Archives pour la catégorie Tendances et prospective

De quelques communautés en éducation

Dans le cadre des recherches pour le dossier de veille sur le travail collectif enseignant, j’ai rencontré à maintes reprises le concept de communauté. J’ai eu envie d’approfondir ce que recouvrait ce terme qui sonnait de façon un peu exotique à mes oreilles de praticienne de l’éducation. Ce sera l’objet (d’au moins) deux billets d’Eduveille. Je vous propose pour cette semaine de rentrée un voyage au pays des PLC. Un prochain billet sera l’occasion d’aborder les liens entre communautés et créations de savoirs.

Une multiplicité d’expressions et des réseaux en construction 

En éducation, les communautés de pratique et les communautés professionnelles « sont des groupes de professionnel.le.s, à l’intérieur ou en dehors d’un établissement scolaire, qui réalisent des apprentissages situés, en action et à partir de l’action » (Gibert, 2108).

Avec diverses acceptions, les appellations de communauté traversent la littérature internationale, comme en témoignent quelques expressions moissonnées au fil des lectures : communautés de pratiques, community of practice, communauté d’apprentissage professionnel, communautés professionnelles d’apprentissage et professional learning communities, teacher community, professional teacher community, educational community, communauté apprenante, établissement apprenant, établissements formateur, cooperative learning community, collaborative learning community, litteracy learning community, global urban learning community, situated learning communities in CoP, , action research learning community, communautés de recherche, communautés d’apprentissage et de recherche… et en lien avec l’utilisation d’internet, les networked learning communities, les VLC ou virtual learning communities, network improved communities.

Continuer la lecture de De quelques communautés en éducation 

La géographie de l’éducation, une discipline de recherche … de la périphérie au centre ?

Histoire, philosophie, sociologie, … de l’éducation : à ces regards disciplinaires manque encore souvent à l’appel la géographie. Et pourtant, les objets éducatifs à résonance géographique ne manquent pas à l’heure actuelle. De la carte scolaire aux territoires apprenants, des projets éducatifs territoriaux (PEDT) aux réseaux d’éducation prioritaire (REP), quels sont les objets, méthodes et théories qu’investissent ceux et celles qui veulent spatialiser l’analyse en éducation ?

Continuer la lecture de La géographie de l’éducation, une discipline de recherche … de la périphérie au centre ? 

Participez à une enquête sur les habitudes de travail collaboratif entre enseignant.e.s

L’équipe de veille de l‘Institut français de l’éducation (École normale supérieure de Lyon) lance une enquête baptisée Récap (RÉseaux et Communautés et d’Apprentissage Professionnels en établissements scolaires), auprès d’établissements d’enseignement, du primaire ou du secondaire, ayant pour objectif de mieux connaître les habitudes de travail collaboratif des équipes éducatives (enseignantes et enseignants ainsi que personnels d’encadrement et d’accompagnement) et de mieux comprendre la constitution de réseaux sociaux professionnels ou  « communauté d’apprentissage professionnelles » (CAP).
Cette enquête s’intéressera également aux attentes des personnels éducatifs vis à vis des résultats issus de la recherche et à la possibilité des les intégrer dans leurs pratiques éducatives.
En effet, ce que la recherche nomme CAP semble correspondre à un processus d’apprentissage social permettant d’améliorer les pratiques ou du moins favoriser le travail collaboratif tout en profitant à la mise en place d’apports de la recherche. La même enquête a été menée en Angleterre par des chercheurs britanniques et la partie française est conçue dans des termes équivalents pour permettre une perspective comparative internationale.
 
Le déroulement de l’enquête implique une participation de l’ensemble d’un établissement ou d’une école, avec l’accord et l’implication de la direction pour la mettre en place.  En effet, pour contribuer à cette étude, nous demandons dans un premier temps de participer à une enquête en ligne, d’une durée d’environ 20 mn, nécessitant la collaboration de l’ensemble des enseignant.e.s et personnels éducatifs de l’établissement (dans la mesure du possible) afin de dessiner une véritable cartographie de leurs interactions professionnelles. 
Une fois l’analyse quantitative achevée, nous sélectionnerons quelques établissements afin de mener des entretiens sous forme de focus groups permettant des échanges libres sur les sujets abordés. Les séances seront filmées afin de permettre un travail ultérieur à partir de la transcription.
Vous pouvez décider de ne participer dans un premier temps qu’à la première phase, sans vous engager dans la seconde, qui demande un peu plus de disponibilité.
Marie Gaussel est à votre disposition pour répondre à toutes les questions que peut susciter cette demande et vous pouvez la joindre par mail (marie.gaussel@ens-lyon.fr).
 

 

Que disent les recherches sur la formation continue des enseignants aux Etats-Unis ?

La rubrique Cool Thinking on Hot Topics du site CPRE knowledge hub, porté par le Consortium for Policy Research in Education (CPRE) – réseau de sept universités états-uniennes ayant pour mission de mettre en relation chercheurs, décideurs et praticiens dans le domaine de l’éducation – consacre son dernier dossier aux perspectives émergentes sur le développement professionnel efficace des enseignants (Emerging Insights into Effective Professional Development). Neuf entretiens filmés de chercheurs et de décideurs proposent un tour d’horizon des acquis et débats en cours sur cette question aux Etats-Unis. De la prise en compte des pratiques enseignantes en contexte au nécessaire accompagnement dans la durée, de la dimension disciplinaire de la formation à celle de l’enrôlement des élèves, toute ressemblance avec les questions que se posent enseignants, formateurs et prescripteurs de formation en France ne serait pas totalement fortuite … Continuer la lecture de Que disent les recherches sur la formation continue des enseignants aux Etats-Unis ? 

Petite chronologie des dispositifs liés à la recherche en éducation depuis 20 ans

Un Conseil scientifique de l’éducation est mis en place aujourd’hui par le Ministre. L’occasion de rappeler brièvement certaines initiatives institutionnelles concernant directement ou indirectement la recherche en éducation qui ont marqué les 20 dernières années .

1995-2000  Comité national de coordination de la recherche en éducation, chargé d’une mission de synthèse, d’orientation et d’évaluation de la recherche en éducation (archive : http://www.inrp.fr/Cncre/Accueil.html )

2000-2005  Haut conseil de l’évaluation de l’école (HCÉÉ)

2001 : Rapport présenté par Antoine Prost « pour un programme stratégique  de recherche en éducation » (http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/014000799/index.shtml )

2002-2004 : Programme incitatif de recherche en éducation et formation (PIREF), coordonné par Marie Duru-Bellat.

Décembre 2010- février 2011  : Dissolution de l’INRP (Institut national de recherche pédagogique) et création de l’IFÉ (Institut français de l’Éducation) au sein de l’ENS de Lyon

2005-2012 : Haut Conseil de l’éducation (HCÉ) (archive : http://www.hce.education.fr/ )

2014 : création du CNESCO (Conseil national de l’évaluation du système scolaire)

2016 : création de l’ICE Auvergne Rhône Alpes (Institut Carnot de l’Éducation)

2017 : Rapport présenté par François Taddei « Vers une société apprenante » et rapport présenté par les Alliances Athéna et Allistène « La recherche sur l’éducation, éléments pour une stratégie globale » (présentation et sources).

A suivre…

Lire-écrire-compter-… écouter ! L’éducation sur les ondes : quel paysage sonore ?

Depuis la rentrée de septembre, l’Institut français de l’Education dispose d’une webradio, Kadékol, portée par Florence Sauvebois.

A l’heure où un tiers des Français et des Européens, et surtout les plus jeunes d’entre eux, utilise Internet pour écouter des émissions de radio (source : Ministère de la Culture, Pratiques culturelles en ligne, en France et en Europe – Points de repère et de comparaison 2007-2014), la radio numérique vient donc s’ajouter à la longue liste des moments, espaces et supports utilisés par les passeurs en éducation pour articuler recherches, politiques et pratiques éducatives et en faire dialoguer les acteurs. Pour rappel, le terme de passeur a été proposé par le service Veille et Analyses pour désigner en français les « courtiers » (brokers) qui grâce à leur regard et expérience des trois pôles – recherches, politiques, pratiques – contribuent à rendre utiles et utilisables les recherches en éducation.

Pour qui cherche à de temps en temps à reposer ses yeux, et ouvrir grand ses oreilles, la baladodiffusion complète la visite des sites Internet spécialisées en éducation, la lecture d’articles de recherche ou de revues professionnelles, la participation à des manifestations scientifiques et à des journées de formation.

A quelles conditions une webradio peut-elle être un lieu de production, de diffusion et de mise en débat des savoirs en éducation ? Quel « paysage éducatif sonore » (educational soundscape) pour le système éducatif français actuel ? Continuer la lecture de Lire-écrire-compter-… écouter ! L’éducation sur les ondes : quel paysage sonore ? 

La pré-rentrée du CNESCO

Les 28 et 29 août s’est tenue à Paris la première Université d’été du CNESCO (Conseil national d’évaluation du système scolaire), en partenariat avec le CESE (Conseil économique, social et environnemental). À la veille de la rentrée scolaire, cette manifestation entendait identifier des thèmes de réflexion majeurs sur la formation de la jeunesse dans les 10 années à venir, et mettre l’accent plus particulièrement sur les inégalités territoriales scolaires.

Une vision engagée des liens entre recherches et politiques publiques

Des exposés présentés en séances plénières, on peut retenir quelques idées générales partagées par l’ensemble des intervenant.e.s, qu’il s’agisse de spécialistes de politiques publiques, de sociologie,  de géographie ou d’histoire.

  • La nécessité d’apporter au personnel politique les fruits de la réflexion d’une « intelligence commune » ;
  • L’importance, pour cela, du pluralisme scientifique des approches, de la diversité des regards portés sur une même question, afin de prendre en compte la complexité des situations ;
  • L’urgence, enfin, d’assurer la publicité intégrale des données – au sens de mise en circulation dans l’espace public –,  et la lisibilité des travaux de recherches, en faisant apparaître les points d’accord, mais aussi les controverses scientifiques.

L’orientation, levier de réduction des inégalités ?

Dans cette optique, les ateliers ont été conçus pour permettre un moment de dialogue entre différents acteurs et actrices de l’éducation : chercheur.e.s, cadres de l’éducation, représentant.e.s de syndicats ou d’associations…

Pour prendre un exemple, un des deux ateliers consacrés à l’orientation posait la question suivante : « comment élargir l’horizon scolaire et professionnel des élèves ? ». Il s’agissait, à partir du constat établi d’un fort déterminisme lié à l’appartenance sociale, au genre ou au territoire, d’envisager des pistes possibles pour faire de l’orientation un levier pour réduire les inégalités.

Dans le cadre de cet atelier, ont été présentés des travaux en cours, qui ont permis de mettre en lumière quelques orientations récentes de la recherche :

  • Jean-François Giret, chercheur à l’IREDU (université de Bourgogne), a partagé les résultats de récentes enquêtes menées en éducation prioritaire à Dijon, et consacrées à l’impact des compétences non académiques (rapport à l’école, sentiment de maitrise, respect des règles et des autres) sur l’ambition, l’orientation souhaitée et l’orientation réelle. Du côté de l’étude sur la transition entre enseignement secondaire et supérieur, c’est la question du sentiment de discrimination, notamment chez les étudiant.e.s issu.e.s des filières professionnelles, qui commence à être posée, et fait apparaitre un sentiment d’injustice bien plus fort en première année de licence à l’université qu’en BTS.
  • Au cours de la discussion, Pierre Champollion a quant à lui rappelé qu’en matière d’orientation, si le déterminant sociologique est majoritaire, il n’écrase pas tout, et que le déterminant territorial est également important. Or, si les représentations sociales liées aux territoires sont difficiles à modifier, l’offre de formation, la question des transports sont des éléments sur lesquels on peut peser par le jeu des politiques publiques.

Nourri par les interventions d’inspecteur.rice.s, de représentant.e.s de parents d’élèves, de syndicats d’enseignant.e.s, de l’ONISEP (Office national d’information sur les enseignements et les professions), ou d’entreprises, l’atelier a donné lieu à une restitution par son animateur, proposant des pistes de réflexions sur le travail à mener dans trois domaines :

  • Le travail avec les acteurs et actrices de l’orientation : les jeunes eux-mêmes, auprès desquels il semble nécessaire d’engager un travail sur l’estime, la découverte de soi, de ses compétences, y compris non académiques, en mettant l’accent sur le droit à l’erreur ; les parents, reconnus comme des protagonistes importants dans le cadre d’une coéducation à construire  ; les enseignant.e.s et psychologues de l’Éducation nationale bien sûr ; et enfin le monde économique, par exemple en impliquant davantage les CESER (Conseil économique social et environnemental régional). De la discussion ressort également l’idée d’imaginer de nouvelles modalités de les faire travailler ensemble, par exemple en formant les enseignant.e.s avec les élèves.
  • L’offre de formation : mettre en œuvre des procédures qui assurent une lisibilité et une stabilité contractuelle est présenté comme une nécessité, de même que la mise en place d’une offre souple (ouverte aux parcours changeants), avec une spécialisation et une professionnalisation progressive.
  • L’information : l’accent a été mis sur la complexité de l’accès à la formation, vaste chantier de travail, qui ne peut être mené qu’en s’inscrivant dans un temps long.

Pour en savoir plus :

  • le programme de la manifestation ;
  • le livret du participant, présentant plus précisément les intervenant.e.s invité.e.s à s’exprimer lors des séances plénières et les thématiques.

Les ambiguïtés d’une formation secondaire technologique ou professionnelle

Alors que la DEPP donne des éléments de satisfaction quant à l’insertion des jeunes apprentis ou des jeunes diplômés de l’enseignement professionnel, une étude compare la relation entre niveau et type de diplômes et situation sur le marché du travail de population adulte (hommes) dans 18 pays dont 11 pays européens.
Si les élèves sortant d’une formation professionnelle avec un diplôme (si possible le plus élevé possible) ont de meilleures chances de trouver une emploi, et notamment un emploi mieux rémunéré, que les étudiants ou élèves ayant suivi une formation généraliste, il s’avère que sur le long terme ces derniers ont de meilleures perspectives d’emploi du fait d’une plus grande adaptabilité à un marché du travail en évolution constante (sans compter les différentiels en termes de salaires).
Ce constat est marqué pour la Suisse, l’Allemagne et le Danemark mais l’impact varie avec la structure institutionnelle spécifique de la scolarité et de la formation professionnelle, de même que la situation économique du pays. En Suisse, le solde économique (écart entre chômage et emplois par exemple) reste favorable à l’enseignement professionnel du fait d’une croissance plus lente, contrairement à l’Allemagne et au Danemark où la croissance économique est plus rapide.
Les contenus de formations professionnelles sont bien entendu hétérogène et ont sans doute un rôle à jouer dans cette inadéquation au marché du travail à retardement. Les auteurs pointent cependant la nécessité de ne pas sacrifier certaines compétences de bases solides et concomitamment d’investir dans l’« apprentissage tout au long de la vie », prôné par la Commission européenne.

« La nécessité d’inciter, aussi bien les individus que les employeurs, à mettre en place une meilleure offre de formation continue tout au long de la carrière n’est pas comprise ».
« Cette analyse suggère que cet objectif devrait recevoir l’attention des décideurs politiques, en particulier si ceux-ci envisagent de faire bouger les systèmes scolaires en place vers une formation plus professionnelle ». (Hanushek et al., 2017)

Sources :

  • Hanushek Eric, Schwerdt Guido, Woessmann Ludger & Zhang Lei (2017). General Education, Vocational Education, and Labor-Market Outcomes over the Lifecycle. The Journal of Human Resources, vol. 52, n° 1, p. 48-87. Lien
  • Marchal Nathalie (2017). Le niveau de formation et de diplôme demeure toujours déterminant dans l’insertion des apprentis. Note d’information de la DEPP, n° 17.11, juin. Lien
  • Marchal Nathalie (2017). Le niveau de formation et de diplôme : déterminant dans l’insertion des lycéens professionnels. Note d’information de la DEPP, n° 17.12, juin. Lien

 

 

Teachers, Teaching, and the Relevance of Educational Research: Reflections from the Front Line

Le 31 mars dernier s’est tenu à l’IFÉ la 13ème session de son séminaire international qui portait sur la question des liens pertinents entre la recherche et les pratiques. Une des participant.e.s, Roseline Sultana Arnéodo du Junior College de Malte, a rédigé une analyse fine du séminaire que nous proposons ici à nos lecteurs et lectrices.

Introducing context, theme, and protagonists

The Institut Français de l’Éducation (IFÉ) organised a one-day seminar on “Research and Practice: Towards what Kind of Relevant Research for Teachers?” with the key issue being the extent to which educational research impacts on classroom practice, if at all. The seminar took place in Lyon, France, on the 31st March 2017, and was attended by several teachers from a number of European countries. Continuer la lecture de Teachers, Teaching, and the Relevance of Educational Research: Reflections from the Front Line 

Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ?

L’Institut français de l’Éducation (IFÉ) organise une série de séminaires internationaux sur le thème général : Approches internationales et pluridisciplinaires des enjeux de la recherche collaborative en éducation. Dans le cadre de ce thème, il y aura un séminaire d’une journée sur le thème plus spécifique de la mobilisation et de l’utilisation de la recherche (comment la recherche se déplace dans la pratique éducative et comment elle est utilisée).

L’un des points forts de la plupart des débats internationaux sur la formation des enseignant.e.s est la nécessité de les sensibiliser aux contributions de la recherche sur les questions d’éducation. Il est donc stratégique d’avoir une recherche solide et bien structurée sur l’éducation qui soit en mesure de fournir aux praticiens et aux décideurs politiques des informations sur les questions d’éducation essentielles. Il est tout autant nécessaire de réfléchir à l’articulation entre la recherche, les points de vue des praticien.ne.s et les conditions d’une appropriation réelle des résultats de la recherche. Il s’agit non seulement d’une information ou d’une formation, mais aussi du développement de modalités de recherche spécifiques, faisant passer les praticien.ne.s de la seule position d’interprète à celle de co-concepteurs, dans l’esprit d’une véritable recherche collaborative. Malgré les nombreuses incitations institutionnelles et l’intérêt grandissant des politiques pour les résultats probants et les bonne pratiques en éducation, les processus d’application et les  facteurs qui influent sur l’utilisation concrète de la recherche par les enseignant.e.s  pour leur pratique  ne sont pas toujours expliqués. Continuer la lecture de Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ?