Archives de catégorie : Ressources utiles

Des outils pour lire et comprendre les recherches en éducation

Qu’est-ce qui fait la spécificité du regard didactique sur ce qui se passe en classe ? Comment travaillent les sociologues ? Quelle forme prend la validation des résultats de recherche en psychologie cognitive ou en histoire de l’éducation ? D’où viennent et que recouvrent les expressions « forme scolaire » ou encore « enseignement explicite » ? Ces questions que se posent de temps à autres les enseignant.e.s, les formateurs.trices ou les personnels d’encadrement interrogent les implicites des chercheurs.ses et les règles des différentes communautés scientifiques qui contribuent à produire des connaissances sur les systèmes éducatifs, l’enseignement et les apprentissages. Continuer la lecture de Des outils pour lire et comprendre les recherches en éducation

Le bâti et la santé scolaires n’ont-ils plus besoin d’être observés ?

C’est en tout cas ce qui transparait dans le compte rendu de la séance du 28 septembre 2020 à l’Assemblée nationale, qui avait notamment pour objet de voter la suppression de l’Observatoire national de la sécurité et de l’accessibilité des établissements d’enseignement, au nom du choc de simplification dans la fonction publique. Autant arrêter le suspens tout de suite : sa suppression a bel et bien été votée.

Si vous n’êtes pas personnel de direction d’école ou d’établissement, que vous ne travaillez pas pour les directions d’éducation des collectivités locales, vous n’avez peut-être pas entendu parler de cet observatoire. Il a été créé en 1995 pour « étudier l’état des bâtiments et des équipements, évaluer les conditions de sécurité, d’hygiène, d’accessibilité et de mise en sûreté en cas de risque majeur » et fonctionne comme une instance indépendante. Il rassemble et fédère tous les établissements scolaires, enseignements publics et privés, les collectivités territoriales, les agents de terrain mais aussi les experts extérieurs comme les pompiers.

L’Observatoire publie des documents variés, outre ses rapports annuels : des fiches pratiques de prévention,  comme « Réduire les accidents dans la cour de récréation » , fiche destinée au premier degré, rassemblées par exemple pour le second degré dans un vade-mecum, mais également des conseils sur les actions à mener lors du désamiantage des bâtiments. Au-delà de la question du bâti, se pose évidemment la question de la santé et du bien-être des élèves, directement liés à leur environnement quotidien, comme le montre le rapport révélant les mauvaises conditions d’hygiène dans les sanitaires des écoles élémentaires (on peut relire utilement sur ce thème le Dossier de veille Que fait le corps à l’école ? de ma collègue Marie Gaussel).

Continuer la lecture de Le bâti et la santé scolaires n’ont-ils plus besoin d’être observés ?

Quelques aspects de l’Outdoor education

Et si l’avenir de l’école était le plein air? C’est le titre de l’article publié fin septembre dans le Figaro. Il s’inscrit dans la continuité de plusieurs appels, et publications de cette période post Covid19[1] :

En avril 2020, un collectif de plusieurs dizaines de chercheurs, enseignants, formateurs et acteurs associatifs ont publié une tribune dans le journal « le Monde », afin de proposer que les cours puissent aussi se faire à l’extérieur des établissements : Coronavirus et si nous faisions la classe dehors ? Dans les cahiers pédagogique, des Membres du comité de pilotage de la recherche action « Grandir avec la nature » signent en mai une autre tribune : Pour un retour en classe dehors ! . Enfin, des enseignants agricoles publient fin aout dans le magazine Reporterre À l’école de la nature, les vies s’épanouissent [2]où les signataires soulignent « Nous voulons transmettre cet amour inestimable des plaisirs simples et gratuits que la nature nous prodigue dans sa générosité » et relèvent « Dans nos établissements de l’Enseignement agricole public, nos espaces ne sont pas limités à l’enceinte d’une classe, pas restreints à la promiscuité et à l’immobilité d’une unité de lieu fixe contraint, pas concentrés en une densité susceptible d’être propice au stress, au bruit, à l’énervement, à la fatigue. Bien sûr, cela arrive aussi, car nos classes existent bien évidemment entre les murs, mais avec la capacité de ce choix simple et efficace : sortons ! »

Au delà de la crise sanitaire qui a mis un coup d’accélérateur à ces préoccupations de reconnexion de l’éducation à la nature, le mouvement s’inscrit dans un contexte plus général. Le développement de l’outdoor education depuis une vingtaine d’années est important dans les mondes scandinave et anglosaxon (Royaume –Uni, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande), et plus récent dans d’autres régions du monde (Turquie, Estonie). Il et a généré d’importants champs de recherches. Ils rejoignent les problématiques de recherche en santé publique relatives au manque d’activité des jeunes générations renforcée par l’apparition de nouvelles affections psychiques liées à la dégradation de l’environnement telles l’écoanxiété et la solastalgie. Ils s’intéressent aux conditions d’apprentissage informel ou complémentaires aux enseignements traditionnels, à leurs résultats et aux bénéfices dans les compétences sociales et émotionnelles qu’ils induisent.

A quelles modes d’organisations se réfère ce terme générique de classe dehors ? Dans ce billet[3] j’esquisse une modeste typologie de l’outdoor éducation à partir de revues de littérature consacrée au sujet dans différents pays.

Continuer la lecture de Quelques aspects de l’Outdoor education

Pour la survie des Cahiers Pédagogiques

Cet appel vise à alerter sur la situation du CRAP-Cahiers Pédagogiques. Ce mouvement et la revue qu’il publie sont confrontés à des difficultés importantes. Le meilleur moyen de les aider est de s’abonner (ou faire abonner son établissement ou sa structure) ou adhérer. 

Tout se trouve ici : http://www.cahiers-pedagogiques.com/Soutenir-les-Cahiers-12734

Cliquez ici pour lire la tribune signée par une soixantaine de personnalités pour soutenir les Cahiers Pédagogiques 

Le premier numéro des Cahiers pédagogiques date de décembre 1945. Depuis, quasiment chaque mois, la revue publie des articles d’horizons divers, des dossiers approfondis sur les grands thèmes de l’éducation, qui constituent un précieux outil de formation et d’interface entre le monde de la recherche et les acteurs de terrain de l’éducation. Reposant essentiellement sur le bénévolat, elle a permis de diffuser de nombreuses pratiques et expériences pédagogiques, innovantes ou non, mais toujours sans dogmatisme, avec cependant le souci constant de contribuer au développement d’une école plus juste et plus efficace. En considérant les collectifs d’enseignants non comme des exécutants mais comme des concepteurs, pour reprendre le titre d’un dossier récent.

Depuis des années, elle a adopté le virage numérique, et la revue papier est complétée par des publications sur le site, qui permettent tout autant de suivre l’actualité éducative que de constituer une mémoire de la pédagogie (avec par exemple un dossier récent sur la pédagogie différenciée). Le site propose de nombreuses ressources, permet des témoignages sur le vif, comme cela a été le cas pendant la crise sanitaire récente.. Des thématiques aussi essentielles que l’éducation à la transition écologique ou l’enseignement à distance sont traitées et devraient l’être encore davantage dans les prochains mois.

Continuer la lecture de Pour la survie des Cahiers Pédagogiques

La rentrée des colloques : quels savoirs entre recherche, pratiques et formation ?

Organisé par la HEP Béjune (Haute Ecole Pédagogique des cantons de Berne, du Jura et de Neuchâtel), le colloque annuel de la Société suisse pour la recherche en éducation (SSRE) s’est déroulé en ligne du 31 août au 2 septembre dernier. Des conférences plénières, des symposiums et des tables rondes ont permis à plusieurs centaines de participants de réfléchir aux « savoirs au carrefour de la recherche, des pratiques et de la formation ». Les interventions auxquelles ont permis de (re)poser la question de la nature des savoirs en éducation, de leur production collective et des acteurs, des espaces et des enjeux de leur circulation. Bref, que c’était la rentrée pour l’équipe Veille & Analyses ! Continuer la lecture de La rentrée des colloques : quels savoirs entre recherche, pratiques et formation ?

Les conférences, colloques et séminaires à distance, cela donne quoi ?

Depuis mars, avec la fermeture des universités et établissements de recherche, c’est non seulement l’enseignement mais également la recherche qui a été affectée. De nombreux séminaire ou conférences – ces temps qui habituellement rythment le travail académique – ont en effet dû être annulés, reportés ou alors basculés en ligne (voir la liste à jour des colloques sur le site de l’équipe Veille et Analyse). Qu’est ce que ces déplacements vers des espaces virtuels changent aux échanges sur le travail scientifique, et, très concrètement, comment est-ce que cela s’organise ? Quelques impressions avant la rentrée universitaire, tirées de trois évènements différents liées aux sciences de l’éducation auxquels l’autrice de ce billet a assisté : Continuer la lecture de Les conférences, colloques et séminaires à distance, cela donne quoi ?

Effets du confinement sur l’activité des enseignant.e.s : premiers résultats de l’enquête IFÉ

L’institut français de l’Éducation (ENS de Lyon) a lancé une enquête à destination des enseignant.e.s et professionnel.le.s de l’éducation, de la maternelle au supérieur lors de la récente période de confinement qui a amené l’ensemble des acteurs de l’enseignement à une reconfiguration rapide et a priori très significative de leur activité professionnelle.

Cette enquête qui s’inscrit dans le cadre de recherches articulant approches qualitative et quantitative avait pour objectif de comprendre les effets de court terme mais également de moyen-long terme de l’enseignement à distance mis en œuvre en contexte de confinement sur les activités de l’enseignement et de l’appui aux enseignants.

Vous pouvez consulter ici les premiers résultats de cette enquête.

 

Accrocher, décrocher, raccrocher : des épreuves pour les élèves et les professionnels

Le décrochage scolaire n’a pas attendu la mise en avant politique et médiatique, ces derniers mois, d’un nombre – incertain – d’élèves confiné.e.s qui ont plus fait, en partie contre leur gré, « l’école buissonnière » à domicile que « la classe à la maison » pour se trouver au centre de la réflexion et de l’action éducatives. La mise en œuvre de politiques volontaristes de lutte contre le décrochage scolaire aux échelles européenne et nationale depuis 2009, la conférence de comparaison internationale du Cnesco sur ce thème en 2017 et la dizaine de numéros thématiques de revues françaises et francophones de recherche en éducation parus au cours des cinq dernières années en témoignent. Avec un taux de sorties précoces du système éducatif de 8,7 % (L’Europe de l’éducation en chiffres, 2020), la France fait aujourd’hui figure de bonne élève de l’Union européenne dans ce domaine. Mais au-delà des indicateurs statistiques et des usages les plus contemporains du terme, quelles réalités et quels processus pédagogiques de longue haleine la notion de décrochage scolaire recouvre-t-elle ? Quels sont les défis que rencontrent au quotidien les professionnels chargés de mettre en œuvre les politiques qui visent à lutter contre ce phénomène ? Continuer la lecture de Accrocher, décrocher, raccrocher : des épreuves pour les élèves et les professionnels

L’histoire des textes officiels en dit long sur la difficulté de l’école à enseigner la transition écologique

Cet article est paru dans la Lettre de l’éducation du 26 mai 2020

 

Le phénomène d’un virus qui fait le tour du monde à grande vitesse peut-il être l’objet, en classe, d’une leçon de géographie ? De sciences ? De politique ? Ne serait-il pas plus judicieux d’en faire l’étude au sein d’une matière interdisciplinaire que l’on pourrait nommer « environnement » et inscrite à l’emploi du temps des élèves ? Pourquoi peut-on être surpris d’avoir à se poser cette question en 2020 ? Car dès 1977, la conférence intergouvernementale sur l’éducation relative à l’environnement soulignait la nécessité : « d’acquérir les connaissances, les valeurs, les comportements et les compétences pratiques nécessaires pour participer de façon responsable et efficace à la prévention et à la solution des problèmes de l’environnement et à la gestion de la qualité de l’environnement ». Comment l’Éducation nationale a-t-elle pensé l’éducation à l’environnement depuis cette date ?

De “l’éducation à l’environnement” à la “transition écologique”

L’histoire des textes officiels en dit long sur la difficulté de l’école à enseigner la transition écologique. Apparue en France en 1977, l’éducation à l’environnement a été reprise sous l’intitulé plus euphémisé « d’Éducation au développement durable » (EDD), qui intègre l’économique et le social. Après une succession de circulaires en 2004, 2007, 2011, 2013 et 2015, la nouvelle phase de généralisation de l’EDD a été qualifiée à la rentrée 2019 de “transition écologique”.

L’interdisciplinarité pour aborder la question de l’environnement est une modalité constante de ces sept textes. Les croisements disciplinaires se conçoivent en synergie avec d’autres « éducations à » qui abordent des sujets transversaux : solidarité internationale, santé, arts, risques et enfin éducation à la citoyenneté. On notera cependant l’absence de lien avec l’éducation à la consommation et surtout avec celle de l’éducation aux médias et à l’information.

Or le caractère interdisciplinaire de ces “éducations” rend compliquée leur mise en œuvre : l’organisation des temps scolaires dans le secondaire fait peu de place aux croisements de disciplines, avec le modèle “un cours-une matière-un professeur-une classe”. Et les « éducations à » doivent alors trouver leur place au milieu d’autres projets bousculant cette « forme scolaire », ou sont adossées à d’impermanents dispositifs pédagogiques (Itinéraires de découvertes, enseignements pratiques interdisciplinaires, etc.) qui ne permettent pas d’asseoir leur légitimité.

Malgré le fait que ces « éducations à » aient été posées d’emblée comme ne relevant pas d’une discipline particulière, elles vont être intégrées progressivement dans les programmes. Les sciences de la vie et de la terre puis la géographie seront d’abord sollicitées (2004, 2007) avant que toutes les disciplines ne soient convoquées. En 2019 une mission est même confiée au Conseil supérieur des programmes pour renforcer dans les programmes scolaires la place du développement durable, du changement climatique et de la biodiversité .

Enseignement du “vrai”…

Depuis le début des années 2000, la démarche se veut officiellement de plus en plus ambitieuse donc. Sauf que l’école française a une particularité : elle s’inscrit dans une conception de l’enseignement du Vrai, développée par les philosophes des Lumières, donc “de la recherche d’une objectivité scientifique” (pour reprendre les termes de la circulaire de 2007), en matière d’environnement comme dans les autres thèmes abordés en cours. Autant dire que cette vision des savoirs scolaires s’accommode difficilement de l’enseignement des questions socialement vives, auxquelles appartient tout un pan de la réflexion sur l’environnement. Les problématiques environnementales requièrent de comprendre les différents points de vue des acteurs, leurs arguments, leurs connaissances, leurs intérêts, leurs valeurs et finalement leurs enjeux…

L’enseignement agricole, à cet égard, a plusieurs longueurs d’avance car il est confronté depuis des années à des questions qui engagent scientifiques, usagers, experts et citoyens – comme les OGM, les pesticides, le bien-être animal- Depuis près de 15 ans d’importants travaux de recherche sur l’enseignement des questions socialement vives y ont donc percolé, par la force des choses.. En témoigne la réforme de 2014 « Enseigner à produire autrement » qui promeut l’approche agroécologique.

Sortir des murs” de l’établissement pour aborder l’environnement

Ne pouvant être abordés de façon univoque, dans le cadre d’une seule discipline, les « éducation à » déjà évoquées se déploient au delà des enseignements magistraux, en particulier au sein de projets alliant le sensible à la pratique. À cet égard, l’établissement de partenariats avec des acteurs divers de l’environnement est une autre des constantes relevées dans les textes officiels. Avec la mise en place d’agréments nationaux ou académiques, les interventions d’associations dans ou à l’extérieur des établissements se sont se multipliées. Ainsi, l’enseignement de l’environnement tend à sortir des murs, et à s’affranchir du modèle « boites à œuf » – une heure, une classe.

Parallèlement, les établissements ont été progressivement appelés à être les lieux d’exercice d’une écocitoyenneté promue politiquement. Dès 2007, écoles, collèges et lycées peuvent s’inscrire dans la démarche dite ”de DD », en référence aux Agendas 21 de la conférence de Rio de 1992. Depuis 2013, les établissements volontaires peuvent aussi demander l’homologation E3D (établissements en démarche de développement durable).

Que reste-t-il donc des ambitions affichées lors de la conférence de Belgrade de 1975 qui appelait rien de moins qu’ à remettre en question, au sein de l’éducation, les politiques de maximisation de la production économique pour prendre en compte leurs conséquences sociétales et environnementales ? Deux chercheurs en éducation ont détecté dans les textes internationaux un affadissement du langage public sur cette question au fil du temps, témoignant selon eux d’une volonté émoussée. Ils soulignent qu’au niveau international les textes officiels tendent à privilégier la responsabilité individuelle au détriment d’une conception plus large qui intègrerait les dimensions critiques, éthiques et politiques. Effectivement, si dans les textes français, la transformation des comportements pour préserver les ressources environnementales a été renforcée, les causes politiques de la limitation de ces ressources restent peu questionnées.

 

Y’ aura un avant et un après Covid19 ? En matière d’éducation, il s’agit désormais de former les élèves à faire face à des crises environnementales par nature imprévisibles. La catastrophe que nous vivons actuellement pourrait modifier nos manière de considérer l’éducation et nous encourager à développer des éducations au bien commun, “vraiment” engagées, et à la construction collective de l’adaptation pour une résilience pour tous.

 

Gibert, Anne-Françoise (2020). Éduquer à l’urgence climatique. Dossier de veille de l’IFÉ, n°133, mars . Lyon : ENS de Lyon. En ligne : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=133&lang=fr

Exprimez vos besoins en formation continue et développement professionnel

Le Centre national d’étude des systèmes scolaires (Cnesco) organisera sa prochaine conférence de comparaisons internationales sur la formation continue et le développement professionnel des personnels d’éducation dans la semaine du 16 au 20 novembre 2020.
 
Afin de préparer cette conférence, le Cnesco lance une enquête adressée aux personnels d’éducation : enseignants du 1er degré (y compris les directeurs d’école), enseignants du 2nd degré et conseillers principaux d’éducation, personnels de direction. Les questionnaires portent sur l’ensemble du parcours de formation continue, de l’accès à l’offre de formation jusqu’à la phase post-formation.
 
À la rentrée 2020, le Cnesco publiera également un dossier sur la thématique suivante : « Numérique, enseignement et apprentissage ». Le Cnesco se saisit des questionnaires sur la formation continue pour poser quelques questions aux enseignants sur leur utilisation du numérique pendant la période de confinement, afin de mieux comprendre les opportunités et les difficultés rencontrées au cours de cette période difficile
 

 Le Cnesco vous donne rendez-vous sur son site pour remplir le questionnaire du 10 juin au 15 juillet 2020, une démarche qui vous prendra une vingtaine de minutes environ. Participer et faire participer à cette enquête, c’est enrichir les ressources produites par le Cnesco à partir desquelles seront construites des préconisations. 

Le Cnesco remercie par avance tous les personnels qui auront apporté leur contribution à cette enquête.