Former à enseigner, c’est du travail ! (2) L’EduBref

À la suite du Dossier de veille n° 143 « Former à enseigner : activité(s), mutations, tensions », ce nouvel EduBref « Former à enseigner, c’est du travail ! » revient en quatre pages sur la nature et le sens du travail des formateurs et formatrices d’enseignantes et d’enseignants.

Il met en avant les principaux défis de cette fonction, qui s’exerce aujourd’hui dans un cadre institutionnel en profond renouvèlement. Comment se projeter dans cette mission à partir d’un premier métier dans l’enseignement, l’encadrement, ou la recherche universitaire ? Quelles tâches ces accompagnateur·rices du développement professionnel des enseignant·es accomplissent-ils/elles au quotidien, et grâce à quelles ressources ? Comment articuler les tâches, les espaces de travail, et les buts poursuivis par les différents acteur·rices de l’ingénierie de formation et de l’ingénierie pédagogique ?

Positionné à l’interface entre le terrain de la classe et de l’établissement, et les politiques publiques éducatives, le travail de médiation des formateur·rices d’enseignant·es prend aussi pour objet les recherches en éducation, qu’ils et elles contribuent à traduire au bénéfice des apprentissages des enseignant·es et des élèves.

L’EduBref n°15 « former à enseigner, c’est du travail ! » vise donc à mieux faire (re)connaitre les situations de travail ordinaire des formateur·rices d’enseignant·es : leurs caractéristiques, les tensions qui les traversent et leurs dynamiques actuelles pour faire vivre ce métier.

Pour télécharger l’EduBref n° 15 « Former à enseigner, c’est du travail ! », cliquez ici.

Pour télécharger le Dossier de veille n° 143 « Former à enseigner : activité(s), mutations, tensions », cliquez ici.

Former à enseigner, c’est du travail !

Tuteur, maître-formateur, conseiller pédagogique de circonscription, formateur académique, référent mathématique de circonscription, formateur éducation prioritaire, etc. (à décliner au féminin, bien entendu !) : autant de fonctions et de missions qu’une partie des enseignant·es exercent, au-delà de leur engagement professionnel en classe. Accompagner des individus et des collectifs, tutorer, former renvoient à des rôles complexes et ambivalents à jouer au quotidien, avec pour objectif de contribuer au développement professionnel des personnels d’enseignement et à l’amélioration des apprentissages de tous les élèves. C’est à ces fonctions que le Dossier de veille « former à enseigner : activité(s), mutations, tensions » est consacré. Continuer la lecture de « Former à enseigner, c’est du travail ! »

Quel accompagnement pédagogique dans et pour l’enseignement supérieur ?

Dans l’enseignement supérieur, le confinement du printemps 2020 puis l’hybridation des modalités d’enseignement pendant de nombreux mois ont mis en avant les métiers de l’ingénierie et du conseil pédagogique (Fenoglio, 2022 ; Peraya, 2021, Peraya et Peltier, 2020). Ainsi, la rubrique « débat-discussion » de la Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur (RIPES) a publié en 2021 de nombreux témoignages et analyses sur ces « missions plurielles et complexes [,] qui croisent les domaines de l’ingénierie pédagogique, de l’ingénierie de formation, de la formation pour adultes, de la pédagogie universitaire, de la conduite de projet et du suivi de gestion » (Denouël, 2021, §13). Ces publications questionnent des activités de plus en plus multiples et complexes (Doucey et Goï [dir.], 2023 ; Pélissier et Ledé [dir.], 2022). Ces dernières sont situées à l’interface périlleuse entre réformes des politiques publiques, travail en intermétiers et activité de recherche dans l’enseignement supérieur. En quoi le quotidien de l’accompagnement pédagogique rend-il compte des reconfigurations à l’œuvre dans l’enseignement supérieur depuis plusieurs décennies ? Comment les contours d’un groupe professionnel émergent se dessinent-ils aujourd’hui ? Quel rôle les recherches en éducation et en formation, et notamment en pédagogie universitaire, jouent-elles dans ce contexte ? Continuer la lecture de « Quel accompagnement pédagogique dans et pour l’enseignement supérieur ? »

Conférence de comparaisons internationales sur la formation des enseignant⋅es : ouverture des inscriptions

Que sait-on aujourd’hui de la formation continue et du développement professionnel des personnels d’éducation ? Que nous apprennent les résultats de la recherche et les expériences à l’international sur les politiques de formation continue ?  

Du 16 au 20 novembre 2020, le Cnesco, en partenariat avec France Éducation international, organise une conférence de comparaisons internationales sur la formation continue et le développement professionnel des personnels d’éducation, co-présidée par Régis Malet (IUF, Université de Bordeaux, France) et Olivier Maulini (Université de Genève, Suisse).

Cette année, en raison du contexte sanitaire, le format de la conférence est modifié. L’événement sera étalé sur une semaine et se déroulera intégralement en ligne : les séances plénières auront lieu le lundi 16, le mardi 17 et le mercredi 18 novembre 2020 de 12h à 15h et les ateliers le jeudi 19 novembre.

Pour plus de détails, vous pouvez consulter le programme ici et vous inscrire ici.

Retour sur la formation des enseignant.e.s

Le Dossier de veille n° 131 revient, après deux Dossiers consacrés à L’apprentissage du métier enseignant (Feyfant, 2010) et l’établissement formateur (Feyfant, 2013) sur la problématique de la formation des enseignant.e.s.

Plus précisément, il s’intéresse, en s’appuyant sur un certain nombre de recherches et de rapports récents, à la formation initiale des enseignant.e.s. Cette thématique est envisagée sous l’angle de la problématique de la construction des liens entre les modalités des formation et les difficultés du métier enseignant.

Comment apprendre un métier de plus en plus complexe ? Telle est la première question qu’il aborde. Il s’intéresse tout d’abord aux recherches menés sur les enseignant.e.s débutant.e.s : à quelles évolutions du métier se trouvent-ils confrontés ? Quelles caractéristiques communes, malgré la diversité de leurs profils, peut-on repérer chez les enseignant.e.s entrant dans le métier ? Quelles préoccupations récurrentes peut-on observer ? Enfin, quels dispositifs de formation leurs sont actuellement proposés pour répondre à leurs besoins?

La seconde partie revient sur les pistes proposées pour les accompagner au mieux dans leurs premiers pas dans le métier, des stages aux premières années d’exercice. Comment centrer réellement la formation sur le métier ? Pourquoi envisager la formation initiale comme la première étape d’un continuum d’une formation qui s’étendrait tout au long de la carrière ? Comment les accompagner lors de la formation en alternance pour les préparer au mieux aux difficultés du métier ? Pourquoi professionnaliser les formateurs et formatrices, et plus particulièrement les tuteurs et les tutrices ?

Telles sont les questions que soulève ce Dossier qui sera mon dernier, puisque je quitte la veille après trois ans d’une expérience professionnelle particulièrement enrichissante.

Enquête TALIS 2018 : premiers résultats sur la formation initiale des enseignant.e.s

Deux notes de la DEPP analysent les premiers résultats de l’enquête TALIS 2018 (Teaching and Learning International Survey – voir ici une présentation de l’enquête) initiée par l’OCDE et réalisée en 2018 dans 50 pays, dont la France.

La première note concerne les enseignant.e.s et les directeurs et directrices de l’enseignement primaire, la seconde les enseignant.e.s et les chef.fe.s d’établissement du second degré. Les deux notes sont centrées sur les résultats qui concernent la France. Une partie de cette enquête est consacrée à la formation initiale des enseignant.e.s.

Il en ressort une insatisfaction particulière des enseignants français du primaire vis-à-vis de leur formation initiale.  Globalement les enseignant.e.s françaises du premier degré s’estiment peu satisfait.e.s de leur formation initiale, et moins bien préparé.e.s que leurs collègues européen.ne. s. C’est dans la gestion de classe qu’ils et elles s’estiment surtout moins bien préparé.e.s que les enseignant.e.s des autres pays : « seuls 16 % expriment un sentiment de préparation positif, contre 41 % (Espagne) à 65 % (Angleterre) de leurs collègues européens ». Plus généralement les enseignant.e.s français.es « dressent un constat peu satisfaisant de leur formation initiale, et expriment un sentiment d’efficacité personnelle […] dégradé en comparaison de leurs voisins européens, en matière d’enseignement, de gestion de classe et d’engagement des élèves ». Pourtant « lorsqu’ils sont interrogés sur leur satisfaction professionnelle, les enseignants français expriment un ressenti globalement positif et comparable à celui rapporté par leurs collègues européens ». Continuer la lecture de « Enquête TALIS 2018 : premiers résultats sur la formation initiale des enseignant.e.s »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search