Archives par mot-clé : politique éducative

L’”innovation pédagogique” en question

C’est autour de cette notion que tournent les travaux du laboratoire junior Usages et Critiques de l’Innovation Pédagogique (UCIP), affilié au Laboratoire Éducation Cultures Politiques. Après un premier séminaire au printemps 2019 consacré aux approches critiques et historiques de l’innovation pédagogique, avec notamment l’intervention de Françoise Cros, l’équipe a inauguré le 4 octobre 2019 cette nouvelle année universitaire par un séminaire portant sur les circulations de la notion d’”innovation”, avec deux interventions inscrites respectivement dans la science politique et dans l’histoire. Continuer la lecture de L’”innovation pédagogique” en question

Les territoires de l’éducation au programme des prochains Entretiens Ferdinand Buisson

Pour la saison 2019, les Entretiens Ferdinand Buisson feront leur rentrée  le mercredi 6 novembre 2019, 17h-19h dans un nouveau lieu: la Bibliothèque Diderot de Lyon (site Descartes, salle “La Parenthèse” : 5 parvis René Descartes 69007 LYON). L’entrée est libre et gratuite, sans inscription.

Les Cités éducatives, lancées en 2019, sont le plus récent des dispositifs pour affronter la question des territoires qui semblent concentrer les difficultés sociales et éducatives. Du côté de l’enseignement supérieur, on s’interroge sur la polarisation des universités que risquent fort d’entrainer les Investissements d’Avenir.

La prise en compte du “local” dans les politiques éducatives françaises visait historiquement à  “donner plus à ceux qui ont moins”, par exemple par les dispositifs d’éducation prioritaire dès les années 1980, ou à faire prendre en charge certains investissements par les collectivités locales. Elle n’a cependant pas remis en cause les principes constitutifs de notre système éducatif, puisque les programmes, les horaires, les statuts comme les orientations pédagogiques restent largement déterminés au niveau national.

Continuer la lecture de Les territoires de l’éducation au programme des prochains Entretiens Ferdinand Buisson

Lecture des réformes en éducation grâce aux “Colloques en ligne”

C’est à l’occasion du 4e colloque international “Conditions de réussite des réformes en éducation” organisé par la Revue internationale d’éducation de Sèvres du 12 au 14 juin 2019, que le CIEP a reçu une soixantaine d’intervenant.e.s, ministres et anciens ministres de l’éducation, ainsi que des chercheur.se.s et des acteur.rice.s de l’éducation de 30 pays. L’objectif de ce colloque était de mieux comprendre comment les réformes réussissent ou sont accompagnées dans les différents pays représentés. Le texte de cadrage scientifique de Jean-Marie De Ketele, disponible en ligne, s’interroge : “peut-on identifier des facteurs qui conditionnent les effets observés des réformes entreprises ? Dégager des leviers contextualisés pour l’action grâce à ce type d’approche comparative est au cœur des finalités et de l’esprit tant des colloques internationaux que de la ligne éditoriale de la Revue internationale d’éducation de Sèvres.”

Pour en savoir plus sur ce qui s’est déroulé lors de ce colloque ouvert seulement sur invitation, trois possibilités :

  • attendre le numéro spécial de cette Revue consacré aux réformes en éducation qui est prévu pour 2020…
  • ou relire le Dossier de veille “Le changement, c’est comment ?” rédigé en 2016 par Olivier Rey et qui met en perspective les effets des changements dus aux réformes sur les acteurs et actrices de l’éducation
  • ou enfin profiter dès aujourd’hui de notre rubrique peut-être méconnue des “Colloques en ligne” qui vous donne accès aux documents complémentaires (quand ils existent) des colloques : textes, articles, audios, vidéos… La chaine YouTube du CIEP a justement publié il y a quelques jours toutes les vidéos des plénières de ce colloque, pour suivre les échanges comme si vous y étiez !

Afin de bénéficier en avant-première de cette rubrique, et ce dès la rentrée, il ne reste plus qu’à ceux et celles qui ne l’ont pas encore fait de s’abonner à notre Bulletin Veille & Analyses (trois messages par mois pour tout savoir de l’actualité des recherches en éducation) : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/abonnement.php.

 

Pilotes et pilotage en éducation : avant et après un Dossier de Veille

Dossier de veille IFÉ n° 128

D’où vient le dossier “pilotes et pilotages en éducation” ? Pourquoi ce thème ? Quelles sont les questions traitées et celles qui ne figurent pas en son sein mais pourraient ou devraient y être ? Voici l’objet de ce petit billet de mise en contexte.

Le choix d’un thème pour un Dossier de Veille apparait quelquefois mystérieux à nos lecteurs. Nous répondons souvent, quand on nous questionne sur cet aspect, que les sujets finalement abordés sont le produit :

  • de ce que nous comprenons des attentes des acteurs du système éducatif sur certaines grandes questions ou des sollicitations qui nous parfois adressées ;
  • de ce que nous trouvons dans les revues, ouvrages et autres productions scientifiques (rapports, colloques…) à notre disposition pour traiter ces questions ;
  • des connaissances, compétences et affinités personnelles d’une rédactrice ou d’un rédacteur qui lui permettent de traiter cette question ou d’entrer en collaboration avec des collègues pour s’emparer du sujet.

Après une quinzaine d’années d’expérience, il faut aussi ajouter que chaque Dossier s’inscrit dans une petite histoire au sein de la centaine de Dossiers existants, dans la mesure où il complète ou met à jour des dossiers précédents, quand il ne s’aventure pas sur des terres encore inexplorées.

Ainsi, concernant le dossier qui vient d’être publié, nous nous étions intéressés à l’inspection scolaire en 2011, au leadership des directions scolaires en 2012, aux politiques éducatives de décentralisation en 2013, au leadership des enseignants en 2015, au changement en éducation en 2016 et à l’autonomie des établissements en 2017. Chacun de ces dossiers proposait une approche complémentaire pour identifier différentes figures des politiques publiques dans le domaine de l’éducation.  La publication du Dossier de veille « pilotes et pilotage dans l’éducation » représente une nouvelle étape dans ce parcours, avec un regard particulier sur les acteurs du pilotage et leurs contextes organisationnels.

Continuer la lecture de Pilotes et pilotage en éducation : avant et après un Dossier de Veille

Que fera le futur conseil de l’évaluation de l’école ?

L’Assemblée nationale a publié l’étude d’impact du projet de loi sur l’éducation présenté par le Ministre Blanquer lors du conseil du ministre du 5 décembre (http://www.assemblee-nationale.fr/15/pdf/projets/pl1481-ei.pdf )

Parmi les différents chapitres analysés, une partie des attributions du futur conseil de l’évaluation de l’école est détaillée. On sait en effet que ce projet de loi prévoit la disparition du CNESCO et son intégration dans ce nouveau conseil, qui est présenté comme une instance de coordination,  de programmation et de “mise en cohérence” de toutes les formes d’évaluation du système éducatif.

L’une des nouveautés du futur conseil, qui devrait être mis en place à la rentrée 2019, est l’accent mis sur l’évaluation formelle et systématique des établissements scolaires du second degré (EPLE : lycées et collèges).  Pour ceux qui connaissent les évaluations “établissement” des universités pratiquées par le HCERES dans l’enseignement supérieur, le nouveau dispositif y fait parfois penser.

Continuer la lecture de Que fera le futur conseil de l’évaluation de l’école ?

Petite chronologie des dispositifs liés à la recherche en éducation depuis 20 ans

Un Conseil scientifique de l’éducation est mis en place aujourd’hui par le Ministre. L’occasion de rappeler brièvement certaines initiatives institutionnelles concernant directement ou indirectement la recherche en éducation qui ont marqué les 20 dernières années .

1995-2000  Comité national de coordination de la recherche en éducation, chargé d’une mission de synthèse, d’orientation et d’évaluation de la recherche en éducation (archive : http://www.inrp.fr/Cncre/Accueil.html )

2000-2005  Haut conseil de l’évaluation de l’école (HCÉÉ)

2001 : Rapport présenté par Antoine Prost “pour un programme stratégique  de recherche en éducation” (http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/014000799/index.shtml )

2002-2004 : Programme incitatif de recherche en éducation et formation (PIREF), coordonné par Marie Duru-Bellat.

Décembre 2010- février 2011  : Dissolution de l’INRP (Institut national de recherche pédagogique) et création de l’IFÉ (Institut français de l’Éducation) au sein de l’ENS de Lyon

2005-2012 : Haut Conseil de l’éducation (HCÉ) (archive : http://www.hce.education.fr/ )

2014 : création du CNESCO (Conseil national de l’évaluation du système scolaire)

2016 : création de l’ICE Auvergne Rhône Alpes (Institut Carnot de l’Éducation)

2017 : Rapport présenté par François Taddei “Vers une société apprenante” et rapport présenté par les Alliances Athéna et Allistène “La recherche sur l’éducation, éléments pour une stratégie globale” (présentation et sources).

A suivre…

Le conseil scientifique de l’Education nationale : futur lieu de passage entre recherches, politiques… et pratiques ?

A l’heure où les membres du futur conseil scientifique de l’Education nationale sont en passe d’être choisi.e.s, penchons-nous un instant sur la question des disciplines scientifiques qui constitueront ce futur conseil, présidé par le psychologue cognitiviste Stanislas Dehaene. Le ministre Jean-Michel Blanquer a annoncé que l’ensemble des disciplines scientifiques seraient partie prenante, ce que mettent en doute des personnalités scientifiques ou du monde de l’éducation dans l’appel “L’école a besoin de toute la recherche” lancé par un syndicat des enseignant.e.s du primaire, le SNUIPP.

Nous avons justement organisé à l’Institut français de l’Education une formation, les 23 et 24 novembre derniers,  sur le difficile et délicat passage entre les recherches en éducation, les politiques éducatives et les pratiques des différent.e.s acteurs et actrices en éducation et formation. Ce passage nécessite l’intervention de personnes connaissant suffisamment les trois pôles évoqués, et à même de faire le lien pour une meilleure utilisation des recherches par les praticien.ne.s. Dans la recherche internationale sur cette thématique, ces personnes sont nommées brokers (littéralement “courtiers”), terme que nous avions traduit dans le service Veille & Analyses il y a quelques années par “passeur.se” en éducation et qui connait un certain succès depuis.

Continuer la lecture de Le conseil scientifique de l’Education nationale : futur lieu de passage entre recherches, politiques… et pratiques ?

L’inclusion scolaire au menu des prochains Entretiens Ferdinand Buisson

 

La prochaine édition des Entretiens Ferdinand Buisson se déroulera à Lyon le mercredi 6 décembre 2017 (18h-20h, IFÉ- ENS de Lyon) et aura pour thème la question des recompositions scolaires induites par les politiques et les pratiques d’inclusion (participation gratuite sur inscription : http://colloques.ens-lyon.fr/eventShow/entretienBuisson2018).

La loi du 11 février 2005, qui consacre le passage de « l’intégration » à « l’inclusion » des personnes en situation de handicap en compensant les obstacles à l’autonomie et à la réussite que crée un environnement inadéquat, est devenue emblématique en particulier dans le champ scolaire. Il faut dire que dans le cas français, le nombre d’élèves handicapés scolarisés en milieu ordinaire a connu une progression de près de 80% depuis 2006. Continuer la lecture de L’inclusion scolaire au menu des prochains Entretiens Ferdinand Buisson

La pré-rentrée du CNESCO

Les 28 et 29 août s’est tenue à Paris la première Université d’été du CNESCO (Conseil national d’évaluation du système scolaire), en partenariat avec le CESE (Conseil économique, social et environnemental). À la veille de la rentrée scolaire, cette manifestation entendait identifier des thèmes de réflexion majeurs sur la formation de la jeunesse dans les 10 années à venir, et mettre l’accent plus particulièrement sur les inégalités territoriales scolaires.

Une vision engagée des liens entre recherches et politiques publiques

Des exposés présentés en séances plénières, on peut retenir quelques idées générales partagées par l’ensemble des intervenant.e.s, qu’il s’agisse de spécialistes de politiques publiques, de sociologie,  de géographie ou d’histoire.

  • La nécessité d’apporter au personnel politique les fruits de la réflexion d’une « intelligence commune » ;
  • L’importance, pour cela, du pluralisme scientifique des approches, de la diversité des regards portés sur une même question, afin de prendre en compte la complexité des situations ;
  • L’urgence, enfin, d’assurer la publicité intégrale des données – au sens de mise en circulation dans l’espace public –,  et la lisibilité des travaux de recherches, en faisant apparaître les points d’accord, mais aussi les controverses scientifiques.

L’orientation, levier de réduction des inégalités ?

Dans cette optique, les ateliers ont été conçus pour permettre un moment de dialogue entre différents acteurs et actrices de l’éducation : chercheur.e.s, cadres de l’éducation, représentant.e.s de syndicats ou d’associations…

Pour prendre un exemple, un des deux ateliers consacrés à l’orientation posait la question suivante : « comment élargir l’horizon scolaire et professionnel des élèves ? ». Il s’agissait, à partir du constat établi d’un fort déterminisme lié à l’appartenance sociale, au genre ou au territoire, d’envisager des pistes possibles pour faire de l’orientation un levier pour réduire les inégalités.

Dans le cadre de cet atelier, ont été présentés des travaux en cours, qui ont permis de mettre en lumière quelques orientations récentes de la recherche :

  • Jean-François Giret, chercheur à l’IREDU (université de Bourgogne), a partagé les résultats de récentes enquêtes menées en éducation prioritaire à Dijon, et consacrées à l’impact des compétences non académiques (rapport à l’école, sentiment de maitrise, respect des règles et des autres) sur l’ambition, l’orientation souhaitée et l’orientation réelle. Du côté de l’étude sur la transition entre enseignement secondaire et supérieur, c’est la question du sentiment de discrimination, notamment chez les étudiant.e.s issu.e.s des filières professionnelles, qui commence à être posée, et fait apparaitre un sentiment d’injustice bien plus fort en première année de licence à l’université qu’en BTS.
  • Au cours de la discussion, Pierre Champollion a quant à lui rappelé qu’en matière d’orientation, si le déterminant sociologique est majoritaire, il n’écrase pas tout, et que le déterminant territorial est également important. Or, si les représentations sociales liées aux territoires sont difficiles à modifier, l’offre de formation, la question des transports sont des éléments sur lesquels on peut peser par le jeu des politiques publiques.

Nourri par les interventions d’inspecteur.rice.s, de représentant.e.s de parents d’élèves, de syndicats d’enseignant.e.s, de l’ONISEP (Office national d’information sur les enseignements et les professions), ou d’entreprises, l’atelier a donné lieu à une restitution par son animateur, proposant des pistes de réflexions sur le travail à mener dans trois domaines :

  • Le travail avec les acteurs et actrices de l’orientation : les jeunes eux-mêmes, auprès desquels il semble nécessaire d’engager un travail sur l’estime, la découverte de soi, de ses compétences, y compris non académiques, en mettant l’accent sur le droit à l’erreur ; les parents, reconnus comme des protagonistes importants dans le cadre d’une coéducation à construire  ; les enseignant.e.s et psychologues de l’Éducation nationale bien sûr ; et enfin le monde économique, par exemple en impliquant davantage les CESER (Conseil économique social et environnemental régional). De la discussion ressort également l’idée d’imaginer de nouvelles modalités de les faire travailler ensemble, par exemple en formant les enseignant.e.s avec les élèves.
  • L’offre de formation : mettre en œuvre des procédures qui assurent une lisibilité et une stabilité contractuelle est présenté comme une nécessité, de même que la mise en place d’une offre souple (ouverte aux parcours changeants), avec une spécialisation et une professionnalisation progressive.
  • L’information : l’accent a été mis sur la complexité de l’accès à la formation, vaste chantier de travail, qui ne peut être mené qu’en s’inscrivant dans un temps long.

Pour en savoir plus :

  • le programme de la manifestation ;
  • le livret du participant, présentant plus précisément les intervenant.e.s invité.e.s à s’exprimer lors des séances plénières et les thématiques.

Éléments de mémoire, à court terme, sur la taille des classes

Constat : on peut utiliser les travaux de recherche au gré de ses besoins et  ce qui vaut en 2010 ne vaut plus en 2017.

Illustration :
2017. Le détail des quatre mesures de la rentrée « pour bâtir l’École de la confiance » est disponible sur le site du ministère de l’Éducation nationale. L’une des mesures a pour objectif de « dédoubler les classes de CP [et de CE1] en REP+ ».
Pour étayer cette disposition, le site pose la question : « Est-ce que la science prouve l’efficacité de ce dispositif ? » et donne la réponse suivante : « Pour être réellement efficace, la réduction de la taille de classe doit être importante pour conduire à un nombre d’élèves bien inférieur à 20. Une étude de terrain incontestable réalisée par Pascal Bressoux et Laurent Lima, “La place de l’évaluation dans les politiques éducatives : le cas de la taille des classes à l’école primaire en France”, montre que les effets du dédoublement sont massifs pour la réduction de la grande difficulté scolaire. Cette étude a été menée en conditions réelles et à grande échelle (100 classes de ZEP dédoublées et 100 classes témoin) ».

2010. Cette utilisation d’une étude réalisée par Bressoux et Lima rappelle étrangement une situation qui avait conduit ces mêmes chercheurs à contester une note ministérielle du 4 mai 2010 (sous le ministère de Luc Chatel et alors que le DGESCO était Jean-Marie Blanquer) demandant aux inspecteurs d’académie et aux recteurs d’augmenter le nombre d’élèves par classe (les mauvaises langues indiquant que ce choix permettait ainsi de réduire le nombre de postes d’enseignants). Continuer la lecture de Éléments de mémoire, à court terme, sur la taille des classes