Archives du mot-clé recherche en éducation

Culture commune des enseignant.e.s d’école et de collège : quelle réalité ?

Dans son activité de veille, notre service a à cœur de mettre en lumière le travail de jeunes chercheur.e.s , de plusieurs manières : en rendant compte de leurs travaux, aux côtés de ceux de leurs collègues plus installés, dans nos Dossiers de veille thématiques, mais aussi sur ce blog à l’occasion d’un compte-rendu de colloque , en les sollicitant pour des interventions dans Entretiens Ferdinand Buisson, ou plus simplement en les invitant à s’inscrire sur l’annuaire éduObs pour assurer une plus grande visibilité à leurs travaux. Une rubrique du site (dont je m’occupe plus particulièrement) est également consacrée à la recension des thèses récemment soutenues dans le domaine de l’éducation et de la formation. Toutes les deux semaines, 4 à 6 thèses environ – pour la plupart accessibles en libre accès – sont signalées.

Parce que je suis en train de travailler à un futur dossier consacré à la formation des enseignant.e.s, mon attention s’est portée plus particulièrement ce mois-ci sur une thèse récente consacrée à la question de la réalité de la culture professionnelle commune des enseignant.e.s, et de son impact sur le travail entre professeur.e.s des écoles et des collèges. L’auteure, Virginie Volf, a travaillé au sein du laboratoire CeDS (Culture et diffusion des savoirs) à l’université de Bordeaux, où elle a confronté les injonctions à créer une culture pédagogique commune et la réalité de celle-ci, presque 30 ans après la création des Instituts de formation des maitres, dont l’objectif affiché était de créer cette culture commune, et alors que sa nécessité est encore invoquée en 2013 dans le référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l’éducation : « tous les personnels concourent à des objectifs communs et peuvent ainsi se référer à une culture commune d’une profession dont l’identité se constitue à partir de la reconnaissance de l’ensemble de ses membres ».  Continuer la lecture de Culture commune des enseignant.e.s d’école et de collège : quelle réalité ? 

Entamer une carrière de recherche en sciences de l’éducation : quels défis ? Un regard suédois

Le dernier numéro de la revue British Journal of Sociology of Education propose un article qui fait le point sur les défis auquel se trouvent actuellement confrontés les jeunes chercheurs et chercheuses en sciences de l’éducation en Suède lorsqu’ils et elles envisagent leur futur parcours académique.

Le point de départ de l’article est un tableau général rappelant le conflit de valeurs entre enseignement et publications auquel sont confrontés les enseignants-chercheurs (voir à ce propos le récent Dossier de veille de Laure Endrizzi : Recherche ou enseignement : faut-il choisir ? ), et l’influence qui exerce le genre : globalement, les femmes assurent davantage que les hommes les tâches administratives et les activités d’enseignement, ce qui apparait comme un facteur de ralentissement de leur progression de carrière dans la recherche.

La recherche relatée étudie plus précisément la façon dont les jeunes enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheuses en sciences de l’éducation arbitrent leurs choix. Continuer la lecture de Entamer une carrière de recherche en sciences de l’éducation : quels défis ? Un regard suédois 

Éléments de mémoire, à court terme, sur la taille des classes

Constat : on peut utiliser les travaux de recherche au gré de ses besoins et  ce qui vaut en 2010 ne vaut plus en 2017.

Illustration :
2017. Le détail des quatre mesures de la rentrée « pour bâtir l’École de la confiance » est disponible sur le site du ministère de l’Éducation nationale. L’une des mesures a pour objectif de « dédoubler les classes de CP [et de CE1] en REP+ ».
Pour étayer cette disposition, le site pose la question : « Est-ce que la science prouve l’efficacité de ce dispositif ? » et donne la réponse suivante : « Pour être réellement efficace, la réduction de la taille de classe doit être importante pour conduire à un nombre d’élèves bien inférieur à 20. Une étude de terrain incontestable réalisée par Pascal Bressoux et Laurent Lima, « La place de l’évaluation dans les politiques éducatives : le cas de la taille des classes à l’école primaire en France », montre que les effets du dédoublement sont massifs pour la réduction de la grande difficulté scolaire. Cette étude a été menée en conditions réelles et à grande échelle (100 classes de ZEP dédoublées et 100 classes témoin) ».

2010. Cette utilisation d’une étude réalisée par Bressoux et Lima rappelle étrangement une situation qui avait conduit ces mêmes chercheurs à contester une note ministérielle du 4 mai 2010 (sous le ministère de Luc Chatel et alors que le DGESCO était Jean-Marie Blanquer) demandant aux inspecteurs d’académie et aux recteurs d’augmenter le nombre d’élèves par classe (les mauvaises langues indiquant que ce choix permettait ainsi de réduire le nombre de postes d’enseignants). Continuer la lecture de Éléments de mémoire, à court terme, sur la taille des classes 

Balade chez les « à-peu-près-istes »

Imaginons la citation suivante, à propos de la pédagogie différenciée :

« […] démarche qui cherche à mettre en œuvre un ensemble diversifié de moyens et de procédures d’enseignement et d’apprentissage, afin de permettre à des élèves d’âges, d’aptitudes, de comportements, de savoir-faire hétérogènes, mais regroupés dans une même division, d’atteindre par des voies différentes des objectifs communs« .

Sachant que deux documents mentionnaient deux auteurs différents, comment trouver à qui attribuer effectivement cette définition?
On utilise Google et Google scholar (peu de résultats pour ce moteur!?!).
Et sur les 17 premiers résultats pertinents de cette double prospection, l’auteur est :

  • inconnu (pas de mention de source, c’est moins chronophage que de chercher à être rigoureux!!) (1  occurrence);
  • Louis Legrand en 1979 (1 occurrence);
  • un rapport de l’IGEN en 1980. IGEN -Inspection générale de l’éducation nationale (1980). La pédagogie différenciée au collège. Paris : Centre national de documentation pédagogique (5 occurrences);
  • Henri Raymond, dans un article des Cahiers pédagogiques, en  1989 (ou en 1987 pour certains). Il a eu un vif succès d’estime (impossible, sans perdre trop de temps, de vérifier si Henri Raymond renvoyait à un autre auteur) (7 occurrences);
  • V. de Landsheere en 1992 (1 occurrence);
  • Dictionnaire de pédagogie de 1996 (1 occurrence).
  • Le CSE en 2001 (1 occurrence).

Si on suppose que c’est l’IGEN qui gagne, du fait de l’antériorité, on peut en déduire que les chercheurs ne sont pas tout à fait scrupuleux… car ce sont essentiellement les documents figurant sur des sites académiques qui citent le rapport de l’IGEN.

Le travail de veille est un long chemin pas tout à fait tranquille!

Quels standards internationaux pour la recherche en éducation ?

Dans un premier article, « à la recherche d’une science pour l’éducation », nous avons abordé les questions posées par la quête d’un modèle scientifique unique de référence pour les recherches en éducation.

Cette invocation d’un modèle scientifique de référence va inévitablement de pair avec une affirmation qu’il y aurait, « à l’international », des résultats incontestables et des normes de qualité scientifique qu’il serait temps de prendre en compte.

Lors des Controverses de Descartes, Franck Ramus a notamment réagi à la présentation de l’étude « Lire Écrire CP » de Roland Goigoux  dont il saluait la rigueur tout en rajoutant « Il reste à faire évaluer les résultats et à publier au niveau international. C’est comme ça que le travail est expertisé. Ce processus est propre à la recherche scientifique, il est essentiel. Alors on peut commencer à parler des résultats mais pas avant. Ici, on a fait le contraire (…) » (d’après Gaëlle Guernalec-Levy sur le site Gynger).

Dans la même intervention, en faisant notamment allusion à la méta-analyse de John Hattie, il déplorait qu’il y a « tellement de connaissances au niveau international, c’est un crime de les cacher aux enseignants ». Continuer la lecture de Quels standards internationaux pour la recherche en éducation ? 

A la recherche d’une Science pour l’éducation

A l’occasion d’un article hagiographique sur Céline Alvarez, on a pu lire récemment, dans un magazine bien connu dans le monde éducatif, la phrase suivante : « Les neurosciences sont les seules à pouvoir nous renseigner sur la complexité de l’être humain » ( «Le cerveau d’un enfant varie selon la pédagogie qu’on lui applique », Lorraine Rossignol, Télérama, 19 février 2016).

Dans son simplisme grotesque, l’affirmation a suscité quelques vives réactions de lecteurs, mais la plupart des professionnels de l’éducation se sont contentés de réactions narquoises. Sur le fond, elle ne fait pourtant que caricaturer ce que l’on entend parfois, y compris dans certaines institutions de l’éducation nationale.

C’est un mouvement qui évoque le ressac : l’agenda médiatique ou politique est régulièrement saisi par telle ou telle personnalité qui invoque l’urgence de donner une base scientifique aux pratiques éducatives.

Cela évoque souvent une réplique de (mauvais) boulevard :

  • Sur un ton expert indigné : « comment est-il possible qu’à notre époque on ne se décide pas à enfin utiliser les acquis de la science pour enseigner !? » ;
  • Sur un ton politique exaspéré : « il faut en finir avec l’idéologie et enfin appliquer dans les salles de classe les méthodes appuyées sur des vrais sciences » ;
  • Sur un ton universitaire sarcastique : « il faudra m’expliquer pourquoi on ne pourrait pas appliquer à l’éducation les protocoles scientifiques qui ont fait leur preuve dans les autres domaines » ;
  • Sur un ton journalistique: «  de nouvelles recherches capitales pour l’éducation de nos enfants sont pourtant ignorées par le système académique ! ».

Continuer la lecture de A la recherche d’une Science pour l’éducation 

Le politique doit-il se mêler d’éducation ?

Les enseignants doivent-ils se mêler de politique ou s’en méfier ?  Les pédagogues ont-ils intérêt à disposer de relais politiques ? Ce qui se décide au ministère a-t-il un impact réel sur le terrain ?  Ce qui se passe dans la classe doit-il ne concerner que des professionnels de l’éducation ?..

Ces questions là et bien d’autres seront au centre de la première conférence publique des Entretiens Ferdinand Buisson, le mercredi 9 décembre prochain (17:00-19:00) à l’ENS de Lyon (IFÉ – salle de conférences).

L’entrée est libre et gratuite, mais sur inscription pour des raisons de sécurité évidentes : http://colloques.ens-lyon.fr/eventShow/efb01  (si vous rencontrez des problèmes pour vous inscrire, envoyez nous un message à veille.scientifique at ens-lyon.fr)

Ce rendez-vous constitue la première édition d’un cycle qui ambitionne d’organiser des dialogues argumentés sur des questions stratégiques, au carrefour de la recherche et du système éducatif. Chaque Entretien fera l’objet d’une publication dans une nouvelle collection d’ENS Éditions.

Les intervenants pour la conférence-débat du 9 décembre seront :

– Clémence Cardon-Quint

Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée de lettres modernes et diplômée de Sciences Po, Clémence Cardon-Quint est maître de conférences en histoire à l’ESPE d’Aquitaine (université de Bordeaux) et membre du CEMMC (Centre d’études des mondes moderne et contemporain). Elle vient de publier Des lettres au français : Une discipline à l’heure de la démocratisation (1945-1981) (Presses Universitaires de Rennes, 2015).

– Olivier Coutarel

Actuel proviseur du lycée Jean-Perrin à Lyon, Olivier Coutarel a notamment été proviseur du lycée polyvalent Aiguerande à Belleville, principal du collègue du Tonkin à Villeurbanne et directeur de cabinet du Recteur de Lyon. Agrégé de mathématiques et titulaire d’un DEA de didactique des mathématiques,  il est intervenu régulièrement comme formateur dans le cadre de Masters de formation des futurs enseignants ou de formations des futurs chefs d’établissements.

– Philippe Bongrand

Docteur en science politique, Philippe Bongrand est maître de conférence en sciences de l’éducation à l’université de Cergy-Pontoise et à l’ESPÉ de Versailles, membre du laboratoire ÉMA (Écoles, mutation, apprentissages). En décembre 2015, il publiera notamment dans la revue Diversité un article coécrit avec J.F. Nordmann « Valeurs de la République, valeurs de la classe. Les événements de janvier 2015 vus par des professeurs-stagiaires ».

– François Jacquet-Francillon

Agrégé de philosophie, docteur en histoire, François Jacquet-Francillon est professeur émérite de Sciences de l’éducation à l’université Charles-de-Gaulle Lille 3 et membre du laboratoire Théodile-CIREL. Il a été également co-rédacteur en chef de la Revue française de pédagogie, dont il est toujours membre du comité de rédaction (en charge des Notes Critiques). Il est notamment le co-auteur, avec L. Loeffel et R. D’Enfert d’ Une histoire de l’école : anthologie de l’éducation et de l’enseignement en France XVIII°-XX° siècle (Retz, 2010).

Jean- Yves Langanay

Jean-Yves Langanay a été enseignant, chef d’établissements, IA IPR Etablissements et vie scolaire puis directeur du centre régional de documentation pédagogique de l’académie de Crétei. Ancien président d’Education & Devenir, il participe aujourd’hui dans l’académie de Lyon à l’animation du CAPE (collectif des associations partenaires de l’école publique). Il a publié en 2002 avec Claude Rebaud  « l’établissement scolaire: un jeu collectif ! » et publiera en janvier 2016 : « le chef d’établissement pédagogue

Hélène Buisson-Fenet (ENS de Lyon, Laboratoire Triangle) et Olivier Rey (ENS de Lyon, Institut français de l’Éducation) animeront la conférence.

 

Les apprentissages des élèves vous intéressent?

Et plus largement l’éducation et la formation, sous toutes les formes, les techniques et les contextes?  Il vous reste une semaine (15 octobre , 13h) pour répondre à l’appel à projets de l’ANR.

L’Agence nationale de la recherche propose chaque année un plan d’action comportant des appels à projets. Les projets qui sont sélectionnés bénéficient d’un financement. « Trois types d’outils sont disponibles : les instruments de financement dédiés aux individus ; ceux qui ciblent sur les recherches menées en collaboration et les financements relatifs à l’amorçage de projets ».

Les sciences humaines et sociales, ne représentent pas la majorité des projets proposés (ni des domaines qui composent le plan d’action) et répondent prudemment aux appels à projets. Il s’agirait d’être proactif?

En 2013, 11 projets ont été retenus dans le programme « apprentissages », dont ReVEA (ressources vivantes pour l’enseignement et l’apprentissage), mené par le CREAD, l’IFÉ, S2HEP et STEF, pour un montant de 415 176 euros sur 48 mois  ou Formsciences (Formation des professeurs des écoles à l’enseignement des sciences par la démarche d’investigation : impacts sur les pratiques d’enseignement et les compétences des élèves) chapeauté par l’école d’économie de Paris, pour un montant de 645 424 euros sur 48 mois.

En 2014, ont été sélectionnés (ou reconduits) 6 projets dans le programme « Éducation et formation », 5 projets dans le programme « Formation et éducation » et 4 projets dans le programme « Apprentissages ».

Dans les projets des programmes « apprentissages », beaucoup de psycho, de neurosciences… on attend avec impatience plus d’équipes en didactique et en sciences de l’éducation.

How could French Research influence international trends in educational policy ?

Je suis en train d’étudier un récent rapport de l’OCDE sur l’évaluation dans l’éducation et je constate, une fois de plus, que la quasi-totalité des références bibliographiques est en langue anglaise et provient d’auteurs anglo-saxons.  Un constat récurrent à chaque fois que l’on consulte un rapport d’une grande organisation internationale, qu’il s’agisse de l’OCDE, de l’Union européenne, etc.

Autrement dit, ces organisations qui ont désormais un pouvoir d’influence certain en matière éducative, basent l’essentiel de leurs rapports officiels sur une littérature scientifique circonscrite à quelques pays de langue anglaise (Royaume Uni, Etats-Unis, Canada anglophone, Australie et Nouvelle Zélande) et aux auteurs de pays familiers avec l’usage de l’anglais comme langue d’expression scientifique (Pays Bas, Norvège, Suède, Finlande, Danemark…).

On pourrait ainsi se dire que pour peser dans le débat international sur les questions de politique éducative, mieux vaut être un auteur, même de seconde zone, du Royaume Uni qu’un auteur de premier plan français, espagnol ou allemand !

On imagine les implications politiques, culturelles et sociales que cela signifie, si l’on veut bien prendre conscience qu’un domaine comme l’éducation n’est pas un champ purement « technique » mais implique des questions de valeurs très liées aux aires et aux cultures linguistiques.

Ce constat, que l’on retrouve à de nombreux niveaux, n’est pas neuf, mais l’internationalisation croissante de certaines questions éducatives lui donne une certaine acuité.

Engagé dans un projet européen sur les compétences en éducation, j’ai été sollicité pour contribuer à la revue de littérature générale et ainsi pu faire « exister » les problématiques francophones … tout en remarquant que la partie « évaluation des compétences » de la revue de littérature, rédigée par un sympathique collègue anglais, ne comportait pas la moindre référence francophone malgré les nombreux travaux existants dans ce domaine.

En fait, il se passe même parfois un phénomène de marginalisation scientifique et culturelle : les travaux dans une autre langue que l’anglais sont considérés « régionaux », essentiellement bons à informer sur la situation dans un pays circonscrit, pendant que seules les références anglaises sont considérées comme ayant une valeur générale et « internationale »… même quand elles ne traitent en l’occurrence que des derniers rebondissements d’une réforme anglaise !

On peut penser que la faiblesse historique des chercheurs francophones ( et surtout français il faut bien le dire) dans le maniement des langues étrangères est première responsable de cet état de fait. Pendant longtemps, de nombreux chercheurs français organisaient des colloques « internationaux » à bon compte, en se contentant d’inviter une poignée de collègues québécois et belges, pendant que les principaux congrès internationaux avec le reste du monde, se développaient ailleurs sans eux et en anglais…

On constate aussi que les collègues d’autres pays qui s’efforcent de répondre à des appels d’offre internationaux sont friands de volontaires français, car certaines institutions comme l’Union européenne valorisent fortement la présence de « français » dans des projets européens, pour compenser le moindre investissement des acteurs hexagonaux à ce niveau.

Si le problème est principalement un enjeu de compétence linguistique, on peut espérer que les jeunes générations de chercheurs pourront écrire et communiquer de façon plus simple au niveau international.

Outre que cela pose quand même le problème épistémologique du sens  et de la culture liés à la langue (essayez de traduire « accompagner un établissement » ou « veille scientifique » en anglais…), on peut se demander s’il n’y a que la langue en jeu.

Quand on voit les péripéties des classements internationaux des revues, on comprend bien que pour certains « experts », toute revue provenant d’une université américaine ou anglaise un tant soit peu prestigieuse est automatiquement parée d’une aura « internationale » là où une revue française ou allemande sera toujours suspectée d’être « locale », quel que soit le nombre d’articles provenant d’auteurs d’autres pays et quel que soit son nombre d’articles publiés en anglais.

On sait aussi que par le jeu des grosses plate-formes d’édition (Taylor et Francis, Elsevier…) comme des algorithmes des moteurs de recherche (qui privilégient les sites « locaux »), publier un article en anglais mais dans une revue ou un site web localisés en France n’offre pas de grandes garanties de visibilité internationale.

Dès lors, on peut aussi se demander si l’enjeu n’est pas seulement de savoir publier en anglais, mais aussi de publier dans les supports « consacrés » par ce qu’on appelle la recherche internationale mais qui ressemble parfois à la recherche anglo-saxonne…

Voir aussi :

Les revues à caractère international… et les autres

Une nouvelle revue anglaise pour des synthèses approfondies des recherches en éducation

La principale association des chercheurs britanniques en éducation (BERA : British Educational Research Association) a lancé cette année une nouvelle revue en éducation qui privilégie des articles longs et fouillés sur les grandes questions éducatives, sous la forme de rapports sur des recherches de grande ampleur, d’états de l’art ou de synthèses de recherches. Il s’agit explicitement de permettre à des chercheurs de s’exprimer de façon approfondie, là où les autres revues en éducation de langue anglaise publient des articles plus courts et formatés. Le titre, clair et sobre, de Review of Education, tranche d’ailleurs avec l’emploi plus commun du terme « journal », habituellement utilisé en anglais pour qualifier les revues de type universitaire. La nouvelle revue veut également prendre en compte toutes les possibilités de la publication en ligne en ajoutant à l’article « classique » divers enrichissements et compléments : mises en contextes, prolongements, illustrations, présentation vidéo..La première vidéo de présentation par Ben Slavin de son article témoigne d’ailleurs d’un effort louable mais perfectible !

Le numéro 1 de la revue est en libre accès pendant encore quelques semaines sur le site de l’éditeur Wiley.

Le lancement de cette nouvelle revue complète le processus de création autour de BERA d’une sorte de plate-forme de publications comprenant déjà le British Educational Research Journal, le British Journal of Education Technology, le Curriculum Journal, Research Intelligence (bulletin plus institutionnel) et Insight, ce dernier étant un court dossier de vulgarisation des résultats de la recherche à l’intention du grand public.