Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage…

… certes, mais on risque fort de s’épuiser à répéter les fondamentaux en matière de recherche d’information. Combien de fois faudra-t-il vous dire que la recherche d’information ça s’apprend? Et que, tiens, pardi, il y a même des enseignants prédisposés à la chose… (et qui ont passé un CAPES ad hoc).

Bref, si vous avez égaré les multiples ressources expliquant les 6 ou 10 règles d’or d’une bonne recherche, si vous ne savez plus comment organiser votre séance pédagogique sur “faire une bonne recherche d’information”, en primaire, en 6ème, en seconde, voire en première année du supérieur… voici un  diaporama présenté par Martine Mottet, professeur à l’université Laval (Québec) au congrès de l’AESTQ (association pour l’enseignement des sciences et de la technologie au Québec).

C’est dans une vidéo sur le thème “cerner le sujet” que j’ai découvert que le 3QOCP (3-Q-O-C-P) français devenait, au Québec, le 3QPOC (3-Q-POC) : Quoi, qui, quand, où, comment, pourquoi (cette formule parlera aux “Docs”).
La démarche n’en est pas moins la même de l’autre côté de l’Atlantique. L’exemple de recherche est quant à lui situé, puisqu’il porte sur “les baleines”.

Sur le site de Martine Mottet, “Faire une recherche, ça s’apprend!“, on trouve 5 courtes vidéos qui illustrent agréablement les problématiques  de la recherche d’information (plutôt pour le primaire, mais dont même les grands peuvent s’inspirer; ça ne fait jamais de mal de réviser les bases). Bon visionnage…

baleine

 

Renseigner sa fiche éduObs : le tutoriel !

L’annuaire des chercheurs en éducation éduObs a été mis en ligne au début du mois (cf. notre billet précédent).

Vous remplissez les conditions y pour figurer ou vous avez été invité à y participer, mais vous avez un doute sur les étapes à remplir ?  Ce tutoriel est là pour vous aider !

1- Démarrer

Répondre à l’invitation…

confirm-invite

On vous a invité à figurer dans l’annuaire et vous avez cliqué sur le lien proposé pour créer votre fiche : vous voilà arrivé sur une page qui contient déjà votre courriel et où l’on vous demande de choisir votre mot de passe. Notez bien les deux pour revenir ensuite finir de compléter votre fiche ou la mettre à jour !

… Se (re) connecter 

connexion

Vous êtes inscrit mais vous vous voulez maintenant venir compléter votre fiche ou la retoucher : il faut renseigner votre email et mot de passe dans le bandeau supérieur sur fond noir… ou cliquer sur “mot de passe oublié” dans le coin droit si vous l’avez oublié ou voulez le changer.

 

 

 

2- Renseigner sa fiche

Une fois connecté, vous voilà sur votre fiche personnelle. Plusieurs rubriques sont proposées.

Pour passer d’une rubrique à l’autre, il faut enregistrer celle qui est en cours ou la fermer (croix sur fond noir). On oublie parfois de le faire après avoir rempli quelques champs…

 

edition

 

 

rubriques 

 

 

Certaines rubriques contiennent des informations obligatoires  pour valider ensuite la fiche (adresse professionnelle, statut, établissement, catégories, mots-clés et autorisation), d’autres non.  En cas de coquille ou d’erreur : pas de panique, vous pourez à tout moment modifier votre fiche, même après validation.

Si vous regardez en haut de votre fiche, vous voyez qu’il y a un mode “édition” et un mode “public”.  En passant de l’un à l’autre, vous pouvez voir à quoi ressemblera votre fiche. 

 

fiche Rayou

mode public:mode edition

 

 

 

 

 

 

3- Valider

Vous avez rempli toutes les rubriques obligatoires, et notamment la dernière, qui autorise la mise en ligne ? Voici venu le moment de l’étape à ne pas oublier : vous rendre en haut à droite pour cliquer sur “demande de validation“.

Valider

Attention : certains écrans (petite taille, tablette..) semblent présenter un affichage qui ne permet pas de voir ce bouton. En attendant que ce problème soit résolu, nous vous conseillons de changer temporairement la taille de votre affichage (zoom arrière, 80%,…) pour permettre d’afficher le bouton idoine…

N’hésitez pas à faire largement circuler cette page et la commenter si vous n’avez pas trouvé ici de réponses à vos questions.

Rappel : une foire aux questions est également à votre disposition sur la plate-forme éduObs, avec des informations plus détaillées sur l’annuaire et sa consultation ainsi que sur les modalités d’inscription, de connexion, de saisie et de mise en ligne.

 

 

Enquête au(x) pays des enseignants

L’enquête TALIS  (teaching and learning international survey) fournit des données sur les enseignants de l’enseignement secondaire au niveau du collège. La première enquête s’est déroulée en 2008, dans 24 pays de l’OCDE. Pour la deuxième édition, en 2013, 34 pays ont participé dont la France, pour la première fois. Le panel retenu est le suivant : 200 établissements par pays, 20 enseignants et un chef d’établissement par établissement.

Les résultats de l’enquête donnent le profil des enseignants et de leurs établissements, pointent le rôle important des chefs d’établissement, examinent les pratiques pédagogiques, les questions d’identité professionnelle, de performance et de formation (continue) des enseignants.

Le ministère de l’Éducation nationale a publié en juin et juillet deux Notes d’information sur des éléments relatifs aux pratiques  enseignantes, titrant sur la moindre coopération entre enseignants français (Note 23 : TALIS 2013 – enseignant en France : un métier solitaire) ou sur la formation professionnelle des enseignants, titrant là encore sur un déficit pour la France (Note 22 :
TALIS 2013 – La formation professionnelle des enseignants est moins développée en France que dans les autres pays).

L’OCDE, comme pour les résultats de PISA, présente des focus dans une série de courts documents (Talis in focus brief), complétés par des articles sur le blog educationtoday.  Les deux derniers  (qui portent sur la dernière enquête) sont disponibles en français:

Valorisation et satisfaction professionnelles : qu’est ce qui aide les enseignants? L’enseignement à la loupe , 2014/05, septembre.
Moins d’un enseignant sur trois estime que sa profession est valorisée dans la société mais ils sont une majorité à être satisfaits de leur emploi et de l’établissement dans lequel ils travaillent. La satisfaction professionnelle décroit avec le nombre d’élèves en difficulté par classe. On retrouve dans ce document des éléments sur le travail collaboratif entre enseignants, coopération qui peut aider à mieux  gérer les contextes difficiles.

Commentaires aux enseignants : un potentiel inexploité. L’enseignement à la loupe , 2014/06, octobre.
Un certain nombre d’enseignants  déclarent que les commentaires relatifs aux pratiques  pédagogiques ou plus largement au travail enseignant ont une influence sur leur développement professionnel, mais près de la moitié des enseignants interrogés  considèrent que les dispositifs d’évaluation et les commentaires ne sont faits que dans le cadre d’obligations administratives.On croise ici des  données relatives à la corrélation entre efficacité et reconnaissance (sous forme de primes, de responsabilités, etc.) : les enseignants français sont ceux qui voient le moins  d’incidence entre évaluation/commentaires/efficacité et reconnaissance.

Le titre de la version anglaise de ce document est sans doute plus parlant que cette notion de “commentaires” puisqu’il s’agit de “Unlocking the potential of teacher feedback“, et l’article de blog qui en fait le commentaire est tout aussi clair : “Delivering feedback for better teacher“.
Il ne s’agit pas d’attendre des commentaires (sous entendu, de l’inspecteur ou du chef d’établissement), unilatéralement (de l’ordre du top-down , comme on dit)  mais bien d’échanger, de partager au sein d’une large communauté de pratiques.

Pour compléter et comprendre comment se passe cette phase d’évaluation et de commentaires dans différents pays, on pourra lire le document suivant :  Thibert Rémi (2011) . Inspection scolaire : du contrôle à l’accompagnement ? . Dossier d’actualité Veille et Analyse, n°67.

 

Appel à candidature pour la conférence de consensus sur le redoublement

L’appel à candidature pour devenir membre du jury de la conférence de consensus sur le redoublement est ouvert depuis le 14 octobre : http://www.cnesco.fr/appel_candidature

Quels sont les caractéristiques du redoublement ? Quels sont ses effets ? Est-ce une procédure pertinente ? Selon quels critères ? Quelles sont les alternatives envisageables ? Pour répondre à ces questions parmi bien d’autres, le jury disposera d’une robuste revue de la littérature scientifique française et internationale sur le thème, pourra solliciter et écouter des experts reconnus du champ et disposer de témoignages et interrogations venant des établissements scolaires.

Après un travail préparatoire en décembre et janvier, le jury se réunira en séance publique les mardi 27 et mercredi 28 janvier 2015 à Paris, et délibérera le jeudi 29 janvier pour formuler ses recommandations.

Avec la conférence sur le redoublement, le CNESCO et l’IFÉ lancent la première manifestation d’un cycle de conférences de consensus programmé jusqu’en 2017. 

La formation continue des enseignants : les budgets 2015 comme révélateurs?

En Norvège, le ministère de l’éducation nationale vient de publier un communiqué de presse indiquant les grandes priorités du budget national, pour l’éducation dont la formation continue des enseignants.

L’argumentaire utilisé est le suivant : il faut des enseignants de qualité et pour cela il faut poursuivre « l’engagement historique » dans la formation continue des enseignants, ce qui représente un budget de près d’un billion, soit un triplement du budget pour la formation des enseignants, depuis un an. Cela représente 1500 places en formation permettant à 5000 enseignants de suivre une formation, soit 3250 de plus que sous le gouvernement précédent. Sachant qu’il y a environ 200 000 enseignants en Norvège (3,5% de la population active, contre 2,4% en France)1 .

Des chiffres qui font rêver (qui veut bien considérer la formation continue et/ou le développement professionnel des enseignants comme une priorité), face à la petite place faite à la formation continue dans le projet de loi de finances 2015 pour l’éducation nationale,  tel que présenté sur le site du ministère de l’Éducation nationale, où sont mentionnées des décisions prises en 2013 ou 2014 : depuis 2013, 700 postes crées dans l’enseignement supérieur, pour les ESPÉ ; création de 200 postes de formateurs premier et second degré (rentrée 2014) et d’un  statut de professeur formateur académique (PFA) avec indemnité annuelle spécifique de 834 euros (éléments évoqués dès la fin 2013, donnant un statut aux professeurs formateurs).

Selon le rapport des inspections générales de 2013 (Actualisation du bilan de la formation continue des enseignants), en 2012, les moyens alloués à la formation continuée des stagiaires s’élevaient à 8,37 M€ et ceux alloués à la formation continue stricto sensu à  33,63 M€. Le budget global de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur s’élèvera à 88 Md€, en 2015.

Dans l’enquête TALIS de 2013, la Norvège ne figure pas dans les pays les plus en pointe en matière de formation continue, ceci expliquant peut-être le communiqué de presse ministériel. Elle est  proche de la France en matière de jours de formation, suivis sur un an (moins de 4 jours) et du % d’enseignants du premier cycle du secondaire ayant suivi ces formations ( à peine plus de 50% pour la France, 65% pour la Norvège). Puisqu’il est de coutume de citer la situation en Finlande , celle-ci se situe entre la France et la Norvège!

Globalement, quels sont les obstacles à une plus grande participation aux activités de formation continue dans les pays de l’OCDE ? L’insuffisance de mesures incitatives; une participation trop onéreuse (dans certains pays les enseignants contribuent largement à leur formation); une offre inappropriée; un emploi du temps professionnel incompatible.

Le débat continue…

Voir aussi :

  • Teacher education in Europe, European parliamentary research service, mars 2014, http://epthinktank.eu/2014/03/20/teacher-education-in-europe/
  • European Union (2010). Teachers’professional development : Europe in international comparison. Luxembourg : Office for official publications for the European Union.
  • OECD (2014). Résultats de TALIS 2013: Une perspective internationale sur l’enseignement et l’apprentissage. TALIS ; OECD Publishing (p. 95-130).
    DOI: 10.1787/9789264214293-fr
  1. données Eurostat []

La jeunesse : état transitoire ou permanent ?

DV95Après un dossier sur l’enfance (Musset, 2011), un autre sur la jeunesse 2.0 (Endrizzi, 2012), nous nous intéressons dans le dernier numéro des Dossier de veille de l’IFÉ à la jeunesse de manière plus générale sous le titre : Une jeunesse fantasmée, des jeunesses ignorées ?

La jeunesse fascine autant qu’elle inquiète la société. Difficile dans ces conditions pour les jeunes de trouver leur place dans la société. Comme dans d’autres domaines, les différences nationales sont très importantes, en fonction de considérations historiques, politiques, sociales, culturelles ou encore économiques. En Europe, on peut distinguer quatre groupes de pays : l’Europe du nord, l’Europe occidentale, les pays du Sud de l’Europe et les pays de l’Est. Selon qu’il s’agit des valeurs propres aux jeunes, des aides institutionnelles, du marché de l’emploi, de la décohabitation, ou encore de l’influence de la religion, on retrouve souvent ce découpage.

Pourquoi certains pays, dont la France, affichent la jeunesse comme une priorité nationale, alors que dans le même temps, elle fait l’objet de suspicions diverses : une jeunesse dangereuse qu’il convient de canaliser ; une jeunesse perdue qu’il convient d’aider ; une jeunesse malmenée dont l’insertion professionnelle est rendue difficile ; etc. Pourtant, dans le même temps, la jeunesse est représentée comme un âge d’or que beaucoup d’adultes ne veulent pas quitter. Tant et si bien qu’il est devenu bien difficile d’établir la limite entre la jeunesse et l’âge adulte : 18, 24, 35 ans ? Voire davantage pour certains auteurs (Galland & Roudet) qui voient dans la tranche d’âge 18-60 une certaine homogénéité.

Pour en savoir plus sur cet âge de la vie, coincé entre l’enfance (et l’adolescence ?) et l’âge adulte, ce dossier fait le point sur ce qu’en dit la recherche. Et se poser la question de la jeunesse revient aussi à se poser la question de ce qu’est un adulte…

Pour citer ce dossier :

Thibert Rémi (2014). Une jeunesse fantasmée, des jeunesses ignorées ? Dossier de veille de l’IFÉ, n°95, octobre. Lyon : ENS de Lyon.
En ligne : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=recherche&dossier=95&lang=fr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search