Archives du mot-clé interdisciplinarité

L’interdisciplinarité au secondaire ? Tour d’horizon des pratiques européennes

C’est en septembre 2016 que le projet CROSSCUT (« Cross-curricular Teaching ») a démarré, à l’initiative du CIEP (Centre international d’études pédagogiques) de Sèvres et en partenariat avec l’Institut français de l’Éducation – ENS de Lyon. Il s’agit d’un projet européen Erasmus+ (2016-2019) qui explore les pratiques interdisciplinaires des enseignant.e.s du secondaire et qui a commencé par une enquête de terrain.

Les résultats de cette enquête européenne ont été collectés et mis en forme par le laboratoire de recherche danois LSUL de la Syddansk Universitet. Vous trouverez la traduction de ce rapport en ligne sur le site de l’IFE.

Continuer la lecture de L’interdisciplinarité au secondaire ? Tour d’horizon des pratiques européennes 

De la fabrication de l’interdisciplinarité à sa généralisation

photo-masterclass-interdis
Mardi 13 septembre au soir se tenait un événement un peu particulier à la cité des sciences et de l’industrie, auquel j’ai participé : la masterclass « Fabriquer l’interdisciplinarité », organisée par le Lab School Network. Cette masterclass sera suivie d’un hackathon les 17 et 18 septembre sur la même thématique.
Une table ronde animée par Louise Tourret (France Culture) a débuté la masterclass, avec François Taddei, Emmanuel Saint-Fuscien et moi-même. Dans le public, des enseignants bien sûr, mais aussi des étudiants, des chercheurs, des comédiens… Commençant la table ronde par l’interdisciplinarité à l’école, j’ai tenté d’apporter des explications aux polémiques soulevées par la dernière réforme du collège, et notamment par les enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI).

Continuer la lecture de De la fabrication de l’interdisciplinarité à sa généralisation 

A la recherche d’une Science pour l’éducation

A l’occasion d’un article hagiographique sur Céline Alvarez, on a pu lire récemment, dans un magazine bien connu dans le monde éducatif, la phrase suivante : « Les neurosciences sont les seules à pouvoir nous renseigner sur la complexité de l’être humain » ( «Le cerveau d’un enfant varie selon la pédagogie qu’on lui applique », Lorraine Rossignol, Télérama, 19 février 2016).

Dans son simplisme grotesque, l’affirmation a suscité quelques vives réactions de lecteurs, mais la plupart des professionnels de l’éducation se sont contentés de réactions narquoises. Sur le fond, elle ne fait pourtant que caricaturer ce que l’on entend parfois, y compris dans certaines institutions de l’éducation nationale.

C’est un mouvement qui évoque le ressac : l’agenda médiatique ou politique est régulièrement saisi par telle ou telle personnalité qui invoque l’urgence de donner une base scientifique aux pratiques éducatives.

Cela évoque souvent une réplique de (mauvais) boulevard :

  • Sur un ton expert indigné : « comment est-il possible qu’à notre époque on ne se décide pas à enfin utiliser les acquis de la science pour enseigner !? » ;
  • Sur un ton politique exaspéré : « il faut en finir avec l’idéologie et enfin appliquer dans les salles de classe les méthodes appuyées sur des vrais sciences » ;
  • Sur un ton universitaire sarcastique : « il faudra m’expliquer pourquoi on ne pourrait pas appliquer à l’éducation les protocoles scientifiques qui ont fait leur preuve dans les autres domaines » ;
  • Sur un ton journalistique: «  de nouvelles recherches capitales pour l’éducation de nos enfants sont pourtant ignorées par le système académique ! ».

Continuer la lecture de A la recherche d’une Science pour l’éducation 

Tentons de faire court sur l’interdisciplinarité

Photo Essentiel

Dans le contexte de la réforme du collège, le service Veille & Analyses propose un document court, « L’utilisation de l’interdisciplinarité dans le secondaire », qui reprend l’essentiel des résultats de recherche sur une question d’actualité, l’interdisciplinarité.

Vous vous demandez pourquoi ce sujet cristallise tant les tensions ? Comment est-il abordé dans les autres pays ? Comment faire pour mener un projet dans le cadre des futurs enseignements pratiques interdisciplinaires ? Nous espérons que vous pourrez trouver dans ce document quelques pistes de réflexion pour alimenter vos pratiques ou simplement approfondir la question.

Ce document est disponible sur notre blog Edupass : http://edupass.hypotheses.org/929. Vous pouvez également vous reporter au Dossier de veille n° 100 de mars 2015 : « Éduquer au-delà des frontières disciplinaires ».

Didactique(s) et sciences humaines et sociales : et si on se causait ?

Le 17 novembre dernier, l’Association pour les recherches comparatives en didactique (ARCD) a organisé une journée d’étude autour de la thématique : « Didactique(s) : quel dialogue au sein des sciences de l’homme et de la société ».

Les tentatives de dialogue mais aussi les distances de communication ont été discutées par les intervenants, dans des domaines tels que la didactique des sciences et des technologies (Maryline Coquidé), la didactique du français et les sciences du langage (Ekaterina Bulea-Bronckart), l’approche anthropologique en didactique (Marie-Pierre Chopin), la philosophie (Henri Go) ou la sociologie (Philippe Losego). Chantal Amade-Escot et Marie Toullec-Théry ont réagi aux diverses interventions.

Un colloque organisé en 2012 par la Haute école pédagogique du canton de Vaud « Sociologie(s) et didactique(s) : vers une transgression des frontières » avait déjà évoqué les relations difficiles en termes de pratiques (socialement différenciées), de manière d’aborder les controverses, du rapport entre savoirs et savoirs disciplinaires de la part des enseignants. Cette analyse comparative entre sociologie et didactique posait l’argument suivant : « Longtemps, la sociologie a traité l’école comme une sorte de boîte noire en négligeant les processus d’apprentissage. Les didactiques, quant à elles, se sont essentiellement préoccupées des dimensions cognitives, en négligeant quelque peu les rapports sociaux ». Qu’en est-il actuellement : la sociologie réinvestit-elle l’étude des savoirs scolaires et les didactiques intègrent-elles le social dans leurs différents modèles ?

Continuer la lecture de Didactique(s) et sciences humaines et sociales : et si on se causait ? 

C’est sur l’éducation, c’est nouveau, c’est EduNews !

Nous venons de réaliser la première vidéo d’une série, EduNews : l’actualité des Dossiers de veille de l’Ifé, visant à présenter dynamiquement nos publications par un entretien avec son auteur. C’est Catherine Reverdy qui s’est prêtée au jeu en premier pour vous donner envie de lire notre Dossier n°100 paru un peu plus tôt cette année sur le thème de l’interdisciplinarité.

Une journée à Reims sur les projets en SVT

Image_PresentationLe 15 avril dernier, j’ai contribué à une formation à destination de tous les enseignants de sciences de la vie et de la Terre de l’académie de Reims, intitulée « Démarche de projet, de la 6e aux TPE« . La visio-conférence a eu lieu au Canopé de l’académie de Reims, en direct avec les 4 autres sites départementaux de l’académie. A la demande de l’inspection, j’ai présenté un état des lieux des recherches en éducation sur l’apprentissage par projet (à partir de mon Dossier de veille n° 82 de février 2013), suivi de fructueux échanges sur les applications de cette méthode pédagogique dans le quotidien de la classe.

Les enseignants de SVT sont concernés comme tous les enseignants par l’approche par projet au lycée, avec les enseignements d’exploration en seconde et les travaux personnels encadrés (TPE), mais aussi au collège, en 3e, niveau pour lequel 25 % du temps d’enseignement de SVT doit être consacré à cette approche (partie « Responsabilité humaine en matière de santé et d’environnement » du programme de 2008) : « Chaque élève, seul ou en groupe, s’implique selon une démarche de projet dans un sujet. Ce travail aboutit à une production exploitable collectivement et pouvant intégrer l’usage des technologies de l’information et de la communication« . L’expérimentation de l’EIST (Enseignement intégré de science et de technologie) peut également être l’occasion d’utiliser l’approche par projet pour les élèves de 6e, tout comme l’option « Découverte professionnelle » en 3e.

C’est donc à tous les niveaux du secondaire que les enseignants de SVT ont la possibilité de réaliser des projets. Mais comment est-on sûr que les élèves apprennent lors de ces projets ? Cette question était l’objectif de cette matinée, et les échanges que nous avons eus ont tourné autour :

  • des difficultés à concilier projets et programmes, même si les projets sont prévus dans ces derniers à certains niveaux ;
  • des difficultés spécifiques aux projets interdisciplinaires ;
  • de la possibilité de faire des mini-projets permettant aux enseignants de se lancer plus facilement dans la méthode et d’entraîner les élèves à se plonger dans les projets, à « se projeter » ;
  • des différents rôles que l’enseignant doit assumer tout au long du projet (médiateur, animateur de groupe, motivateur au début et à la fin du projet, évaluateur…) et de la manière dont il fallait le former à ces rôles.

L’actualité récente de la réforme du collège prévue en 2016 a suscité d’autres échanges sur la place de l’interdisciplinarité dans le dispositif prévu des enseignements pratiques interdisciplinaire et les changements que cela allait entraîner. A propos de l’interdisciplinarité, on peut consulter un rapport de l’IFÉ de Réjane Monod-Ansaldi et Michèle Prieur datant de 2011 sur les représentations des enseignants de sciences, et notamment sur une certaine méconnaissance réciproque entre disciplines : le vocabulaire utilisé lors de la démarche d’investigation par exemple (comme hypothèse, expérience, modèle…) a une définition différente selon la discipline d’enseignement scientifique, ce qui ne facilite pas le travail en interdisciplinarité. D’après les discussions que j’ai eues avec les enseignants présents et les projets mis en œuvre dans l’académie, il semble que les enseignants soient de plus en plus conscients de ces représentations et que des établissements aient réussi à favoriser grandement les projets interdisciplinaires en leur sein.

L’après-midi de cette journée du 15 avril était consacrée à une réunion de travail entre une dizaine de formateurs pour préparer un parcours M@gistère 2015-2016 sur les projets à destination des enseignants de SVT. Le cadre de ce parcours de 36 heures de formation a été construit autour des problématiques auxquelles les enseignants se confrontent lors de la mise en place des projets : de la construction à la conduite du projet, des rôles de l’enseignant à l’évaluation des projets. L’idée était de fournir des ressources et des outils directement utilisables par l’enseignant, quel que ce soit son projet, en les illustrant de manière détaillée par des exemples déjà réalisés en classe. La valorisation des projets, pourquoi pas par l’ENT des établissements, a été également évoquée. Les enseignants inscrits à ce parcours seront accompagnés par les formateurs à toutes les étapes de mise en place des projets dans leur classe. Même si le challenge semble important pour ces tout nouveaux formateurs avec la réforme du collège à venir, nul doute que cette équipe motivée et efficace pourra relever le défi.

 

 Quelques références :

 

 

Quand les disciplines pèsent sur l’enseignement secondaire

DV 100_Vignette pour EduveilleLes hasards du calendrier ont fait que le centième Dossier de veille de l’IFÉ, qui porte sur la difficile intégration dans les curriculums des contenus transversaux aux disciplines (interdisciplinarité, éducations à la santé, au développement durable…) paraisse au beau milieu d’une actualité débordante sur ce thème, autour d’une part de la mobilisation de l’école autour de la citoyenneté et d’autre part autour de la réforme du collège prévue à la rentrée 2016.

Ce Dossier de veille (n° 100, mars 2015) tente de mieux comprendre ce qui se joue dans les curriculums et dans les pratiques enseignantes entre les disciplines et les contenus transversaux chargés d’apporter les réponses de l’école aux attentes de la société. Il explore ainsi les différences entre les visions centrées sur la discipline et celles centrées sur l’élève, en France et dans d’autres pays. Pour la mise en œuvre de l’interdisciplinarité, des problèmes au niveau de la collaboration entre enseignants, au niveau pratique, ou au niveau des traditions disciplinaires sont soulevés. En ce qui concerne les « éducation à », particulièrement complexes à appréhender et donc à enseigner, les difficultés se portent sur le difficile apprentissage d’un certain engagement citoyen de tous les élèves.

Continuer la lecture de Quand les disciplines pèsent sur l’enseignement secondaire