Archives pour la catégorie En débat

1 prof pour 12 élèves ou 2 profs pour 25 élèves : qu’est-ce que ça change ?

A l’heure où les enseignant.e.s de primaire, directement concerné.e.s par la mise en place éventuelle de la mesure « 12 élèves par classe de CP et de CE1 en REP+ » annoncée à la rentrée 2017, manifestent leur crainte de la suppression du dispositif Plus de maitres.ses que de classes, voici ce qu’on peut tirer de certaines recherches en éducation, à travers une approche un peu décalée : comment les enseignant.e.s accompagnent au mieux l’apprentissage de leurs élèves ?

C’est en effet la prochaine thématique du Dossier de veille que je prépare actuellement, et les points de convergence avec le sujet ne manquent pas. La réduction du nombre d’élèves par classe vise à améliorer leurs conditions d’apprentissage en vue d’une meilleure réussite. Au cœur de cette réussite se trouve notamment la relation entre enseignant.e.s et élèves et la manière dont ces enseignant.e.s s’y prennent pour anticiper leurs difficultés et les accompagner au plus près dans leurs apprentissages.

On apprend dans la littérature de recherche sur ce sujet plusieurs choses intéressantes. Des analyses historiques montrent que l’enseignement français s’est construit sur le fait que les élèves ont un niveau homogène : on comprend ainsi l’importance donnée à la préparation des cours par les enseignants français et les différences culturelles qui peuvent exister dans d’autres pays, davantage enclins à utiliser la différenciation pédagogique. D’autres analyses se situent au niveau des pratiques enseignantes face à la difficulté scolaire, et montrent que cette question touche aux représentations des enseignants. Patrick Rayou met ainsi en évidence 3 raisons « pour lesquelles l’enseignant ne peut se saisir pleinement du processus intellectuel de l’élève pour comprendre comment celui-ci se situe dans le processus d’apprentissage, comment il travaille et comment il peut l’aider » :

  • « Dans la représentation de certains enseignants, le temps consacré en amont de la séance à la préparation et à l’analyse a priori de ce qui va se passer d’un point de vue didactique est un garant de la réussite de la séance.
  • Pendant la séance, au cours de la tâche, l’enseignant va rarement se consacrer à l’analyse diagnostique en temps réel du processus d’apprentissage chez l’élève pour renommer l’activité.
  • La division du travail éducatif, telle qu’elle est organisée actuellement dans le système éducatif français, tend à dessaisir l’enseignant du suivi du processus d’apprentissage dans sa continuité, puisque différents acteurs interviennent, notamment au moment de l’appropriation des notions (travail personnel en dehors de la classe). »

On le voit, l’évaluation diagnostique des élèves semble particulièrement difficile à réaliser pour un.e enseignant.e seul.e, alors qu’un travail collectif entre enseignant.e.s parait à même de faire évoluer les représentations. Ces représentations sont tellement ancrées que, pour Félix et al. (2012), les enseignant.e.s n’ont d’autre choix que de faire appel à leur expérience personnelle lorsqu’ils ou elles aident leurs élèves, et non plus à leur registre professionnel : « C’est parce que l’activité d’enseignement est contrariée que les professeurs recourent à des significations sociales familières qui leur permettent d’agir et d’éviter de se retrouver en situation de crise face aux élèves, mais avec en contrepartie le sentiment de « mal faire son travail » d’enseignant. Ce sentiment provient d’une dissociation dans le travail d’aide dans lequel l’enseignant n’a pas à enseigner mais à devenir un « travailleur sur autrui », dans le sens de Dubet (1999), à savoir mettre autrui (l’élève) au travail sur lui-même, affranchi des conditions de l’étude. »

Le dispositif « Plus de maitres.ses que de classes », qui s’applique du CP au CM2, consiste à affecter un.e enseignant.e surnuméraire à une ou plusieurs écoles pour intervenir ponctuellement auprès de certaines classes choisies pour un temps donné par toute l’équipe pédagogique de l’école en fonction des besoins exprimés par les enseignant.e.s.  Un des effets de ce dispositif a été justement de montrer les liens et les tensions à l’œuvre dans les relations qui se créent entre les enseignant.e.s et leurs collègues surnuméraires. Cela a notamment conduit les équipes pédagogiques des écoles concernées à se regrouper pour réfléchir à la manière de mutualiser les outils de diagnostic par exemple, ou d’organiser autrement les regroupements d’élèves selon leurs besoins. Au niveau académique, des ressources sont parues (notamment des évaluations diagnostiques pour les élèves de CP et CE1), utilisables pour tous les enseignant.e.s de primaire, comme dans l’académie de la Réunion.

Une réflexion que l’on peut faire sur les articles qui paraissent au sujet de la proposition présidentielle concerne en outre l’évaluation des effets des mesures envisagées : LA recherche en éducation montrerait que telle mesure est efficace et telle autre non (voir à ce sujet les articles de ce blog sur les méta-analyses en éducation), en l’occurrence que la réduction du nombre d’élèves par classe serait forcément bénéfique pour la réussite des élèves. Dans l’article « Politique éducative d’Emmanuel Macron : ce que peut en dire la recherche » par exemple, on peut lire : « la réduction de la taille des classes en primaire [est] une politique éducative qui a été étudiée de façon extensive et sur laquelle on dispose de résultats solides et univoques. Quelle que ce soit la méthode d’analyse adoptée (randomisation ou quasi-expérimentale), ou le contexte (aux États-Unis comme en France), les résultats sont clairs : la réduction de la taille des classes en primaire a des effets positifs importants sur les élèves socialement défavorisés, que ce soit à court ou à long terme. »

Mais ici particulièrement, les résultats ne sont pas aussi clairs ! Si on regarde en détail, les études citées montrent bien des effets calculés significatifs en primaire, mais précisent que les résultats ne prennent pas en compte en détail une éventuelle modification des pratiques enseignantes : « la recherche en science de l’éducation fait parfois l’hypothèse que seules d’importantes modifications des pratiques, résultants de dispositifs explicites d’accompagnement des enseignants par des instances pédagogiques appropriées lors des réductions de tailles de classes, peuvent permettre aux enseignants et aux enfants de tirer parti de classes plus petites. » (Piketty & Valdenaire, 2006)

Vérifier cette hypothèse, c’est bien ce que le dispositif « Plus de maitres.ses que de classe » cherche à faire, en se basant non sur une diminution du nombre d’élèves par classe, mais sur l’idée d’augmenter le nombre d’enseignant.e.s par école, et c’est pourquoi a été mis en place un Comité national de suivi de ce dispositif. Les 6 rapports et les nombreux articles de recherche qui sont parus depuis sa mise en œuvre en 2012 (voir ci-dessous) indiquent que l’évaluation est toujours en cours, comme en témoigne la synthèse de notre collègue Patrick Picard du Centre Alain-Savary. Cette évaluation concerne trois aspects : l’étude des transformations en profondeur des pratiques enseignantes dans la classe, la modification de l’organisation de travail des enseignants, impactant le niveau de l’établissement (voire de la circonscription), et bien entendu la difficile évaluation des effets de ce dispositif sur la réussite des élèves (non réductible à leurs seuls résultats à des tests nationaux, comme c’est souvent le cas aux États-Unis).

Le temps de formation et d’appropriation de ce nouveau dispositif est également un facteur important, même s’il peut paraitre incompatible avec le temps politique. A l’échelle des pratiques enseignantes, ce dispositif est tout jeune mais prometteur puisqu’il a été reconduit et amélioré depuis sa mise en œuvre. Il mérite donc de ne pas être rayé d’un coup de plume, au moins au niveau des résultats qu’il a montrés : si réduction de la taille des classes il y a, elle doit aller de pair avec un accompagnement des pratiques enseignantes dans chaque école, et la dimension collective de la réflexion sur la réussite des élèves doit forcément être un axe majeur de ce dispositif.

Pour aller plus loin

 

 

La parole à l’école

Dans un monde où l’écrit est roi, la parole semble délaissée. Et pourtant, on sent à la lecture des programmes scolaires une prise de conscience de plus en plus importante de la place de l’apprentissage de l’oral à l’école. L’écrit ne peut être le seul axe central face aux nombreuses évolutions communicationnelles d’une société moderne. La construction du langage en tant que savoir disciplinaire devient un enjeu scolaire placé au cœur des apprentissages. L’oral doit être enseigné parce qu’il relève de compétences spécifiques qui ne s’acquièrent pas spontanément lors du développement du langage de l’enfant. Mais les questions à propos de son enseignement et de son évaluation sont vastes et ne trouvent pas toujours écho dans les recherches et dans les instructions officielles.  Pourtant, les situations d’utilisation du langage à l’école nous amènent à aborder l’oral sous de nombreux angles : l’oral comme moyen d’expression (développement personnel, construction de soi),  d’apprentissage ( structurer les champs conceptuels ) et  d’enseignement (transmettre les informations, gérer la classe), mais aussi l’oral comme objet d’apprentissage (maitriser les genres oraux, apprendre à communiquer) et d’enseignement (travailler la verbalisation, l’interaction). Toutes ces dimensions du langage parlé à l’école ont amorcé dans les années 1990 une réflexion scientifique et didactique sur la façon dont pouvait être enseigné l’oral et comment il pouvait trouver sa place dans les apprentissages. C’est face à ces interrogations, et parce que les enjeux liés à la maitrise du langage nous semblent primordiales, que nous avons souhaité aborder ce sujet dans notre Dossier de veille n°117.

Gaussel Marie (2027). Je parle, tu dis, nous écoutons : apprendre avec l’oral. Dossier de veille de l’IFÉ, n°117, avril. Lyon : ENS de Lyon.

 

L’autonomie des établissements en débat

La France est connue pour son système éducatif historiquement très centralisé. Cette caractéristique est souvent accusée d’être un frein aux initiatives, à l’adaptation des écoles à leurs publics et à leurs contextes. L’argument est d’autant plus convaincant quand des indicateurs nationaux ou internationaux soulignent combien le système scolaire français est marqué par les disparités scolaires et sociales. A quoi bon des règles rigides et uniformes si c’est pour accoucher de fortes inégalités ?

D’autres voix se font en revanche entendre contre une libéralisation qui aboutirait à redoubler ces inégalités, en favorisant la mise en place de marchés scolaires. Concurrence et ségrégation accrues seraient alors les effets essentiels d’une plus grande autonomie.

Les études disponibles, en France et au niveau international, soulignent que ce débat est souvent mené à partir des catégories assez grossières, sans prendre en compte les différents niveaux de signification possible des termes employés. L’autonomie a par exemple des effets contrastés selon que l’on évoque l’autonomie administrative ou l’autonomie pédagogique. Elle peut recouvrir des phénomènes largement différents selon qu’il s’agit de permettre aux établissements de recruter librement leurs élèves, de gérer leurs personnels, de  construire leurs programmes ou d’organiser leurs projets pédagogiques. Ce débat ignore aussi bien souvent ce que  les acteurs et les parties prenantes de l’éducation font concrètement de leurs espaces d’autonomie. Enseignants, responsables d’établissements ou parents peuvent tous trouver des raisons variées de vouloir plus ou moins d’autonomie, raisons qu’il s’agit d’abord de comprendre avant d’en discuter la légitimité.

Pour y voir plus clair, la quatrième édition des Entretiens Ferdinand Buisson a donc mobilisé les contributions d’une chercheuse suisse, Laetitia Progin, d’un chercheur belge, Hugues Draelants, et d’une équipe  d’un collège de Villeurbanne (agglomération de Lyon) représentée par deux enseignants, Rémi Voisin et Éric Eberlin, ainsi que par  la principale de l’établissement, Dominique Didier-Viforel. Ces Entretiens seront animés par Hélène Buisson-Fenet et Olivier Rey.

La conférence visera à encourager la réflexion à partir de cas précis, issus d’études ou d’expériences personnelles, où certaines dimensions de l’autonomie sont directement impliquées. Chaque participant a été sollicité pour être porteur de réflexions ou d’expériences qui éclairent ce que peut signifier l’autonomie en contexte d’établissement, avec ses apports et ses limites éventuelles. Il s’agira ensuite, à partir de ces constats, d’identifier dans quelle mesure  l’autonomie des établissements peut faciliter le travail pédagogique des enseignants, pour la réussite éducative de leurs élèves.

La conférence aura lieu le mardi 23 mai 2017 à 18 heures, à l’Institut français de l’Éducation, bâtiment « Buisson » (D8) de l’ENS de Lyon, 19 allée de Fontenay, à Lyon (69007).

Inscription : https://www.weezevent.com/l-autonomie-de-l-etablissement-avec-ou-contre-les-enseignants 

 

 

Comprendre les mutations de l’École

Tel est l’objectif du Magazine de l’éducation, édité par la plate-forme TECHEDULAB, du laboratoire EMA- École, Mutations, Apprentissages (université de Cergy-Pontoise) et dont le numéro zéro vient d’être mise en ligne.

Ce numéro s’intéresse aux programmes des candidats à l’élection présidentielle. Les rédacteurs ont notamment synthétisé les choix politiques par des graphiques en toile d’araignée (ou radar). Continuer la lecture de Comprendre les mutations de l’École 

Reviens Humboldt ! Ils sont devenus fous !

Les coïncidences sont parfois heureuses… à l’heure où C. Musselin publie un nouveau livre sur la course aux standards internationaux, l’IFÉ remet au ministre son rapport sur la transformation des universités et publie son dernier dossier de veille sur la profession académique… trois publications qui entrent en résonance les unes avec les autres pour offrir un panorama sans concession de l’enseignement supérieur français aujourd’hui… Continuer la lecture de Reviens Humboldt ! Ils sont devenus fous ! 

Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ?

L’Institut français de l’Éducation (IFÉ) organise une série de séminaires internationaux sur le thème général : Approches internationales et pluridisciplinaires des enjeux de la recherche collaborative en éducation. Dans le cadre de ce thème, il y aura un séminaire d’une journée sur le thème plus spécifique de la mobilisation et de l’utilisation de la recherche (comment la recherche se déplace dans la pratique éducative et comment elle est utilisée).

L’un des points forts de la plupart des débats internationaux sur la formation des enseignant.e.s est la nécessité de les sensibiliser aux contributions de la recherche sur les questions d’éducation. Il est donc stratégique d’avoir une recherche solide et bien structurée sur l’éducation qui soit en mesure de fournir aux praticiens et aux décideurs politiques des informations sur les questions d’éducation essentielles. Il est tout autant nécessaire de réfléchir à l’articulation entre la recherche, les points de vue des praticien.ne.s et les conditions d’une appropriation réelle des résultats de la recherche. Il s’agit non seulement d’une information ou d’une formation, mais aussi du développement de modalités de recherche spécifiques, faisant passer les praticien.ne.s de la seule position d’interprète à celle de co-concepteurs, dans l’esprit d’une véritable recherche collaborative. Malgré les nombreuses incitations institutionnelles et l’intérêt grandissant des politiques pour les résultats probants et les bonne pratiques en éducation, les processus d’application et les  facteurs qui influent sur l’utilisation concrète de la recherche par les enseignant.e.s  pour leur pratique  ne sont pas toujours expliqués. Continuer la lecture de Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ? 

Inné, non ! Acquis, oui !

vidal-geneve-2016

La deuxième journée ( cf. article 1 et article 2 sur la première journée) débute avec la conférence de Catherine Vidal, neurobiologiste et auteure de nombreux ouvrages sur les relations entre neurosciences et genre. Elle dirige une collection, Égale à Égal publiée chez Belin, qui s’intéresse aux questions d’égalité entre les femmes et les hommes  « pour faire le ménage des idées reçues« .

Catherine Reverdy et moi prenons d’abord le temps de discuter avec elle avant la présentation sur les moyens à mettre en œuvre pour démonter un à un les clichés portant sur les (soi-disant) différences entre le cerveau des femmes et celui des hommes. « Expliquer les démarches scientifiques avec humour, combattre les mauvaises images avec de bonnes, ne pas jargonner, voilà ce qui peut permettre au public de mieux comprendre les messages et de réfuter les préjugés » selon la scientifique.

Ce sont ces préjugés naturalistes qu’elle combat lors de cette conférence en démontant des théories innéistes sur les capacités des femmes et des hommes débouchant le plus souvent sur des neuromythes sexistes (comme les rôles sociaux ou professionnels attribués aux individus selon leur sexe, à ce propos lire notre Dossier de veille n°112).

Continuer la lecture de Inné, non ! Acquis, oui ! 

Neuroplasticité : de l’importance du plaisir

geneve-ansermet

Après la conférence d’ouverture d’Olivier Houdé, celle de François Ansermet, psychiatre pour enfants et adolescents, clôt cette première journée. Avant lui sont intervenus Stéphane Pagès sur les bases physiologiques de la mémoire ( il a d’ailleurs provoqué une vague d’émotion dans l’assemblée, à peu près 500 personnes du milieu de la petite enfance genevoise, en expliquant comment son équipe avait coupé les moustaches d’une souris pour mieux apprécier sa capacité à apprendre de nouveau signaux), Josette Serres et Laurence Rameau sur les pratiques pédagogiques des crèches à l’appui de la recherche (retour sur la théorie de l’inhibition avec le test du chamallow comme prédicteur de réussite ultérieure: est-on capable à 4-5 ans de résister 10mn  à l’envie de manger un chamallow ?) et Sharon Peperkamp sur l’acquisition du langage chez le bébé. Continuer la lecture de Neuroplasticité : de l’importance du plaisir 

Neurosciences et petite enfance : un peu, à la folie… pas du tout !

geneve-houdeLa semaine dernière (1er et 2 décembre 2016) se déroulait à Genève le 12e colloque organisé par  le service petite enfance de la ville intitulé « L’éducation à la lumière des neurosciences ». Catherine Reverdy et moi-même y étions conviées suite à notre Dossier de veille sur les difficiles relations entre neurosciences et éducation. Des invités prestigieux,  comme Catherine Vidal ou Olivier Houdé, occupaient la tête d’affiche et nous fûmes flattées de leur être associées (après avoir averti l’organisatrice de nos réserves sur le concept de « neuro-pédagogie »).

Nous allons rendre compte de certaines des conférences  auxquelles nous avons assisté à travers plusieurs articles, dont le présent inaugure la série. Continuer la lecture de Neurosciences et petite enfance : un peu, à la folie… pas du tout ! 

John Hattie et le Saint Graal de l’enseignement 

John Hattie, un chercheur néo-zélandais, a publié en 2009 un ouvrage,  « Visible Learning », dont l’éditeur a fièrement rajouté sur la couverture de certaines rééditions un extrait d’un article du Times Education (2008) titré « Research reveals teaching’s Holy Grail », ce qui peut être traduit par « une recherche révèle le Saint Graal de l’enseignement ». On ne saurait mieux indiquer comment ce travail et devenu un modèle de « bonne » recherche sur l’éducation, ce qui justifie qu’on lui consacre une série d’articles pour mieux en cerner l’intérêt et les limites.

La raison de cet emballement pour Visible Learning réside en premier lieu dans la forme de ce travail, qui synthétise environ 800 méta-analyses, représentant plus de 50 000 études, portant sur des millions d’élèves, dans l’objectif d’identifier les facteurs de la réussite scolaire. Grossièrement résumé : quelles sont les pratiques qui restent les plus efficaces pour améliorer l’enseignement, quand on a compilé la plupart des études empiriques existantes sur la question ?  Depuis sa sortie, l’ouvrage a été plusieurs fois réédité, complété et mis à jour, avec un succès croissant. A titre d’exemple, il est actuellement cité plus de 5000 fois dans Google Scholar, John Hattie lui même est cité plus de 4700 fois dans la base bibliométrique Scopus. Visible Learning  est aujourd’hui plus qu’un ouvrage, c’est une entreprise scientifique qui dispose de sa plate-forme multilingue (http://visible-learning.org ), qui soutient un programme de formation des enseignants (http://visiblelearningplus.com ) et de nombreuses autres activités pilotées par John Hattie, souvent en collaboration avec d’autres entreprises commerciales (par exemple avec la société Pearson).

L’influence de John Hattie s’étend désormais aussi dans le monde francophone, puisque ses travaux sont cités dans bon nombre d’articles universitaires. Le centre de transfert pour la réussite éducative au Québec a ainsi consacré un dossier aux recherches basées sur les données probantes en cette rentrée 2016 , qui lui réserve une large place.
Ces quelques illustrations permettent de comprendre combien ce qu’on peut appeler le phénomène Hattie est devenu en moins de dix ans un fait majeur dans la recherche en éducation au niveau international. Pourquoi ? Continuer la lecture de John Hattie et le Saint Graal de l’enseignement