Archives pour la catégorie Ressources utiles

Les Lesson Studies, à la croisée du travail collectif et de la formation des enseignants

La Lesson Study a des apports en matière de compétences professionnelles mais elle peut s’apparenter également à une méthode de développement personnel. Dans cette optique, il faut la replacer dans les débats actuels de la communauté éducative, indiquer les difficultés qu’elle pose mais aussi montrer ses avantages pour avoir une meilleure idée de sa valeur pédagogique.

LA LESSON STUDY COMME RÉPONSE POSSIBLE AUX BESOINS DE LA COMMUNAUTÉ ÉDUCATIVE…

Continuer la lecture de Les Lesson Studies, à la croisée du travail collectif et de la formation des enseignants 

La Lesson Study à travers le monde

Les Lesson Studies (LS) sont une méthode d’enseignement-apprentissage développée au Japon. Elle prend différents noms selon le contexte national. Au Japon, ce sont les jugyô kenkyû (« leçon étude ») et, dans le monde anglophone, (et le terme le plus utilisé), Lesson Study. En France et dans le monde francophone, le nom « d’étude collective d’une leçon » commence à être utilisé.

Mais ce n’est pas seulement le terme de jugyô kenkyû qui est traduit en étant adopté à l’étranger mais la méthode elle-même qui est « traduite », car elle change sur certains points. Selon le contexte, les Lesson Studies sont appropriées par les acteurs locaux, selon leurs propres interprétations, selon le contexte. Par exemple, aux États-Unis, des expériences de Lesson Studies sont menées jusque dans l’enseignement supérieur, ce qui ne se fait pas vraiment au Japon. Les chercheurs japonais sont souvent étonnés par la manière dont les jugyô kenkyû sont menées à l’étranger. Selon eux, la démarche n’est pas respectée par les Occidentaux, notamment à travers l’itération. Pour les chercheurs japonais, la jugyô kenkyû n’est pas le lieu de création d’une leçon parfaite mais un moment de recherche-formation, l’objectif est pour les enseignants de développer des compétences lors de celle-ci.

Continuer la lecture de La Lesson Study à travers le monde 

Lesson Study, une notice

[Pour voir l’introduction du thème, voir le premier billet de la série.]

Pour rappel, la Lesson Study est une démarche, une méthode consistant pour les enseignants à préparer en groupe une leçon d’étude sur un problème qui les intéresse avec l’aide de littérature scientifique et éventuellement d’experts, de chercheurs. Ainsi, la démarche permet aux praticiens de mener une recherche formatrice.

L’objectif à travers cette activité, c’est d’améliorer l’apprentissage des élèves et, pour les enseignants, de développer leurs compétences professionnelles. La focale est donc sur la leçon et non sur les enseignants, le but n’est pas de les stigmatiser. Cependant, selon le pays, les objectifs peuvent varier. En effet, en Chine, même si les experts japonais disent bien que ce n’est pas le but de la Lesson Study, les enseignants multiplient les cycles pour perfectionner une leçon.

De plus, le cycle qui est détaillé plus bas doit être répété plusieurs fois autour d’un même thème. L’objectif n’est pas forcément de raffiner une leçon mais comme il a été dit plus haut de développer des compétences à travers une question de recherche. La démarche est ainsi un projet sur le temps long.

Continuer la lecture de Lesson Study, une notice 

Que sont les Lesson Studies ?

 

Je m’appelle Pierre Lelaure, je suis stagiaire au service Veille & Analyses de l’IFE pendant 4 semaines cet été 2017. Étudiant à Sciences Po Lyon avec une spécialité sur les études asiatiques, le thème des Lesson Studies s’inscrit dans un intérêt pour l’éducation au Japon, le pays d’où est issue cette méthode.

Lors d’une conférence de Philippe Losego en 2016 dans le cadre des Lieux d’éducation associés (LéA) ont été mentionnées les Lesson Studies (autrement appelées « étude collective d’une leçon » dans le monde francophone). Ces dernières s’inscrivent totalement dans la démarche des LéA, à savoir une recherche participative dans l’éducation entre les chercheurs et les praticiens. Mais cette méthode a une utilité plus grande car son objectif est principalement de permettre aux professeurs de se former au sein même de l’établissement. Avant d’entrer dans les détails de la démarche d’une Lesson Study, voici en quelques mots en quoi elle consiste.

L’étude collective d’une leçon consiste en la préparation d’une leçon par un groupe d’enseignants. Cette leçon, savamment préparée avec l’aide d’experts et en consultant la littérature académique, sera ensuite enseignée par un des professeurs pendant que les autres observeront attentivement l’apprentissage des élèves. L’étape suivante est le moment de discussion sur ce qui a été observé, ce qu’on a appris et comment s’améliorer par rapport à l’item enseigné. Enfin, l’étude fait l’objet d’une diffusion dans la communauté éducative au niveau local voire national.

Cette présentation est volontairement succincte car plus de précisions seront données dans les billets de blog à venir. Mais il faut retenir que cette démarche, institutionnalisée au Japon, connaît un grand succès dans plusieurs pays et qu’elle peut répondre, dans une certaine mesure, aux défis de l’éducation contemporaine. D’ailleurs, on commence à s’y intéresser en France avec deux expériences récentes, d’où l’utilité d’avoir plus d’informations à ce sujet et de les diffuser dans la communauté éducative.

Le but de ces billets est d’abord de présenter la démarche de manière simple, comme une notice d’explication, avant de montrer le cadre historique, théorique et les débats qui l’entourent.

Billets à venir:

Forme scolaire : concepts nationaux et internationaux, et réflexions sur l’Éducation nouvelle

Le concept de forme scolaire est souvent utilisé dans les recherches en éducation, et le colloque de Lyon des 29 et 30 juin derniers (« La forme scolaire, prisonnière de son succès ? ») permet de s’interroger sur la naissance de ce concept et sur les différentes formes qu’il a prises dans d’autres pays de tradition scolaire différente (voir également l’article de ma collègue Annie Feyfant sur les relations entre forme scolaire et savoirs).

Comment cerner la forme scolaire ?

Rita Hofstetter et Bernard Schneuwly, chercheur.se.s à Genève, examinent les différences culturelles et l’histoire de la forme scolaire, qui a connu un véritable succès en France. Ces chercheur.se.s définissent la forme scolaire comme étant une forme institutionnalisée de transmission de valeurs, de capacités, de savoirs, assumée par des professionnels et suivant des règles concernant le comportement des apprenants et enseignants. Cette « forme école » apparait au moment où le travail intellectuel se sépare du travail manuel, puisque les sociétés ont le « luxe » de se payer des enseignants.

Continuer la lecture de Forme scolaire : concepts nationaux et internationaux, et réflexions sur l’Éducation nouvelle 

Teachers, Teaching, and the Relevance of Educational Research: Reflections from the Front Line

Le 31 mars dernier s’est tenu à l’IFÉ la 13ème session de son séminaire international qui portait sur la question des liens pertinents entre la recherche et les pratiques. Une des participant.e.s, Roseline Sultana Arnéodo du Junior College de Malte, a rédigé une analyse fine du séminaire que nous proposons ici à nos lecteurs et lectrices.

Introducing context, theme, and protagonists

The Institut Français de l’Éducation (IFÉ) organised a one-day seminar on “Research and Practice: Towards what Kind of Relevant Research for Teachers?” with the key issue being the extent to which educational research impacts on classroom practice, if at all. The seminar took place in Lyon, France, on the 31st March 2017, and was attended by several teachers from a number of European countries. Continuer la lecture de Teachers, Teaching, and the Relevance of Educational Research: Reflections from the Front Line 

1 prof pour 12 élèves ou 2 profs pour 25 élèves : qu’est-ce que ça change ?

A l’heure où les enseignant.e.s de primaire, directement concerné.e.s par la mise en place éventuelle de la mesure « 12 élèves par classe de CP et de CE1 en REP+ » annoncée à la rentrée 2017, manifestent leur crainte de la suppression du dispositif Plus de maitres.ses que de classes, voici ce qu’on peut tirer de certaines recherches en éducation, à travers une approche un peu décalée : comment les enseignant.e.s accompagnent au mieux l’apprentissage de leurs élèves ?

C’est en effet la prochaine thématique du Dossier de veille que je prépare actuellement, et les points de convergence avec le sujet ne manquent pas. La réduction du nombre d’élèves par classe vise à améliorer leurs conditions d’apprentissage en vue d’une meilleure réussite. Au cœur de cette réussite se trouve notamment la relation entre enseignant.e.s et élèves et la manière dont ces enseignant.e.s s’y prennent pour anticiper leurs difficultés et les accompagner au plus près dans leurs apprentissages.

On apprend dans la littérature de recherche sur ce sujet plusieurs choses intéressantes. Des analyses historiques montrent que l’enseignement français s’est construit sur le fait que les élèves ont un niveau homogène : on comprend ainsi l’importance donnée à la préparation des cours par les enseignants français et les différences culturelles qui peuvent exister dans d’autres pays, davantage enclins à utiliser la différenciation pédagogique. D’autres analyses se situent au niveau des pratiques enseignantes face à la difficulté scolaire, et montrent que cette question touche aux représentations des enseignants. Continuer la lecture de 1 prof pour 12 élèves ou 2 profs pour 25 élèves : qu’est-ce que ça change ? 

Recherches pour l’éducation : l’état des lieux est complet !

Les responsables qui seront prochainement en charge de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche peuvent déjà remercier Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon de leur laisser un bilan complet de la réalité et du potentiel actuel de recherches concernant ces secteurs. Cela est en partie passé inaperçu en raison de l’effervescence électorale, mais les mois de mars et d’avril ont été marqués par la publication de plusieurs rapports qui restituent une image relativement complète et précise de la recherche dans le domaine de l’éducation et de la formation.

En tout, c’est en effet plusieurs centaines de pages de données, d’analyses, d’études et de recommandations qui ont été produites avec des approches différentes mais globalement complémentaires et représentatives de la réalité des acteurs et des parties prenantes du champ « scientifique » ou « réflexif » sur l’éducation.

Le plus médiatisé a probablement été le rapport issu de la mission confiée à François Taddei concernant la R&D en éducation, co-rédigé avec Catherine Becchetti-Bizot et Guillaume Houzel, qui devrait se traduire par certaines mises en oeuvre opérationnelles dans les semaines et les mois qui viennent. Attention : la synthèse qui avait été rendue fin mars est souvent confondue avec le rapport intégral (plus de 80 pages) vers lequel nous renvoyons ici.

Par ailleurs, l’alliance ATHENA en partenariat avec l’alliance ALLISTENE a réalisé deux volumes qui présentent une cartographie des laboratoires et équipes de recherche impliqués actuellement sur l’éducation, une analyse des évolutions observables depuis les précédents rapports, des recommandations en direction des responsables des politiques de recherche et un ensemble de synthèses thématiques réalisées par près de quatre-vingts chercheurs pour donner à voir l’épaisseur et la diversité de l’activité scientifique.

En parallèle, une enquête en ligne a été pilotée par deux universitaires chargés de mission à la direction des enseignements supérieurs (DGESIP), en direction des enseignants-chercheurs investis dans le domaine de l’éducation. La synthèse de ses résultats donne une image intéressante de qui sont les chercheurs qui se reconnaissent dans le domaine.

Il faut ajouter à ces études portant spécifiquement sur l’état de la recherche, le rapport du Conseil national de l’innovation pour la réussite éducative (CNIRE) ainsi que les préconisations du Conseil national pour l’évaluation du système scolaire (CNESCO), qui s’appuient tous deux à des degrés divers sur des travaux de recherche en éducation.

L’auteur de cet article ayant été contributeur ou partiellement associé à la réalisation de plusieurs de ces différents rapports, nous ne commenterons pas plus avant leur contenu…


Références

La parole à l’école

Dans un monde où l’écrit est roi, la parole semble délaissée. Et pourtant, on sent à la lecture des programmes scolaires une prise de conscience de plus en plus importante de la place de l’apprentissage de l’oral à l’école. L’écrit ne peut être le seul axe central face aux nombreuses évolutions communicationnelles d’une société moderne. La construction du langage en tant que savoir disciplinaire devient un enjeu scolaire placé au cœur des apprentissages. L’oral doit être enseigné parce qu’il relève de compétences spécifiques qui ne s’acquièrent pas spontanément lors du développement du langage de l’enfant. Mais les questions à propos de son enseignement et de son évaluation sont vastes et ne trouvent pas toujours écho dans les recherches et dans les instructions officielles.  Pourtant, les situations d’utilisation du langage à l’école nous amènent à aborder l’oral sous de nombreux angles : l’oral comme moyen d’expression (développement personnel, construction de soi),  d’apprentissage ( structurer les champs conceptuels ) et  d’enseignement (transmettre les informations, gérer la classe), mais aussi l’oral comme objet d’apprentissage (maitriser les genres oraux, apprendre à communiquer) et d’enseignement (travailler la verbalisation, l’interaction). Toutes ces dimensions du langage parlé à l’école ont amorcé dans les années 1990 une réflexion scientifique et didactique sur la façon dont pouvait être enseigné l’oral et comment il pouvait trouver sa place dans les apprentissages. C’est face à ces interrogations, et parce que les enjeux liés à la maitrise du langage nous semblent primordiales, que nous avons souhaité aborder ce sujet dans notre Dossier de veille n°117.

Gaussel Marie (2027). Je parle, tu dis, nous écoutons : apprendre avec l’oral. Dossier de veille de l’IFÉ, n°117, avril. Lyon : ENS de Lyon.

 

Les étudiants des ESPE et filières d’enseignement ne sont pas forcément ceux qu’on pense

Les clichés sur les étudiantes et les étudiants qui s’inscrivent dans les filières universitaires (ESPE) menant aux carrières de l’enseignement amènent à imaginer des étudiants plutôt bons élèves et plutôt originaires de familles liées à l’enseignement scolaire ou supérieur. Et si l’on se trompait ?

Les résultats de l’enquête 2016 de l’Observatoire national de la vie étudiante (46340 questionnaires traités)  donnent une image assez nette de la population étudiante, dont la catégorie « enseignement/ESPE » qui regroupe les étudiants préparant des diplômes et concours de la profession enseignante (près de 4% du nombre total des étudiants). Quelles sont les caractéristiques de cette sous population ?  En fait, il semble que ceux qui peuplent les filières universitaires menant à l’enseignement  sont issus de milieux socioprofessionnels plus modestes que ceux des autres filières et ont un parcours scolaire d’élèves qu’on qualifie usuellement de « passables » ou « moyens ». Ces constatations moyennes demanderaient bien sûr à être affinées, car elles recouvrent de probables importantes disparités régionales, disciplinaires et académiques. Il convient également de garder à l’esprit que les étudiants inscrits dans ces filières ne sont pas forcément les enseignants de demain : certains  deviennent professeurs sans passer par le master 1 des ESPE et d’autres ne réussissent pas les concours de l’enseignement après leur première année de master (1).

Des étudiants qui sont plutôt des étudiantes

Ces étudiants sont le plus souvent des étudiantes, puisque ces dernières composent 64% des effectifs des filières de l’enseignement. Ces étudiant(e)s sont aussi les plus âgé(e)s en moyenne de l’échantillon global de l’OVE, avec une moyenne de 27 ans, ce qui corrobore d’autres données sur les fréquentes reprises d’études associées à la préparation des concours d’enseignement ou de certaines spécialités dans le domaine de la formation. Peu d’étrangers dans cette catégorie, 4,1%, soit un taux proche de celui qu’on trouve  en CPGE, ce qui est logique dans un domaine professionnalisé orienté vers la fonction publique. Continuer la lecture de Les étudiants des ESPE et filières d’enseignement ne sont pas forcément ceux qu’on pense