L’outil (en) didactique : quoi, pour quoi, comment ?

En tant qu’aides au service des apprentissages, les outils constituent un volet important des politiques éducatives actuelles. En effet, les programmes scolaires recommandent l’utilisation d’affichages, de portfolios, d’ouvrages, de supports de présentation, d’outils d’écriture collaborative ou pour enregistrer, etc.

Dans la littérature scientifique, la notion d’outil rassemble des éléments matériels, ou artéfactuels, comme ceux susmentionnés, et des éléments non matériels, comme le langage, un outil puissant pour apprendre. Quant à l’outil didactique, certains travaux, particulièrement en didactique du français, retiennent des critères de définition précis (Kervyn et Goigoux, 2021). Pour d’autres, plus largement, l’outil, qu’il soit matériel (ex. une grille de relecture) ou non (ex. l’étayage instructeur de l’enseignant·e), fait office de médiation cognitive entre enseignant·es et apprenant·es pour favoriser les apprentissages (Reuter et al., 2013).

Au-delà de ces différentes définitions, l’outil didactique s’insère dans un système plus large, au sein duquel il s’articule à des tâches, des activités et des interactions. Aussi, pour favoriser les apprentissages par le biais d’un outil, il s’agit de guider ses usages au sein de l’ensemble du système didactique.

Alors, comment circonscrire l’outil didactique et le différencier d’autres notions telles que les ressources ou les dispositifs ? Quels sont ses objectifs et ses enjeux ? Et comment s’en saisir afin de favoriser les apprentissages de tous et toutes ? Pour approfondir ces questions, l’Edubref 18, intitulé Des outils didactiques pour enseigner et apprendre, propose un portrait des outils, par le prisme de la didactique du français.

Références

Kervyn, B. et Goigoux, R. (2021). Produire des ressources didactiques : une modalité originale de vulgarisation scientifique tournée vers le développement professionnel et créatrice de nouveaux savoirs scientifiques. Repères, 63, 185-210.

Reuter, Y., Cohen-Azria, C., Daunay, B., Delcambre-Derville, I. et Lahanier-Reuter, D. (2013). Dictionnaire des concepts fondamentaux aux didactiques. De Boeck Supérieur.

Pour aller plus loin

Fenoglio, P. (2024). Des outils didactiques pour enseigner et apprendre. Edubref 18, mars. ENS de Lyon. https://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/EB-Veille/Edubref-mars-2024.pdf

L’école maternelle en dix mots

Le Cidree, réseau européen dont l’Institut français de l’éducation est membre, vient de mettre en ligne l’ouvrage Quality and Curricula in Early Childhood Education and Care (Aursand L., Jensen S.K., Langholm C. et Lindgaard C. [dir.], 2022). Il comporte un chapitre rédigé par le sociologue Ghislain Leroy (Leroy, 2022a), auteur de L’École maternelle de la performance enfantine (Leroy, 2020), qui met en avant le caractère prononcé de la logique de « scolarisation » de l’éducation et de l’accueil des jeunes enfants (EAJE) dans le cadre français. À quoi cette école préélémentaire ressemble-t-elle aujourd’hui ? Alors que le Ministère de l’éducation nationale a présenté un « plan maternelle » en septembre 2022, tentons le pari de rendre compte de ses défis actuels non pas en un chapitre, mais en dix mots… et un acrostiche. Continuer la lecture de « L’école maternelle en dix mots »

Corps, nature et savoirs : des relations à renouveler en éducation

Voici le résumé d’un article de recherches en éducation, à lire en intégral sur notre carnet Edupass, qui croise les investigations de Marie Gaussel sur la place du corps en éducation et les miennes autour des thématiques de savoirs et des éducations à l’environnement.

Incorporer des savoirs d’adaptation dans un monde anthropisé

Cet article s’appuie sur des travaux de divers champs de recherche en vue de développer une réflexion pour une éducation à l’adaptation. Dans le monde de la modernité tardive du fait des changements climatiques, de l’épuisement des ressources et de la perte de la biodiversité, les conditions de milieu ont évolué profondément. La culture occidentale s’est construite dans la conception d’une nature considérée comme extérieure à l’être humain. Elle a institué une éducation marquée par la forme scolaire qui, privilégiant les savoirs savants au détriment des savoirs d’expérience, coupe les élèves de leur milieu de vie et de leur corporéité. Continuer la lecture de « Corps, nature et savoirs : des relations à renouveler en éducation »

Y aura-t-il des (notes de) lectures à Noël ?

Chère lectrice, cher lecteur, rassurez-vous : pas de didactique de la compréhension écrite ou d’évaluation au service des apprentissages dans ce dernier billet de blog de cette année 2020… mais un détour du côté des revues de recherche en éducation, dont nous signalons régulièrement les nouvelles livraisons dans notre bulletin. « Notes critiques » de la Revue française de pédagogie (la doyenne des revues françaises généralistes en sciences de l’éducation), « notes critiques et lectures » dans Recherche & formation (revue thématique consacrée au développement professionnel), « notes de lecture » d’Administration & Éducation (revue interface à destinations des cadres de l’éducation), etc. : quelles sont les visées de ces rubriques traditionnellement placées en fin de volume ? Quels usages les « passeurs » en éducation peuvent-ils en faire ? Continuer la lecture de « Y aura-t-il des (notes de) lectures à Noël ? »

Il y a de la vie (scolaire) dans l’espace !

L’ensemble des chercheur·ses (en éducation) est formel : il y a de la vie scolaire dans l’espace (des établissements) ! Comment cette vie-là est-elle apparue dans les espaces scolaires ? Dans quel big-bang s’est-elle développée ? La professionnalisation des personnels de vie scolaire, notamment celle des conseiller·es principal·es d’éducation (CPE), date de plusieurs dizaines d’années, même si elle s’est construite plus tôt, dans d’anciennes conceptions de l’école où surveiller signifiait surtout punir.

Aujourd’hui, cette professionnalisation semble reconnue et bien définie, et le rôle de la « vie scolaire » bien établi, dans l’écoute et pour l’épanouissement des élèves. De récentes publications de recherche viennent en témoigner : un numéro sur l’histoire du métier de CPE depuis 50 ans paru en 2019 ; un ouvrage sur l’inclusion sans exclusion des élèves publié en 2020 ; un numéro sur les nouvelles professionnalités des CPE paru en 2020. En outre, la période de confinement du printemps 2020 a montré aussi bien l’importance du lien entre les établissements scolaires et les familles, assuré au quotidien par les personnels de vie scolaire, que la nécessité pour les élèves de se rencontrer et de se socialiser dans les espaces scolaires physiques, pris en charge par les mêmes personnels (voir l’enquête de l’IFE : « École et confinement »).

Mais quelques évènements récents viennent nous faire douter de la reconnaissance des personnels assurant des missions de vie scolaire, rejouant à nouveau le partage strict des tâches entre pédagogique et éducatif, c’est-à-dire entre les enseignant·es et le reste du personnel des établissements (parfois encore nommé « personnel non-enseignant » par leur ministère) : l’oubli de la prise en compte des conseiller·es principal·es d’éducation (CPE) dans le vade-mecum pour la continuité pédagogique au printemps 2020, et la répartition inégale de la prime informatique : pour les psychologues, oui ; pour les CPE, non ; pour les enseignant·es devant élèves, oui ; pour les enseignant·es documentalistes supposé·es un peu moins que les autres devant élèves, non.

Cliquer sur l'image pour avoir le Dossier de veille n° 136 en PDF

On le voit, la vie scolaire est un sujet presqu’aussi vaste que les espaces scolaires dans lesquels elle évolue, et le Dossier de veille n° 136, Écouter les élèves dans les différents espaces scolaires, ne prétend pas évoquer toutes les thématiques qui y sont reliées. Adoptant un détour par l’analyse du partage des espaces physiques, il interroge la manière dont ces espaces sont investis à la fois par les élèves et les personnels, laissant deviner des changements profonds dans les relations entre école et société.

(Également disponible en ligne sur le blog Edupass : https://edupass.hypotheses.org/2125)

 

 

Et en ce qui me concerne, je signe avec ce dernier Dossier de 2020 la fin de mon travail dans l’équipe Veille & Analyses de l’IFE, et je vais découvrir s’il y a de la vie (collective) hors de la Veille… Car le travail que j’ai réalisé depuis 8 ans dans cette équipe a été mené dans un esprit incroyablement collectif, où la structure même de l’équipe (et ce, dès le début en 2003) repose en grande partie sur les échanges et l’intelligence collective, bien avant que ce mot ne soit associé à celui d’innovation. Je souhaite à mes collègues qui restent de pouvoir résister à cette vague des projets toujours neufs et souvent numériques qui afflue à l’IFE aussi depuis plusieurs années et l’entraine vers un esprit individualiste, et j’ose espérer qu’elles et ils ne se retrouveront pas seul·es dans cette tâche difficile mais essentielle : maintenir à la fois un esprit collectif et un cadre serein indispensables aux publications de l’équipe.

Que vous soyez dans ou hors de l’IFE, que vous fassiez ou non appel à nous pour écrire un article ou intervenir dans une de vos formations, colloques, journées d’étude, émissions de radio, que vous participiez ou non avec nous à des projets passionnants de recherche ou de médiation en France ou en Europe (merci à celles et ceux qui ont partagé ces moments forts avec moi !), que vous lisiez ou non notre Bulletin de veille, que vous soyez inscrit·es ou non à notre annuaire de chercheur·ses EduObs, que vous nous invitiez ou non à un de vos comités de pilotage ou comités scientifiques d’enquêtes de recherche, que vous ayez utilisé ou non une des publications de l’équipe Veille & Analyses dans votre métier, n’hésitez pas à leur témoigner votre soutien dans cette période difficile.

J’ai de la chance d’avoir travaillé avec des collègues de la Veille vraiment formidables, et je les remercie pour tout ce qu’elles et ils m’ont apporté tout au long de ces années : Laure Endrizzi, Annie Feyfant, Marie Gaussel, Anne-Françoise Gibert, Claire Joubaire, Lisa Marx, Marie Musset, Claire Ravez, Olivier Rey, Rémi Thibert.

Quelques aspects de l’Outdoor education

Et si l’avenir de l’école était le plein air? C’est le titre de l’article publié fin septembre dans le Figaro. Il s’inscrit dans la continuité de plusieurs appels, et publications lancés en cette période post Covid19[1] :

En avril 2020, un collectif de plusieurs dizaines de chercheurs, enseignants, formateurs et acteurs associatifs ont publié une tribune dans le quotidien Le Monde, afin de proposer que les cours puissent aussi se faire à l’extérieur des établissements : Coronavirus et si nous faisions la classe dehors ? Dans les Cahiers pédagogiques, des Membres du comité de pilotage de la recherche action « Grandir avec la nature » signent en mai une autre tribune : Pour un retour en classe dehors ! . Enfin, des enseignants agricoles publient fin aout dans le magazine Reporterre À l’école de la nature, les vies s’épanouissent [2]où les signataires veulent « transmettre cet amour inestimable des plaisirs simples et gratuits que la nature nous prodigue dans sa générosité » et constatent que « Dans nos établissements de l’Enseignement agricole public, nos espaces ne sont pas limités à l’enceinte d’une classe, pas restreints à la promiscuité et à l’immobilité d’une unité de lieu fixe contraint, pas concentrés en une densité susceptible d’être propice au stress, au bruit, à l’énervement, à la fatigue. Bien sûr, cela arrive aussi, car nos classes existent bien évidemment entre les murs, mais avec la capacité de ce choix simple et efficace : sortons ! »

Au delà de la crise sanitaire qui a accéléré la prise en compte de ces préoccupations de reconnexion de l’éducation à la nature, le mouvement s’inscrit dans un contexte plus général. Le développement de l’outdoor education depuis une vingtaine d’années est important dans les mondes scandinave et anglosaxon (Royaume –Uni, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande), et plus récent dans d’autres pays (Turquie, Estonie). Il et a généré de nombreuses recherches dont les objets  rejoignent les problématiques de recherche en santé publique relatives au déficit d’activité physique des jeunes générations, questionnements renforcés par l’apparition de nouvelles affections psychiques liées à la dégradation de l’environnement telles l’écoanxiété et la solastalgie. Les chercheuses et chercheurs s’intéressent aux conditions d’apprentissage informel ou complémentaires aux modes enseignements traditionnels, à leurs résultats et aux bénéfices induits en terme de compétences sociales et émotionnelles.

A quels modes d’organisations  ce terme générique de classe dehors  se réfère-t-il ? Dans ce billet[3] j’esquisse une modeste typologie de l’outdoor éducation à partir de revues de littérature consacrée au sujet dans différents pays.

Continuer la lecture de « Quelques aspects de l’Outdoor education »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search