Archives de catégorie : En débat

Retour sur la réforme du collège de 2016 : une note de recherche issue du projet CROSSCUT

Les EPI, ces enseignements pratiques interdisciplinaires mis en place lors de la réforme du collège de 2016, avaient fait couler beaucoup d’encre à l’époque, mais ont été en partie abandonnés dès la rentrée 2017, à la faveur d’un changement ministériel. Que peut-on dire aujourd’hui de ce dispositif ? de l’interdisciplinarité ? de l’enseignement transversal, qui s’inscrit dans des horaires particuliers et doit être pris en charge en croisant les matières ?

C’est à toutes ces questions et bien d’autres que le projet CROSSCUT “Cross-curricular Teaching” a cherché à répondre en 2016, lors d’une enquête réalisée dans 6 pays européens, dont la France. Nous avons régulièrement fait part des résultats du projet et de son déroulement dans plusieurs articles de ce blog :

Il s’agit ici du dernier article qui présente une note de recherche (ré-)exploitant, à 3 ans d’intervalle, les résultats du volet français de l’enquête réalisée dans le projet CROSSCUT en 2016-2017. Trois ans, c’est une éternité en éducation puisque beaucoup d’éléments de la réforme du collège ont été adaptés ou supprimés dès la rentrée 2017, un an à peine après la mise en place de la réforme, et qu’un changement de programmes de collège s’annonce pour la rentrée 2020, pour les adapter aux nouveaux programmes de lycée.

Continuer la lecture de Retour sur la réforme du collège de 2016 : une note de recherche issue du projet CROSSCUT

La parole des élèves : quelles perspectives pour l’éducation ?

La célébration des 30 ans de l’entrée en vigueur de la convention internationale des droits de l’enfant lors de la journée internationale des droits de l’enfant, le 20 novembre dernier, a suivi de peu la conférence annuelle du réseau européen en éducation Cidree, qui a été organisée par le National Education Institute Slovenia le 14 novembre dernier. Cet événement accompagne la publication de l’ouvrage thématique annuel publié par les membres du Cidree, qui porte opportunément en 2019 sur le thème Student Voice in Education. Continuer la lecture de La parole des élèves : quelles perspectives pour l’éducation ?

Éducation et territoires : retour sur les 8èmes Entretiens Ferdinand Buisson

Les huitièmes Entretiens Ferdinand Buisson ont eu lieu ce mercredi 6 novembre 2019 à la bibliothèque Diderot de Lyon. La discussion a porté sur la question « Éducation et territoires : compenser les inégalités ou s’adapter à la diversité ? », une thématique particulièrement d’actualité au lendemain de la remise du rapport de la mission « Territoires et réussite » au ministre de l’éducation nationale, et un an seulement après la mise en ligne du dossier du Cnesco consacré aux inégalités territoriales. Continuer la lecture de Éducation et territoires : retour sur les 8èmes Entretiens Ferdinand Buisson

Apprendre à lire et mobiliser les recherches en éducation : regards internationaux sur la formation initiale

Depuis la mastérisation de la formation initiale des enseignant.e.s en 2013 , (se) former à et par la recherche en éducation fait partie des nombreuses préoccupations des étudiant.e.s-stagiaires et de leurs formateurs et formatrices. Cette exigence institutionnelle et intellectuelle passe notamment par la fréquentation d’un séminaire de recherche et de l’écriture d’un mémoire sous la supervision d’un.e enseignant.e-chercheur.se, qui constitue un premier « engagement dans la recherche » (engagement in research ; Borg, 2010). Continuer la lecture de Apprendre à lire et mobiliser les recherches en éducation : regards internationaux sur la formation initiale

Les territoires de l’éducation au programme des prochains Entretiens Ferdinand Buisson

Pour la saison 2019, les Entretiens Ferdinand Buisson feront leur rentrée  le mercredi 6 novembre 2019, 17h-19h dans un nouveau lieu: la Bibliothèque Diderot de Lyon (site Descartes, salle “La Parenthèse” : 5 parvis René Descartes 69007 LYON). L’entrée est libre et gratuite, sans inscription.

Les Cités éducatives, lancées en 2019, sont le plus récent des dispositifs pour affronter la question des territoires qui semblent concentrer les difficultés sociales et éducatives. Du côté de l’enseignement supérieur, on s’interroge sur la polarisation des universités que risquent fort d’entrainer les Investissements d’Avenir.

La prise en compte du “local” dans les politiques éducatives françaises visait historiquement à  “donner plus à ceux qui ont moins”, par exemple par les dispositifs d’éducation prioritaire dès les années 1980, ou à faire prendre en charge certains investissements par les collectivités locales. Elle n’a cependant pas remis en cause les principes constitutifs de notre système éducatif, puisque les programmes, les horaires, les statuts comme les orientations pédagogiques restent largement déterminés au niveau national.

Continuer la lecture de Les territoires de l’éducation au programme des prochains Entretiens Ferdinand Buisson

Les devoirs à la maison et le travail en classe : quels équilibres ?

Pas facile en effet pour tout le monde de gérer la question des devoirs :

Quelle que soit la situation familiale (qui peut en plus être compliquée), les devoirs ajoutent une préoccupation supplémentaire à la maison. Mais c’est en même temps un des rares moments de lien entre l’école, le collège ou le lycée, et également pour beaucoup une étape nécessaire pour une réussite scolaire très attendue.

Du côté des élèves, pas facile de faire le lien entre les souvenirs du cours et les exigences parfois obscures des enseignantes[1], surtout lorsque ces dernières ne vérifient pas systématiquement les devoirs faits.

Et les professionnelles de l’éducation sont elles aussi face à des dilemmes : faut-il faire les devoirs d’abord dans l’établissement (c’est le cas du dispositif « Devoirs faits » au collège) ? Faut-il d’abord les faire en classe, pour s’assurer que les élèves ont bien compris les consignes ? Comment les corriger à toutes les séances et garder du temps pour finir les programmes ?

C’est à toutes ces questions que, en juin dernier, une journée de formation du Plan national de formation de l’Éducation nationale a été consacrée et à laquelle l’IFÉ a participé. De nombreuses conférences et restitution d’ateliers de cette journée sont disponibles sur Eduscol.

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez creuser davantage ces questions du travail personnel de l’élève, une formation « Travail personnel dans et hors la classe » du Centre Alain Savary de l’IFÉ est prévue en novembre 2019 et en mars 2020, et d’autres ressources sont également disponibles:

Note

[1] L’utilisation du genre féminin a été adoptée dans cet article afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

Orientation scolaire : une compétence à partager dans un paysage “refondé” ?

C’est en tous cas ce que propose le rapport Charvet, rendu public à la toute fin de juin, au moment où on se demandait si les résultats du bac seraient vraiment connus dans les temps prévus. Si ce rapport, intitulé « Refonder l’orientation : un enjeu État-régions », abondamment commenté depuis, vous a échappé, je propose d’en restituer le contexte et les enjeux, sans revenir en détail sur les 27 recommandations actuellement à l’étude rue de Grenelle et ailleurs. 
Tout d’abord, précisons que le périmètre est bien celui de l’orientation scolaire, car les Régions sont d’ores et déjà bien investies en matière d’orientation professionnelle, notamment via les centres régionaux et infra-régionaux d’Information Jeunesse, les missions locales et les CARIF-OREF (centres d’animation, de ressources et d’information sur la formation et observatoires régionaux sur l’emploi et la formation).
En regardant un peu en arrière, on s’aperçoit que la pièce (de théâtre) traite toujours de la mise en cohérence des actions des uns et des autres, mais à la lumière des actes successifs, le suspens ne semble pas à son comble et c’est le positionnement des régions comme chef de file de l’orientation « scolaire et professionnelle » qui fait figure de dénouement probable.  En apparence, les quelques indices  suivants, prélevés dans les politiques publiques des 10 dernières années, ne contrarient guère ce scénario, finalement peu impacté par les alternances gouvernementales. Continuer la lecture de Orientation scolaire : une compétence à partager dans un paysage “refondé” ?

Une journée inclusive pour écouter la mélodie des étoiles

C’était le vendredi 28 juin 2019 qu’a eu lieu la journée d’étude “Enabling science, science inclusive” à l’occasion des 25 ans de la Mission handicap de l’université Claude Bernard-Lyon 1. Plusieurs interventions et ateliers ont montré différents exemples concrets pour rendre accessibles certains travaux scientifiques à tout le monde, et notamment du côté de l’astronomie : de la présentation des outils de l’association BrailleNet permettant une meilleure accessibilité numérique des données scientifiques à la promotion des études scientifiques pour tous et toutes, sans discrimination de sexe ou de nationalité, en passant par la webcam branchée directement sur le télescope du 9e étage du Science Center d’Harvard… dont l’ascenseur s’arrête au 8e étage.

L’exemple de Valentin Duthion, étudiant de l’INSA et souffrant surtout de ne pas avoir toutes les conditions réunies d’un travail en équipe avec les autres étudiant.e.s, montre qu’un dossier d’acceptation à l’université pour une personne en situation de handicap se prépare deux ans à l’avance, qu’il faut absolument tout anticiper, du bâtiment à rejoindre à l’autre bout du campus en moins de 10 min aux adaptations pédagogiques à fournir par des enseignant.e.s pas toujours très compréhensif.ve.s. Pour lui, “tout est accessible mais rien n’est adapté”. La Mission handicap de l’université Claude Bernard-Lyon 1, sans laquelle son accueil aurait été encore plus difficile, s’occupe ainsi de 800 étudiant.e.s, soit 40 fois plus qu’à sa création en 1994, pour seulement quelques personnes à temps plein.

Continuer la lecture de Une journée inclusive pour écouter la mélodie des étoiles

Qui sont les futur.e.s enseignant.e.s ? Une enquête dans les ESPE

Le SIES, ou Systèmes d’information et études statistiques, du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a publié en mai 2019 une Note Flash sur “Les effectifs en ESPE en 2018-2019” . S’appuyant sur 30 des 32 Écoles supérieures du professorat et de l’éducation de France, les données sur ces effectifs ont été recueillies en janvier 2019.

Sans surprise, les effectifs des mentions MEEF (Master des Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation) du 1er degré sont les plus nombreux, représentant la moitié des 65 600 étudiant.e.s inscrit.e.s en ESPE. Suivent de près les effectifs des MEEF second degré, puis les mentions “Pratiques et ingénierie de la formation” et “Encadrement éducatif”, pour respectivement 4,4 % et 2,6 %.

Continuer la lecture de Qui sont les futur.e.s enseignant.e.s ? Une enquête dans les ESPE

Une formation continue des enseignant.e.s qui reste à asseoir ?

A l’occasion des Assises de la formation continue des enseignant.e.s des 14 et 15 mars 2019 (que nous avions annoncées fin février dans un autre article de ce blog), les inspections générales, organisatrices de la journée, ont souhaité commencer par un état des lieux de la formation continue à partir d’enquêtes et d’études de divers horizons (de la DGESCO à l’OCDE et son enquête TALIS de 2013). Le constat était unanime : il faut faire mieux, à la fois au niveau du nombre d’enseignant.e.s à former et sur la qualité des formations dispensées. Derrière ce constat, tentons de brosser rapidement le paysage de la formation continue aujourd’hui, qui reste assez complexe, comme le décrit bien le rapport des inspections générales “La formation continue des enseignants du second degré – De la formation continue au développement professionnel et personnel des enseignants du second degré ?” qui a été publié fin mars 2019. Depuis 2015, avec la mise en place du CAFFA (Certificat d’aptitude aux fonctions de formateur académique) pour le second degré et la rénovation du CAFIPEMF (Certificat d’aptitude aux fonctions d’instituteur ou de professeur des écoles maitre formateur) côté premier degré, les formateurs et formatrices d’enseignant.e.s partagent désormais un cadre et un référentiel communs. Ces certifications sont organisées par les rectorats. Dans certaines académies, les ESPE peuvent en parallèle proposer une mention particulière du master MEEF (Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation) souvent intitulée “Pratiques et ingénierie de la formation” et qui est destinée à ces formateurs et formatrices. A cela s’ajoutent les formations proposées par le Plan national de formation et les formations de formateur.rice.s organisées par l’Institut français de l’Éducation-ENS de Lyon, dont certaines par le Centre Alain-Savary. Pour l’offre de formation continue destinée aux enseignant.e.s (voir cette page du site de l’ESENESR qui reprend les différents types de formation continue), il existe les plans académiques de formation, les formations d’initiative locale destinées à un accompagnement des équipes pédagogiques dans les établissements, ou encore les parcours M@gistère et les autres ressources en ligne conçus par Canopé.

Pour connaitre les attentes des enseignant.e.s dans ce paysage décrit trop rapidement, revenons à l’enquête la plus récente, proposée en février 2019 aux enseignant.e.s à l’occasion de ces Assises de la formation continue, et dont les résultats complets feront l’objet d’une communication. Elle a permis de dégager quelques premiers chiffres :

Lire la suite