Archives de catégorie : En débat

D’où vient le terme … apprenant

Nation apprenante, où est passée l’éducation ?

Cet article se propose de parcourir le panorama de l’utilisation du terme  « apprenant », fort diffusé en ces temps de confinement. Quelles sont ses utilisations et que recouvre-t-il ?

Afin d’assurer une forme de continuité pédagogique, « l’école à la maison », le Ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse a lancé le 18 mars 2020, au surlendemain du confinement, l’opération « nation apprenante ». Mise en place en concertation avec les médias France Télévisions, Radio France et Arte, elle s’apparente ainsi à une palette d’émissions éducatives. Où est donc passé le terme «  éducation » ? Est-il en passe de devenir obsolète, anachronique, ou désuet ? Quelles raisons poussent à substituer l’adjectif substantivé « apprenant » à celui « d’éducatif » qui prévalait jusqu’alors ?

Pour mieux saisir ce changement de vocable, revenons sur les tribulations de ce terme d’apprenant, qui au gré de publications et de déclarations politiques, a été accolé successivement à de nombreuses structures comme « organisations », « communautés », « établissements », « territoires » puis « société », « académies » et désormais « vacances » ou « colonies ».


Continuer la lecture de D’où vient le terme … apprenant

Effets du confinement sur l’activité des professionnel.le.s de l’enseignement : lancement d’une enquête

L’institut français de l’Éducation (ENS de Lyon) lance une enquête à destination des enseignant.e.s et professionnel.le.s de l’éducation, de la maternelle au supérieur.

La récente période de confinement strict a amené l’ensemble des acteurs de l’enseignement à une reconfiguration rapide et a priori très significative de leur activité professionnelle.

L’IFÉ-ENS de Lyon travaille depuis longtemps, dans le cadre de ses travaux de recherche, de formation et d’accompagnement des acteurs, sur la réalité des activités d’enseignement et d’appui à l’enseignement, ainsi que sur les conditions de travail des acteurs éducatifs.

Cette enquête s’inscrit dans le cadre de recherches articulant approches qualitative et quantitative, dont l’objectif est de comprendre les effets de court terme mais également de moyen-long terme de l’enseignement à distance mis en œuvre en contexte de confinement sur les activités de l’enseignement et de l’appui aux enseignants.

Il s’agit également de qualifier l’expérience vécue et de vous donner l’occasion d’exprimer votre point de vue en tant que professionnel-le sur cette période “extra-ordinaire”. 

Continuer la lecture de Effets du confinement sur l’activité des professionnel.le.s de l’enseignement : lancement d’une enquête

École et parents : des relations en tension

L’équipe Veille & Analyses s’interroge dans la période actuelle sur la façon dont les relations entre les parents et l’école se reconfigurent, et publie dans les prochaines semaines une série d’articles consacrés à ces relations. En se basant notamment sur le Dossier de veille d’Annie Feyfant publié en janvier 2015 « Coéducation : quelle place pour les parents ? » et en proposant des lectures de travaux de recherche plus récents, les articles aborderont les thématiques suivantes :

  • qu’entend-on par « continuité pédagogique » et comment ce dispositif s’inscrit-il dans la notion de coéducation ?

La continuité pédagogique à la recherche d’une véritable coéducation

  • les parents sont à priori les premiers partenaires de l’école, formant avec elle le fondement d’une communauté éducative, mais comment ce partenariat se construit-il ?

Les parents, des partenaires particuliers de l’école

  • dans cet article, quelles représentations des enseignant.e.s vis-à-vis des parents, de leur style éducatif, de leur comportement à l’école et de leurs jugements sur le contenu des cours ? Quelles représentations des parents vis-à-vis des enseignant.e.s, de leur prise en compte des problématiques propres à leurs enfants, de leurs attentes pour les devoirs, de leurs jugements éventuels sur leur style éducatif ou leurs compétences parentales ?

École et parents : des relations en tension


Les recherches en sociologie et en histoire de l’éducation montrent que  relations écoles-parents sont plus que jamais difficiles à mettre en oeuvre (lire les deux précédents billets cités ci-dessus). Les expressions utilisées pour les qualifier, comme  “malentendu”, “dialogue impossible”, “parents consommateurs d’école”, sont révélatrices de tensions et de mésententes (Schaming & Marquet, 2019). Pour bon nombre d’enseignant.e.s, les “parents invisibles” (Lahire, 1995) sont considérés comme démissionnaires ou inaptes à suivre leurs enfants tout au long de leur parcours scolaire. Parmi les points de divergence ou d’incompréhension, les représentations1 souvent stéréotypées des unes et des uns sur les autres engendrent des incompréhensions qui jalonnent les liens entre familles et enseignant.e.s. Dans ce dernier billet consacré aux relations entre parents et école, nous nous intéressons plus spécifiquement à la nature singulière des liens entre les parents et les enseignant.e.s et à la façon dont sont perçus les rôles de chacun.e pour favoriser une meilleure réussite des élèves.

Des relations trop asymétriques

Les attentes des enseignant.e.s envers les parents semblent parfois excessives : elles et ils aspirent à accueillir des enfants dont le comportement social réponde aux normes scolaires, des élèves attentif.ve.s, motivé.e. s et respectueux.euse.s du rôle professoral. Elles et ils attendent également des familles qu’elles se conforment à leurs demandes, suivent régulièrement les devoirs donnés à la maison  et acceptent les jugements portés sur leur enfant que ce soit au cours d’évaluations ou dans le quotidien de la classe. Paradoxalement, certaines interventions des parents peuvent être vécues comme une intrusion voire une menace contre leur autonomie professionnelle  et leur légitimité pédagogique (Bresson & Mellier, 2015).

Interrogé.e.s sur les bénéfices que peut apporter le travail hors l’école et plus particulièrement à la maison, les enseignant.e.s sont unanimement d’accord pour reconnaitre les gains en termes de performance scolaire (travail de mémorisation et d’automatismes, plus d’aisance dans l’exécution des exercices) mais également l’amélioration des attitudes. Elles et ils apprécient ce lien supplémentaire avec les familles tout en étant conscients du risque de fracture scolaire, pour les élèves qui ne bénéficient pas d’aide à la maison, ou à l’opposé d’une pression parentale supplémentaire sur les enfants. Globalement, les enseignant.e.s comptent sur les parents pour adopter une attitude correspondant à une « norme de comportement éducatif » indiquant l’intérêt que les parents accordent à la réussite scolaire (lire et signer le cahier de liaison, venir aux rendez-vous, surveiller les devoirs, voir Gaussel, 2013).

Selon une enquête menée par des chercheur.se.s suisses, “les enseignantes partagent la conviction que c’est en modifiant les conduites éducatives parentales que les performances de l’élève peuvent s’améliorer, même si elles ont des doutes concernant les capacités des parents à se transformer” (Deshayes  et al., 2019). Parallèlement, de nombreux travaux mettent en évidence “l’influence positive de l’investissement des parents dans la scolarité de leur enfant au niveau des performances scolaires mais également au niveau des variables conatives telles que la motivation à apprendre, l’attention, l’engagement dans les tâches scolaires ou encore, les comportements scolaires” (Poncelet, Tinnes-Vigne & Dierendonck, 2019).

Continuer la lecture de École et parents : des relations en tension

  1. construction d’un savoir ordinaire élaboré à travers des valeurs et des croyances partagées par un groupe social et qui donneraient lieu à une vision commune se manifestant au cours des interactions sociales, Lenoir &  Berger, 2007 []

1970-2020 : la difficile ouverture de l’école à tou.te.s les élèves

Dans le cadre du Dossier de veille Travailler en partenariat à l’école, publié en avril 2020, nous avons souhaité faire un coup de projecteur sur une histoire particulière, celle des partenariats entre l’Éducation nationale, le secteur médicosocial et les associations et structures éducatives pour les enfants en situation de handicap (créées pour la plupart par les parents concerné.e.s).

Depuis quelques temps, comme en témoigne la création des Pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL) et des cellules départementales d’écoute activées à la rentrée 2019, l’école souhaite tendre vers une école plus inclusive. En effet, l’évolution actuelle de l’institution scolaire passe par la prise de conscience de certaines injustices institutionnelles historiques, et notamment celle des élèves en situation de handicap, peu intégré.e.s voire ségrégué.e.s dans l’histoire de l’école républicaine (Reverdy, 2019a). Revenons ici sur la manière dont les liens entre l’Éducation nationale et le secteur médicosocial (chargé depuis un siècle de l’éducation et de la scolarisation des élèves en situation de handicap, à la place de l’école ou en lien avec elle) ont modifié et influencé les politiques éducatives depuis un demi-siècle.

Un système mixte de scolarisation pour les élèves en situation de handicap

Jusque dans les années 1970, c’est la ségrégation des élèves en situation de handicap qui était la règle en France comme dans d’autres pays, et ce depuis les premières lois sur l’enseignement spécialisé du début du XXe siècle. À partir de 1975 en France, suite à la loi n° 75-534 d’orientation pour les personnes handicapées, une période d’intégration s’ouvre, permettant à de nombreux.ses enfants en situation de handicap d’être scolarisé.e.s dans un établissement scolaire, ou pris.es en charge dans une unité externalisée dans un établissement scolaire, mais dépendant toujours de l’établissement médicosocial de rattachement.

Continuer la lecture de 1970-2020 : la difficile ouverture de l’école à tou.te.s les élèves

Les parents, des partenaires particuliers de l’école

L’équipe Veille & Analyses s’interroge dans la période actuelle sur la façon dont les relations entre les parents et l’école se reconfigurent, et publie en avril 2020 une série d’articles consacrés à ces relations. En se basant notamment sur le Dossier de veille d’Annie Feyfant publié en janvier 2015 « Coéducation : quelle place pour les parents ? » et en proposant des lectures de travaux de recherche plus récents, les articles aborderont les thématiques suivantes :

  • qu’entend-on par « continuité pédagogique » et comment ce dispositif s’inscrit-il dans la notion de coéducation ?

La continuité pédagogique à la recherche d’une véritable coéducation

  • dans cet article, les parents sont a priori les premiers partenaires de l’école, formant avec elle le fondement d’une communauté éducative, mais comment ce partenariat se construit-il ?

Les parents, des partenaires particuliers de l’école

  • quelles représentations des enseignant.e.s vis-à-vis des parents, de leur style éducatif, de leur comportement à l’école et de leurs jugements sur le contenu des cours ? Quelles représentations des parents vis-à-vis des enseignant.e.s, de leur prise en compte des problématiques propres à leurs enfants, de leurs attentes pour les devoirs, de leurs jugements éventuels sur leur style éducatif ou leurs compétences parentales ?

École et parents : des relations en tension


A quelques jours de publier le prochain Dossier de veille (n° 134, avril) sur la thématique Travailler en partenariat à l’école (Marx & Reverdy, 2020), intéressons-nous aujourd’hui au partenariat particulier entre les parents et l’école. Que sait-on de ce partenariat ? Fonctionne-t-il de manière satisfaisante pour les un.e.s et les autres ? D’après l’article précédent sur la coéducation, ce partenariat serait le plus souvent à sens unique, l’école imposant son « courant d’informations » en direction des familles, en espérant qu’il corresponde aux attentes des parents, assez loin de la coéducation attendue. C’est comme si famille et école étaient dans des espaces-temps séparés et clos sur eux-mêmes (Feyfant, 2015).

Le poids de l’école rend en effet ce partenariat difficile à cerner, à tel point que Maubant (2008) évoque le principe du fait accompli : c’est l’institution scolaire qui fixe les objectifs de l’éducation, « sans toujours accepter qu’ils soient l’émanation d’un véritable débat démocratique ». Les familles sont « en quelque sorte sommées de se soumettre aux exigences de l’école, sans qu’elles aient pu être impliquées de près ou de loin dans la définition des fins et des moyens », tout en étant persuadées que l’école pourra prendre en charge les particularités de leurs enfants. Il faut pour ce chercheur davantage expliciter les tensions et construire ensemble un modèle éducatif à même de faire réussir l’ensemble des élèves. Remarquons que de nombreux partenariats avec l’école subissent ce poids de l’institution scolaire, par exemple lors des activités périscolaires dont l’aspect éducatif peine à s’affranchir d’un apprentissage scolaire, ou lors des sorties dans les musées, organisées souvent sur le modèle de l’école (Marx & Reverdy, 2020).

Continuer la lecture de Les parents, des partenaires particuliers de l’école

A quelles conditions peut-on poursuivre son travail scolaire à la maison ?

Après le lancement d’une première série d’articles sur les relations entre parents et école dans cette période particulière, l’équipe Veille & Analyses poursuit sa réflexion par une deuxième série d’articles s’intéressant aux élèves et aux conditions dans lesquelles ils et elles peuvent poursuivre leur travail personnel, actuellement hors la classe :


Cet article a été rédigé conjointement par Henrique Vilas-Boas, chargé d’étude au Centre Alain-Savary (IFE-ENS de Lyon) et par Catherine Reverdy.

Quand la culture de l’École s’invite à la maison

Les devoirs à la maison sont appréhendés côté recherches en éducation comme du « travail hors la classe pour l’école », que l’élève effectue de manière autonome (autant que possible) et en prolongement du travail fait en classe. Ils peuvent prendre la forme de devoirs de pratique, de préparation, de poursuite ou de créativité. Beaucoup de débats reviennent périodiquement sur l’utilité et l’obligation des devoirs : ils représentent à la fois le lien qui relie tous les parents à l’école et un moyen de montrer leur implication dans le travail de leurs enfants (Thibert, 2016). Le terme “travail personnel de l’élève” est utilisé dans les recherches en éducation pour désigner non seulement les devoirs à la maison, mais également le travail effectué dans la classe, lorsqu’il ou elle est confronté.e directement aux apprentissages. La définition de ce travail personnel de l’élève est donc “l’ensemble des processus mobilisés de façon autonome et personnelle par l’élève pour s’approprier les objets d’enseignement (connaissances et compétences)” (Thibert, 2016). 

C’est notamment la continuité entre deux cultures, celle de l’École et celle de la maison, que cherchent à mettre en évidence les recherches portant sur le travail personnel de l’élève, autrement dit la nécessaire continuité des apprentissages des élèves. C’est bien toujours chaque élève qui apprend, d’abord en classe puis qui reprend ou poursuit le travail à la maison. 

Continuer la lecture de A quelles conditions peut-on poursuivre son travail scolaire à la maison ?

Développer le(s) sens de l’autonomie à l’école … et à la maison ?

Après le lancement d’une première série d’articles sur les relations entre parents et école dans cette période particulière, l’équipe Veille & Analyses poursuit sa réflexion par une deuxième série d’articles s’intéressant aux élèves et aux conditions dans lesquelles ils et elles peuvent poursuivre leur travail personnel, actuellement hors la classe :

Entre télétravail et continuité pédagogique, de nombreux parents, enseignant.e.s et élèves éprouvent depuis un mois l’une des injonctions sociales majeures de notre époque : l’autonomie. Cette notion aussi ancienne que la réflexion sur l’éducation se présente à la fois comme une norme culturelle et une compétence professionnelle, une valeur démocratique et un idéal émancipateur (Freire, 1996). C’est aussi l’une des sources possibles de malentendus entre l’institution scolaire et les familles. Comment peut-on apprendre à être autonome ? Quelle place l’école occupe-t-elle dans ce processus ?

Continuer la lecture de Développer le(s) sens de l’autonomie à l’école … et à la maison ?

Jusqu’où peut-on apprendre sans les autres?

Notre 7e Edubref, ces condensés de recherches en éducation de 4 pages portant sur une thématique éducative, porte sur la coopération des élèves en classe. Il aborde la question de savoir si les élèves apprennent mieux à plusieurs. Les recherches en éducation, à travers plusieurs disciplines scientifiques, apportent un éclairage de quelques-uns des aspects du travail coopératif entre les élèves, mais le plus gros du travail reste à faire par l’enseignant.e. Comment prendre en compte ce qui influence les relations entre les élèves ? Comment les entrainer à coopérer ? Comment faire en sorte que les élèves, pour les activités coopératives, apprennent davantage en groupe que seul.e.s ?

Continuer la lecture de Jusqu’où peut-on apprendre sans les autres?

L’enseignement mutuel et son versant politique

Connaissez-vous le Dictionnaire de l’Éducation de Ferdinand Buisson ? Ou sinon les Entretiens Ferdinand Buisson créés par l’Institut français de l’Éducation en son honneur ? Avez-vous une idée de pont entre l’histoire de l’éducation et l’actualité éducative ?

Si vous ne savez pas répondre à ces questions, cet article est fait pour vous ! En préparant le prochain Edubref sur la coopération entre les élèves, à paraitre dans les prochaines semaines, j’ai (re)trouvé un épisode de l’émission Rue des écoles de France Culture : A la découverte de l’enseignement mutuel. On y décrit cette « pédagogie méconnue » des XVIIIe et XIXe siècles, qui organise un enseignement par groupes de niveau (et non par classe d’âge), dispensé par certains élèves appelés moniteurs, eux-mêmes cadrés par l’enseignant.e. Pourquoi cette pédagogie, qui semble révolutionnaire aujourd’hui, a-t-elle été remplacée en 1833 par l’enseignement simultané ou par classe d’âge ? Est-ce la raison pour laquelle la figure du maitre savant et seul détenteur du savoir s’est finalement imposée en France ?

Nous pourrions en rester là et regretter amèrement la décision du ministre de l’époque, Guizot, de choisir l’enseignement simultané, en imaginant un monde parallèle dans lequel l’École française serait un havre de paix où des élèves coopèreraient joyeusement… Mais c’est sans compter sur un acteur majeur de l’éducation, Ferdinand Buisson, qui a publié en 1911 son Dictionnaire de l’Éducation, et sur le rédacteur de l’article sur l’enseignement mutuel, Octave Gréard.

Continuer la lecture de L’enseignement mutuel et son versant politique

LPPR: avis de tempête sur l’enseignement supérieur et les revues scientifiques

Avant même sa présentation publique, la loi sur la programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), qui se fonde sur trois rapports remis à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche (ESR), fait des vagues au sein de la communauté universitaire française. Défendue par les un.e.s au nom de l’attractivité et de la compétitivité internationale (par le président-directeur général du CNRS ou un professeur de médecine), décriée par d’autres pour la précarisation, les inégalités accrues et un affaiblissement du service public de la recherche (en particulier pour les femmes  et les jeunes chercheur.ses), la loi risque en tout cas de modifier l’organisation de l’enseignement supérieur et de la recherche en France – même si le principe de la concurrence n’est pas nouveau, comme le montre cette mise en perspective historique de Jérôme Aust (voir aussi ce dossier).

Depuis le mois de décembre, articulé à la contestation contre la réforme des retraites, le mouvement contre la LPPR s’organise par différentes modalités au sein de l’ESR. Ainsi, de nombreux laboratoires de recherche, y compris en éducation, ont voté des motions et organisent des manifestations variées, par exemple le cycle de conférences sur l’ESR du Laboratoire de l’Education – LLE à l’ENS de Lyon. Différentes sections du Conseil national des universités  – l’instance collégiale qui encadre les recrutements et carrières des enseignant.es-chercheur.ses – ont également pris position, dont la section 70 (sciences de l’éducation et de la formation).

Plus de 120 revues scientifiques d’orientations théoriques et empiriques diverses, notamment issues des sciences humaines et sociales (liste à jour, compte twitter), se sont également jointes au mouvement et se sont déclarées en lutte – côté éducation, on note la présence des Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs et de Cliopsy. À partir d’une analyse de ce mouvement, le sociologue Anthony Pecqueux ouvre la « boîte noire » du fonctionnement des revues et de leur modèle économique et en situe les enjeux à court et à long terme: fonctionnement collégial des comités de rédaction, activité de relecture et d’évaluation des articles par les pairs (couteuse en temps mais élément constitutif de l’appartenance à et de la reconnaissance dans une communauté scientifique), rôle central des métiers invisibles (édition numérique, graphisme, secrétariat d’édition, etc.)…

Pour prendre du recul sur cette thématique et voir comment la LPPR s’inscrit dans les réformes de l’enseignement supérieur des dernières décennies, nous vous conseillons de lire l’Edubref de Laure Endrizzi sur « 1968-2018: 50 ans de réforme à l’université ».