Archives par mot-clé : périscolaire

L’école joue-t-elle le jeu des partenariats ?

Si on sait qu’apprendre ne se fait pas seulement à l’école, la période de confinement renforce cette idée, en bousculant le cadre scolaire qui s’invite à la maison. Cela redessine en permanence la frontière entre le pédagogique et le ludique, le scolaire et le familial. Les enfants ont cependant l’habitude de devoir faire le lien entre tous ces temps éducatifs, souvent pris en charge par différentes personnes, comme par exemple dans les temps périscolaires (voir le Dossier de veille Aux frontières de l’école ou la pluralité des temps éducatifs par Marie Gaussel en 2013, voir également la série d’articles consacrée aux relations école-famille La continuité pédagogique à la recherche d’une véritable coéducation, Les parents, des partenaires particuliers de l’école).   

Le Dossier de veille n° 134 Travailler en partenariat à l’école prend la suite du Dossier de veille sur la coéducation entre école et parents (Coéducation : quelle place pour les parents par Annie Feyfant en 2015) en élargissant le propos à d’autres exemples de partenariats scolaires pris dans divers domaines. En effet, qu’ont en commun la réforme des rythmes scolaires, l’éducation artistique et culturelle, l’éducation à la citoyenneté et la lutte contre le décrochage, entre autres ? Elles impliquent souvent des acteurs et institutions en dehors de l’école – des collectivités locales, des associations, des institutions culturelles, etc. –  qui sont mobilisés pour atteindre des objectifs dont on considère à la fois que l’école devra dorénavant les prendre en charge, mais dont on sait qu’elle n’y arrivera pas toute seule. 

Continuer la lecture de L’école joue-t-elle le jeu des partenariats ?

Plus de partenariat pour une meilleure cohérence des projets éducatifs locaux

element3De mercredi 4 à vendredi 6 novembre se sont tenues à Brest les 6e Rencontres nationales des projets éducatifs locaux, organisées par les Francas et qui réunissaient collectivités locales et acteurs éducatifs pour discuter de la mise en œuvre des nouveaux projets éducatifs territoriaux (PEDT). Ceux-ci ont été mis en place depuis 2013 et accompagnent la réforme des rythmes scolaires, mais peuvent concerner aussi le niveau secondaire : ils « formalisent une démarche permettant aux collectivités territoriales volontaires de proposer à chaque enfant un parcours éducatif cohérent et de qualité avant, pendant et après l’école, organisant ainsi, dans le respect des compétences de chacun, la complémentarité des temps éducatifs. » Ces projets éducatifs au niveau local se font déjà dans beaucoup de communes ou regroupements de communes, sous la forme de PEL (projets éducatifs locaux) ou de CEL (contrats éducatifs locaux), que les nouveaux PEDT sont chargés à plus ou moins long terme d’englober. C’est l’occasion pour les autres communes de développer ou de consolider des pratiques éducatives en adoptant une démarche globale et partenariale.

Le programme de ces 6e Rencontres nationales des projets éducatifs locaux était assez dense, alternant conférences, micro-conférences et ateliers tout au long de ces 2 journées. Cet article de blog ne suffira pas à rendre compte de l’ensemble des débats bien entendu, voici donc quelques éléments qui m’ont paru ressortir des discussions. Continuer la lecture de Plus de partenariat pour une meilleure cohérence des projets éducatifs locaux

Les temps périscolaires scolarisés mais pas évalués

D. Glasman dénonce ce qu’il appelle « l’envahissement du scolaire » qui se développe largement depuis plus de 30 ans sous forme de dispositifs d’accompagnement destinés aux élèves, de la maternelle au lycée en regrettant, non pas les objectifs, mais la forme dans laquelle ces accompagnements sont organisés. Vouloir à tout prix attribuer une valeur scolaire à l’ensemble des temps de l’enfant, c’est lui refuser un droit au jeu, au repos, à la rêverie.

Roger Sue  prône un cursus éducatif qui résulterait de la juxtaposition de compétences acquises lors de différents temps sociaux (initiation au travail en entreprise, participation à des associations d’art ou de loisirs) dont l’école bien entendu, et qui serait le reflet d’une véritable éducation plurielle. Il faut d’abord agir en faveur d’une prise en compte des temps périscolaires dans les évaluations des élèves. Les actions et programmes périscolaires ne sont pas évalués, et « ce qui n’est pas évalué ne compte pas ».

Et pourtant, les temps libres de l’enfant (210 jours de « congés contre 155 jours d’école) sont aujourd’hui largement occupés par le périscolaire, l’extrascolaire, le parascolaire, autant de temps éducatifs qui ne sont pas pris en compte dans l’évaluation des apprentissages de l’enfant. Alors que l’École est le domaine de l’Éducation par excellence, elle n’en représente qu’une seule facette. Environ la moitié des Français estiment que l’éducation est partagée entre plusieurs acteurs (parents d’élèves, associations agréées d’éducation populaire, services municipaux, institutions culturelles locales, etc.) et ne relève pas exclusivement de l’École, ni des parents.

« Partager l‘éducation » consiste à envisager les complémentarités, favoriser la porosité entre tous les espaces et temps éducatifs en mobilisant l’ensemble des acteurs du système. Quels sont ces dispositifs périscolaires ? Comment se traduisent-ils sur le terrain ? Quels en sont les bénéfices pour l’enfant ? Comment garantir une action efficace et de qualité ? Nous abordons ces thèmes dans le Dossier d’actualité Veille & Analyses n°81 du mois de janvier 2013.

Glasman Dominique (2005). « Leur reste t-il du temps pour jouer ? ». Diversité: Ville école Intgération, n° 141.

Sue Roger (2006). « Les temps nouveaux de l’éducation ». Revue du Mauss, n° 28, p. 193–203.