Archives de catégorie : Lectures

Réformer l’école : les leçons de sociologie du Cnesco

Comme à son habitude, le Centre national d’étude des systèmes scolaires (Cnesco-CNAM) a mis en ligne un riche dossier de ressources scientifiques (8 rapports thématiques, 5 études de cas, 9 notes d’experts) et d’interventions filmées, les « paroles d’experts », qui prolongent la conférence de comparaison internationale sur « la gouvernance des politiques éducatives » organisée en novembre 2021. Trois de ces copieux rapports thématiques (Buisson-Fenet, Marx et Reverdy, 2022 ; Draelants et Revaz, 2022 ; Pons, 2022) n’ont pas fait l’objet de présentations vidéo. À l’heure où les bilans médiatiques, syndicaux et politiques de l’action ministérielle menée en France depuis 2017 se multiplient, quels éclairages ces synthèses de la recherche en sciences sociales proposent-elles sur la conduite du changement en éducation ? Continuer la lecture de Réformer l’école : les leçons de sociologie du Cnesco

Le pilotage en éducation : un concept à définir

Dans un récent numéro des Dossiers des sciences de l’éducation, portant sur le thème « politiques d’éducation : l’ère du pilotage ? », Xavier Pons, sociologue de l’action publique, membre du laboratoire Lirtes et professeur des universités (Université Paris-Est Créteil), revient sur une métaphore « massivement utilisée par des élites administratives et les gouvernants » (Pons, 2021, p. 15) : le pilotage. Une « catégorie d’action publique » finalement pas si simple à aborder en recherche, car elle pose la question de savoir s’il s’agit aussi d’une « catégorie d’analyse scientifique». X. Pons a donc analysé 61 publications de recherche écrites en français, publiées entre 1993 et 2020, et qui utilisent explicitement cette notion. Cette revue de littérature lui a permis de dégager trois approches du pilotage en éducation, qu’il nomme la « boite noire », le « modèle normatif » et l’« objet empirique ». Continuer la lecture de Le pilotage en éducation : un concept à définir

Les jeunes en France, des citoyens pas comme les autres ?

La notion de « jeunesse » est une construction récente. Si l’on considère les différents âges de la vie, la conception à l’œuvre depuis la fin du 19e siècle repose sur un cycle de vie tripartite, décomposé de la façon suivante :

  • L’enfance, caractérisée par l’obligation scolaire ;
  • L’âge adulte, initié avec l’entrée sur le marché du travail ;
  • La vieillesse, correspondant à la sortie du marché du travail.

Avec la complexification des modes de vie et un brouillage des transitions à divers niveaux (allongement de la durée des études, allers-retours au domicile des parents, retours en formation après une expérience professionnelle, etc.), l’âge de la « jeunesse » a émergé, dès les années 1970, pour désigner une période intermédiaire, fondée sur l’expérimentation de soi et des autres, à travers de nouveaux modes de vie.

Dès lors se pose la question du soutien à apporter à celles et ceux qui abordent cette transition, car les fragilités qu’elle induit ne relèvent pas de la seule responsabilité des familles, ni ne dépendent du seul marché de l’emploi. Comment les politiques publiques s’emparent-elles de ce nouvel âge ? Comment accompagnent-elles le passage vers l’âge adulte des nouvelles générations ? C’est la question qui fonde l’ouvrage collectif publié dernièrement, sous la direction de Tom Chevalier et Patricia Loncle, Une jeunesse sacrifiée ?, PUF, collection La vie des idées, 2021.

Continuer la lecture de Les jeunes en France, des citoyens pas comme les autres ?

Accès aux grandes écoles : le mérite en héritage

L’« ouverture sociale », terme qui désigne les expérimentations des grandes écoles françaises pour élargir leur vivier de recrutement, a tout juste 20 ans. C’est en effet à la rentrée 2001 que Sciences Po Paris a lancé ses « conventions d’éducation prioritaire » (CEP) pour faire bénéficier d’une voie spécifique d’accès les meilleurs bacheliers issus des lycées partenaires situés en ZEP. Beaucoup d’autres initiatives ont suivi, celle de l’ESSEC notamment en 2002 (PQPM « Une Grande École, Pourquoi Pas Moi ? »), fondée pour sa part sur un tutorat adressé aux lycéens désireux de préparer le concours d’entrée.

Toutes quasiment aujourd’hui, qu’il s’agisse des écoles d’ingénieurs, des écoles de commerce, des Instituts d’études politiques, des Écoles normales supérieures ou des autres écoles spécialisées, affichent une position favorable à l’accueil d’étudiants d’origine modeste et déploient une kyrielle de mesures au service de cet engagement, avec souvent le soutien financier de l’État, dans le cadre des « Cordées de la réussite », dispositif lancé en 2008.

Que sait-on, 20 ans après donc, de ces diverses mesures d’« ouverture sociale » ? Comment ont-elles été déployées par les grandes écoles ? Ont-elles permis d’élargir de façon effective la base de recrutement et les cohortes de diplômés des grandes écoles ? Ont-elles favorisé la mobilité sociale de leurs bénéficiaires ?

Ce billet propose de remonter un peu le temps pour comprendre leur généalogie et analyser leur contribution à la promotion d’un idéal méritocratique « ouvert ». Il s’appuie notamment sur l’enquête statistique publiée en début d’année par l’Institut des politiques publiques (Quelle démocratisation des grandes écoles depuis le milieu des années 2000 ?, IPP, 2021) et sur les travaux de Paul Pasquali, Héritocratie. Les élites, les grandes écoles et les mésaventures du mérite (1870-2020) (2021b) et Passer les frontières sociales. Comment les filières d’élite entrouvrent leurs portes (2021a, sorti des presses en 2014 et réédité en poche). Il est aussi fait référence à quelques travaux plus anciens menés au sein de l’OSC (Observatoire sociologique du changement) sous la houlette d’Agnès van Zanten.

 

Le volontarisme méritocratique fait loi depuis 2006

La mobilisation de Sciences Po Paris en 2001, largement commentée dans les médias, immédiatement très controversée, a créé une sorte de précédent. Une grande école annonçait publiquement qu’elle prenait sa part de la massification des études supérieures : Continuer la lecture de Accès aux grandes écoles : le mérite en héritage

Le numérique à l’école : des mythes aux réalités ?

Nous tenons à remercier André Tricot pour sa relecture attentive.

Apprendre et faire apprendre, aussi et surtout à la maison : une situation devenue quotidienne, depuis un an, pour les élèves et leurs parents, et bien sûr aussi leurs enseignant‧es. L’essor de la pratique des classes virtuelles a notamment réactivé des interrogations anciennes portant sur l’efficacité des outils numériques au service des apprentissage scolaires.

André Tricot, psychologue cognitiviste et professeur des universités (université Paul Valéry Montpellier 3), a coordonné le dossier « numérique et apprentissage scolaires » du Conseil national d’étude des systèmes scolaires (Cnesco) mis en ligne en octobre 2020. Comme le montre sa bibliographie, ses nombreuses publications et interventions s’appuient à la fois sur des synthèses de la littérature empirique et ses propres travaux de recherche.

À quelles réflexions pédagogiques et didactiques la lecture de quelques-unes de ses publications récentes conduit-elle ? Comment les situer pour mieux les lire et les comprendre ? Et, au final, pourquoi et comment les mobiliser, pour sa propre activité et/ou celle d’autres professionnels de l’éducation ? Continuer la lecture de Le numérique à l’école : des mythes aux réalités ?

L’école française et les notes : je t’aime… moi non plus.

Ce texte fait partie de la série d’articles d’approfondissement qui accompagnent les épisodes du podcast En Quête d’École, diffusés tous les mois sur Kadékol, la webradio de l’Institut Français de l’Éducation. Chaque article revient sur des questions qui traversent le système éducatif français et propose des éléments d’analyse et de réponse tirés de la recherche en histoire et en sciences sociales

Cet article accompagne l’épisode du mois d’avril 2021 intitulé : Faut-il supprimer les notes ? Il propose un retour historique sur l’invention de la note chiffrée et sa mise en œuvre dans le cadre du concours d’entrée à l’Ecole Polytechnique. Il montre ensuite les questionnements autour de la fiabilité de la note en tant que mesure scientifique et précise du niveau des élèves, et met en lumière quelques effets de la notation sur les apprentissages. Enfin, il propose un regard sur d’autres modalités d’évaluation (en France et à l’international) et donne quelques pistes de réflexion sur la question.

Sommaire

 

Le 21 janvier 2021, le ministre de l’Éducation Nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé l’annulation des épreuves de spécialité du baccalauréat général, remplacées par un contrôle continu sur la base des moyennes annuelles dans ces deux enseignements.  Dans le « guide de l’évaluation » publié à l’occasion du réaménagement des épreuves, le ministère précise les modalités  requises pour  « garantir la robustesse des moyennes », et insiste en particulier sur un minimum de trois évaluations par trimestre. L’importance fondamentale que tiennent les notes et l’évaluation chiffrée dans les discours politiques et institutionnels en France, malgré un contexte exceptionnel du point de vue sanitaire et social, mérite réflexion. 

Les moyennes, les notes, les coefficients, font partie du vocabulaire courant des enseignant.e.s, des parents et des élèves, et sont des éléments de haute importance dans la carrière scolaire. Cette relation qui semble naturelle demande cependant à être questionnée et déconstruite. D’abord, parce que les notes, aujourd’hui incontournables dans le parcours scolaire d’un.e élève et dans les pratiques professionnelles quotidiennes des enseignant.e.s, sont une invention récente dans l’histoire du système éducatif français (Merle, 2015). Ensuite, parce que la notation chiffrée, telle qu’elle est pratiquée en France, n’est pas la seule modalité d’évaluation des élèves ; elle fait même figure d’exception dans certains pays, au moins jusqu’à la fin du collège. Continuer la lecture de L’école française et les notes : je t’aime… moi non plus.

Les réformes de l’éducation se font aussi, et surtout, par le milieu.

Ce texte a été publié dans Le Monde de l’éducation le 17 novembre 2020.

Depuis plusieurs décennies, les réformes du système éducatif se suivent et se ressemblent dans leur processus d’élaboration et de mise en œuvre : une vision politique ambitieuse, des consultations plus ou moins longues et houleuses avec les partenaires sociaux, la promulgation d’une loi ou la publication d’un texte administratif (décret, arrêté, circulaire), une couverture médiatique qui oscille entre soutien et défiance, et, sur le terrain, une réception plus ou moins enthousiaste et une mise en œuvre plus ou moins fidèle à la lettre et à l’esprit de ces directives qui viennent « d’en haut ». Continuer la lecture de Les réformes de l’éducation se font aussi, et surtout, par le milieu.

Mobiliser les recherches en éducation quand on pilote le système éducatif… aux États-Unis

Certains situations professionnelles amènent de plus en plus fréquemment les personnels de direction et d’encadrement à s’emparer d’objets, de concepts, de courants et de disciplines de recherche allant des didactiques disciplinaires à la sociologie des organisations : lire des documents identifiés comme relevant « de la recherche », inviter des chercheurs·ses à prononcer une conférence, convaincre des enseignant‧es de l’intérêt de s’engager dans un projet de recherche avec des universitaires, etc. Au-delà de la diversité des expériences individuelles, cette mobilisation des recherches par les acteurs intermédiaires du système scolaire repose-t-elle sur certaines régularités ? Continuer la lecture de Mobiliser les recherches en éducation quand on pilote le système éducatif… aux États-Unis

Y aura-t-il des (notes de) lectures à Noël ?

Chère lectrice, cher lecteur, rassurez-vous : pas de didactique de la compréhension écrite ou d’évaluation au service des apprentissages dans ce dernier billet de blog de cette année 2020… mais un détour du côté des revues de recherche en éducation, dont nous signalons régulièrement les nouvelles livraisons dans notre bulletin. « Notes critiques » de la Revue française de pédagogie (la doyenne des revues françaises généralistes en sciences de l’éducation), « notes critiques et lectures » dans Recherche & formation (revue thématique consacrée au développement professionnel), « notes de lecture » d’Administration & Éducation (revue interface à destinations des cadres de l’éducation), etc. : quelles sont les visées de ces rubriques traditionnellement placées en fin de volume ? Quels usages les « passeurs » en éducation peuvent-ils en faire ? Continuer la lecture de Y aura-t-il des (notes de) lectures à Noël ?

Prendre la mesure de « l’état de l’École » en France… et ailleurs

Comme il est d’usage en cette période de l’année, la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), « portail de la statistique sur l’éducation et la formation » du ministère de l’Éducation nationale a publié, en novembre 2020, son trentième État de l’École, « une analyse globale de notre système éducatif fondée sur des indicateurs structurels et pérennes, […] décrivant les principales évolutions et tendances tout en apportant notamment l’éclairage des comparaisons internationales et territoriales » (Jouvenceau, Monso & Dumay, 2020). Simple rituel administratif – et marronnier journalistique ? Loin de là… Continuer la lecture de Prendre la mesure de « l’état de l’École » en France… et ailleurs