Archives de catégorie : En débat

Développer le(s) sens de l’autonomie à l’école … et à la maison ?

Après le lancement d’une première série d’articles sur les relations entre parents et école dans cette période particulière, l’équipe Veille & Analyses poursuit sa réflexion par une deuxième série d’articles s’intéressant aux élèves et aux conditions dans lesquelles ils et elles peuvent poursuivre leur travail personnel, actuellement hors la classe :

Entre télétravail et continuité pédagogique, de nombreux parents, enseignant.e.s et élèves éprouvent depuis un mois l’une des injonctions sociales majeures de notre époque : l’autonomie. Cette notion aussi ancienne que la réflexion sur l’éducation se présente à la fois comme une norme culturelle et une compétence professionnelle, une valeur démocratique et un idéal émancipateur (Freire, 1996). C’est aussi l’une des sources possibles de malentendus entre l’institution scolaire et les familles. Comment peut-on apprendre à être autonome ? Quelle place l’école occupe-t-elle dans ce processus ?

Continuer la lecture de Développer le(s) sens de l’autonomie à l’école … et à la maison ?

Jusqu’où peut-on apprendre sans les autres?

Notre 7e Edubref, ces condensés de recherches en éducation de 4 pages portant sur une thématique éducative, porte sur la coopération des élèves en classe. Il aborde la question de savoir si les élèves apprennent mieux à plusieurs. Les recherches en éducation, à travers plusieurs disciplines scientifiques, apportent un éclairage de quelques-uns des aspects du travail coopératif entre les élèves, mais le plus gros du travail reste à faire par l’enseignant.e. Comment prendre en compte ce qui influence les relations entre les élèves ? Comment les entrainer à coopérer ? Comment faire en sorte que les élèves, pour les activités coopératives, apprennent davantage en groupe que seul.e.s ?

Continuer la lecture de Jusqu’où peut-on apprendre sans les autres?

L’enseignement mutuel et son versant politique

Connaissez-vous le Dictionnaire de l’Éducation de Ferdinand Buisson ? Ou sinon les Entretiens Ferdinand Buisson créés par l’Institut français de l’Éducation en son honneur ? Avez-vous une idée de pont entre l’histoire de l’éducation et l’actualité éducative ?

Si vous ne savez pas répondre à ces questions, cet article est fait pour vous ! En préparant le prochain Edubref sur la coopération entre les élèves, à paraitre dans les prochaines semaines, j’ai (re)trouvé un épisode de l’émission Rue des écoles de France Culture : A la découverte de l’enseignement mutuel. On y décrit cette « pédagogie méconnue » des XVIIIe et XIXe siècles, qui organise un enseignement par groupes de niveau (et non par classe d’âge), dispensé par certains élèves appelés moniteurs, eux-mêmes cadrés par l’enseignant.e. Pourquoi cette pédagogie, qui semble révolutionnaire aujourd’hui, a-t-elle été remplacée en 1833 par l’enseignement simultané ou par classe d’âge ? Est-ce la raison pour laquelle la figure du maitre savant et seul détenteur du savoir s’est finalement imposée en France ?

Nous pourrions en rester là et regretter amèrement la décision du ministre de l’époque, Guizot, de choisir l’enseignement simultané, en imaginant un monde parallèle dans lequel l’École française serait un havre de paix où des élèves coopèreraient joyeusement… Mais c’est sans compter sur un acteur majeur de l’éducation, Ferdinand Buisson, qui a publié en 1911 son Dictionnaire de l’Éducation, et sur le rédacteur de l’article sur l’enseignement mutuel, Octave Gréard.

Continuer la lecture de L’enseignement mutuel et son versant politique

LPPR: avis de tempête sur l’enseignement supérieur et les revues scientifiques

Avant même sa présentation publique, la loi sur la programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), qui se fonde sur trois rapports remis à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche (ESR), fait des vagues au sein de la communauté universitaire française. Défendue par les un.e.s au nom de l’attractivité et de la compétitivité internationale (par le président-directeur général du CNRS ou un professeur de médecine), décriée par d’autres pour la précarisation, les inégalités accrues et un affaiblissement du service public de la recherche (en particulier pour les femmes  et les jeunes chercheur.ses), la loi risque en tout cas de modifier l’organisation de l’enseignement supérieur et de la recherche en France – même si le principe de la concurrence n’est pas nouveau, comme le montre cette mise en perspective historique de Jérôme Aust (voir aussi ce dossier).

Depuis le mois de décembre, articulé à la contestation contre la réforme des retraites, le mouvement contre la LPPR s’organise par différentes modalités au sein de l’ESR. Ainsi, de nombreux laboratoires de recherche, y compris en éducation, ont voté des motions et organisent des manifestations variées, par exemple le cycle de conférences sur l’ESR du Laboratoire de l’Education – LLE à l’ENS de Lyon. Différentes sections du Conseil national des universités  – l’instance collégiale qui encadre les recrutements et carrières des enseignant.es-chercheur.ses – ont également pris position, dont la section 70 (sciences de l’éducation et de la formation).

Plus de 120 revues scientifiques d’orientations théoriques et empiriques diverses, notamment issues des sciences humaines et sociales (liste à jour, compte twitter), se sont également jointes au mouvement et se sont déclarées en lutte – côté éducation, on note la présence des Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs et de Cliopsy. À partir d’une analyse de ce mouvement, le sociologue Anthony Pecqueux ouvre la « boîte noire » du fonctionnement des revues et de leur modèle économique et en situe les enjeux à court et à long terme: fonctionnement collégial des comités de rédaction, activité de relecture et d’évaluation des articles par les pairs (couteuse en temps mais élément constitutif de l’appartenance à et de la reconnaissance dans une communauté scientifique), rôle central des métiers invisibles (édition numérique, graphisme, secrétariat d’édition, etc.)…

Pour prendre du recul sur cette thématique et voir comment la LPPR s’inscrit dans les réformes de l’enseignement supérieur des dernières décennies, nous vous conseillons de lire l’Edubref de Laure Endrizzi sur « 1968-2018: 50 ans de réforme à l’université ».

Comment l’école à la maison reconfigure le travail des professionnels de l’École

L’« instruction dans la famille », pour reprendre le terme officiel utilisé dans un décret de 2016 et une circulaire de 2017, qui en rappellent le caractère légal et en précisent les modalités, a fait en 2018 l’objet d’un rapport européen. Ce qui peut apparaitre comme un oxymore sous différentes appellations (homeschooling, home education, instruction à domicile, enseignement à la maison, apprentissage en famille, …), est aussi un sujet de recherche émergent en France, comme en témoignent par exemple un séminaire porté par l’université de Cergy-Pontoise depuis 2015 et des publications récentes (Bongrand, 2019 ; Wagnon, 2020). Continuer la lecture de Comment l’école à la maison reconfigure le travail des professionnels de l’École

L’Institut français de l’Éducation recrute à la rentrée 2020

C’est pas moins de 6 postes d’enseignant.e.s détaché.e.s (ou chargé.e.s d’étude) qui sont ouverts à l’IFE pour la rentrée 2020, dans les 3 nouveaux pôles qui structurent l’institut depuis décembre 2019 :

  • 1 poste pour la responsabilité du pôle Médiation & Expertise dont l’équipe Veille & Analyses fait désormais partie, ainsi que la webradio Kadékol et la diffusion des pratiques numériques innovantes ;
  • 2 postes pour la responsabilité du pôle Incubation/interface et la contribution aux recherches collaboratives dans le cadre des LéA (Lieux d’éducation associés) ;
  • 3 postes pour  le pôle formation, dont 2 pour le Centre Alain Savary qui fait désormais partie de ce pôle.

Ces candidatures s’adressent à des personnels du premier ou second degré (professeur.e des écoles, certifié.e, agrégé.e, CPE, inspecteur.rice.s, chef.fe.s d’établisssement…) selon des profils variés en fonction des postes proposés.

Une implication dans des projets de recherche portant sur « Les professions éducatives et territoires », « Enseigner dans le supérieur » ou « Apprentissage et didactiques » sera éventuellement demandée aux candidat.e.s, pour permettre la diffusion de ces recherches notamment auprès des enseignant.e.s et des formateur.rice.s.

En 2021, des changements structurels à l’intérieur de l’Université de Lyon rapprocheront l’IFE des autres acteurs et actrices de l’enseignement supérieur de la région, comme par exemple l’INSPE de l’académie de Lyon,  le laboratoire de recherche ECP,  le département de sciences de l’éducation de l’université Jean-Monnet de St-Etienne, les STAPS de l’université Lyon 1 et de St-Etienne.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur les recherches en éducation et faire de la médiation entre mondes universitaires et mondes scolaires et éducatifs, n’hésitez plus, vous avez jusqu’au 5 février pour postuler.

 

Pour plus d’informations :

http://www.ens-lyon.fr/lecole/travailler-lens/recrutement-et-offres-demploi/autres-postes-denseignants-et-de-chercheurs

Retour sur la réforme du collège de 2016 : une note de recherche issue du projet CROSSCUT

Les EPI, ces enseignements pratiques interdisciplinaires mis en place lors de la réforme du collège de 2016, avaient fait couler beaucoup d’encre à l’époque, mais ont été en partie abandonnés dès la rentrée 2017, à la faveur d’un changement ministériel. Que peut-on dire aujourd’hui de ce dispositif ? de l’interdisciplinarité ? de l’enseignement transversal, qui s’inscrit dans des horaires particuliers et doit être pris en charge en croisant les matières ?

C’est à toutes ces questions et bien d’autres que le projet CROSSCUT « Cross-curricular Teaching » a cherché à répondre en 2016, lors d’une enquête réalisée dans 6 pays européens, dont la France. Nous avons régulièrement fait part des résultats du projet et de son déroulement dans plusieurs articles de ce blog :

Il s’agit ici du dernier article qui présente une note de recherche (ré-)exploitant, à 3 ans d’intervalle, les résultats du volet français de l’enquête réalisée dans le projet CROSSCUT en 2016-2017. Trois ans, c’est une éternité en éducation puisque beaucoup d’éléments de la réforme du collège ont été adaptés ou supprimés dès la rentrée 2017, un an à peine après la mise en place de la réforme, et qu’un changement de programmes de collège s’annonce pour la rentrée 2020, pour les adapter aux nouveaux programmes de lycée.

Continuer la lecture de Retour sur la réforme du collège de 2016 : une note de recherche issue du projet CROSSCUT

La parole des élèves : quelles perspectives pour l’éducation ?

La célébration des 30 ans de l’entrée en vigueur de la convention internationale des droits de l’enfant lors de la journée internationale des droits de l’enfant, le 20 novembre dernier, a suivi de peu la conférence annuelle du réseau européen en éducation Cidree, qui a été organisée par le National Education Institute Slovenia le 14 novembre dernier. Cet événement accompagne la publication de l’ouvrage thématique annuel publié par les membres du Cidree, qui porte opportunément en 2019 sur le thème Student Voice in Education. Continuer la lecture de La parole des élèves : quelles perspectives pour l’éducation ?

Éducation et territoires : retour sur les 8èmes Entretiens Ferdinand Buisson

Les huitièmes Entretiens Ferdinand Buisson ont eu lieu ce mercredi 6 novembre 2019 à la bibliothèque Diderot de Lyon. La discussion a porté sur la question « Éducation et territoires : compenser les inégalités ou s’adapter à la diversité ? », une thématique particulièrement d’actualité au lendemain de la remise du rapport de la mission « Territoires et réussite » au ministre de l’éducation nationale, et un an seulement après la mise en ligne du dossier du Cnesco consacré aux inégalités territoriales. Continuer la lecture de Éducation et territoires : retour sur les 8èmes Entretiens Ferdinand Buisson

Apprendre à lire et mobiliser les recherches en éducation : regards internationaux sur la formation initiale

Depuis la mastérisation de la formation initiale des enseignant.e.s en 2013 , (se) former à et par la recherche en éducation fait partie des nombreuses préoccupations des étudiant.e.s-stagiaires et de leurs formateurs et formatrices. Cette exigence institutionnelle et intellectuelle passe notamment par la fréquentation d’un séminaire de recherche et de l’écriture d’un mémoire sous la supervision d’un.e enseignant.e-chercheur.se, qui constitue un premier « engagement dans la recherche » (engagement in research ; Borg, 2010). Continuer la lecture de Apprendre à lire et mobiliser les recherches en éducation : regards internationaux sur la formation initiale