Est-ce que l’École prépare à la vie ?

Ce texte fait partie de la série d’articles d’approfondissement qui accompagnent les épisodes du podcast En Quête d’École, diffusés tous les mois sur Kadékol, la webradio de l’Institut Français de l’Éducation. Chaque article revient sur des questions qui traversent le système éducatif français et propose des éléments d’analyse et de réponse tirés de la recherche en histoire et en sciences sociales

Cet article accompagne l’épisode du mois de mai 2021 intitulé : Est-ce que l’École prépare à la vie ? Il propose un retour historique sur l’opposition entre théorie et pratique dans la philosophie et dans les curricula scolaire, et montre l’influence de J.Dewey dans la mise en œuvre d’une éducation globale des enfants contre l’instruction scolaire traditionnelle. Il revient sur les expérimentations pédagogiques en France – de l’Éducation Nouvelle aux établissements expérimentaux- et interroge l’apparition des « Éducations à » dans le système traditionnel. Enfin, il propose un pas de côté vers les initiatives qui se développent à l’international pour mieux préparer les élèves à la vie, et montre comment ces évolutions interrogent le système éducatif et ses finalités.

Sommaire

« Transmettre et préparer à la vie : l’école française doit cesser d’être, pour l’essentiel, un appareil distribuant des diplômes qui permettent de se placer, pour jouer pleinement son rôle d’instruction et d’éducation des jeunes. » 

En 2015, François Dubet et Marie Duru-Bellat inscrivent ce double objectif au premier rang de leur essai intitulé : 10 propositions pour changer d’école. Cette déclaration marque un parti pris dans l’éternel débat entre les tenants d’un système éducatif qui doit former l’enfant dans sa totalité (Rabelais, Rousseau, Pestalozzi, Dewey,..) et ceux qui, à l’image de Condorcet, estiment que l’École doit se limiter à instruire les enfants : « Il faut donc que la puissance publique se borne à régler l’instruction, en abandonnant aux familles le reste de l’éducation. » (Condorcet, 1791)

Depuis le XIXème siècle, l’objectif de l’instruction publique-devenue Éducation Nationale- est double : il s’agit à la fois de former l’esprit des jeunes générations par la transmission d’un ensemble de connaissances, mais aussi de les éduquer dans leur globalité en développant leurs qualités physiques, intellectuelles et morales, de façon à leur permettre d’affronter leur vie personnelle et sociale.

« Tous les textes législatifs sur l’éducation le soulignent, l’école entend tout autant éduquer qu’instruire, et a donc une visée de socialisation et de formation des personnalités. » (Duru-Bellat, Mons & Bydanova, 2008)

Continuer la lecture de « Est-ce que l’École prépare à la vie ? »

La femme est/et l’avenir de Darwin

Cantonnées aux tâches mondaines ou domestiques, les femmes de l’époque victorienne n’ont que peu accès aux sciences. Nombre d’entre elles ne restent cependant à l’écart des travaux et des idées de Darwin. Diverses initiatives leur rendent justice au cours de l’année Darwin…

A travers quelques portraits choisis de femmes scientifiques trop peu connues, l’UFR de langues  de l’Université Paul-Sabatier- Toulouse III propose  du  jeudi 19 au samedi 21 novembre 2009 un  parcours sur la Grande-Bretagne victorienne du temps de Darwin, pour redonner aux femmes de sciences la place qui leur revient.

L’année 2009 est donc aussi  celle du centenaire d’Hélène Durand, première femme récompensée par l’Académie royale des sciences de Belgique pour ses travaux de botanique. Le colloque Evolution in Botany : from Darwin to Women ( 24-25 novembre, ULB, Bruxelles) dédie sa première journée aux  travaux de femmes botanistes.

Du côté de la littérature, des auteurs telles Margaret Gatty (1809–1873) et Arabella Buckley (1840–1929) participant  aussi activement à la vulgarisation du discours scientifique. Le séminaire E2 (Enseigner l’Evolution) du 16 décembre 2009 s’attache à montrer la richesse de leur œuvre.

La (re)lecture de La Filiation de l’homme et la sélection liée au sexe, autre texte majeur de Darwin, et de L’Effet Darwin : Sélection naturelle et naissance de la civilisation de Patrick Tort (2008) complète judicieusement ces diverses manifestations.

Monet, Cézanne, Degas,… et Darwin

Il reste encore quelques semaines pour aller voir au Musée Fitzwilliam de Cambridge Darwin Endless Forms, la spectaculaire exposition consacrée aux relations entre le darwinisme et les arts.

La théorie de Charles Darwin a en effet exercé une influence fondamentale et déterminante sur les sciences du vivant, mais… pas seulement. Les artistes européens et américains du dix-neuvième siècle – peintres, plasticiens, romanciers, poètes- ont été profondément inspirés par les travaux de Darwin. Un regard nouveau porté sur la préhistoire, la réflexion sur l’origine des espèces, l’évolution des formes, la « lutte pour la vie » ou le rôle de la beauté dans la Nature… autant de thèmes qui vont bouleverser les modes de représentations. Continuer la lecture de « Monet, Cézanne, Degas,… et Darwin »

Spectacle Le Bulldog de Darwin

L’année Darwin est riche de manifestations autour de l’anniversaire de l’Origine des Espèces, ouvrage fameux dans lequel Charles Darwin exposait pour la première fois ce qui allait devenir la théorie de l’évolution et qui est devenu le cadre de travail des scientifiques d’aujourd’hui . Parmi les spectacles qui mettent en scène les travaux de Darwin , retenons le Bulldog de Darwin, qui associe représentation théâtrale et échange avec le public.

Le Bulldog de Darwin a été créé en octobre 2008 lors d’une résidence à La Rotonde – CCSTI de Saint-Etienne . En 2009, la forme théâtrale est présentée au festival « Scènes de Méninges » (La Rotonde – CCSTI de St Etienne & Loire) et sélectionnée dans le cadre de La Ville européenne des sciences, pour une représentation à Paris, le 15 novembre 2008 à 11h, dans la Nef du Grand Palais, avant d’être proposé dans toute la France.

Spectacle scientifique et poétique, Le Bulldog de Darwin revisite une question majeure de l’histoire des sciences contemporaines : l’affirmation de la théorie de Darwin à l’époque de la publication de l’Origine des Espèces et la mise en débat conflictuelle de cette nouvelle approche du vivant.
L’écriture fine et fluide du texte se nourrit délibérément et judicieusement des écrits de Darwin ou de citations des protagonistes de l’époque. Non sans humour, la troupe emmène son spectateur aux confins des questions que se pose l’humanité : nature, culture, langage…
Le texte est soutenu par l’image : gravures du voyage de Darwin sur le Beagle, extraits de lettres, photos animalières se succèdent pour ponctuer la réflexion et nourrir l’imagination. Au bord de la scène , un guitariste ajoute à la densité de l’expression.

La particularité de la représentation est d’être suivie d’un échange avec le public. Peut-être venu d’abord par curiosité scientifique, le spectateur ne s’y trompe pas, qui pose d’abord des questions sur les choix de mise en scène et sur les performances des acteurs, remarquables. Ensuite vient le débat d’idées, nourri des images fortes du spectacle.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search