L’éthique enseignante : une boussole pour garder le cap !

Publication du Dossier de veille de l’IFÉ n°145, novembre 2023 rédigé par M. Gaussel à télécharger ici.

Le champ de recherche en éthique appliquée à l’enseignement s’est développé, notamment au Québec, parallèlement au concept de professionnalisation, dans les années 1990. Il a émergé dans un contexte de revendication d’une plus grande exigence éthique dans tous les domaines de la vie sociale, et pour apporter des réponses aux problématiques émanant du « terrain » et des professionnelles de l’éducation. Dans les années 2000, les réformes et remaniements institutionnels en éducation en France ont montré un souci d’ajouter aux compétences à acquérir pour enseigner celle d’« agir en éducateur responsable et selon des principes éthiques » (MEN, 2013). Cette compétence éthique est identifiée par l’institution comme un ensemble de gestes professionnels par lesquels les personnes enseignantes assument leur responsabilité d’éducatrices et d’éducateurs, mais sa dimension sociale, relationnelle et affective est rarement évoquée. Pourtant, à l’heure où les attentes divergentes entre contraintes institutionnelles et réalités de terrain mettent à mal la profession enseignante, c’est bien cette dimension qui les soutient au quotidien.

Aussi, nous proposons dans le Dossier de veille de l’Ifé n° 145[1], une plongée au cœur de l’éthique enseignante en abordant cette composante comme étant indissociable de l’acte d’enseigner.  Face à cette question complexe, ce Dossier propose un tour d’horizon des différentes formes que peut revêtir l’éthique dans le contexte scolaire — éthique de la rencontre, de la présence, de l’opportunité, de la perplexité ou encore de l’hospitalité[2] — et d’autres notions qui lui sont associées comme la morale et la déontologie.

Continuer la lecture de « L’éthique enseignante : une boussole pour garder le cap ! »

Éclairer les défis d’un métier à risque de… décrochage !

Le paysage éducatif en France a subi d’importantes transformations au fil des décennies, massification de l’enseignement, mise en place de la Nouvelle Gestion Publique (NGP) et des politiques d’évaluation, promotion de l’inclusion (Lantheaume, 2008). Ces changements ont redéfini en profondeur les rôles des enseignant·es, élargissant leur spectre pour englober des dimensions complexes et pluridimensionnelles de l’éducation, dépassant ainsi la seule transmission de connaissances académiques (Garcia, 2023).
Aujourd’hui, le métier présente un paradoxe majeur. Malgré un attachement profond à leur établissement (DEPP, 2022), une tendance au décrochage des enseignant·es se dessine. Ce phénomène complexe et multifactoriel se traduit de façon visible par une perte d’attrait pour la profession, et une hausse significative des démissions (Delbrayelle, 2023), dont la croissance représente +628% entre 2008 et 2021 (Caron et al., 2021). Ces dernières mettent ainsi en lumière les défis auxquels les personnes enseignantes font face.
En amont de ces démissions, le décrochage peut également revêtir des formes plus discrètes, mais tout aussi significatives. Il se manifeste tantôt par une forme de « déprise du travail », de désengagement en réponse aux (nombreux) défis du métier, tantôt par un sur-engagement : les personnes enseignantes s’investissent intensément pour conférer une légitimité à leur activité et gérer les incertitudes professionnelles (Hélou et Lantheaume, 2008).

Ainsi, dans la continuité du Dossier de veille sur la formation des enseignant·es débutant·es (Joubaire, 2019) et de l’Edubref sur le métier d’enseignant (Ravez, 2022), ce Dossier de veille de l’IFÉ n° 144 « Enseigner un métier à risque… de décrochage » explore le décrochage des personnes enseignantes, et cherche à mettre en mots les maux vécus par les professionnel·les.

Continuer la lecture de « Éclairer les défis d’un métier à risque de… décrochage ! »

« Éduquer au changement climatique passe par la construction d’une culture commune chez les enseignants »

Entretien avec Sylvie Lecherbonnier au Monde paru le 12 avril 2022. L’article original est disponible ici pour les abonnés

La sensibilisation aux enjeux environnementaux progresse à l’école, explique Anne-Françoise Gibert, chargée d’études et de recherches à l’Institut français de l’éducation, dans un entretien au « Monde ». Mais les professeurs manquent encore de temps et d’espaces pour mettre en œuvre des projets interdisciplinaires.

Continuer la lecture de « « Éduquer au changement climatique passe par la construction d’une culture commune chez les enseignants » »

Le métier enseignant en (Édu)bref

Ce 13ème Édubref intitulé Enseigner, c’est quoi le métier ? porte sur les caractéristiques actuelles du métier enseignant et ses mutations récentes, qui concernent en France près de 800 000 personnels d’enseignement, pour plus de 12 millions d’élèves. Dans quelle mesure leurs missions, leurs pratiques et leurs identités professionnelles ont-elles changé depuis un demi-siècle ?

Les professeur.es des écoles, des collèges et des lycées d’aujourd’hui ont succédé à une République des instituteurs et des institutrices (Ozouf et Ozouf, 1992), distincte jusqu’aux années 1970 du « métier de classe moyenne » exercé par les certifié.es et les agrégé.es de l’enseignement secondaire (Chapoulie, 1987)[1]. Des « nouveaux publics » de la massification progressive de l’enseignement secondaire aux modalités les plus récentes d’évaluation, les transformations profondes des systèmes éducatifs des dernières décennies ont peu à peu, et de façon incomplète, rapproché les statuts, la formation initiale ou la rémunération des un.es et des autres, tandis que la multiplication des responsabilités et la diversification des profils ont créé de nouvelles formes de fragmentation du corps enseignant. Ainsi, au-delà de l’imaginaire social associé à celles et ceux qui incarnent le service public d’éducation, la diversité structurelle du corps enseignant perdure (niveaux d’enseignement, contextes d’exercice, ancienneté dans la fonction, etc.).

Cet Édubref approfondit également la compréhension de ce qui fait « métier » dans l’activité ordinaire des enseignant.es. Médiée par le(s) sens donné(s) aux apprentissages scolaires, la relation aux élèves et aux classes représente un défi quotidien, que l’organisation d’un travail éducatif exercé de façon de plus en plus collaborative, au sein d’équipes enseignantes et avec d’autres professionnel.les, permet, à certaines conditions, de soutenir. Aux niveaux national, européen et international[2], les grandes lignes de force qui structurent les changements en cours – et les débats que ceux-ci génèrent – constituent autant de tensions entre des professionnalités enseignantes synonymes de pouvoir d’action, d’autonomie et de professionnalisme, et des risques liés, à court ou plus long terme, à des dynamiques de déprofessionnalisation.

Pour télécharger cet Édubref, cliquer ici.

Pour retrouver l’ensemble des Édubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossiers de veille et nos Édubref dès leur parution, cliquez ici.


[1] L’exposition « Métier d’enseignant(e), métier d’élève » organisée par le Musée national de l’Éducation (Munaé) en 2020-2021 rend compte de cette profondeur historique.

[2] Voir par exemple le récent numéro thématique sur les enseignant.es primaires et leurs spécialisations. Entre division des compétences et renforcement des formations de la Revue suisse des sciences de l’éducation (vol. 44, n° 1, 2022) ; les ouvrages Durer dans le métier d’enseignant. Regards franco-allemands (Garcia M.-L. et Lantheaume F. [dir.], 2019) ou Trente ans de pratiques de professionnalisation des enseignants. Regards internationaux (Marcel J.-F., Tardif M. et Piot T. [dir.], 2022) ; ou encore le projet de recherche européen en cours Teacher careers (France, Belgique, Royaume-Uni).

L’enseignement privé, entre logique marchande et logiques religieuses

L’expression du religieux et son lien avec le système éducatif français constituent une question particulièrement vive depuis le début des années 2000. Le programme de recherche Religions, discriminations et racisme en milieu scolaire (ReDISCO), coordonné par Françoise Lantheaume (Université Lumière Lyon 2 – E.A. Éducation, Cultures, Politiques) s’inscrit dans ce contexte politique marqué par le retour des religions dans une société sécularisée. Les attentats de janvier 2015 ont été l’élément déclencheur qui a motivé le lancement de cette grande enquête sociologique : l’école cristallise alors critiques, inquiétudes et interrogations sur ses missions, de la part des personnalités politiques et de la société civile. Cette institution est perçue à la fois comme incapable de faire respecter le principe de laïcité face au renouveau de l’expression du religieux, mais se trouve en première ligne de la lutte contre la stigmatisation religieuse, du racisme et de la diffusion de théories du complot.

De 2015 à 2020, l’équipe de la recherche ReDISCO s’est ainsi intéressée aux acteurs de l’éducation (enseignant·es, personnel·les de direction, conseiller·es principaux·ales d’éducation) et à la façon dont ils·elles se saisissent, dans le cadre de leurs fonctions, de la question religieuse, et des conflits liés à l’appartenance socioculturelle des élèves. Cette enquête sociologique a été menée dans 101 établissements publics et privés sous contrat (du primaire au lycée) de dix académies.

Lors de la journée d’études du 10 décembre 2021, les travaux de recherche présentés ont porté exclusivement sur des enquêtes réalisées dans des établissements privés sous contrat, qui, sur l’ensemble du territoire national, rassemblent environ 17% des élèves scolarisé·es. Il s’agissait de décrire et de comprendre, en partant de situations concrètes, comment la diversité socioculturelle est prise en compte dans ces établissements : au regard de leurs missions, comment les professionnel·les agissent-ils·elles face à l’expression du religieux, aux discriminations et au racisme ? Continuer la lecture de « L’enseignement privé, entre logique marchande et logiques religieuses »

GreenComp : Un nouveau cadre de compétences européen

Les instances supranationales influencent les curricula. Si, lorsque l’on parle de compétences, on pense spontanément à l’OCDE et aux tests PISA, c’est d’abord l’Europe, grande productrice de cadres de compétences, qui a orienté les grandes catégories du S4C – socle commun de connaissances et de compétences.

On peut noter un changement de sémantique sur cette éducation, passant de l’ESD — ESD, Education for Sustainable Development – à cette éducation à la durabilité environnementale — sustainability education. Elle est à rapprocher des analyses développées par plusieurs chercheurs en éducation, dont les chercheurs de l’école de Genève (Pache et Lausselet, 2019 ; Curnier, 2017) qui ont développé les concepts de durabilité forte conçue comme un dépassement du dualisme Nature/culture et qui souligne la nature possède une valeur intrinsèque, il n’y a pas de substitution possible au capital naturel, et la croissance économique ne peut être découplée rapidement de l’utilisation de ressources naturelles (CSEN, 2022, à paraitre) et Lange qui décrit la posture « d’une éducation forte qui vise la transformation sociétale » (2020).

La parution le 14 janvier de GreenComp[1], the European sustainability competence framework, un nouveau cadre européen de compétences en matières de durabilité, fait de l’éducation à la durabilité un domaine prioritaire des programmes d’éducation et de formation européenne.

Continuer la lecture de « GreenComp : Un nouveau cadre de compétences européen »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search