Archives par mot-clé : Québec

L’entrepreneuriat ? : on en parle…

Le printemps des revues en éducation voit (re)fleurir la problématique des relations entre monde de l’entreprise et éducation :

  • Le numéro 141 (mars) de la revue Administration et éducation porte sur « les entreprises et l’école ». (Sommaire ).
  • Le numéro 41 des Cahiers de l’action de l’INJEP : « Ce que entreprendre permet d’apprendre : Entreprenariat des jeunes : insertion professionnelle pour certains, levier d’apprentissage pour tous » (Sommaire ).

Faut-il apprendre à entreprendre ? La promotion de l’esprit d’entreprise est-il consubstantiel du capitalisme ? Les réactions hostiles ou a minima méfiantes des acteurs de l’éducation envers l’entreprise ne sont pas récentes : on peut se souvenir des manifestations contre la création des DESS, à la fin des années 1970 : l’entrée de l’entreprise dans les universités n’était pas de mise et les contenus d’enseignement ne pouvaient être dictés par la logique de marché.

Depuis, la professionnalisation des formations universitaires a fait son chemin (Reverdy, 2014) et la sanctuarisation de l’École et la valeur des connaissances universelles ont été bousculées par le chômage grandissant et par les préconisations institutionnelles (OCDE et Europe) visant à préparer les élèves à devenir des citoyens aptes à trouver leur place dans la société. On passe peut-être à une phase applicative (ou applicationniste) avec l’introduction du mot entrepreneuriat dans les cursus de formation.

Entreprendre, avoir l’esprit d’entreprise, faire des projets (de préférence pour réussir), prendre des risques, créer… et innover. Créativité et savoir-faire, deux compétences indispensables à l’entrepreneur idéal, mais qui n’aurait pas forcément à voir avec l’excellence. Dans le dernier numéro d’Administration et éducation, B. Desclaux cite un opuscule rédigé par un responsable des activités de créativité au service de l’innovation technologique du CEA, dans lequel celui-ci explique que les premiers de la classe sont des cancres de l’innovation parce qu’ils manquent de curiosité (inhibée par la certitude de savoir ce qui peut se faire ou pas).

En France, il est surtout question d’entrepreneuriat dans l’enseignement supérieur, et un peu au secondaire.
Le concept d’« entrepreneuship » a pris naissance dans les universités américaines dans les années soixante. En France, l’engouement pour la création d’entreprise date plutôt des années 1990, et les premières formations ont été mises en place à la fin des années 1980, dans les écoles de commerce et les écoles d’ingénieurs. La loi sur l’enseignement supérieur et la recherche, de juillet 2013 lancent les pôles étudiants pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat (PEPITE) (voir Reverdy, 2014, p. 14).

Dans le secondaire, la stimulation de l’esprit d’entreprise est remise en avant, en avril 2013, par F. Hollande, qui propose que soit mis en place un programme d’enseignement de la sixième à la terminale.

Jusqu’à présent, le couplage entre entrepreneuriat et enseignement secondaire, dans la sphère francophone était essentiellement Québécois. Quelques exemples :

–       Le défi de l’entrepreneuriat jeunesse (2004) vise à favoriser le développement d’une véritable culture de l’entrepreneuriat au sein de la jeunesse québécoise et à en promouvoir les valeurs.

–       Le Portfolio de l’entrepreneuriat au secondaire est un outil destiné aux directions d’école, aux enseignants et aux professionnels des services éducatifs complémentaires. Il s’intègre au domaine général de formation  (programme) « Orientation et entrepreneuriat ». L’intention éducative est d’amener l’élève à entreprendre et à mener des projets orientés vers la réalisation de soi et l’insertion dans la société. La sensibilisation  à l’entrepreneuriat s’insère dans  la construction d’une vision globale du monde : se situer au regard de l’entrepreneuriat et mettre en œuvre un projet entrepreneurial.

–       Le réseau québécois des écoles micro-entreprises environnementales (RQÉEE) est « le seul réseau qui permet de répondre au besoin de développer une culture entrepreneuriale consciente chez  les jeunes du préscolaire au collégial ». Créé en 1999, il concerne un peu plus de 80 écoles primaires et secondaires.

Les programmes québécois font référence  à des compétences à acquérir, en relation avec d’autres domaines généraux de formation (santé et bien-être, environnement et consommation, médias, vivre ensemble et citoyenneté), avec  les compétences transversales (d’ordre intellectuel, méthodologique, personnel et social, de l’ordre de la communication) et avec d’autres domaines d’apprentissage (mathématique, science, technologie, langues, univers social, arts, développement de la personne ; développement professionnel).

Tout un programme. Qu’en est-il des programmes français? Affaire à suivre.

Bibliographie

  • Desclaux Bernard (2014). « Esprit d’entreprise et défiance éducative ». Administration et éducation, n°141, 2014/1, mars, p. 23-29.
  • Reverdy Catherine (2014). « De l’université à la vie active ». Dossier de veille de l’IFÉ, n° 91, mars.
  • UNESCO (2008). On promoting entrepreneurship educationin secondary schools. Bangkok : Unesco.
  • Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (2008). Le portfolio de l’entrepreneuriat au secondaire. Québec : Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.
  • Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (s.d.). Sensibilisation à l’entrepreneuriat. Programme de formation de l’école québécoise. Québec : Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.
  • Endrizzi Laure (2009). « La relation école-emploi bousculée par l’orientation ». Dossier d’actualité, n° 47, septembre.
  • Dhont-Peltrault Estelle, Llense Fabienne (2012). « L’entrepreneuriat en France. Volet 1 : mythes et réalités de la comparaison internationale ». La note d’analyse, Centre d’analyse stratégique, n° 296, octobre.
  • CPEJ (2011). Diagnostic des programmes en faveur du développement de l’esprit d’entreprendre dans l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur. Paris : APCE.
  • Fayolle Alain (2001). Les enjeux du développement de l’enseignement de l’entrepreneuriat en France. Lyon : direction de la technologie du ministère de la recherche.

 

Persévérance scolaire et action territoriale au Québec

Dans le cadre de l’Observatoire national des politiques éducatives locales, Michel Perron, professeur à l’université de Chicoutimi, est intervenu le mardi 12 mars pour une conférence intitulée « Persévérance scolaire, mobilisation des acteurs, action territoriale : les ancrages d’un nouveau mouvement social au Québec? ». En voici le compte-rendu.

Pour comprendre l’utilisation très québecoise du concept de « persévérance scolaire », il faut faire un peu d’histoire du système éducatif et de terminologie:
– entre le secondaire et le supérieur il existe un « sas » de trois ans qui prépare à l’entrée dans le supérieur ou à une formation technique : les Cégep (collège d’enseignement général et professionnel),
– la gouvernance éducative est provinciale,
– après plusieurs réformes, l’objectif de réussite pour tous, vise à ce que tous les élèves sortent du système scolaire avec un diplôme.

Chaque établissement produit un plan de réussite, des études longitudinales et transversales ont été mises en place avec l’idée en arrière plan de persévérance scolaire, basée sur un certain nombre d’indicateurs.

Quatre indicateurs de la persévérance scolaire constitut l’indice de persévérance et de réussite scolaires (IPRS):

  • le taux de réussite à l’épreuve ministérielle de langue d’enseignement (peut être repassé deux fois, c’est le meilleur résultat qui est pris en compte),
  • le taux de sorties sans diplôme ni qualification (appelé aussi taux de décrochage). Le suivi des élèves québecois se trouve facilité par l’existence d’une code assigné à chaque élève tout au long de sa scolarité (NB: le décrochage n’est pas permanent),
  • le taux de diplômation après  5 ans au secondaire
  • le taux de diplômation après 7 ans au secondaire

Le concept de persévérance scolaire

Il s’agit de chercher à maintenir les élèves dans le système scolaire jusqu’à l’obtention d’un diplôme (ou à défaut d’une reconnaissance de fin de scolarité).

La persévérance scolaire est donc un processus qui s’inscrit dans le temps. Il convient de prendre en compte des facteurs personnels (genre, aspirations, comportements , habiletés, habitudes sociales, etc.); des facteurs familiaux (impact du niveau de  scolarité de la mère ); facteurs scolaires; facteurs sociaux.

Le défi des inégalité sociales au Québec

Dans une  approche sociogéographique, M. Perron présente une analyse géographique des indicateurs de persévérance et de réussite scolaires au Québec « Cartodiplôme« .

Il s’agit d’essayer de comprendre les liens possibles entre les disparités spatiales de l’IPRS et les inégalités sociales, économiques et territoriales.
Du point de vue démographique, on regarde la proportion de familles monoparentales, de logements ayant besoin de réparations majeures, des logements antérieurs à 1946, des ménages locataires de leur logement, des personnes sans diplôme ou détenant un diplôme universitaire, des ménages comptant  4 membres ou plus. On étudie le taux de variation de la population, la ratio entre jeunes et population active.
Parmi les variables économiques, on retient le taux d’activité, le taux d’emploi, le revenu moyen individuel et par famille, (aec un seuil inférieur à 30000$ ou supérieur à 100000$., la répartition par grands secteurs d’activité.
Les variables géographiques sont la densité de l’écoumène (ensemble des terres habitées ou exploitées par l’homme), la distance entre la municipalité régionale de comté (MRC) et les grands centres urbains

Quels sont les variables les plus prédictives d’une hausse ou d’une baisse de l’IPRS?

  • Variables impactant à la baisse:
    – le taux de variation de la population entre 1996 et 2006 (augmentation)
    – % de logements ayant besoin de réparations majeures
    – % de gens ne parlant pas une langue officielle à la maison
    – % de familles monoparentales
    – % d’individus sans diplôme (25-64 ans)
    – % d’individus de plus de 15 ans sans revenu
    – % de travailleurs des métiers transports, machineries
  • Variables impactant à la hausse:
    – poids démographique
    – taux d’activité
    – proportion de logements construits avant 1946
    – éloignement de Montréal

 La mobilisation sur la persévérance scolaire témoigne-t-elle d’un mouvement social?

On voit apparaitre de nouveaux enjeux plus proche de la sphère privée, modifiant les logiques de mobilisation. Les revendications sont individuelles, voire de groupes mais plus de classe. Le décrochage fait partie de ses préoccupations et font que l’enjeu individuel devient un enjeu public.L’abandon scolaire est vu comme un problème social et non comme un problème scolaire:
– pour les étudiants: perspective d’un salaire moindre, emplois limités;
– pour les établissements scolaires : mauvaise utilisation des ressources scolaires, inefficacité sur le plan de l’enseignement ou de l’administration;
– pour les sociétés: main d’œuvre moins qualifiée, prospérité économique affaiblie.

L’abandon scolaire peut être exprimé en terme de pertes fiscales et de coûts sociaux mais aussi en termes d’inégalités sociales exacerbées.

La mobilisation contre le décrochage et pour la persévérance scolaire s’est faite autour d’acteurs aussi divers que des conseillers pédagogiques, des chercheurs, des cadres éducatifs, des chefs d’entreprises, des banquiers, des fondations. (groupe action persévérance).

Ce qu’il convient de faire :
– favoriser la prévention,
– voir l’abandon scolaire comme un problème social,
– susciter la mobilisation et l’engagement,
– tisser des liens entre recherche et terrain (pratiques efficaces),
– soutenir les acteurs, par le dialogue, les échanges, le transfert,
– ancrer les actions territorialement, par une mobilisation locale,
– adopter le mode de gouvernance aux acteurs.

Bibliographie

  • Michel Perron. « Persévérance scolaire et engagement collectif : pour une vision commune d’un chantier québécois ». Sommet de l’éducation publique, Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), Québec, 1er juin 2012. (PDF)
  • Actes des premières journées interrégionales sur la persévérance scolaire et la réussite éducative, Château Mont-Sainte-Anne, 30-31 octobre 2008. (PDF, 82 p.)

 

La littératie : un objectif majeur au Québec

Le Conseil supérieur de l’éducation québécois est fortement mobilisé sur l’importance de développer les habiletés en littératie. Si les résultats de PIRLS (programme internationale de recherche en lecture scolaire) inquiètent particulièrement les français, ils chagrinent également les québécois. Le score moyen sur l’ensemble des pays de l’OCDE est de 538; celui des pays de l’Union européenne est de 534; celui de la France est de 520 (29ème rang); celui du Canada est de 548 (12ème rang), le Québec se situant au 21ème rang.

La Faculté d’éducation de l’université de Sherbrooke vient de lancer (le 13 décembre) un programme d’éveil à la lecture et à l’écriture pour les élèves du préscolaire fréquentant un système de garde scolaire. Expérimenté depuis trois ans dans 22 écoles en milieux défavorisés, ce dispositif propose des vidéos, « des fiches d’activités, des fiches d’interaction autour du livre », ainsi que divers outils d’accompagnement pour les éducatrices et éducateurs des SGMS (service de garde en milieu scolaire).

Les principaux objectifs de ce programme sont les suivants :

  • Augmenter le nombre d’heures de stimulation au monde de l’écrit chez les enfants;
  • Développer le plaisir autour des livres;
  • Développer leur sensibilité au schéma du récit;
  • Développer leur capacité à répondre à des questions de type microsélection, inférence et réaction au texte;
  • Développer l’interaction autour du livre;
  • Développer la motricité fine et la motricité globale;
  • Développer le vocabulaire.

Les premiers résultats montrent l’influence positive du programme sur les « processus de compréhension, l’engagement dans les activités de lecture et l’ouverture aux livres ».

Et puisque nous sommes à quelques jours de Noël, voici le lien vers les fiches autour du thème de Noël.

couverture livre

Sources :