Former à enseigner, c’est du travail ! (2) L’EduBref

À la suite du Dossier de veille n° 143 « Former à enseigner : activité(s), mutations, tensions », ce nouvel EduBref « Former à enseigner, c’est du travail ! » revient en quatre pages sur la nature et le sens du travail des formateurs et formatrices d’enseignantes et d’enseignants.

Il met en avant les principaux défis de cette fonction, qui s’exerce aujourd’hui dans un cadre institutionnel en profond renouvèlement. Comment se projeter dans cette mission à partir d’un premier métier dans l’enseignement, l’encadrement, ou la recherche universitaire ? Quelles tâches ces accompagnateur·rices du développement professionnel des enseignant·es accomplissent-ils/elles au quotidien, et grâce à quelles ressources ? Comment articuler les tâches, les espaces de travail, et les buts poursuivis par les différents acteur·rices de l’ingénierie de formation et de l’ingénierie pédagogique ?

Positionné à l’interface entre le terrain de la classe et de l’établissement, et les politiques publiques éducatives, le travail de médiation des formateur·rices d’enseignant·es prend aussi pour objet les recherches en éducation, qu’ils et elles contribuent à traduire au bénéfice des apprentissages des enseignant·es et des élèves.

L’EduBref n°15 « former à enseigner, c’est du travail ! » vise donc à mieux faire (re)connaitre les situations de travail ordinaire des formateur·rices d’enseignant·es : leurs caractéristiques, les tensions qui les traversent et leurs dynamiques actuelles pour faire vivre ce métier.

Pour télécharger l’EduBref n° 15 « Former à enseigner, c’est du travail ! », cliquez ici.

Pour télécharger le Dossier de veille n° 143 « Former à enseigner : activité(s), mutations, tensions », cliquez ici.

Apprendre à distance : une question de présence ?

Dans le cadre de la formation à distance, de nombreux facteurs entrent en jeu dans les apprentissages, tels que, par exemple, l’autonomie ou l’autorégulation des apprenant·es. La présence à distance fait également partie de compétences clés à développer pour enseigner et apprendre à distance. C’est une manière d’être avec, ou entre, les apprenant·es qui se réalise à travers la maitrise des médias utilisés pour interagir.

La présence à distance relève à la fois de la richesse des propriétés et de l’utilité perçue des outils (ou leurs affordances), et de la richesse de la relation (facteurs psychologiques et pédagogiques). Jézégou (2010) identifie trois dimensions imbriquées de la présence à distance : la présence socio-cognitive, résultant du travail collaboratif entre apprenant·es pour résoudre une situation problème ; la présence socio-affective, provenant d’interactions sociales qui visent la symétrie de la relation, l’aménité entre apprenant·es pour établir un climat socio-affectif favorable ; la présence pédagogique, assurée par le·la formateur·rice dans les interactions avec les apprenant·es, venant en soutien aux deux autres types de présences. Mais que cette présence soit pédagogique, socio-cognitive ou socio-affective se pose la question de sa saillance : comment véhiculer un sentiment de coprésence ? Les recherches des dernières décennies permettent d’expliciter, d’opérationnaliser, et de donner des pistes d’action variées pour rendre sa présence en ligne saillante dans le cadre d’une formation à distance.

À la suite du Dossier de veille 141 sur la classe à distance (Fenoglio, 2022), ce 14e EduBref approfondit ce qu’est la présence à distance : comment cette dernière recompose-t-elle la sociabilité dans la formation à distance à la fois par la présence cognitive, socio-affective et pédagogique et par les outils mobilisés ? Comment « faire acte de présence » ? Quels sont les perspectives et les défis auxquels la présence à distance fait face, à l’heure ou l’hybridité des formations se généralise ?

Jézégou, A. (2010). Créer de la présence à distance en e-learning. Cadre théorique, définition, et dimensions clés. Distances et savoirs, 8(2), 257-274. https://www.cairn.info/revue-distances-et-savoirs-2010-2-page-257.htm

Pour retrouver l’ensemble des EduBref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossiers de veille et nos EduBref dès leur parution, cliquez ici.

Retours sur la journée nationale de l’innovation 2022

Dans leur récent hors-série « l’innovation, qu’en dira-t-on ? », nos collègues de la webradio Kadekol de l’Institut français de l’éducation (IFÉ) ont mis en avant dix projets présentés lors de la journée nationale de l’innovation 2022 qui a eu lieu à Strasbourg le 11 mai dernier. Les entretiens qui présentent ces expérimentations donnent envie d’aller plus loin… et, pourquoi pas, de se (re)plonger dans certains Dossiers de veille et Édubref qui entrent en écho avec ces témoignages.

Continuer la lecture de « Retours sur la journée nationale de l’innovation 2022 »

Le métier enseignant en (Édu)bref

Ce 13ème Édubref intitulé Enseigner, c’est quoi le métier ? porte sur les caractéristiques actuelles du métier enseignant et ses mutations récentes, qui concernent en France près de 800 000 personnels d’enseignement, pour plus de 12 millions d’élèves. Dans quelle mesure leurs missions, leurs pratiques et leurs identités professionnelles ont-elles changé depuis un demi-siècle ?

Les professeur.es des écoles, des collèges et des lycées d’aujourd’hui ont succédé à une République des instituteurs et des institutrices (Ozouf et Ozouf, 1992), distincte jusqu’aux années 1970 du « métier de classe moyenne » exercé par les certifié.es et les agrégé.es de l’enseignement secondaire (Chapoulie, 1987)[1]. Des « nouveaux publics » de la massification progressive de l’enseignement secondaire aux modalités les plus récentes d’évaluation, les transformations profondes des systèmes éducatifs des dernières décennies ont peu à peu, et de façon incomplète, rapproché les statuts, la formation initiale ou la rémunération des un.es et des autres, tandis que la multiplication des responsabilités et la diversification des profils ont créé de nouvelles formes de fragmentation du corps enseignant. Ainsi, au-delà de l’imaginaire social associé à celles et ceux qui incarnent le service public d’éducation, la diversité structurelle du corps enseignant perdure (niveaux d’enseignement, contextes d’exercice, ancienneté dans la fonction, etc.).

Cet Édubref approfondit également la compréhension de ce qui fait « métier » dans l’activité ordinaire des enseignant.es. Médiée par le(s) sens donné(s) aux apprentissages scolaires, la relation aux élèves et aux classes représente un défi quotidien, que l’organisation d’un travail éducatif exercé de façon de plus en plus collaborative, au sein d’équipes enseignantes et avec d’autres professionnel.les, permet, à certaines conditions, de soutenir. Aux niveaux national, européen et international[2], les grandes lignes de force qui structurent les changements en cours – et les débats que ceux-ci génèrent – constituent autant de tensions entre des professionnalités enseignantes synonymes de pouvoir d’action, d’autonomie et de professionnalisme, et des risques liés, à court ou plus long terme, à des dynamiques de déprofessionnalisation.

Pour télécharger cet Édubref, cliquer ici.

Pour retrouver l’ensemble des Édubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossiers de veille et nos Édubref dès leur parution, cliquez ici.


[1] L’exposition « Métier d’enseignant(e), métier d’élève » organisée par le Musée national de l’Éducation (Munaé) en 2020-2021 rend compte de cette profondeur historique.

[2] Voir par exemple le récent numéro thématique sur les enseignant.es primaires et leurs spécialisations. Entre division des compétences et renforcement des formations de la Revue suisse des sciences de l’éducation (vol. 44, n° 1, 2022) ; les ouvrages Durer dans le métier d’enseignant. Regards franco-allemands (Garcia M.-L. et Lantheaume F. [dir.], 2019) ou Trente ans de pratiques de professionnalisation des enseignants. Regards internationaux (Marcel J.-F., Tardif M. et Piot T. [dir.], 2022) ; ou encore le projet de recherche européen en cours Teacher careers (France, Belgique, Royaume-Uni).

Numérique en éducation : comment chasser les mythes ?

Certaines croyances sur le numérique en éducation, parce qu’elles sont largement véhiculées par les médias et par divers acteurs et actrices de l’éducation et ne sont pas fondées sur des résultats de recherche robustes, sont des « mythes » (Amadieu et Tricot, 2020). Ainsi en est-il du lien supposé entre numérique et motivation/apprentissages, de la difficulté, voire de la résistance, à tenir compte, en contexte scolaire, des pratiques numériques extrascolaires des jeunes, et du mythe, nuisible, des natif·ves du numérique.

Or ces mythes, difficiles à contrecarrer, ne sont pas sans effets sur les apprentissages des élèves. En effet, ils comportent le risque de favoriser des inégalités scolaires, car ils donnent lieu à des pratiques peu explicites et/ou peu axées sur des fonctions pédagogiques pour lesquelles le numérique apporte une réelle plus-value pour les apprentissages, ou à une non-reconnaissance, peu émancipatrice, de pratiques numériques extrascolaires paraissant en porte-à-faux avec les attendus scolaires, ou encore à un retrait des adultes face à de soi-disant « natifs du numérique » qui ont pourtant besoin d’être accompagnés dans leurs usages éducatifs du numérique.

Comment aller au-delà de ces mythes à la fois tenaces et nuisibles ? Quelles pistes de remédiation envisager ? Dans le prolongement du Dossier de veille sur les inégalités numériques paru en octobre 2021, l’Edubref du mois de janvier 2022 intitulé Numérique en éducation : aller au-delà des mythes se penche sur ces mythes pour en dégager les contours et les pistes d’action possibles.

Pour retrouver l’ensemble des Edubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossiers de veille et nos Edubref dès leur parution, cliquez ici.

De quoi sont composées les connaissances enseignantes ?

À l’heure où les communautés éducatives et politiques souhaitent développer des modalités nouvelles d’enseignement à distance, où les conditions d’enseignement et d’apprentissage sont contestées et débattues, revenons sur ce qui fait la nature et les spécificités du travail et des connaissances enseignantes.

Un large aspect du travail enseignant consiste à savoir adopter des comportements souvent sans rapport avec la discipline enseignée, mais relatifs à l’organisation de la classe et aux interactions avec et entre les élèves. Les chercheurs M. Tardif et C. Lessard (1999) ont depuis longtemps avancé que ce sont les connaissances issues de l’expérience quotidienne du travail qui semblent être les fondements de la pratique du métier et de la compétence professionnelle. Quelle est la nature de ces connaissances utiles pour enseigner et comment se construisent-elles ?

Ces connaissances sont constituées de savoirs scientifiques, principalement acquis lors de la formation universitaire, et de savoirs professionnels développés dans la pratique du métier pour faire face aux problématiques rencontrées dans la classe. À ces savoirs se superposent des connaissances et des théories propres à chaque personne, rassemblées dans la littérature de recherche sous le terme de « croyances »,  « théories personnelles » ou encore « doxas pédagogiques». Accumulées au fil du temps et issues d’expériences diverses, ces croyances peuvent être individuelles, mais également partagées par de nombreu·ses enseignant·es.

Dans le prolongement du Dossier de veille Les pratiques enseignantes face aux recherches paru en février 2020, l’Edubref du mois de mars 2021 intitulé Croyances et connaissances pour enseigner se penche sur ce concept de croyances pour mieux en appréhender les contours

Pour retrouver l’ensemble des Edubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossiers de veille et nos Edubref dès leur parution, cliquez ici.

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search