Faire circuler des savoirs : reproblématiser, intéresser, échanger

En 2002 paraissait le numéro 40 de la revue Recherche et formation, qui portait sur les « savoirs entre pratique, formation et recherche » (Gonnin-Bolo [dir.]). Vingt ans après, les apports mobilisés par les chercheurs de l’Institut national de recherche pédagogique (INRP, devenu l’Institut français de l’éducation) qui avaient contribué à ce numéro restent d’actualité. Zoom sur trois façons de penser la circulation des savoirs de recherche dans les sphères politiques et professionnelles qui résonnent encore en 2022. Continuer la lecture de « Faire circuler des savoirs : reproblématiser, intéresser, échanger »

L’école maternelle en dix mots

Le Cidree, réseau européen dont l’Institut français de l’éducation est membre, vient de mettre en ligne l’ouvrage Quality and Curricula in Early Childhood Education and Care (Aursand L., Jensen S.K., Langholm C. et Lindgaard C. [dir.], 2022). Il comporte un chapitre rédigé par le sociologue Ghislain Leroy (Leroy, 2022a), auteur de L’École maternelle de la performance enfantine (Leroy, 2020), qui met en avant le caractère prononcé de la logique de « scolarisation » de l’éducation et de l’accueil des jeunes enfants (EAJE) dans le cadre français. À quoi cette école préélémentaire ressemble-t-elle aujourd’hui ? Alors que le Ministère de l’éducation nationale a présenté un « plan maternelle » en septembre 2022, tentons le pari de rendre compte de ses défis actuels non pas en un chapitre, mais en dix mots… et un acrostiche. Continuer la lecture de « L’école maternelle en dix mots »

Construire une recherche ensemble : comment et jusqu’à quel point ?

Quelles sont les logiques et tensions à l’œuvre dans les recherches collaboratives, présentes en éducation (ex. Desgagné et al., 2001 ; Vinatier et Morissette, 2015 ; Aldon et al., 2020), et plus généralement dans les sciences sociales ? Continuer la lecture de « Construire une recherche ensemble : comment et jusqu’à quel point ? »

Réformer l’école : les leçons de sociologie du Cnesco

Comme à son habitude, le Centre national d’étude des systèmes scolaires (Cnesco-CNAM) a mis en ligne un riche dossier de ressources scientifiques (8 rapports thématiques, 5 études de cas, 9 notes d’experts) et d’interventions filmées, les « paroles d’experts », qui prolongent la conférence de comparaison internationale sur « la gouvernance des politiques éducatives » organisée en novembre 2021. Trois de ces copieux rapports thématiques (Buisson-Fenet, Marx et Reverdy, 2022 ; Draelants et Revaz, 2022 ; Pons, 2022) n’ont pas fait l’objet de présentations vidéo. À l’heure où les bilans médiatiques, syndicaux et politiques de l’action ministérielle menée en France depuis 2017 se multiplient, quels éclairages ces synthèses de la recherche en sciences sociales proposent-elles sur la conduite du changement en éducation ? Continuer la lecture de « Réformer l’école : les leçons de sociologie du Cnesco »

Le pilotage en éducation : un concept à définir

Dans un récent numéro des Dossiers des sciences de l’éducation, portant sur le thème « politiques d’éducation : l’ère du pilotage ? », Xavier Pons, sociologue de l’action publique, membre du laboratoire Lirtes et professeur des universités (Université Paris-Est Créteil), revient sur une métaphore « massivement utilisée par des élites administratives et les gouvernants » (Pons, 2021, p. 15) : le pilotage. Une « catégorie d’action publique » finalement pas si simple à aborder en recherche, car elle pose la question de savoir s’il s’agit aussi d’une « catégorie d’analyse scientifique». X. Pons a donc analysé 61 publications de recherche écrites en français, publiées entre 1993 et 2020, et qui utilisent explicitement cette notion. Cette revue de littérature lui a permis de dégager trois approches du pilotage en éducation, qu’il nomme la « boite noire », le « modèle normatif » et l’« objet empirique ». Continuer la lecture de « Le pilotage en éducation : un concept à définir »

Les jeunes en France, des citoyens pas comme les autres ?

La notion de « jeunesse » est une construction récente. Si l’on considère les différents âges de la vie, la conception à l’œuvre depuis la fin du 19e siècle repose sur un cycle de vie tripartite, décomposé de la façon suivante :

  • L’enfance, caractérisée par l’obligation scolaire ;
  • L’âge adulte, initié avec l’entrée sur le marché du travail ;
  • La vieillesse, correspondant à la sortie du marché du travail.

Avec la complexification des modes de vie et un brouillage des transitions à divers niveaux (allongement de la durée des études, allers-retours au domicile des parents, retours en formation après une expérience professionnelle, etc.), l’âge de la « jeunesse » a émergé, dès les années 1970, pour désigner une période intermédiaire, fondée sur l’expérimentation de soi et des autres, à travers de nouveaux modes de vie.

Dès lors se pose la question du soutien à apporter à celles et ceux qui abordent cette transition, car les fragilités qu’elle induit ne relèvent pas de la seule responsabilité des familles, ni ne dépendent du seul marché de l’emploi. Comment les politiques publiques s’emparent-elles de ce nouvel âge ? Comment accompagnent-elles le passage vers l’âge adulte des nouvelles générations ? C’est la question qui fonde l’ouvrage collectif publié dernièrement, sous la direction de Tom Chevalier et Patricia Loncle, Une jeunesse sacrifiée ?, PUF, collection La vie des idées, 2021.

Continuer la lecture de « Les jeunes en France, des citoyens pas comme les autres ? »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search