Archives par mot-clé : autonomie

Retour sur la réforme du collège de 2016 : une note de recherche issue du projet CROSSCUT

Les EPI, ces enseignements pratiques interdisciplinaires mis en place lors de la réforme du collège de 2016, avaient fait couler beaucoup d’encre à l’époque, mais ont été en partie abandonnés dès la rentrée 2017, à la faveur d’un changement ministériel. Que peut-on dire aujourd’hui de ce dispositif ? de l’interdisciplinarité ? de l’enseignement transversal, qui s’inscrit dans des horaires particuliers et doit être pris en charge en croisant les matières ?

C’est à toutes ces questions et bien d’autres que le projet CROSSCUT “Cross-curricular Teaching” a cherché à répondre en 2016, lors d’une enquête réalisée dans 6 pays européens, dont la France. Nous avons régulièrement fait part des résultats du projet et de son déroulement dans plusieurs articles de ce blog :

Il s’agit ici du dernier article qui présente une note de recherche (ré-)exploitant, à 3 ans d’intervalle, les résultats du volet français de l’enquête réalisée dans le projet CROSSCUT en 2016-2017. Trois ans, c’est une éternité en éducation puisque beaucoup d’éléments de la réforme du collège ont été adaptés ou supprimés dès la rentrée 2017, un an à peine après la mise en place de la réforme, et qu’un changement de programmes de collège s’annonce pour la rentrée 2020, pour les adapter aux nouveaux programmes de lycée.

Continuer la lecture de Retour sur la réforme du collège de 2016 : une note de recherche issue du projet CROSSCUT

Compétences sociales à l’école : apprendre à vivre ensemble ?

Apprendre à vivre ensemble est considéré comme l’un des apprentissages prioritaires de l’école élémentaire. Cet objectif se poursuit dans le secondaire si l’on se réfère aux textes officiels, en particulier au socle commun de connaissances, de compétences et de culture [1] élaboré en 2015. Aujourd’hui, en France, le Diplôme National du Brevet vient sanctionner l’acquisition des compétences décrites dans le socle dont notamment les compétences sociales citées dans le domaine 3 qui visent la formation de la personne et du citoyen : « l’élève exprime ses sentiments et ses émotions en utilisant un vocabulaire précis. Il exploite ses facultés intellectuelles et physiques en ayant confiance en sa capacité à réussir et à progresser. L’élève apprend à résoudre les conflits sans agressivité, à éviter le recours à la violence grâce à sa maitrise de moyens d’expression, de communication et d’argumentation. Il respecte les opinions et la liberté d’autrui, identifie et rejette toute forme d’intimidation ou d’emprise. Apprenant à mettre à distance préjugés et stéréotypes, il est capable d’apprécier les personnes qui sont différentes de lui et de vivre avec elles. Il est capable aussi de faire preuve d’empathie et de bienveillance ».

Les élèves doivent donc valider deux types de compétences, au-delà des compétences disciplinaire classiques : des compétences sociales et civiques d’une part, d’autonomie et d’initiative d’autre part. Généralement considérées comme des compétences sociales, non académiques ou encore non cognitives, ces compétences s’expriment pourtant suivant le même processus : les compétences font parfois référence à des attitudes (performances mesurables dans des actes) ou à des comportements (savoir-faire, être capable de), ou encore à des fonctions (actes ordonnés par une finalité), mais aussi à des potentialités (disposition interne au sujet), qui s’actualisent sous forme de réponses nouvelles à des situations nouvelles.Cette définition fait référence au compétences en générale mais aussi à leur déclinaison en compétences de base, compétence cognitive, compétence transversale, compétence émotionnelle, compétence socio-affective, compétence académique, compétence collective. Les compétences sociales correspondant donc à un ensemble de comportements adaptatifs appris, se modifiant avec l’âge, au cours des expériences vécues. Ne serait-il pas plus pertinent de leur conférer un aspect dual plutôt que de vouloir séparer la dimension cognitive de la dimension comportementale.

Est-ce la mission de l’école que de mieux préparer les élèves à la vie qui les attend, de leur apprendre à gérer leurs émotions, d’éveiller leur sentiment d’empathie ? Dans quelle mesure le système éducatif contribue t-il au développement de ces compétences et le fait-il de manière consciente ? Ces questions sont débattues dans notre Dossier de veille 121 du mois de janvier : À l’école des compétences sociales.

[1] Lire ici les objectifs du Socle commun de compétences, de connaissances et de culture dans les cinq grands domaines.

Gaussel Marie (2018). À l’école des compétences sociales. Dossier de veille de l’Ifé, n°121, janvier. Lyon : ENS de Lyon.