Le numérique à l’école : des mythes aux réalités ?

Nous tenons à remercier André Tricot pour sa relecture attentive.

Apprendre et faire apprendre, aussi et surtout à la maison : une situation devenue quotidienne, depuis un an, pour les élèves et leurs parents, et bien sûr aussi leurs enseignant‧es. L’essor de la pratique des classes virtuelles a notamment réactivé des interrogations anciennes portant sur l’efficacité des outils numériques au service des apprentissage scolaires.

André Tricot, psychologue cognitiviste et professeur des universités (université Paul Valéry Montpellier 3), a coordonné le dossier « numérique et apprentissage scolaires » du Conseil national d’étude des systèmes scolaires (Cnesco) mis en ligne en octobre 2020. Comme le montre sa bibliographie, ses nombreuses publications et interventions s’appuient à la fois sur des synthèses de la littérature empirique et ses propres travaux de recherche.

À quelles réflexions pédagogiques et didactiques la lecture de quelques-unes de ses publications récentes conduit-elle ? Comment les situer pour mieux les lire et les comprendre ? Et, au final, pourquoi et comment les mobiliser, pour sa propre activité et/ou celle d’autres professionnels de l’éducation ? Continuer la lecture de Le numérique à l’école : des mythes aux réalités ?

L’école française et les notes : je t’aime… moi non plus.

Ce texte fait partie de la série d’articles d’approfondissement qui accompagnent les épisodes du podcast En Quête d’École, diffusés tous les mois sur Kadékol, la webradio de l’Institut Français de l’Éducation. Chaque article revient sur des questions qui traversent le système éducatif français et propose des éléments d’analyse et de réponse tirés de la recherche en histoire et en sciences sociales

Cet article accompagne l’épisode du mois d’avril 2021 intitulé : Faut-il supprimer les notes ? Il propose un retour historique sur l’invention de la note chiffrée et sa mise en œuvre dans le cadre du concours d’entrée à l’Ecole Polytechnique. Il montre ensuite les questionnements autour de la fiabilité de la note en tant que mesure scientifique et précise du niveau des élèves, et met en lumière quelques effets de la notation sur les apprentissages. Enfin, il propose un regard sur d’autres modalités d’évaluation (en France et à l’international) et donne quelques pistes de réflexion sur la question.

Sommaire

 

Le 21 janvier 2021, le ministre de l’Éducation Nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé l’annulation des épreuves de spécialité du baccalauréat général, remplacées par un contrôle continu sur la base des moyennes annuelles dans ces deux enseignements.  Dans le « guide de l’évaluation » publié à l’occasion du réaménagement des épreuves, le ministère précise les modalités  requises pour  « garantir la robustesse des moyennes », et insiste en particulier sur un minimum de trois évaluations par trimestre. L’importance fondamentale que tiennent les notes et l’évaluation chiffrée dans les discours politiques et institutionnels en France, malgré un contexte exceptionnel du point de vue sanitaire et social, mérite réflexion. 

Les moyennes, les notes, les coefficients, font partie du vocabulaire courant des enseignant.e.s, des parents et des élèves, et sont des éléments de haute importance dans la carrière scolaire. Cette relation qui semble naturelle demande cependant à être questionnée et déconstruite. D’abord, parce que les notes, aujourd’hui incontournables dans le parcours scolaire d’un.e élève et dans les pratiques professionnelles quotidiennes des enseignant.e.s, sont une invention récente dans l’histoire du système éducatif français (Merle, 2015). Ensuite, parce que la notation chiffrée, telle qu’elle est pratiquée en France, n’est pas la seule modalité d’évaluation des élèves ; elle fait même figure d’exception dans certains pays, au moins jusqu’à la fin du collège. Continuer la lecture de L’école française et les notes : je t’aime… moi non plus.

Corps, nature et savoirs : des relations à renouveler en éducation

Voici le résumé d’un article de recherches en éducation, à lire en intégral sur notre carnet Edupass, qui croise les investigations de Marie Gaussel sur la place du corps en éducation et les miennes autour des thématiques de savoirs et des éducations à l’environnement.

Incorporer des savoirs d’adaptation dans un monde anthropisé

Cet article s’appuie sur des travaux de divers champs de recherche en vue de développer une réflexion pour une éducation à l’adaptation. Dans le monde de la modernité tardive du fait des changements climatiques, de l’épuisement des ressources et de la perte de la biodiversité, les conditions de milieu ont évolué profondément. La culture occidentale s’est construite dans la conception d’une nature considérée comme extérieure à l’être humain. Elle a institué une éducation marquée par la forme scolaire qui, privilégiant les savoirs savants au détriment des savoirs d’expérience, coupe les élèves de leur milieu de vie et de leur corporéité. Continuer la lecture de Corps, nature et savoirs : des relations à renouveler en éducation

Les réformes de l’éducation se font aussi, et surtout, par le milieu.

Ce texte a été publié dans Le Monde de l’éducation le 17 novembre 2020.

Depuis plusieurs décennies, les réformes du système éducatif se suivent et se ressemblent dans leur processus d’élaboration et de mise en œuvre : une vision politique ambitieuse, des consultations plus ou moins longues et houleuses avec les partenaires sociaux, la promulgation d’une loi ou la publication d’un texte administratif (décret, arrêté, circulaire), une couverture médiatique qui oscille entre soutien et défiance, et, sur le terrain, une réception plus ou moins enthousiaste et une mise en œuvre plus ou moins fidèle à la lettre et à l’esprit de ces directives qui viennent « d’en haut ». Continuer la lecture de Les réformes de l’éducation se font aussi, et surtout, par le milieu.

De quoi sont composées les connaissances enseignantes ?

À l’heure où les communautés éducatives et politiques souhaitent développer des modalités nouvelles d’enseignement à distance, où les conditions d’enseignement et d’apprentissage sont contestées et débattues, revenons sur ce qui fait la nature et les spécificités du travail et des connaissances enseignantes.

Un large aspect du travail enseignant consiste à savoir adopter des comportements souvent sans rapport avec la discipline enseignée, mais relatifs à l’organisation de la classe et aux interactions avec et entre les élèves. Les chercheurs M. Tardif et C. Lessard (1999) ont depuis longtemps avancé que ce sont les connaissances issues de l’expérience quotidienne du travail qui semblent être les fondements de la pratique du métier et de la compétence professionnelle. Quelle est la nature de ces connaissances utiles pour enseigner et comment se construisent-elles ?

Ces connaissances sont constituées de savoirs scientifiques, principalement acquis lors de la formation universitaire, et de savoirs professionnels développés dans la pratique du métier pour faire face aux problématiques rencontrées dans la classe. À ces savoirs se superposent des connaissances et des théories propres à chaque personne, rassemblées dans la littérature de recherche sous le terme de « croyances »,  « théories personnelles » ou encore « doxas pédagogiques». Accumulées au fil du temps et issues d’expériences diverses, ces croyances peuvent être individuelles, mais également partagées par de nombreu·ses enseignant·es.

Dans le prolongement du Dossier de veille Les pratiques enseignantes face aux recherches paru en février 2020, l’Edubref du mois de mars 2021 intitulé Croyances et connaissances pour enseigner se penche sur ce concept de croyances pour mieux en appréhender les contours

Pour retrouver l’ensemble des Edubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossiers de veille et nos Edubref dès leur parution, cliquez ici.

 

 

Mobiliser les recherches en éducation quand on pilote le système éducatif… aux États-Unis

Certains situations professionnelles amènent de plus en plus fréquemment les personnels de direction et d’encadrement à s’emparer d’objets, de concepts, de courants et de disciplines de recherche allant des didactiques disciplinaires à la sociologie des organisations : lire des documents identifiés comme relevant « de la recherche », inviter des chercheurs·ses à prononcer une conférence, convaincre des enseignant‧es de l’intérêt de s’engager dans un projet de recherche avec des universitaires, etc. Au-delà de la diversité des expériences individuelles, cette mobilisation des recherches par les acteurs intermédiaires du système scolaire repose-t-elle sur certaines régularités ?

Le détour par la présentation succincte des résultats d’une enquête par questionnaire (Penuel et al., 2017) menée auprès de 733 school leaders (« elementary, middle school, and K-8 principals », Penuel et al., 2017) ou district leaders de l’un des 14 000 districts scolaires états-uniens, en particulier en milieu urbain (« deputy, associate, and network superintendent; curriculum supervisors; special education supervisors; directors of federal, bilingual, and English-as-a-second-langage program; “multirole” central office leaders », ibid.) permet de poser quelques repères dans trois directions : le rôle des réseaux professionnels dans l’accès aux travaux de recherche, leurs usages pluriels et parfois en tension, enfin les dispositions individuelles et les dispositifs collectifs favorables à leur mobilisation.

Les réseaux professionnels au cœur de la circulation des savoirs

Pour les school/district leaders qui ont répondu au questionnaire, le recours à la littérature de recherche – écrite avant tout pour être lue par d’autres chercheurs·ses – ne va pas de soi. La compréhension en profondeur de ces travaux est chronophage pour qui cherche des réponses immédiates à ses questions ou pour le moins l’identification des retombées d’une recherche pour la pratique éducative.

Pour ces répondant.es, les réseaux professionnels et les pairs sont les principales ressources pour accéder aux travaux de recherche, avant les portails institutionnels (What Works Clearinghouse, National Center for Education Statistics ou encore Regional Education Laboratories), les liens directs avec les chercheurs.ses, ou encore les médias et les réseaux sociaux.

Les usages des recherches en éducation : pluralité ou contradictions ?

Dans la continuité de la littérature sur cette question, les auteurs‧trices de l’article ont mis en avant quatre usages possibles des recherches par les school/district leaders. Les deux les plus fréquemment cités sont :

– l’usage imposé, « mandaté par la loi ou une politique publique » (ibid.) – même si être sommé‧e d’« utilise[r] la recherche ne signifie pas qu’[on] y accordera de l’importance » (ibid.) ;

– et l’usage instrumental, selon lequel « les preuves issues des résultats de la recherche façonnent directement les décisions liées à la politique ou à la pratique » (ibid.) éducatives.

Ce « fort biais culturel en faveur de l’utilisation des résultats de la recherche dans la prise de décision [s’explique] en raison des changements politiques qui ont eu lieu au cours des dernières décennies » (ibid.). En effet, les financements fédéraux, qui représentent aux États-Unis en moyenne 10 % du budget des établissements scolaires (mais beaucoup plus pour les établissements accueillant des élèves de milieux défavorisés) sont liés à la sélection, à l’adaptation et à la mise en œuvre de programmes et stratégies « fondées sur la preuve », c’est-à-dire ayant démontré une « amélioration des résultats des élèves ou le potentiel d’amélioration des résultats des élèves » (ibid.).

Deux autres types d’usage ont également été mis en avant :

– l’usage symbolique : une recherche peut être citée pour apporter des arguments lors d’une discussion, renforcer une conviction, ou encore justifier une décision ; cet usage plus stratégique pose question lorsque des résultats de recherche sont utilisés hors de leur domaine de validité, faisant alors l’objet d’une généralisation abusive ;

– enfin l’usage conceptuel : « la recherche modifie la façon dont une personne perçoit un problème ou les espaces de solution possibles pour un problème » (ibid.) ; dans cette perspective, des théories, des résultats et des concepts construits au sein de différents cadres disciplinaires et épistémologiques deviennent des outils intellectuels au service de l’action, et sont mobilisés dans des moments de réflexion individuelle ou d’échange avec autrui.

Utiliser les recherches : dispositions individuelles ou culture organisationnelle ?

Les analyses menées par les auteurs·trices de l’article montrent que certaines caractéristiques personnelles des répondant‧es peuvent rendre compte d’une partie des résultats obtenus :

– avoir développé une attitude favorable envers des recherches perçues comme pertinentes, utiles et fiables ;

– être disposé à fournir l’effort nécessaire pour s’y acculturer ;

– et donc s’appuyer in fine sur le bagage intellectuel et méthodologique nécessaire pour pouvoir lire et interpréter ces recherches (par exemple en suivant un cursus universitaire), caractéristique qui dans cette étude est positivement corrélée à un usage conceptuel des recherches.

Mais c’est bien la culture organisationnelle de l’établissement ou du district qui permet d’ancrer dans les pratiques ordinaires l’utilisation des recherches, entre autres par le biais de controverses professionnelles autour d’attentes divergentes à leur égard. Selon la nature des fonctions exercées et l’environnement professionnel, ces opportunités de considérer les recherches comme un objet de travail partagé sont plus ou moins régulières et variées, allant de l’argument avancé ponctuellement en réunion aux séances de lecture partagée (book study).

Au terme de ce rapide panorama venu d’outre-Atlantique se (re)posent donc des questions qui alimentent la réflexion quotidienne de l’équipe Veille et analyses de l’IFÉ ou d’autres “passeurs” en éducation : quels travaux de recherche faire connaitre aux pilotes, et plus largement aux professionnels des métiers de l’éducation ? Dans quels espaces, physiques et virtuels, de médiation entre recherches, politiques et pratiques se situer et intervenir pour favoriser leur mobilisation au service du développement professionnel des enseignante‧s et, au final, des apprentissages des élèves ?

La lecture de cet article rappelle enfin que les personnels de direction et d’encadrement contribuent aussi à la production de savoirs de recherche sur leur activité : sans recueil de données (sous la forme de questionnaires, d’entretiens, d’observations en situation de travail, etc.), les publications qui ont permis de rédiger le récent Édubref qui leur est consacré, Piloter : entre métiers et activités, n’auraient tout simplement pas vu le jour !

Référence bibliographique

Penuel W.R. et al. (2017). How School and District Leaders Access, Perceive, and Use Research. AERA Open, vol. 3, n° 2, p. 1-17. En ligne : https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/2332858417705370

Naviguer à vue ou garder le cap ?

Depuis bientôt un an, les équipes de direction des collèges et des lycées ont appris à composer avec les versions successives des protocoles sanitaires, à appliquer les circulaires qui se sont succédé pour réorganiser les examens, tout en apprenant dans l’urgence à opérationnaliser le pilotage de la continuité pédagogique et éducative. D’autres inconnues de ce début d’année leur sont plus ou moins familières : dans quels espaces collectifs de travail effectuer les arbitrages liés à l’affectation des moyens de la dotation horaire globale (DHG) pour l’année scolaire 2021-2022, reçue ces dernières semaines ? Comment faire pour que les nouveaux dispositifs d’autoévaluation et d’évaluation externe des établissements, proposés par le Conseil de l’évaluation de l’École créé en juillet 2019, puissent contribuer à soutenir, accompagner et former l’ensemble des personnels ? Ou encore comment se projeter dans le tout nouveau rythme d’évaluation des personnels de direction, désormais annuel (décret du 4 février 2021) ? Ou plutôt : comment arriver à tout tenir en même temps ?

Continuer la lecture de Naviguer à vue ou garder le cap ?

Les enseignant.es doivent être sensibilisé.es aux “doxas pédagogiques” durant leur formation

La crise sanitaire et l’enseignement à distance ont obligé les enseignants à questionner à marche forcée leurs modalités d’enseignement, leurs pratiques, mais aussi leurs doutes et certitudes en matière de pédagogie. Cette crise a aussi mis en sourdine un temps le débat sur la réforme en cours de la formation initiale et les compétences que les enseignants sont censés « apprendre » pendant leur formation. Formation qui, selon la recherche, doit nécessairement prendre en compte et articuler différents types de savoirs : savoirs disciplinaires, savoirs didactiques et pédagogiques, mais également savoirs issus des expériences personnelles et professionnelles des enseignants. Quelle est la nature de ces connaissances utiles pour enseigner et comment se construisent-elles ?

L’entrée dans le métier d’enseignant est souvent qualifiée de phase de survie, car génératrice de stress et parfois de désillusion. Les enseignants sont confrontés pour la première fois à l’immédiateté de la classe et font face à des situations auxquelles ils doivent s’adapter dans l’urgence. Ils mettent ainsi au point des savoir-faire qui ont pour objectifs de se sentir compétents en réagissant efficacement, et de permettre aux élèves de mieux réussir.

Leurs connaissances se modifient avec l’expérience de la classe, et deviennent le résultat d’un savoir-faire « artisanal », fruit de l’articulation de savoirs scientifiques, techniques et d’une réflexion, plus ou moins critique, sur leurs jugements et actions professionnelles.

Doxas pédagogiques

Les connaissances sur lesquelles les enseignants s’appuient sont donc constituées de savoirs professionnels développés dans la pratique du métier et de savoirs scientifiques, principalement acquis lors de la formation universitaire. A ces savoirs se superposent des connaissances propres à chaque personne. Ces savoirs pluriels s’actualisent dans et par le métier pour former une connaissance dite « ouvragée » (selon le concept de working knowledge ou craft knowledge développé par la chercheuse américaine Mary Kennedy en 1983).

Conceptions, perceptions, représentations… Ces connaissances enseignantes sont rassemblées sous le terme de « croyances » ou « théories personnelles ». Elles sont des idées préconçues accumulées au fil du temps et issues d’expériences diverses. Des recherches utilisent parfois le terme de « doxas pédagogiques » pour désigner ces certitudes partagées parmi une majorité d’enseignants et dont le bien-fondé ou l’efficacité ne sont jamais remis en question.

Ces croyances portent généralement sur trois grands groupes de notions : le développement cognitif des enfants (par exemple, les compétences cognitives sont-elles innées ou acquises ?), les théories d’enseignement-apprentissage (par exemple, l’opposition entre les approches pédagogiques « constructiviste » ou « explicite ») et les finalités éducatives et missions de l’école (par exemple, « l’école sert-elle à faire réussir les élèves aux épreuves des tests standardisés internationaux de type PISA ou bien à développer leur esprit critique ou encore à leur permettre de mieux s’insérer sur le marché du travail ? »).

A quoi servent ces croyances pour les enseignants ? Dans une note de synthèse sur les fonctions et l’évolution des croyances des enseignants, le psychologue Bruno Fondeville estime que les doxas constituent des recueils de valeurs et de convictions parfois socialement utiles pour justifier des pratiques et des organisations : c’est le cas du redoublement, par exemple, dont une vaste majorité de recherches s’accordent à dire qu’il n’a aucun effet positif sur la réussite des élèves et qui continue pourtant d’être proposé aux familles par les enseignants.

Le chercheur estime que les impensés qui sont véhiculés dans ces croyances sont liés aux fonctions latentes qu’ils remplissent au sein du système scolaire : régulation de l’ordre scolaire (autorité des enseignants, motivation des élèves…), autonomie professionnelle (laisser l’enseignant décider), position des écoles (attractivité par la politique de sélection) et gestion de l’hétérogénéité. Sous couvert de favoriser l’apprentissage, les doxas peuvent, paradoxalement, entraver une réflexion plus aboutie et plus pertinente sur ces mêmes pratiques non remises en cause.

Selon le chercheur belge Marcel Crahay et ses collègues, ces croyances serviraient tout d’abord aux enseignants à donner du sens aux expériences vécues au sein d’une institution scolaire parfois empreinte d’ambiguïté et d’incertitudes (par exemple, tenir compte des intérêts de chaque élève tout en construisant un socle commun de connaissances). Elles les aideraient ensuite à se doter d’un cadre professionnel de compréhension ou de référence, en cohérence avec leur vision du métier et leurs missions pour la construction de leur identité sociale, professionnelle et personnelle. Enfin, elles leur permettraient de justifier et d’expliquer des comportements ou des décisions, parfois sur un mode autodéfensif, face à des critiques portant sur leurs pratiques de la part des familles ou de leur hiérarchie.

Néanmoins, si utile soit-il, ce système de croyances peut également être à l’origine d’un repli vers une vision de l’enseignement contraire à celle dispensée lors de la formation initiale et être un frein à leur développement professionnel.

Ces croyances peuvent-elles évoluer en formation ?

Dans sa thèse publiée en 2011, la chercheuse Anne Vause se demande si les croyances et les connaissances des enseignants évoluent et, si oui, dans quelles conditions ? Les dispositifs de formation s’appuient sur deux suppositions principales : les croyances des enseignants déterminent leurs pratiques, et elles peuvent évoluer. Ce postulat reste très controversé dans une partie de la littérature de recherche qui conclut généralement que les enseignants sont résistants au changement.

D’autres travaux ayant étudié les effets des apports théoriques dispensés en formation sur l’évolution des croyances montrent qu’elles ne se modifient pas, ou très peu, et rarement en profondeur. C’est le manque d’articulation entre la formation théorique et la formation pratique (lors des stages notamment), ainsi que l’absence de réflexion et de discussions sur les représentations initiales des enseignants stagiaires qui sont mis en cause.

Dès lors, en s’appuyant sur les capacités autoréflexives des futurs enseignants, trois axes seraient à privilégier dans la constitution future des programmes de formation initiale pour vaincre la résistance des enseignants à la modification de leurs représentations : une prise en compte des connaissances et des croyances initiales des futurs enseignants en encourageant leur expression et leur analyse, une confrontation concrète avec des cas d’enseignement pour mieux comprendre les tensions et dilemmes du métier d’enseignant, et une meilleure appréhension des connaissances procédurales, liées aux connaissances conceptuelles et factuelles dans le champ éducatif, ainsi que leur réalisation en classe.

Ce texte est paru dans « Le Monde de l’éducation » le 5 octobre 2020.

L’EDD toujours d’actualité

La série Édubref, lancée par le service Veille et analyses de l’IFÉ au printemps 2018, propose en quatre pages une lecture très condensée des apports des recherches sur des questions éducatives. Les derniers numéros abordent des sujets variés comme l’école inclusive, les projets à l’école, la coopération des élèves ou l’éducation artistique et culturelle.

En 2018 les élèves et étudiant·e·s sont descendu·e·s dans la rue et ont demandé une meilleure intégration des enjeux climats dans leurs cursus. Actuellement, le rythme des textes relatifs à l’organisation de l’Éducation au développement durable (EDD) dans le système éducatif semble s’être accéléré. Ainsi ces sujets s’inscrivent dans l’agenda politique  comme en témoigne également la mis en place en 2020 du groupe de travail sur l’insertion des enjeux de la transition écologique dans le Supérieur, présidé par le climatologue Jean Jouzel.

Continuer la lecture de L’EDD toujours d’actualité

Y aura-t-il des (notes de) lectures à Noël ?

Chère lectrice, cher lecteur, rassurez-vous : pas de didactique de la compréhension écrite ou d’évaluation au service des apprentissages dans ce dernier billet de blog de cette année 2020… mais un détour du côté des revues de recherche en éducation, dont nous signalons régulièrement les nouvelles livraisons dans notre bulletin. « Notes critiques » de la Revue française de pédagogie (la doyenne des revues françaises généralistes en sciences de l’éducation), « notes critiques et lectures » dans Recherche & formation (revue thématique consacrée au développement professionnel), « notes de lecture » d’Administration & Éducation (revue interface à destinations des cadres de l’éducation), etc. : quelles sont les visées de ces rubriques traditionnellement placées en fin de volume ? Quels usages les « passeurs » en éducation peuvent-ils en faire ? Continuer la lecture de Y aura-t-il des (notes de) lectures à Noël ?