Archives pour la catégorie Ressources utiles

Les étudiants des ESPE et filières d’enseignement ne sont pas forcément ceux qu’on pense

Les clichés sur les étudiantes et les étudiants qui s’inscrivent dans les filières universitaires (ESPE) menant aux carrières de l’enseignement amènent à imaginer des étudiants plutôt bons élèves et plutôt originaires de familles liées à l’enseignement scolaire ou supérieur. Et si l’on se trompait ?

Les résultats de l’enquête 2016 de l’Observatoire national de la vie étudiante (46340 questionnaires traités)  donnent une image assez nette de la population étudiante, dont la catégorie « enseignement/ESPE » qui regroupe les étudiants préparant des diplômes et concours de la profession enseignante (près de 4% du nombre total des étudiants). Quelles sont les caractéristiques de cette sous population ?  En fait, il semble que ceux qui peuplent les filières universitaires menant à l’enseignement  sont issus de milieux socioprofessionnels plus modestes que ceux des autres filières et ont un parcours scolaire d’élèves qu’on qualifie usuellement de « passables » ou « moyens ». Ces constatations moyennes demanderaient bien sûr à être affinées, car elles recouvrent de probables importantes disparités régionales, disciplinaires et académiques. Il convient également de garder à l’esprit que les étudiants inscrits dans ces filières ne sont pas forcément les enseignants de demain : certains  deviennent professeurs sans passer par le master 1 des ESPE et d’autres ne réussissent pas les concours de l’enseignement après leur première année de master (1).

Des étudiants qui sont plutôt des étudiantes

Ces étudiants sont le plus souvent des étudiantes, puisque ces dernières composent 64% des effectifs des filières de l’enseignement. Ces étudiant(e)s sont aussi les plus âgé(e)s en moyenne de l’échantillon global de l’OVE, avec une moyenne de 27 ans, ce qui corrobore d’autres données sur les fréquentes reprises d’études associées à la préparation des concours d’enseignement ou de certaines spécialités dans le domaine de la formation. Peu d’étrangers dans cette catégorie, 4,1%, soit un taux proche de celui qu’on trouve  en CPGE, ce qui est logique dans un domaine professionnalisé orienté vers la fonction publique. Continuer la lecture de Les étudiants des ESPE et filières d’enseignement ne sont pas forcément ceux qu’on pense 

A Reims, l’accompagnement des projets se fait… de la maternelle au lycée

Mercredi 22 mars se tenait la première journée de l’innovation dans l’académie de Reims., organisée par la CARDIE. J’ai été invitée à présenter mes Dossiers de veille Des projets pour apprendre ? et Éduquer au-delà des frontières disciplinaires. J’ai pu montrer à travers des exemples récents pris dans des collèges que la mise en place de projets pouvait permettre aux élèves de remobiliser des compétences disciplinaires dans des situations inédites et de développer d’autres compétences, plus transversales, pour qu’ils apprennent à « se projeter », c’est-à-dire à s’engager dans des réalisations concrètes. Nous sommes bien là au cœur des problématiques rencontrées par les enseignants de collège cette année, suite à la mise en place des enseignements pratiques interdisciplinaires.

Continuer la lecture de A Reims, l’accompagnement des projets se fait… de la maternelle au lycée 

Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ?

L’Institut français de l’Éducation (IFÉ) organise une série de séminaires internationaux sur le thème général : Approches internationales et pluridisciplinaires des enjeux de la recherche collaborative en éducation. Dans le cadre de ce thème, il y aura un séminaire d’une journée sur le thème plus spécifique de la mobilisation et de l’utilisation de la recherche (comment la recherche se déplace dans la pratique éducative et comment elle est utilisée).

L’un des points forts de la plupart des débats internationaux sur la formation des enseignant.e.s est la nécessité de les sensibiliser aux contributions de la recherche sur les questions d’éducation. Il est donc stratégique d’avoir une recherche solide et bien structurée sur l’éducation qui soit en mesure de fournir aux praticiens et aux décideurs politiques des informations sur les questions d’éducation essentielles. Il est tout autant nécessaire de réfléchir à l’articulation entre la recherche, les points de vue des praticien.ne.s et les conditions d’une appropriation réelle des résultats de la recherche. Il s’agit non seulement d’une information ou d’une formation, mais aussi du développement de modalités de recherche spécifiques, faisant passer les praticien.ne.s de la seule position d’interprète à celle de co-concepteurs, dans l’esprit d’une véritable recherche collaborative. Malgré les nombreuses incitations institutionnelles et l’intérêt grandissant des politiques pour les résultats probants et les bonne pratiques en éducation, les processus d’application et les  facteurs qui influent sur l’utilisation concrète de la recherche par les enseignant.e.s  pour leur pratique  ne sont pas toujours expliqués. Continuer la lecture de Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ? 

Inné, non ! Acquis, oui !

vidal-geneve-2016

La deuxième journée ( cf. article 1 et article 2 sur la première journée) débute avec la conférence de Catherine Vidal, neurobiologiste et auteure de nombreux ouvrages sur les relations entre neurosciences et genre. Elle dirige une collection, Égale à Égal publiée chez Belin, qui s’intéresse aux questions d’égalité entre les femmes et les hommes  « pour faire le ménage des idées reçues« .

Catherine Reverdy et moi prenons d’abord le temps de discuter avec elle avant la présentation sur les moyens à mettre en œuvre pour démonter un à un les clichés portant sur les (soi-disant) différences entre le cerveau des femmes et celui des hommes. « Expliquer les démarches scientifiques avec humour, combattre les mauvaises images avec de bonnes, ne pas jargonner, voilà ce qui peut permettre au public de mieux comprendre les messages et de réfuter les préjugés » selon la scientifique.

Ce sont ces préjugés naturalistes qu’elle combat lors de cette conférence en démontant des théories innéistes sur les capacités des femmes et des hommes débouchant le plus souvent sur des neuromythes sexistes (comme les rôles sociaux ou professionnels attribués aux individus selon leur sexe, à ce propos lire notre Dossier de veille n°112).

Continuer la lecture de Inné, non ! Acquis, oui ! 

Neuroplasticité : de l’importance du plaisir

geneve-ansermet

Après la conférence d’ouverture d’Olivier Houdé, celle de François Ansermet, psychiatre pour enfants et adolescents, clôt cette première journée. Avant lui sont intervenus Stéphane Pagès sur les bases physiologiques de la mémoire ( il a d’ailleurs provoqué une vague d’émotion dans l’assemblée, à peu près 500 personnes du milieu de la petite enfance genevoise, en expliquant comment son équipe avait coupé les moustaches d’une souris pour mieux apprécier sa capacité à apprendre de nouveau signaux), Josette Serres et Laurence Rameau sur les pratiques pédagogiques des crèches à l’appui de la recherche (retour sur la théorie de l’inhibition avec le test du chamallow comme prédicteur de réussite ultérieure: est-on capable à 4-5 ans de résister 10mn  à l’envie de manger un chamallow ?) et Sharon Peperkamp sur l’acquisition du langage chez le bébé. Continuer la lecture de Neuroplasticité : de l’importance du plaisir 

Pour ne pas dire n’importe quoi quand arrivent les résultats de PISA…

Quelques jours avant la déferlante PISA, nous vous proposons ici quelques lectures, des plus courtes aux plus approfondies, permettant de disposer d’éléments réflexifs pour éclairer la publication des résultats de la grande enquête internationale de l’OCDE.

En introduction, un court mais pertinent article de Marie-Duru Bellat sur The Conversation, qui rappelle les principes de base nécessaires pour ne pas faire dire tout et n’importe quoi à PISA.

La revue  Administration & Éducation avait consacré l’an dernier un numéro spécial au « choc » PISA, qui résume bien l’essentiel des savoirs existants sur le sujet en direction des praticiens et cadres de l’éducation.

Nous avions réalisé en 2011 un Dossier de veille de l’IFÉ  « PISA : ce que l’on en sait et ce que l’on en fait » qui permet notamment de disposer en accès libre d’un aperçu d’analyses internationales sur ce thème.

Pour approfondir le thème, on trouvera dans le « Que Sais Je ? » de Georges Felouzis et Samuel Fermillot paru en 2012 des éléments solides pour comprendre comment sont réalisées ces enquêtes internationales et quelles utilisations on peut en faire.

Le CNESCO vient également de mettre en ligne un rapport fort  intéressant pour « comprendre les évaluations internationales » en comparant PISA et TIMMS.

Enfin, pour ceux qui n’auront pas la chance de participer aux Entretiens Ferdinand Buisson du 30 novembre à Lyon, on pourra se référer aux divers travaux de Xavier Pons sur l’évaluation des politiques éducatives, qui incluent bien évidemment des réflexions particulières sur la réception et l’utilisation des résultats de PISA en France.

 

Le « culte du tablier » ou comment les femmes sont représentées dans les manuels scolaires

femme-invisibleNous avons vu dans notre dernier Dossier de veille (n°112, octobre 2016) comment les stéréotypes de genre étaient largement reproduits dans les manuels scolaires et les livres pour enfants. Un récent rapport d’Eurydice, en comparant deux études espagnole et polonaise, montre comment la femme, dans le peu d’illustrations les représentant, est toujours dépeinte portant un tablier, dans une cuisine, occupée aux tâches ménagères : les manuels polonais reproduisent les convictions traditionalistes de la place de la femme dans la société tout en ignorant les personnalités féminines importantes ou encore les combats récurrents des mouvements féministes dans la lutte contre le sexisme et pour l’accès aux droits fondamentaux ; dans l’étude espagnole, les auteurs observent les mêmes biais quantitatifs et qualitatifs privilégiant les stéréotypes sexistes dans les images : il y aurait deux fois moins de représentations graphiques de femmes par rapport à celles montrant des hommes. Des couleurs pâles ou rose sont les plus souvent utilisées pour décrire des femmes majoritairement situées au sein de l’espace privé en train d’accomplir des tâches liées à la sphère familiale alors que les hommes occupent les espaces publics et sont caractérisés par des postures d’action.

Continuer la lecture de Le « culte du tablier » ou comment les femmes sont représentées dans les manuels scolaires 

Passage de relais à la veille de l’IFÉ

Rémi ThibertL’équipe Veille et Analyses est composée d’anciens enseignants, d’ingénieurs de l’enseignement supérieur et de la recherche et d’enseignants du scolaire en détachement le temps de leur mission à l’IFÉ (ENS de Lyon).

Parmi ces derniers, notre ami et collègue Rémi Thibert, qui venait du lycée professionnel, est reparti vers de nouvelles aventures et a réintégré l’académie de Lyon dans des fonctions de principal adjoint d’un collège. Nous lui souhaitons bonne chance et comptons bien le solliciter à l’avenir, pour qu’il nous livre le résultat de la confrontation entre ses savoirs capitalisés à l’IFÉ et son expérience de terrain !

Bien que Rémi soit  irremplaçable, son départ a été compensé par l’arrivée d’une nouvelle collègue, Claire Joubaire, jusque là professeure de lettres dans un lycée de la région parisienne. Nous sommes ravis de l’accueillir dans notre équipe et nos lecteurs devraient découvrir sa signature d’ici quelques semaines. Pour ne rien vous cacher, elle est déjà à l’oeuvre sur un dossier concernant l’éducation à l’information et le numérique…Claire_joubaire

Ce qui nous lie à ceux qui nous lisent

Ce sont 1 758 lecteurs qui ont répondu, durant le mois de juin dernier, à notre petite enquête lancée à l’occasion du passage du seuil de nos 10 000 abonnés.
Cette enquête ne constitue évidemment pas une évaluation de nos productions. Ceux qui répondent sont, par définition, plutôt des lecteurs réguliers qui trouvent un intérêt dans nos activités. Cette réserve devant être toujours présente dans l’analyse des résultats, cette enquête nous a délivré quelques enseignements intéressants et utiles pour notre travail.

Continuer la lecture de Ce qui nous lie à ceux qui nous lisent 

Tu as fait tes devoirs ?

« Manque de travail ». « Doit apprendre ses leçons ». « Fait semblant de travailler » « Ne travaille pas régulièrement ». « Aucun travail fourni ». « Travaillez plus consciencieusement ». Les bulletins scolaires révèlent le présupposé de notre institution qui veut qu’un élève qui réussit est forcément un élève qui travaille, et inversement. Ceux qui travaillent mais ne réussissent pas peuvent être perçus comme méritants quand même.

On voit bien que la question du travail personnel de l’élève est centrale dans notre école. Cette question est bien souvent réduite à celle des devoirs à la maison, dont on sait qu’ils renforcent les inégalités et qu’ils sont au mieux inefficaces en terme d’apprentissages. Pourtant, tout le monde se plie au rituel des devoirs.

Or le travail pour la classe hors la classe peut avoir lieu dans des lieux très divers, chacun ayant leur spécificité : dans l’établissement scolaire avec les dispositifs d’aide ou les temps d’étude, dans des structures associatives au niveau des communes, en lien plus ou moins étroit avec les politiques de la ville, dans les familles ou encore dans des structures privées qui proposent des cours (particuliers souvent) payés directement par les familles. Les attentes familiales et sociales sont grandes, le travail personnel des élèves étant vu comme une nécessité pour offrir aux enfants plus de chances de réussite scolaire, sociale et professionnelle.

Pourtant, ces différentes aides s’avèrent souvent inefficaces. Le travail personnel de l’élève ne se cultive pas « hors sol ». Pour que l’élève en tire profit, il est important que ces temps soient articulés entre eux, que les aides proposées soient en lien avec les apprentissages qui ont lieu en classe. Et ce travail personnel doit être préparé en classe pour que les élèves arrivent à faire des ponts entre ce qui leur est demandé de faire et puissent se mobiliser sur les tâches à réaliser.

La question n’est donc pas tant celle du « travail personnel », bien difficile à mesurer et dont on évalue la qualité à la quantité de temps passé, que celle de l’engagement des élèves dans leurs apprentissages. Et cet engagement n’est pas uniquement le fait des individus, mais se nourrit des interactions avec le groupe. Le travail personnel se trouve favorisé par le collectif et doit se penser aussi dans un environnement plus large.

Les devoirs à la maison, source de malentendus scolaires entre élèves, enseignants et parents, révèlent les implicites de l’école et les impensés de l’organisation du travail personnel des élèves.

Le dernier Dossier de veille de l’IFÉ tente de faire le point sur le travail personnel des élèves qui interroge le système éducatif depuis plus d’un siècle, mais qui est devenu une question cruciale aujourd’hui pour enrayer les inégalités scolaires grandissantes.

 

Pour citer ce dossier :

Thibert Rémi (2016). Représentations et enjeux du travail personnel de l’élève. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 111, juin. Lyon : ENS de Lyon
http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=111&lang=fr