Archives par mot-clé : adolescence

Quelle place pour le corps adolescent au collège ?

En 2019, le corps de l’élève peine encore à être reconnu comme un élément central dans les processus d’apprentissage. Il est en fait encore perçu comme un élément séparé de l’esprit à éduquer, selon la conception héritée de Descartes qui distingue deux substances dans la constitution des êtres humains. Le corps d’élève adolescent, en proie à de nombreuses transformations physiologiques et psychiques, se trouve alors contraint et discipliné par l’organisation spatio-temporelle de l’école.

Le corps de l’élève, une construction sociale

Cette idée selon laquelle le corps ne serait que naturel et biologique est pourtant déconstruite depuis, entre autres, les travaux du sociologue Marcel Mauss (notamment sa conférence « Les techniques du corps » en 1934) qui considère que le corps est le résultat d’une construction sociale, un matériau dans lequel viennent s’imprimer les marques et les traces d’une culture donnée dans une société donnée. Il n’existerait pas de façon « naturelle » de se développer, de bouger, de se comporter pour le corps humain.

Les gestes, les mouvements qui nous paraissent ordinaires ou allant de soi, comme la marche, la nage, sont en réalité le reflet d’une éducation qui institue les façons dont les êtres humains apprennent à se servir de leur corps. C’est d’ailleurs comme cela que se développent les stéréotypes de genre qui impactent les adolescents. Le biologique et le psychique semblent donc bien interagir de façon bidirectionnelle et indissociable. Toute expérience vécue par le corps permet à la conscience de se développer, le « corps vécu », comme l’a nommé Françoise Héritier en 2006, se voyant modifié par de nouvelles expériences physiques et affectives, par les relations entre les individus.

Continuer la lecture de Quelle place pour le corps adolescent au collège ?

L’école, « plaque tournante » de la socialisation culturelle

Photo_DV-110Par cette expression, Darmon (La socialisation, Paris, Armand Colin, 2010) souligne l’importance majeure de l’école dans la socialisation primaire, mais nous pouvons la reprendre à notre compte dans le cadre de la socialisation culturelle. En effet, la définition même de loisirs, qui correspond pour les adultes aux temps extra-professionnels, se situe pour les enfants par rapport aux temps extrascolaires, et sont considérés par les parents comme un moyen de décompresser de l’école ou de se divertir (par opposition à la culture scolaire).

Quand on aborde l’influence de la famille sur les pratiques culturelles des enfants et des adolescents, on observe que certaines activités culturelles sont jugées par les parents comme étant utiles à la réussite scolaire des enfants (posséder un ordinateur par exemple), d’autres étant surtout là pour contribuer à l’épanouissement personnel des enfants (pratiques sportives par exemple, mais qui peuvent être organisées dans le cadre de l’établissement scolaire).

Continuer la lecture de L’école, « plaque tournante » de la socialisation culturelle

Quand 22 500 enfants parlent de leurs droits… l’équité vacille

L’UNICEF France a lancé une consultation auprès des 6-18 ans, sur leurs droits au quotidien, de février à juillet 2013. 22 500 enfants et adolescents ont répondu à cette enquête.
La Consultation a été conduite à travers un réseau de 74 Villes amies des enfants partenaires de l’UNICEF et une plate-forme web dédiée. Dans ces villes, les questionnaires ont été proposés lors d’ateliers dans les accueils périscolaires, les centres de loisirs, les écoles, les collèges et les lycées.

Les 133 questions posées étaient regroupées en grands domaines comme « mes droits », « ma vie de tous les jours », « mon éducation, mes loisirs » ou « ma santé ».

Les résultats (TNS-SOFRES) ont été analysés par Serge Paugam (sociologue, CNRS/EHESS/ENS). L’ensemble des résultats  publié ce mardi 19 novembre, veille de la journée internationale des droits de l’enfant, est publié par France_Info.fr, associé à l’opération.

Dans le domaine de l’éducation, l’UNICEF regroupent les questions et résultats  en trois catégories : conditions de la vie scolaire, activités électives en dehors de l’école et loisirs à la maison.

Conditions de vie scolaire
– 9 élèves sur 10 disent se sentir bien, en sécurité, à l’école;
– 72% trouvent la journée trop longues et se disent fatigués dans l’après-midi;
– 28% mettent plus d’une demi-heure pour se rendre à l’école, au collège ou au lycée;
– 55% pratiquent une activité sportive encadrée sur le temps de midi, 49% une activité culturelle ou artistique;
– 55% des enfants ont déjà connu une situation de harcèlement en milieu scolaire (par les autres enfants ou jeunes);
– 35% avouent que les adultes leur font peur;
– 68% disent pouvoir confier leurs ressentis à un adulte dans l’établissement scolaire.

Activités hors cadre scolaire
– 80% affirment participer à des activités avec d’autres enfants;
– 72% pratiquent un sport le mercredi ou le WE;
– 57% pratiquent une activité de loisirs (musique, dessin, etc.)
– 75% disent avoir accès à une médiathèque municipale ou scolaire.

Activités à la maison (« sociabilité amicale et loisirs à la maison ») – 92% des répondants disent avoir du temps pour jouer, se reposer et s’amuser;
– 86% peuvent organiser une fête pour leur anniversaire;
– 84% peuvent inviter des amis chez eux pour jouer ou manger;
– 94% ont au moins un jeu ou un jouet adapté à leur âge;
– 91% ont un vélo, un skate, un trottinette ou des rollers;
– 78% ont des aires de jeux près de chez eux.

Derrière ces chiffres bruts, se cache un autre paysage, celui de l’intégration sociale des enfants et adolescents. L’UNICEF a cherché à construire un indicateur d’intégration, visant à mesurer le degré de protection et de reconnaissance, l’intégration dans la famille, le quartier, l’école , la participation à la vie en collectivité.

Sans grande surprise, hélas, on constate que les enfants les plus démunis sont aussi ceux qui se sentent le moins en sécurité (dans leur quartier et à l’école), qui se sentent moins respectés. A l’école, 55,6% des plus démunis se sentent respectés par les adultes, quels que soient la couleur de leur peau, leur religion, leur culture ou leur physique  alors que 78,3%  des plus  favorisés déclarent ressentir ce respect. De même à une intégration sociale faible correspond une qualité de vie dégradée (42% des plus démunis).
13,6% de l’ensemble des enfants sont confrontés à un risque potentiel de dégradation de leur santé,  ce pourcentage est de l’ordre de 40% parmi les élèves les plus précaires. Cette précarité sociale, de santé, s’accompagne également d’une fragilité dans la confiance éprouvée vis-à-vis de l’entourage.

La synthèse des différents items retenus pour construire ces différents indicateurs d’intégration sociale montre que :
– 18% des enfants sont dans une situation jugée préoccupante;
– 8,7% des enfants sont dans une situation de grande privation, 5,8% d’une extrême privation;
– 13,1% des enfants évoluent dans un cadre de vie précaire voire très précaire (6,3%).