Archives du mot-clé evidence-based education

A la poursuite de la bonne pratique éducative

Il n’y a pas de français parmi les 20 finalistes du WISE, le prix du sommet international pour l’innovation en éducation organisé par le QATAR, que nous présente ToutEduc.  Ce n’est pas une surprise énorme dans la mesure où cette compétition nécessitait sans doute d’adhérer à une certaine culture de  l’innovation et de l’éducation, faite d’optimisme et voire d’un certain angélisme politique, qui ne nous est pas la plus familière. Luc Cédelle pointe de façon très pertinente sur son blog les bons et mauvais côtés de ce qu’il désigne comme une  » idéologie mondiale de l’éducation « , caractérisée paradoxalement par sa négation de l’idéologie et son exaltation des « bonnes pratiques ».

On retrouve ici un élément majeur de certaines doctrines de politiques éducatives. Sur la trace des « What works ? » américains, de nombreux gouvernements souhaitent repérer, valoriser et disséminer les pratiques « qui marchent » en matière éducative. Quoi de plus logique ? De façon moins évidente, l’idée d’articuler ces bonnes pratiques avec les résultats de la recherche est de plus en plus présente. Au point qu’on peut aujourd’hui identifier une doctrine voire une méthodologie de « l‘Evidence-Based Education » qui a pris sa source dans des pays anglophones (voir notre dossier à ce sujet en 2006) mais se répand aujourd’hui bien au delà (voir le billet de Laure Endrizzi sur l’expérience danoise en la matière)

Récemment encore, la direction générale de l’enseignement scolaire du ministère en France a organisé des journées de l’innovation qui s’articulent avec la volonté d’appuyer l’innovation sur la recherche, avec par exemple une table ronde significativement dénommée « Education et recherche : pour des politiques scientifiquement fondées« . Le monde de la recherche est-il pour sa part prêt à relever le défi ?

Cela dépend déjà de quelle recherche on parle. Des esprits chagrins pourraient s’étonner de cette appétence pour la recherche dans le domaine de l’éducation concomitante à la réduction de la formation des enseignants qu’assuraient les IUFM ou à la suppression de l’INRP. Y aurait-il des recherches jugées meilleures ou plus efficaces que d’autres ? On ne peut oublier la critique récurrente des « pédagogues », la querelle des méthodes de lecture ou la publicité donnée en 2004 au rapport de  Gauthier, Richard et Bissonnette sur les « interventions pédagogiques efficaces ».

A contrario, on ne peut que constater depuis quelques années la fascination croissante exercée par certaines recherches, comme les sciences cognitives et les neurosciences,  qui apparaissent plus proches de la recherche expérimentale que les sciences de l’éducation traditionnelles. Certains, dans le champ scientifique, à l’image du groupe de recherche  Compas, revendiquent d’ailleurs cette approche, de faire des sciences cognitives   » la base scientifique de toute méthode ou pratique d’apprentissage  » (citation du philosophe John Bruer). Les travaux de Stanislas Dehaene sur la lecture ou les mathématiques retiennent également l’attention des décideurs, qui voient dans une approche auréolée de la neutralité et de l’autorité de la science le moyen d’en finir avec les querelles idéologiques sur l’école.

Au sein du monde de l’éducation, certains se méfient de réduire une activité intellectuelle à une activité cérébrale. Ainsi que l’explique par exemple Rudolf Bkouche   » on confond ainsi les contraintes liées à l’apprentissage d’un domaine de la connaissance et les contraintes imposées par l’élaboration des neurosciences comme étude de l’activité cérébrale ; on continue ainsi, sousune forme différente, la confusion introduite par Piaget entre ce qu’il considérait comme les structures profondes de la cognition et les modes d’apprentissage (…) »

Dans le monde anglo-saxon, de nombreux chercheurs en éducation critiquent la dérive « techniciste » liée au discours des bonnes pratiques, qui évacue la dimension sociale ainsi que la question des fins et des valeurs de la pratique pédagogique, en demandant aux enseignants d’obtenir de « bons résultats » par le truchement de quelques recettes déjà éprouvées.

Ce qui est surtout caractéristique pour l’observateur, c’est le peu de confrontations entre les tenants des différentes approches, à de rares exceptions (voir par exemple la présentation « sciences cognitives et éducation » écrite par E. Gentaz et P.Dessus).

Ainsi, on trouvera peu d’évocation de ces approches  dans les très riches actes de la conférence AREF2010 qui a réuni en septembre dernier une bonne part des chercheurs francophones en éducation, dont beaucoup s’intéressaient en priorité aux pratiques enseignantes. Comme si le monde de la recherche en éducation, à quelques rares exceptions,  ne jugeait pas nécessaire de répondre à l’interpellation que lui lance indirectement la vogue de l’evidence-based education parmi les responsables de politiques publiques.

Evidence-based education à la DPU : exemple d’une revue systématique sur les compétences des enseignants

suite des billets
– « La recherche en éducation au Danemark : vers plus de centralisation »
– et  « L’école danoise d’éducation (DPU) : enseignement, recherche et bonnes pratiques »

Un des premières étapes de la revue systématique consiste à constituer l’équipe qui réalisera la « review », et donc de « recruter » les chercheurs, danois ou non, qui connaissent la problématique traitée.

Ensuite le travail se décompose grossièrement en trois temps, et s’échelonne sur une durée de 3 à 9 mois selon le cas : la documentation existante est identifiée par l’équipe du Clearinghouse, selon une stratégie de recherche prédéfinie ; chaque étude est ensuite évaluée, conjointement par les chercheurs et les membres de l’équipe du Clearinghouse, en vue de sélectionner celles qui seront retenues pour l’analyse détaillée. Enfin, ces mêmes chercheurs préparent leur réponse à la question de départ, en s’appuyant explicitement sur les conclusions extraites des études sélectionnées ; cette extraction a auparavant été réalisée en binôme par un chercheur et un membre du Clearinghouse qui sont tenus de s’accorder sur les résultats à extraire, et surtout d’en évaluer l’importance (« weight of evidence »).

Rien de bien novateur ici me direz-vous, à juste titre ! C’est dans le détail de la méthodologie que se fait la différence. Chaque étape du processus est documentée à l’aide de grilles standardisées, inspirées de celles produites par l’EPPI-centre et éventuellement ajustées en fonction du thème de la revue. Chaque décision prise, quelle que soit l’étape, est notée. La transparence du protocole d’une part et la traçabilité des décisions d’autre part constituent des éléments clés caractéristiques de la méthodologie employée. Rien n’est laissé au hasard, en apparence évidemment, ne me faites pas penser ce qui ne me viendrait pas à l’esprit !!!

La revue systématique réalisée en 2008 pour le compte du Ministère de l’éducation norvégien, intitulée Teacher competences and pupil achievement in pre-school and school (pdf, 101 pages) offre un exemple concret des différentes étapes mentionnées et de la synthèse produite à l’issue du processus de rewiewing. La question de départ était : « Which dimensions of teachers’ manifest competences can be shown, through effect studies, to contribute to pupil achievement? ». Continuer la lecture de Evidence-based education à la DPU : exemple d’une revue systématique sur les compétences des enseignants 

L’école danoise d’éducation (DPU) : enseignement, recherche et bonnes pratiques

suite du billet
– « La recherche en éducation au Danemark : vers plus de centralisation »

Enseignement et recherche

Depuis une dizaine d’années, l’école danoise d’éducation (DPU, Danmarks Pædagogiske Universitetsskole) œuvre pour la défense et l’illustration des sciences de l’éducation, occupant une position à la fois nationale et internationale, avec trois missions fondamentales : l’enseignement, la recherche et l’aide à la décision en matière de politiques éducatives.

Née en 2000 de la fusion de trois établissements et intégrée en 2007 à l’université Aarhus, la DPU est un élément clé de la mobilisation des autorités danoises sur la R & D en éducation, contribuant ainsi à la rénovation du système éducatif danois.

Aujourd’hui, la DPU est une structure unique en son genre en Europe, tant sur le plan de l’enseignement que sur celui de la recherche. Elle accueille annuellement entre 4000 et 5000 étudiants, dont une centaine de doctorants, et offre une vingtaine de programmes de niveau Master dont 3 sont labellisés Erasmus Mundus : Master in lifelong learning : policy and management (MALLL), Master leadership and innovation in complex systems (LAICS), Master in ICT and learning (MIL). L’ouverture des formations aux étudiants internationaux, soit dans le cadre d’un échange Erasmus, soit dans celui d’un diplôme joint, est ici une priorité.

Avec 200 chercheurs permanents (1/3 des effectifs danois), l’école gère entre 40 à 45% des projets de recherche nationaux, avec un financement extérieur de l’ordre de 40% également. Continuer la lecture de L’école danoise d’éducation (DPU) : enseignement, recherche et bonnes pratiques 

Pourquoi décideurs et praticiens de l’éducation n’utilisent-ils pas les résultats des recherches ?

Sous le titre « Éducation et recherche : des liens à construire », l’ association française des administrateurs de l’éducation (AFAE) a consacré le dossier passionnant de son numéro 124  de la revue Administration et Éducation à la question récurrente du faible impact des recherches en éducation sur le système éducatif.

D’un côté, en effet,  les responsables des politiques publiques  tiennent rarement compte des acquis des recherches, que ce soit pour étayer aussi bien que pour éclairer leurs décisions, même lorsque ces résultats sont robustes et consensuels dans la communauté scientifique.

De l’autre côté, les praticiens semblent bien  souvent suspecter les conclusions des recherches d’être toujours moins pertinentes que les savoirs « du terrain » et les recettes des collègues en place.

Des deux côtés, le « bon sens » ou son expérience personnelle  (de parent, de prof, d’ancien élève…)  semble fournir des savoirs suffisants pour avoir une opinion sur  ce qui est utile et pertinent en matière d’éducation.

Qu’il s’agisse des IUFM ou des sciences de l’éducation, il est ainsi de bon ton de railler ou disqualifier l’ensemble des recherches concernant l’éducation.

En fait, en matière d’éducation, tout se passe comme si divers intérêts convergeaient pour évacuer toute argumentation scientifique, Agnès van Zanten soulignant que le discours du chercheur est, dans le débat public, sans cesse « mis sur un pied d’égalité avec celui d’intellectuels parlant sans base empirique, de décideurs ou d’acteurs de terrain« .

Dans le même temps, une doctrine se développe dans de nombreux pays et organisations internationales plaidant pour que l’on confronte et adosse mieux les politiques et les pratiques éducatives aux résultats de la recherches (cf. notre dossier de 2006 sur ce sujet de « l’evidence based policy » ). Une notion encore peu répandue en France, sans doute en partie d’une culture ministérielle peu ouverte aux recherches , comme le dénonce Antoine Prost avec vigueur dans son article, parlant d’un « âne qui n’a pas soif« , là où J.R. Cytermann parle, de façon moins véhémente, d’un « rendez-vous manqué« ‘.

Si les pouvoirs publics ont leur responsabilité, les acteurs du monde de la recherche ne sont pas non plus exempts de tout reproche, comme le note Roberto Caneiro (ancien ministre de l’éducation au Portugal) : « le discours de la liberté académique et scientifique, intouchable dans ses fondements éthiques, sert bien souvent de couverture à l’égoïsme des chercheurs et alimente un autisme devant les exigences d’une plus grande responsabilité et transparence de la politique publique scientifique et de l’argent public qui lui est consacré« .

En tout état de cause, on constatera dans ce numéro de la revue de l’AFAE une convergence remarquable sur le diagnostic entre les différentes contributions, émanant pourtant de chercheurs, cadres et praticiens de divers horizons.

Continuer la lecture de Pourquoi décideurs et praticiens de l’éducation n’utilisent-ils pas les résultats des recherches ? 

Education et formation à l’OCDE : quelques points de repère

Il est certaines explorations dont on ressort au mieux en ayant trouvé ce qu’on ne cherchait pas, au pire sans avoir trouvé ce que l’on cherchait, mais en ayant toujours le sentiment de passer à côté de quelque chose… Les sites et sous-sites des organisations internationales s’inscrivent nécessairement dans cette catégorie, la navigation nous rendant souvent incapables de distinguer les voies principales des chemins de traverse… sauf à avoir déjà quelques connaissances sur la structure…
Profitant de la préparation de notre formation VST de décembre prochain pour mettre à jour mes connaissances, je me suis dit qu’un petit billet sur les actions de l’OCDE en matière d’éducation et de formation serait sans doute utile à quelques un(e)s. Car si les travaux statistiques de l’organisation sont généralement connus, avec sa publication phare Regards sur l’éducation (cf. RSE 2009) et ses études PISA, on ne se représente sans doute pas toujours clairement la multiplicité des initiatives qui permettent aux pays membres et partenaires de confronter leurs expériences en matière de politiques publiques pour l’apprentissage tout au long de la vie. Sans prétention, voici donc quelques points de repère sur les thématiques clés, les principaux programmes et leurs publications, avec une mention spéciale pour le CERI (Centre pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement) qui a fêté ses 40 ans en 2008. Continuer la lecture de Education et formation à l’OCDE : quelques points de repère 

Une méta-base des revues systématiques de recherche

Mise en place dans le mouvement de « l’evidence-based education« , la « Clearinghouse » de l’université d’Aarhus (Danemark) a mis en place une base de données des revues systématiques de recherche en éducation (International Evidence Base) en libre accès, en compilant près de 200 publications des 5 producteurs connus en la matière : What Works Clearinghouse (USA), Evidence for Policy and Practice Information and Co-ordinating Centre (UK), Education Counts (NZ), Canadian Council on Learning (CA) et la Campbell Collaboration (réseau international plutôt anglo-saxon).

La mise en place de cette base s’inscrit dans la demande plus générale de résultats empiriques de la recherche en éducation au Danemark, que Michael Søgaard Larsen avait exposé en septembre 2006 dernier à Genève au congrés ECER2006.

Des recherches plus scientifiques et plus utiles ?

La Lettre de la VST de mai 2006 s’intéresse aux critères de jugement de la qualité des recherches en éducation, à partir du débat anglo-saxon autour de l' »Evidence-Based Education ».
Il s’agit, sous ce terme, d’une orientation consistant à demander une approche plus « scientifique » de la façon de mener de recherches en éducation, afin que les résultats et les « preuves » qui en sont issues puissent servir de socle aux politiques et aux praticiens de l’éducation.

Au-delà de son caractère conjoncturel, le débat permet donc en fait de poser de nombreuses questions essentielles sur la nature de la recherche en éducation, sur la place des chercheurs dans la société, sur le rôle des chercheurs par rapport aux praticiens, sur les méthodologies utilisées, etc.

La Lettre passe en revue les principaux arguments utilisés, propose de nombreuses références permettant d’identifier les protagonistes et indique des exemples de réalisations qui cristallisent les discussions, telle que les « revues systématiques » de recherches.

Si ces discussions sont loin d’avoir pénétré le débat français jusque là, nous essayons dans une dernière partie de montrer néanmoins que certaines réflexions hexagonales dans la communauté des chercheurs ne sont pas si éloignées des tendances en cours outre-manche.

Les lecteurs souhaitant réagir à cette publication ou s’exprimer sur le sujet sont chaleureusement invités à s’exprimer ici !

Standards et « bonnes recherches » : un débat vif aux Etats-Unis

Le numéro de janvier 2006 de « Science Education«  fête les 90 ans de la publication avec un éditorial assez particulier.
Habituellement consacrée aux questions de l’enseignement des sciences, la vénérable revue s’ouvre en effet avec un article de Nancy W. Brickhouse qui pointe les pressions politiques auxquels les chercheurs sont confrontés, particulièrement aux Etats-Unis.

Depuis l’adoption de la fameuse loi « No Child Left Behind » en 2002 et la mise en place de l’Institute of Educational Sciences, les recherches en éducation sont sommées de s’attaquer en priorité à la réduction des inégalités de réussite à l’école, en s’inspirant des méthodes de la recherche médicale, afin d’établir des diagnostics objectifs et trouver des solutions appropriées (cf. aussi notre article sur l’evidence-based education ).

Souci progressiste ? Pas seulement, pour N.W. Brickouse, qui considère cette priorité essentiellement inspirée par une certaine idéologie conservatrice pour laquelle l’Etat doit intervenir au miniumum dans la vie des individus. Pour ces opposants au rôle économique et social de l’Etat, en effet, à partir du moment où l’on assure la compensation des inégalités existantes dans l’école, chaque individu peut réaliser son parcours en pleine responsabilité et le « laisser faire » devient alors pleinement légitime. Continuer la lecture de Standards et « bonnes recherches » : un débat vif aux Etats-Unis 

Autour de l’Evidence Based Education

On rencontre souvent, désormais, l’expression « Evidence-based » pour exprimer le besoin d’asseoir une pratique ou une politique sur la base des résultats de la recherche et de la pratique selon une certaine démarche à vocation scientifique.
Lors d’une récente conférence européenne sur les compétences et les qualifications des enseignants, par exemple, H. Niemi, vice-recteur de l’Université d’Helsinki, plaidait pour une « evidence-based teacher education » (traduit par la commission européenne en « formation des enseignants sur base de la recherche et de la pratique avérée »).

Nous essayons ici de resituer l’origine de l’expression en Angleterre, la signification du concept dans le contexte de l’éducation et des questions qu’il soulève. Continuer la lecture de Autour de l’Evidence Based Education