Archives par mot-clé : formation des enseignants

Du nouveau pour la formation continue ?

A l’occasion des futures Assises de la formation continue qui auront lieu les 14 et 15 mars 2019 à Paris, Eduscol ouvre une enquête à destination des enseignant.e.s afin de recueillir leurs besoins et leurs propositions.

La formation continue des enseignant.e.s n’est pas si souvent que cela sous le feu des projecteurs, cette enquête est donc l’occasion de rappeler qu’il n’est pas si facile de former plus de 800 000 enseignant.e.s, même si des dispositifs nationaux et locaux existent (du Plan national de formation aux formations d’initiative locale) et que la formation se développe à l’intérieur même des écoles ou des établissements (voir notamment l’article Eduveille « Établissement formateur ou formation en établissement ? »).

Est-ce que ces Assises verront la mise en place d’un cadre détaillant précisément les contenus de formation, comme il est prévu pour la formation initiale ? Les formations continues des premier et second degrés garderont-elles un fonctionnement différent comme c’est le cas actuellement ou y aura-t-il plus de similarités ? C’est pour l’heure aux enseignant.e.s de proposer des pistes pour leur formation et leur développement professionnels.

A venir : Un futur Dossier de veille prévu dans quelques mois permettra de faire le point sur la question de la formation initiale des enseignants.

Travailler ensemble pour enseigner mieux

Cet Edubref  tout neuf de 2019 nous offre l’occasion de souhaiter à tous nos lecteurs une année sereine et collaborative.

Après avoir abordé dans les Edubref précédents les curriculum, l’accompagnement des élèves et les réformes de l’université, ce dernier Edubref s’attache au travail enseignant collectif. Il a été réalisé en collaboration avec Clémence Jacq de la chaire Unesco « former les enseignants au XXIème siècle ».

Les formes de travail collectif enseignant sont multiples et l’inscription dans les textes officiels effective. 

En outre, la recherche a développé des outils pour permettre de réelles opportunités de développement professionnel au sein des établissements scolaires et des écoles par analyse de l’activité.

Ces coopérations ouvrent des perspectives, elles font émerger des leaderships partagés et renforcent les compétences collectives. Les conditions capacitantes sont évoquées.

 

Télécharger Édubref : Travailler ensemble pour enseigner mieux.

 

Enseigner dans le premier degré : regards croisés

Deux ouvrages récents s’intéressent aux enseignant.e.s  novices d’aujourd’hui, en France. Quel regard portent-ils en particulier sur les enseignant.e.s du premier degré – et quels éclairages apportent-ils sur les problèmes qu’ils et elles rencontrent ?

« Deux continents » pour un corps enseignant clivé

Dans son livre Les mondes enseignants, la sociologue Géraldine Farges (intervenante des prochains Entretiens Ferdinand Buisson) s’interroge sur les différentes composantes du corps enseignant, dont elle montre à quel point il est éclaté et hétérogène, et en particulier constitué de « deux continents » – celui des enseignant.e.s du premier et du second degré.

Quelles sont les caractéristiques de ces enseignant.e.s du premier degré ? Continuer la lecture de Enseigner dans le premier degré : regards croisés

Quelles pratiques des recherches en éducation pour la formation des enseignant.e.s ?

En novembre dernier, le service Veille et Analyses organisait une formation à destination des acteur.rice.s du système éducatif sur la lecture critique et la mobilisation des écrits de recherche dans le cadre de leur pratique professionnelle. Deux journées de formation organisées par le Centre Alain Savary à l’IFé la semaine dernière ont été l’occasion de reprendre et d’approfondir la réflexion sur cette thématique à partir des pratiques de formateur.rice.s et coordinateur.rice.s exerçant en éducation prioritaire et de conseiller.ère.s pédagogiques de circonscription de l’académie de Lyon. Quels gestes et quels enjeux se cachent au quotidien derrière l’expression « articuler théorie et pratique en formation » ?

Continuer la lecture de Quelles pratiques des recherches en éducation pour la formation des enseignant.e.s ?

JAPES 2017 – quelles actions pour développer les compétences en enseignement ?

La deuxième édition des JAPES (journées de l’accompagnement pédagogique des enseignants du supérieur) à Rennes le 4 et 5 juillet a été l’occasion de rassembler près de 120 personnes occupant des positions diverses dans les services RH, dans les SUP et services TIC, dans les ESPÉ… sans oublier les gouvernances, avec quelques VP formation et autres chargés de mission présents. En définitive, pas mal de personnes « nouvelles », que l’on croise rarement dans les cercles élargis de la pédagogie universitaire (type QPES), mais qui sont néanmoins investies sur le terrain ! La publication récente du Décret n° 2017-854 du 9 mai 2017 obligeant les établissements d’enseignement supérieur à mettre en oeuvre une formation pédagogique pour les MCF débutants et la préparation concomitante du référentiel métier des enseignants-chercheurs par le MESR ne sont sans doute pas étrangères à cette mobilisation. Continuer la lecture de JAPES 2017 – quelles actions pour développer les compétences en enseignement ?

JAPES 2017 – une 2e édition centrée sur le référentiel métier des enseignants-chercheurs

La formation pédagogique des nouveaux maîtres de conférence est devenue obligatoire, cela ne vous a sans doute pas échappé (cf. articles 13 et 14 du Décret n° 2017-854 du 9 mai 2017)… Enfin plus exactement l’obligation est faite aux établissements d’enseignement supérieur relevant du MESR de proposer une formation pédagogique, à la fois « initiale » (pour les MCF stagiaires) et « continue » (dans les 5 années qui suivent la titularisation), si je peux me permettre ce raccourci.

Dans le décret, il est stipulé que les MCF stagiaires « bénéficient,  au cours de cette période de stage, d’une formation visant l’approfondissement des compétences pédagogiques nécessaires à l’exercice du métier, dans des conditions fixées par arrêté du ministre chargé de l’enseignement supérieur. Cette formation peut tenir compte de leur parcours antérieur et être accompagnée d’un tutorat. Le directeur de chaque service ou composante délivrant la formation du stagiaire établit un avis sur le suivi de la formation, transmis au conseil académique ou à l’organe compétent (…) ». Continuer la lecture de JAPES 2017 – une 2e édition centrée sur le référentiel métier des enseignants-chercheurs

Les étudiants des ESPE et filières d’enseignement ne sont pas forcément ceux qu’on pense

Les clichés sur les étudiantes et les étudiants qui s’inscrivent dans les filières universitaires (ESPE) menant aux carrières de l’enseignement amènent à imaginer des étudiants plutôt bons élèves et plutôt originaires de familles liées à l’enseignement scolaire ou supérieur. Et si l’on se trompait ?

Les résultats de l’enquête 2016 de l’Observatoire national de la vie étudiante (46340 questionnaires traités)  donnent une image assez nette de la population étudiante, dont la catégorie « enseignement/ESPE » qui regroupe les étudiants préparant des diplômes et concours de la profession enseignante (près de 4% du nombre total des étudiants). Quelles sont les caractéristiques de cette sous population ?  En fait, il semble que ceux qui peuplent les filières universitaires menant à l’enseignement  sont issus de milieux socioprofessionnels plus modestes que ceux des autres filières et ont un parcours scolaire d’élèves qu’on qualifie usuellement de « passables » ou « moyens ». Ces constatations moyennes demanderaient bien sûr à être affinées, car elles recouvrent de probables importantes disparités régionales, disciplinaires et académiques. Il convient également de garder à l’esprit que les étudiants inscrits dans ces filières ne sont pas forcément les enseignants de demain : certains  deviennent professeurs sans passer par le master 1 des ESPE et d’autres ne réussissent pas les concours de l’enseignement après leur première année de master (1).

Des étudiants qui sont plutôt des étudiantes

Ces étudiants sont le plus souvent des étudiantes, puisque ces dernières composent 64% des effectifs des filières de l’enseignement. Ces étudiant(e)s sont aussi les plus âgé(e)s en moyenne de l’échantillon global de l’OVE, avec une moyenne de 27 ans, ce qui corrobore d’autres données sur les fréquentes reprises d’études associées à la préparation des concours d’enseignement ou de certaines spécialités dans le domaine de la formation. Peu d’étrangers dans cette catégorie, 4,1%, soit un taux proche de celui qu’on trouve  en CPGE, ce qui est logique dans un domaine professionnalisé orienté vers la fonction publique. Continuer la lecture de Les étudiants des ESPE et filières d’enseignement ne sont pas forcément ceux qu’on pense

L’art de tacler la formation des enseignants

Notre pratique professionnelle nous conduit à lire ou parcourir annuellement plus de 400 livres ou articles de chercheurs, dans la sphère anglophone et francophone, et ce, pour les six veilleurs composant l’équipe Veille et analyses de l’Institut français de l’éducation.

Nous avons noté depuis plusieurs années un fait saillant, le « bashing » de la formation des enseignants (initiale et continue). Le terme « bashing » est sans doute trop fort car les chercheurs sont plutôt de nature indulgente.

Il n’en reste pas moins que quels que soient les sujets traités, nous pourrions dans chacun de nos Dossiers écrire un chapitre sur l’insuffisance de formation.

Ainsi il ressort des dossiers publiés en 2013-2016, qu’il faudrait (mieux) former les enseignants: Continuer la lecture de L’art de tacler la formation des enseignants

Les enseignants anglais dopés à l’EX…cellence, …pertise

Un laboratoire d’idées anglais (Institute for Public Policy Research – IPPR) vient de publier un rapport (Hood & Clifton) proposant la création d’un nouvel institut de formation des enseignants, l’Institute for Advanced Teaching (IAT) dans l’objectif de former des enseignants experts, visant l’excellence dans leur enseignement.

Pour le réaliser, l’IAT avancera en trois étapes :

  • Recruter des enseignants qualifiés à haut potentiel, travaillant dans des écoles difficiles, à partir d’un processus rigoureux d’évaluation de leurs connaissances, habiletés et valeurs ;
  • Développer l’expertise de ces enseignants : deux années de formation à temps partiel pour une qualification complétant un emploi à plein temps, accréditation par une université puis à plus long terme par l’IAT, enseignement par des enseignants praticiens experts, sur des campus proches d’écoles performantes fréquentées par des communautés défavorisées ;
  • les transformer en force de changement pour l’éducation, après leur diplomation, pour plus de leadership (et devenir de futurs enseignants à l’IAT).

Pour étayer leur définition de ce que peut être un « enseignant expert », les auteurs du rapport s’appuie sur les travaux de Hattie, qui identifie cinq caractéristiques de l’enseignant expert : haut niveau de connaissances et de compréhension des matières enseignées ; capacité à guider les apprentissages des élèves pour des résultats marquants ; capacité de rétroagir avec les élèves et les faisant progresser, en les motivant, en développant leur auto-efficacité, etc. Pour Hattie, c’est là que réside la différence entre enseignant expert et enseignant expérimenté.

Par ailleurs, ce rapport s’inspire du rapport MCKinsey, publié en 2010, qui déjà, cherchait à construire un système d’enseignement plus performant, à l’instar de celui de l’Ontario, de Singapour ou de Hong-Kong (PISA 2009 était passé par là).

Le rapport de l’IPPR s’inspire cette fois des États-Unis (et des graduate schools of education indépendantes), de Singapour (Academy of Singapore Teachers et sa culture de l’excellence) et de Hong-Kong (Continuing professional development programme-CPD).

Le rapport a été présenté lors de la Schools Week par les huit « academies » contributives au laboratoire d’idées (il s’agit d’écoles publiques à financement mixte) et quelques écoles de formation des enseignants, qui ont lancé un « appel aux armes » pour être rejointe par d’autres écoles et facultés.

Qui veut devenir prof ?

enseignement-superieur-publicPas beaucoup de monde selon le dernier PISA in focus, une des publications mensuelles de l’OCDE.  Seulement 5% des étudiants des pays de l’OCDE s’orientent vers cette profession (3% sont des garçons, 6% des filles). Autre constat, ces étudiants obtiennent des scores en numératie et en littératie moindres que ceux des étudiants qui ne voulant pas être enseignants mais qui se destinent à d’autre professions à qualifications égales. De façon générale, on observe un pourcentage plus important d’une vocation vers le professorat dans les pays où le salaire des enseignants est plus élevé comme l’Indonésie, l’Irlande du sud, le Japon, la Corée, la Turquie et le Luxembourg.

Il n’y a pas que le faible  niveau de rémunération (85% à 92% du salaire d’un personne travaillant à plein temps dans le secteur tertiaire) comme facteur de motivation mais également le peu de valeurs sociales et professionnelles accordées à ce métier. Les étudiants les plus performants ont accès à une large éventail de profession et leur choix se portent sur des carrières mieux valorisées dans la société, plus prestigieuses et mieux rémunérées. Continuer la lecture de Qui veut devenir prof ?