Archives pour la catégorie Lectures

Politique éducative et répartition des moyens : suffit-il de dire ce qui est juste ?

Une intéressante note de France Stratégie vient d’être publiée concernant l’évaluation des moyens humains accordés aux collèges. Pour résumer grossièrement, il s’agit de vérifier si les taux d’encadrement effectifs correspondent à la répartition des établissements entre collèges ordinaires, collèges en réseaux d’éducation prioritaire (REP) et collèges en REP +.  La réponse est sans surprise contrastée : ce n’est pas systématiquement dans les collèges ciblés de façon prioritaire que l’on trouve les meilleurs taux d’encadrement. Divers facteurs, comme la taille de l’établissement, sa situation plus ou moins rurale ou certains effets d’inertie, produisent des répartition de moyens qui ne sont pas justifiables par les objectifs officiels des politiques publiques. S’en suivent des recommandations pour rendre tout cela plus transparent et plus efficace.

Ce qui dans l’idéal devrait compléter cette note, comme souvent dans ce type d’analyses très sérieuses du point de vue de leur méthodologie propre, c’est la prise en compte de logiques sociales et politiques (voire même pédagogiques) qui permettraient de comprendre pourquoi les recommandations courent le risque de n’être que partiellement ou peu suivies par les autorités publiques et académiques. Continuer la lecture de Politique éducative et répartition des moyens : suffit-il de dire ce qui est juste ? 

Les ambiguïtés d’une formation secondaire technologique ou professionnelle

Alors que la DEPP donne des éléments de satisfaction quant à l’insertion des jeunes apprentis ou des jeunes diplômés de l’enseignement professionnel, une étude compare la relation entre niveau et type de diplômes et situation sur le marché du travail de population adulte (hommes) dans 18 pays dont 11 pays européens.
Si les élèves sortant d’une formation professionnelle avec un diplôme (si possible le plus élevé possible) ont de meilleures chances de trouver une emploi, et notamment un emploi mieux rémunéré, que les étudiants ou élèves ayant suivi une formation généraliste, il s’avère que sur le long terme ces derniers ont de meilleures perspectives d’emploi du fait d’une plus grande adaptabilité à un marché du travail en évolution constante (sans compter les différentiels en termes de salaires).
Ce constat est marqué pour la Suisse, l’Allemagne et le Danemark mais l’impact varie avec la structure institutionnelle spécifique de la scolarité et de la formation professionnelle, de même que la situation économique du pays. En Suisse, le solde économique (écart entre chômage et emplois par exemple) reste favorable à l’enseignement professionnel du fait d’une croissance plus lente, contrairement à l’Allemagne et au Danemark où la croissance économique est plus rapide.
Les contenus de formations professionnelles sont bien entendu hétérogène et ont sans doute un rôle à jouer dans cette inadéquation au marché du travail à retardement. Les auteurs pointent cependant la nécessité de ne pas sacrifier certaines compétences de bases solides et concomitamment d’investir dans l’« apprentissage tout au long de la vie », prôné par la Commission européenne.

« La nécessité d’inciter, aussi bien les individus que les employeurs, à mettre en place une meilleure offre de formation continue tout au long de la carrière n’est pas comprise ».
« Cette analyse suggère que cet objectif devrait recevoir l’attention des décideurs politiques, en particulier si ceux-ci envisagent de faire bouger les systèmes scolaires en place vers une formation plus professionnelle ». (Hanushek et al., 2017)

Sources :

  • Hanushek Eric, Schwerdt Guido, Woessmann Ludger & Zhang Lei (2017). General Education, Vocational Education, and Labor-Market Outcomes over the Lifecycle. The Journal of Human Resources, vol. 52, n° 1, p. 48-87. Lien
  • Marchal Nathalie (2017). Le niveau de formation et de diplôme demeure toujours déterminant dans l’insertion des apprentis. Note d’information de la DEPP, n° 17.11, juin. Lien
  • Marchal Nathalie (2017). Le niveau de formation et de diplôme : déterminant dans l’insertion des lycéens professionnels. Note d’information de la DEPP, n° 17.12, juin. Lien

 

 

Une certaine vision de la qualité de vie à l’école

Le CNESCO publie en ce mois de juin une série de contributions sur « La qualité de vie à l’école ». Les premiers documents mis à disposition concernent les enfants en situation de précarité ou de handicap, la santé des élèves mais aussi la qualité de vie des enseignants ou encore l’interaction entre acteurs. Ceux à venir devraient porter sur la restauration scolaire et les performances scolaires.

Ce choix de thématiques signifie-t-il que le bien-être est garanti à tout enfant en bonne santé, non porteur de handicap, vivant dans un milieu socio-économique privilégié, avec des parents qui s’impliquent dans sa scolarité et au sein de l’école, bénéficiant d’une bonne alimentation et ayant de bons résultats scolaires ? On l’espère pour lui, il aurait tort de se plaindre, mais ces seuls critères suffisent-ils pour évaluer la qualité de vie à l’école?

Quelques questions s’imposent à la lecture (rapide) de ces documents :
On lit par exemple que la qualité de vie des enseignants est dépendante de leurs interactions avec les élèves ou encore que les pédagogies ou le mode de gouvernance publique impacte la qualité de vie des enseignants. Si la qualité de vie des enseignants est tributaire des relations qu’ils peuvent avoir les élèves et de leur pédagogie, pourquoi ne pas envisager le bien-être des élèves du point de vue de ces mêmes interrelations mais aussi de leurs apprentissages ?

Si la question du bien être est une question de santé, psychologique ou mentale, l’éducation à la santé est-elle l’unique bonne réponse pour contrer le mal être des élèves ? Les travaux de recherche s’intéressent aussi à l’écologie physique, sociale et culturelle de l’école : aménagement de l’espace, taille de l’école, taux d’encadrement des élèves, modalités d’évaluation, effet-maître, climat scolaire, objectifs structurels, activités extra-scolaires, temps des pauses, et aussi aux relations entre pairs, à la mise en place d’un apprentissage coopératif, par exemple. Les paramètres psychologiques sont incontournables mais des éléments de réflexion d’ordre sociologique, organisationnel et pédagogique, entre autres, éclairent le caractère multidimensionnel de la question de la qualité de vie à l’école.

On lira sans doute avec intérêt le Dossier de veille de l’IFÉ (à paraître à l’automne prochain; rédactrice : Marie Gaussel) : les compétences sociales devraient en être l’entrée principale et il abordera les questions de bien-être et de qualité de vie…

Et pour compléter les lectures : le dernier numéro de « Pisa à la loupe » publié par l’OCDE et qui apporte des éléments relatifs au bien-être des élèves, à partir de l’enquête PISA 2015, à savoir :
– réussite scolaire et satisfaction à l’égard de la vie;
– vie sociale des élèves à l’école;
– parents et environnement familial.
Quelques uns des résultats énoncés, au hasard :
– « Les élèves les plus performants sont seulement légèrement plus satisfaits de leur vie que les élèves moyennement performants. On n’observe aucune relation manifeste entre le temps consacré à l’étude et la satisfaction à l’égard de la vie« .
– « Dans 67 pays et économies, la majorité des élèves font part d’un sentiment d’appartenance à leur communauté scolaire. Dans de nombreux pays, toutefois, les élèves défavorisés et les élèves immigrés de la première génération sont moins susceptibles que leurs pairs d’exprimer un sentiment d’appartenance à leur établissement« .
– « La satisfaction d’un élève à l’égard de la vie est liée à son statut relatif au sein de son établissement, tel que mesuré par la différence entre son niveau de richesse et celui des autres élèves de l’établissement« .

1 prof pour 12 élèves ou 2 profs pour 25 élèves : qu’est-ce que ça change ?

A l’heure où les enseignant.e.s de primaire, directement concerné.e.s par la mise en place éventuelle de la mesure « 12 élèves par classe de CP et de CE1 en REP+ » annoncée à la rentrée 2017, manifestent leur crainte de la suppression du dispositif Plus de maitres.ses que de classes, voici ce qu’on peut tirer de certaines recherches en éducation, à travers une approche un peu décalée : comment les enseignant.e.s accompagnent au mieux l’apprentissage de leurs élèves ?

C’est en effet la prochaine thématique du Dossier de veille que je prépare actuellement, et les points de convergence avec le sujet ne manquent pas. La réduction du nombre d’élèves par classe vise à améliorer leurs conditions d’apprentissage en vue d’une meilleure réussite. Au cœur de cette réussite se trouve notamment la relation entre enseignant.e.s et élèves et la manière dont ces enseignant.e.s s’y prennent pour anticiper leurs difficultés et les accompagner au plus près dans leurs apprentissages.

On apprend dans la littérature de recherche sur ce sujet plusieurs choses intéressantes. Des analyses historiques montrent que l’enseignement français s’est construit sur le fait que les élèves ont un niveau homogène : on comprend ainsi l’importance donnée à la préparation des cours par les enseignants français et les différences culturelles qui peuvent exister dans d’autres pays, davantage enclins à utiliser la différenciation pédagogique. D’autres analyses se situent au niveau des pratiques enseignantes face à la difficulté scolaire, et montrent que cette question touche aux représentations des enseignants. Continuer la lecture de 1 prof pour 12 élèves ou 2 profs pour 25 élèves : qu’est-ce que ça change ? 

Recherches pour l’éducation : l’état des lieux est complet !

Les responsables qui seront prochainement en charge de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche peuvent déjà remercier Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon de leur laisser un bilan complet de la réalité et du potentiel actuel de recherches concernant ces secteurs. Cela est en partie passé inaperçu en raison de l’effervescence électorale, mais les mois de mars et d’avril ont été marqués par la publication de plusieurs rapports qui restituent une image relativement complète et précise de la recherche dans le domaine de l’éducation et de la formation.

En tout, c’est en effet plusieurs centaines de pages de données, d’analyses, d’études et de recommandations qui ont été produites avec des approches différentes mais globalement complémentaires et représentatives de la réalité des acteurs et des parties prenantes du champ « scientifique » ou « réflexif » sur l’éducation.

Le plus médiatisé a probablement été le rapport issu de la mission confiée à François Taddei concernant la R&D en éducation, co-rédigé avec Catherine Becchetti-Bizot et Guillaume Houzel, qui devrait se traduire par certaines mises en oeuvre opérationnelles dans les semaines et les mois qui viennent. Attention : la synthèse qui avait été rendue fin mars est souvent confondue avec le rapport intégral (plus de 80 pages) vers lequel nous renvoyons ici.

Par ailleurs, l’alliance ATHENA en partenariat avec l’alliance ALLISTENE a réalisé deux volumes qui présentent une cartographie des laboratoires et équipes de recherche impliqués actuellement sur l’éducation, une analyse des évolutions observables depuis les précédents rapports, des recommandations en direction des responsables des politiques de recherche et un ensemble de synthèses thématiques réalisées par près de quatre-vingts chercheurs pour donner à voir l’épaisseur et la diversité de l’activité scientifique.

En parallèle, une enquête en ligne a été pilotée par deux universitaires chargés de mission à la direction des enseignements supérieurs (DGESIP), en direction des enseignants-chercheurs investis dans le domaine de l’éducation. La synthèse de ses résultats donne une image intéressante de qui sont les chercheurs qui se reconnaissent dans le domaine.

Il faut ajouter à ces études portant spécifiquement sur l’état de la recherche, le rapport du Conseil national de l’innovation pour la réussite éducative (CNIRE) ainsi que les préconisations du Conseil national pour l’évaluation du système scolaire (CNESCO), qui s’appuient tous deux à des degrés divers sur des travaux de recherche en éducation.

L’auteur de cet article ayant été contributeur ou partiellement associé à la réalisation de plusieurs de ces différents rapports, nous ne commenterons pas plus avant leur contenu…


Références

Les étudiants des ESPE et filières d’enseignement ne sont pas forcément ceux qu’on pense

Les clichés sur les étudiantes et les étudiants qui s’inscrivent dans les filières universitaires (ESPE) menant aux carrières de l’enseignement amènent à imaginer des étudiants plutôt bons élèves et plutôt originaires de familles liées à l’enseignement scolaire ou supérieur. Et si l’on se trompait ?

Les résultats de l’enquête 2016 de l’Observatoire national de la vie étudiante (46340 questionnaires traités)  donnent une image assez nette de la population étudiante, dont la catégorie « enseignement/ESPE » qui regroupe les étudiants préparant des diplômes et concours de la profession enseignante (près de 4% du nombre total des étudiants). Quelles sont les caractéristiques de cette sous population ?  En fait, il semble que ceux qui peuplent les filières universitaires menant à l’enseignement  sont issus de milieux socioprofessionnels plus modestes que ceux des autres filières et ont un parcours scolaire d’élèves qu’on qualifie usuellement de « passables » ou « moyens ». Ces constatations moyennes demanderaient bien sûr à être affinées, car elles recouvrent de probables importantes disparités régionales, disciplinaires et académiques. Il convient également de garder à l’esprit que les étudiants inscrits dans ces filières ne sont pas forcément les enseignants de demain : certains  deviennent professeurs sans passer par le master 1 des ESPE et d’autres ne réussissent pas les concours de l’enseignement après leur première année de master (1).

Des étudiants qui sont plutôt des étudiantes

Ces étudiants sont le plus souvent des étudiantes, puisque ces dernières composent 64% des effectifs des filières de l’enseignement. Ces étudiant(e)s sont aussi les plus âgé(e)s en moyenne de l’échantillon global de l’OVE, avec une moyenne de 27 ans, ce qui corrobore d’autres données sur les fréquentes reprises d’études associées à la préparation des concours d’enseignement ou de certaines spécialités dans le domaine de la formation. Peu d’étrangers dans cette catégorie, 4,1%, soit un taux proche de celui qu’on trouve  en CPGE, ce qui est logique dans un domaine professionnalisé orienté vers la fonction publique. Continuer la lecture de Les étudiants des ESPE et filières d’enseignement ne sont pas forcément ceux qu’on pense 

Inspecteurs territoriaux : on les voit médiateurs, ils se sentent fatigués

L’étude de Georges Fotinos et José Mario Horenstein «  Le Moral des inspecteurs IEN, IA-IPR : qualité de vie au travail et épuisement professionnel » est arrivée sur mon bureau ce matin. Lors de sa présentation, en novembre dernier, elle avait eu quelques échos dans les médias. À croire que ceux-ci découvraient soudain qu’une profession plutôt discrète était elle susceptible de souffrance au travail.
La presse s’est donc emparé de « l’épuisement professionnel » d’un quart des inspecteurs, parlant de leur stress au travail voire de leur situation de burn-out. Continuer la lecture de Inspecteurs territoriaux : on les voit médiateurs, ils se sentent fatigués 

La comparaison internationale en éducation au programme des prochains Entretiens Ferdinand Buisson

La prochaine édition des Entretiens Ferdinand Buisson se déroulera à Lyon le mercredi 30 novembre 2016 (18h-20h, IFÉ- ENS de Lyon) et aura pour thème la question des comparaisons internationales en éducation (participation gratuite sur inscription : veille.scientifique@ens-lyon.fr).

La publication prochaine (décembre 2017) des résultats de l’édition PISA 2015, qui plus est dans un contexte de campagne électorale, va en effet probablement donner lieu à un certain bruit médiatique. On constate depuis quelques années un écho croissant des enquêtes internationales, qui donnent l’occasion d’étalonner les résultats ou les performances des systèmes éducatifs, pour le meilleur comme pour le pire.  Quelle est l’utilité réelle de ces comparaisons internationales ? Comment sont-elles reçues et utilisées dans notre pays à travers le temps ?  Peut-on en tirer des leçons en termes de pratiques à importer ou exporter d’un pays à l’autre ? Par ailleurs, la comparaison internationale ne se réduit pas aux grandes enquêtes de l’OCDE. Qu’il s’agisse de travaux de recherche qui comparent des phénomènes ou des objets éducatifs  ou d’échanges internationaux dans le domaine de l’éducation, on constate souvent que ces processus de mise en perspective au delà des frontières nationales est souvent riche d’effets. En dénaturalisant des façons de voir ou des façons de faire fortement ancrées dans une tradition ou une routine nationale, ces comparaisons amènent à considérer « notre » éducation sous un jour nouveau. Continuer la lecture de La comparaison internationale en éducation au programme des prochains Entretiens Ferdinand Buisson 

John Hattie et le Saint Graal de l’enseignement 

John Hattie, un chercheur néo-zélandais, a publié en 2009 un ouvrage,  « Visible Learning », dont l’éditeur a fièrement rajouté sur la couverture de certaines rééditions un extrait d’un article du Times Education (2008) titré « Research reveals teaching’s Holy Grail », ce qui peut être traduit par « une recherche révèle le Saint Graal de l’enseignement ». On ne saurait mieux indiquer comment ce travail et devenu un modèle de « bonne » recherche sur l’éducation, ce qui justifie qu’on lui consacre une série d’articles pour mieux en cerner l’intérêt et les limites.

La raison de cet emballement pour Visible Learning réside en premier lieu dans la forme de ce travail, qui synthétise environ 800 méta-analyses, représentant plus de 50 000 études, portant sur des millions d’élèves, dans l’objectif d’identifier les facteurs de la réussite scolaire. Grossièrement résumé : quelles sont les pratiques qui restent les plus efficaces pour améliorer l’enseignement, quand on a compilé la plupart des études empiriques existantes sur la question ?  Depuis sa sortie, l’ouvrage a été plusieurs fois réédité, complété et mis à jour, avec un succès croissant. A titre d’exemple, il est actuellement cité plus de 5000 fois dans Google Scholar, John Hattie lui même est cité plus de 4700 fois dans la base bibliométrique Scopus. Visible Learning  est aujourd’hui plus qu’un ouvrage, c’est une entreprise scientifique qui dispose de sa plate-forme multilingue (http://visible-learning.org ), qui soutient un programme de formation des enseignants (http://visiblelearningplus.com ) et de nombreuses autres activités pilotées par John Hattie, souvent en collaboration avec d’autres entreprises commerciales (par exemple avec la société Pearson).

L’influence de John Hattie s’étend désormais aussi dans le monde francophone, puisque ses travaux sont cités dans bon nombre d’articles universitaires. Le centre de transfert pour la réussite éducative au Québec a ainsi consacré un dossier aux recherches basées sur les données probantes en cette rentrée 2016 , qui lui réserve une large place.
Ces quelques illustrations permettent de comprendre combien ce qu’on peut appeler le phénomène Hattie est devenu en moins de dix ans un fait majeur dans la recherche en éducation au niveau international. Pourquoi ? Continuer la lecture de John Hattie et le Saint Graal de l’enseignement  

Des données pas si probantes que cela…

Nous ne sommes  spécialistes ni en méta-analyses ni en statistiques ou en enquêtes quantitatives. Néanmoins, certaines affirmations ou raccourcis surprenants repérés dans Visible Learning nous ont amenés à chercher dans les lectures et compte-rendus de l’ouvrage des éclairages concernant des aspects qui semblaient problématiques. Nous avons assez facilement découvert de nombreuses sources qui pointent des approximations voire de grossières erreurs qu’on ne s’attend pas à trouver dans un ouvrage qui bénéficie d’une telle aura scientifique. Il faudrait sans doute faire la part des inévitables controverses interprétatives, de la mauvaise foi et des vrais problèmes épistémologiques. En tout état de cause, ces questions là ne peuvent être passées sous silence.

Merci d’avance aux lecteurs qui voudront bien corriger et enrichir ce billet en réagissant.

Continuer la lecture de Des données pas si probantes que cela…