Archives de catégorie : EduBref

Le métier enseignant en (Édu)bref

Ce 13ème Édubref intitulé Enseigner, c’est quoi le métier ? porte sur les caractéristiques actuelles du métier enseignant et ses mutations récentes, qui concernent en France près de 800 000 personnels d’enseignement, pour plus de 12 millions d’élèves. Dans quelle mesure leurs missions, leurs pratiques et leurs identités professionnelles ont-elles changé depuis un demi-siècle ?

Les professeur.es des écoles, des collèges et des lycées d’aujourd’hui ont succédé à une République des instituteurs et des institutrices (Ozouf et Ozouf, 1992), distincte jusqu’aux années 1970 du « métier de classe moyenne » exercé par les certifié.es et les agrégé.es de l’enseignement secondaire (Chapoulie, 1987)[1]. Des « nouveaux publics » de la massification progressive de l’enseignement secondaire aux modalités les plus récentes d’évaluation, les transformations profondes des systèmes éducatifs des dernières décennies ont peu à peu, et de façon incomplète, rapproché les statuts, la formation initiale ou la rémunération des un.es et des autres, tandis que la multiplication des responsabilités et la diversification des profils ont créé de nouvelles formes de fragmentation du corps enseignant. Ainsi, au-delà de l’imaginaire social associé à celles et ceux qui incarnent le service public d’éducation, la diversité structurelle du corps enseignant perdure (niveaux d’enseignement, contextes d’exercice, ancienneté dans la fonction, etc.).

Cet Édubref approfondit également la compréhension de ce qui fait « métier » dans l’activité ordinaire des enseignant.es. Médiée par le(s) sens donné(s) aux apprentissages scolaires, la relation aux élèves et aux classes représente un défi quotidien, que l’organisation d’un travail éducatif exercé de façon de plus en plus collaborative, au sein d’équipes enseignantes et avec d’autres professionnel.les, permet, à certaines conditions, de soutenir. Aux niveaux national, européen et international[2], les grandes lignes de force qui structurent les changements en cours – et les débats que ceux-ci génèrent – constituent autant de tensions entre des professionnalités enseignantes synonymes de pouvoir d’action, d’autonomie et de professionnalisme, et des risques liés, à court ou plus long terme, à des dynamiques de déprofessionnalisation.

Pour télécharger cet Édubref, cliquer ici.

Pour retrouver l’ensemble des Édubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossiers de veille et nos Édubref dès leur parution, cliquez ici.


[1] L’exposition « Métier d’enseignant(e), métier d’élève » organisée par le Musée national de l’Éducation (Munaé) en 2020-2021 rend compte de cette profondeur historique.

[2] Voir par exemple le récent numéro thématique sur les enseignant.es primaires et leurs spécialisations. Entre division des compétences et renforcement des formations de la Revue suisse des sciences de l’éducation (vol. 44, n° 1, 2022) ; les ouvrages Durer dans le métier d’enseignant. Regards franco-allemands (Garcia M.-L. et Lantheaume F. [dir.], 2019) ou Trente ans de pratiques de professionnalisation des enseignants. Regards internationaux (Marcel J.-F., Tardif M. et Piot T. [dir.], 2022) ; ou encore le projet de recherche européen en cours Teacher careers (France, Belgique, Royaume-Uni).

Numérique en éducation : comment chasser les mythes ?

Certaines croyances sur le numérique en éducation, parce qu’elles sont largement véhiculées par les médias et par divers acteurs et actrices de l’éducation et ne sont pas fondées sur des résultats de recherche robustes, sont des « mythes » (Amadieu et Tricot, 2020). Ainsi en est-il du lien supposé entre numérique et motivation/apprentissages, de la difficulté, voire de la résistance, à tenir compte, en contexte scolaire, des pratiques numériques extrascolaires des jeunes, et du mythe, nuisible, des natif·ves du numérique.

Or ces mythes, difficiles à contrecarrer, ne sont pas sans effets sur les apprentissages des élèves. En effet, ils comportent le risque de favoriser des inégalités scolaires, car ils donnent lieu à des pratiques peu explicites et/ou peu axées sur des fonctions pédagogiques pour lesquelles le numérique apporte une réelle plus-value pour les apprentissages, ou à une non-reconnaissance, peu émancipatrice, de pratiques numériques extrascolaires paraissant en porte-à-faux avec les attendus scolaires, ou encore à un retrait des adultes face à de soi-disant « natifs du numérique » qui ont pourtant besoin d’être accompagnés dans leurs usages éducatifs du numérique.

Comment aller au-delà de ces mythes à la fois tenaces et nuisibles ? Quelles pistes de remédiation envisager ? Dans le prolongement du Dossier de veille sur les inégalités numériques paru en octobre 2021, l’Edubref du mois de janvier 2022 intitulé Numérique en éducation : aller au-delà des mythes se penche sur ces mythes pour en dégager les contours et les pistes d’action possibles.

Pour retrouver l’ensemble des Edubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossiers de veille et nos Edubref dès leur parution, cliquez ici.

De quoi sont composées les connaissances enseignantes ?

À l’heure où les communautés éducatives et politiques souhaitent développer des modalités nouvelles d’enseignement à distance, où les conditions d’enseignement et d’apprentissage sont contestées et débattues, revenons sur ce qui fait la nature et les spécificités du travail et des connaissances enseignantes.

Un large aspect du travail enseignant consiste à savoir adopter des comportements souvent sans rapport avec la discipline enseignée, mais relatifs à l’organisation de la classe et aux interactions avec et entre les élèves. Les chercheurs M. Tardif et C. Lessard (1999) ont depuis longtemps avancé que ce sont les connaissances issues de l’expérience quotidienne du travail qui semblent être les fondements de la pratique du métier et de la compétence professionnelle. Quelle est la nature de ces connaissances utiles pour enseigner et comment se construisent-elles ?

Ces connaissances sont constituées de savoirs scientifiques, principalement acquis lors de la formation universitaire, et de savoirs professionnels développés dans la pratique du métier pour faire face aux problématiques rencontrées dans la classe. À ces savoirs se superposent des connaissances et des théories propres à chaque personne, rassemblées dans la littérature de recherche sous le terme de « croyances »,  « théories personnelles » ou encore « doxas pédagogiques». Accumulées au fil du temps et issues d’expériences diverses, ces croyances peuvent être individuelles, mais également partagées par de nombreu·ses enseignant·es.

Dans le prolongement du Dossier de veille Les pratiques enseignantes face aux recherches paru en février 2020, l’Edubref du mois de mars 2021 intitulé Croyances et connaissances pour enseigner se penche sur ce concept de croyances pour mieux en appréhender les contours

Pour retrouver l’ensemble des Edubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossiers de veille et nos Edubref dès leur parution, cliquez ici.

 

 

Naviguer à vue ou garder le cap ?

Depuis bientôt un an, les équipes de direction des collèges et des lycées ont appris à composer avec les versions successives des protocoles sanitaires, à appliquer les circulaires qui se sont succédé pour réorganiser les examens, tout en apprenant dans l’urgence à opérationnaliser le pilotage de la continuité pédagogique et éducative. D’autres inconnues de ce début d’année leur sont plus ou moins familières : dans quels espaces collectifs de travail effectuer les arbitrages liés à l’affectation des moyens de la dotation horaire globale (DHG) pour l’année scolaire 2021-2022, reçue ces dernières semaines ? Comment faire pour que les nouveaux dispositifs d’autoévaluation et d’évaluation externe des établissements, proposés par le Conseil de l’évaluation de l’École créé en juillet 2019, puissent contribuer à soutenir, accompagner et former l’ensemble des personnels ? Ou encore comment se projeter dans le tout nouveau rythme d’évaluation des personnels de direction, désormais annuel (décret du 4 février 2021) ? Ou plutôt : comment arriver à tout tenir en même temps ?

Continuer la lecture de Naviguer à vue ou garder le cap ?

L’EDD toujours d’actualité

La série Édubref, lancée par le service Veille et analyses de l’IFÉ au printemps 2018, propose en quatre pages une lecture très condensée des apports des recherches sur des questions éducatives. Les derniers numéros abordent des sujets variés comme l’école inclusive, les projets à l’école, la coopération des élèves ou l’éducation artistique et culturelle.

En 2018 les élèves et étudiant·e·s sont descendu·e·s dans la rue et ont demandé une meilleure intégration des enjeux climats dans leurs cursus. Actuellement, le rythme des textes relatifs à l’organisation de l’Éducation au développement durable (EDD) dans le système éducatif semble s’être accéléré. Ainsi ces sujets s’inscrivent dans l’agenda politique  comme en témoigne également la mis en place en 2020 du groupe de travail sur l’insertion des enjeux de la transition écologique dans le Supérieur, présidé par le climatologue Jean Jouzel.

Continuer la lecture de L’EDD toujours d’actualité

À quoi sert l’éducation artistique et culturelle?

Le 8e numéro d’Edubref, ces documents illustrés de quatre pages pour permettre une première entrée dans les recherches sur une thématique éducative, porte sur l’éducation artistique et culturelle (EAC). Entre les sorties au cinéma, les visites scolaires au musée, les interventions d’artistes dans les classes ou encore les ateliers de création théâtrales, les activités artistiques et culturelles sont omniprésentes dans l’école. Si les discours semblent généralement unanimes en leur faveur, les pratiques sur le terrain varient fortement. Quels sont les objectifs poursuivis, quelle est leur histoire ? Quels effets sur les élèves, et quelle articulation avec leurs pratiques extrascolaires ? Quelles interactions avec des institutions culturelles, avec des artistes ? Continuer la lecture de À quoi sert l’éducation artistique et culturelle?

Jusqu’où peut-on apprendre sans les autres?

Notre 7e Edubref, ces condensés de recherches en éducation de 4 pages portant sur une thématique éducative, porte sur la coopération des élèves en classe. Il aborde la question de savoir si les élèves apprennent mieux à plusieurs. Les recherches en éducation, à travers plusieurs disciplines scientifiques, apportent un éclairage de quelques-uns des aspects du travail coopératif entre les élèves, mais le plus gros du travail reste à faire par l’enseignant.e. Comment prendre en compte ce qui influence les relations entre les élèves ? Comment les entrainer à coopérer ? Comment faire en sorte que les élèves, pour les activités coopératives, apprennent davantage en groupe que seul.e.s ?

Continuer la lecture de Jusqu’où peut-on apprendre sans les autres?

The Dossier de veille’s little sister…in English

Cet article est en anglais – Lire ici le billet en français consacré à la publication du premier Edubref en 2018.

People often ask us if we could write a Dossier de veille – our series of long-form narrative litterature reviews – in a shorter, more condensed form. Indeed, most of you (of many of us, too!) usually don’t have time to read 25 to 40 pages, fascinating though they may be, about every interesting subject on educational issues.

That’s why we, the Veille & Analyses team, are launching another series in our family of EduSomething (including EduVeille, EduObs, EduPass, etc.): Edubref

Edubref is a compact version of the “Dossier de veille” and presents, on four pages, the essentials to get started  on a particular issue in education and in education research. Our readers, if the subject appeals to them, can then go further with the Dossier on the same topic. We also aim to support teachers’ trainers tackle complicated subjects with their students and to provide them with bibliographical references to engage further with the issue. The Edubref are published both in French and English, allowing us to  offer an English adaptation of our work to  readers who are not (yet) fluent in French.

There are currently six Edubref : The first Edubref adresses the question of curricula and educational content, the second Edubref focuses on the issue of student support systems: support, remediation, personalized help, support for students in difficulty, etc.. The third one is dedicated to the main reforms that have shaped the history and development of French universities over the past 50 years. The fourth Edubref is about collaborative work between teachers, The fifth Edubref presents some historical and conceptual references on the notion of inclusive school, in parallel with the Dossier de veille 127 Learning (in) Inclusive Schools, and the sixth Edubref focuses on how to implement projects that foster learning in schools.

I hope you will enjoy reading and sharing this smaller format as much as we enjoyed creating it!

Download Edubref (EN) : Where does school curriculum come from ?

Download Edubref (EN) : How should we support student’s learning ?

Download Edubref (EN) : 1968 – 2018: 50 years of university reforms

Download Edubref (EN) : Working together to teach better

Download Edubref (EN) : The origins of inclusive education

Download Edubref (EN) : Projects at school: what conditions foster learning ?

Les projets à l’école : à quelles conditions favorisent-ils l’apprentissage ?

La série Édubref, lancée par l’équipe Veille & analyses de l’IFÉ au printemps 2018, propose en 4 pages une lecture très condensée des apports des recherches sur des questions éducatives. Ce dernier numéro d’octobre 2019 est centré sur l’apprentissage par projet et sa mise en œuvre en classe.

You will discover the first Edubref in English at the end of this page.

 

Alors que le « mode projet » est une mode en soi, ce nouvel Edubref se penche sur le processus d’apprentissage des élèves ou des étudiantes[1] lorsqu’elles réalisent un projet en classe. Faut-il leur laisser tout chercher elles-mêmes ? Faut-il les guider le plus possible ? Apprennent-elles vraiment des contenus et développent-elles des compétences pour tous les projets réalisés ?

Pour les professionnelles de l’éducation, les projets pédagogiques sont encouragés et réalisés depuis plusieurs décennies, mais reposent le plus souvent sur l’engagement de certaines enseignantes qui doivent tout construire de A à Z. En effet, l’organisation scolaire centrée sur l’aspect disciplinaire et la pression des examens ne laissent pas toujours, selon une idée répandue, le « loisir » de faire des projets.

C’est pour étudier ce qui pousse les enseignantes et les établissements à pratiquer malgré tout ce « loisir » que le projet Erasmus+ Cross-curricular Teaching (CROSSCUT) a été lancé en 2016. S’intéressant à la thématique plus large de l’interdisciplinarité, il étudie les freins et les leviers dans la mise en place de différentes pratiques interdisciplinaires, dont les projets, et propose une formation aux enseignantes du secondaire. Il est évoqué dans cet Edubref.

Télécharger Edubref : Les projets à l’école : à quelles conditions favorisent-ils l’apprentissage ?

 

 

Download Edubref in English : Projects at school: What conditions foster learning?

 

 
Note

[1] L’utilisation du genre féminin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

 

Edubref : D’où vient l’école inclusive ?

La série Édubref, lancée par le service Veille et analyses de l’IFÉ au printemps 2018, propose en 4 pages une lecture très condensée des apports des recherches sur des questions éducatives. Les derniers numéros abordent des sujets variés comme le curriculum, l’accompagnement des élèves, les réformes de l’université, ou encore le travail collectif enseignant.

À l’heure où la proposition de loi Pour une école vraiment inclusive est examinée par le Sénat et où les accompagnant.e.s des élèves en situation de handicap (AESH) réclament davantage de reconnaissance, ce nouveau numéro d’Edubref présente quelques repères historiques et conceptuels sur la notion d’école inclusive, en parallèle du Dossier de veille de l’IFÉ n° 127 Apprendre (dans) l’école inclusive.

Sont développés particulièrement les textes fondateurs au niveau international et l’histoire française de la prise en charge des élèves qui ne réussissaient pas à s’adapter à l’école. La construction de filières séparées pour ces élèves « hors norme » scolaire au début du XXe siècle aboutit aujourd’hui à une situation difficile lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre l’école inclusive, c’est-à-dire de faire accéder l’ensemble des élèves à une éducation de qualité.

Spécialisé.e.s ou non, les enseignant.e.s et les différents professionnels impliqués dans l’éducation des élèves à besoins éducatifs particuliers sont ainsi confronté.e.s à des dilemmes professionnels à résoudre entre les intérêts d’un.e élève en particulier et les intérêts collectifs de leur participation à la vie sociale.

Télécharger Édubref : D’où vient l’école inclusive ?