Archives de catégorie : Ressources utiles

Lecture des réformes en éducation grâce aux “Colloques en ligne”

C’est à l’occasion du 4e colloque international “Conditions de réussite des réformes en éducation” organisé par la Revue internationale d’éducation de Sèvres du 12 au 14 juin 2019, que le CIEP a reçu une soixantaine d’intervenant.e.s, ministres et anciens ministres de l’éducation, ainsi que des chercheur.se.s et des acteur.rice.s de l’éducation de 30 pays. L’objectif de ce colloque était de mieux comprendre comment les réformes réussissent ou sont accompagnées dans les différents pays représentés. Le texte de cadrage scientifique de Jean-Marie De Ketele, disponible en ligne, s’interroge : “peut-on identifier des facteurs qui conditionnent les effets observés des réformes entreprises ? Dégager des leviers contextualisés pour l’action grâce à ce type d’approche comparative est au cœur des finalités et de l’esprit tant des colloques internationaux que de la ligne éditoriale de la Revue internationale d’éducation de Sèvres.”

Pour en savoir plus sur ce qui s’est déroulé lors de ce colloque ouvert seulement sur invitation, trois possibilités :

  • attendre le numéro spécial de cette Revue consacré aux réformes en éducation qui est prévu pour 2020…
  • ou relire le Dossier de veille “Le changement, c’est comment ?” rédigé en 2016 par Olivier Rey et qui met en perspective les effets des changements dus aux réformes sur les acteurs et actrices de l’éducation
  • ou enfin profiter dès aujourd’hui de notre rubrique peut-être méconnue des “Colloques en ligne” qui vous donne accès aux documents complémentaires (quand ils existent) des colloques : textes, articles, audios, vidéos… La chaine YouTube du CIEP a justement publié il y a quelques jours toutes les vidéos des plénières de ce colloque, pour suivre les échanges comme si vous y étiez !

Afin de bénéficier en avant-première de cette rubrique, et ce dès la rentrée, il ne reste plus qu’à ceux et celles qui ne l’ont pas encore fait de s’abonner à notre Bulletin Veille & Analyses (trois messages par mois pour tout savoir de l’actualité des recherches en éducation) : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/abonnement.php.

 

Allemagne + manuels scolaires (entre autres) = Georg-Eckert-Institut für internationale Schulbuchforschung

Deux semaines entourée de manuels scolaires en provenance du monde entier, à feuilleter des ouvrages et des revues spécialisées principalement germanophones, à rencontrer et échanger avec des chercheurs et des chercheuses de tous horizons disciplinaires et géographiques pour mieux comprendre les singularités et les enjeux des recherches en éducation outre-Rhin (et accessoirement échapper à la canicule qui sévissait à Lyon …) : c’est ce qu’un séjour de recherche au Georg-Eckert-Institut – Leibniz-Institut für internationale Schulbuchforschung (Institut Georg Eckert – Institut Leibniz de recherche internationale sur les manuels scolaires) de Braunschweig (Brunswick) en Allemagne m’a permis de vivre en ce début d’été 2019. Ce billet dresse donc dans un premier temps un portrait de cet institut de recherche original par son histoire et ses objets, pour ensuite proposer un premier bilan de cette expérience d’immersion dans le monde des recherches en éducation – de la Bildungsforschung – à l’allemande. Continuer la lecture de Allemagne + manuels scolaires (entre autres) = Georg-Eckert-Institut für internationale Schulbuchforschung

Une journée inclusive pour écouter la mélodie des étoiles

C’était le vendredi 28 juin 2019 qu’a eu lieu la journée d’étude “Enabling science, science inclusive” à l’occasion des 25 ans de la Mission handicap de l’université Claude Bernard-Lyon 1. Plusieurs interventions et ateliers ont montré différents exemples concrets pour rendre accessibles certains travaux scientifiques à tout le monde, et notamment du côté de l’astronomie : de la présentation des outils de l’association BrailleNet permettant une meilleure accessibilité numérique des données scientifiques à la promotion des études scientifiques pour tous et toutes, sans discrimination de sexe ou de nationalité, en passant par la webcam branchée directement sur le télescope du 9e étage du Science Center d’Harvard… dont l’ascenseur s’arrête au 8e étage.

L’exemple de Valentin Duthion, étudiant de l’INSA et souffrant surtout de ne pas avoir toutes les conditions réunies d’un travail en équipe avec les autres étudiant.e.s, montre qu’un dossier d’acceptation à l’université pour une personne en situation de handicap se prépare deux ans à l’avance, qu’il faut absolument tout anticiper, du bâtiment à rejoindre à l’autre bout du campus en moins de 10 min aux adaptations pédagogiques à fournir par des enseignant.e.s pas toujours très compréhensif.ve.s. Pour lui, “tout est accessible mais rien n’est adapté”. La Mission handicap de l’université Claude Bernard-Lyon 1, sans laquelle son accueil aurait été encore plus difficile, s’occupe ainsi de 800 étudiant.e.s, soit 40 fois plus qu’à sa création en 1994, pour seulement quelques personnes à temps plein.

Continuer la lecture de Une journée inclusive pour écouter la mélodie des étoiles

Pourquoi un dossier de veille sur … l’enseignement agricole ?

A l’heure où 9 organisations syndicales de l’enseignement agricole en appellent à bloquer les centres d’examen pour alerter sur les conséquences de la loi « Liberté de choisir son avenir professionnel » et la précarisation du personnel nous publions le Dossier de veille n°130, intitulé:  l’Enseignement agricole, enseigner autrement.

Cet enseignement, sous tutelle du Ministère de l’Alimentation et de l’agriculture occupe une place à part dans le système éducatif français. En prise avec le monde professionnel, il a développé depuis 60 ans des modalités d’enseignement originales, en prise sur la complexité du monde professionnel.

Sa petite taille le rapproche de systèmes éducatifs de petits pays européens. Ainsi, le nombre d’élèves de l’enseignement agricole est du même ordre de grandeur que le nombre de lycéens de Belgique ou du Danemark.

Accueillant des élèves de tous horizons, se donnant comme mission à part entière l’insertion professionnelle (venant parachever les autres missions que sont la formation, l’ouverture à l’international, l’aménagement du territoire et l’expérimentation), il est traversé par les mêmes problématiques que l’Éducation nationale

Ce Dossier, loin d’épuiser la richesse que constitue l’enseignement agricole, s’est concentré sur deux questions : dans quelle mesure l’organisation de l’enseignement agricole permet-elle la prise en compte de savoirs professionnels, technologiques et scientifiques qui ont évolué et qui évoluent toujours aujourd’hui ? Comment accompagner la diversité des élèves de l’enseignement agricole dans des projets professionnels et éducatifs les préparant au mieux à l’évolution de ces savoirs ?

Voici un petit aperçu d’axes de recherche développés en lien avec l’enseignement agricole :

La question de la conscience pratique et de la didactique professionnelle

Comment passer d’une « conscience pratique » (Giddens) à une « conscience discursive » ? Comment expliciter des savoirs et les partager dans un cadre scolaire, professionnel voire familial ? Comment apprendre en situation des savoirs contingents, dépendant des conditions dans lesquels ils s’exercent ?

Les questions socialement vives

Comment traiter à l’école de savoirs non stabilisés, faisant l’objet de controverses au sein de la société et de la sphère scientifique ? Les conséquences environnementales des techniques agricoles intensives (qualité des eaux, OGM, pesticides, bien-être animal…) sont autant de sujets médiatiques qui prennent place dans les enseignements.

L’agroécologie un changement de paradigme mondial

Les changements climatiques, l’épuisement des ressources, la chute de la biodiversité, requièrent une modification des modes de production actuels gourmands en intrants. L’UNESCO présente les alternatives à l’agriculture conventionnelle pour une intensification durable de la production alimentaire prenant en compte la biodiversité. Elles consistent en « des combinaisons de méthodes innovantes, comme l’agroforesterie, l’agriculture de conservation, l’agriculture intégrée, les systèmes mixtes de culture et d’élevage et l’agriculture biologique ». Les agriculteurs pour faire face aux modifications rapides de leur environnement doivent avoir un niveau de formation suffisant qui peut être acquis via les éducation primaire et secondaire complétée par une éducation informelle, via des actions de vulgarisation (UNESCO, 2017). Dans l’enseignement agricole, l’implémentation de l’agroécologie se fait via le plan “enseigner à produire autrement“.

L’apprentissage horizontal et la distribution des connaissances

De nombreux apprentissages se construisent en dehors des institutions de formation et sociologues et anthopologues se penchent depuis plusieurs années sur la production de connaissance au sein des groupes d’agriculteurs. Leur capacité en matière de production de savoirs est avérée. Les ethnosciences étudiant les savoirs autochtones des paysans de pays en voie de développement soumis à des pressions environnementales liés aux modes de production occidental, ont renouvelé ces travaux. La question de la généralisation des connaissances locales, de la combinaison de savoirs « sauvages » et savoirs scientifiques et de leur ingéniérie, sont des recherches en cours de développement. Cette horizontalisation des formes d’expertise est une mutation en cours dans d’autres domaines (voir à ce sujet la prochaine journée d’études sur les espaces transformatifs).

 

 

 

 

Enquête TALIS 2018 : premiers résultats sur la formation initiale des enseignant.e.s

Deux notes de la DEPP analysent les premiers résultats de l’enquête TALIS 2018 (Teaching and Learning International Survey – voir ici une présentation de l’enquête) initiée par l’OCDE et réalisée en 2018 dans 50 pays, dont la France.

La première note concerne les enseignant.e.s et les directeurs et directrices de l’enseignement primaire, la seconde les enseignant.e.s et les chef.fe.s d’établissement du second degré. Les deux notes sont centrées sur les résultats qui concernent la France. Une partie de cette enquête est consacrée à la formation initiale des enseignant.e.s.

Il en ressort une insatisfaction particulière des enseignants français du primaire vis-à-vis de leur formation initiale.  Globalement les enseignant.e.s françaises du premier degré s’estiment peu satisfait.e.s de leur formation initiale, et moins bien préparé.e.s que leurs collègues européen.ne. s. C’est dans la gestion de classe qu’ils et elles s’estiment surtout moins bien préparé.e.s que les enseignant.e.s des autres pays : « seuls 16 % expriment un sentiment de préparation positif, contre 41 % (Espagne) à 65 % (Angleterre) de leurs collègues européens ». Plus généralement les enseignant.e.s français.es « dressent un constat peu satisfaisant de leur formation initiale, et expriment un sentiment d’efficacité personnelle […] dégradé en comparaison de leurs voisins européens, en matière d’enseignement, de gestion de classe et d’engagement des élèves ». Pourtant « lorsqu’ils sont interrogés sur leur satisfaction professionnelle, les enseignants français expriment un ressenti globalement positif et comparable à celui rapporté par leurs collègues européens ». Continuer la lecture de Enquête TALIS 2018 : premiers résultats sur la formation initiale des enseignant.e.s

ÉTAPES 1 et 2 : pour tout savoir sur les transformations pédagogiques dans le supérieur

MàJ du 10 juillet :
l’enquête est prolongée jusqu’au lundi 9 septembre 2019

L’enquête ÉTAPES – Transformations et Améliorations Pédagogiques dans l’Enseignement Supérieur – concerne tous les établissements d’enseignement supérieur français, publics et privés sous contrat. Elle s’intéresse à leur dynamique institutionnelle propre en matière de qualité d’enseignement, et à leurs services, structures, ou missions d’appui à l’enseignement.

Lancée à l’initiative de l’Institut français de l’éducation (IFÉ-ENS de Lyon) en partenariat avec les associations  ANSTIA (association nationale des services TICE et audiovisuels de l’enseignement supérieur) et Réseau des SUP (services universitaires de pédagogie), cette enquête vise à :

  • mettre au jour les dynamiques institutionnelles en matière de qualité de l’enseignement et de transformation pédagogique ;
  • cartographier les unités d’appui à l’enseignement en place dans les établissements, en termes de positionnement institutionnel, de moyens humains et financiers mobilisés et enfin d’activités.

Pour appréhender les contextes institutionnels locaux, cette enquête est déclinée en deux volets indépendants et complémentaires, sous forme de questionnaires ciblant des acteurs différents :

  • un volet « transformation institutionnelle » adressé aux commissions formation, vice-présidences et/ou directions d’études impliquées dans la formation, la réussite étudiante et/ou l’innovation pédagogique  ;
  • un volet « appui à l’enseignement » visant les responsables d’unités (service, structure ou mission) dont le mandat s’inscrit explicitement dans une perspective d’amélioration de l’enseignement.

Autrement dit, un même établissement est appelé à fournir une seule réponse, idéalement concertée, pour le volet 1.
Il est en revanche susceptible de fournir plusieurs réponses au volet 2, selon le nombre d’unités d’appui existantes.

L’accès à ces deux questionnaires est ouvert jusqu’au 12 juillet 2019

“transformation institutionnelle” : http://enqueterecherche.ens-lyon.fr/enquetud/etapes1
“appui à l’enseignement” : http://enqueterecherche.ens-lyon.fr/enquetud/etapes2

pour toute question : enquete-etapes (@) ens-lyon.fr

La démarche est inédite, à plusieurs titres. À la fois dans les collaborations sur lesquelles elle se fonde, dans le périmètre national ciblé et dans l’objet « collectif » qu’elle privilégie (les établissements et les unités d’appui, plutôt que les individus).
L’ambition, à ce niveau, est essentiellement descriptive, il s’agit d’appréhender la diversité des configurations institutionnelles, d’identifier ce qui converge et ce qui diverge d’un établissement à l’autre en restant attentif à la complexité des contextes locaux.

En quoi ÉTAPES se différencie-t-elle d’autres enquêtes ?

Concrètement, en privilégiant une entrée par les collectifs institués (“unités”), ÉTAPES s’inscrit en complémentarité des travaux existants, centrés très majoritairement sur les profils et activités des individus : c’est le cas des enquêtes d’ANSTIA auprès de ses adhérents par exemple, c’est aussi le cas de l’enquête menée par l’université de Lausanne et le réseau local ACOPÉ en 2016, du sondage réalisé par l’AIPU lors des JAPES 2016 (Journées de l’accompagnement pédagogique dans l’enseignement supérieur) ou bien de celui lancé en octobre 2018 à l’initiative du MESRI. Au niveau international, la tendance est similaire : l’enquête diffusée par l’université du Québec à Trois-Rivières en 2018, ou encore les enquêtes régulières de l’International Consortium for Educational Development interrogent rarement les contextes institutionnels.

Quelle exploitation sera faite des réponses ?

Les données du premier volet sur les transformations institutionnelles seront croisées avec celles du second volet dédié aux unités d’appui à l’enseignement pour permettre une analyse plus riche des configurations à l’échelle des établissements.
Les associations professionnelles partenaires pourront, à partir des données brutes, réaliser des analyses approfondies correspondant aux questions qu’elles se posent.
Des journées de restitution seront organisées afin de rendre compte des résultats de cette enquête aux répondants et aux adhérents des réseaux partenaires, ANSTIA et réseau des SUP.

Qui sont les futur.e.s enseignant.e.s ? Une enquête dans les ESPE

Le SIES, ou Systèmes d’information et études statistiques, du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a publié en mai 2019 une Note Flash sur “Les effectifs en ESPE en 2018-2019” . S’appuyant sur 30 des 32 Écoles supérieures du professorat et de l’éducation de France, les données sur ces effectifs ont été recueillies en janvier 2019.

Sans surprise, les effectifs des mentions MEEF (Master des Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation) du 1er degré sont les plus nombreux, représentant la moitié des 65 600 étudiant.e.s inscrit.e.s en ESPE. Suivent de près les effectifs des MEEF second degré, puis les mentions “Pratiques et ingénierie de la formation” et “Encadrement éducatif”, pour respectivement 4,4 % et 2,6 %.

Continuer la lecture de Qui sont les futur.e.s enseignant.e.s ? Une enquête dans les ESPE

Carrière des enseignant.e.s : un aperçu européen

La DEPP (Direction de l’évaluation , de la prospective de la performance) vient de publier une lettre d’information sur la carrière des enseignant.e.s en Europe, reprenant les données du  rapport du réseau Eurydice intitulé « Les carrières enseignantes en Europe ; accès, progression et soutien ». Celui-ci s’appuie sur les données institutionnelles de l’année scolaire 2016-2017. Qu’y apprend-on ?

Ce rapport s’intéresse à divers aspects de la question de la carrière des enseignant.e.s :

  • le recrutement et la gestion des enseignant.e.s : pour faire face à une situation où la pénurie d’enseignant.e.s est forte dans de nombreux pays (60 % des 43 systèmes éducatifs du réseau Eurydice font face à une pénurie d’enseignants dans certaines disciplines, 50 % dans certaines zones géographiques), et où la population enseignante vieillit (pour la moitié des systèmes éducatifs), les pays recourent de plus en plus souvent à des recrutement élargis, en proposant des voies alternatives à la formation initiale classique, en particulier en Europe du Nord. Des mesures financières sont également prises dans certains pays pour redonner de l’attractivité au métier enseignant. Le rôle d’employeur est en outre confié aux établissements scolaires dans le modèle majoritaire en Europe, adopté par 16 des 43 systèmes éducatifs. Dans les autres pays, le modèle de gestion peut être centralisé (c’est le cas en France, mais aussi en Allemagne, en Espagne et en Turquie), dévolu aux autorités locales, ou varier selon le type d’établissement scolaires  : c’est le cas en Belgique où les autorités locales désignent les enseignant.e.s pour les écoles publiques, tandis que les écoles privées subventionnées recrutent elles-mêmes leurs enseignant.e.s ;
  • la question de la formation : la formation continue est globalement encouragée, et obligatoire avec un nombre d’heures défini pour tou.te.s les enseignant.e.s, exerçant dans le primaire comme dans le secondaire, presque dans la moitié des systèmes éducatifs. Le temps de formation moyen est de 3 jours par an, variant d’une journée en Slovénie à 19 jours en Islande. La formation continue n’est facultative que dans 8 pays – pourtant, ces pays peuvent présenter un taux élevé de participation des enseignant.e.s aux actions de formation continue, comme aux Pays-Bas ou au Danemark. De plus en plus de pays conditionnent l’évolution de carrière à la participation aux actions de formation continue ;
  • l’évolution professionnelle : 22 des 43 pays offrent des possibilités d’évolution de carrière, proposant « un système de carrière à plusieurs niveaux qui offre aux enseignants la possibilité d’exercer des responsabilités plus complexes, reconnues comme telles et donnant lieu, dans la plupart des cas, à une rémunération complémentaire ». C’est le cas en France où les enseignants peuvent devenir maîtres-formateurs, formateurs académiques ; conseillers pédagogiques ou tuteurs ;
  • les dispositifs d’évaluation mis en œuvre : les modes d’évaluation des enseignant.e.s en Europe sont aussi nombreux que divers, mais relèvent « les plus souvent d’un processus double, à la fois interne et externe. » La pratique de l’auto-évaluation des enseignant.e.s, en complément de l’observation d’un cours et de l’entretien avec l’enseignant.e, est de plus en plus souvent utilisée. Les résultats des élèves sont parfois pris en compte, et de manière obligatoire dans 4 pays. L’appui sur l’avis des élèves et des parents est parfois utilisé, mais ne l’est de manière systématique qu’au Monténégro. Si ces évaluations servent dans deux-tiers des pays à renseigner les enseignant.e.s sur le pratiques et leurs compétences, elles ont plus rarement un impact sur leurs rémunération. Dans 30% des pays enfin, l’évaluation des enseignant.e.s est utilisée pour définir leurs besoins en formation continue.

La note d’information et les données de l’enquête sont consultables à cette adresse : 

https://www.education.gouv.fr/cid142053/la-carriere-des-enseignants-en-europe.html

 

 

Un cours en ligne à tester pour accompagner les collectifs enseignants

À l’initiative du Centre international d’études pédagogiques (CIEP) et de l’IFÉ-ENS de Lyon, et suite à une première journée autour de l’interdisciplinarité organisée en novembre 2017, une journée d’échanges autour du travail collectif enseignant a présenté les dernières avancées du projet « Cross-curricular Teaching » (CROSSCUT) aux enseignant.e.s français.e.s et aux personnels de direction impliqué.e.s dans le projet, ainsi qu’à des membres des CARDIE (Cellules académiques de recherche, développement, innovation, expérimentation) et de Canopé, et notamment la version pilote du cours en ligne issu du projet (https://crosscut.uab.pt/courses/course-v1:CrosscutProject+000+000/course/).

Les tables rondes, les présentations du projet et les exemples de travaux de recherche, ainsi que les échanges qui ont suivi se sont centrés sur les difficultés à instaurer une dimension collective dans les établissements et les leviers éventuels que les équipes peuvent utiliser. L’importance de l’accompagnement des collectifs enseignants à l’intérieur même des établissements a été une question centrale, aussi bien pour les enseignant.e.s que pour les personnels de direction, moins formé.e.s à l’animation d’un collectif autour de projets qu’à la formalisation de ces projets. Une des propositions de la journée serait d’inscrire des formations suivies et régulières (par exemple sous la forme de formations d’initiative locale) dans une sorte de plan de formation interne à l’établissement pour consolider ces collectifs émergents.

Pour accéder au compte-rendu de cette journée : http://ife.ens-lyon.fr/ife/partenariat/international/programmes-et-projets/crosscut/compte-rendu_journee-echanges_crosscut_15-mai-2019

Participez vous aussi au test du cours en ligne CROSSCUT

Le cours en ligne CROSSCUT est en phase de test, en anglais (la version finale est prévue en français) jusqu’au 5 JUIN : https://crosscut.uab.pt/courses/course-v1:CrosscutProject+000+000/course/ . Nous vous invitons à participer en tant qu’enseignant.e ou personnel de direction à cette phase de test en renseignant le questionnaire de début de cours, en vous inscrivant sur la plateforme, en participant aux activités des modules et aux auto-évaluations que vous souhaitez. Il n’y a pas d’ordre de préférences pour les modules, qui sont à la carte. Si vous ne disposez pas de beaucoup de temps, n’hésitez pas à ne tester qu’un seul module.

Pour nous aider à améliorer l’ensemble de ce cours, même si vous n’avez pas suivi l’ensemble des modules proposés, nous vous remercions de remplir le questionnaire final situé à la fin du cours (en anglais ou en français) ou via le lien suivant (en français).

Pour plus d’information, voir le site de l’IFÉ-ENS de Lyon.



Une formation continue des enseignant.e.s qui reste à asseoir ?

A l’occasion des Assises de la formation continue des enseignant.e.s des 14 et 15 mars 2019 (que nous avions annoncées fin février dans un autre article de ce blog), les inspections générales, organisatrices de la journée, ont souhaité commencer par un état des lieux de la formation continue à partir d’enquêtes et d’études de divers horizons (de la DGESCO à l’OCDE et son enquête TALIS de 2013). Le constat était unanime : il faut faire mieux, à la fois au niveau du nombre d’enseignant.e.s à former et sur la qualité des formations dispensées. Derrière ce constat, tentons de brosser rapidement le paysage de la formation continue aujourd’hui, qui reste assez complexe, comme le décrit bien le rapport des inspections générales “La formation continue des enseignants du second degré – De la formation continue au développement professionnel et personnel des enseignants du second degré ?” qui a été publié fin mars 2019. Depuis 2015, avec la mise en place du CAFFA (Certificat d’aptitude aux fonctions de formateur académique) pour le second degré et la rénovation du CAFIPEMF (Certificat d’aptitude aux fonctions d’instituteur ou de professeur des écoles maitre formateur) côté premier degré, les formateurs et formatrices d’enseignant.e.s partagent désormais un cadre et un référentiel communs. Ces certifications sont organisées par les rectorats. Dans certaines académies, les ESPE peuvent en parallèle proposer une mention particulière du master MEEF (Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation) souvent intitulée “Pratiques et ingénierie de la formation” et qui est destinée à ces formateurs et formatrices. A cela s’ajoutent les formations proposées par le Plan national de formation et les formations de formateur.rice.s organisées par l’Institut français de l’Éducation-ENS de Lyon, dont certaines par le Centre Alain-Savary. Pour l’offre de formation continue destinée aux enseignant.e.s (voir cette page du site de l’ESENESR qui reprend les différents types de formation continue), il existe les plans académiques de formation, les formations d’initiative locale destinées à un accompagnement des équipes pédagogiques dans les établissements, ou encore les parcours M@gistère et les autres ressources en ligne conçus par Canopé.

Pour connaitre les attentes des enseignant.e.s dans ce paysage décrit trop rapidement, revenons à l’enquête la plus récente, proposée en février 2019 aux enseignant.e.s à l’occasion de ces Assises de la formation continue, et dont les résultats complets feront l’objet d’une communication. Elle a permis de dégager quelques premiers chiffres :

Lire la suite