Archives de catégorie : Ressources utiles

Illustration podcast

Une nouvelle rubrique dédiée aux podcast

Les contenus audios podcastables font leur entrée dans l’actu Veille & analyses! 

Grâce à une liberté de tons, de sujets et de choix éditoriaux, les podcasts sont devenus depuis une dizaine d’années des formats incontournables dans le champ de la médiation scientifique. Dans le sillage des sciences humaines et sociales, les acteur·rices des sciences de l’éducation ont investi ce média pour proposer une diffusion large et un discours accessible sur la recherche.

Continuer la lecture de Une nouvelle rubrique dédiée aux podcast

Former des citoyens… numériques ?

Article paru dans les Cahiers pédagogiques, le 27 octobre 2023

La citoyenneté numérique désigne la « capacité de s’engager positivement, de manière critique et compétente dans l’environnement numérique, en s’appuyant sur les compétences d’une communication et d’une création efficaces, pour pratiquer des formes de participation sociale respectueuses des droits de l’Homme et de la dignité1 ».

Cette notion relève d’enjeux individuels et collectifs. Elle permet en effet de réfléchir aux possibilités d’agentivité du sujet – au sens de sa capacité à avoir le contrôle de ses actes et de leurs effets – dans sa participation aux environnements numériques. À l’école, elle peut être enseignée dans le cadre de l’éducation à la citoyenneté numérique (ECN), dont les visées sont adaptatives, mais aussi émancipatrices2.

L’ECN, qui relève elle-même de l’éducation à la citoyenneté, vise à sensibiliser aux ramifications sociétales de l’usage des technologies. Elle est mise au travail depuis quelques années, par exemple par le Conseil de l’Europe, dans le but de dégager des pistes d’action pour les politiques et les pratiques éducatives.

Les compétences constitutives de l’ECN renvoient à plusieurs enjeux démocratiques, tels que le développement de l’esprit critique, la sécurité entourant l’usage des plateformes numériques (cyberharcèlement, confidentialité), ou l’accès aux technologies. Cet accès doit être égal (pour toutes et tous, indépendamment des particularités individuelles), équitable (pour celles et ceux qui en ont besoin) ou encore universel, en s’assurant de l’accessibilité des technologies de manière à inclure le plus grand nombre de personnes.

DES APPROCHES PÉDAGOGIQUES VARIÉES

Des travaux de recherche récents permettent de dégager plusieurs approches pédagogiques pour former à la citoyenneté numérique3. Les objectifs affichés sont notamment de développer l’esprit critique portant sur la circulation des informations en ligne ou de favoriser les interactions en ligne, par exemple en encourageant des productions ou actions qui engagent les élèves dans l’espace public, éventuellement en collaboration avec des partenaires extrascolaires. Ainsi, une de ces approches propose de mettre en œuvre l’analyse multimodale4 des informations publiées en ligne pour développer un esprit critique dans la réception des informations.

Une seconde approche préconise l’examen des différentes dimensions de la communication médiatisée et de leurs liens, ainsi qu’un regard historique sur les genres et les formes de communication. Une autre piste est constituée par l’apprentissage expérientiel, en encourageant par exemple les élèves à délibérer sur des forums en ligne avec d’autres citoyens.

L’approche socio-interactionnelle offre aussi de participer à des productions (écrites ou autres) en ligne, à destination ou avec des internautes extérieurs au groupe d’apprenants.

Une dernière approche propose de faire expérimenter la création numérique et de développer des compétences de négociation en participant à des processus de prise de décision en ligne.

DES EFFETS POSITIFS

Ces multiples démarches présentent des effets positifs : nouvelles perceptions et représentations des dynamiques d’interaction (négociation, conflit), de l’intérêt des ressources numériques libres d’accès, meilleure capacité à se décentrer, plus grande confiance en soi, développement de l’agentivité, de l’autonomie et de la solidarité.

L’ECN concerne toutes les disciplines scolaires et ne s’arrime pas seulement à l’éducation aux médias et à l’information (EMI). Caractérisée par son horizon démocratique, elle constitue un objet essentiel de formation de la personne et du citoyen. Son déploiement a pour visée de transformer des discours politiques et institutionnels sur la citoyenneté numérique en une autonomie individuelle et des comportements numériques collectifs citoyens.

Prisca Fenoglio
Médiatrice scientifique, équipe Veille et analyses de l’IFé (ENS de Lyon)

Pour aller plus loin

Prisca Fenoglio, « L’inclusion numérique en éducation : un enjeu de démocratie », Édubref 17, septembre 2023, ENS de Lyon. https://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/EB-Veille/Edubref-septembre-2023.pdf.

 

Une éducation inclusive… par le numérique ?

L’inclusion et le numérique sont deux bouleversements qui impactent fortement les pratiques éducatives (Carrim et Bekker, 2022). Cependant, le numérique peut-il participer, dans une perspective inclusive, de l’émancipation et du pouvoir d’agir de tous les publics apprenants, qu’ils soient en difficulté, à besoins particuliers, en situation de handicap ou issus de minorités ? Si, d’un côté, les possibilités des outils numériques pour soutenir les apprentissages de toutes les personnes apprenantes permettent de proposer des programmes d’études plus inclusifs (UNESCO, 2020), de l’autre, la numérisation de la société, y compris des pratiques éducatives, peut impacter le bienêtre étudiant et affecter leur inclusion scolaire ou universitaire (OCDE, 2023). Face à cette tension, le « numérique pour inclure » pose question : quelles sont les convergences entre éducation inclusive et éducation numérique, et les promesses et défis qu’elles révèlent ?

Cette question fait l’objet du Dossier de veille de l’IFÉ 146, intitulé L’éducation inclusive et numérique : quelles convergences ?. Ce double changement de paradigme est tout d’abord abordé sous l’angle de ses enjeux politiques, sociaux, économiques, et de ses couts humains et matériels. Puis, des exemples concrets illustrent comment soutenir la médiation humaine par la médiation numérique pour faire émerger de nouvelles cultures inclusives dans les postures, les partenariats, les rôles, et les pratiques pédagogiques des personnels éducatifs. Face à ces changements, la formation à l’éducation inclusive et numérique nécessite de favoriser, et de valoriser, la réflexivité in situ et la mobilisation de compétences multiples : il s’agit de mettre en résonnance les interprétations et expériences de la diversité avec les connaissances technologiques.

Ce Dossier met ainsi en lumière le fait que l’éducation inclusive et numérique nécessite d’articuler des procédures individuelles et des situations collectives, soutenues par des médiations humaines et numériques. Outre ses possibles et ses enjeux, elle comporte des questions encore en suspens, et de nouvelles perspectives et défis, notamment ceux posés aujourd’hui par l’intelligence artificielle. Elle relève, profondément, d’une conception démocratique et citoyenne de l’éducation pour toutes et tous à l’heure du numérique, et vise à passer d’une finalité adaptative à une finalité inclusive et émancipatrice des outils. Elle permet, en retour, de renouveler le regard sur les usages numériques éducatifs.

Pour en savoir plus :

Références :

  • Carrim, N. et Bekker, T. (2022). Placing inclusive education in conversation with digital education. South African Computer Journal, 34(2), 18‑34.
  • OCDE. (2023). Equity and Inclusion in Education: Finding Strength through Diversity [rapport].
  • UNESCO. (2020). Rapport mondial de suivi sur l’éducation, 2020 : Inclusion et éducation : tous, sans exception. [rapport].

L’éthique enseignante : une boussole pour garder le cap !

Publication du Dossier de veille de l’IFÉ n°145, novembre 2023 rédigé par M. Gaussel à télécharger ici.

Le champ de recherche en éthique appliquée à l’enseignement s’est développé, notamment au Québec, parallèlement au concept de professionnalisation, dans les années 1990. Il a émergé dans un contexte de revendication d’une plus grande exigence éthique dans tous les domaines de la vie sociale, et pour apporter des réponses aux problématiques émanant du « terrain » et des professionnelles de l’éducation. Dans les années 2000, les réformes et remaniements institutionnels en éducation en France ont montré un souci d’ajouter aux compétences à acquérir pour enseigner celle d’« agir en éducateur responsable et selon des principes éthiques » (MEN, 2013). Cette compétence éthique est identifiée par l’institution comme un ensemble de gestes professionnels par lesquels les personnes enseignantes assument leur responsabilité d’éducatrices et d’éducateurs, mais sa dimension sociale, relationnelle et affective est rarement évoquée. Pourtant, à l’heure où les attentes divergentes entre contraintes institutionnelles et réalités de terrain mettent à mal la profession enseignante, c’est bien cette dimension qui les soutient au quotidien.

Aussi, nous proposons dans le Dossier de veille de l’Ifé n° 145[1], une plongée au cœur de l’éthique enseignante en abordant cette composante comme étant indissociable de l’acte d’enseigner.  Face à cette question complexe, ce Dossier propose un tour d’horizon des différentes formes que peut revêtir l’éthique dans le contexte scolaire — éthique de la rencontre, de la présence, de l’opportunité, de la perplexité ou encore de l’hospitalité[2] — et d’autres notions qui lui sont associées comme la morale et la déontologie.

Continuer la lecture de L’éthique enseignante : une boussole pour garder le cap !

« C’est la première fois que je rencontrais une discipline scientifique qui mettait à distance tout ce qui fait la normalité du quotidien »

Entretien publié dans Diversité, n°202, volume 2, et réalisé par Prisca Fenoglio et Marie Lauricella en décembre 2022.

Maître de conférences en sociologie à l’université de Tours, Aden Gaide a soutenu sa thèse sur « les étudiant·e·s parents » en novembre 2020. Après trois ans de classe préparatoire (lettres et sciences sociales) au lycée Carnot (Dijon), Aden Gaide intègre un master « recherche » en sociologie à l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris. Il entame sa thèse en 2014 grâce à une bourse doctorale accordée par la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF), puis grâce à des contrats d’enseignement de type assistant temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’IEP, à Paris 13 et à l’université de Tours. Ses travaux portent sur les questions de jeunesse et de rapport de domination liés à l’âge.


Diversité : Qu’est-ce qui vous a amené à « entrer » dans la recherche ?

Aden Gaide : Au lycée, j’avais le rêve de faire un long séjour à l’étranger pour m’émanciper et baigner dans une langue étrangère. C’est ce qui m’a incité à tenter le concours des instituts d’études politiques (IEP), car j’avais entendu qu’une année à l’étranger était obligatoire dans ce cursus. En cas d’échec, je décidais de demander une classe préparatoire (lettres et sciences sociales) afin de repasser ensuite ces concours. Mais l’entrée en classe préparatoire a été transformatrice et j’y suis resté finalement trois ans. Continuer la lecture de « C’est la première fois que je rencontrais une discipline scientifique qui mettait à distance tout ce qui fait la normalité du quotidien »

Entretien publié dans Diversité, n°202, volume 2, et réalisé par Prisca Fenoglio et Marie Lauricella en décembre 2022.

Maître de conférences en sociologie à l’université de Tours, Aden Gaide a soutenu sa thèse sur « les étudiant·e·s parents » en novembre 2020. Après trois ans de classe préparatoire (lettres et sciences sociales) au lycée Carnot (Dijon), Aden Gaide intègre un master « recherche » en sociologie à l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris. Il entame sa thèse en 2014 grâce à une bourse doctorale accordée par la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF), puis grâce à des contrats d’enseignement de type assistant temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’IEP, à Paris 13 et à l’université de Tours. Ses travaux portent sur les questions de jeunesse et de rapport de domination liés à l’âge.


Diversité : Qu’est-ce qui vous a amené à « entrer » dans la recherche ?

Aden Gaide : Au lycée, j’avais le rêve de faire un long séjour à l’étranger pour m’émanciper et baigner dans une langue étrangère. C’est ce qui m’a incité à tenter le concours des instituts d’études politiques (IEP), car j’avais entendu qu’une année à l’étranger était obligatoire dans ce cursus. En cas d’échec, je décidais de demander une classe préparatoire (lettres et sciences sociales) afin de repasser ensuite ces concours. Mais l’entrée en classe préparatoire a été transformatrice et j’y suis resté finalement trois ans. Continuer la lecture de « C’est la première fois que je rencontrais une discipline scientifique qui mettait à distance tout ce qui fait la normalité du quotidien »

Livre d’Or des 20 Ans

En cette année 2023 marquant ses deux décennies d’existence, l’équipe Veille et Analyses de l’Institut français de l’éducation (IFÉ-ENS de Lyon) est fière de célébrer son parcours, mais surtout honorée de vous savoir, chères lectrices, chers lecteurs, à nos côtés.

Répondant à notre sollicitation, vous avez été nombreuses et nombreux à participer à l’enquête qui a eu lieu au printemps dernier, et pour cela, nous vous exprimons notre profonde gratitude. C’est avec joie que nous vous en présentons les premiers résultats, accompagnés de vos multiples témoignages, rassemblés dans le « livre d’or des 20 ans de Veille et Analyses » que vous pouvez télécharger ici.
Chaque mot bienveillant, chaque encouragement, chaque élan d’enthousiasme que vous partagez avec nous deviennent le carburant qui alimente notre passion et notre dévouement au quotidien.

À vous toutes et tous, nous adressons un immense MERCI pour votre temps et pour chaque réflexion partagée.

Apprendre aux enseignants à réfléchir sur leurs habitudes pédagogiques

Ce texte a initialement été publié dans « Le Monde de l’éducation » le 8 février 2021.

Le colloque scientifique intitulé « Quels professeurs au XXIe siècle ? » s’est tenu en décembre 2020 dans le cadre du Grenelle de l’éducation. S’il y a bien été fait mention de l’importance du bienêtre et de la coopération entre professionnels de l’éducation, la professionnalisation du corps enseignant, en termes de capacité à réfléchir et à problématiser son quotidien et ses activités dans la classe, n’a guère été évoquée. 

Il existe pourtant une masse conséquente de travaux de recherche portant sur l’évolution de cette profession et sur la dimension « réflexive » du métier qui accompagne souvent les démarches de formation des enseignants. 

Le terme de réflexivité a émergé au début du XXe siècle dans les écrits du philosophe John Dewey ; son usage s’est développé au cours des années 1970 dans les revues savantes de sciences sociales. Puis ce sont notamment les travaux du pédagogue américain Donald Schön (1983), et de son collègue Chris Argyris (1993), qui ont introduit le concept de « pratique réflexive » dans le domaine de la professionnalisation du métier d’enseignant. Si les points de vue théoriques sur la réflexivité sont multiples, ils s’accordent sur le fait que la dimension cognitive liée à l’analyse des situations professionnelles des enseignants demeure un levier pour l’amélioration de leurs pratiques. 

Dans ce cadre, la « réflexivité » peut être définie à minima comme une forme de réflexion se prenant elle-même pour objet, un retour sur soi. Cette « métaréflexion » consiste essentiellement en une conceptualisation ou schématisation des processus à l’œuvre dans la relation professeur-élève. 

Donald Schön pose l’importance de créer une « épistémologie de la pratique », c’est-à-dire de développer des connaissances à partir de l’analyse des savoirs et des compétences mises en pratique au quotidien par les enseignantes et les enseignants. Concrètement, cette conversation réflexive s’exprime selon deux modes opératoires : une réflexion dans l’action, en classe, qui permet des ajustements immédiats pour faire face aux imprévus, et une réflexion sur l’action qui conduit, après-coup, à la modélisation des rapports entre des situations problématiques identifiées et les actions les plus efficaces pour y remédier. 

Il s’agit d’un travail mental, individuel ou collectif, pendant lequel l’enseignant s’interroge sur son propre processus de pensée et d’action, et réfléchit sur les mobiles qui ont guidé son choix d’action : « Quelles grilles de lecture ai-je utilisées pour comprendre cette difficulté avec les élèves ? Comment ai-je résolu ce problème en classe ? Quelles variables ai-je dû réajuster dans ma façon d’enseigner ? » (Ré)interroger sa pratique pourrait accroitre la compréhension des actions menées sur le terrain, permettre une actualisation des connaissances et favoriser le développement professionnel. 

Les chercheuses en sciences de l’éducation Marie-France Carnus et Christine Mias rappellent que ce travail évaluatif et de régulation ne va pas de soi pour les professeurs, et que sa mise en œuvre doit reposer sur des procédures et méthodologies précises. Pour les enseignantes et les enseignants, questionner ses pratiques, c’est aussi accepter de rompre avec ses habitudes de faire et de penser, de se mettre en danger. 

En formation initiale, le développement d’une posture réflexive n’est pas perçu instinctivement par les enseignants stagiaires comme un dispositif utile à leur entrée dans le métier. Souvent éloignés de leurs préoccupations professionnelles, les activités d’analyse des pratiques et les écrits sur l’action sont en effet exigeants en termes d’investissement cognitif et d’appropriation d’une culture scientifique ; ils ne répondent guère aux attentes immédiates des débutants, plus préoccupés par les questions de gestion de classe, etc. 

Prenant en compte les difficultés pour le praticien novice — et même confirmé — de « mettre en mémoire » des observations, des questions, des doutes dans le feu de l’action, Marguerite Altet, chercheuse spécialiste des pratiques enseignantes, propose plutôt qu’il ou elle réfléchisse dans l’après-coup à son analyse de la situation faite dans l’action. Cette façon de procéder permet d’identifier des « routines », des « schèmes d’action » ou « habitus », pour reprendre les concepts du psychologue Jean Piaget ou du sociologue Pierre Bourdieu. 

Ainsi, la notion de réflexivité marque une rupture avec un modèle « applicationniste » qui structure habituellement les prescriptions institutionnelles et selon lequel les pratiques professionnelles ne peuvent être que synonymes de mises en scène d’un savoir théorique et académique. L’articulation de la théorie, de la pratique et de la prescription nécessite pourtant, selon Isabelle Vinatier (2012), chercheuse spécialiste des sciences de la formation, de réfléchir sur son activité professionnelle à partir de trois sources de connaissances : l’expérience personnelle, la culture professionnelle et la recherche. Une réflexion pour le moins pertinente à l’heure des réformes d’ampleur à venir de la formation et du métier d’enseignant. 

Pour aller plus loin, lire aussi Gaussel Marie (2020). Les pratiques enseignantes face aux recherches. Dossier de veille de l’IFÉ, n °132, février. Lyon : ENS de Lyon. 

 

“Bref, j’aurai passé ma vie de chercheur à travailler sur ce que j’aurais dû être.”

Entretien publié dans Diversité, n°201, et réalisé par Prisca Fenoglio et Marie Lauricella en septembre 2022.

Gilles Moreau est professeur de sociologie à l’université de Poitiers. Il a travaillé sur la formation et les diplômes professionnels préparés en lycée professionnel et en centre de formation des apprentis (CFA). Il a publié Le monde apprenti (La dispute, 2003), et co-dirigé La société des diplômes (La Dispute, 2011), Le CAP un diplôme du peuple (PUR, 2013), ou encore Le Bac pro, un bac comme un autre ? (Octarès, 2019). Son dernier ouvrage (2022) est un exercice d’auto-socioanalyse : S’asseoir et se regarder passer. Itinéraire d’un sociologue de province, (La Dispute, 2022).

Diversité : Qu’est-ce qui vous a amené à « entrer » dans la recherche, à devenir sociologue de l’éducation ?

Gilles Moreau : Devenir sociologue de l’éducation suppose trois choses : faire des études supérieures, se convertir à la sociologie et se spécialiser en éducation. Originaire d’un milieu populaire et rural, j’avais une probabilité très faible de faire des études supérieures, mais une configuration de socialisation singulière et la réforme Berthoin de 1959 qui entrouvraient les portes des collèges et des lycées m’ont permis d’obtenir le baccalauréat dans un contexte où à peine 25 % d’une génération y accédait. Continuer la lecture de “Bref, j’aurai passé ma vie de chercheur à travailler sur ce que j’aurais dû être.”

De l’inclusion à la citoyenneté numérique en éducation

L’Edubref n° 17, intitulé L’inclusion numérique en éducation : un enjeu de démocratie, examine, dans la lignée du Dossier de veille de l’IFÉ n° 139 sur les inégalités numériques en éducation (Fenoglio, 2021), ce qu’est l’inclusion numérique en éducation, et comment la mettre en œuvre pour l’enseignement et la formation.

La volonté d’inclusion numérique en éducation n’est pas nouvelle dans les discours politiques et institutionnels. En effet, l’inclusion numérique est tout d’abord une notion politique référant aux actions des pouvoirs publics pour remédier aux inégalités numériques. Adossée à un idéal égalitaire, la promotion de cette inclusion numérique véhicule une idéologie technocentrée de participation massive à la société de l’information et des technologies. Du côté des travaux de recherche, cette notion parait peu stabilisée : des études interrogent des notions connexes, telles que l’exclusion ou la solidarité numérique, tandis que d’autres font de l’inclusion numérique un enjeu au sein de notions plus larges, telles que la citoyenneté et la littéracie numériques.

Alors, quels sont, au sein de cette imbrication de notions, les enjeux de l’inclusion numérique pour l’éducation ? Tout d’abord, l’inclusion numérique pose des enjeux de formation, cette dernière devant permettre d’appréhender de manière citoyenne les conditions de participation, ou non, à la société des technologies de l’information. Ensuite, l’inclusion numérique comporte des enjeux de conception, les dispositifs technologiques étant les résultats de choix effectués par des concepteurs et conceptrices, liés à leurs valeurs. Or, les fonctionnalités, reflets de ces choix, sont susceptibles d’une appropriation inégale par les apprenant·es, notamment du fait de leur niveau de connaissance et de compréhension des interfaces technologiques. Les systèmes technologiques doivent donc être expliqués et adaptés afin d’inclure, de manière démocratique, tous·tes les apprenant·es. Par conséquent, la participation aux – ou l’exclusion des – environnements numériques comporte de forts enjeux démocratiques et citoyens.

La notion de citoyenneté numérique permet de mettre en avant les possibilités d’agentivité du sujet – au sens de sa capacité à avoir le contrôle de ses actes et de leurs effets – dans sa participation ou non aux environnements numériques. Elle offre un regard plus large sur l’inclusion numérique, et pose la question de l’éducation à la citoyenneté numérique (ECN). Cette dernière vise à sensibiliser aux ramifications sociétales de l’usage des technologies. Elle est mise au travail depuis quelques années, par exemple par le Conseil de l’Europe, dans le but de dégager des pistes d’action pour les politiques et les pratiques. Des pistes pédagogiques sont dégagées par les travaux de recherche afin de développer les compétences constitutives de l’ECN, dont peuvent s’emparer toutes les disciplines – et pas seulement l’éducation aux médias et à l’information (EMI).

Pour retrouver l’ensemble des Edubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossier de veille et nos Edubref dès leur parution, cliquez ici.

Vers une marchandisation de l’orientation

Article publié le 3 avril 2023 dans Les Cahiers Pédagogiques, n°584

La mise en œuvre de Parcoursup en 2018 et la réforme du lycée l’année suivante ont accru les besoins d’accompagnement à l’orientation des jeunes, renforçant ainsi un marché privé de l’orientation qui surfe sur le stress de l’inflation des choix scolaires. En effet, avec la suppression des filières pour le baccalauréat  général, et l’introduction des enseignements de spécialité pour ce dernier comme pour le baccalauréat technologique,  les élèves doivent faire des choix disciplinaires en classe de première et de terminale. Or, ces choix se révèlent cruciaux depuis Parcoursup et l’instauration de prérequis pour être admis dans les formations de l’enseignement supérieur[1].

Continuer la lecture de Vers une marchandisation de l’orientation