De l’inclusion à la citoyenneté numérique en éducation

L’Edubref n° 17, intitulé L’inclusion numérique en éducation : un enjeu de démocratie, examine, dans la lignée du Dossier de veille de l’IFÉ n° 139 sur les inégalités numériques en éducation (Fenoglio, 2021), ce qu’est l’inclusion numérique en éducation, et comment la mettre en œuvre pour l’enseignement et la formation.

La volonté d’inclusion numérique en éducation n’est pas nouvelle dans les discours politiques et institutionnels. En effet, l’inclusion numérique est tout d’abord une notion politique référant aux actions des pouvoirs publics pour remédier aux inégalités numériques. Adossée à un idéal égalitaire, la promotion de cette inclusion numérique véhicule une idéologie technocentrée de participation massive à la société de l’information et des technologies. Du côté des travaux de recherche, cette notion parait peu stabilisée : des études interrogent des notions connexes, telles que l’exclusion ou la solidarité numérique, tandis que d’autres font de l’inclusion numérique un enjeu au sein de notions plus larges, telles que la citoyenneté et la littéracie numériques.

Alors, quels sont, au sein de cette imbrication de notions, les enjeux de l’inclusion numérique pour l’éducation ? Tout d’abord, l’inclusion numérique pose des enjeux de formation, cette dernière devant permettre d’appréhender de manière citoyenne les conditions de participation, ou non, à la société des technologies de l’information. Ensuite, l’inclusion numérique comporte des enjeux de conception, les dispositifs technologiques étant les résultats de choix effectués par des concepteurs et conceptrices, liés à leurs valeurs. Or, les fonctionnalités, reflets de ces choix, sont susceptibles d’une appropriation inégale par les apprenant·es, notamment du fait de leur niveau de connaissance et de compréhension des interfaces technologiques. Les systèmes technologiques doivent donc être expliqués et adaptés afin d’inclure, de manière démocratique, tous·tes les apprenant·es. Par conséquent, la participation aux – ou l’exclusion des – environnements numériques comporte de forts enjeux démocratiques et citoyens.

La notion de citoyenneté numérique permet de mettre en avant les possibilités d’agentivité du sujet – au sens de sa capacité à avoir le contrôle de ses actes et de leurs effets – dans sa participation ou non aux environnements numériques. Elle offre un regard plus large sur l’inclusion numérique, et pose la question de l’éducation à la citoyenneté numérique (ECN). Cette dernière vise à sensibiliser aux ramifications sociétales de l’usage des technologies. Elle est mise au travail depuis quelques années, par exemple par le Conseil de l’Europe, dans le but de dégager des pistes d’action pour les politiques et les pratiques. Des pistes pédagogiques sont dégagées par les travaux de recherche afin de développer les compétences constitutives de l’ECN, dont peuvent s’emparer toutes les disciplines – et pas seulement l’éducation aux médias et à l’information (EMI).

Pour retrouver l’ensemble des Edubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossier de veille et nos Edubref dès leur parution, cliquez ici.

Déconstruire le genre, éduquer à la sexualité

Article publié le 21 avril 2022 dans n° 577 des Cahiers pédagogiques

Parler de sexualité à l’école semble plus que jamais un impératif. Pourtant, plus de vingt ans après la promulgation de la loi de 2001 relative à l’interruption volontaire de grossesse et à la contraception, qui rend obligatoire l’organisation d’au moins trois séances annuelles d’information et d’éducation à la sexualité pour tous les élèves, de l’école élémentaire au lycée, la France peine à mettre en œuvre une politique ambitieuse sur ce thème.

Depuis une circulaire de 2018 de l’Éducation nationale sur l’éducation à la sexualité (n° 2018-111), la sexualité doit être abordée auprès des élèves à partir de trois champs de connaissances et de compétences (biologique, psychoémotionnel et juridique), avec des contenus adaptés selon l’âge, et dans une démarche éducative transversale et pluridisciplinaire. Aujourd’hui, ce thème est principalement évoqué sous l’angle des risques sanitaires et de grossesses non désirées

D’autres questions, pourtant essentielles (plaisir sexuel, violences sexistes et sexuelles, consentement, viol), sont donc peu abordées. En effet, les réactions anxiogènes des familles, des enseignants, des médias et des gouvernements à propos de la sexualité juvénile, qualifiées de « panique morale » par le sociologue Michel Bozon1, ont souvent eu pour conséquence de réduire l’éducation à la sexualité à des séquences de prévention basées généralement sur les craintes des adultes plus que sur le questionnement des élèves. Cette résistance contribue « à stigmatiser les comportements, à construire la période de la jeunesse sexuelle comme une période à “risque” dont seuls les adultes auraient les clés pour “aider” ces jeunes qui seraient en péril »2. Dans ce contexte, comment assumer et assurer une éducation à la sexualité qui se donnerait pour objectif de fournir des repères qui feraient consensus au sein de la société tout en répondant aux besoins des jeunes ?

Penser cette éducation sous l’angle du concept scientifique et politique de genre, qui désigne les processus sociaux, culturels, historiques et psychiques par lesquels les identités sexuelles et les rapports de domination se construisent, permettrait de décoder la réalité des rapports sociaux entre femmes et hommes, de mieux en comprendre le caractère binaire et hiérarchisé, qui semble déterminer la place et le rôle de chacun dans notre société. Pour l’historienne américaine Joan Scott, le genre est utilisé pour normaliser, c’est-à-dire rendre « naturelle » cette classification des individus en deux groupes en fonction d’une différence anatomique et physiologique3.

Prendre conscience, en tant qu’adulte ou élève, des inégalités et des discriminations entre filles et garçons, y compris à l’école, favoriserait une réflexion critique sur l’imposition des normes liées au genre et la façon dont les individus intériorisent et reproduisent préjugés, attentes et stéréotypes sexués et sexistes. Ce travail de déconstruction semble encore trop négligé au regard des enjeux d’épanouissement ou d’orientation scolaire et professionnelle des élèves. La sociologue Marie Duru-Bellat4 interpelle : « comment se construire, à ces âges de définition de soi, quand le système de genre durcit toute différence, canalise toute expression personnelle et justifie par l’invocation de la nature toute contrainte sur les choix les plus intimes ? »

Cette autre éducation à la sexualité, qui ne concerne pas uniquement les jeunes, pourrait par exemple prendre appui sur la définition des droits sexuels, proclamés par l’Organisation mondiale de la santé en 2006, et être reliée aux valeurs démocratiques du vivre-ensemble et d’égalité5. Mais sa faisabilité soulève plusieurs questions, dont celle de la capacité des adultes à ne pas renvoyer aux seules normes de l’hétéronormativité et de la conjugalité, et donc à tenir compte de la diversité et de la complexité des orientations personnelles, et de ce qu’elles impliquent pour les interactions sexuelles entre partenaires.

Car « s’attaquer à tout ce qui fonde les stéréotypes, à la croyance d’une différence fondamentale basée sur le sexe, à la rigidité des normes de genre, à la complémentarité des sexes qui sert à conforter la hiérarchie entre les femmes et les hommes, c’est ça, éduquer à la sexualité »6.

Notes

  1. Michel Bozon, « Autonomie sexuelle des jeunes et panique morale des adultes », Agora débats/jeunesses, 60 (1), 2012, p. 121-134.
  2. Yaëlle Amsellem-Mainguy et Arthur Vuattoux, « Sexualité juvénile et rapports de pouvoir : réflexions sur les conditions d’une éducation à la sexualité », Mouvements, 99 (3), 2019, p. 85‑95.
  3. Joan W. Scott, « L’énigme de l’égalité », Cahiers du Genre, 33 (2), 2002, p. 17-41.
  4. Marie Duru-Bellat, « Les adolescentes face aux contraintes du système de genre », Agora débats/jeunesses, 64 (2), 2013, p. 91-103.
  5. Maryvonne Charmillot, Caroline Jacot-Descombes et Agnès Földhazi, Droits humains et éducation sexuelle : Contexte, perceptions et pratiques, Éditions IES, 2021. Voir : https://books.openedition.org/ies/5000.
  6.  Marie Gaussel,« Le sexe, le genre et l’égalité (à l’école) », Dossiers de veille de l’IFE n° 140, ENS de Lyon, 2022. Voir : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=140&lang=fr.

Politiques de différenciation et (re)production des inégalités sociales dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Organisé avec le soutien du Réseau d’Études sur l’Enseignement Supérieur, le colloque « La construction des inégalités dans l’enseignement supérieur et la recherche » s’est tenu les 14 et 15 octobre 2021, à l’École Normale Supérieure de Lyon.

La thématique de cet évènement scientifique s’inscrit dans une actualité récente très riche, qui (re)questionne les inégalités dans l’enseignement supérieur et la recherche : celles-ci touchent les étudiant.es, les enseignantes-chercheur.es, les personnels administratifs, et creusent des disparités croissantes entre établissements, au niveau national et international. La crise sanitaire a notamment (re)mis au jour les profondes inégalités existantes entre les populations étudiantes, rappelant que l’enseignement supérieur est un espace de production et de reproduction des inégalités sociales. L’année 2020 a par ailleurs été marquée en France par l’adoption de la Loi de Programmation de la Recherche (LPR), rebattant les cartes des statuts des professions académiques et du financement de la recherche, et attisant débats et controverses sur les nouvelles fractures engendrées par cette réforme.

Continuer la lecture de « Politiques de différenciation et (re)production des inégalités sociales dans l’enseignement supérieur et la recherche. »

Accès aux grandes écoles : le mérite en héritage

L’« ouverture sociale », terme qui désigne les expérimentations des grandes écoles françaises pour élargir leur vivier de recrutement, a tout juste 20 ans. C’est en effet à la rentrée 2001 que Sciences Po Paris a lancé ses « conventions d’éducation prioritaire » (CEP) pour faire bénéficier d’une voie spécifique d’accès les meilleurs bacheliers issus des lycées partenaires situés en ZEP. Beaucoup d’autres initiatives ont suivi, celle de l’ESSEC notamment en 2002 (PQPM « Une Grande École, Pourquoi Pas Moi ? »), fondée pour sa part sur un tutorat adressé aux lycéens désireux de préparer le concours d’entrée.

Toutes quasiment aujourd’hui, qu’il s’agisse des écoles d’ingénieurs, des écoles de commerce, des Instituts d’études politiques, des Écoles normales supérieures ou des autres écoles spécialisées, affichent une position favorable à l’accueil d’étudiants d’origine modeste et déploient une kyrielle de mesures au service de cet engagement, avec souvent le soutien financier de l’État, dans le cadre des « Cordées de la réussite », dispositif lancé en 2008.

Que sait-on, 20 ans après donc, de ces diverses mesures d’« ouverture sociale » ? Comment ont-elles été déployées par les grandes écoles ? Ont-elles permis d’élargir de façon effective la base de recrutement et les cohortes de diplômés des grandes écoles ? Ont-elles favorisé la mobilité sociale de leurs bénéficiaires ?

Ce billet propose de remonter un peu le temps pour comprendre leur généalogie et analyser leur contribution à la promotion d’un idéal méritocratique « ouvert ». Il s’appuie notamment sur l’enquête statistique publiée en début d’année par l’Institut des politiques publiques (Quelle démocratisation des grandes écoles depuis le milieu des années 2000 ?, IPP, 2021) et sur les travaux de Paul Pasquali, Héritocratie. Les élites, les grandes écoles et les mésaventures du mérite (1870-2020) (2021b) et Passer les frontières sociales. Comment les filières d’élite entrouvrent leurs portes (2021a, sorti des presses en 2014 et réédité en poche). Il est aussi fait référence à quelques travaux plus anciens menés au sein de l’OSC (Observatoire sociologique du changement) sous la houlette d’Agnès van Zanten.

 

Le volontarisme méritocratique fait loi depuis 2006

La mobilisation de Sciences Po Paris en 2001, largement commentée dans les médias, immédiatement très controversée, a créé une sorte de précédent. Une grande école annonçait publiquement qu’elle prenait sa part de la massification des études supérieures : Continuer la lecture de « Accès aux grandes écoles : le mérite en héritage »

Comment remédier aux inégalités numériques en éducation ?

Le dossier de veille nº 139 « Au cœur des inégalités numériques en éducation, les inégalités sociales » voit le jour à l’heure où la crise sanitaire a eu un effet de loupe sur un phénomène qui lui préexistait, comme l’illustre le grand nombre de rapports les évoquant depuis le printemps 2020. Voici quelques exemples : 40 propositions issues des États généraux du numérique en novembre 2020 ; le livre blanc Éducation et numérique : défis et enjeux de l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique [INRIA] en 2020 ; le rapport de l’Inspection générale Recensement et analyse des actions numériques pendant la période Covid 19 en 2020 ; Les usages pédagogiques du numérique au service de la réussite des élèves de l’Inspection générale sur la crise du printemps 2020, à l’automne 2020 ; L’école à l’ère du numérique du Conseil économique et social et environnemental en mars 2021.

Alors que le Dossier de veille de C. Joubaire sur l’éducation aux médias et à l’information (2017) avait abordé certains aspects de la question, ce nouveau Dossier de veille est entièrement consacré à cette thématique. En effet, ces inégalités numériques en éducation nécessitent d’être explicitées : comment les définir ? Que recouvrent-elles plus précisément ? Qui est concerné et de quelle manière ? Qu’a mis au jour la pandémie ? Quels sont les liens avec les parcours scolaires ? Remédier aux inégalités numériques en éducation semble aujourd’hui urgent et nécessaire : quels moyens peuvent être mis en place, et quelles stratégies institutionnelles ?

Si les inégalités numériques ont été largement étudiées en dehors du champ éducatif, ce dossier se concentre sur le domaine de l’éducation. Il s’appuie sur des recherches principalement menées en contexte scolaire, mais dont les résultats peuvent être utiles à d’autres niveaux.

La première partie de ce Dossier permet de circonscrire une terminologie (définitions, catégories, ancrages théoriques) ayant mis une dizaine d’années à se stabiliser. Qui est touché par ces inégalités en matière numérique, et comment ? La deuxième partie aborde ces questions de l’échelle macro (étatique, régionale) à l’échelle microstructurelle (enseignant·es, élèves, familles). Puis, nous faisons état des formes de remédiations existantes et à envisager, avant de proposer une relecture critique plus globale de l’acculturation actuelle au numérique éducatif.

Fenoglio Prisca (2021). Au cœur des inégalités numériques en éducation, les inégalités sociales. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 139, octobre. Lyon : ENS de Lyon.
En ligne : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA-Veille/139-octobre-2021.pdf

 

Le “culte du tablier” ou comment les femmes sont représentées dans les manuels scolaires

femme-invisibleNous avons vu dans notre dernier Dossier de veille (n°112, octobre 2016) comment les stéréotypes de genre étaient largement reproduits dans les manuels scolaires et les livres pour enfants. Un récent rapport d’Eurydice, en comparant deux études espagnole et polonaise, montre comment la femme, dans le peu d’illustrations les représentant, est toujours dépeinte portant un tablier, dans une cuisine, occupée aux tâches ménagères : les manuels polonais reproduisent les convictions traditionalistes de la place de la femme dans la société tout en ignorant les personnalités féminines importantes ou encore les combats récurrents des mouvements féministes dans la lutte contre le sexisme et pour l’accès aux droits fondamentaux ; dans l’étude espagnole, les auteurs observent les mêmes biais quantitatifs et qualitatifs privilégiant les stéréotypes sexistes dans les images : il y aurait deux fois moins de représentations graphiques de femmes par rapport à celles montrant des hommes. Des couleurs pâles ou rose sont les plus souvent utilisées pour décrire des femmes majoritairement situées au sein de l’espace privé en train d’accomplir des tâches liées à la sphère familiale alors que les hommes occupent les espaces publics et sont caractérisés par des postures d’action.

Continuer la lecture de « Le “culte du tablier” ou comment les femmes sont représentées dans les manuels scolaires »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search