Archives de catégorie : Vue sur les TICE

« Dialogue » sur le numérique à l’école

Retour de congé : le dernier numéro de la revue Dialogue (n° 153 – Enseigner Apprendre avec le numérique ? – GFEN) nous est parvenu. Comment le Groupe français d’éducation nouvelle appréhende-t-il le numérique à l’école ?

Le dossier s’ouvre sur un article de André Tricot (repris en fait d’un entretien publié en 2013 sur le site « Docpourdocs ») pour qui la possibilité donnée à tous d’avoir accès à des ressources en ligne n’est pas suffisant pour qu’il y ait apprentissage :

« Les ressources ne sont que des outils, au service des tâches, qui elles-mêmes sont au services des apprentissages« 

Il poursuit en expliquant que :

« une ressource de qualité, pour avoir une valeur, nécessite un scénario pédagogique (…), des élèves et un enseignant« 

Il rappelle ainsi l’importance cruciale du rôle de l’enseignant, encore plus avec le numérique. Mais ces derniers doivent aussi être secondés par une institution qui porte elle-même des valeurs et qui s’inscrit dans des finalités définies par la société. Le numérique interroge ainsi la finalité de l’école (scolarité obligatoire, lycée, etc.). Or ces questions ne sont toujours pas tranchées.

Suit un article de Bernard Stiegler qui invite à repenser l’éducation, tout simplement parce que le savoir a changé, du fait des bouleversements provoqués par le numérique dans tous les domaines.

« Au passage, je souligne que ma position concernant toute technique est qu’il faut la considérer à la fois comme bonne et mauvaise. Une technique qui ne serait pas bonne ne se serait pas développée, elle a une raison d’être ; une technique est mauvaise si on n’en a pas une éducation. Nous sommes donc dans l’obligation de repenser l’éducation, parce que le numérique change toutes les formes de savoir, y compris l’éducation familiale. »

Michel Neumayer liste quelques conditions pour que le numérique à l’école fonctionne : adopter une posture réflexive sur nos pratiques, même si cela prend du temps ; se former pour ne plus être dans une démarche de transmission maître-élèves, mais pour favoriser un travail de problématisation entre élèves, et entre maitres et élèves ; justifier ces « pédagogies du détour » auprès des élèves, des parents et des institutions ; appréhender collectivement au sein de l’établissement ces questions de littératie numérique (« capacité à se mouvoir de manière consciente et raisonnée dans cet espace signes ancien et nouveau que constitue l’internet et surtout à y faire sens« ).

Michel Baraër s’intéresse plus particulièrement à ce que le numérique peut apporter au travail collaboratif. Certes, « les technologies numériques ne portent pas, en elles-mêmes, de doctrine pédagogique« , elles peuvent d’ailleurs renforcer l’enseignement magistral, mais « elles peuvent aussi être mises au service des principes d’éducation nouvelle » parmi lesquels figure en bonne place la coopération : « les technologies numériques peuvent décupler les moyens pour coopérer« .

Je n’irai pas jusqu’à partager l’optimisme de Anne Laure Michel pour qui « la société pousse à l’individualisme, l’informatique au collectif« , mais par contre, les valeurs véhiculées par les enseignants, l’institution doivent infléchir les usages pour favoriser le travail collectif, le partage, la mutualisation, la co-création, etc.

Quelques articles traitent de la formation à distance, avec tous les degrés d’hybridation possibles (deux articles d’Isabelle Lardon s’intéressent d’ailleurs à la plateforme neop@ss, développée par nos collègues du Centre Alain Savary). Patrick Raymond reste sceptique sur les cours en ligne accessibles aux élèves. Un encadrement par des enseignants s’avère nécessaire pour permettre de réels apprentissages et ne pas en rester à des répétitions, des automatismes, des procédures à appliquer :

« La question est donc bien celle de quelle réussite est visée : compréhension ou seulement maîtrise de la procédure, des automatismes ?« 

La question de la pédagogie est donc centrale (voir le Dosssier d’actualité n°79), bien plus importante que celle du numérique ou des outils. C’est tout le savoir-faire, les valeurs des enseignants, des formateurs, qui donne au numérique la force de transformer les pratiques.

Ce numéro de la revue Dialogue est riche et mérite qu’on s’y attarde.

Strong libraries = strong societies ?

Que retenir du Congrès IFLA (International Federation of Library Associations and Institutions), cette énooorme association internationale de professionnels des bibliothèques qui a rassemblé pas moins de 4000 participants en provenance du monde entier à Lyon la semaine dernière ?

Des bonnes et louables intentions, bien évidemment, avec cette « Déclaration de Lyon » sur l’accès à l’information et le développement présentée lors de la conférence d’ouverture par l’actuelle présidente Sinikka Sipilä. Une déclaration qui rappelle le rôle clé que les bibliothèques ont à jouer pour réduire la fracture numérique et pour garantir un accès moins inégalitaire à l’information, en étroite collaboration avec les autorités locales. Avec un slogan : « Strong libraries = strong societies: e-participation for strong societies » qui ne laisse aucun doute sur la perspective fondamentalement inclusive de cette déclaration. Une déclaration déjà signée par plus de 130 organismes, dont en France l’ADBU, le CFIBD, la FADBEN, l’ENSSIB et la BML et qui sera soumise aux Nations Unies en septembre dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement. Une déclaration donc qui, curieusement, en insistant sur les inégalités d’accès, laisse dans l’ombre les inégalités d’usage, dont on sait aujourd’hui qu’elles prédominent largement du moins dans nos sociétés dites « développées ».

Du côté « éducation », plusieurs rencontres ont été organisées par la section « school libraries » de l’IFLA. Une première session proposait de discuter des mises à jour à apporter aux Normes IFLA / Unesco pour les bibliothèques scolaires, publiées en 2002 :  un florilège de principes plaidant pour des bibliothèques scolaires investies dans l’amélioration de l’enseignement et de l’apprentissage, qui bénéficient d’un personnel qualifié, de locaux et équipements adaptés et de conditions budgétaires pérennes… Déjà un vaste programme ! alors pour la 2e édition, haut les coeurs…!

La seconde session, organisée avec l’IASL, prévoyait de conclure les travaux menés dans le cadre du projet School Libraries on the Agenda (cf programme Building strong library associations) et de présenter plusieurs actions de « sensibilisation » au rôle des bibliothèques scolaires (« sensibilisation » ne rendant que très imparfaitement compte de l’anglais « advocacy », à la tonalité plus militante, sur un mode plus défensif donc).

Car la position du bibliothécaire scolaire a toujours (et même plus que jamais) besoin d’être défendue… La session du Ministère de l’éducation nationale, qui a rassemblé, d’après le compte-rendu disponible ici, une soixantaine de personnes, ne le dément pas : on y retrouve les ingrédients habituels liés à la professionnalisation des personnels des CDI, à la perspective « éducative » de leurs actions dans des lieux qui offrent ressources imprimées et ressources numériques… Bref, une belle brochette de poncifs !

Pendant ce temps-là, j’ai fait un rêve : celui où les bibliothécaires ne parlent pas qu’aux bibliothécaires (au mieux) et où la littératie numérique relève d’une responsabilité commune qui mobilise tous les acteurs de l’école, et en premier lieu le chef d’établissement ; un rêve dans lequel le bibliothécaire n’est pas l’unique « médiateur » mais a la charge de donner vie et dynamiser des « contextes de médiation », espaces-temps seuls susceptibles de promouvoir une appréhension collective durable du numérique… au service d’une autonomie citoyenne individuelle.

« strong libraries = strong societies » ? ou bien « strong schools = strong societies » ? un jour, on aura peut être un ministre capable de relever un tel défi…

Pédagogie Freinet & numérique

La lecture du dernier numéro du Nouvel éducateur (ICEM – Pédagogie Freinet) comporte un dossier sur le numérique. La lecture de certains articles surprend par le ton assez virulent à l’encontre des outils numériques (« Reviens, Marx, ils sont devenus fous »). Certes, le propos du premier article se veut nuancé et réaffirme le primat de la pédagogie :

« faire entrer les nouvelles technologies dans la classe et dans l’école, c’est aussi porter un regard lucide sur leurs avantages et leurs inconvénients, c’est refuser leur déification, c’est refuser que l’outil devienne le maître. Faire entrer ces nouvelles technologies, c’est leur conserver justement leur statut d’outils, outils dont nous sommes la main, outils qui doivent être au service de la construction des savoirs, au service de la libre expression ».

Mais l’appellation « nouvelles technologies » (que l’on retrouve dans d’autres articles) montre que les auteurs tiennent à distance ce qui relève du numérique. Parler de technologies présuppose qu’il faut être expert pour pouvoir les utiliser. Or, non seulement ces technologies ne sont pas nouvelles (elles étaient déjà nouvelles il y a plus de 20 ans), mais ce sont les usages qui priment, la technologie s’effaçant toujours plus, notamment avec les nouveaux terminaux.

D’ailleurs, ce ne sont pas de « simples outils » tant leur omniprésence dans la vie quotidienne affecte les usages, les manières de penser, de créer, de communiquer. L’article propose un point de vue tronqué.

Cette approche se trouve confortée par le deuxième article qui plaide pour un apprentissage du code à l’école. Tous les articles n’ont pas la même teneur. Sylvain Connac regrette d’ailleurs l’inertie d’une partie du mouvement Freinet en ce qui concerne le numérique. On pourrait élargir cette remarque à bon nombre d’acteurs de l’éducation populaire aussi. Les arguments que l’on retrouve souvent (y compris dans ce numéro de la revue) concernent l’emprise du capitalisme sur les contenus, le numérique étant ni plus ni moins qu’une machine à consommer et à décérébrer les élèves. Soit. Est-ce la raison pour laquelle il est dit que « Le fax, c’est magique » (titre d’un article de ce numéro) ?

Heureusement, d’autres articles mettent en avant des usages positifs dans les classes, qui ont permis du travail en équipe, d’échanger avec d’autres élèves, de rédiger et publier sur des blogs, d’écrire à plusieurs, de mutualiser, partager des contenus. Le « braconnage pédagogique » est nécessaire à l’enseignant, qui façonne les usages numériques en fonction de ce qu’il en attend.

Ce numéro, s’il propose des regards croisés sur la question du numérique à l’école, laisse quand même percevoir une forte réticence à son encontre. Pourtant, forts de ces interrogations légitimes, les mouvements pédagogiques seraient d’une grande utilité pour développer des usages pertinents. Or, ils ne sont pas très audibles sur ce terrain-là. Il n’est pas certain que ce numéro les rende davantage audibles.

Rappel : Thibert Rémi (2012).  Pédagogie + Numérique = Apprentissages 2.0. Dossier d’actualité n°79, novembre. http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=recherche&dossier=79&lang=fr

Scoop.it : présentation d’un outil de curation

J’ai participé à une visio-conférence organisée par l’équipe de Scoop.it pour présenter leur plateforme de curation de contenu. Nous sommes plusieurs au service Veille & Analyses à utiliser cette plateforme dans le cadre de notre veille en éducation. Scoop.it est née en France, à Toulouse. L’équipe s’est depuis agrandie avec une antenne aux États-Unis. L’implantation outre-Atlantique semble nécessaire pour que le service rendu par cette plateforme devienne pérenne.

Mathilde Lepetit, qui présentait cette visio-conférence, a introduit le concept de curation de contenu. Le web 2.0 (web social) se veut participatif. Il en résulte beaucoup de bruit. Savoir qui écouter et comment se faire entendre dans ce brouhaha perpétuel rend essentiel pour les différentes entités (entreprises, organismes, associations, etc.) le rôle d’un nouvel acteur : le curateur, qui repère l’information, l’enrichit (la commente, l’éditorialise) et la partage.

Je laisse de côté les spécificités du discours propre au monde de l’entreprise qui s’intéresse à la connaissance du marché, à la stratégie d’entreprise, à la relation client ou encore à la réputation d’une marque. Mais la gestion de la e-réputation concerne aussi d’autres acteurs. Le monde de l’éducation n’en est pas exempt.

Pour rappel, Scoop.it est organisée en « Topics » : c’est-à-dire que l’information est publiée en fonction de thèmes choisis par l’utilisateur. Cela permet de davantage cibler le contenu suivi ou publié (notamment par rapport à Twitter où l’on suit des individus qui peuvent twitter sur plusieurs thématiques).

Fonctions de Scoop.it

  • Capture d'écran 2013-12-05 11.20.08

    Sélection de l’information : pour trouver de l’information, il est possible d’utiliser le moteur de recherche interne à Scoop.it, qui fonctionne en lien avec Google. On peut aussi utiliser un bookmarklet qui permet de publier du contenu directement depuis la page web visitée. Une troisième solution consiste à entrer « à la main » un article directement sur la plateforme (bouton « New scoop« )

  • Édition du contenu : une fois le contenu sélectionné, il est possible de modifier tous les champs : le titre, l’image, le résumé (souvent le début de l’article). On peut aussi ajouter ses propres commentaires (section « Insights« ). Cette dernière partie amène de la valeur ajoutée au signalement. Il est conseillé de la compléter avec soin. Des mots clés peuvent aussi être attribués aux articles publiés permettant une indexation plus fine.
  • Partage sur les réseaux : la plateforme dialogue avec d’autres outils de réseau social, ce qui permet de publier en même temps sur Facebook, Twitter, Linkedin et d’autres encore. A l’instar de Hootsuite, Scoop.it peut être utilisé comme outil de publication sur divers réseaux.

Une communauté aussi

Avec son moteur de recherche intégré, on trouve au hasard des requêtes d’autres topics relatifs à notre domaine de veille. Il est alors possible de s’abonner (follow) à ces thématiques pour enrichir sa propre veille. Le partage est facilité, tout en ayant la possiblité d’enrichir ce contenu, en le commentant, l’indexant, etc.

Les topics peuvent aussi faire l’objet de recommandations dans la communauté. De même, on a la possibilité de faire des recommandations de contenus à des topics que l’on suit, sans pour autant diffuser l’information dans un de ses topics.

Limites

Scoop.it a réussi à se faire une place certaine sur le web, l’utilité de la plateforme est reconnue par les curateurs. D’autres outils existent, chacun avec leurs spécificités, leurs atouts et leurs inconvénients. Je pense à des outils comme Pearltree, Paper.li, ou encore à Tadaweb (lire article sur Eduveille), même s’ils ne chassent pas sur les mêmes territoires.

Une offre gratuite existe, avec quelques fonctionnalités de base. Si l’on souhaite avoir plus de possiblités (personnalisation, nom de domaine, curation d’équipe, newsletters plus nombreuses, intégration à un site web, etc.), il faudra passer à une offre business ou entreprises. Les tarifs sont élevés pour un particulier ou pour un établissement scolaire ou universitaire.

La question de la pérennité des données se pose aussi : je n’ai pas trouvé comment sauvegarder le contenu publié sur la plateforme. A moins de tout publier automatiquement sur un blog WordPress par défaut.

Le dialogue avec les autres plateformes est aussi aléatoire. Il suffit que l’un des outils change sa politique dans les autorisations liées à l’utilisation de l’API pour que ce qu’il était possible de faire hier ne le soit plus demain. Cette limite concerne tous les outils du web 2.0.

Quelques topics liés à l’IFE

Si l’outil vous semble intéressant pour votre pratique professionnelle, et que le monde de l’éducation fasse partie de vos préoccupations, voici quelques topics que vous pouvez suivre :

Pour aller plus loin

Pour plus de détails sur Scoop.it, vous pouvez lire l’article conseils pour optimiser vos topics sur le site Veille-digitale et regarder la présentation de Scoop.it par Marc Rougier dont la vidéo est reproduite ci-dessous.

Une enquête sur les recherches TICE en Afrique et dans le pourtour méditerranéen

Deux équipes réalisent une cartographie des recherches francophones sur les TICE dans le cadre d’une collaboration avec l’IFIC (Institut de la francophonie pour l’ingénierie des connaissances et la formation à distance, Agence universitaire de la francophonie – AUF) :

– une première équipe, de l’Institut Français de l’Education (IFÉ, ENS de Lyon), coordonnée par Luc Trouche, s’intéresse au pourtour méditerranéen (du Maroc à la Turquie)

– une seconde équipe, de l’ENS de Yaoundé, coordonnée par Marcelline Djeumeni-Tchamabé, se consacre à l’Afrique subsaharienne.

Les recherches sur les TICE constituent un champ très vaste, qui recoupe un ensemble de domaines : didactique des disciplines, psychologie, économie, sociologie, sciences du langage, informatique, sciences de l’éducation, e-learning… Autant de disciplines qui cherchent à éclairer les questions posées par la rencontre entre éducation et technologie.
L’objectif de ce travail est d’avoir une meilleure visibilité sur ces réseaux et thématiques émergents, pour encourager de nouvelles formes de collaborations scientifiques (appui aux études doctorales, à la formation et à la publication pour les chercheurs).
Dans cette perspective, un questionnaire en ligne a été mis en ligne et ouvert à tous les chercheurs concernés :  http://ife.ens-lyon.fr/enquetes/TICE . `
Pour tout contact : Reftice@ens-lyon.fr ; Twitter : @reftice

 

Le numérique à l’école : ludique ou magistral ?

J’écoutais hier une chronique de France Info intitulée « Le numérique à l’école : un voeu pieux ? » (le 17/20 numérique). Deux invités : Catherine Bizot (Inspectrice Générale et directrice de projet de la mise en oeuvre de la stratégie numérique au ministère de l’Éducation nationale) et Romain Kachaner, enseignant de français.

Les chroniqueurs rappellent que l’Éducation nationale n’a pas franchi le pas du web 2.0, contrairement aux États-Unis où près de la moitié des classes sont équipées en tableaux numériques interactifs (TNI). Si par web 2.0 on entend la possibilité laissée à chacun de créer du contenu et d’échanger avec les autres, l’utilisation de TNI n’est pas synonyme d’usages de type web 2.0 (collectif, interactif, mutualisation, partage, etc.). De même, l’utilisation du terme « ludique », entendu dans cette rubrique comme ailleurs, pour prouver l’intérêt de tel ou tel outil (comme si une fois qu’on a dit que c’était « ludique », il n’y avait plus rien à prouver) me semble tout aussi abusive.
Heureusement, Catherine Bizot rappelle que ce n’est pas l’outil qui est important mais les modalités d’enseignement et que le numérique peut être un levier pour apprendre et enseigner autrement. C’est toute la thèse présentée dans le dossier d’actualité n°79 de novembre 2012 (« Pédagogie + Numérique = Apprentissages 2.0« ). Il peut, mais ce n’est pas systématique. En effet, Martin Lessard, dans un article du site prisme pense que le numérique amplifie ce que l’on est mais qu’il n’est pas intrinsèquement un moteur de l’apprentissage.
Revenons-en quand même au TNI, largement mentionné dans cette chronique. C’est l’outil de prédilection des enseignants (pour beaucoup, le numérique se résume aux outils bureautiques, à la recherche sur internet et au couple vidéo projecteur / TNI). Une des raisons évoquées par certains, c’est que c’est l’outil qui bouscule le moins les pratiques d’enseignement existantes : il est possible d’utiliser le numérique pour continuer à faire de l’enseignement frontal. Qui parle d’usages 2.0 ?
Une étude (à paraitre bientôt) a été réalisée par l‘Université de Montréal, dont le site ledevoir.com se fait l’écho, dresse un tableau sombre des TNI du fait de nombreux problèmes techniques et d’un manque de formation des enseignants. Cette étude a été menée par Thierry Karsenti (qui a déjà publié des articles sur les TNI) et se base sur une enquête auprès de 800 enseignants et plus de 10 000 élèves. La plupart du temps, le TNI ne sert que de tableau de projection. Les interactions possibles n’existent que dans une minorité des cas. Le potentiel des TNI n’est pas utilisé et la motivation qu’il suscite chez les élèves ne dure pas longtemps.

Bref, œuvrer pour le numérique à l’école n’est pas chose simple. Les questions de pédagogie, de modalités d’enseignement sont essentielles, bien plus que les outils utilisés, qu’ils soient considérés comme « ludiques » ou pas.

TaDaweb : nouvel outil de veille

Ça fait quelques temps que TaDaweb est passé devant nos radars, depuis que Outils froids en a parlé, mais faute de temps, nous n’avons pas vraiment pu le tester. Le mois de Juillet a donc été mis à profit pour explorer plus avant ce nouveau venu dans la panoplie des outils de veille. Ça tombe bien, ça fait un an qu’il existe (naissance : Juillet 2012, au Luxembourg).

En fait, au service Veille & Analyses, chacun a développé sa propre organisation, nous n’utilisons pas tous les mêmes outils pour notre veille quotidienne. Certains utilisaient Website Watcher, mais depuis que nous avons été équipés de macs, ils ont dû abandonner ce logiciel qui ne tourne que sous Windows, sans jamais vraiment trouver quelque chose d’équivalent. Il existe bien des extensions pour Firefox, mais qui se révèlent limitées dès lors qu’il faut surveiller un nombre important de sites internet (pour ceux qui ne proposent pas de flux RSS).

C’est là que TaDaweb nous a semblé intéressant. Non seulement cet outil permet de surveiller des pages qui ne proposent pas de flux RSS, mais il permet bien plus : il est possible de fusionner plusieurs flux, d’éviter les redondances, de ne garder que ce que l’on souhaite, de filtrer le contenu en fonction de critères variés, etc.

Les fonctionnalités font penser à Yahoo Pipes que j’ai essayé de prendre en main, mais sans succès. TaDaweb est de ce point de vue plus accessible, même s’il nécessite un temps d’appropriation certain. Le tutoriel s’est avéré nécessaire pour moi.

 

Comment ça marche ?

un logiciel et un service web

Pour créer des Tadas, il faut télécharger le logiciel sur son poste de travail, et l’installer. Il existe une version Windows et une version Mac. Une version Linux est apparemment en préparation, si j’en crois l’échange de tweets avec un des concepteurs du projet. Le logiciel permet aussi de visualiser ce que donnent les Tadas.

Le logiciel est complété par une plateforme web 2.0 qui permet de publier et partager les créations, avec la possibilité de suivre l’activité des personnes de son choix.

Le tout est gratuit, tout du moins pour l’instant. J’ignore s’ils ont élaboré un modèle économique particulier.

des TaDas …

Ce sont des modules dans lesquels on organise les actions de veille. Les TaDas peuvent être privés ou publics. La création d’un TaDa se fait en 3 étapes :

  • Sélection des sources : ce peut être des flux RSS, des adresses de sites, des requêtes sur Google, Yahoo, ou sur les réseaux sociaux tels TwitterGoogle+ ou encore Facebook.
  • Extraction : différents outils permettent d’extraire l’information que l’on souhaite (liste, url, image, etc.), à partir d’une partie de page web par exemple.
  • Transformation : il est possible d’agréger, filtrer, trier, organiser le contenu de manière automatique, à partir de critères qu’il nous appartient de définir.

Un TaDa peut au final proposer plusieurs listes d’informations. Sur l’exemple donné plus bas, l’information est organisée en fonction de ce qui est trouvé à partir des requêtes sur Google, à partir d’une recherche sur Twitter ou encore à partir de la même recherche sur Google+.

et des Journals

Il s’agit du terme anglais, utilisé dans les notices. D’où le pluriel inattendu. Un journal permet de présenter de manière organisée plusieurs TaDas. Il est possible de s’abonner à un journal et d’être tenu informé des nouveaux éléments publiés.

Sur l’interface web de TaDaweb, on peut suivre l’activité d’autres personnes, rendre publics (ou pas) ces journals.

Voici un exemple de Journal pour suivre ce que l’on dit du service Veille & Analyses de l’IFÉ sur le web et sur les réseaux numériques. Ce journal ne fait appel qu’à un seul TaDa, mais il est possible d’en ajouter d’autres. Le journal sera alors automatiquement mis à jour.

Quelques liens

Curation et infobésité

L’association Doc Forum (Lyon) s’associe à l’ADBS à l’occasion des cinquante ans de cette dernière pour une matinée dédiée à la curation et l’infobésité qui s’est tenu à l’Université Lyon 1 le jeudi 30 mai 2013. Trois intervenants se sont succédé :

  • François Magnan, consultant,  a présenté le concept de curation et différents outils qu’il utilise ;
  • Antoine Msika, community manager pour Pearltrees ;
  • Frédéric Crutel pour l’entreprise Human Connect qui accompagne les entreprises dans leur politique de curation.

Cet article se fait l’écho de la première intervention, plus générale et plus directement liée à notre activité de veille en éducation. Le diaporama de l’intervention de François Magnan est disponible sur son blog.

Curation et web 2.0

Le terme de curation vient de l’anglais et décrit à l’origine le travail du commissaire d’exposition lors d’expositions artistiques : il choisit les oeuvres, les organise et les commente. Appliqué à l’information, il s’agit en fait de sélectionner des sources, les organiser et les éditorialiser pour les diffuser avec une valeur ajoutée.

Dans les années 1990, à côté des moteurs de recherche se sont développés des annuaires de recherches (ex : Yahoo) qui étaient élaborés par des personnes (éditeurs, documentalistes, etc.) chargées de sélectionner les ressources pour la constitution de ces annuaires. Avec le web 2.0, l’internaute devient acteur et organise lui-même le contenu du web, notamment en ayant recours aux divers outils de réseaux sociaux (bookmarking social, microblogging, réseaux professionnels). Une étude de 2010 de Forrester (Social Technographics) définit les profils des internautes et montre que 20% des personnes interrogées se considèrent comme des « collectors« , c’est-à-dire qu’ils agrègent et annotent du contenu. La curation profite aussi de ces outils du web 2.0.

L’infobésité est un concept plus ancien que le web, mais on assiste à un accroissement vertigineux de la quantité d’informations mises à disposition sur la toile, ce qui rend nécessaire le filtrage, le tri, le classement, etc. La curation est un remède à cette infobésité.

Plusieurs types de curation

Il faut distinguer la curation automatique de la curation humaine. Des outils permettent de faire de la curation de contenu de manière automatisée, à partir de requêtes de recherche, de filtrage prédéfinis (automatiques et personnalisables), mais le filtrage humain est ce qui va apporter de la qualité à la curation à travers un travail d’éditorialisation.

Il convient aussi de distinguer la curation continue de la curation ponctuelle, selon qu’il s’agit du fruit d’un travail thématique au long cours ou plutôt d’un travail lié à un projet limité dans le temps.

La curation en entreprise peut se faire aussi en interne (réseau entre professionnels de l’entreprise, sur un intra- ou extranet) ou en externe dans une perspective plus marketing en direction des usager ou clients.

Quatre questions clés pour un projet de curation

  • Quel sujet ? Mieux vaut avoir des connaissances préalables et de l’intérêt pour le sujet à propos duquel on souhaite diffuser le résultat d’une veille ;
  • Pour quel public ? S’adresse-t-on au grand public ou à un public ciblé ? La ligne éditoriale est plus aisée dans le second cas ;
  • À partir de quelles sources ? Il est possible (souhaitable même) de mixer des sources de confiance (validation de l’information plus facile) et des sources avec traitement automatique (voir les suggestions faites par les différents services en ligne ou les alertes mails et autres flux RSS) ;
  • Combien de temps ? S’agit-il d’une veille continue ou temporaire ? Le temps passé chaque jour à cette activité est à prévoir aussi en amont, car cette activité est très rapidement chronophage.

Les différentes phases d’un projet de curation

  • Choisir le sujet, la thématique, ainsi que les outils qui seront utilisés ;
  • Sélectionner les informations les plus pertinentes ;
  • Éditorialiser le contenu en classant dans des catégories, en indexant à l’aide de mots-clés, en commentant et contextualisant les informations ;
  • Partager ce contenu sur les réseaux sociaux, ce qui permet de promouvoir ce travail et de se positionner dans une communauté de curateurs.

Les outils de curation

François Magnan a sélectionné quelques outils qu’il utilise, mais quantité d’autres existent. Si Diigo existe depuis 2006, le boom de ces outils se situe quelques années plus tard avec l’arrivée de Pearltrees en 2009, de Scoop.it en 2010 et de Storify en 2011 par exemple.

Scoop.it permet une diffusion des ressources au fil du temps, organisées à la manière d’un magazine. Il permet aussi des suggestions que l’on peut paramétrer (choisir les sources et les mots clés). La capture des sources est simple, rapide. Le contenu est entièrement éditable (titre, photo, texte de présentation) et il est possible de commenter les informations diffusées sur ce réseau. Pour trouver l’information en amont, des agrégateurs de flux RSS ont toute leur place dans la palette d’outils (The old reader, rssowl, etc.), ainsi que les réseaux du type Twitter.

Storify peut s’avérer très utile dans le cas d’une curation temporaire, liée à un événement ou à un thème précis, dans la mesure où cet outil permet d’assembler rapidement du contenu de diverses sources (par glisser-déposer), de le classer et le commenter (titre, chapeau et zone de commentaire pour chaque source) à la manière d’une histoire. Il est très apprécié des journalistes.

Diigo est un outil de social bookmarking (marque-pages). Il est apparu avant que le terme de curation ne concerne le web, mais il offre une très grande richesse fonctionnelle et permet un usage collaboratif intéressant. Revers de la médaille : ce n’est pas le plus facile à prendre en main.

Discussion

Des questions relatives au droit d’auteur, notamment en ce qui concerne les images, ont été soulevées. C’est un sujet sensible, qui est toujours d’actualité.

La pérennité des données a été abordée aussi. Le fruit de la curation est la plupart du temps hébergé sur des serveurs qui appartiennent à des entreprises, sans que l’on ait de garantie de pérennité sur le moyen terme (voire parfois le court terme). Des activités cessent du jour au lendemain (voir le choix de Google d’arrêter certains de ses services comme Google Reader pourtant largement utilisé). Or tous ces services n’offrent pas la possibilité d’exporter nos données dans un format réutilisable ailleurs. Pearltrees ou Diigo le permettent, mais pas Scoop.it ni Storify par exemple.

Il aurait été intéressant aussi d’aborder la manière de procéder avec tous ces outils. Il a bien été dit que la curation est une activité chronophage. Il existe des services qui permettent de sélectionner facilement les réseaux sur lesquels publier le fruit de la curation. Cette articulation est à penser aussi en amont pour trouver la solution ou la combinaison la plus efficace.

Veille scientifique et web 2.0 : une carte mentale

Le service Veille et analyses de l’IFÉ participe cette année au programme des formations doctorales de l’Université de Lyon, avec deux propositions.
L’une des formations s’intitule « Approche internationale de la recherche en éducation et formation » (4 demi-journées) ; elle se déroulera en mai à l’IFÉ et sera animée par Annie Feyfant.

L’autre, qui s’achève prochainement, porte plus spécifiquement sur « Comment construire sa veille scientifique et optimiser ses méthodes de travail grâce au web 2.0 ?« . Elle s’adressait en priorité aux doctorants de sciences humaines et sociales de l’Université de Lyon.

La préparation de cette formation nous a conduit, avec mon collègue Rémi Thibert, à concevoir une carte mentale sur les outils pouvant être mobilisés pour instrumenter telle ou telle étape du cycle de veille. Nous la rendons publique ici, comme une contribution à la réflexion de toux ceux et toutes celles qui doivent mener une veille dans le cadre de leurs activités de recherche. Et nous vous invitons à réagir, compléter, commenter,… pour nous aider à en faire une carte évolutive.

Lien vers la version téléchargeable, avec une arborescence cliquable :
http://www.xmind.net/m/WL2F/

 

Cette carte comporte donc quatre entrées majeures, correspondant aux étapes en question :

– recherche / consultation (mode pull) :
Cette branche dresse une typologie des ressources à exploiter. Elle regroupe à la fois les ressources consultables pour suivre l’actualité professionnelle en lien avec son thème de recherche et les sources scientifiques à interroger pour enrichir sa bibliographie ; elle signale également l’intérêt des outils terminologiques pour se forger son vocabulaire (multilingue) de spécialité.

– collecte, surveillance (mode push) :
Sont rassemblées ici toutes les technologies permettant de faire venir à soi de l’information plus ou moins ciblée : depuis les abonnements à des listes de diffusion à la création d’alertes « à la carte » et à la surveillance de pages web bien spécifiques. Sont également mentionnés quelques outils permettant de gérer des flux RSS ou des flux de tweets.

– traitement, exploitation :
Cette branche recense tous les outils permettant de stocker une collection d’information, qu’il s’agisse de signets, de notes, de références bibliographiques, d’images ou tout simplement d’idées. Tous ces outils comprennent plusieurs fonctionnalités pour organiser sa collection (dossiers, tags, listes, etc.). La plupart propose aussi des fonctions de partage pour travailler à plusieurs sur une même collection.

– diffusion, partage :
Les outils mentionnés dans la branche précédente offrent le plus souvent la possibilité de rendre publique tout ou partie de sa collection (de signets, de notes, de références,…). Sont regroupés aussi ici les outils de curation, permettant d’automatiser la diffusion, ceux plus dédiés à l’analyse qu’à l’actualité et ceux facilitant les échanges entre pairs.

Une dernière branche est libellée « optimisation du processus de veille » : elle propose quelques sites spécialisés sur la veille et quelques tutoriels sur les principaux outils référencés dans les autres branches. Elle mentionne également certains outils permettant de personnaliser davantage son environnement de veille.

Bien souvent, la plupart des outils web 2.0 peuvent être utilisés à la fois en amont (surveillance) et en aval (exploitation et diffusion) du cycle de veille, c’est d’ailleurs une de leurs caractéristiques distinctives. Les choix faits ici sont donc discutables et la carte pourrait être très différente, en particulier s’il s’agissait d’une veille technologique, d’une veille juridique, etc.
Et la carte n’a aucune prétention à l’exhaustivité… au contraire : elle comporte sans doute trop d’outils… du fait que nous ne les avons pas tous testés et que nous ne sommes pas toujours en mesure de conseiller l’un plutôt que l’autre.

En tout état de cause, le temps où la veille s’envisageait comme un système « tout en un » que seuls les grands comptes pouvaient s’offrir et dans lequel il suffisait de fournir une fois pour toutes les bonnes sources d’information, de paramétrer leur surveillance et de définir le format et la fréquence à laquelle on souhaitait recevoir les nouveautés, semble révolu… pour ce qui concerne les sciences humaines et sociales en tous cas.
Aucun « système » ne permet aujourd’hui de gérer l’ensemble du processus tant le paysage des « producteurs » et des « diffuseurs » en matière d’information scientifique et technique est fragmenté ; chacun fait désormais « sa » veille, construit et ajuste son environnement de travail et apprend peu à peu à miser sur les réseaux sociaux pour en déléguer une partie à d’autres… pour le moment !… Gageons que le web des données rendra nécessaire des technologies plus intégrées, à la portée de tous !

colloque AFAE 2013 : « manager les organisations scolaires à l’ère du numérique »

logoAFAE-1L’AFAE, qui a d’ailleurs changé la déclinaison de son sigle cette année pour devenir l’Association française des acteurs (et non plus administrateurs) de l’éducation, tenait son 35è colloque dont la thématique était « Vers quelle organisations scolaires à l’ère du numérique » (Lille, du 22 au 24 mars 2013).

Le numérique était donc au menu de toutes les interventions (conférences, ateliers). La première table ronde « Manager les organisations scolaires à l’ère du numérique« , animée par François Jarraud (café pédagogique) a fait suite à la projection d’un film montrant divers usages du numérique : netbooks dans une école primaire, informatisation de la gestion des absences dans un collège, visioconférence en langues dans un autre collège.  Les échanges de cette table ronde ont davantage parlé de numérique que de pédagogie : les ENT, les équipements, la coordination entre les différents acteurs (région, départements, rectorat) ont occupé l’essentiel de la discussion.

Patricia Wastiau (European Schoolnet) s’est montrée surprise de l’omniprésence de l’objectif de contrôle en France. Elle rappelle que dans les pays où les ENT (ou leurs équivalents) existent, ils sont d’abord utilisés pour expliquer aux parents quels sont les apprentissages en cours, et pour expliquer le projet pédagogique de l’établissement. Les parents ont la possibilité de participer à certaines activités, le numérique permet de créer du lien entre l’école et la vie professionnelle. La communauté virtuelle qui se créée autour de l’école est réelle. Pour que la technologie ait une influence positive sur l’école, il faut qu’elle soit animée d’une intention. Il est nécessaire de construire une confiance entre tous les acteurs pour éviter les dérives. Ces outils permettent aussi une plus grande coopération entre les enseignants en Europe. Ces derniers deviennent davantage acteurs de leur (auto ? co ?) formation et développent une approche plus réflexive de leur métier. Tous les système éducatifs européens ne sont pas organisés de la même façon,  peut de pays sont aussi centralisés que la France. C’est pourquoi il est plus difficile qu’ailleurs de travailler ensemble et d’identifier le rôle de chacun. Le numérique n’est finalement qu’un miroir de la façon dont le système gère le reste.

Table ronde
Table ronde

Max Aubernon (principal de collège) estime que les relations avec les parents se sont améliorés avec l’usage de l’ENT, notamment grâce aux échanges via les messageries (90% des familles ont activé un compte parental). Mais on ne peut prétendre utiliser vraiment un ENT si on n’en a pas une utilisation à des fins pédagogiques. Il relève que des groupes de travail se développent petit à petit sur les ENT, ce qui lui permet d’affirmer qu’on entre progressivement dans des usages plus avancés et plus collectifs.

Dominique Terrien (IEN 1er degré à Nantes) indique que des liens 1er / 2nd degrés ont pu être tissés grâce à l’ENT du collège de secteur dans sa circonscription.

Jean-François Cerisier (Université de Poitier) était le grand témoin de la table ronde et a fait la synthèse des échanges. Il entrevoit derrière la diversité des postures des discours convergents. Tous s’accordent sur le constat que les technologies sont là et qu’il faut faire avec. La question n’est plus de savoir comment utiliser au mieux les technologies numériques au service de l’école, mais de comment refonder l’organisation scolaire pour qu’elle vienne correspondre à notre culture. Cette école n’existe pas encore, il est nécessaire de passer par une phase d’acculturation pour intégrer pleinement le numérique.

L’école est remise en cause dans son fonctionnement : organisation des temps et lieux scolaires, statut de l’enseignant, modalité de management hiérarchique et vertical. À partir de là, soit les technologies sont utilisées pour maintenir l’intégrité du système actuel (c’est ce qui se passe en général avec les ENT), soit elles transforment l’école comme elles ont transformé notre culture.

Les technologies ont des effets sur les actions que l’on réalise. Il prend à titre d’exemple le cahier de texte numérique ou les outils d’aide à l’orientation : on confie aux technologies une partie de notre pouvoir d’action. Il est nécessaire d’avoir une intention précise au préalable ET de maitriser les technologies. C’est à ces deux conditions que l’on pourra tirer profit du numérique.