Allemagne + manuels scolaires (entre autres) = Georg-Eckert-Institut für internationale Schulbuchforschung

Deux semaines entourée de manuels scolaires en provenance du monde entier, à feuilleter des ouvrages et des revues spécialisées principalement germanophones, à rencontrer et échanger avec des chercheurs et des chercheuses de tous horizons disciplinaires et géographiques pour mieux comprendre les singularités et les enjeux des recherches en éducation outre-Rhin (et accessoirement échapper à la canicule qui sévissait à Lyon …) : c’est ce qu’un séjour de recherche au Georg-Eckert-Institut – Leibniz-Institut für internationale Schulbuchforschung (Institut Georg Eckert – Institut Leibniz de recherche internationale sur les manuels scolaires) de Braunschweig (Brunswick) en Allemagne m’a permis de vivre en ce début d’été 2019. Ce billet dresse donc dans un premier temps un portrait de cet institut de recherche original par son histoire et ses objets, pour ensuite proposer un premier bilan de cette expérience d’immersion dans le monde des recherches en éducation – de la Bildungsforschung – à l’allemande. Continuer la lecture de « Allemagne + manuels scolaires (entre autres) = Georg-Eckert-Institut für internationale Schulbuchforschung »

Rapprochements sociologiques au Sud de l’Europe

Alors que le Congrès de l’Association française de sociologie se prépare pour fin août 2019 sur le thème “Classer, déclasser, reclasser” , c’est une autre actualité sociologique inédite qui vient sur le devant de la scène. Dans un appel à contributions d’un prochain numéro conjoint, les revues IJSE (Italian Journal of Sociology of Education) et RASE (Revista de Sociologia de la Educacion) proposent de réfléchir à une sociologie de l’éducation commune aux pays du Sud de l’Europe.

Lire la suite

Le CIDREE, un réseau européen pour agir et réfléchir en éducation

Ni instance de coopération gouvernementale, ni association de chercheurs, le Consortium d’institutions pour la recherche et le développement en éducation en Europe (CIDREE) est un réseau original qui regroupe à ce jour 17 membres représentants chacun un système éducatif européen. Certains membres font partie de leur ministère, d’autres sont issus d’une agence éducative relativement autonome de leur gouvernement, d’autres sont localisés au sein d’une université, mais tous partagent un rôle national dans leur champ de compétences. C’est l’ENS de Lyon, via l’IFÉ, qui représente la France, l’Institut français de l’éducation ayant repris en l’occurence l’adhésion qui était assurée par l’INRP jusqu’à sa dissolution. Continuer la lecture de « Le CIDREE, un réseau européen pour agir et réfléchir en éducation »

Europe 2020 : où en sont les objectifs éducation à mi-parcours ?

statEurostat vient de publier les indicateurs à mi-parcours du projet Europe 2020 lancé en 2010 par l’Union européenne pour l’emploi et la croissance. Deux des objectifs principaux de ce projet sont consacrés à l’éducation :

  • Abaisser le taux de sortie précoce du système scolaire à moins de 10 % en moyenne sur l’ensemble des pays ;
  • Augmenter le nombre de diplômés de l’enseignement supérieur pour au moins 40 % de la population âgée de 30 à 34 ans (les taux fixés étant différents selon la situation de départ de chaque pays, 66% pour le Luxembourg par exemple ou encore 27% pour l’Italie)

L’analyse des résultats montre que la part des jeunes quittant prématurément l’école a diminué progressivement dans l’Union européenne, en passant de 17,0% en 2002 à 11,1% en 2014. Les femmes sont le plus souvent moins affectées que les hommes par le phénomène de la sortie prématurée du système éducatif. La Croatie, la Slovénie et la Pologne se retrouvent en tête des pays ayant réussi à faire baisser la proportion de décrocheurs. La France n’a pas encore atteint son objectif fixé à 9,5%.

En ce qui concerne le taux de diplômés de l’enseignement supérieur, on constate que là aussi les chiffres sont encourageants avec un passage de 23,6% en 2002 à 37,9% en 2014. Le nombre de femmes diplômées a progressé plus fortement, de 24,5% à 42,3% en moyenne dans l’ensemble des pays membres de l’Union. Le pourcentage pour la France se situe juste après celui des pays scandinaves avec un taux à 44% de diplômés alors que son objectif 2020 personnel a été fixé à 50%.

Une synthèse pour la France est disponible là : http://ec.europa.eu/europe2020/europe-2020-in-your-country/france/country-specific-recommendations/index_en.htm

Source : Indicateurs Europe 2020 sur l’éducation en 2014

Les objectifs par pays : http://ec.europa.eu/europe2020/pdf/targets_en.pdf

 

Focus sur les pratiques numériques des chercheurs européens en SHS

C’est en lançant une enquête sur les pratiques numériques des chercheurs en SHS que le tout nouveau consortium européen DARIAH (pour Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities), inauguré en août 2014 et installé à Paris, commence à développer les partenariats européens en matière de recherche en SHS.

En se basant sur le partage et la comparaison d’infrastructures nationales déjà existantes, DARIAH a pour objectif de créer une nouvelle infrastructure qui permettra :

  • d’accroître la visibilité de la production scientifique SHS au niveau européen (corpus, bases de données, de publications, etc.) ;
  • de valoriser les réalisations dans le domaine des humanités numériques ;
  • de rendre multilingues un nombre important de ressources, d’outils et de services ;
  • d’établir de nouvelles coopérations entre chercheurs, via les réseaux construits par DARIAH.”

Tout cela passe notamment par la mise à disposition de ressources en libre accès et de logiciels open source. DARIAH est organisé en 4 Virtual Competency Centres (VCC) auxquels participent les 15 membres européens : “e-Infrastructure”, “Research and Education Liaison” (chargé du partage d’expertise entre chercheurs européens dans les différentes disciplines des humanités numériques), “Scholarly Content Management” et “Advocacy, Impact and Outreach”.

 

Pour plus d’information sur DARIA (site européen) : http://dariah.eu/

La date limite pour répondre à l’enquête destinée aux chercheurs en SHS (10 minutes pour répondre) est le 31 janvier 2015 : n’hésitez pas à faire circuler rapidement l’information dans vos réseaux.

 

Persévérance scolaire et action territoriale au Québec

Dans le cadre de l’Observatoire national des politiques éducatives locales, Michel Perron, professeur à l’université de Chicoutimi, est intervenu le mardi 12 mars pour une conférence intitulée “Persévérance scolaire, mobilisation des acteurs, action territoriale : les ancrages d’un nouveau mouvement social au Québec?”. En voici le compte-rendu.

Pour comprendre l’utilisation très québecoise du concept de “persévérance scolaire”, il faut faire un peu d’histoire du système éducatif et de terminologie:
– entre le secondaire et le supérieur il existe un “sas” de trois ans qui prépare à l’entrée dans le supérieur ou à une formation technique : les Cégep (collège d’enseignement général et professionnel),
– la gouvernance éducative est provinciale,
– après plusieurs réformes, l’objectif de réussite pour tous, vise à ce que tous les élèves sortent du système scolaire avec un diplôme.

Chaque établissement produit un plan de réussite, des études longitudinales et transversales ont été mises en place avec l’idée en arrière plan de persévérance scolaire, basée sur un certain nombre d’indicateurs.

Quatre indicateurs de la persévérance scolaire constitut l’indice de persévérance et de réussite scolaires (IPRS):

  • le taux de réussite à l’épreuve ministérielle de langue d’enseignement (peut être repassé deux fois, c’est le meilleur résultat qui est pris en compte),
  • le taux de sorties sans diplôme ni qualification (appelé aussi taux de décrochage). Le suivi des élèves québecois se trouve facilité par l’existence d’une code assigné à chaque élève tout au long de sa scolarité (NB: le décrochage n’est pas permanent),
  • le taux de diplômation après  5 ans au secondaire
  • le taux de diplômation après 7 ans au secondaire

Le concept de persévérance scolaire

Il s’agit de chercher à maintenir les élèves dans le système scolaire jusqu’à l’obtention d’un diplôme (ou à défaut d’une reconnaissance de fin de scolarité).

La persévérance scolaire est donc un processus qui s’inscrit dans le temps. Il convient de prendre en compte des facteurs personnels (genre, aspirations, comportements , habiletés, habitudes sociales, etc.); des facteurs familiaux (impact du niveau de  scolarité de la mère ); facteurs scolaires; facteurs sociaux.

Le défi des inégalité sociales au Québec

Dans une  approche sociogéographique, M. Perron présente une analyse géographique des indicateurs de persévérance et de réussite scolaires au Québec “Cartodiplôme“.

Il s’agit d’essayer de comprendre les liens possibles entre les disparités spatiales de l’IPRS et les inégalités sociales, économiques et territoriales.
Du point de vue démographique, on regarde la proportion de familles monoparentales, de logements ayant besoin de réparations majeures, des logements antérieurs à 1946, des ménages locataires de leur logement, des personnes sans diplôme ou détenant un diplôme universitaire, des ménages comptant  4 membres ou plus. On étudie le taux de variation de la population, la ratio entre jeunes et population active.
Parmi les variables économiques, on retient le taux d’activité, le taux d’emploi, le revenu moyen individuel et par famille, (aec un seuil inférieur à 30000$ ou supérieur à 100000$., la répartition par grands secteurs d’activité.
Les variables géographiques sont la densité de l’écoumène (ensemble des terres habitées ou exploitées par l’homme), la distance entre la municipalité régionale de comté (MRC) et les grands centres urbains

Quels sont les variables les plus prédictives d’une hausse ou d’une baisse de l’IPRS?

  • Variables impactant à la baisse:
    – le taux de variation de la population entre 1996 et 2006 (augmentation)
    – % de logements ayant besoin de réparations majeures
    – % de gens ne parlant pas une langue officielle à la maison
    – % de familles monoparentales
    – % d’individus sans diplôme (25-64 ans)
    – % d’individus de plus de 15 ans sans revenu
    – % de travailleurs des métiers transports, machineries
  • Variables impactant à la hausse:
    – poids démographique
    – taux d’activité
    – proportion de logements construits avant 1946
    – éloignement de Montréal

 La mobilisation sur la persévérance scolaire témoigne-t-elle d’un mouvement social?

On voit apparaitre de nouveaux enjeux plus proche de la sphère privée, modifiant les logiques de mobilisation. Les revendications sont individuelles, voire de groupes mais plus de classe. Le décrochage fait partie de ses préoccupations et font que l’enjeu individuel devient un enjeu public.L’abandon scolaire est vu comme un problème social et non comme un problème scolaire:
– pour les étudiants: perspective d’un salaire moindre, emplois limités;
– pour les établissements scolaires : mauvaise utilisation des ressources scolaires, inefficacité sur le plan de l’enseignement ou de l’administration;
– pour les sociétés: main d’œuvre moins qualifiée, prospérité économique affaiblie.

L’abandon scolaire peut être exprimé en terme de pertes fiscales et de coûts sociaux mais aussi en termes d’inégalités sociales exacerbées.

La mobilisation contre le décrochage et pour la persévérance scolaire s’est faite autour d’acteurs aussi divers que des conseillers pédagogiques, des chercheurs, des cadres éducatifs, des chefs d’entreprises, des banquiers, des fondations. (groupe action persévérance).

Ce qu’il convient de faire :
– favoriser la prévention,
– voir l’abandon scolaire comme un problème social,
– susciter la mobilisation et l’engagement,
– tisser des liens entre recherche et terrain (pratiques efficaces),
– soutenir les acteurs, par le dialogue, les échanges, le transfert,
– ancrer les actions territorialement, par une mobilisation locale,
– adopter le mode de gouvernance aux acteurs.

Bibliographie

  • Michel Perron. “Persévérance scolaire et engagement collectif : pour une vision commune d’un chantier québécois”. Sommet de l’éducation publique, Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), Québec, 1er juin 2012. (PDF)
  • Actes des premières journées interrégionales sur la persévérance scolaire et la réussite éducative, Château Mont-Sainte-Anne, 30-31 octobre 2008. (PDF, 82 p.)

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search