin, au moment où on se demandait si les résultats du bac seraient vraiment connus dans les temps prévus. Si ce rapport, intitulé « Refonder l’orientation : un enjeu État-régions », abondamment commenté depuis, vous a échappé, je propose d’en restituer le contexte et les enjeux, sans revenir en détail sur les 27 recommandations actuellement à l’étude rue de Grenelle et ailleurs. 
Tout d’abord, précisons que le périmètre est bien celui de l’orientation scolaire, car les Régions sont d’ores et déjà bien investies en matière d’orientation professionnelle, notamment via les centres régionaux et infra-régionaux d’Information Jeunesse, les missions locales et les CARIF-OREF (centres d’animation, de ressources et d’information sur la formation et observatoires régionaux sur l’emploi et la formation).
En regardant un peu en arrière, on s’aperçoit que la pièce (de théâtre) traite toujours de la mise en cohérence des actions des uns et des autres, mais à la lumière des actes successifs, le suspens ne semble pas à son comble et c’est le positionnement des régions comme chef de file de l’orientation « scolaire et professionnelle » qui fait figure de dénouement probable.  En apparence, les quelques indices  suivants, prélevés dans les politiques publiques des 10 dernières années, ne contrarient guère ce scénario, finalement peu impacté par les alternances gouvernementales. Continuer la lecture de « Orientation scolaire : une compétence à partager dans un paysage “refondé” ? »

Dans les coulisses de la DGER : Pepieta 2

La DGER, Direction générale de l’enseignement et de la recherche du Ministère de l’alimentation et de l’agriculture est l’équivalent de notre ministère pour ce qui est de l’organisation de l’Enseignement agricole. Les 24 et 25 juin dernier se réunissait à la DGER le groupe de travail de la formation-action Pepieta 2 qui a pour objectif de soutenir le plan EPA  (enseigner à produire autrement) pour construire la transition agroécologique. L’objectif étant d’accompagner et soutenir la réforme du bac professionnel CGEA, conduite et gestion de l’entreprise agricole.

Continuer la lecture de « Dans les coulisses de la DGER : Pepieta 2 »

1968-2018 : 50 ans de réforme à l’université

La série Édubref lancée par le service Veille et analyses de l’IFÉ au printemps dernier s’enrichit d’un nouveau numéro, le premier sur l’enseignement supérieur, dédié aux principales réformes qui ont marqué la vie des universités depuis 50 ans.

 

télécharger édubref "1968-2018 : 50 ans de réforme à l'université"

Sont ainsi présentés chronologiquement les apports des lois Faure et Savary, les changements impulsés par la contractualisation entre l’État et les établissements d’enseignement supérieur et par l’entrée dans l’Espace européen de l’enseignement supérieur.

Les jalons posés dans la dernière décennie pour encourager des gouvernances plus autonomes (loi Pécresse) et pour opérationnaliser les regroupements territoriaux (loi Fioraso) sont également mis en évidence, avant que soient évoquées les réformes récentes ou en cours, prises sous le ministère Vidal. 

 

Les deux précédents Édubrefs, pour rappel, traitaient respectivement du curriculum (D’où viennent les programmes scolaires ?) et de l’accompagnement scolaire (Comment accompagner l’apprentissage des élèves ?).

 

Télécharger Édubref : 1968-2018 : 50 ans de réforme à l’université

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search