ÉTAPES 1 et 2 : pour tout savoir sur les transformations pédagogiques dans le supérieur

MàJ du 10 juillet :
l’enquête est prolongée jusqu’au lundi 9 septembre 2019

L’enquête ÉTAPES – Transformations et Améliorations Pédagogiques dans l’Enseignement Supérieur – concerne tous les établissements d’enseignement supérieur français, publics et privés sous contrat. Elle s’intéresse à leur dynamique institutionnelle propre en matière de qualité d’enseignement, et à leurs services, structures, ou missions d’appui à l’enseignement.

Lancée à l’initiative de l’Institut français de l’éducation (IFÉ-ENS de Lyon) en partenariat avec les associations  ANSTIA (association nationale des services TICE et audiovisuels de l’enseignement supérieur) et Réseau des SUP (services universitaires de pédagogie), cette enquête vise à :

  • mettre au jour les dynamiques institutionnelles en matière de qualité de l’enseignement et de transformation pédagogique ;
  • cartographier les unités d’appui à l’enseignement en place dans les établissements, en termes de positionnement institutionnel, de moyens humains et financiers mobilisés et enfin d’activités.

Pour appréhender les contextes institutionnels locaux, cette enquête est déclinée en deux volets indépendants et complémentaires, sous forme de questionnaires ciblant des acteurs différents :

  • un volet « transformation institutionnelle » adressé aux commissions formation, vice-présidences et/ou directions d’études impliquées dans la formation, la réussite étudiante et/ou l’innovation pédagogique  ;
  • un volet « appui à l’enseignement » visant les responsables d’unités (service, structure ou mission) dont le mandat s’inscrit explicitement dans une perspective d’amélioration de l’enseignement.

Autrement dit, un même établissement est appelé à fournir une seule réponse, idéalement concertée, pour le volet 1.
Il est en revanche susceptible de fournir plusieurs réponses au volet 2, selon le nombre d’unités d’appui existantes.

L’accès à ces deux questionnaires est ouvert jusqu’au 12 juillet 2019

“transformation institutionnelle” : http://enqueterecherche.ens-lyon.fr/enquetud/etapes1
“appui à l’enseignement” : http://enqueterecherche.ens-lyon.fr/enquetud/etapes2

pour toute question : enquete-etapes (@) ens-lyon.fr

La démarche est inédite, à plusieurs titres. À la fois dans les collaborations sur lesquelles elle se fonde, dans le périmètre national ciblé et dans l’objet « collectif » qu’elle privilégie (les établissements et les unités d’appui, plutôt que les individus).
L’ambition, à ce niveau, est essentiellement descriptive, il s’agit d’appréhender la diversité des configurations institutionnelles, d’identifier ce qui converge et ce qui diverge d’un établissement à l’autre en restant attentif à la complexité des contextes locaux.

En quoi ÉTAPES se différencie-t-elle d’autres enquêtes ?

Concrètement, en privilégiant une entrée par les collectifs institués (“unités”), ÉTAPES s’inscrit en complémentarité des travaux existants, centrés très majoritairement sur les profils et activités des individus : c’est le cas des enquêtes d’ANSTIA auprès de ses adhérents par exemple, c’est aussi le cas de l’enquête menée par l’université de Lausanne et le réseau local ACOPÉ en 2016, du sondage réalisé par l’AIPU lors des JAPES 2016 (Journées de l’accompagnement pédagogique dans l’enseignement supérieur) ou bien de celui lancé en octobre 2018 à l’initiative du MESRI. Au niveau international, la tendance est similaire : l’enquête diffusée par l’université du Québec à Trois-Rivières en 2018, ou encore les enquêtes régulières de l’International Consortium for Educational Development interrogent rarement les contextes institutionnels.

Quelle exploitation sera faite des réponses ?

Les données du premier volet sur les transformations institutionnelles seront croisées avec celles du second volet dédié aux unités d’appui à l’enseignement pour permettre une analyse plus riche des configurations à l’échelle des établissements.
Les associations professionnelles partenaires pourront, à partir des données brutes, réaliser des analyses approfondies correspondant aux questions qu’elles se posent.
Des journées de restitution seront organisées afin de rendre compte des résultats de cette enquête aux répondants et aux adhérents des réseaux partenaires, ANSTIA et réseau des SUP.

Formation et accompagnement pédagogiques à l’université d’Uppsala : quelle organisation ?

Mon récent séjour à l’université d’Uppsala en Suède s’est concentré sur la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage, et m’a fourni l’occasion d’examiner les lignes directrices visant à normaliser les pratiques, d’appréhender la définition opérationnelle des compétences pour enseigner et de m’intéresser à la dimension organisationnelle, sujet de ce 3e billet.

Une division rattachée à la gouvernance, 3 missions principales

Par dimension organisationnelle, j’entends la manière dont est structurée la Division pour l’amélioration de la qualité (DAQ), les missions dont elle est investie, les activités qu’elle conduit réellement et les ressources dont elle dispose, en particulier les profils des personnes impliquées. À l’heure où les SUP (services universitaires de pédagogie) semblent avoir le vent en poupe en France, positionner la problématique de la formation et de l’accompagnement des enseignants dans un cadre comparé élargi permet nécessairement de prendre un peu de hauteur par rapport aux débats hexagonaux.

La DAQ a été créée en octobre 2015. D’abord divisée en deux unités, elle en compte trois aujourd’hui :

  • l’Unité pour l’enseignement et l’apprentissage universitaire (UEA, celle qui m’a formellement accueillie durant ce séjour),
  • l’Unité pour la qualité et l’évaluation (UQE),
  • et plus récemment l’Unité pour l’évolution de la carrière académique.

Continuer la lecture de « Formation et accompagnement pédagogiques à l’université d’Uppsala : quelle organisation ? »

Quelles compétences pour enseigner dans le supérieur ? la conception de l’université d’Uppsala

L’un des axes de travail privilégiés, lors de mon séjour dans la plus vieille université de Suède en juin dernier (plus exactement au sein de la Division qualité), s’est porté sur la formation pédagogique des enseignants universitaires. Pas seulement parce que c’est un sujet d’actualité en France, avec la mise en oeuvre, obligatoire en 2018, d’une formation de cette nature pour tous les nouveaux maitres de conférence (déjà abordé dans ce billet), mais aussi parce que c’est une problématique clé de mes travaux depuis déjà pas mal d’années et que la confrontation des univers culturels n’est jamais vaine. À l’université d’Uppsala, les compétences pour enseigner sont définies, enseignées et évaluées. C’est une des orientations majeures des lignes directrices pour la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage mises en oeuvre.

La définition des compétences pour enseigner

La brochure Assessing teaching skills in higher education (24 pages) revêt en effet un caractère officiel et structurant : elle est publiée par l’université, utilisée comme référence par les services intervenant à un titre ou un autre dans le développement professionnel des personnels et mis à disposition des facultés. Elle est aussi téléchargeable, en suédois et en anglais, et périodiquement mise à jour (la 1ère version remonte à 2004). Il ne s’agit pas d’un référentiel en tant que tel, en tous cas ce n’est pas le terme qui lui est appliqué. Continuer la lecture de « Quelles compétences pour enseigner dans le supérieur ? la conception de l’université d’Uppsala »

Qualité de l’enseignement et de l’apprentissage : la vision de l’université d’Uppsala

Accueillie au sein de la Division qualité de l’université d’Uppsala en juin dernier, j’ai pu découvrir tout un écosystème au service d’une amélioration continue de l’enseignement, soutenu par une gouvernance très impliquée, motrice.

Cette implication ne relève pas de la seule initiative de l’université bien entendu, certaines prescriptions, telle la mise en oeuvre de la formation pédagogique des enseignants, sont émises à l’échelon national. Charge aux universités suédoises, pour continuer l’exemple, d’élaborer une offre mixant cours théoriques et dimensions pratiques, modules de base et modules avancés, pour permettre aux futurs enseignants-chercheurs de suivre les dix semaines de formation obligatoires en vue de la titularisation. L’université d’Uppsala n’est donc qu’un “cas” parmi d’autres, particulièrement “exemplaire” du fait d’un engagement stratégique de longue date en faveur de l’excellence en recherche et en enseignement, à part égale en apparence.

Les lignes directrices de la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage

L’université a ainsi construit une « vision » de la qualité de l’enseignement, dont les principes sont explicités dans un document de référence intitulé Teaching and learning at Uppsala University. Visions for Educational Activity and Development, ratifié par le conseil d’administration. Ce document téléchargeable et disponible en suédois et en anglais (19 pages), pose les bases pour une culture commune en termes de construction d’offre de formation, de promotion du développement professionnel et d’évaluation de l’enseignement. L’édition révisée en 2018 présente les quatre objectifs généraux qui structurent cette vision : créer les conditions favorables à l’apprentissage des étudiants, accompagner l’évolution continue et systématique des diplômes, fournir des opportunités de développement professionnel aux enseignants (pédagogie et didactiques) et reconnaître la légitimité des activités d’enseignement dans la carrière. Continuer la lecture de « Qualité de l’enseignement et de l’apprentissage : la vision de l’université d’Uppsala »

La réussite étudiante vue depuis les observatoires de l’enseignement supérieur

Si les observatoires de l’enseignement supérieur présentent une certaine diversité à la fois dans leur positionnement institutionnel et dans les profils de compétences qui composent les équipes, leurs missions ont également connu des évolutions significatives au rythme des réformes des 10 dernières années et les objets sur lesquels ils travaillent se sont considérablement diversifiés. Les enquêtes d’insertion ne sont en effet plus les seules missions légales de ces structures, la mesure touche aussi désormais les questions d’accès à l’université et de réussite étudiante.

C’est en tous cas l’un des messages clairement portés par les JNO (journées nationales des observatoires) qui se sont tenues la semaine dernière à l’université de Montpellier et dont le thème central était justement “la réussite étudiante”. Ces journées ont accueilli environ 120 participants, avec plus de 100 établissements représentés, signe de la vitalité de ce réseau – RÉSOSUP – créé il y a maintenant 12 ans sur les fondations posées dès les années 1970 par le CÉREQ (à cette époque intégré à l’ONISEP) et dans les années 1990 par l’OVE.

Continuer la lecture de « La réussite étudiante vue depuis les observatoires de l’enseignement supérieur »

A la recherche d’une Science pour l’éducation

A l’occasion d’un article hagiographique sur Céline Alvarez, on a pu lire récemment, dans un magazine bien connu dans le monde éducatif, la phrase suivante : « Les neurosciences sont les seules à pouvoir nous renseigner sur la complexité de l’être humain » ( «Le cerveau d’un enfant varie selon la pédagogie qu’on lui applique », Lorraine Rossignol, Télérama, 19 février 2016).

Dans son simplisme grotesque, l’affirmation a suscité quelques vives réactions de lecteurs, mais la plupart des professionnels de l’éducation se sont contentés de réactions narquoises. Sur le fond, elle ne fait pourtant que caricaturer ce que l’on entend parfois, y compris dans certaines institutions de l’éducation nationale.

C’est un mouvement qui évoque le ressac : l’agenda médiatique ou politique est régulièrement saisi par telle ou telle personnalité qui invoque l’urgence de donner une base scientifique aux pratiques éducatives.

Cela évoque souvent une réplique de (mauvais) boulevard :

  • Sur un ton expert indigné : « comment est-il possible qu’à notre époque on ne se décide pas à enfin utiliser les acquis de la science pour enseigner !? » ;
  • Sur un ton politique exaspéré : « il faut en finir avec l’idéologie et enfin appliquer dans les salles de classe les méthodes appuyées sur des vrais sciences » ;
  • Sur un ton universitaire sarcastique : « il faudra m’expliquer pourquoi on ne pourrait pas appliquer à l’éducation les protocoles scientifiques qui ont fait leur preuve dans les autres domaines » ;
  • Sur un ton journalistique: «  de nouvelles recherches capitales pour l’éducation de nos enfants sont pourtant ignorées par le système académique ! ».

Continuer la lecture de « A la recherche d’une Science pour l’éducation »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search