Archives par mot-clé : recherche en éducation

Les apprentissages des élèves vous intéressent?

Et plus largement l’éducation et la formation, sous toutes les formes, les techniques et les contextes?  Il vous reste une semaine (15 octobre , 13h) pour répondre à l’appel à projets de l’ANR.

L’Agence nationale de la recherche propose chaque année un plan d’action comportant des appels à projets. Les projets qui sont sélectionnés bénéficient d’un financement. « Trois types d’outils sont disponibles : les instruments de financement dédiés aux individus ; ceux qui ciblent sur les recherches menées en collaboration et les financements relatifs à l’amorçage de projets ».

Les sciences humaines et sociales, ne représentent pas la majorité des projets proposés (ni des domaines qui composent le plan d’action) et répondent prudemment aux appels à projets. Il s’agirait d’être proactif?

En 2013, 11 projets ont été retenus dans le programme « apprentissages », dont ReVEA (ressources vivantes pour l’enseignement et l’apprentissage), mené par le CREAD, l’IFÉ, S2HEP et STEF, pour un montant de 415 176 euros sur 48 mois  ou Formsciences (Formation des professeurs des écoles à l’enseignement des sciences par la démarche d’investigation : impacts sur les pratiques d’enseignement et les compétences des élèves) chapeauté par l’école d’économie de Paris, pour un montant de 645 424 euros sur 48 mois.

En 2014, ont été sélectionnés (ou reconduits) 6 projets dans le programme « Éducation et formation », 5 projets dans le programme « Formation et éducation » et 4 projets dans le programme « Apprentissages ».

Dans les projets des programmes « apprentissages », beaucoup de psycho, de neurosciences… on attend avec impatience plus d’équipes en didactique et en sciences de l’éducation.

How could French Research influence international trends in educational policy ?

Je suis en train d’étudier un récent rapport de l’OCDE sur l’évaluation dans l’éducation et je constate, une fois de plus, que la quasi-totalité des références bibliographiques est en langue anglaise et provient d’auteurs anglo-saxons.  Un constat récurrent à chaque fois que l’on consulte un rapport d’une grande organisation internationale, qu’il s’agisse de l’OCDE, de l’Union européenne, etc.

Autrement dit, ces organisations qui ont désormais un pouvoir d’influence certain en matière éducative, basent l’essentiel de leurs rapports officiels sur une littérature scientifique circonscrite à quelques pays de langue anglaise (Royaume Uni, Etats-Unis, Canada anglophone, Australie et Nouvelle Zélande) et aux auteurs de pays familiers avec l’usage de l’anglais comme langue d’expression scientifique (Pays Bas, Norvège, Suède, Finlande, Danemark…).

On pourrait ainsi se dire que pour peser dans le débat international sur les questions de politique éducative, mieux vaut être un auteur, même de seconde zone, du Royaume Uni qu’un auteur de premier plan français, espagnol ou allemand !

On imagine les implications politiques, culturelles et sociales que cela signifie, si l’on veut bien prendre conscience qu’un domaine comme l’éducation n’est pas un champ purement « technique » mais implique des questions de valeurs très liées aux aires et aux cultures linguistiques.

Ce constat, que l’on retrouve à de nombreux niveaux, n’est pas neuf, mais l’internationalisation croissante de certaines questions éducatives lui donne une certaine acuité.

Engagé dans un projet européen sur les compétences en éducation, j’ai été sollicité pour contribuer à la revue de littérature générale et ainsi pu faire « exister » les problématiques francophones … tout en remarquant que la partie « évaluation des compétences » de la revue de littérature, rédigée par un sympathique collègue anglais, ne comportait pas la moindre référence francophone malgré les nombreux travaux existants dans ce domaine.

En fait, il se passe même parfois un phénomène de marginalisation scientifique et culturelle : les travaux dans une autre langue que l’anglais sont considérés « régionaux », essentiellement bons à informer sur la situation dans un pays circonscrit, pendant que seules les références anglaises sont considérées comme ayant une valeur générale et « internationale »… même quand elles ne traitent en l’occurrence que des derniers rebondissements d’une réforme anglaise !

On peut penser que la faiblesse historique des chercheurs francophones ( et surtout français il faut bien le dire) dans le maniement des langues étrangères est première responsable de cet état de fait. Pendant longtemps, de nombreux chercheurs français organisaient des colloques « internationaux » à bon compte, en se contentant d’inviter une poignée de collègues québécois et belges, pendant que les principaux congrès internationaux avec le reste du monde, se développaient ailleurs sans eux et en anglais…

On constate aussi que les collègues d’autres pays qui s’efforcent de répondre à des appels d’offre internationaux sont friands de volontaires français, car certaines institutions comme l’Union européenne valorisent fortement la présence de « français » dans des projets européens, pour compenser le moindre investissement des acteurs hexagonaux à ce niveau.

Si le problème est principalement un enjeu de compétence linguistique, on peut espérer que les jeunes générations de chercheurs pourront écrire et communiquer de façon plus simple au niveau international.

Outre que cela pose quand même le problème épistémologique du sens  et de la culture liés à la langue (essayez de traduire « accompagner un établissement » ou « veille scientifique » en anglais…), on peut se demander s’il n’y a que la langue en jeu.

Quand on voit les péripéties des classements internationaux des revues, on comprend bien que pour certains « experts », toute revue provenant d’une université américaine ou anglaise un tant soit peu prestigieuse est automatiquement parée d’une aura « internationale » là où une revue française ou allemande sera toujours suspectée d’être « locale », quel que soit le nombre d’articles provenant d’auteurs d’autres pays et quel que soit son nombre d’articles publiés en anglais.

On sait aussi que par le jeu des grosses plate-formes d’édition (Taylor et Francis, Elsevier…) comme des algorithmes des moteurs de recherche (qui privilégient les sites « locaux »), publier un article en anglais mais dans une revue ou un site web localisés en France n’offre pas de grandes garanties de visibilité internationale.

Dès lors, on peut aussi se demander si l’enjeu n’est pas seulement de savoir publier en anglais, mais aussi de publier dans les supports « consacrés » par ce qu’on appelle la recherche internationale mais qui ressemble parfois à la recherche anglo-saxonne…

Voir aussi :

Les revues à caractère international… et les autres

Une nouvelle revue anglaise pour des synthèses approfondies des recherches en éducation

La principale association des chercheurs britanniques en éducation (BERA : British Educational Research Association) a lancé cette année une nouvelle revue en éducation qui privilégie des articles longs et fouillés sur les grandes questions éducatives, sous la forme de rapports sur des recherches de grande ampleur, d’états de l’art ou de synthèses de recherches. Il s’agit explicitement de permettre à des chercheurs de s’exprimer de façon approfondie, là où les autres revues en éducation de langue anglaise publient des articles plus courts et formatés. Le titre, clair et sobre, de Review of Education, tranche d’ailleurs avec l’emploi plus commun du terme « journal », habituellement utilisé en anglais pour qualifier les revues de type universitaire. La nouvelle revue veut également prendre en compte toutes les possibilités de la publication en ligne en ajoutant à l’article « classique » divers enrichissements et compléments : mises en contextes, prolongements, illustrations, présentation vidéo..La première vidéo de présentation par Ben Slavin de son article témoigne d’ailleurs d’un effort louable mais perfectible !

Le numéro 1 de la revue est en libre accès pendant encore quelques semaines sur le site de l’éditeur Wiley.

Le lancement de cette nouvelle revue complète le processus de création autour de BERA d’une sorte de plate-forme de publications comprenant déjà le British Educational Research Journal, le British Journal of Education Technology, le Curriculum Journal, Research Intelligence (bulletin plus institutionnel) et Insight, ce dernier étant un court dossier de vulgarisation des résultats de la recherche à l’intention du grand public.

 

2003- 2013 : la veille en éducation a dix ans !

En ce mois de janvier 2013, notre équipe fête ses dix ans d’activité et en profite pour recueillir les témoignages de ses lecteurs.

De l’INRP à l’ENS de Lyon, le service de Veille Scientifique et Technologique est en effet devenu le service Veille & Analyses, tout en poursuivant l’essentiel de ses activités.

Initiative originale dans notre pays, cette mission de veille a perduré pendant 10 ans grâce aux encouragements et au soutien de ses lecteurs et utilisateurs divers dans le monde de l’éducation, que nous sollicitons d’ailleurs aujourd’hui pour laisser leur témoignage sur ce que nous faisons et, éventuellement, sur ce que nous pourrions développer.

Puisqu’il est coutume d’aligner désormais des chiffres en guise de bilan, on pourrait écrire que la veille, à travers nos différentes rubriques, c’est en dix ans :

  • 80 dossiers parus ;
  • 6826 abonnés qui reçoivent régulièrement nos publications ;
  • 158 revues dont les sommaires sont systématiquement surveillés ;
  • 632 rapports et études en français et 1100 internationaux stockés dans notre base de données ;
  • 1100 colloques signalés ;
  • 793 ouvrages sélectionnés;
  • 1315 thèses recensées ;
  • 7148 notices bibliographiques ;
  • 438 articles de blog ;
  • etc.

On pourrait aussi décrire les multiples conférences et formations auxquelles les collègues de la veille participent dans leurs domaines d’expertise, les contributions dans les publications amies qui nous sollicitent, les réseaux européens dans lesquels nous sommes impliqués, les dossiers communs montés avec les collègues de l’Agence qualité éducation et de l’IFÉ, les réponses aux sollicitations ministérielles ou académiques…

Une partie de notre petite histoire est retracée dans la frise chronologique qui conclut cet article.

Rappelons ici que c’est dans les locaux provisoires d’un ancien lycée professionnel expérimental au fin fond de Saint-Fons (lycée Léon Blum), dans la banlieue lyonnaise, qu’a commencé notre activité. L’INRP avait réunit là trois personnes nouvellement recrutées, qui devaient inventer ce que pourrait bien être une mission de veille scientifique, sachant que si la direction de l’Institut avait décidé de créer une cellule portant ce nom, elle n’avait pas délivré de feuille de route plus précise…

Il s’agissait en fait de prendre la suite à la fois d’un service de transfert qui existait à l’INRP Paris, de la revue Perspectives documentaires en documentation, et de certaines banques de données existantes.

Il y eut même une incertitude sur le nom : selon les documents, la veille était « scientifique et technique », « scientifique et technologique », voire même « scientifique, documentaire et technologique »… L’acronyme « VST » s’est néanmoins imposé au fil du temps.

L’équipe se fiera finalement à sa propre interprétation, en estimant qu’il s’agissait de faire de la veille sur la recherche en éducation, en utilisant internet (encore assez inusité dans le milieu à l’époque) et en exploitant et produisant des ressources documentaires.

Renforcée par trois autres collègues et une « chef de service » à la rentrée scolaire de septembre 2003, l’équipe va donc inventer, bricoler et expérimenter.

De la fabrication « maison » des premières pages internet dynamiques (en php/mysql pour les connaisseurs) à la réalisation des « lettres de la VST » en passant par l’écriture de premiers (gros) dossiers de synthèse, l’équipe se fit la main et apprit à connaître le champ de la recherche en éducation.

Rapidement, elle prit deux options qui marquèrent ses activités : une ouverture internationale significative, tout du moins vers les productions qui existent en anglais, ainsi qu’une politique de publication « en libre accès » sur internet, deux inflexions majeures par rapport aux traditions d’alors du monde de la recherche en éducation.

C’est d’ailleurs en parcourant les publications étrangères que nous avons découvert l’usage « standard » de la revue de littérature scientifique, qui vise à faire le point sur ce qu’on sait à un moment donné à partir des des acquis de la recherche.

Jean-Claude Forquin, contributeur de la Revue française de pédagogie et inspirateur majeur de la revue PDE avait popularisé et théorisé la « note de synthèse », exercice ambitieux consistant à faire un état des savoirs existants.

Progressivement, nous allions reprendre en partie cet héritage tout en le réorientant vers des productions plus concises, plus orientées vers l’actualité, avec comme ambition de faire œuvre de médiation entre la recherche et ses utilisateurs (praticiens et décideurs) plus que celle de concurrencer les exercices comparables réalisées dans les publications scientifiques traditionnelles.

La cellule bénéficie en février 2005 de l’emménagement de l’INRP dans des locaux flambants neufs à Gerland et se rapproche de la bibliothèque, qui assure un accès précieux à la documentation de référence en éducation.

Devenue « service » aux alentours de 2006, la VST diversifie ses activités mais doit prendre en compte le succès croissant de ses « lettres » puis « dossiers d’actualité », qui sont devenus au fil du temps la production emblématique du service. Dès lors, la régularité de publication des dossiers d’actualité devient un objectif prioritaire.

L’essentiel des principes de fonctionnement de la veille est par conséquent fixé à la fin de l’année 2006.

Après la dissolution de l’INRP par le gouvernement en décembre 2010, l’ENS de Lyon reprend l’héritage en restructurant les activités dans un nouvel « Institut français de l’Éducation ». Au sein de ce dernier, un département, l’Agence Qualité Éducation, est créé. Il rassemble l’ancienne VST, le Centre Alain Savary, le service de formation des formateurs et l’ingénierie de pilotage de projet, partie démembrée des anciennes relations internationales de l’INRP. Ces changements, intervenus en 2011, amenèrent leur lot de déménagements et d’ajustements de nature à altérer certaines activités.

Néanmoins, une vingtaine de dossiers ont été produits ces deux dernières années (2011 et 2012), une productivité record alors même que le service, désormais « Veille & Analyses AQE », a été ramené à six personnes, autrement dit son étiage de septembre 2003, après avoir grimpé jusqu’à 10 personnes en 2006-2007.  😯

Et demain ?

Dans les prochains dossiers à paraître, on parlera du périscolaire et de l’éducation aux marges de l’école, de la démarche de projet dans l’enseignement, de la dimension territoriale de l’éducation, du continuum Bac-3/Bac+3, du décrochage scolaire dans le secondaire.

Nous envisageons également de procéder à des mises à jour de certains anciens dossiers sur des sujets récurrents, qui sont fréquemment mobilisés, comme la formation des enseignants ou l’évaluation des élèves par exemple.

Le souci général consiste à fournir des références utiles sur les grandes questions vives de l’éducation aujourd’hui, et donc de ne pas passer à côté d’une thématique majeure, mais aussi de réaliser des analyses appuyées sur une masse critique minimum de travaux de recherche.

Or, certains sujets au cœur de l’actualité sont, hélas, peu traités par les chercheurs.

Dans ces limites, nous nous efforcerons de réaliser les productions les plus utiles et les plus pertinentes pour les personnels et les cadres de l’éducation nationale, les responsables de politique éducative et tous ceux qui, à un niveau ou un autre, souhaitent éclairer leur action dans le domaine éducatif par une dimension réflexive que sont censées apporter les recherches en éducation.

C’est une belle mission de service public, que nous aurons à cœur d’essayer de réaliser aussi longtemps que l’on nous fera confiance pour ce faire !