Est-ce que l’École prépare à la vie ?

Ce texte fait partie de la série d’articles d’approfondissement qui accompagnent les épisodes du podcast En Quête d’École, diffusés tous les mois sur Kadékol, la webradio de l’Institut Français de l’Éducation. Chaque article revient sur des questions qui traversent le système éducatif français et propose des éléments d’analyse et de réponse tirés de la recherche en histoire et en sciences sociales

Cet article accompagne l’épisode du mois de mai 2021 intitulé : Est-ce que l’École prépare à la vie ? Il propose un retour historique sur l’opposition entre théorie et pratique dans la philosophie et dans les curricula scolaire, et montre l’influence de J.Dewey dans la mise en œuvre d’une éducation globale des enfants contre l’instruction scolaire traditionnelle. Il revient sur les expérimentations pédagogiques en France – de l’Éducation Nouvelle aux établissements expérimentaux- et interroge l’apparition des « Éducations à » dans le système traditionnel. Enfin, il propose un pas de côté vers les initiatives qui se développent à l’international pour mieux préparer les élèves à la vie, et montre comment ces évolutions interrogent le système éducatif et ses finalités.

Sommaire

« Transmettre et préparer à la vie : l’école française doit cesser d’être, pour l’essentiel, un appareil distribuant des diplômes qui permettent de se placer, pour jouer pleinement son rôle d’instruction et d’éducation des jeunes. » 

En 2015, François Dubet et Marie Duru-Bellat inscrivent ce double objectif au premier rang de leur essai intitulé : 10 propositions pour changer d’école. Cette déclaration marque un parti pris dans l’éternel débat entre les tenants d’un système éducatif qui doit former l’enfant dans sa totalité (Rabelais, Rousseau, Pestalozzi, Dewey,..) et ceux qui, à l’image de Condorcet, estiment que l’École doit se limiter à instruire les enfants : « Il faut donc que la puissance publique se borne à régler l’instruction, en abandonnant aux familles le reste de l’éducation. » (Condorcet, 1791)

Depuis le XIXème siècle, l’objectif de l’instruction publique-devenue Éducation Nationale- est double : il s’agit à la fois de former l’esprit des jeunes générations par la transmission d’un ensemble de connaissances, mais aussi de les éduquer dans leur globalité en développant leurs qualités physiques, intellectuelles et morales, de façon à leur permettre d’affronter leur vie personnelle et sociale.

« Tous les textes législatifs sur l’éducation le soulignent, l’école entend tout autant éduquer qu’instruire, et a donc une visée de socialisation et de formation des personnalités. » (Duru-Bellat, Mons & Bydanova, 2008)

Continuer la lecture de « Est-ce que l’École prépare à la vie ? »

À quoi sert l’éducation artistique et culturelle?

Le 8e numéro d’Edubref, ces documents illustrés de quatre pages pour permettre une première entrée dans les recherches sur une thématique éducative, porte sur l’éducation artistique et culturelle (EAC). Entre les sorties au cinéma, les visites scolaires au musée, les interventions d’artistes dans les classes ou encore les ateliers de création théâtrales, les activités artistiques et culturelles sont omniprésentes dans l’école. Si les discours semblent généralement unanimes en leur faveur, les pratiques sur le terrain varient fortement. Quels sont les objectifs poursuivis, quelle est leur histoire ? Quels effets sur les élèves, et quelle articulation avec leurs pratiques extrascolaires ? Quelles interactions avec des institutions culturelles, avec des artistes ? Continuer la lecture de « À quoi sert l’éducation artistique et culturelle? »

À l’école, citoyens !

Dix ans (déjà) de débats médiatiques, politiques et sociaux depuis l’inscription de l’instruction morale et civique à l’emploi du temps des élèves à l’école élémentaire ; diverses controverses autour de la « morale laïque », de la mise en place de l’enseignement moral et civique (EMC) ou de celle du parcours citoyen ont ensuite eu lieu. Dans le même temps, les attentes envers l’institution scolaire ont changé d’ampleur, et peut-être de nature, dans un contexte politique intérieur et international de plus en plus clivant.

Les textes officiels sur l’éducation à la citoyenneté ont certes connu des mutations… mais en va-t-il de même de ses fondements, de ses objectifs, de ses pratiques au quotidien et de ses éventuels résultats ? Éduquer à la citoyenneté à l’école interroge les missions de l’institution scolaire, entre instruction et socialisation ; sa place au cœur ou à l’abri de la Cité ; l’articulation entre proclamation de valeurs et de principes démocratiques et républicains d’une part et leur visibilité dans l’expérience scolaire des élèves et des enseignants de l’autre. Continuer la lecture de « À l’école, citoyens ! »

D’où viennent les programmes scolaires ?

On nous demande souvent de proposer une publication qui fasse le point sur l’essentiel de ce que l’on  peut dire sur telle ou telle question éducative, à partir de nos lectures des travaux de recherche. Nos dossiers de veille réalisent déjà une première synthèse, mais ils nécessitent néanmoins de prendre le temps de se poser pour lire plus d’une vingtaine de pages.

C’est pourquoi l’unité Veille & Analyses de l’IFE tente le pari d’une nouvelle production : “Édubref

A la lumière de différents travaux et études qui ont déjà été analysés dans nos dossiers, chaque numéro d’Édubref rassemblera, dans un format très court, quelques idées qui nous apparaissent incontournables sur un sujet d’éducation.

Le premier Édubref est ainsi consacré à la question des programmes, pour replacer en perspective cette fonction de production des contenus  d’enseignement qu’on appelle aussi parfois ailleurs la politique “curriculaire”.

Télécharger Edubref : d’où viennent les programmes scolaires ?

L’histoire scolaire : des savoirs en débat

La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), vient de publier les résultats des évaluations CEDRE 2012 (Cycle des évaluations disciplinaires sur échantillon) pour la discipline histoire-géographie-éducation civique, pour les élèves en fin de collège et en fin d’école. Les élèves de primaire ont suivi les programmes de 2008, contrairement aux élèves de troisième pour lesquels ces programmes ont été mis en place après la phase d’évaluation. La dernière évaluation de ce type a été réalisée en 2006.

Au primaire, les performances des élèves sont stables, tant du point de vue du score moyen que de la répartition entre groupes de niveau. En fin de collège, on constate une baisse sensible du niveau moyen et une forte augmentation du nombre d’élèves figurant dans les groupes les plus faibles. Outre un déficit dans la maitrise de la langue, on observe « un affaiblissement de l’assimilation par les élèves d’une culture scolaire géographique et historique, notamment dans les établissements les plus défavorisés.

Ces évaluations portent à la fois sur la méthodologie du travail (autonomie, esprit critique, capacité à rédiger) que sur les éléments historiques retenus par les élèves.

Des analyses complémentaires portent sur la réception de cet enseignement d’histoire-géographie par les élèves, la vision qu’ne ont les enseignants.

Car au-delà de simples constats, il est intéressant d’étudier à la fois la construction des contenus d’enseignement, les attendus relatifs aux savoirs et compétences à acquérir par les élèves et ce qu’en retiennent les élèves.

Le Dossier de Veille de l’IFÉ du mois de mars parcours la littérature de recherche pour cerner l’évolution des enjeux de cette construction de l’histoire et de sa réception dans les classes, évoquant notamment la place du « roman national » dans plusieurs systèmes éducatifs et le difficile apprentissage de l’esprit critique vis-à-vis d’une histoire scolaire « fabriquée ».

Feyfant Annie (2016). Les enjeux de la construction d’une histoire scolaire commune. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 109, mars. Lyon : ENS de Lyon. http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=109&lang=fr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search