Accès aux grandes écoles : le mérite en héritage

L’« ouverture sociale », terme qui désigne les expérimentations des grandes écoles françaises pour élargir leur vivier de recrutement, a tout juste 20 ans. C’est en effet à la rentrée 2001 que Sciences Po Paris a lancé ses « conventions d’éducation prioritaire » (CEP) pour faire bénéficier d’une voie spécifique d’accès les meilleurs bacheliers issus des lycées partenaires situés en ZEP. Beaucoup d’autres initiatives ont suivi, celle de l’ESSEC notamment en 2002 (PQPM « Une Grande École, Pourquoi Pas Moi ? »), fondée pour sa part sur un tutorat adressé aux lycéens désireux de préparer le concours d’entrée.

Toutes quasiment aujourd’hui, qu’il s’agisse des écoles d’ingénieurs, des écoles de commerce, des Instituts d’études politiques, des Écoles normales supérieures ou des autres écoles spécialisées, affichent une position favorable à l’accueil d’étudiants d’origine modeste et déploient une kyrielle de mesures au service de cet engagement, avec souvent le soutien financier de l’État, dans le cadre des « Cordées de la réussite », dispositif lancé en 2008.

Que sait-on, 20 ans après donc, de ces diverses mesures d’« ouverture sociale » ? Comment ont-elles été déployées par les grandes écoles ? Ont-elles permis d’élargir de façon effective la base de recrutement et les cohortes de diplômés des grandes écoles ? Ont-elles favorisé la mobilité sociale de leurs bénéficiaires ?

Ce billet propose de remonter un peu le temps pour comprendre leur généalogie et analyser leur contribution à la promotion d’un idéal méritocratique « ouvert ». Il s’appuie notamment sur l’enquête statistique publiée en début d’année par l’Institut des politiques publiques (Quelle démocratisation des grandes écoles depuis le milieu des années 2000 ?, IPP, 2021) et sur les travaux de Paul Pasquali, Héritocratie. Les élites, les grandes écoles et les mésaventures du mérite (1870-2020) (2021b) et Passer les frontières sociales. Comment les filières d’élite entrouvrent leurs portes (2021a, sorti des presses en 2014 et réédité en poche). Il est aussi fait référence à quelques travaux plus anciens menés au sein de l’OSC (Observatoire sociologique du changement) sous la houlette d’Agnès van Zanten.

 

Le volontarisme méritocratique fait loi depuis 2006

La mobilisation de Sciences Po Paris en 2001, largement commentée dans les médias, immédiatement très controversée, a créé une sorte de précédent. Une grande école annonçait publiquement qu’elle prenait sa part de la massification des études supérieures : Continuer la lecture de « Accès aux grandes écoles : le mérite en héritage »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search