Archives par mot-clé : recherche en éducation

Se former aux recherches en éducation à l’IFÉ

Comme à chaque rentrée scolaire, la formation « lire et traduire les recherches en éducation » de l’Institut français de l’éducation – ENS de Lyon approche à grand pas. Elle aura lieu cette année les mardi 4 et mercredi 5 octobre 2022.

Cette formation est proposée aux professionnels de l’enseignement et de l’éducation exerçant des fonctions dans les métiers de l’encadrement, de la formation et de l’accompagnement, ou encore de la coordination de réseaux et de dispositifs. Elle vise à développer leur compréhension des travaux scientifiques en éducation et à questionner les modalités et les visées de leur mobilisation en situation professionnelle, à l’interface entre sphère scientifique, politiques éducatives et pratiques de terrain.

Différents temps de travail (ateliers, interventions, conférence de Sonia Revaz de l’université de Genève, etc.) permettront aux participant·es de construire des points de repère et de disposer d’outils. Ces derniers viseront à développer les capacités des stagiaires à identifier une production scientifique au regard d’autres productions et discours sur l’éducation, à s’orienter dans le paysage des publications en éducation, à cartographier les différents champs disciplinaires producteurs de savoirs sur l’éducation et leurs approches. Ces deux journées permettront également aux professionnels de confronter et d’analyser leurs situations de travail, révélant une pluralité de rapports à la recherche et d’enjeux liés à la circulation des savoirs en éducation.

Pour vous inscrire à la formation “lire et traduire les recherches en éducation” avant le 27 septembre 2022, cliquez ici.

Les autres formations proposées par l’IFÉ sont accessibles en cliquant sur ce lien.

Qu’est-ce que l’économie de l’éducation?

L’inscription de « l’économie de l’éducation » au programme de l’agrégation de Sciences Économiques et Sociales à la session 2023 révèle l’importance de ce champ d’études en économie :  ce choix implique une production scientifique vaste et donc une réelle institutionnalisation du thème dans la discipline.  En l’absence d’une note de cadrage rédigée par le jury de ce concours de recrutement des professeur.es de lycée dans cette discipline, ce billet ne propose pas d’analyse synthétique des auteurs·trices et des nombreuses publications présentées dans la bibliographie indicative de 13 pages : il cherche à comprendre les racines et les ressorts du couple « économie-éducation ». Car cette alliance ne va pas de soi. Continuer la lecture de Qu’est-ce que l’économie de l’éducation?

Une formation autour des recherches en éducation

Un nombre croissant de professionnels exerçant des métiers intermédiaires (cadres, formateurs et formatrices, etc.) intègre les recherches en éducation dans leur activité, exerce des formes de médiation entre la production de savoirs scientifiques, des politiques éducatives et des pratiques de terrain. Continuer la lecture de Une formation autour des recherches en éducation

Y aura-t-il des (notes de) lectures à Noël ?

Chère lectrice, cher lecteur, rassurez-vous : pas de didactique de la compréhension écrite ou d’évaluation au service des apprentissages dans ce dernier billet de blog de cette année 2020… mais un détour du côté des revues de recherche en éducation, dont nous signalons régulièrement les nouvelles livraisons dans notre bulletin. « Notes critiques » de la Revue française de pédagogie (la doyenne des revues françaises généralistes en sciences de l’éducation), « notes critiques et lectures » dans Recherche & formation (revue thématique consacrée au développement professionnel), « notes de lecture » d’Administration & Éducation (revue interface à destinations des cadres de l’éducation), etc. : quelles sont les visées de ces rubriques traditionnellement placées en fin de volume ? Quels usages les « passeurs » en éducation peuvent-ils en faire ? Continuer la lecture de Y aura-t-il des (notes de) lectures à Noël ?

La science ouverte à portée de clic

Alors que, depuis début novembre, les portes des universités sont fermées à leurs étudiant·es qui ont cours en ligne, les activités de recherche continuent, sur place pour certaines nécessitant du matériel expérimental, à distance pour la plupart. Dans le champ de l’éducation, l’actualité est finalement dense car beaucoup de colloques de recherche ont été reportés du printemps 2020 à l’automne 2020, et sont au final organisés à distance. Les inconvénients sont nombreux (problèmes techniques éventuels, impossibilité de communication directe et donc échanges plus limités…) , mais soulignons ici l’intérêt de permettre à un public beaucoup plus large que d’habitude de pouvoir assister à ces colloques.

Continuer la lecture de La science ouverte à portée de clic

La LPR : vers une individualisation des carrières scientifiques ?

L’AECSE (association des chercheurs en sciences de l’éducation), comme d’autres collectifs d’enseignants-chercheurs, notamment en sciences humaines et sociales, manifeste une certaine inquiétude devant les dispositions de la nouvelle loi « recherche ». Cette loi, initialement nommée LPPR (loi de programmation pluriannuelle de la recherche), devenue LPR 2021-2030, a été débattue en procédure accélérée et adoptée à l’Assemblée nationale en première lecture le 23 septembre dernier, sans que des modifications majeures y soient apportées (elle doit donc maintenant être examinée par le Sénat et revenir en seconde lecture à l’Assemblée nationale).

Dans une rencontre organisée sous forme de webinaire le samedi 3 octobre 2020, l’AECSE souhaitait faire le point sur les conséquences de cette loi, susceptible de modifier profondément les modes de recrutement et les conditions de travail des enseignants-chercheurs, en particulier les modes de financement de la recherche.

Cette loi est-elle juste une loi de plus ou bien implique-t-elle des changements structurels ? Est-elle en rupture avec les politiques publiques menées en France depuis une vingtaine d’années, ou bien s’inscrit-elle dans une certaine continuité ?
Cet article rend compte de la grille de lecture proposée par Christine Musselin (Centre de Sociologie des Organisations, Sciences Po-CNRS), première intervenante de ce webinaire.

Selon elle, le tournant date des années 2000-2005, avec l’introduction des notions de performance et de compétition entre les établissements d’enseignement supérieur, reléguant la préservation d’une certaine équivalence hexagonale. Les réformes engagées depuis cette période s’articulent autour de trois mouvements majeurs qui portent les germes de la LPR :

1/ rendre les établissements plus autonomes :
avec la LRU de 2007 et ses « responsabilités et compétences élargies » les rendant gestionnaires de leur masse salariale et donnant aux présidents une autonomie de décision inédite, mais aussi avec l’ordonnance de décembre 2018 autorisant pour la première fois les établissements à expérimenter de nouvelles formes statutaires.

2/ soutenir, voire organiser la mise en compétition des établissements :
avec le développement de dispositifs de sélection via des appels à projets (RTRA, Campus, Licence, PRES, PIA) et de dispositifs d’évaluation (politiques contractuelles, AERES puis HCERES…), tant de la part du MESRI que des opérateurs privés (data sur les publications scientifiques, rankers…), contribuant à faire des établissements des compétiteurs

3/ favoriser des reconfigurations permettant de décloisonner universités, grandes écoles et organismes de recherche :
avec les regroupements volontaires au sein des PRES, qui ont pris un caractère obligatoire avec la Loi ESR de 2013, débouchant potentiellement sur des fusions d’établissements, donnant naissance à des « Université » majuscule, sans « s »

Continuer la lecture de La LPR : vers une individualisation des carrières scientifiques ?

Les conférences, colloques et séminaires à distance, cela donne quoi ?

Depuis mars, avec la fermeture des universités et établissements de recherche, c’est non seulement l’enseignement mais également la recherche qui a été affectée. De nombreux séminaire ou conférences – ces temps qui habituellement rythment le travail académique – ont en effet dû être annulés, reportés ou alors basculés en ligne (voir la liste à jour des colloques sur le site de l’équipe Veille et Analyse). Qu’est ce que ces déplacements vers des espaces virtuels changent aux échanges sur le travail scientifique, et, très concrètement, comment est-ce que cela s’organise ? Quelques impressions avant la rentrée universitaire, tirées de trois évènements différents liées aux sciences de l’éducation auxquels l’autrice de ce billet a assisté : Continuer la lecture de Les conférences, colloques et séminaires à distance, cela donne quoi ?

Enseignants et chercheurs en éducation : un mariage impossible ?

Depuis la réforme de la formation des enseignants engagée en 2010 et prochainement remaniée en 2020, la mastérisation des concours d’enseignement rend nécessaire pour les futurs professeurs de s’interroger sur la construction et la circulation des savoirs issus des recherches en éducation. En mai 2019, un arrêté pris dans le nouveau cadre national des formations aux métiers du professorat et de l’éducation, a réaffirmé que cette mastérisation requiert une formation à et par la recherche en éducation.

Autrement dit, les contenus de la formation doivent s’appuyer sur des travaux de recherche tout en initiant les étudiants-stagiaires eux-mêmes à la recherche expérimentale, de façon à les familiariser avec les démarches scientifiques et en particulier avec l’observation et l’analyse des pratiques professionnelles. Le raisonnement, déjà développé dans un rapport de 2018, est le suivant : si on immerge les enseignantes et les enseignants dans une culture de recherche scientifique en éducation, ils développeront « naturellement » cette compétence qu’ils pourront ensuite mobiliser en classe.

Pourquoi les politiques éducatives prescrivent-elles aux enseignants de mobiliser les résultats de la recherche, et comment ces résultats peuvent-ils être mis en pratique concrètement dans la classe ?

Continuer la lecture de Enseignants et chercheurs en éducation : un mariage impossible ?

Utiliser les recherches en éducation ? Oui, mais pourquoi et comment ?

La volonté d’adosser les politiques et les pratiques éducatives aux résultats de la recherche s’amplifie depuis plusieurs années, en France, comme à l’international. Si cette idée, ou cette injonction selon les cas, semble pertinente, elle ne va pourtant pas de soi dans sa mise en oeuvre. Tout d’abord, de quelles recherches parle t-on ? En effet, plusieurs courants de recherches portant sur l’apprentissage et l’enseignement coexistent sans forcément partager les même façons d’appréhender ce qu’il se passe à l’école. La rencontre entre les recherches portant sur l’éducation ( psychologie, sociologie, philosophie, économie et histoire de l’éducation, mais aussi sciences cognitives, sciences du langage, …) et les pratiques enseignantes est loin d’être évidente et génère depuis plus de 50 ans des tensions et des disputes dans un climat de méfiance réciproque. De vastes controverses quant aux enjeux éducatifs traversent régulièrement les médias et l’opinion publique suscitant de nombreuses confusions sur l’éducation en tant qu’objet de recherche. Les questions portant sur l’opérationnalisation des savoirs savants dans le quotidien des établissements scolaires sont nombreuses  : comment les savoirs scientifiques circulent-ils entre les sphères politiques, scientifiques et éducatives ?  Quels types de connaissances peuvent être utilisés et comment juger de la pertinence des résultats de la recherche, ceux susceptibles d’apporter une contribution significative à l’amélioration des pratiques ou à la prise de décision politique ? Comment ces recherches peuvent-elles être mobilisées puis appropriées par les enseignant.e.s de manière à mieux faire réussir les élèves ? Continuer la lecture de Utiliser les recherches en éducation ? Oui, mais pourquoi et comment ?

Un bac professionnel rénové et une évaluation du raisonnement à l’oral

Le groupe de travail Pepieta a réalisé un suivi ce premier bac CGEA rénové. Des observations et des recherches-actions visent à définir des facteurs de réussite pour cette nouvelle épreuve exigeante. L’épreuve consiste en une présentation orale de 5 minutes basée sur la réalisation préalable de 4 fiches. Elle est complétée d’un entretien avec le jury de 15 minutes. Elle interroge les pratiques des enseignants et leurs modalités d’évaluation.

Continuer la lecture de Un bac professionnel rénové et une évaluation du raisonnement à l’oral