Archives pour la catégorie En débat

Formation et accompagnement pédagogiques à l’université d’Uppsala : quelle organisation ?

Mon récent séjour à l’université d’Uppsala en Suède s’est concentré sur la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage, et m’a fourni l’occasion d’examiner les lignes directrices visant à normaliser les pratiques, d’appréhender la définition opérationnelle des compétences pour enseigner et de m’intéresser à la dimension organisationnelle, sujet de ce 3e billet.

Une division rattachée à la gouvernance, 3 missions principales

Par dimension organisationnelle, j’entends la manière dont est structurée la Division pour l’amélioration de la qualité (DAQ), les missions dont elle est investie, les activités qu’elle conduit réellement et les ressources dont elle dispose, en particulier les profils des personnes impliquées. À l’heure où les SUP (services universitaires de pédagogie) semblent avoir le vent en poupe en France, positionner la problématique de la formation et de l’accompagnement des enseignants dans un cadre comparé élargi permet nécessairement de prendre un peu de hauteur par rapport aux débats hexagonaux.

La DAQ a été créée en octobre 2015. D’abord divisée en deux unités, elle en compte trois aujourd’hui :

  • l’Unité pour l’enseignement et l’apprentissage universitaire (UEA, celle qui m’a formellement accueillie durant ce séjour),
  • l’Unité pour la qualité et l’évaluation (UQE),
  • et plus récemment l’Unité pour l’évolution de la carrière académique.

Continuer la lecture de Formation et accompagnement pédagogiques à l’université d’Uppsala : quelle organisation ? 

Quelles compétences pour enseigner dans le supérieur ? la conception de l’université d’Uppsala

L’un des axes de travail privilégiés, lors de mon séjour dans la plus vieille université de Suède en juin dernier (plus exactement au sein de la Division qualité), s’est porté sur la formation pédagogique des enseignants universitaires. Pas seulement parce que c’est un sujet d’actualité en France, avec la mise en oeuvre, obligatoire en 2018, d’une formation de cette nature pour tous les nouveaux maitres de conférence (déjà abordé dans ce billet), mais aussi parce que c’est une problématique clé de mes travaux depuis déjà pas mal d’années et que la confrontation des univers culturels n’est jamais vaine. À l’université d’Uppsala, les compétences pour enseigner sont définies, enseignées et évaluées. C’est une des orientations majeures des lignes directrices pour la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage mises en oeuvre.

La définition des compétences pour enseigner

La brochure Assessing teaching skills in higher education (24 pages) revêt en effet un caractère officiel et structurant : elle est publiée par l’université, utilisée comme référence par les services intervenant à un titre ou un autre dans le développement professionnel des personnels et mis à disposition des facultés. Elle est aussi téléchargeable, en suédois et en anglais, et périodiquement mise à jour (la 1ère version remonte à 2004). Il ne s’agit pas d’un référentiel en tant que tel, en tous cas ce n’est pas le terme qui lui est appliqué. Continuer la lecture de Quelles compétences pour enseigner dans le supérieur ? la conception de l’université d’Uppsala 

Qualité de l’enseignement et de l’apprentissage : la vision de l’université d’Uppsala

Accueillie au sein de la Division qualité de l’université d’Uppsala en juin dernier, j’ai pu découvrir tout un écosystème au service d’une amélioration continue de l’enseignement, soutenu par une gouvernance très impliquée, motrice.

Cette implication ne relève pas de la seule initiative de l’université bien entendu, certaines prescriptions, telle la mise en oeuvre de la formation pédagogique des enseignants, sont émises à l’échelon national. Charge aux universités suédoises, pour continuer l’exemple, d’élaborer une offre mixant cours théoriques et dimensions pratiques, modules de base et modules avancés, pour permettre aux futurs enseignants-chercheurs de suivre les dix semaines de formation obligatoires en vue de la titularisation. L’université d’Uppsala n’est donc qu’un « cas » parmi d’autres, particulièrement « exemplaire » du fait d’un engagement stratégique de longue date en faveur de l’excellence en recherche et en enseignement, à part égale en apparence.

Les lignes directrices de la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage

L’université a ainsi construit une « vision » de la qualité de l’enseignement, dont les principes sont explicités dans un document de référence intitulé Teaching and learning at Uppsala University. Visions for Educational Activity and Development, ratifié par le conseil d’administration. Ce document téléchargeable et disponible en suédois et en anglais (19 pages), pose les bases pour une culture commune en termes de construction d’offre de formation, de promotion du développement professionnel et d’évaluation de l’enseignement. L’édition révisée en 2018 présente les quatre objectifs généraux qui structurent cette vision : créer les conditions favorables à l’apprentissage des étudiants, accompagner l’évolution continue et systématique des diplômes, fournir des opportunités de développement professionnel aux enseignants (pédagogie et didactiques) et reconnaître la légitimité des activités d’enseignement dans la carrière. Continuer la lecture de Qualité de l’enseignement et de l’apprentissage : la vision de l’université d’Uppsala 

Unisciel : 10 ans déjà et pas une ride !

Unisciel ne s’occupe pas simplement de valoriser les ressources numériques pour l’enseignement des sciences dans le supérieur. Né dans la mouvance des universités numériques thématiques (après une impulsion initiale au sein du RUCA – réseau universitaire des centres d’autoformation dans les années 1990), le groupement d’intérêt scientifique (GIS ) a su évoluer depuis 10 ans pour aujourd’hui se distinguer nettement des autres projets d’UNT.

C’est la dimension « accompagnement » qui prévaut et qui structure les activités du groupement bien au-delà de l’appui même à la conception de ressources, qui figurait aussi dans les missions premières. Au premier plan, ce sont des projets multiples visant l’appropriation de ces ressources et oeuvrant plus largement pour la transformation pédagogique des 45 établissements membres. Le numérique n’est donc plus l’entrée privilégiée dans la pédagogie, même s’il ne s’agit pas de l’évacuer bien entendu (voir le projet Socles 3 par ex., un parcours de niveau licence, en ligne, structuré et scénarisé à partir des ressources Unisciel existantes).

Les problématiques sont multiples donc, depuis la lutte contre l’échec en licence et la mise en oeuvre de la loi ORE (au coeur des journées annuelles qui se sont déroulées à l’ENS de Lyon la semaine dernière), à la prise en compte des besoins des étudiants salariés, des étudiants internationaux ou des étudiants en situation de handicap, à l’accompagnement des pratiques pédagogiques et aux transformations curriculaires (AAP NCU notamment), en passant par la diffusion de la culture scientifique auprès d’un public plus large (cf. par ex. le Mooc Quidquam  et la série-documentaire Kezako). Continuer la lecture de Unisciel : 10 ans déjà et pas une ride ! 

L’école inclusive, avant tout une histoire de coopération ?

Les 6 et 7 juin s’est tenu à Nîmes un colloque sur l’éducation inclusive : « Coopérer pour scolariser » . Il réunissait à l’initiative de l’Institut national supérieur de formation et de recherche handicap et besoins éducatifs particuliers (INSHEA) les acteurs et actrices de l’école, du champ social, médico-social et sanitaire, agents des collectivités territoriales, personnel des MDPH (Maisons départementales des personnes handicapées), responsables d’associations, etc.

Ce colloque annonçait dans son appel à communication la volonté de tirer le bilan de formations réalisées à titre expérimental : « Depuis 2015, en réponse à un appel d’offre de la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie), de l’Unifaf (Fonds d’Assurance Formation de la Branche sanitaire, sociale et médico-sociale), du CNFPT (Centre national de la fonction publique territoriale) et de la Dgesco (Direction générale de l’enseignement scolaire), des sessions de « Formation conjointe des personnels Éducation nationale/ESMS (Établissements et services médico-sociaux)/MDPH (Maisons départementales des personnes handicpées)/ARS (Agence régionale de santé) concourant à la scolarisation des élèves en situation de handicap » ont été organisées dans toutes les académies et dans tous les départements de France, par un consortium constitué de l’INSHEA, de l’université de Clermont-Auvergne, de l’IRTS Île-de-France (Institut régional de travail social) et de trois grands réseaux associatifs : la fédération Trisomie 21 France, l’APF et la fédération des APAJH (Association pour adultes et jeunes handicapés). Ces deux journées de réflexion et de prospective sont destinées à tirer les premiers enseignements de ces formations conjointes. Elles offriront également l’occasion de réfléchir aux enjeux, aux perspectives et aux formes de coopération entre professionnels, de penser les conditions d’association des familles à la définition et au suivi des parcours de scolarisation.« 

On le voit aisément dans cette présentation, les partenaires qui travaillent ensemble au suivi et à la scolarisation des enfants et adolescent.e.s en situation de handicap sont très nombreux et issus d’horizons divers. L’enjeu majeur du colloque était ainsi de mettre en évidence, au-delà de la nécessité d’une coopération, les conditions de cette coopération et les opérations conjointes à mener à l’avenir.

Continuer la lecture de L’école inclusive, avant tout une histoire de coopération ? 

Les enseignants entre métier et profession : une identité introuvable ?

La prochaine édition des Entretiens Ferdinand Buisson se déroulera à Lyon le mercredi 30 mai 2018 (18h-20h, IFÉ- ENS de Lyon) et s’intéressera à l’identité enseignante (participation gratuite sur inscription : http://colloques.ens-lyon.fr/eventShow/entretiensferdinandbuisson ou courriel  à veille.scientifique@ens-lyon.fr).

Le « monde enseignant » est en effet un objet de fantasme social et politique de longue date. Les « profs » peuvent être tour à tour des professionnels de « vocation » à qui l’on confie ses enfants, des agents du service public en premier ligne pour défendre les valeurs républicaines, des fonctionnaires maltraités et injustement reconnus ou au contraire trop à l’abri de toute critique derrière leurs syndicats corporatistes, des professions libérales rétives au changement ou des cadres faisant preuve d’innovation et de créativité, etc.

Malgré cette diversité des « missions » ou des « fonctions », l’illusion d’une certaine unité du monde enseignant perdure largement dans les représentations, en décalage avec les analyses et les études qui soulignent les segmentations voire les fractures de ce groupe social. Continuer la lecture de Les enseignants entre métier et profession : une identité introuvable ? 

Que disent les recherches sur la formation continue des enseignants aux Etats-Unis ?

La rubrique Cool Thinking on Hot Topics du site CPRE knowledge hub, porté par le Consortium for Policy Research in Education (CPRE) – réseau de sept universités états-uniennes ayant pour mission de mettre en relation chercheurs, décideurs et praticiens dans le domaine de l’éducation – consacre son dernier dossier aux perspectives émergentes sur le développement professionnel efficace des enseignants (Emerging Insights into Effective Professional Development). Neuf entretiens filmés de chercheurs et de décideurs proposent un tour d’horizon des acquis et débats en cours sur cette question aux Etats-Unis. De la prise en compte des pratiques enseignantes en contexte au nécessaire accompagnement dans la durée, de la dimension disciplinaire de la formation à celle de l’enrôlement des élèves, toute ressemblance avec les questions que se posent enseignants, formateurs et prescripteurs de formation en France ne serait pas totalement fortuite … Continuer la lecture de Que disent les recherches sur la formation continue des enseignants aux Etats-Unis ? 

Lire-écrire-compter-… écouter ! L’éducation sur les ondes : quel paysage sonore ?

Depuis la rentrée de septembre, l’Institut français de l’Education dispose d’une webradio, Kadékol, portée par Florence Sauvebois.

A l’heure où un tiers des Français et des Européens, et surtout les plus jeunes d’entre eux, utilise Internet pour écouter des émissions de radio (source : Ministère de la Culture, Pratiques culturelles en ligne, en France et en Europe – Points de repère et de comparaison 2007-2014), la radio numérique vient donc s’ajouter à la longue liste des moments, espaces et supports utilisés par les passeurs en éducation pour articuler recherches, politiques et pratiques éducatives et en faire dialoguer les acteurs. Pour rappel, le terme de passeur a été proposé par le service Veille et Analyses pour désigner en français les « courtiers » (brokers) qui grâce à leur regard et expérience des trois pôles – recherches, politiques, pratiques – contribuent à rendre utiles et utilisables les recherches en éducation.

Pour qui cherche à de temps en temps à reposer ses yeux, et ouvrir grand ses oreilles, la baladodiffusion complète la visite des sites Internet spécialisées en éducation, la lecture d’articles de recherche ou de revues professionnelles, la participation à des manifestations scientifiques et à des journées de formation.

A quelles conditions une webradio peut-elle être un lieu de production, de diffusion et de mise en débat des savoirs en éducation ? Quel « paysage éducatif sonore » (educational soundscape) pour le système éducatif français actuel ? Continuer la lecture de Lire-écrire-compter-… écouter ! L’éducation sur les ondes : quel paysage sonore ? 

Le conseil scientifique de l’Education nationale : futur lieu de passage entre recherches, politiques… et pratiques ?

A l’heure où les membres du futur conseil scientifique de l’Education nationale sont en passe d’être choisi.e.s, penchons-nous un instant sur la question des disciplines scientifiques qui constitueront ce futur conseil, présidé par le psychologue cognitiviste Stanislas Dehaene. Le ministre Jean-Michel Blanquer a annoncé que l’ensemble des disciplines scientifiques seraient partie prenante, ce que mettent en doute des personnalités scientifiques ou du monde de l’éducation dans l’appel « L’école a besoin de toute la recherche » lancé par un syndicat des enseignant.e.s du primaire, le SNUIPP.

Nous avons justement organisé à l’Institut français de l’Education une formation, les 23 et 24 novembre derniers,  sur le difficile et délicat passage entre les recherches en éducation, les politiques éducatives et les pratiques des différent.e.s acteurs et actrices en éducation et formation. Ce passage nécessite l’intervention de personnes connaissant suffisamment les trois pôles évoqués, et à même de faire le lien pour une meilleure utilisation des recherches par les praticien.ne.s. Dans la recherche internationale sur cette thématique, ces personnes sont nommées brokers (littéralement « courtiers »), terme que nous avions traduit dans le service Veille & Analyses il y a quelques années par « passeur.se » en éducation et qui connait un certain succès depuis.

Continuer la lecture de Le conseil scientifique de l’Education nationale : futur lieu de passage entre recherches, politiques… et pratiques ? 

Des disciplines universitaires décomposées ou recomposées ?

Le point de départ du Dossier de veille de l’IFÉ de novembre était une analyse des transformations de l’offre de formation supérieure à la lumière des disciplines. Il s’agissait de sortir des approches pédagogiques transversales qui ont dominé nos précédentes analyses pour entrer dans les univers disciplinaires, comprendre ce qui détermine les évolutions curriculaires à l’échelle des disciplines, ce qui distingue les approches pédagogiques en histoire, de celles de gestion ou de celles de physique… Or le travail de collecte de la preuve empirique s’est avéré ardu : peu de recherches introspectives permettent de monter en généralité sur ces questions… Les publications en médecine et en ingénierie, nombreuses en langue anglaise, génèrent une appréhension « dispersée » parce qu’internationale, qui oblige à évacuer les contextes, à ne pas prendre en considération les dynamiques locales, intra ou inter-établissements, dont on sait l’importance qu’elles revêtent dans la variation des pratiques. Pour que le détour par l’international ne soit pas une fin en soi mais un moyen de mieux comprendre ce qui fait la force ou la faiblesse de notre propre système éducatif, il nous est apparu opportun d’explorer le statut de ces disciplines dans l’université d’aujourd’hui, et les tensions nouvelles entre logiques disciplinaires et logiques institutionnelles. Continuer la lecture de Des disciplines universitaires décomposées ou recomposées ?