Archives du mot-clé développement professionnel

Développer des compétences de « passeurs » en éducation, saison 2 !

On demande à de plus en plus de professionnels de l’éducation de  prendre en compte les travaux et les  résultats de recherche pour décliner des politiques scolaires, mettre en place des dispositifs, monter des formations ou tout simplement ajuster des pratiques éducatives. Depuis quelques temps, on utilise souvent l’expression de « passeurs » pour caractériser une partie du métier de professionnels de l’éducation : des formateurs intermittents ou à temps plein, des conseillers pédagogiques, des inspecteurs, des pilotes et coordinateurs de dispositifs, des cadres éducatifs, etc.

Comment faire ? Qu’est-ce que cela implique ? Quelle traduction concrète dans sa vie professionnelle ? Quelles recherches mobiliser ? Quels pièges et difficultés surmonter ? Pour aider à répondre à ces questions, nous avions proposé l’an dernier une première formation de « passeurs » en éducation, pour essayer de définir ensemble les compétences et savoirs qui pouvaient être utiles pour cette « fonction » ou cette « activité ».

Nous proposons une seconde édition de cette formation amendée en fonction des résultats et des enseignements tirés de la première édition.

Dans cette session 2018-2019, nous allons en effet donner un rôle plus central aux situations contextualisées dans lesquelles on peut être confronté aux résultats de recherche ou avoir besoin de les mobiliser. En partant des préoccupations  de ceux qui participeront à la formation, il s’agit d’apporter des savoirs et des outils qui prennent sens  au regard des pratiques professionnelles.

Pour le résumer autrement, il s’agit non seulement d’apporter des connaissances utiles pour savoir « lire la recherche », mais aussi de travailler ensemble sur les conditions dans lesquelles telle ou telle recherche peut être plus ou moins utile ou pertinente à mobiliser dans telle ou telle situation.

C’est pourquoi la formation est articulée en deux sessions : une première, en octobre, permettra de problématiser les questions que se posent les participants et d’y apporter de premiers éclairages à partir des savoirs des formateurs mais aussi des expériences partagées par les autres participants. La seconde session, en avril, permettra de faire le point sur les évolutions de pratiques et leurs freins, d’approfondir la réflexion théorique et de favoriser l’appropriation de la formation par un essai de réalisation d’une ressource donnant l’opportunité  de mobiliser des résultats de recherche à destination d’un public de praticiens. Entre les deux sessions, des outils d’échanges et de suivi seront mis en place.

Dans l’idéal, nous encourageons les collègues intéressés à s’inscrire aux deux sessions. Conscients aussi des contraintes rencontrées pour participer à ces 4 jours de formation, nous acceptons des inscriptions isolées à la première ou à la deuxième session, sachant que nous adapterons le programme de la deuxième session pour prévoir des modalités de différenciation en fonction des caractéristiques des publics concernées.

Attention : pour des raisons logistiques (contraintes du logiciel), il faut s’inscrire à chaque session séparément même si vous souhaitez assister aux deux…

 

Que disent les recherches sur la formation continue des enseignants aux Etats-Unis ?

La rubrique Cool Thinking on Hot Topics du site CPRE knowledge hub, porté par le Consortium for Policy Research in Education (CPRE) – réseau de sept universités états-uniennes ayant pour mission de mettre en relation chercheurs, décideurs et praticiens dans le domaine de l’éducation – consacre son dernier dossier aux perspectives émergentes sur le développement professionnel efficace des enseignants (Emerging Insights into Effective Professional Development). Neuf entretiens filmés de chercheurs et de décideurs proposent un tour d’horizon des acquis et débats en cours sur cette question aux Etats-Unis. De la prise en compte des pratiques enseignantes en contexte au nécessaire accompagnement dans la durée, de la dimension disciplinaire de la formation à celle de l’enrôlement des élèves, toute ressemblance avec les questions que se posent enseignants, formateurs et prescripteurs de formation en France ne serait pas totalement fortuite … Continuer la lecture de Que disent les recherches sur la formation continue des enseignants aux Etats-Unis ? 

Gestes professionnels, gestes de métier : de l’analyse à la formation

Le 5 février dernier, la Chaire UNESCO « Former les enseignants au XXIe siècle » organisait une journée d’étude sur « Les gestes professionnels des enseignants comme objet d’étude et objet de formation ». La colonne vertébrale de cette journée a été deux extraits vidéos, des moments de vie d’une même classe et deux enseignants, l’une de français, l’autre de maths.

Dans son introduction à la journée, Luc Ria a posé le décor, sur le fond et sur la forme que pouvaient prendre les réflexions et travaux sur les gestes professionnels[1]. Quelles méthodes pour les étudier ? Existe-t-il une culture partagée sur des gestes professionnels ? Les enseignants sont isolés, dans des espaces clos et s’ils inventent, testent des gestes professionnels, ils peuvent avoir des difficultés à partager ces gestes, à créer des référentiels. Par ailleurs, il existe des gestes porteurs d’un héritage culturel, historique et de valeurs symboliques. Enfin pour le travail scolaire, il peut exister des lourdeurs qui empêchent de faire un pas de côté pour observer ces gestes.

Ces gestes professionnels sont-ils révélateurs des préoccupations des enseignants ? On peut observer par exemple une posture d’attente des enseignants, marque d’une préoccupation de contrôler les élèves. Existe-t-il des gestes pédagogiques ou didactiques, pour enseigner et faire apprendre ? Certains gestes d’enseignement sont co-construits en classe, induisant une double signification pour l’enseignant et les élèves : quelles peuvent être les interprétations des gestes professionnels par les élèves ? Continuer la lecture de Gestes professionnels, gestes de métier : de l’analyse à la formation 

Les enseignants, le collectif… et le leadership

Photo du DV 104Avec entre autres l’instauration du conseil pédagogique en 2005 et les 20 % d’autonomie accordés aux établissements du secondaire  par la nouvelle réforme du collège, le travail et la prise de décision collectifs dans les établissements s’imposent de plus en plus en France, nécessitant  de nouveaux types d’organisation pour favoriser la réussite de tous les élèves. Certains y voient un renforcement du pouvoir des chefs d’établissement au détriment de la liberté pédagogique de l’enseignant et une hiérarchisation accrue ; d’autres une occasion de définir collectivement des modalités d’exercice spécifiques à l’établissement. Qu’en est-il dans les autres pays pour lesquels beaucoup de responsabilités éducatives sont à la charge du niveau local ? Que dit la littérature de recherche de ce leadership partagé, exercé notamment par les enseignants ?

Continuer la lecture de Les enseignants, le collectif… et le leadership 

AG de l’AIPU France : encore une semaine pour amender les statuts, envoyer un pouvoir ou candidater

Vous l’avez peut être déjà noté dans votre agenda : l’Assemblée générale constitutive de l’AIPU se tiendra à l’IFÉ – ENS de Lyon le lundi 2 décembre prochain, de 9h00 à 17h30.

Cette journée « constitutive » est importante car c’est là que se dessineront les contours des actions qui seront menées dans les 2 prochaines années, sous la responsabilité du conseil d’administration qui aura été élu… et qui poursuivra le travail mené depuis février 2013 par une équipe d’une dizaine de personnes, constitué en « groupe technique » [1].

 

Mais au fait, l’AIPU, qu’est-ce que c’est ?

L’Association internationale de pédagogie universitaire (AIPU), créée en 1981, avec le soutien de l’AUF et de l’Unesco, se donne pour mission de valoriser la fonction enseignante dans l’enseignement supérieur francophone et de promouvoir les solidarités nord-sud dans ce domaine.
Elle s’appuie aujourd’hui sur un réseau de praticiens, de formateurs et d’experts qui oeuvrent dans 35 pays et 3 zones géographiques (Europe, Amériques et Afrique).

Le bureau de la section internationale, actuellement sous la présidence de Sylvie Doré (Québec), organise un congrès tous les 2 ans. L’association édite également la revue RIPES (revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur), hébergée sur revues.org (2 n° par an).

Les sections constituées sont les suivantes : Algérie, Afrique subsaharienne, Amériques, Belgique, Liban, Maroc, Suisse.
Et s’y ajoutera donc bientôt la France, c’est tout l’enjeu de l’AG constitutive du 2 décembre prochain !

 

L’AG constitutive : un rdv à ne pas manquer, soutenu par l’IFÉ et la CPU :

La journée consacrée à l’AGC se déroulera en 3 temps :

  • lancement des travaux le matin, avec une introduction à 3 voix : celle de Michel Lussault, directeur de l’IFÉ, celle de Michel Delhaxhe, secrétaire général de l’AIPU internationale et celle de Khaled Bouabdallah, vice-président de la CPU.
  • assemblée générale proprement dite, animée par Nicole Rege Colet, en 2ème partie de matinée, avec 2 temps forts : l’adoption des statuts (dont vous pouvez consulter la version préliminaire ici) et l’élection du conseil d’administration (auquel vous pouvez candidater ici).
  • 4 ateliers de prospective l’après-midi, visant à mobiliser largement les acteurs de l’enseignement supérieur français et à favoriser l’émergence de synergies au sein de l’AIPU France.

1/ quelles modalités pour la formation et l’accompagnement des enseignants du supérieur ?
animé par Laure Endrizzi, IFÉ, ENS de Lyon
Rapporteur : Isabelle Chênerie, université Toulouse 3 Paul Sabatier
Peut-on apprendre à enseigner… autrement qu’en enseignant ? La question, qui pouvait sembler triviale il y a peu, nourrit désormais nombre d’initiatives dédiées à la professionnalisation du savoir enseigner : formations pour les doctorants, formations diplômantes des enseignants, ateliers ponctuels de formation couplés ou non à un accompagnement pédagogique et/ou techno-pédagogique des équipes, soutien pour le montage de projets, pour l’évaluation des enseignements ou pour la valorisation de l’activité dans le cadre de la carrière, etc. Les interventions ne manquent pas, mais restent difficiles à appréhender, du fait notamment de leur manque de visibilité et de la diversité des acteurs, nationaux ou locaux, qui les portent ou qui sont impliqués dans leur déploiement.
L’AIPU France n’a pas vocation à trancher, ni à alimenter la concurrence entre les différents modes d’intervention. Elle peut en revanche avoir un rôle à jouer dans la mutualisation des expertises et dans la réflexion sur le développement professionnel des acteurs de la pédagogie du supérieur. Dans le respect des initiatives concertées existantes, cet atelier permettra de discuter des actions réalistes que l’AIPU pourrait mener à la fois sur un plan opérationnel et sur un plan plus stratégique pour contribuer à la professionnalisation du savoir enseigner.

2/ quelles perspectives d’articulation entre recherche et pratique en matière de pédagogie du supérieur ?
animé par Emmanuelle Annoot, université du Havre
Rapporteur : Nicole Rege Colet, université de Strasbourg
Et si l’AIPU France formulait un programme de recherche en pédagogie universitaire ?
Nous sommes nombreux à penser que les recherches sur la pédagogie universitaire et l’impact des services d’appui comme les SUP peinent à se développer en France. Et pourtant il existe de nombreuses expériences en cours et la recherche-action liée aux pratiques pédagogiques innovantes et au développement professionnel des enseignants-chercheurs prend progressivement forme. La création de l’AIPU France est une occasion à saisir pour faire un état des lieux, promouvoir ces travaux et formuler des perspectives de développement. Nous vous proposons de commencer par un exercice pratique pour partager nos expériences et nos attentes par rapport à la consolidation des connaissances sur la pédagogie universitaire. Cet exercice servira à identifier les questionnements, les objets d’études, les méthodes de travail et les coopérations qui dessineraient les contours d’un programme de recherche-action en pédagogie universitaire reflétant les priorités de l’AIPU.

3/ quelles initiatives pédagogiques pour la réussite des étudiants ?
animé par Christophe Batier, université Claude Bernard Lyon 1
Rapporteur : Éric Sanchez, IFÉ, ENS de Lyon
(descriptif à venir).

4/ quelles stratégies des établissements d’enseignement supérieur au service d’un enseignement de qualité ?
animé par Julien Douady, université Joseph Fourier Grenoble et Brigitte Gassie, université de Nantes
Rapporteur : Olivier Rey, IFÉ, ENS de Lyon
(descriptif à venir).

 

Comment participer au lancement de l’AIPU France ?

Toutes les informations relatives à l’AIPU France sont disponibles sur le site de l’AIPU Internationale.
Pour l’instant, le programme d’activités n’est bien évidemment pas établi, puisqu’il s’agit déjà de rendre cette association officielle en la dotant d’un Conseil d’administration et de statuts.
Dans cette perspective, tous les membres du groupe technique qui travaillent depuis plusieurs mois à l’organisation de cette AGC comptent sur votre participation !

Alors inscrivez-vous ! ou si vous ne pouvez pas venir, participez à distance en donnant votre pouvoir à une personne qui sera présente.

Vous pouvez également prendre connaissance de la version préliminaire des statuts qui sera soumise au vote lors de l’AGC et proposer des amendements (20 novembre, dernier délai).

Le 20 novembre, c’est aussi la date butoir pour proposer votre candidature à l’un de 8 postes du CA. Et les jeux sont ouverts !

Les ateliers de prospective du 2 décembre seront également un moment fort ! Nous souhaitons que les débats reflètent la pluralité des initiatives françaises en matière d’enseignement dans les établissements supérieurs et que des convergences d’intérêts et d’actions puissent être formulées.

Pour les adhésions, en revanche, il faudra attendre un peu… pas avant début 2014, le temps que l’association soit effectivement enregistrée auprès de la préfecture et que les démarches bancaires soient accomplies.
Mais cela ne vous empêche bien entendu pas d’apporter votre contribution en amont !

 

D’autres rendez-vous sont d’ores et déjà prévus en 2014 :

– une journée scientifique à Dijon, le vendredi 14 février 2014, à l’initiative de l’université de Bourgogne
Cette journée, organisée à l’occasion des 10 ans du Centre d’innovation pédagogique et d’évaluation, aura pour thème « Pratiques pédagogiques et apprentissages étudiants : liens, effets et perspectives d’évaluation ».

– le 28ème congrès de l’AIPU qui se tiendra à l’université de Mons en Belgique, du 18 au 22 mai 2014
Le thème retenu est le suivant : « Pédagogie universitaire, entre enseignement et recherche ».

 

———————–

[1] membres du groupe technique : Emmanuelle ANNOOT (Université du Havre), Christophe BATIER (Université Claude Bernard – Lyon 1), Joëlle DEMOUGEOT-LEBEL (Université de Bourgogne), Julien DOUADY (Université Joseph Fourier – Grenoble), Laure ENDRIZZI (École normale supérieure de Lyon), Brigitte GASSIE (Université de Nantes), Anne-Céline GROLLEAU (Université de Nantes) et Nicole REGE COLET (Université de Strasbourg).