Former des citoyens… numériques ?

Article paru dans les Cahiers pédagogiques, le 27 octobre 2023

La citoyenneté numérique désigne la « capacité de s’engager positivement, de manière critique et compétente dans l’environnement numérique, en s’appuyant sur les compétences d’une communication et d’une création efficaces, pour pratiquer des formes de participation sociale respectueuses des droits de l’Homme et de la dignité1 ».

Cette notion relève d’enjeux individuels et collectifs. Elle permet en effet de réfléchir aux possibilités d’agentivité du sujet – au sens de sa capacité à avoir le contrôle de ses actes et de leurs effets – dans sa participation aux environnements numériques. À l’école, elle peut être enseignée dans le cadre de l’éducation à la citoyenneté numérique (ECN), dont les visées sont adaptatives, mais aussi émancipatrices2.

L’ECN, qui relève elle-même de l’éducation à la citoyenneté, vise à sensibiliser aux ramifications sociétales de l’usage des technologies. Elle est mise au travail depuis quelques années, par exemple par le Conseil de l’Europe, dans le but de dégager des pistes d’action pour les politiques et les pratiques éducatives.

Les compétences constitutives de l’ECN renvoient à plusieurs enjeux démocratiques, tels que le développement de l’esprit critique, la sécurité entourant l’usage des plateformes numériques (cyberharcèlement, confidentialité), ou l’accès aux technologies. Cet accès doit être égal (pour toutes et tous, indépendamment des particularités individuelles), équitable (pour celles et ceux qui en ont besoin) ou encore universel, en s’assurant de l’accessibilité des technologies de manière à inclure le plus grand nombre de personnes.

DES APPROCHES PÉDAGOGIQUES VARIÉES

Des travaux de recherche récents permettent de dégager plusieurs approches pédagogiques pour former à la citoyenneté numérique3. Les objectifs affichés sont notamment de développer l’esprit critique portant sur la circulation des informations en ligne ou de favoriser les interactions en ligne, par exemple en encourageant des productions ou actions qui engagent les élèves dans l’espace public, éventuellement en collaboration avec des partenaires extrascolaires. Ainsi, une de ces approches propose de mettre en œuvre l’analyse multimodale4 des informations publiées en ligne pour développer un esprit critique dans la réception des informations.

Une seconde approche préconise l’examen des différentes dimensions de la communication médiatisée et de leurs liens, ainsi qu’un regard historique sur les genres et les formes de communication. Une autre piste est constituée par l’apprentissage expérientiel, en encourageant par exemple les élèves à délibérer sur des forums en ligne avec d’autres citoyens.

L’approche socio-interactionnelle offre aussi de participer à des productions (écrites ou autres) en ligne, à destination ou avec des internautes extérieurs au groupe d’apprenants.

Une dernière approche propose de faire expérimenter la création numérique et de développer des compétences de négociation en participant à des processus de prise de décision en ligne.

DES EFFETS POSITIFS

Ces multiples démarches présentent des effets positifs : nouvelles perceptions et représentations des dynamiques d’interaction (négociation, conflit), de l’intérêt des ressources numériques libres d’accès, meilleure capacité à se décentrer, plus grande confiance en soi, développement de l’agentivité, de l’autonomie et de la solidarité.

L’ECN concerne toutes les disciplines scolaires et ne s’arrime pas seulement à l’éducation aux médias et à l’information (EMI). Caractérisée par son horizon démocratique, elle constitue un objet essentiel de formation de la personne et du citoyen. Son déploiement a pour visée de transformer des discours politiques et institutionnels sur la citoyenneté numérique en une autonomie individuelle et des comportements numériques collectifs citoyens.

Prisca Fenoglio
Médiatrice scientifique, équipe Veille et analyses de l’IFé (ENS de Lyon)

Pour aller plus loin

Prisca Fenoglio, « L’inclusion numérique en éducation : un enjeu de démocratie », Édubref 17, septembre 2023, ENS de Lyon. https://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/EB-Veille/Edubref-septembre-2023.pdf.

 

Une éducation inclusive… par le numérique ?

L’inclusion et le numérique sont deux bouleversements qui impactent fortement les pratiques éducatives (Carrim et Bekker, 2022). Cependant, le numérique peut-il participer, dans une perspective inclusive, de l’émancipation et du pouvoir d’agir de tous les publics apprenants, qu’ils soient en difficulté, à besoins particuliers, en situation de handicap ou issus de minorités ? Si, d’un côté, les possibilités des outils numériques pour soutenir les apprentissages de toutes les personnes apprenantes permettent de proposer des programmes d’études plus inclusifs (UNESCO, 2020), de l’autre, la numérisation de la société, y compris des pratiques éducatives, peut impacter le bienêtre étudiant et affecter leur inclusion scolaire ou universitaire (OCDE, 2023). Face à cette tension, le « numérique pour inclure » pose question : quelles sont les convergences entre éducation inclusive et éducation numérique, et les promesses et défis qu’elles révèlent ?

Cette question fait l’objet du Dossier de veille de l’IFÉ 146, intitulé L’éducation inclusive et numérique : quelles convergences ?. Ce double changement de paradigme est tout d’abord abordé sous l’angle de ses enjeux politiques, sociaux, économiques, et de ses couts humains et matériels. Puis, des exemples concrets illustrent comment soutenir la médiation humaine par la médiation numérique pour faire émerger de nouvelles cultures inclusives dans les postures, les partenariats, les rôles, et les pratiques pédagogiques des personnels éducatifs. Face à ces changements, la formation à l’éducation inclusive et numérique nécessite de favoriser, et de valoriser, la réflexivité in situ et la mobilisation de compétences multiples : il s’agit de mettre en résonnance les interprétations et expériences de la diversité avec les connaissances technologiques.

Ce Dossier met ainsi en lumière le fait que l’éducation inclusive et numérique nécessite d’articuler des procédures individuelles et des situations collectives, soutenues par des médiations humaines et numériques. Outre ses possibles et ses enjeux, elle comporte des questions encore en suspens, et de nouvelles perspectives et défis, notamment ceux posés aujourd’hui par l’intelligence artificielle. Elle relève, profondément, d’une conception démocratique et citoyenne de l’éducation pour toutes et tous à l’heure du numérique, et vise à passer d’une finalité adaptative à une finalité inclusive et émancipatrice des outils. Elle permet, en retour, de renouveler le regard sur les usages numériques éducatifs.

Pour en savoir plus :

Références :

  • Carrim, N. et Bekker, T. (2022). Placing inclusive education in conversation with digital education. South African Computer Journal, 34(2), 18‑34.
  • OCDE. (2023). Equity and Inclusion in Education: Finding Strength through Diversity [rapport].
  • UNESCO. (2020). Rapport mondial de suivi sur l’éducation, 2020 : Inclusion et éducation : tous, sans exception. [rapport].

De l’inclusion à la citoyenneté numérique en éducation

L’Edubref n° 17, intitulé L’inclusion numérique en éducation : un enjeu de démocratie, examine, dans la lignée du Dossier de veille de l’IFÉ n° 139 sur les inégalités numériques en éducation (Fenoglio, 2021), ce qu’est l’inclusion numérique en éducation, et comment la mettre en œuvre pour l’enseignement et la formation.

La volonté d’inclusion numérique en éducation n’est pas nouvelle dans les discours politiques et institutionnels. En effet, l’inclusion numérique est tout d’abord une notion politique référant aux actions des pouvoirs publics pour remédier aux inégalités numériques. Adossée à un idéal égalitaire, la promotion de cette inclusion numérique véhicule une idéologie technocentrée de participation massive à la société de l’information et des technologies. Du côté des travaux de recherche, cette notion parait peu stabilisée : des études interrogent des notions connexes, telles que l’exclusion ou la solidarité numérique, tandis que d’autres font de l’inclusion numérique un enjeu au sein de notions plus larges, telles que la citoyenneté et la littéracie numériques.

Alors, quels sont, au sein de cette imbrication de notions, les enjeux de l’inclusion numérique pour l’éducation ? Tout d’abord, l’inclusion numérique pose des enjeux de formation, cette dernière devant permettre d’appréhender de manière citoyenne les conditions de participation, ou non, à la société des technologies de l’information. Ensuite, l’inclusion numérique comporte des enjeux de conception, les dispositifs technologiques étant les résultats de choix effectués par des concepteurs et conceptrices, liés à leurs valeurs. Or, les fonctionnalités, reflets de ces choix, sont susceptibles d’une appropriation inégale par les apprenant·es, notamment du fait de leur niveau de connaissance et de compréhension des interfaces technologiques. Les systèmes technologiques doivent donc être expliqués et adaptés afin d’inclure, de manière démocratique, tous·tes les apprenant·es. Par conséquent, la participation aux – ou l’exclusion des – environnements numériques comporte de forts enjeux démocratiques et citoyens.

La notion de citoyenneté numérique permet de mettre en avant les possibilités d’agentivité du sujet – au sens de sa capacité à avoir le contrôle de ses actes et de leurs effets – dans sa participation ou non aux environnements numériques. Elle offre un regard plus large sur l’inclusion numérique, et pose la question de l’éducation à la citoyenneté numérique (ECN). Cette dernière vise à sensibiliser aux ramifications sociétales de l’usage des technologies. Elle est mise au travail depuis quelques années, par exemple par le Conseil de l’Europe, dans le but de dégager des pistes d’action pour les politiques et les pratiques. Des pistes pédagogiques sont dégagées par les travaux de recherche afin de développer les compétences constitutives de l’ECN, dont peuvent s’emparer toutes les disciplines – et pas seulement l’éducation aux médias et à l’information (EMI).

Pour retrouver l’ensemble des Edubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossier de veille et nos Edubref dès leur parution, cliquez ici.

Apprendre à distance : une question de présence ?

Dans le cadre de la formation à distance, de nombreux facteurs entrent en jeu dans les apprentissages, tels que, par exemple, l’autonomie ou l’autorégulation des apprenant·es. La présence à distance fait également partie de compétences clés à développer pour enseigner et apprendre à distance. C’est une manière d’être avec, ou entre, les apprenant·es qui se réalise à travers la maitrise des médias utilisés pour interagir.

La présence à distance relève à la fois de la richesse des propriétés et de l’utilité perçue des outils (ou leurs affordances), et de la richesse de la relation (facteurs psychologiques et pédagogiques). Jézégou (2010) identifie trois dimensions imbriquées de la présence à distance : la présence socio-cognitive, résultant du travail collaboratif entre apprenant·es pour résoudre une situation problème ; la présence socio-affective, provenant d’interactions sociales qui visent la symétrie de la relation, l’aménité entre apprenant·es pour établir un climat socio-affectif favorable ; la présence pédagogique, assurée par le·la formateur·rice dans les interactions avec les apprenant·es, venant en soutien aux deux autres types de présences. Mais que cette présence soit pédagogique, socio-cognitive ou socio-affective se pose la question de sa saillance : comment véhiculer un sentiment de coprésence ? Les recherches des dernières décennies permettent d’expliciter, d’opérationnaliser, et de donner des pistes d’action variées pour rendre sa présence en ligne saillante dans le cadre d’une formation à distance.

À la suite du Dossier de veille 141 sur la classe à distance (Fenoglio, 2022), ce 14e EduBref approfondit ce qu’est la présence à distance : comment cette dernière recompose-t-elle la sociabilité dans la formation à distance à la fois par la présence cognitive, socio-affective et pédagogique et par les outils mobilisés ? Comment « faire acte de présence » ? Quels sont les perspectives et les défis auxquels la présence à distance fait face, à l’heure ou l’hybridité des formations se généralise ?

Jézégou, A. (2010). Créer de la présence à distance en e-learning. Cadre théorique, définition, et dimensions clés. Distances et savoirs, 8(2), 257-274. https://www.cairn.info/revue-distances-et-savoirs-2010-2-page-257.htm

Pour retrouver l’ensemble des EduBref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossiers de veille et nos EduBref dès leur parution, cliquez ici.

La classe virtuelle : entre continuités et ruptures

La « classe virtuelle » – c’est-à-dire l’enseignement synchrone par le moyen d’un système de visioconférence – ne reproduit pas les conditions de l’enseignement-apprentissage en présentiel ; elle comporte son lot de contraintes, crument mises en lumière par le passage imposé à la « continuité pédagogique » lors de la crise sanitaire du printemps 2020. Celles et ceux qui étaient peu préparé·es ont dû, dans l’urgence et à tous les niveaux de scolarité, développer de nouvelles compétences et pratiques au sein de possibilités institutionnelles réinterrogées.

L’enseignement-apprentissage à distance est devenu un enjeu d’intérêt public, fortement médiatisé et occupant une place importante dans l’actualité institutionnelle et universitaire : de nombreuses publications, formations et évènements tâchent de « faire le point » sur ce que l’on peut retenir, ou non, des expériences d’enseignement-apprentissage à distance vécues lors des confinements aux niveaux primaire, secondaire ou universitaire. Dans le même temps, la « soutenabilité » (pédagogique et didactique, mais aussi économique, juridique, éthique et environnementale) des dispositifs de formation à distance est désormais interrogée. Au sein de ces dispositifs, la classe virtuelle suscite un intérêt grandissant, afin de conjuguer des bénéfices de l’enseignement à distance et en présence.

Ce contexte nous conduit, dans le Dossier de veille no 141 intitulé La classe à distance : quelles reconfigurations des pratiques ?, à examiner l’enseignement-apprentissage à distance en ligne[1], et en son sein un dispositif particulièrement d’actualité, la classe virtuelle. Comment cette dernière réinterroge-t-elle l’enseignement et l’apprentissage ? Ce Dossier a pour visée de dépasser certaines représentations floues, voire contradictoires, sur la formation à distance et en ligne – son (in)efficacité, sa logique de marché, les difficultés techniques, motivationnelles, pédagogiques ou cognitives qu’elle engendre, ou, au contraire, son accessibilité pour tous·tes, la démocratisation du savoir qu’elle permettrait. Tout au long du Dossier, le focus sur la « classe virtuelle » explicite en quoi celle-ci se situe au sein de et en continuité avec les évolutions politiques, stratégiques et technologiques de la formation à distance et en ligne, mais aussi comment, par le biais de ses médiatisations et médiations nécessitant des compétences spécifiques (d’ordre relationnel, technologique, interactionnel, pédagogique, didactique, ou encore en ingénierie pédagogique), elle réinterroge profondément l’agir enseignant. En effet, la classe virtuelle entraine une modification de la conception de l’enseignement et du rapport au savoir, de la relation entre l’enseignant·e et l’apprenant·e, et enfin du rapport de l’enseignant·e à sa propre pratique.

Alors, continuités ou ruptures avec la classe en présence ? La classe virtuelle bouscule les repères pour en construire de nouveaux, ce qui, en retour, pourrait modifier les pratiques… du présentiel.

Pour aller plus loin :

Fenoglio, P. (2022). La classe à distance : quelles reconfigurations des pratiques ? Dossier de veille de l’IFÉ 141, décembre. ENS de Lyon. En ligne : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA-Veille/141-decembre-2022.pdf


[1] La formation à distance est abordée au sein de questionnements plus larges sur les apports et limites des technologies pour enseigner et apprendre dans les Dossiers 41 (Poyet, 2009), 79 (Thibert, 2012) et 78 (Endrizzi, 2012).

Numérique en éducation : comment chasser les mythes ?

Certaines croyances sur le numérique en éducation, parce qu’elles sont largement véhiculées par les médias et par divers acteurs et actrices de l’éducation et ne sont pas fondées sur des résultats de recherche robustes, sont des « mythes » (Amadieu et Tricot, 2020). Ainsi en est-il du lien supposé entre numérique et motivation/apprentissages, de la difficulté, voire de la résistance, à tenir compte, en contexte scolaire, des pratiques numériques extrascolaires des jeunes, et du mythe, nuisible, des natif·ves du numérique.

Or ces mythes, difficiles à contrecarrer, ne sont pas sans effets sur les apprentissages des élèves. En effet, ils comportent le risque de favoriser des inégalités scolaires, car ils donnent lieu à des pratiques peu explicites et/ou peu axées sur des fonctions pédagogiques pour lesquelles le numérique apporte une réelle plus-value pour les apprentissages, ou à une non-reconnaissance, peu émancipatrice, de pratiques numériques extrascolaires paraissant en porte-à-faux avec les attendus scolaires, ou encore à un retrait des adultes face à de soi-disant « natifs du numérique » qui ont pourtant besoin d’être accompagnés dans leurs usages éducatifs du numérique.

Comment aller au-delà de ces mythes à la fois tenaces et nuisibles ? Quelles pistes de remédiation envisager ? Dans le prolongement du Dossier de veille sur les inégalités numériques paru en octobre 2021, l’Edubref du mois de janvier 2022 intitulé Numérique en éducation : aller au-delà des mythes se penche sur ces mythes pour en dégager les contours et les pistes d’action possibles.

Pour retrouver l’ensemble des Edubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossiers de veille et nos Edubref dès leur parution, cliquez ici.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search