Archives du mot-clé histoire

Mai 68 : un « moment » qui a impacté l’éducation, à Lyon, comme ailleurs !

Fin octobre dernier, le « moment 68 », pour reprendre l’expression de Michèle Zancarini-Fournel, était à l’honneur à Lyon dans un colloque co-organisé par les laboratoires ECP, Larhra et Triangle, à l’initiative d’Yves Verneuil.

Acteurs de l’époque, chercheurs et étudiants d’aujourd’hui se sont ainsi retrouvés pour deux jours à l’université Lyon 2, pour échanger sur  « Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif : contestations, mutations, résistances, trajectoires ».

Affichés comme inscrits dans la continuité du colloque de juin 2017 sur « La forme scolaire prisonnière de son succès », ces deux jours ont constitué également un « moment » un peu à part, riche de rencontres multiples, émaillées d’analyses historiques et de témoignages. Un moment consacré aux institutions éducatives, secondaires et supérieures, publiques et privées, de l’enseignement général à l’enseignement professionnel, en passant par l’enseignement spécialisé.

Le balayage proposé, centré sur le contexte lyonnais, deuxième plus gros pôle universitaire de France à la fin des années 1960, s’est avéré assez large donc. Quelques panneaux issus de l’exposition montée par la BM de Lyon lors du 40e anniversaire des événements (cf. L’intelligence d’une ville : Mai 68 à Lyon) sont opportunément venus illustrer ces rencontres.

Voici quelques clés de lecture, sans aucune prétention à l’exhaustivité. Continuer la lecture de Mai 68 : un « moment » qui a impacté l’éducation, à Lyon, comme ailleurs ! 

L’histoire scolaire : des savoirs en débat

La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), vient de publier les résultats des évaluations CEDRE 2012 (Cycle des évaluations disciplinaires sur échantillon) pour la discipline histoire-géographie-éducation civique, pour les élèves en fin de collège et en fin d’école. Les élèves de primaire ont suivi les programmes de 2008, contrairement aux élèves de troisième pour lesquels ces programmes ont été mis en place après la phase d’évaluation. La dernière évaluation de ce type a été réalisée en 2006.

Au primaire, les performances des élèves sont stables, tant du point de vue du score moyen que de la répartition entre groupes de niveau. En fin de collège, on constate une baisse sensible du niveau moyen et une forte augmentation du nombre d’élèves figurant dans les groupes les plus faibles. Outre un déficit dans la maitrise de la langue, on observe « un affaiblissement de l’assimilation par les élèves d’une culture scolaire géographique et historique, notamment dans les établissements les plus défavorisés.

Ces évaluations portent à la fois sur la méthodologie du travail (autonomie, esprit critique, capacité à rédiger) que sur les éléments historiques retenus par les élèves.

Des analyses complémentaires portent sur la réception de cet enseignement d’histoire-géographie par les élèves, la vision qu’ne ont les enseignants.

Car au-delà de simples constats, il est intéressant d’étudier à la fois la construction des contenus d’enseignement, les attendus relatifs aux savoirs et compétences à acquérir par les élèves et ce qu’en retiennent les élèves.

Le Dossier de Veille de l’IFÉ du mois de mars parcours la littérature de recherche pour cerner l’évolution des enjeux de cette construction de l’histoire et de sa réception dans les classes, évoquant notamment la place du « roman national » dans plusieurs systèmes éducatifs et le difficile apprentissage de l’esprit critique vis-à-vis d’une histoire scolaire « fabriquée ».

Feyfant Annie (2016). Les enjeux de la construction d’une histoire scolaire commune. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 109, mars. Lyon : ENS de Lyon. http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=109&lang=fr