Archives par mot-clé : Articles

Former des citoyens… numériques ?

Article paru dans les Cahiers pédagogiques, le 27 octobre 2023

La citoyenneté numérique désigne la « capacité de s’engager positivement, de manière critique et compétente dans l’environnement numérique, en s’appuyant sur les compétences d’une communication et d’une création efficaces, pour pratiquer des formes de participation sociale respectueuses des droits de l’Homme et de la dignité1 ».

Cette notion relève d’enjeux individuels et collectifs. Elle permet en effet de réfléchir aux possibilités d’agentivité du sujet – au sens de sa capacité à avoir le contrôle de ses actes et de leurs effets – dans sa participation aux environnements numériques. À l’école, elle peut être enseignée dans le cadre de l’éducation à la citoyenneté numérique (ECN), dont les visées sont adaptatives, mais aussi émancipatrices2.

L’ECN, qui relève elle-même de l’éducation à la citoyenneté, vise à sensibiliser aux ramifications sociétales de l’usage des technologies. Elle est mise au travail depuis quelques années, par exemple par le Conseil de l’Europe, dans le but de dégager des pistes d’action pour les politiques et les pratiques éducatives.

Les compétences constitutives de l’ECN renvoient à plusieurs enjeux démocratiques, tels que le développement de l’esprit critique, la sécurité entourant l’usage des plateformes numériques (cyberharcèlement, confidentialité), ou l’accès aux technologies. Cet accès doit être égal (pour toutes et tous, indépendamment des particularités individuelles), équitable (pour celles et ceux qui en ont besoin) ou encore universel, en s’assurant de l’accessibilité des technologies de manière à inclure le plus grand nombre de personnes.

DES APPROCHES PÉDAGOGIQUES VARIÉES

Des travaux de recherche récents permettent de dégager plusieurs approches pédagogiques pour former à la citoyenneté numérique3. Les objectifs affichés sont notamment de développer l’esprit critique portant sur la circulation des informations en ligne ou de favoriser les interactions en ligne, par exemple en encourageant des productions ou actions qui engagent les élèves dans l’espace public, éventuellement en collaboration avec des partenaires extrascolaires. Ainsi, une de ces approches propose de mettre en œuvre l’analyse multimodale4 des informations publiées en ligne pour développer un esprit critique dans la réception des informations.

Une seconde approche préconise l’examen des différentes dimensions de la communication médiatisée et de leurs liens, ainsi qu’un regard historique sur les genres et les formes de communication. Une autre piste est constituée par l’apprentissage expérientiel, en encourageant par exemple les élèves à délibérer sur des forums en ligne avec d’autres citoyens.

L’approche socio-interactionnelle offre aussi de participer à des productions (écrites ou autres) en ligne, à destination ou avec des internautes extérieurs au groupe d’apprenants.

Une dernière approche propose de faire expérimenter la création numérique et de développer des compétences de négociation en participant à des processus de prise de décision en ligne.

DES EFFETS POSITIFS

Ces multiples démarches présentent des effets positifs : nouvelles perceptions et représentations des dynamiques d’interaction (négociation, conflit), de l’intérêt des ressources numériques libres d’accès, meilleure capacité à se décentrer, plus grande confiance en soi, développement de l’agentivité, de l’autonomie et de la solidarité.

L’ECN concerne toutes les disciplines scolaires et ne s’arrime pas seulement à l’éducation aux médias et à l’information (EMI). Caractérisée par son horizon démocratique, elle constitue un objet essentiel de formation de la personne et du citoyen. Son déploiement a pour visée de transformer des discours politiques et institutionnels sur la citoyenneté numérique en une autonomie individuelle et des comportements numériques collectifs citoyens.

Prisca Fenoglio
Médiatrice scientifique, équipe Veille et analyses de l’IFé (ENS de Lyon)

Pour aller plus loin

Prisca Fenoglio, « L’inclusion numérique en éducation : un enjeu de démocratie », Édubref 17, septembre 2023, ENS de Lyon. https://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/EB-Veille/Edubref-septembre-2023.pdf.

 

L’équipe Veille & Analyses recrute !

L’IFÉ recrute pour mars 2024 une ou un chargé·e de médiation scientifique pour un CDD initial de 12 mois et sur un contrat ITRF de catégorie A. Le poste est rattaché à l’équipe Veille et Analyses de l’institut français de l’éducation  au sein de l’École normale supérieure de Lyon.

Retrouver ici l’annonce officielle sur le site de l’ENS.

Veille et Analyses est aujourd’hui composée de 5 personnes et nous attendons un ou une nouvelle médiatrice scientifique pour renforcer l’équipe. Travailler à la Veille de l’IFÉ est une expérience originale pour qui veut contribuer de façon intensive à  la médiation entre le monde des recherches et celui des pratiques éducatives. La plupart de nos activités consistent en effet à valoriser la littérature scientifique relative à l’éducation et à la formation et à améliorer la circulation  des savoirs entre ces deux mondes en publiant des états de l’art comme les Dossiers de veille, notre production phare, des courtes synthèses, comme les Édubrefs, ou encore diverses publications en direction des actrices et acteurs de l’éducation. Cette valorisation se traduit également par des séminaires de travail, des formations ou des interventions lors de conférences.

Quelles sont les principales compétences attendues des candidat·es ?

Travailler à la veille requiert avant tout une grande curiosité intellectuelle, puisqu’il s’agit de s’intéresser à des travaux dans toutes les disciplines constitutives de la recherche en éducation (sciences de l’éducation, pédagogie et didactique, sociologie, psychologie, histoire, philosophie…). Il est indispensable d’aimer lire et écrire de façon assez dense : il est attendu de chaque collègue de la veille qu’il rédige régulièrement des Dossiers de veille  et Edubrefs (deux par an généralement) et d’éventuelles notes ou articles plus ponctuels dans des revues professionnelles. Posséder une culture scientifique en sciences de l’éducation, en SHS au minimum, ou en formation est fortement recommandé.  Il faut également apprécier le travail en équipe, car il est dans nos habitudes d’échanger sur nos sujets respectifs et de nous relire sans craindre le regard critique des collègues. Il est enfin nécessaire de maitriser suffisamment l’anglais pour pouvoir lire des articles de recherche dans cette langue.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur les recherches en éducation et faire de la médiation entre mondes universitaires et mondes scolaires et éducatifs, n’hésitez plus, rejoignez notre belle équipe qui vient tout juste de fêter ses 20 ans !

Une éducation inclusive… par le numérique ?

L’inclusion et le numérique sont deux bouleversements qui impactent fortement les pratiques éducatives (Carrim et Bekker, 2022). Cependant, le numérique peut-il participer, dans une perspective inclusive, de l’émancipation et du pouvoir d’agir de tous les publics apprenants, qu’ils soient en difficulté, à besoins particuliers, en situation de handicap ou issus de minorités ? Si, d’un côté, les possibilités des outils numériques pour soutenir les apprentissages de toutes les personnes apprenantes permettent de proposer des programmes d’études plus inclusifs (UNESCO, 2020), de l’autre, la numérisation de la société, y compris des pratiques éducatives, peut impacter le bienêtre étudiant et affecter leur inclusion scolaire ou universitaire (OCDE, 2023). Face à cette tension, le « numérique pour inclure » pose question : quelles sont les convergences entre éducation inclusive et éducation numérique, et les promesses et défis qu’elles révèlent ?

Cette question fait l’objet du Dossier de veille de l’IFÉ 146, intitulé L’éducation inclusive et numérique : quelles convergences ?. Ce double changement de paradigme est tout d’abord abordé sous l’angle de ses enjeux politiques, sociaux, économiques, et de ses couts humains et matériels. Puis, des exemples concrets illustrent comment soutenir la médiation humaine par la médiation numérique pour faire émerger de nouvelles cultures inclusives dans les postures, les partenariats, les rôles, et les pratiques pédagogiques des personnels éducatifs. Face à ces changements, la formation à l’éducation inclusive et numérique nécessite de favoriser, et de valoriser, la réflexivité in situ et la mobilisation de compétences multiples : il s’agit de mettre en résonnance les interprétations et expériences de la diversité avec les connaissances technologiques.

Ce Dossier met ainsi en lumière le fait que l’éducation inclusive et numérique nécessite d’articuler des procédures individuelles et des situations collectives, soutenues par des médiations humaines et numériques. Outre ses possibles et ses enjeux, elle comporte des questions encore en suspens, et de nouvelles perspectives et défis, notamment ceux posés aujourd’hui par l’intelligence artificielle. Elle relève, profondément, d’une conception démocratique et citoyenne de l’éducation pour toutes et tous à l’heure du numérique, et vise à passer d’une finalité adaptative à une finalité inclusive et émancipatrice des outils. Elle permet, en retour, de renouveler le regard sur les usages numériques éducatifs.

Pour en savoir plus :

Références :

  • Carrim, N. et Bekker, T. (2022). Placing inclusive education in conversation with digital education. South African Computer Journal, 34(2), 18‑34.
  • OCDE. (2023). Equity and Inclusion in Education: Finding Strength through Diversity [rapport].
  • UNESCO. (2020). Rapport mondial de suivi sur l’éducation, 2020 : Inclusion et éducation : tous, sans exception. [rapport].