Archives par mot-clé : enseignants-chercheurs

LPPR: avis de tempête sur l’enseignement supérieur et les revues scientifiques

Avant même sa présentation publique, la loi sur la programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), qui se fonde sur trois rapports remis à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche (ESR), fait des vagues au sein de la communauté universitaire française. Défendue par les un.e.s au nom de l’attractivité et de la compétitivité internationale (par le président-directeur général du CNRS ou un professeur de médecine), décriée par d’autres pour la précarisation, les inégalités accrues et un affaiblissement du service public de la recherche (en particulier pour les femmes  et les jeunes chercheur.ses), la loi risque en tout cas de modifier l’organisation de l’enseignement supérieur et de la recherche en France – même si le principe de la concurrence n’est pas nouveau, comme le montre cette mise en perspective historique de Jérôme Aust (voir aussi ce dossier).

Depuis le mois de décembre, articulé à la contestation contre la réforme des retraites, le mouvement contre la LPPR s’organise par différentes modalités au sein de l’ESR. Ainsi, de nombreux laboratoires de recherche, y compris en éducation, ont voté des motions et organisent des manifestations variées, par exemple le cycle de conférences sur l’ESR du Laboratoire de l’Education – LLE à l’ENS de Lyon. Différentes sections du Conseil national des universités  – l’instance collégiale qui encadre les recrutements et carrières des enseignant.es-chercheur.ses – ont également pris position, dont la section 70 (sciences de l’éducation et de la formation).

Plus de 120 revues scientifiques d’orientations théoriques et empiriques diverses, notamment issues des sciences humaines et sociales (liste à jour, compte twitter), se sont également jointes au mouvement et se sont déclarées en lutte – côté éducation, on note la présence des Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs et de Cliopsy. À partir d’une analyse de ce mouvement, le sociologue Anthony Pecqueux ouvre la « boîte noire » du fonctionnement des revues et de leur modèle économique et en situe les enjeux à court et à long terme: fonctionnement collégial des comités de rédaction, activité de relecture et d’évaluation des articles par les pairs (couteuse en temps mais élément constitutif de l’appartenance à et de la reconnaissance dans une communauté scientifique), rôle central des métiers invisibles (édition numérique, graphisme, secrétariat d’édition, etc.)…

Pour prendre du recul sur cette thématique et voir comment la LPPR s’inscrit dans les réformes de l’enseignement supérieur des dernières décennies, nous vous conseillons de lire l’Edubref de Laure Endrizzi sur « 1968-2018: 50 ans de réforme à l’université ».

JAPES 2017 – quelles actions pour développer les compétences en enseignement ?

La deuxième édition des JAPES (journées de l’accompagnement pédagogique des enseignants du supérieur) à Rennes le 4 et 5 juillet a été l’occasion de rassembler près de 120 personnes occupant des positions diverses dans les services RH, dans les SUP et services TIC, dans les ESPÉ… sans oublier les gouvernances, avec quelques VP formation et autres chargés de mission présents. En définitive, pas mal de personnes « nouvelles », que l’on croise rarement dans les cercles élargis de la pédagogie universitaire (type QPES), mais qui sont néanmoins investies sur le terrain ! La publication récente du Décret n° 2017-854 du 9 mai 2017 obligeant les établissements d’enseignement supérieur à mettre en oeuvre une formation pédagogique pour les MCF débutants et la préparation concomitante du référentiel métier des enseignants-chercheurs par le MESR ne sont sans doute pas étrangères à cette mobilisation. Continuer la lecture de JAPES 2017 – quelles actions pour développer les compétences en enseignement ?

JAPES 2017 – une 2e édition centrée sur le référentiel métier des enseignants-chercheurs

La formation pédagogique des nouveaux maîtres de conférence est devenue obligatoire, cela ne vous a sans doute pas échappé (cf. articles 13 et 14 du Décret n° 2017-854 du 9 mai 2017)… Enfin plus exactement l’obligation est faite aux établissements d’enseignement supérieur relevant du MESR de proposer une formation pédagogique, à la fois « initiale » (pour les MCF stagiaires) et « continue » (dans les 5 années qui suivent la titularisation), si je peux me permettre ce raccourci.

Dans le décret, il est stipulé que les MCF stagiaires « bénéficient,  au cours de cette période de stage, d’une formation visant l’approfondissement des compétences pédagogiques nécessaires à l’exercice du métier, dans des conditions fixées par arrêté du ministre chargé de l’enseignement supérieur. Cette formation peut tenir compte de leur parcours antérieur et être accompagnée d’un tutorat. Le directeur de chaque service ou composante délivrant la formation du stagiaire établit un avis sur le suivi de la formation, transmis au conseil académique ou à l’organe compétent (…) ». Continuer la lecture de JAPES 2017 – une 2e édition centrée sur le référentiel métier des enseignants-chercheurs

Reviens Humboldt ! Ils sont devenus fous !

Les coïncidences sont parfois heureuses… à l’heure où C. Musselin publie un nouveau livre sur la course aux standards internationaux, l’IFÉ remet au ministre son rapport sur la transformation des universités et publie son dernier dossier de veille sur la profession académique… trois publications qui entrent en résonance les unes avec les autres pour offrir un panorama sans concession de l’enseignement supérieur français aujourd’hui… Continuer la lecture de Reviens Humboldt ! Ils sont devenus fous !

Ni césar, ni oscar pour les profs d’université français?

Quand la sociologie nous décale de l’académisme…

La lecture de l’Huffington Post édition française du jour reprend un article de Céline Manceau publié sur son blog « Fac story » : « Le prof d’université : héros du grand écran« .
Le sujet : un ouvrage de  Emmanuel Ethis et Damien Malinas : « Les films de campus: l’université au cinéma« . Les deux sociologues de l’université d’Avignon (E. Ethis en étant par ailleurs le président) ont travaillé sur un corpus de plus de 650 films  se déroulant sur un campus et/ou dont l’un des personnages principaux était un(e) universitaire. Emmanuel Ethis donne quelques conclusions et explications  sur le site EducPros.fr :

« Les films de campus sont les révélateurs des représentations les plus utopiques ou les plus dystopiques de notre relation aux savoirs et au progrès, ce vers quoi l’on est susceptible de tendre suivant les choix individuels ou collectifs que l’on est amené à faire« .

Pourquoi peu de films français et donc peu d’universitaires français susceptibles d’être des héros (ou contre-héros)? E. Ethis l’explique par le fait que les réalisateurs français n’ont pas fréquenté l’université …
Le jeu pour ceux qui voudront bien lire le livre sera sans doute d’imaginer le pitch qui reprendra les lieux, les profs qu’ils ont connus. Sera-ce un thriller bien gore (une histoire de vengeance) ou l’histoire romancée d’un matheux génial?

Le blog de C. Manceau pourra compléter la culture de ceux qui voudraient en savoir plus sur l’étrangère association entre  « héros » et « profs d’université », puisqu’il est entièrement consacré au sujet.

Biblio:
– Ethis Emmanuel, Malinas Damien (2012). Les films de campus:l’université au cinéma. Paris : Armand Colin, 128 p.

– Manceau Céline (2012). Le prof d’université : héros du grand écran, Huffintonpost.fr, 22 novembre 2012.