Archives du mot-clé éducation prioritaire

Et l’éducation prioritaire dans tout ça?

Si on voulait faire un glossaire des sigles ayant jalonné l’histoire de l’éducation prioritaire (EP) en France, on aurait du grain  à moudre : ZEP, REP, RAR, ECLAIR, RRS,  PPRE, etc. Le plus simple pour ceux qui voudraient décrypter ces sigles sera de consulter le site du ministère de l’éducation nationale, dédié à l’éducation prioritaire.

Quelle est l’actualité de l’EP?

C’est à la faveur de la réussite éducative, chère à la ministre G. Pau-Langevin, qu’est mentionnée  l’éducation prioritaire à laquelle devra être apportée « une attention particulière dès la rentrée 2013 ».

« Les établissements les plus en difficulté devront continuer à être soutenus par des moyens importants. L’affectation de personnels expérimentés et motivés est un objectif prioritaire. La mise en place de modalités de travail individuelles et collectives et d’organisations pédagogiques adaptées aux besoins des élèves devra être encouragée, notamment pour faciliter l’articulation entre l’école et le collège, puis l’ouverture sur le lycée. Les équipes d’inspecteurs et des correspondants académiques éducation prioritaire (Éclair et RRS) seront mobilisées pour favoriser le soutien et l’accompagnement des équipes de terrain ».

Le site du ministère (MEN) nous donne les orientations pour l’année en cours (2012-2013) : assurer la réussite scolaire et mobiliser les familles et les partenaires.   Parmi les formes d’actions déclinées, notons que pour le  Faire apprendre  il est fait mention des expérimentations PARLER qui « démontre son efficacité pour l’enrichissement langagier et cognitif des élèves de cycle 2 » et ROLL, « dispositif rendant plus efficace le perfectionnement en lecture à l’école et au collège« . On lira avec attention le rapport d’évaluation de  ces deux dispositifs , réalisé par l’Inspection générale (novembre 2012), qui nuance quelque peu l’enthousiasme affiché.

Autre élément un peu flou du paysage de l’EP, les CAREP. La création de centres académiques de ressources (CAREP), dans la plupart des académies,  a été prévue par le rapport Moisan/Simon en 1997. Le but était de  relayer les orientations ministérielles et académiques et accompagner les acteurs des dispositifs. Difficile de savoir comment se portent les 11 entités existantes, les informations relatives aux activités étant bien souvent un peu anciennes. Les CAREP sont souvent associés aux CASNAV (Centre académique pour la scolarisation des enfants allophones nouvellement arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs). Ils ont une »mission d’information, de formation et de conseil à l’intention des enseignants, des personnels d’éducation et d’orientation et des cadres de notre académie, mais aussi une mission de mutualisation et de dissémination des «bonnes pratiques» pédagogiques » (M. Nembrini, recteur de l’académie de Bordeaux).

Une petite revue des sites nous permet de noter :
– à Bordeaux le CAREP est devenu CARÉC (centre académique de ressources pour l’égalité des chances);
– ceux de Besançon, Rouen , Reims sont surtout des pôles outils et ressources;
– à Caen, le Centre Philippe Lucas met en avant son implication dans une recherche pédagogique innovante;
– à Créteil, les pages du Carep semblent à l’abandon;
– à Dijon, le site a disparu et le site académique renvoie aux pages du MEN;
– à Strasbourg, le lien renvoie vers le site du CASNAV. Le moteur de recherche du site académique ne connaît pas le sigle CAREP, l’éducation prioritaire est traitée transversalement (disciplines, pédagogie);
– celui de l’académie de Nancy-Metz assument des missions élargies (avec le CASNAV) : accompagnement, citoyenneté, élèves allophones, enfant du voyage, grande pauvreté, éducation prioritaire, petite enfance et intégration, etc.
– à Paris, la mission académique pour l’éducation prioritaire (MAEP) « est chargée de promouvoir, de coordonner et d’accompagner les actions et projets développés dans les quatre ÉCLAIR et les 29 RRS« . En 2011, elle avait établi une liste de 10 chantiers de l’ED
– à Lyon, c’est le centre Michel Delay qui assure les fonctions de CAREP, mais un centre Michel Delay peut en cacher un autre. Vous trouverez certains informations ici ou ici. À la première adresse vous pourrez consulter les archives des revues Réseaux Delay et Entrées, dont les derniers numéros sont datés, respectivement, de décembre 2011 et janvier 2012; à la deuxième adresse, vous pourrez consulter les quatre premiers numéros de la lettre d’information Empreintes (N° 1 en octobre 2012) qui fait suite à ces deux revues. Dans le dernier numéro, on lira avec intérêt un article de Valérie Barry (REV-CIRCEFT) sur les « Médiations langagières et visuelles dans le transfert des apprentissages« .

Déjà, en 2011, l’Observatoire des zones prioritaires (OZP) faisait le constat suivant :  « le nombre de sites ou de rubriques académiques éducation prioritaire diminue ». L’OZP proposait quelques explications de cette désaffection, dont:
– un désintérêt pour l’éducation prioritaire accentué par les incertitudes sur la politique nationale et en particulier sur Eclair, censé encore récemment remplacer les dispositifs existants ;
– la restriction de moyens dont ont pu faire les frais certains CAREP ou certains sites académiques ;
– la tentation pour certaines académies d’intégrer les expériences pédagogiques en éducation prioritaire dans le site académique d’innovation pédagogique (délégation, pôle, mission, etc.), mais sans leur donner de lisibilité particulière en tant qu’actions de ZEP.

Deux ans après, nous pouvons ajouter  qu’il convient désormais de se préoccuper de la réussite éducative dont « l’une des politiques est l’éducation prioritaire » (loi d’orientation, 2013).

Ressources :
Centre Alain Savary, Institut français de l’éducation.
– Observatoire des zones prioritaires (OZP).

 

 

 

 

 

 

 

ECLAIR, un rapport critique

Michel Hagnerelle, Alain Houchot, Simone Christin, Elargissement du programme CLAIR au programme ECLAIR, rapport IGEN/IGAENR, juillet 2012, 26 p.

 

Un nouveau rapport des inspections générales vient d’être rendu public, qui s’interroge sur l’élargissement des CLAIR (Collèges et Lycées pour l’Ambition, l’Innovation et la Réussite) aux ECLAIR (Ecoles, Collèges, Lycée pour l’Ambition, l’Innovation et la Réussite). Il porte particulièrement sur huit académies[1].

Le choix des établissements est interrogé : l’élargissement des CLAIR aux écoles était attendu, le choix de transformer tous les RAR en ECLAIR pose plusieurs problèmes. Les ECLAIR ont renforcé le déséquilibre au profit des collèges et ont entériné la carte des RAR qui aurait demandée à être revue. Quelques lycées sont rentrés dans le programme mais sans que la cohérence soit toujours lisible. Le rapport préconise donc de reprendre, à partir de données actualisées, la cartographie globale de l’éducation prioritaire à la rentrée 2013.

La faiblesse de pilotage du programme (circulaire du 7 juillet 2010, deux décrets et un vade-mecum) a entrainé une grande diversité dans les applications du programme. Il a favorisé le rapprochement des inspections et de l’administration, notamment pour la question des indemnités, mais parfois au détriment de la pédagogie. En fait, les anciennes pratiques des RAR, ont globalement été reconduites. Les secrétaires exécutifs de réseau RAR (enseignants avec une décharge) ont été maintenus. La collaboration IEN/ IA-IPR, qui pourrait préfigurer une école du socle, organisant la totalité de la scolarité obligatoire, reste insuffisante. Ce rapport invite donc à redéfinir plus précisément un cadre national pour les ECLAIR et à renforcer la collaboration principal/IEN/IA-IPR.

Les auteurs reviennent ensuite sur les aspects « management » du programme ECLAIR. La fonction de préfet, qui fait le lien entre la vie scolaire et la vie pédagogique, avec  les professeurs principaux, leur semble pertinente. Toutefois, l’appellation « préfet » amène des crispations inutiles qu’on pourrait lever en la remplaçant par celle de « coordinateur de niveau ». Le rapport revient aussi sur le recrutement national avec des postes à profil. Sur 1080 postes à profils ouverts en 2012, 584 ont été pourvus, avec une attractivité différente selon les académies : 70% de postes pourvus à Aix-Marseille, mais seulement 35 % à Amiens. Le rapport se demande si les candidatures « résultent d’une réelle motivation pour l’éducation prioritaire ou si le dispositif est seulement saisi comme une aubaine pour rejoindre une région très demandée ». Le rapport révèle l’existence de postes non publiés, à la demande des chefs d’établissement, pour les contractuels « performants », ce qui pose un problème d’égalité. Sur l’indemnité spécifique ECLAIR, il note que cette indemnité ne s’applique pas aux IEN et que la part modulable a amené une confusion entre missions supplémentaires et performance. Les auteurs préconisent donc de maintenir le recrutement sur profil, mais d’harmoniser le calendrier, tout en conservant une part modulable de rémunération.

Enfin, sur l’aspect innovation qui lui semble le plus « faible » du programme ECLAIR, le rapport pointe que la confusion entre innovation et expérimentation (déroger aux règles selon l’article 34 de la loi du 23 avril 2005) est entretenue. Si dans certains établissements des projets d’EIST (Enseignement Intégré des Sciences et Techniques) ou l’inscription dans un  ROLL (Réseau d’Observation Local de Lecture) ont réussi, les ECLAIR comme les CLAIR apportent peu « d’innovations pédagogiques », et le plus souvent en marge des savoirs scolaires. Les auteurs préconisent de centrer l’innovation sur les enseignements et les apprentissages fondamentaux.

En conclusion le rapport indique que le programme ECLAIR est « une strate supplémentaire qui ne suffit pas à donner un nouveau souffle à l’éducation prioritaire » faute de réflexion sur les recrutements et les nouvelles fonctions. Il « constitue une réponse inadaptée aux grands défis de l’éducation prioritaire » par manque d’innovation pédagogique et se révèle inadapté pour impulser  une dynamique de changement dans le système éducatif par une mise en place précipitée et une circulaire de départ insuffisante. Le rapport préconise de redéfinir les objectifs de l’éducation prioritaire en l’adossant à un projet global de réussite pour l’Ecole, de repenser la géographie de l’éducation prioritaire, de simplifier l’enchevêtrement des dispositifs, de renforcer le fonctionnement en réseau et d’assurer aux équipes une stabilité.

 

Ce rapport est donc le troisième rapport qui sort en quelques semaines sur l’éducation prioritaire :

–       celui, plutôt positif, sur l’animation pédagogique dans les RAR, rendu en 2009 n’avait pas été publié car le précédent gouvernement lançait les CLAIR au détriment des RAR[2].

–       celui sur les CLAIR, rendu en juin 2011 mais non publié sans doute à cause de son aspect très réservé sur le programme[3].

–       celui-ci, sur l’élargissement des CLAIR aux ECLAIR, qui reprend ces réserves et officialise les critiques émises par les acteurs (enseignants, syndicats, direction, inspection) sur l’aspect précipité et flou du programme au détriment de la pédagogie. Il rejoint ainsi les critiques de ceux qui avaient déploré la centration du dispositif CLAIR, lancé à l’issue des Etats généraux sur la sécurité à l’école, sur un affichage sécuritaire, sans pour autant entrer dans le détail d’une évaluation de cette dimension.

 

Sur l’évaluation faite des postes à profil, le travail des inspections générales décrit les recrutements sans toutefois analyser en quoi cette évolution, maintenue par le nouveau ministère pour les personnels de direction[4], est porteuse d’avenir. La question reste donc entière, de la manière de rendre « attractifs » les postes non pourvus, en ECLAIR comme dans d’autres établissements de l’Education prioritaire : en effet, lorsque les postes « à profil » ne sont pas pourvus, la succession de personnels plus ou moins précaires risque d’être un réel problème pour l’établissement lui-même. Comment donner à des enseignants l’envie de venir dans les établissements difficiles, mais surtout d’y rester, et à quelles conditions ?

Une proposition pour un nouveau rapport à écrire…

 

 

 

 

 



[1] Aix-Marseille, Amiens, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Créteil, Lille, la Réunion, Nice.

[2] Anne ARMAND, Alain HOUCHOT, L’animation pédagogique des Réseaux Ambition Réussite, rapport de l’IGEN n°2009-089, remis en octobre 2009, 77 p. Il a été finalement publié comme d’autres rapports par le nouveau ministère en juin 2012.

 

[3] Jean-Paul PITTOORS, Michel HAGNERELLE, La mise en œuvre du programme CLAIR, Rapport n° 2011-069, Inspections générales IGAENR – IGEN, juin 2011, 30 p. là encore publié par le nouveau ministère en juin 2012.