Archives de catégorie : En débat

Des veilleuses dans la nuit

Mon métier de veilleuse ne peut faire fi de l’actualité, une semaine après l’attentat perpétré sur Samuel Paty et qui a plongé l’éducation à la fois dans l’obscurité et sous le feu des projecteurs. Publier un Dossier de veille ou même un article de blog dans ces circonstances soulève plusieurs questions.

Notre métier est-il de regarder les recherches sous l’angle des pratiques enseignantes ? Quel.le enseignant.e a le temps de chercher les sources universitaires qui pourraient répondre à ses questions au quotidien ? Ces sources de recherche en éducation sont parfois trop abondantes, parfois très rares, mais toujours dispersées dans de nombreuses disciplines universitaires, parce qu’il en faut des points de vue différents pour appréhender les liens si particuliers en France entre l’école et la République, entre le ministère et les établissements ancrés dans leur environnement, pour comprendre pourquoi l’école est vue sans contradiction à la fois comme un sanctuaire et un espace de co-éducation, et au final pour aborder n’importe quelle thématique éducative. La seule tâche de présenter une à une chaque recherche et de la resituer dans son contexte disciplinaire est immense.

Notre métier est-il au contraire, comme on peut parfois le lire, d’éclairer les pratiques enseignantes par les recherches ?  Avec notre faible lumière de veilleuse, on trouvera certainement, en cherchant dans toutes les disciplines, plusieurs sources universitaires précisant un aspect de la question que l’on veut traiter : par exemple, de la linguistique pour mieux analyser chaque prise de parole d’un.e élève dans un groupe de travail en classe, ou de la psychologie pour comprendre l’impact de l’estime de soi dans l’implication d’un.e élève dans ce groupe. Mais, même si elles sont plusieurs centaines sur ces questions, ces sources ne suffisent pas pour dire à coup sûr et dans tous les contextes combien les enseignant.e.s doivent prévoir d’élèves par groupe. Nous ne pouvons donc donner des solutions clés-en-main aux enseignant.e.s, et négliger ainsi leurs savoirs d’expérience.

Continuer la lecture de Des veilleuses dans la nuit

La LPR : vers une individualisation des carrières scientifiques ?

L’AECSE (association des chercheurs en sciences de l’éducation), comme d’autres collectifs d’enseignants-chercheurs, notamment en sciences humaines et sociales, manifeste une certaine inquiétude devant les dispositions de la nouvelle loi « recherche ». Cette loi, initialement nommée LPPR (loi de programmation pluriannuelle de la recherche), devenue LPR 2021-2030, a été débattue en procédure accélérée et adoptée à l’Assemblée nationale en première lecture le 23 septembre dernier, sans que des modifications majeures y soient apportées (elle doit donc maintenant être examinée par le Sénat et revenir en seconde lecture à l’Assemblée nationale).

Dans une rencontre organisée sous forme de webinaire le samedi 3 octobre 2020, l’AECSE souhaitait faire le point sur les conséquences de cette loi, susceptible de modifier profondément les modes de recrutement et les conditions de travail des enseignants-chercheurs, en particulier les modes de financement de la recherche.

Cette loi est-elle juste une loi de plus ou bien implique-t-elle des changements structurels ? Est-elle en rupture avec les politiques publiques menées en France depuis une vingtaine d’années, ou bien s’inscrit-elle dans une certaine continuité ?
Cet article rend compte de la grille de lecture proposée par Christine Musselin (Centre de Sociologie des Organisations, Sciences Po-CNRS), première intervenante de ce webinaire.

Selon elle, le tournant date des années 2000-2005, avec l’introduction des notions de performance et de compétition entre les établissements d’enseignement supérieur, reléguant la préservation d’une certaine équivalence hexagonale. Les réformes engagées depuis cette période s’articulent autour de trois mouvements majeurs qui portent les germes de la LPR :

1/ rendre les établissements plus autonomes :
avec la LRU de 2007 et ses « responsabilités et compétences élargies » les rendant gestionnaires de leur masse salariale et donnant aux présidents une autonomie de décision inédite, mais aussi avec l’ordonnance de décembre 2018 autorisant pour la première fois les établissements à expérimenter de nouvelles formes statutaires.

2/ soutenir, voire organiser la mise en compétition des établissements :
avec le développement de dispositifs de sélection via des appels à projets (RTRA, Campus, Licence, PRES, PIA) et de dispositifs d’évaluation (politiques contractuelles, AERES puis HCERES…), tant de la part du MESRI que des opérateurs privés (data sur les publications scientifiques, rankers…), contribuant à faire des établissements des compétiteurs

3/ favoriser des reconfigurations permettant de décloisonner universités, grandes écoles et organismes de recherche :
avec les regroupements volontaires au sein des PRES, qui ont pris un caractère obligatoire avec la Loi ESR de 2013, débouchant potentiellement sur des fusions d’établissements, donnant naissance à des « Université » majuscule, sans « s »

Continuer la lecture de La LPR : vers une individualisation des carrières scientifiques ?

Des outils pour lire et comprendre les recherches en éducation

Qu’est-ce qui fait la spécificité du regard didactique sur ce qui se passe en classe ? Comment travaillent les sociologues ? Quelle forme prend la validation des résultats de recherche en psychologie cognitive ou en histoire de l’éducation ? D’où viennent et que recouvrent les expressions « forme scolaire » ou encore « enseignement explicite » ? Ces questions que se posent de temps à autres les enseignant.e.s, les formateurs.trices ou les personnels d’encadrement interrogent les implicites des chercheurs.ses et les règles des différentes communautés scientifiques qui contribuent à produire des connaissances sur les systèmes éducatifs, l’enseignement et les apprentissages. Continuer la lecture de Des outils pour lire et comprendre les recherches en éducation

Le bâti et la santé scolaires n’ont-ils plus besoin d’être observés ?

C’est en tout cas ce qui transparait dans le compte rendu de la séance du 28 septembre 2020 à l’Assemblée nationale, qui avait notamment pour objet de voter la suppression de l’Observatoire national de la sécurité et de l’accessibilité des établissements d’enseignement, au nom du choc de simplification dans la fonction publique. Autant arrêter le suspens tout de suite : sa suppression a bel et bien été votée.

Si vous n’êtes pas personnel de direction d’école ou d’établissement, que vous ne travaillez pas pour les directions d’éducation des collectivités locales, vous n’avez peut-être pas entendu parler de cet observatoire. Il a été créé en 1995 pour « étudier l’état des bâtiments et des équipements, évaluer les conditions de sécurité, d’hygiène, d’accessibilité et de mise en sûreté en cas de risque majeur » et fonctionne comme une instance indépendante. Il rassemble et fédère tous les établissements scolaires, enseignements publics et privés, les collectivités territoriales, les agents de terrain mais aussi les experts extérieurs comme les pompiers.

L’Observatoire publie des documents variés, outre ses rapports annuels : des fiches pratiques de prévention,  comme « Réduire les accidents dans la cour de récréation » , fiche destinée au premier degré, rassemblées par exemple pour le second degré dans un vade-mecum, mais également des conseils sur les actions à mener lors du désamiantage des bâtiments. Au-delà de la question du bâti, se pose évidemment la question de la santé et du bien-être des élèves, directement liés à leur environnement quotidien, comme le montre le rapport révélant les mauvaises conditions d’hygiène dans les sanitaires des écoles élémentaires (on peut relire utilement sur ce thème le Dossier de veille Que fait le corps à l’école ? de ma collègue Marie Gaussel).

Continuer la lecture de Le bâti et la santé scolaires n’ont-ils plus besoin d’être observés ?

Quelle formation pour les enseignant.e.s de demain ?

Le Cnesco a lancé en juin une enquête sur la formation continue des personnels éducatifs (enseignant.e du premier degré, directeur.trice d’école, enseigant.e du second degré ou CPE, personnel de direction), des secteurs publics et privés. Les questions portent sur le parcours de formation (accès à l’offre, modalités d’inscription, organisation des temps de formation, suivi post-formation…).

L’enquête est relancée du 21 septembre au 4 octobre 2020 et les résultats alimenteront la conférence de comparaisons internationales qui se déroulera du 16 au 20 novembre 2020. Participer et faire participer à ces enquêtes, c’est enrichir les ressources produites par le Cnesco à partir desquelles seront construites des préconisations pour l’amélioration de la formation initiale à partir de vos préoccupations.

Pour répondre à l’enquête, cliquez ici.

Pour la survie des Cahiers Pédagogiques

Cet appel vise à alerter sur la situation du CRAP-Cahiers Pédagogiques. Ce mouvement et la revue qu’il publie sont confrontés à des difficultés importantes. Le meilleur moyen de les aider est de s’abonner (ou faire abonner son établissement ou sa structure) ou adhérer. 

Tout se trouve ici : http://www.cahiers-pedagogiques.com/Soutenir-les-Cahiers-12734

Cliquez ici pour lire la tribune signée par une soixantaine de personnalités pour soutenir les Cahiers Pédagogiques 

Le premier numéro des Cahiers pédagogiques date de décembre 1945. Depuis, quasiment chaque mois, la revue publie des articles d’horizons divers, des dossiers approfondis sur les grands thèmes de l’éducation, qui constituent un précieux outil de formation et d’interface entre le monde de la recherche et les acteurs de terrain de l’éducation. Reposant essentiellement sur le bénévolat, elle a permis de diffuser de nombreuses pratiques et expériences pédagogiques, innovantes ou non, mais toujours sans dogmatisme, avec cependant le souci constant de contribuer au développement d’une école plus juste et plus efficace. En considérant les collectifs d’enseignants non comme des exécutants mais comme des concepteurs, pour reprendre le titre d’un dossier récent.

Depuis des années, elle a adopté le virage numérique, et la revue papier est complétée par des publications sur le site, qui permettent tout autant de suivre l’actualité éducative que de constituer une mémoire de la pédagogie (avec par exemple un dossier récent sur la pédagogie différenciée). Le site propose de nombreuses ressources, permet des témoignages sur le vif, comme cela a été le cas pendant la crise sanitaire récente.. Des thématiques aussi essentielles que l’éducation à la transition écologique ou l’enseignement à distance sont traitées et devraient l’être encore davantage dans les prochains mois.

Continuer la lecture de Pour la survie des Cahiers Pédagogiques

La rentrée des colloques : quels savoirs entre recherche, pratiques et formation ?

Organisé par la HEP Béjune (Haute Ecole Pédagogique des cantons de Berne, du Jura et de Neuchâtel), le colloque annuel de la Société suisse pour la recherche en éducation (SSRE) s’est déroulé en ligne du 31 août au 2 septembre dernier. Des conférences plénières, des symposiums et des tables rondes ont permis à plusieurs centaines de participants de réfléchir aux « savoirs au carrefour de la recherche, des pratiques et de la formation ». Les interventions auxquelles ont permis de (re)poser la question de la nature des savoirs en éducation, de leur production collective et des acteurs, des espaces et des enjeux de leur circulation. Bref, que c’était la rentrée pour l’équipe Veille & Analyses ! Continuer la lecture de La rentrée des colloques : quels savoirs entre recherche, pratiques et formation ?

Apprendre sans la classe : la difficulté du télétravail scolaire pour les élèves

 

Cet article est paru dans Le Monde du 30 juin 2020.

La crise actuelle due au coronavirus a interrogé la manière de travailler et d’apprendre des élèves : pendant près de trois mois, enseignant.e.s et parents ont pu éprouver comment, dans le transfert de l’école à la maison, le travail personnel de l’élève peut s’organiser sans le support de la classe. D’après plusieurs enquêtes (par exemple dans l’académie de Montpellier), ce transfert a souvent conduit à un désengagement, voire à un « décrochage » de la part des élèves, comparable aux difficultés des adultes en télétravail.

Cette problématique du travail personnel de l’élève, alimentée par des recherches en éducation antérieures à la crise que venons de nous traverser, est depuis longtemps au cœur de l’école. Mais elle acquiert aujourd’hui une visibilité et un intérêt nouveaux, non limités au seul cas des élèves en difficulté, à l’heure où beaucoup de jeunes ont retrouvé le chemin de l’école, et où l’hypothèse de devoir à l’avenir refaire « l’école à la maison » ne paraît pas irréaliste.

Pour qualifier la continuité des apprentissages entre les devoirs à la maison et le travail en classe, les chercheur.se.s en éducation parlent de « travail personnel de l’élève » : soit «l’ensemble des processus mobilisés de façon autonome et personnelle par l’élève pour s’approprier les objets d’enseignement (connaissances et compétences) », résumait Rémi Thibert en 2016. Ce travail personnel suppose un minimum d’engagement des élèves dans les apprentissages. Celui-ci peut être soutenu et accompagné dans différents contextes : en classe par les enseignant.e.s, via différentes stratégies didactiques, psychologiques, pédagogiques… ; dans les dispositifs d’aide et d’accompagnement à l’école (comme les activités pédagogiques complémentaires en primaire, l’accompagnement personnalisé dans le secondaire, le programme « Devoirs faits » au collège) et hors l’école par des intervenant.e.s divers ; et enfin à la maison par les parents, lors des devoirs.

Éducation à l’autonomie

Continuer la lecture de Apprendre sans la classe : la difficulté du télétravail scolaire pour les élèves

Effets du confinement sur l’activité des enseignant.e.s : premiers résultats de l’enquête IFÉ

L’institut français de l’Éducation (ENS de Lyon) a lancé une enquête à destination des enseignant.e.s et professionnel.le.s de l’éducation, de la maternelle au supérieur lors de la récente période de confinement qui a amené l’ensemble des acteurs de l’enseignement à une reconfiguration rapide et a priori très significative de leur activité professionnelle.

Cette enquête qui s’inscrit dans le cadre de recherches articulant approches qualitative et quantitative avait pour objectif de comprendre les effets de court terme mais également de moyen-long terme de l’enseignement à distance mis en œuvre en contexte de confinement sur les activités de l’enseignement et de l’appui aux enseignants.

Vous pouvez consulter ici les premiers résultats de cette enquête.

 

Accrocher, décrocher, raccrocher : des épreuves pour les élèves et les professionnels

Le décrochage scolaire n’a pas attendu la mise en avant politique et médiatique, ces derniers mois, d’un nombre – incertain – d’élèves confiné.e.s qui ont plus fait, en partie contre leur gré, « l’école buissonnière » à domicile que « la classe à la maison » pour se trouver au centre de la réflexion et de l’action éducatives. La mise en œuvre de politiques volontaristes de lutte contre le décrochage scolaire aux échelles européenne et nationale depuis 2009, la conférence de comparaison internationale du Cnesco sur ce thème en 2017 et la dizaine de numéros thématiques de revues françaises et francophones de recherche en éducation parus au cours des cinq dernières années en témoignent. Avec un taux de sorties précoces du système éducatif de 8,7 % (L’Europe de l’éducation en chiffres, 2020), la France fait aujourd’hui figure de bonne élève de l’Union européenne dans ce domaine. Mais au-delà des indicateurs statistiques et des usages les plus contemporains du terme, quelles réalités et quels processus pédagogiques de longue haleine la notion de décrochage scolaire recouvre-t-elle ? Quels sont les défis que rencontrent au quotidien les professionnels chargés de mettre en œuvre les politiques qui visent à lutter contre ce phénomène ? Continuer la lecture de Accrocher, décrocher, raccrocher : des épreuves pour les élèves et les professionnels