Archives par mot-clé : recherche en éducation

Une nouvelle revue anglaise pour des synthèses approfondies des recherches en éducation

La principale association des chercheurs britanniques en éducation (BERA : British Educational Research Association) a lancé cette année une nouvelle revue en éducation qui privilégie des articles longs et fouillés sur les grandes questions éducatives, sous la forme de rapports sur des recherches de grande ampleur, d’états de l’art ou de synthèses de recherches. Il s’agit explicitement de permettre à des chercheurs de s’exprimer de façon approfondie, là où les autres revues en éducation de langue anglaise publient des articles plus courts et formatés. Le titre, clair et sobre, de Review of Education, tranche d’ailleurs avec l’emploi plus commun du terme “journal”, habituellement utilisé en anglais pour qualifier les revues de type universitaire. La nouvelle revue veut également prendre en compte toutes les possibilités de la publication en ligne en ajoutant à l’article “classique” divers enrichissements et compléments : mises en contextes, prolongements, illustrations, présentation vidéo..La première vidéo de présentation par Ben Slavin de son article témoigne d’ailleurs d’un effort louable mais perfectible !

Le numéro 1 de la revue est en libre accès pendant encore quelques semaines sur le site de l’éditeur Wiley.

Le lancement de cette nouvelle revue complète le processus de création autour de BERA d’une sorte de plate-forme de publications comprenant déjà le British Educational Research Journal, le British Journal of Education Technology, le Curriculum Journal, Research Intelligence (bulletin plus institutionnel) et Insight, ce dernier étant un court dossier de vulgarisation des résultats de la recherche à l’intention du grand public.

 

2003- 2013 : la veille en éducation a dix ans !

En ce mois de janvier 2013, notre équipe fête ses dix ans d’activité et en profite pour recueillir les témoignages de ses lecteurs.

De l’INRP à l’ENS de Lyon, le service de Veille Scientifique et Technologique est en effet devenu le service Veille & Analyses, tout en poursuivant l’essentiel de ses activités.

Initiative originale dans notre pays, cette mission de veille a perduré pendant 10 ans grâce aux encouragements et au soutien de ses lecteurs et utilisateurs divers dans le monde de l’éducation, que nous sollicitons d’ailleurs aujourd’hui pour laisser leur témoignage sur ce que nous faisons et, éventuellement, sur ce que nous pourrions développer.

Puisqu’il est coutume d’aligner désormais des chiffres en guise de bilan, on pourrait écrire que la veille, à travers nos différentes rubriques, c’est en dix ans :

  • 80 dossiers parus ;
  • 6826 abonnés qui reçoivent régulièrement nos publications ;
  • 158 revues dont les sommaires sont systématiquement surveillés ;
  • 632 rapports et études en français et 1100 internationaux stockés dans notre base de données ;
  • 1100 colloques signalés ;
  • 793 ouvrages sélectionnés;
  • 1315 thèses recensées ;
  • 7148 notices bibliographiques ;
  • 438 articles de blog ;
  • etc.

On pourrait aussi décrire les multiples conférences et formations auxquelles les collègues de la veille participent dans leurs domaines d’expertise, les contributions dans les publications amies qui nous sollicitent, les réseaux européens dans lesquels nous sommes impliqués, les dossiers communs montés avec les collègues de l’Agence qualité éducation et de l’IFÉ, les réponses aux sollicitations ministérielles ou académiques…

Une partie de notre petite histoire est retracée dans la frise chronologique qui conclut cet article.

Rappelons ici que c’est dans les locaux provisoires d’un ancien lycée professionnel expérimental au fin fond de Saint-Fons (lycée Léon Blum), dans la banlieue lyonnaise, qu’a commencé notre activité. L’INRP avait réunit là trois personnes nouvellement recrutées, qui devaient inventer ce que pourrait bien être une mission de veille scientifique, sachant que si la direction de l’Institut avait décidé de créer une cellule portant ce nom, elle n’avait pas délivré de feuille de route plus précise…

Il s’agissait en fait de prendre la suite à la fois d’un service de transfert qui existait à l’INRP Paris, de la revue Perspectives documentaires en documentation, et de certaines banques de données existantes.

Il y eut même une incertitude sur le nom : selon les documents, la veille était « scientifique et technique », « scientifique et technologique », voire même « scientifique, documentaire et technologique »… L’acronyme « VST » s’est néanmoins imposé au fil du temps.

L’équipe se fiera finalement à sa propre interprétation, en estimant qu’il s’agissait de faire de la veille sur la recherche en éducation, en utilisant internet (encore assez inusité dans le milieu à l’époque) et en exploitant et produisant des ressources documentaires.

Renforcée par trois autres collègues et une « chef de service » à la rentrée scolaire de septembre 2003, l’équipe va donc inventer, bricoler et expérimenter.

De la fabrication « maison » des premières pages internet dynamiques (en php/mysql pour les connaisseurs) à la réalisation des « lettres de la VST » en passant par l’écriture de premiers (gros) dossiers de synthèse, l’équipe se fit la main et apprit à connaître le champ de la recherche en éducation.

Rapidement, elle prit deux options qui marquèrent ses activités : une ouverture internationale significative, tout du moins vers les productions qui existent en anglais, ainsi qu’une politique de publication « en libre accès » sur internet, deux inflexions majeures par rapport aux traditions d’alors du monde de la recherche en éducation.

C’est d’ailleurs en parcourant les publications étrangères que nous avons découvert l’usage « standard » de la revue de littérature scientifique, qui vise à faire le point sur ce qu’on sait à un moment donné à partir des des acquis de la recherche.

Jean-Claude Forquin, contributeur de la Revue française de pédagogie et inspirateur majeur de la revue PDE avait popularisé et théorisé la « note de synthèse », exercice ambitieux consistant à faire un état des savoirs existants.

Progressivement, nous allions reprendre en partie cet héritage tout en le réorientant vers des productions plus concises, plus orientées vers l’actualité, avec comme ambition de faire œuvre de médiation entre la recherche et ses utilisateurs (praticiens et décideurs) plus que celle de concurrencer les exercices comparables réalisées dans les publications scientifiques traditionnelles.

La cellule bénéficie en février 2005 de l’emménagement de l’INRP dans des locaux flambants neufs à Gerland et se rapproche de la bibliothèque, qui assure un accès précieux à la documentation de référence en éducation.

Devenue « service » aux alentours de 2006, la VST diversifie ses activités mais doit prendre en compte le succès croissant de ses « lettres » puis « dossiers d’actualité », qui sont devenus au fil du temps la production emblématique du service. Dès lors, la régularité de publication des dossiers d’actualité devient un objectif prioritaire.

L’essentiel des principes de fonctionnement de la veille est par conséquent fixé à la fin de l’année 2006.

Après la dissolution de l’INRP par le gouvernement en décembre 2010, l’ENS de Lyon reprend l’héritage en restructurant les activités dans un nouvel « Institut français de l’Éducation ». Au sein de ce dernier, un département, l’Agence Qualité Éducation, est créé. Il rassemble l’ancienne VST, le Centre Alain Savary, le service de formation des formateurs et l’ingénierie de pilotage de projet, partie démembrée des anciennes relations internationales de l’INRP. Ces changements, intervenus en 2011, amenèrent leur lot de déménagements et d’ajustements de nature à altérer certaines activités.

Néanmoins, une vingtaine de dossiers ont été produits ces deux dernières années (2011 et 2012), une productivité record alors même que le service, désormais « Veille & Analyses AQE », a été ramené à six personnes, autrement dit son étiage de septembre 2003, après avoir grimpé jusqu’à 10 personnes en 2006-2007.  😯

Et demain ?

Dans les prochains dossiers à paraître, on parlera du périscolaire et de l’éducation aux marges de l’école, de la démarche de projet dans l’enseignement, de la dimension territoriale de l’éducation, du continuum Bac-3/Bac+3, du décrochage scolaire dans le secondaire.

Nous envisageons également de procéder à des mises à jour de certains anciens dossiers sur des sujets récurrents, qui sont fréquemment mobilisés, comme la formation des enseignants ou l’évaluation des élèves par exemple.

Le souci général consiste à fournir des références utiles sur les grandes questions vives de l’éducation aujourd’hui, et donc de ne pas passer à côté d’une thématique majeure, mais aussi de réaliser des analyses appuyées sur une masse critique minimum de travaux de recherche.

Or, certains sujets au cœur de l’actualité sont, hélas, peu traités par les chercheurs.

Dans ces limites, nous nous efforcerons de réaliser les productions les plus utiles et les plus pertinentes pour les personnels et les cadres de l’éducation nationale, les responsables de politique éducative et tous ceux qui, à un niveau ou un autre, souhaitent éclairer leur action dans le domaine éducatif par une dimension réflexive que sont censées apporter les recherches en éducation.

C’est une belle mission de service public, que nous aurons à cœur d’essayer de réaliser aussi longtemps que l’on nous fera confiance pour ce faire !