Archives du mot-clé écriture

L’écriture en question

Après deux Dossiers de veille consacrés à la lecture, puis à l’oral c’est à l’écriture que nous nous intéressons dans le Dossier de veille n°123 de ce mois de mars 2018.

L’actualité de la recherche sur ce sujet est riche : après un symposium consacré aux «regards pluriels » des recherches sur l’écriture en 2014, et un colloque international dédié à l’enseignement et l’apprentissage de l’écriture de la maternelle à l’université organisé à l’ESPE d’Aquitaine (Université de Bordeaux) en 2016, c’est une conférence de consensus organisée par le CNESCO et l’Ifé/ENS de Lyon sur ce thème qui se tiendra les 14 et 15 mars 2018 à Paris.

Continuer la lecture de L’écriture en question 

Écrits intermédiaires : comment favoriser les apprentissages des élèves

Lors d’un déplacement au lycée Albert Camus de Nantes, qui fait partie du réseau des Léa (lieux d’éducation associé), j’ai été amené parler des « travaux intermédiaires » des élèves. La commande initiale concernait les brouillons et les cartes heuristiques. Je retrace ci-dessous les grandes lignes de ce que j’ai présenté.

A propos de l’écrit

Historiquement, l’apparition de l’écrit (et plus tard de l’imprimerie) a participé à la transformation du fonctionnement cognitif de l’homme en lui permettant de réorganiser sa mémoire. Cette dernière s’en est remise à l’écrit pour se libérer et être plus disponible pour d’autres activités. Une nouvelle forme de pensée, plus complexe a ainsi pu se développer : « L’écrit n’a pas seulement amplifié nos capacités mentales, il a réorganisé les processus cognitifs par lesquels nous mémorisons, comparons, catégorisons, ordonnons nos idées et par lesquels nous les communiquons aux autres. C’est la nature réflexive du langage écrit qui est à l’origine de cette transformation » (Alcorta, 2001). Continuer la lecture de Écrits intermédiaires : comment favoriser les apprentissages des élèves 

Ecrire, pour quoi faire ?

« Ils ne savent plus écrire »… « et pourtant ils écrivent ». Le vocabulaire courant ainsi que les interrogations de divers médias disent toute la complexité de l’écrit : il peut s’agir de produire un signe graphique ou un énoncé de communication. On admet en tout cas aujourd’hui la complexité d’une activité qui concerne d’emblée toutes les dimensions de l’écrit, linguistiques mais aussi culturelles et sociales.

À l’heure où les exigences en littératies sont importantes au sein de sociétés dans lesquelles l’écrit ne peut plus se réduire à du stockage d’information ou de la transcription, qu’a-t-on à dire et comment y arrive-t-on ? Quels sont les obstacles à cet apprentissage et les travaux de remédiation à envisager ?

Le Dossier d’actualité Veille et Analyses numéro 62 du mois de mai 2011 rend compte, dans une perspective internationale, des travaux récents dans les différents champs de recherche  concernés par la production écrite.