Archives par mot-clé : enseignants

Carrière des enseignant.e.s : un aperçu européen

La DEPP (Direction de l’évaluation , de la prospective de la performance) vient de publier une lettre d’information sur la carrière des enseignant.e.s en Europe, reprenant les données du  rapport du réseau Eurydice intitulé « Les carrières enseignantes en Europe ; accès, progression et soutien ». Celui-ci s’appuie sur les données institutionnelles de l’année scolaire 2016-2017. Qu’y apprend-on ?

Ce rapport s’intéresse à divers aspects de la question de la carrière des enseignant.e.s :

  • le recrutement et la gestion des enseignant.e.s : pour faire face à une situation où la pénurie d’enseignant.e.s est forte dans de nombreux pays (60 % des 43 systèmes éducatifs du réseau Eurydice font face à une pénurie d’enseignants dans certaines disciplines, 50 % dans certaines zones géographiques), et où la population enseignante vieillit (pour la moitié des systèmes éducatifs), les pays recourent de plus en plus souvent à des recrutement élargis, en proposant des voies alternatives à la formation initiale classique, en particulier en Europe du Nord. Des mesures financières sont également prises dans certains pays pour redonner de l’attractivité au métier enseignant. Le rôle d’employeur est en outre confié aux établissements scolaires dans le modèle majoritaire en Europe, adopté par 16 des 43 systèmes éducatifs. Dans les autres pays, le modèle de gestion peut être centralisé (c’est le cas en France, mais aussi en Allemagne, en Espagne et en Turquie), dévolu aux autorités locales, ou varier selon le type d’établissement scolaires  : c’est le cas en Belgique où les autorités locales désignent les enseignant.e.s pour les écoles publiques, tandis que les écoles privées subventionnées recrutent elles-mêmes leurs enseignant.e.s ;
  • la question de la formation : la formation continue est globalement encouragée, et obligatoire avec un nombre d’heures défini pour tou.te.s les enseignant.e.s, exerçant dans le primaire comme dans le secondaire, presque dans la moitié des systèmes éducatifs. Le temps de formation moyen est de 3 jours par an, variant d’une journée en Slovénie à 19 jours en Islande. La formation continue n’est facultative que dans 8 pays – pourtant, ces pays peuvent présenter un taux élevé de participation des enseignant.e.s aux actions de formation continue, comme aux Pays-Bas ou au Danemark. De plus en plus de pays conditionnent l’évolution de carrière à la participation aux actions de formation continue ;
  • l’évolution professionnelle : 22 des 43 pays offrent des possibilités d’évolution de carrière, proposant « un système de carrière à plusieurs niveaux qui offre aux enseignants la possibilité d’exercer des responsabilités plus complexes, reconnues comme telles et donnant lieu, dans la plupart des cas, à une rémunération complémentaire ». C’est le cas en France où les enseignants peuvent devenir maîtres-formateurs, formateurs académiques ; conseillers pédagogiques ou tuteurs ;
  • les dispositifs d’évaluation mis en œuvre : les modes d’évaluation des enseignant.e.s en Europe sont aussi nombreux que divers, mais relèvent « les plus souvent d’un processus double, à la fois interne et externe. » La pratique de l’auto-évaluation des enseignant.e.s, en complément de l’observation d’un cours et de l’entretien avec l’enseignant.e, est de plus en plus souvent utilisée. Les résultats des élèves sont parfois pris en compte, et de manière obligatoire dans 4 pays. L’appui sur l’avis des élèves et des parents est parfois utilisé, mais ne l’est de manière systématique qu’au Monténégro. Si ces évaluations servent dans deux-tiers des pays à renseigner les enseignant.e.s sur le pratiques et leurs compétences, elles ont plus rarement un impact sur leurs rémunération. Dans 30% des pays enfin, l’évaluation des enseignant.e.s est utilisée pour définir leurs besoins en formation continue.

La note d’information et les données de l’enquête sont consultables à cette adresse : 

https://www.education.gouv.fr/cid142053/la-carriere-des-enseignants-en-europe.html

 

 

Travailler ensemble pour enseigner mieux

Cet Edubref  tout neuf de 2019 nous offre l’occasion de souhaiter à tous nos lecteurs une année sereine et collaborative.

Après avoir abordé dans les Edubref précédents les curriculum, l’accompagnement des élèves et les réformes de l’université, ce dernier Edubref s’attache au travail enseignant collectif. Il a été réalisé en collaboration avec Clémence Jacq de la chaire Unesco “former les enseignants au XXIème siècle”.

Les formes de travail collectif enseignant sont multiples et l’inscription dans les textes officiels effective. 

En outre, la recherche a développé des outils pour permettre de réelles opportunités de développement professionnel au sein des établissements scolaires et des écoles par analyse de l’activité.

Ces coopérations ouvrent des perspectives, elles font émerger des leaderships partagés et renforcent les compétences collectives. Les conditions capacitantes sont évoquées.

 

Télécharger Édubref : Travailler ensemble pour enseigner mieux.

 

Culture commune des enseignant.e.s d’école et de collège : quelle réalité ?

Dans son activité de veille, notre service a à cœur de mettre en lumière le travail de jeunes chercheur.e.s , de plusieurs manières : en rendant compte de leurs travaux, aux côtés de ceux de leurs collègues plus installés, dans nos Dossiers de veille thématiques, mais aussi sur ce blog à l’occasion d’un compte-rendu de colloque , en les sollicitant pour des interventions dans Entretiens Ferdinand Buisson, ou plus simplement en les invitant à s’inscrire sur l’annuaire éduObs pour assurer une plus grande visibilité à leurs travaux. Une rubrique du site (dont je m’occupe plus particulièrement) est également consacrée à la recension des thèses récemment soutenues dans le domaine de l’éducation et de la formation. Toutes les deux semaines, 4 à 6 thèses environ – pour la plupart accessibles en libre accès – sont signalées.

Parce que je suis en train de travailler à un futur dossier consacré à la formation des enseignant.e.s, mon attention s’est portée plus particulièrement ce mois-ci sur une thèse récente consacrée à la question de la réalité de la culture professionnelle commune des enseignant.e.s, et de son impact sur le travail entre professeur.e.s des écoles et des collèges. L’auteure, Virginie Volf, a travaillé au sein du laboratoire CeDS (Culture et diffusion des savoirs) à l’université de Bordeaux, où elle a confronté les injonctions à créer une culture pédagogique commune et la réalité de celle-ci, presque 30 ans après la création des Instituts de formation des maitres, dont l’objectif affiché était de créer cette culture commune, et alors que sa nécessité est encore invoquée en 2013 dans le référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l’éducation : « tous les personnels concourent à des objectifs communs et peuvent ainsi se référer à une culture commune d’une profession dont l’identité se constitue à partir de la reconnaissance de l’ensemble de ses membres ».  Continuer la lecture de Culture commune des enseignant.e.s d’école et de collège : quelle réalité ?

Enseigner dans le premier degré : regards croisés

Deux ouvrages récents s’intéressent aux enseignant.e.s  novices d’aujourd’hui, en France. Quel regard portent-ils en particulier sur les enseignant.e.s du premier degré – et quels éclairages apportent-ils sur les problèmes qu’ils et elles rencontrent ?

« Deux continents » pour un corps enseignant clivé

Dans son livre Les mondes enseignants, la sociologue Géraldine Farges (intervenante des prochains Entretiens Ferdinand Buisson) s’interroge sur les différentes composantes du corps enseignant, dont elle montre à quel point il est éclaté et hétérogène, et en particulier constitué de « deux continents » – celui des enseignant.e.s du premier et du second degré.

Quelles sont les caractéristiques de ces enseignant.e.s du premier degré ? Continuer la lecture de Enseigner dans le premier degré : regards croisés

Travail enseignant, penser collectif ?

Le  Dossier de veille de l’IFE n° 124 d’avril 2018 est consacré aux différentes formes de travail collectif enseignant. Cette thématique a traversé plusieurs dossiers, en particulier les revues de littérature sur les sujets du leadership et de l’établissement.

 

Si l’exercice de la profession enseignante est traditionnellement considéré comme relativement autonome, la complexification du métier et les prescriptions nationales et internationales poussent au développement de pratiques professionnelles collectives. Ainsi, le dernier référentiel de compétence des métiers du professorat et de l’éducation de 2013 insiste sur la dimension collective du métier (coopérations, communauté éducative et démarche individuelle et collective de développement professionnel).

Depuis une quinzaine d’années, le travail collectif des enseignant.e.s est abondamment analysé dans des études anglo-saxonnes au travers des concepts de Communauté d’apprentissage professionnel (CAP) et de Communautés de pratique (CDP). Les travaux de recherche autour de ces concepts connaissent aujourd’hui une expansion mondiale. La plupart des auteurs s’accordent sur les conséquences positives de ce mode de travail sur le développement professionnel des enseignants, leur engagement dans l’établissement, et les conséquences sur les apprentissages et le comportement des élèves. Des effets ont également été constatés sur le climat général de l’établissement. Continuer la lecture de Travail enseignant, penser collectif ?

Les enseignants entre métier et profession : une identité introuvable ?

La prochaine édition des Entretiens Ferdinand Buisson se déroulera à Lyon le mercredi 30 mai 2018 (18h-20h, IFÉ- ENS de Lyon) et s’intéressera à l’identité enseignante (participation gratuite sur inscription : http://colloques.ens-lyon.fr/eventShow/entretiensferdinandbuisson ou courriel  à veille.scientifique@ens-lyon.fr).

Le « monde enseignant » est en effet un objet de fantasme social et politique de longue date. Les “profs” peuvent être tour à tour des professionnels de « vocation » à qui l’on confie ses enfants, des agents du service public en premier ligne pour défendre les valeurs républicaines, des fonctionnaires maltraités et injustement reconnus ou au contraire trop à l’abri de toute critique derrière leurs syndicats corporatistes, des professions libérales rétives au changement ou des cadres faisant preuve d’innovation et de créativité, etc.

Malgré cette diversité des « missions » ou des « fonctions », l’illusion d’une certaine unité du monde enseignant perdure largement dans les représentations, en décalage avec les analyses et les études qui soulignent les segmentations voire les fractures de ce groupe social. Continuer la lecture de Les enseignants entre métier et profession : une identité introuvable ?

Métiers de l’enseignement : le temps des incertitudes

La revue Spirale vient de lancer un appel à contributions pour son numéro 60, “Métiers de l’enseignement, le temps de l’incertitude”, coordonné par Bruno Garnier, à paraitre en octobre 2017.  Les contributeurs potentiels intéressés  peuvent  proposer un projet d’article (résumé) avant le 1er juin 2016.

Le début de l’argumentaire :
“Si la diffusion d’un sentiment d’incertitude chez les professionnels de l’enseignement est souvent évoquée depuis le début des années 2000, en France comme dans d’autres pays (Maroy, 2008), plus rarement, ce sentiment d’incertitude est caractérisé relativement à ses causes et à ses conséquences. Cet appel à contributions vise à dépasser le constat de la perception d’une crise de la professionnalité, certes partagé par de nombreux acteurs et exprimé par des énoncés récurrents. Il s’agit d’en analyser et d’en définir les termes et d’en explorer quelques sources et quelques effets”. […] “Au-delà de sa caractérisation, nous souhaitons voir explorer quelques-unes des sources de ce sentiment d’incertitude et aussi son impact, en prenant l’exemple de la France mais en autorisant des points de comparaison internationale.”
Pour lire la suite et  proposer une contribution :
http://spirale-edu-revue.fr/spip.php?article1253

Les enseignants, le collectif… et le leadership

Photo du DV 104Avec entre autres l’instauration du conseil pédagogique en 2005 et les 20 % d’autonomie accordés aux établissements du secondaire  par la nouvelle réforme du collège, le travail et la prise de décision collectifs dans les établissements s’imposent de plus en plus en France, nécessitant  de nouveaux types d’organisation pour favoriser la réussite de tous les élèves. Certains y voient un renforcement du pouvoir des chefs d’établissement au détriment de la liberté pédagogique de l’enseignant et une hiérarchisation accrue ; d’autres une occasion de définir collectivement des modalités d’exercice spécifiques à l’établissement. Qu’en est-il dans les autres pays pour lesquels beaucoup de responsabilités éducatives sont à la charge du niveau local ? Que dit la littérature de recherche de ce leadership partagé, exercé notamment par les enseignants ?

Continuer la lecture de Les enseignants, le collectif… et le leadership

Établissement formateur ou formation en établissement ?

Après un colloque inaugural centré sur l’établissement formateur début 2013 et quatre conférences de consensus, la chaire Unesco « Former les enseignants au XXIe siècle » poursuit ses travaux. Plus de 160 participants se sont retrouvés à l’ENS de Lyon les 26 et 27 mars 2015 pour ré-interroger le développement professionnel des enseignants.

Cette manifestation, intitulée « Former les enseignants dans les établissements scolaires : vers une nouvelle aire de professionnalisation ? » s’était donnée une visée formative concrète, en cherchant à stimuler les échanges sur les outils de professionnalisation, et sur les conditions de leur utilisation sur site et de leur institutionnalisation. Elle s’est déroulée autour d’une belle alternance de conférences plénières, d’ateliers et de tables rondes, composant un programme équilibré. Continuer la lecture de Établissement formateur ou formation en établissement ?

Se nourrir de ressources pour enseigner

DV 96_Image DVQuelles sont les sources et les ressources des enseignants qui préparent leur cours ? Où vont-ils les chercher et comment s’y prennent-ils pour les sélectionner et les transformer en documents qu’ils présentent à leurs élèves ? C’est le cœur de ce Dossier de veille de l’IFÉ n° 96 (novembre 2014) qui présente l’état des recherches portant sur la notion de ressource, complexe à définir, et sur l’usage que les enseignants en font au quotidien.

Comme pour toute recherche d’information, les enseignants se créent un environnement personnel de travail, une sorte de banque de ressources utiles, à utiliser rapidement, utilisables plus tard ou simplement intéressantes en elles-mêmes. C’est un espace à la fois matériel puisqu’il comporte un ou plusieurs manuels scolaires, des fiches prêtées par des collègues, des cartes présentes dans la salle, des objets didactiques, mais  un espace aussi numérique avec des exercices tout prêts, les cours de l’année passée, des manuels numériques, les programmes sur Éduscol, des documentaires intéressants, etc.

Cette sélection des ressources se fait en fonction de leur pertinence dans un contexte scolaire donné, pour un enseignant donné, avec des classes données. C’est tout l’art de l’enseignant (ou l’exercice de sa liberté pédagogique selon certains) d’être constamment en train d’adapter et de re-créer des ressources pour améliorer l’apprentissage de ses élèves. Comme le disait Boileau à propos des écrivains :

Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage :
Polissez-le sans cesse et le repolissez ;
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.

Continuer la lecture de Se nourrir de ressources pour enseigner