Archives du mot-clé curriculum

Les contenus d’enseignement : des programmes au curriculum

Tout projet éducatif se devrait d’assurer une certaine cohérence entre  les finalités éducatives générales, les contenus d’enseignement, leur mise en œuvre et leur évaluation. Sa mise en œuvre se fait dans le cadre de la scolarité obligatoire, temps d’apprentissages pendant lequel l’École doit préparer les enfants et adolescents à leur vie d’adultes. Ce processus complet de transmission et d’acquisition de connaissances – et de compétences – constitue ce que l’on nomme « curriculum ».

Les contenus d’enseignement en sont le pivot central, programmes d’études, programmes scolaires ou plans d’études, dépassant un cadre construit, académique et peu contextualisé.

Le Dossier d’actualité n°85 (juin 2013) propose une synthèse des travaux permettant de comprendre le comment et le pourquoi de la construction des contenus, entre ce qu’ils sont et ce qu’ils pourraient être.

L’histoire de l’éducation donne quelques clés pour appréhender comment les systèmes éducatifs se sont appuyés sur telle ou telle structuration des savoirs à enseigner, mais il faut bien l’appui de la sociologie ou de la didactique pour comprendre la construction des contenus d’enseignement, les choix privilégiés par l’une ou l’autre, les rapports entres contenus, savoirs, savoir-faire et apprentissages.

Le cloisonnement des disciplines, une vision décontextualisée de la transmission des savoirs, de la transposition didactique, des programmes prescrits, influencés par les évaluations, s’opposent à une vision globale de l’éducation, se préoccupant des situations effectives d’apprentissages, responsabilisant tous les acteurs.

Un survol des travaux de recherche en éducation montre que la construction des contenus d’enseignement peut être associée à l’appropriation qui y est faite de la notion de curriculum, en France, en Angleterre, en Belgique, en Italie ou en Finlande, où le niveau de réflexion, les valeurs mises en perspective et les acteurs impliqués ne sont pas les mêmes, sans parler des finalités éducatives, pas toujours clarifiées et explicitées.

Les pratiques sociales et leurs interférences avec la forme scolaire supposent la construction d’autres contenus, pour d’autres savoirs que les seuls savoirs savants. Alors qu’un nouveau Conseil supérieur des programmes va commencer ses travaux, la réflexion sur la construction d’un véritable curriculum donnant « un cadre prescrit intransigeant » mais « laissant explicitement aux professeurs la liberté de construire, dans la diversité des écoles et établissements scolaires, les stratégies de mise en œuvre et d’évaluation.

P.S. : pour illustrer les problématiques posées par « les contenus d’enseignement », on pourra lire l’article de blog d’un prof d’histoire-géographie en collège, « Histoire et géographie : libérons les élèves du programme« , qui reprend la plupart des  critiques exprimées envers les programmes, leur conception, les injonctions [réelles ou ressenties], etc.

Vers un nouveau conseil supérieur des programmes

Le projet de loi sur la refondation de l’école prévoit la mise en place d’un conseil supérieur des programmes qui sera chargé non seulement de donner son avis sur tout ce qui concerne les contenus d’enseignement et les examens, mais aussi sur le contenu de la formation des enseignants.

J’avais comme beaucoup cet été, dans le cadre des travaux de la refondation, souhaité la mise en place d’un tel conseil qui manquait cruellement depuis la suppression du conseil national des programmes, et qui soit un lieu de représentation de la société et non une seule instance de discussion limitée aux experts disciplinaires du ministère ou de l’inspection.

La question de savoir comment déterminer ce qu’il vaut la peine de mettre dans les contenus de la scolarité (et surtout de la scolarité obligatoire) est en effet cruciale et la loi de 2005 sur le socle commun n’a pas épuisé la discussion sur ce sujet à fort enjeux.

De ce point de vue, le conseil prévoit 16 membres dont 6 ne procèdent pas de l’éducation nationale (4 parlementaires et deux membres du comité économique et social). Il reste à savoir qui le ministre va désigner dans les 10 personnalités qualifiées nommées par le ministre de l’éducation nationale.  Il y a très peu de personnes qui ont étudié en France ces questions de façon synthétique et sans être représentants d’une discipline ou d’un champ disciplinaire particulier…

J’avais aussi plaidé, comme Roger François Gauthier, pour une conception ambitieuse qui prenne en compte l’ensemble des dimensions du curriculum (contenus, mais aussi évaluations et formations des enseignants) et de ce point de vue, les intentions traduites dans le pré-projet de loi sont ambitieuses même si elles sont rassemblées, pour des raisons compréhensibles, sous le terme chapeau de « programmes ».

Un premier cadre est donc fixé et il sera intéressant de voir comment il prendra vie.

Pour aller plus loin :

– une note critique dans la Revue française de pédagogie du dernier ouvrage de P. Perrenoud « Quand l’école prétend préparer à la vie…Développer des compétences ou enseigner d’autres savoirs? » : http://rfp.revues.org/3731 ;

– l’introduction de R-F Gauthier sur un numéro de la RIES concernant les politiques curriculaires : http://www.ciep.fr/ries/introduction-ries-56.pdf ;

– dossier : contenus et programmes scolaires, comment lire les réformes curriculaires ? : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=recherche&dossier=53&lang=fr

– le défi de l’évaluation des compétences : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=76&lang=fr

Une européanisation du curriculum ?

Longtemps étroitement contenu dans les cultures et les programmes nationaux, le curriculum éducatif semble devenir une question de plus en plus débattue au niveau international et, singulièrement, européen. La promotion des compétences-clés par l’OCDE et l’Europe  (cf. notre dossier sur l’approche par compétences) a constitué notamment un puissant facteur de dissémination et d’appropriation de concepts communs dans tous les pays.

De façon significative, la commission européenne lance en ce moment un appel d’offre pour la constitution d’un réseau européen de politiques pour l’implémentation des compétences clés dans l’enseignement scolaire ( European Policy Network on the Implementation of Key Competences in School Education).

Du côté de la recherche, la question est de plus en plus débattue également, parfois de façon très critique. A titre d’exemple, la revue de l’association européenne de recherche en éducation (EERA) lance un appel à contribution sur la réforme des politiques curriculaires dans les systèmes éducatifs européens (The European Curriculum: Restructuring and Renewal ).

A suivre ?…

Aborder l’éducation par le curriculum

Lorsqu’on parle de curiculum en France, on pense plutôt au Curriculum Vitae qu’à une expression courante dans le domaine des réformes éducatives ou des changements de contenus scolaires. Dans l’Hexagone, il est plutôt de tradition de parler de programmes voire de disciplines d’enseignement.

Dans de nombreux pays, pourtant, le « curriculum » est un concept familier aux décideurs et aux acteurs de l’éducation, qui peut servir à qualifier les contenus, mais aussi les objectifs de l’éducation, les modes d’évaluation ou encore l’articulation des différents modes d’enseignement.

Il nous a paru intéressant de revenir sur cette notion qui, mieux que celle de « programmes », permet d’appréhender des évolutions globales comme celle du socle commun de connaissances et de compétences en France, prévu par la loi votée par le parlement en 2006.

C’est pourquoi notre Dossier d’actualité n° 53 du mois d’avril, intitulé : « Contenus et programmes scolaires :
comment lire les réformes curriculaires ?
« , s’efforce de présenter le concept, ce qu’il recouvre et la façon dont l’utilisent certains chercheurs pour aborder l’actualité des réformes éducatives en France et ailleurs.