Inné, non ! Acquis, oui !

vidal-geneve-2016

La deuxième journée ( cf. article 1 et article 2 sur la première journée) débute avec la conférence de Catherine Vidal, neurobiologiste et auteure de nombreux ouvrages sur les relations entre neurosciences et genre. Elle dirige une collection, Égale à Égal publiée chez Belin, qui s’intéresse aux questions d’égalité entre les femmes et les hommes  “pour faire le ménage des idées reçues“.

Catherine Reverdy et moi prenons d’abord le temps de discuter avec elle avant la présentation sur les moyens à mettre en œuvre pour démonter un à un les clichés portant sur les (soi-disant) différences entre le cerveau des femmes et celui des hommes. “Expliquer les démarches scientifiques avec humour, combattre les mauvaises images avec de bonnes, ne pas jargonner, voilà ce qui peut permettre au public de mieux comprendre les messages et de réfuter les préjugés” selon la scientifique.

Ce sont ces préjugés naturalistes qu’elle combat lors de cette conférence en démontant des théories innéistes sur les capacités des femmes et des hommes débouchant le plus souvent sur des neuromythes sexistes (comme les rôles sociaux ou professionnels attribués aux individus selon leur sexe, à ce propos lire notre Dossier de veille n°112).

Continuer la lecture de « Inné, non ! Acquis, oui ! »

Neuroplasticité : de l’importance du plaisir

geneve-ansermet

Après la conférence d’ouverture d’Olivier Houdé, celle de François Ansermet, psychiatre pour enfants et adolescents, clôt cette première journée. Avant lui sont intervenus Stéphane Pagès sur les bases physiologiques de la mémoire ( il a d’ailleurs provoqué une vague d’émotion dans l’assemblée, à peu près 500 personnes du milieu de la petite enfance genevoise, en expliquant comment son équipe avait coupé les moustaches d’une souris pour mieux apprécier sa capacité à apprendre de nouveau signaux), Josette Serres et Laurence Rameau sur les pratiques pédagogiques des crèches à l’appui de la recherche (retour sur la théorie de l’inhibition avec le test du chamallow comme prédicteur de réussite ultérieure: est-on capable à 4-5 ans de résister 10mn  à l’envie de manger un chamallow ?) et Sharon Peperkamp sur l’acquisition du langage chez le bébé. Continuer la lecture de « Neuroplasticité : de l’importance du plaisir »

Neurosciences et petite enfance : un peu, à la folie… pas du tout !

geneve-houdeLa semaine dernière (1er et 2 décembre 2016) se déroulait à Genève le 12e colloque organisé par  le service petite enfance de la ville intitulé “L’éducation à la lumière des neurosciences”. Catherine Reverdy et moi-même y étions conviées suite à notre Dossier de veille sur les difficiles relations entre neurosciences et éducation. Des invités prestigieux,  comme Catherine Vidal ou Olivier Houdé, occupaient la tête d’affiche et nous fûmes flattées de leur être associées (après avoir averti l’organisatrice de nos réserves sur le concept de “neuro-pédagogie”).

Nous allons rendre compte de certaines des conférences  auxquelles nous avons assisté à travers plusieurs articles, dont le présent inaugure la série. Continuer la lecture de « Neurosciences et petite enfance : un peu, à la folie… pas du tout ! »

La “neuro-éducation” dans les médias : ne soyons pas dupes !

Mardi dernier, le 5 avril, on a pu écouter sur France Inter une émission « La tête au carré », consacrée à la mémoire et à la neuro-éducation, avec deux invités en particulier : Francis Eustache et Bérengère Guillery-Girard, tout deux neuropsychologues à l’École pratique des hautes études (EPHE).

Depuis notre Dossier de veille sur les relations entre éducation et neurosciences, nous sommes particulièrement attentifs à tout ce qui a trait à la neuro-éducation et aux soi-disantes grandes avancées qui vont révolutionner l’enseignement. Nous avons pu, lors de l’émission, relever plusieurs affirmations qui selon nous participent à la création de ce que l’on appelle des neuromythes ( « Croyances battues en brèche par la science mais largement répandues et relayées, par divers vecteurs, dans l’esprit du profane », voir CERI, 2002 et notre article sur les divers neuromythes qui continuent à circuler malgré le fait qu’ils ont été dénoncés par les neuroscientifiques eux-mêmes). Jérôme Prado, neuroscientifique à l’Institut des sciences cognitives de Bron (69), a d’ailleurs confirmé certaines mauvaises interprétations des résultats en neurosciences  concernant l’apprentissage. Il indique que ces pratiques ne peuvent que nuire à la crédibilité d’une science en devenir (lire l’article de notre rencontre avec Jérôme Prado).

Pendant l’émission, une enseignante invitée sur le plateau a mentionné le mythe des styles d’apprentissage VAK (visuel, auditif, kinesthésique) sans aucune réaction des scientifiques présents sur le plateau. La supposition implicite dans ces styles d’apprentissage est de dire que l’information n’est traitée que par un seul canal perceptif, indépendamment des autres canaux, ce qui va totalement à l’encontre de ce que l’on sait aujourd’hui sur l’interconnectivité du cerveau. Cette théorie a d’ailleurs été réfutée par plusieurs études dont la célèbre revue de littérature de Franck Coffield et de son équipe publiée en 2004. Malgré les mises en garde répétées contre les théories des styles et le fait qu’il n’existe à notre connaissance aucune preuve neuroscientifique pour étayer cette conception, ce type d’approche est encore plébiscité  dans de nombreux dispositifs de formation et récemment encore à la radio lors d’émissions qualifiées de scientifiques.  Bérengère Guillery-Girard rebondit même sur la notion d’apprentissage multimodal qui fait référence à une autre théorie qui, bien qu’extrêmement populaire, n’a jamais été corroborée, celle des intelligences multiples. Cette notion à été dénoncée par exemple par John Geake qui affirme que la notion d’intelligences multiples n’a jamais été démontrée en neurosciences. Selon lui, il y aurait une intelligence générale qui s’exprime dans plusieurs domaines reliés entre eux.

Lors de la rédaction de notre Dossier de veille, nous avions discuté avec  François Gonon, neurobiologiste au CNRS, qui dénonçait le comportement de certains scientifiques, qui n’hésitent pas à exagérer l’impact de leurs travaux, et de certains journalistes qui participent à la surmédiatisation de résultats de recherche non corroborés, voire parfois réfutés par la suite (lire son article : François Gonon, Jan-Pieter Konsman, « Pour une éthique de la communication en neurosciences », La lettre des Neurosciences, no 40, 2011, p. 20-22).

Le concept d’une “neuro-éducation” ou d’une “neuro-pédagogie” paraît en effet alléchant, mais les travaux actuels en neurosciences n’ont pas encore su véritablement trouver écho dans la salle de classe (lire notre article sur les apports discutables des neurosciences pour l’enseignement). Malheureusement, ces théories sont amplifiées par l’enthousiasme de certains médias, qui surmédiatisent toute information scientifique venue des neurosciences, succombant ainsi à la neurophilie (fascination pour toute information impliquant le cerveau).

Même si les informations sur l’utilisation de la mémoire, ou plutôt des mémoires, sont très instructives, les connaissances sur le fonctionnement du cerveau ne suffisent pas à expliquer tous les processus mentaux liés à l’apprentissage dans la salle de classe, ni même à donner des “trucs” comme le dit l’enseignante questionnée lors de l’émission.

Restons vigilants pour ne pas tomber dans l’utopie des promesses trompeuses de la “neuro-éducation” !

Les neurosciences : un outil au service de la psychologie

fmriJeudi dernier, nous sommes allées, ma collègue Catherine Reverdy et moi, visiter le laboratoire “Langage, Cerveau et Cognition” (L2C2), en compagnie de Jérôme Prado, neuroscientifique à l’Institut des sciences cognitives de Bron (69). Depuis la publication en 2013 de notre Dossier de veille “Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux“, nous n’avons cessé de nous intéresser à ce sujet, d’autant plus que nous sommes sollicitées régulièrement par les professionnels de l’éducation qui veulent savoir si oui ou non les neurosciences sont utiles dans la classe ou aux enseignants.

Nous avions auparavant déjà échangé avec des neuroscientifiques pour comprendre pourquoi le cerveau fascine tant et pourquoi les neurosciences sont perçues par un large public comme les sciences qui vont révolutionner l’apprentissage. François Gonon et Thomas Boraud, tous deux neurobiologistes et directeurs de recherche au CNRS ont participé à l’ouvrage collectif “Neurosciences et société – Enjeux des savoirs et pratiques sur le cerveau” en rédigeant un chapitre sur la médiatisation des neurosciences ou comment les écarts entre les observations scientifiques, leur interprétation et leur présentation par les médias sont souvent considérables et participent à la distorsion des résultats de la recherche. La neurophilie ou la fascination du cerveau a pour origine l’attraction du public inexpérimenté pour toute information contenant des éléments neuroscientifiques légitimant à ses yeux les résultats de la recherche, d’autant plus s’ils sont accompagnés d’images du cerveau issues d’expérimentations par IRM fonctionnelle (lire sur ce blog “Les techniques d’imagerie cérébrale“). Les chercheurs dénoncent aussi le comportement de certains scientifiques, qui n’hésitent pas à exagérer l’impact de leurs travaux, et de certains journalistes qui participent à la surmédiatisation de résultats de recherche non corroborés voire parfois réfutés par la suite.

Pour approfondir nos connaissances sur ces sujets, nous souhaitions donc voir “en direct” une session d’IRM fonctionnelle menée par  et son équipe dans leur laboratoire. Après avoir d’abord insisté sur la filiation des neurosciences à la psychologie cognitive, Jérôme Prado confirme que la neuro-imagerie est pour lui un outil utilisé pour mieux caractériser les mécanismes cérébraux qui sous-tendent le raisonnement humain et la cognition mathématique chez les adultes et les enfants, l’objectif final étant d’en apprendre un peu plus sur les comportements des enfants apprenants. Il travaille d’ailleurs avec Marie-Line Gardes, didacticienne des mathématiques, formatrice à l’ESPE de Lyon, dans le cadre d’une expérimentation portant sur les liens éventuels entre psychologie cognitive et formation des enseignants, à l’aide des outils de neuro-imagerie.

Nous sommes d’abord impressionnées par les machines elles-mêmes, le bruit, la zone magnétique à ne pas franchir, mais aussi par tout le travail nécessaire à la préparation des enfants qui participent à l’étude (initiation lors d’une “fausse” IRM fonctionnelle, séances d’entraînement pour que l’enfant apprenne à ne pas bouger). Enfin, l’expérience nécessite quatre personnes, deux pour gérer la machine, deux autres pour suivre les tests et parler à l’enfant. L’expérimentation porte sur une suite d’opérations simples, additions et multiplication de chiffres, précédées par le symbole de l’opération, +, – ou x, montrées à l’enfant par l’intermédiaire d’un moniteur à l’intérieur de la machine. Après découpage du cerveau en tout petites zones 3D, l’IRM fonctionnelle mesure un signal pour chaque petite zone, et la répétition de l’expérience auprès d’une vingtaine d’enfants fournit une analyse statistique de ce signal. L’idée est de définir si le résultat du calcul auquel parvient l’enfant provient d’un rappel de la mémoire (ce qui semble le cas pour la multiplication) ou bien d’un calcul ultrarapide à partir d’une ligne mentale sur laquelle un “curseur” se déplace (pour les additions et les soustractions), activant ainsi des réseaux neuronaux (la vision du signe + déclenchant l’utilisation de la ligne avant même que les chiffres n’apparaissent). Cette hypothèse est issue de la psychologie cognitive et l’apport de l’IRM fonctionnelle est de fournir une plus grande précision dans les expériences.

Pour l’instant, ni Jérôme Prado ni Marie-Line Gardes ne savent comment ils vont pouvoir vérifier cette théorie en classe sauf de faire une étude de psychologie cognitive qui pourrait confirmer ou infirmer les résultats obtenus par neuro-imagerie.

Nous en avons aussi profité pour recueillir l’avis du chercheur à propos des nombreuses dérives (comme par exemple les styles d’apprentissage et les intelligences multiples), liées à la mauvaise interprétation des résultats neuroscientifiques, les “neuromythes”  et à leur surmédiatisation, ce que Gonon & Boraud nomment “distorsion du discours”. Il confirme que ces pratiques ne peuvent que nuire à la crédibilité d’une science en devenir et ajoute que l’actuelle course aux résultats et à la publication pour les chercheurs les empêchent de partager sereinement leurs résultats, positifs ou négatifs.

Un grand merci à Jérôme Prado qui, avec patience et gentillesse, nous a expliqué son travail et a répondu à nos nombreuses questions et à Nicole Bouin pour nous avoir invitées à cette séance privilégiée.

Neurosciences et éducation : chronique de “Question d’éducation”

Le Dossier d’actualité sur les neurosciences et l’éducation (Gaussel et Reverdy, 2013) circule beaucoup et fait parler de lui. Emmanuel Davidenkoff en a fait une chronique spéciale sur France Info (Question d’éducation du 19 septembre) peu après sa sortie. Il est rare qu’un de nos dossiers soit présenté de manière aussi complète, aussi nous incitons vous à écouter cette chronique pour avoir un aperçu en quelques minutes du contenu. Nul doute que vous irez ensuite lire l’intégralité du dossier !

Gaussel Marie et Reverdy Catherine (2013) . Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux . Dossier d’actualité Veille et Analyses, n°86
En ligne : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=86&lang=fr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search