Archives pour la catégorie Echos des colloques

Les défis de la formation des enseignants en Méditerranée

Si la devise de la faculté d’Education de Malte est « Promouvoir un public éduqué dans une démocratie participative » , les objectifs affichés du colloque Teacher Education and Educational Research in the Mediterranean semblent donner la primeur aux exigences d’un monde économique  : « Répondre à la demande croissante d’une main-d’œuvre hautement qualifiée capable de s’engager activement dans des activités sociales et professionnelles innovantes pour faire face aux défis de la société moderne« . Nous avons choisi, pour faire écho à ce colloque, de partir de la Méditerranée à la suite  de Mazawi, avant d’entamer une tournée mondiale embarqués par Cochran-Smith, deux chercheurs ayant donné des conférences pleinières lors de ce colloque.

A partir de la Méditerranée

La (encore jeune) république de Malte est emblématique à plusieurs égards car elle concentre nombre de problématiques qui peuvent être transposées au niveau mondial. D’abord, ce pays est marqué à la fois par la densité de population la plus élevée d’Europe et un faible taux de terres arables –ainsi la présidente de la république en allocution introductive a mis l’accent sur l’éducation au développement durable. Ensuite, il est situé au carrefour de nombreuses influences culturelles, la langue maltaise est la seule langue sémitique d’Europe et le bilinguisme anglais-maltais est de fait dans les écoles dès le plus jeune âge. Enfin, il est  actuellement à l’avant poste sur les chemins des migrations de la Méditerranée.

Continuer la lecture de Les défis de la formation des enseignants en Méditerranée 

La réussite étudiante vue depuis les observatoires de l’enseignement supérieur

Si les observatoires de l’enseignement supérieur présentent une certaine diversité à la fois dans leur positionnement institutionnel et dans les profils de compétences qui composent les équipes, leurs missions ont également connu des évolutions significatives au rythme des réformes des 10 dernières années et les objets sur lesquels ils travaillent se sont considérablement diversifiés. Les enquêtes d’insertion ne sont en effet plus les seules missions légales de ces structures, la mesure touche aussi désormais les questions d’accès à l’université et de réussite étudiante.

C’est en tous cas l’un des messages clairement portés par les JNO (journées nationales des observatoires) qui se sont tenues la semaine dernière à l’université de Montpellier et dont le thème central était justement « la réussite étudiante ». Ces journées ont accueilli environ 120 participants, avec plus de 100 établissements représentés, signe de la vitalité de ce réseau – RÉSOSUP – créé il y a maintenant 12 ans sur les fondations posées dès les années 1970 par le CÉREQ (à cette époque intégré à l’ONISEP) et dans les années 1990 par l’OVE.

Continuer la lecture de La réussite étudiante vue depuis les observatoires de l’enseignement supérieur 

Unisciel : 10 ans déjà et pas une ride !

Unisciel ne s’occupe pas simplement de valoriser les ressources numériques pour l’enseignement des sciences dans le supérieur. Né dans la mouvance des universités numériques thématiques (après une impulsion initiale au sein du RUCA – réseau universitaire des centres d’autoformation dans les années 1990), le groupement d’intérêt scientifique (GIS ) a su évoluer depuis 10 ans pour aujourd’hui se distinguer nettement des autres projets d’UNT.

C’est la dimension « accompagnement » qui prévaut et qui structure les activités du groupement bien au-delà de l’appui même à la conception de ressources, qui figurait aussi dans les missions premières. Au premier plan, ce sont des projets multiples visant l’appropriation de ces ressources et oeuvrant plus largement pour la transformation pédagogique des 45 établissements membres. Le numérique n’est donc plus l’entrée privilégiée dans la pédagogie, même s’il ne s’agit pas de l’évacuer bien entendu (voir le projet Socles 3 par ex., un parcours de niveau licence, en ligne, structuré et scénarisé à partir des ressources Unisciel existantes).

Les problématiques sont multiples donc, depuis la lutte contre l’échec en licence et la mise en oeuvre de la loi ORE (au coeur des journées annuelles qui se sont déroulées à l’ENS de Lyon la semaine dernière), à la prise en compte des besoins des étudiants salariés, des étudiants internationaux ou des étudiants en situation de handicap, à l’accompagnement des pratiques pédagogiques et aux transformations curriculaires (AAP NCU notamment), en passant par la diffusion de la culture scientifique auprès d’un public plus large (cf. par ex. le Mooc Quidquam  et la série-documentaire Kezako). Continuer la lecture de Unisciel : 10 ans déjà et pas une ride ! 

La géographie de l’éducation, une discipline de recherche … de la périphérie au centre ?

Histoire, philosophie, sociologie, … de l’éducation : à ces regards disciplinaires manque encore souvent à l’appel la géographie. Et pourtant, les objets éducatifs à résonance géographique ne manquent pas à l’heure actuelle. De la carte scolaire aux territoires apprenants, des projets éducatifs territoriaux (PEDT) aux réseaux d’éducation prioritaire (REP), quels sont les objets, méthodes et théories qu’investissent ceux et celles qui veulent spatialiser l’analyse en éducation ?

Continuer la lecture de La géographie de l’éducation, une discipline de recherche … de la périphérie au centre ? 

L’école inclusive, avant tout une histoire de coopération ?

Les 6 et 7 juin s’est tenu à Nîmes un colloque sur l’éducation inclusive : « Coopérer pour scolariser » . Il réunissait à l’initiative de l’Institut national supérieur de formation et de recherche handicap et besoins éducatifs particuliers (INSHEA) les acteurs et actrices de l’école, du champ social, médico-social et sanitaire, agents des collectivités territoriales, personnel des MDPH (Maisons départementales des personnes handicapées), responsables d’associations, etc.

Ce colloque annonçait dans son appel à communication la volonté de tirer le bilan de formations réalisées à titre expérimental : « Depuis 2015, en réponse à un appel d’offre de la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie), de l’Unifaf (Fonds d’Assurance Formation de la Branche sanitaire, sociale et médico-sociale), du CNFPT (Centre national de la fonction publique territoriale) et de la Dgesco (Direction générale de l’enseignement scolaire), des sessions de « Formation conjointe des personnels Éducation nationale/ESMS (Établissements et services médico-sociaux)/MDPH (Maisons départementales des personnes handicpées)/ARS (Agence régionale de santé) concourant à la scolarisation des élèves en situation de handicap » ont été organisées dans toutes les académies et dans tous les départements de France, par un consortium constitué de l’INSHEA, de l’université de Clermont-Auvergne, de l’IRTS Île-de-France (Institut régional de travail social) et de trois grands réseaux associatifs : la fédération Trisomie 21 France, l’APF et la fédération des APAJH (Association pour adultes et jeunes handicapés). Ces deux journées de réflexion et de prospective sont destinées à tirer les premiers enseignements de ces formations conjointes. Elles offriront également l’occasion de réfléchir aux enjeux, aux perspectives et aux formes de coopération entre professionnels, de penser les conditions d’association des familles à la définition et au suivi des parcours de scolarisation. »

On le voit aisément dans cette présentation, les partenaires qui travaillent ensemble au suivi et à la scolarisation des enfants et adolescent.e.s en situation de handicap sont très nombreux et issus d’horizons divers. L’enjeu majeur du colloque était ainsi de mettre en évidence, au-delà de la nécessité d’une coopération, les conditions de cette coopération et les opérations conjointes à mener à l’avenir.

Continuer la lecture de L’école inclusive, avant tout une histoire de coopération ? 

Le bien être en perspective internationale à Dublin

Le bien-être à l’école est un sujet qui polarise manifestement l’attention depuis quelques mois, comme en témoignent par exemple cette année le dossier du CNESCO sur la qualité de vie à l’école  ou le colloque d’octobre dernier sur le bien-être en éducation.

C’était aussi l’objet de la conférence annuelle du CIDREE à Dublin les 9 et 10 novembre dernier, pour le lancement de la publication annuelle du réseau ‘(« Yearbook ») : « Wellbeing in our schools : international perspectives »

L’ouvrage rassemble les contributions de 12 pays concernant cette thématique, montrant une préoccupation commune malgré des états d’avancement très différents en Europe. Ainsi,  certains pays comme l’Irlande ont intégré la notion de bien-être au coeur de leur curriculum avec des temps réservés et une série d’indicateurs opérationnels partagés tant par les personnels de l’éducation que par les élèves, les parents et les autres parties prenants de l’école. Continuer la lecture de Le bien être en perspective internationale à Dublin 

L’inclusion scolaire au menu des prochains Entretiens Ferdinand Buisson

 

La prochaine édition des Entretiens Ferdinand Buisson se déroulera à Lyon le mercredi 6 décembre 2017 (18h-20h, IFÉ- ENS de Lyon) et aura pour thème la question des recompositions scolaires induites par les politiques et les pratiques d’inclusion (participation gratuite sur inscription : http://colloques.ens-lyon.fr/eventShow/entretienBuisson2018).

La loi du 11 février 2005, qui consacre le passage de « l’intégration » à « l’inclusion » des personnes en situation de handicap en compensant les obstacles à l’autonomie et à la réussite que crée un environnement inadéquat, est devenue emblématique en particulier dans le champ scolaire. Il faut dire que dans le cas français, le nombre d’élèves handicapés scolarisés en milieu ordinaire a connu une progression de près de 80% depuis 2006. Continuer la lecture de L’inclusion scolaire au menu des prochains Entretiens Ferdinand Buisson 

A la recherche du bien-être en Education

Le colloque Le bien-être dans l’éducation : un objet de recherche pour les sciences humaines et sociales, organisé par le LabSchoolNetvork s’est déroulé du 2 au 4 octobre à Paris.

Une thématique contemporaine

La tenue de ce colloque coïncidait avec la publication du rapport scientifique du CNESCO sur la qualité de la vie à l’école,  coordonné par Agnès Florin et Philippe Guimard du CREN. Il est associé à une enquête sur la restauration et l’architecture scolaires.

Dans le contexte international, il existe actuellement de nombreuses manifestations sur le bien-être,  coordonnées par des organismes aux autorités scientifiques variées :   universités, réseaux mixtes d’institutionnels, chercheur.e.s et praticien.ne.s, organisme privé de formation professionnelle, institutions, associations :

2017 est aussi l’année d’édition du 5ème rapport mondial sur le bonheur par les Nations Unies : World Hapiness Report.

Psychologie positive, Education Nouvelle et Société Apprenante

Pascale Haag et Muriel Epstein chevilles ouvrières de cette manifestation posent le cadre de ces trois jours de rencontres, conférences et ateliers qui se tiendront entre le sous sol de l’Hôtel de Ville de Paris, et les locaux de l’EHESS. Plus de 100 intervenant.e.s, chercheuses et chercheurs, responsables institutionnels et praticien.ne.s se succèderont pendant les trois jours. Voici quelques extraits marquants de la première journée. Continuer la lecture de A la recherche du bien-être en Education 

La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (4) – symposium

Jeudi 19 octobre après-midi, dans le cadre du colloque international des didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté « Quelles références pour les didactiques de l’histoire, de la géographie, de l’éducation à la citoyenneté ? », qui fait l’objet d’un compte-rendu en quatre parties (présentation, séances plénières, ateliers, symposium) sur Eduveille, quatre interventions à plusieurs voix ont permis aux membres du réseau REPCITé (Réseau d’études pluridisciplinaires sur la citoyenneté et l’éducation), ancré dans la psychologie, de partager avec des didacticiens leurs références et quelques résultats de recherche, dans le cadre du symposium « didactique de l’éducation à la citoyenneté : contributions pluridisciplinaires des recherches menées en sciences humaines et sociales ». Continuer la lecture de La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (4) – symposium 

La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (3) – ateliers

 Impossible d’assister à l’ensemble des communications portant sur l’éducation à la citoyenneté proposées lors du colloque international des didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté « Quelles références pour les didactiques de l’histoire, de la géographie, de l’éducation à la citoyenneté ? », dont il est question dans Eduveille (présentation, séances plénières, ateliers, symposium), et encore moins à la totalité ce celles présentées lors des douze ateliers. Cinq exposés auxquels nous avons assisté permettent tout de même d’illustrer différentes approches de l’enjeu des références en didactique de l’éducation à la citoyenneté.

Jean-Charles Buttier (université de Genève) a présenté quelques réflexions à partir de sa thèse sur les catéchismes politiques français (1789-1914) lors de sa communication portant sur « l’éducation à la citoyenneté en France : un projet républicain entre prescription et contestation (1789-2015) ». Au moment des débats portant sur l’introduction d’un enseignement de morale laïque en 2013, certaines voix se sont élevées contre un possible retour à un catéchisme républicain datant de la IIIème république. S’inscrivant dans un cadre théorique historico-didactique (M.-F. Bishop, C. Heimberg), J.-C. Buttier a démontré l’anachronisme de cette crainte. Le catéchisme politique tout comme l’éducation à la citoyenneté sont des produits des années révolutionnaires (43% des catéchismes républicains de la période 1789-1914 sont publiés à cette époque, avec un pic en 1794 ; pour les catéchismes scolaires, le pic est atteint dès 1793), l’étude des rééditions successives dans les années 1790 de l’un d’entre eux montrant par ailleurs la diversité et les mutations des attributs associés à la citoyenneté. L’article 35, sur le droit à l’insurrection, de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793 (jamais appliquée) réapparaît dans un catéchisme de 1848, ici vecteur d’émancipation bien plus que d’endoctrinement. Forme sécularisée d’un apprentissage par cœur de questions-réponses, le catéchisme n’est pas au centre de la pédagogie de la IIIème République : support pédagogique décrié, associé à l’Eglise catholique, il est éclipsé dans l’éducation à la citoyenneté par d’autres outils de transmission des valeurs républicaines (manuels d’histoire d’E. Lavisse, Tour de France par deux enfants de G. Bruno).

Un atelier a été consacré au « contexte multiculturel ». Stéphane Minvielle (« L’introduction de l’enseignement moral et civique dans le contexte multiculturel de l’Ecole calédonienne : le choc des références ? », ESPE de l’université de la Nouvelle-Calédonie) a présenté le « bricolage » effectué à partir de références multiples en éducation à la citoyenneté, en partie spécifiques au contexte néocalédonien. Entre les accords de Nouméa de 1988 (création d’une collectivité territoriale sui generis, d’une citoyenneté calédonienne et naissance d’un « destin commun ») et le référendum sur l’autodétermination qui doit avoir lieu en 2018, le système éducatif néocalédonien a fait l’objet de transferts de souveraineté successifs : ainsi, l’instruction morale et civique est toujours enseignée à l’école primaire (à parité entre dimension nationale et locale), puis l’EMC au collège et au lycée (depuis février 2016). Au « bricolage » du prescrit s’ajoute celui des valeurs : françaises, occidentales, républicaines d’un côté, kanak et océaniennes de l’autre. Ces dernières sont présentées de façon éclatée dans différents textes : Charte du Peuple kanak de 2014, préambule du projet éducatif néocalédonien et rapport sur la mission d’écoute et de conseil sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie de 2016 et portées depuis 2017 par un enseignement obligatoire des fondamentaux de la culture kanak. Quelles articulations penser et pratiquer entre ces systèmes de valeurs ? Ce « bricolage » se prolonge pour les praticiens, comme ailleurs, par des enjeux liés aux cycles (programmations et progressions annuelles et triennales) et aux pratiques pédagogiques préconisées, notamment la mise en place du débat argumenté et ses difficultés.

Les trois communications suivantes ont été présentées dans le cadre de l’atelier « Valeurs et savoirs, quels enjeux sociaux ? ».

Nora Köhler (université de Genève, « Quelles références pour les valeurs transmises à l’école ? ») a proposé une analyse de discours d’enseignants d’histoire de deux cantons suisses romands, réagissant en partie à des extraits du Dictionnaire de pédagogie et d’Instruction primaire de F. Buisson. Elle utilise donc certains textes emblématiques de la IIIème République comme déclencheurs de parole pour approcher qualitativement les différentes références mobilisées de façon déclarative par les enseignants : plan d’études romand (parfois débattu), croyances religieuses privées, déclaration universelle des droits de l’homme, projet d’établissement. Sont principalement déclarés comme visés les règles de civilité (respect, tolérance, vivre ensemble) nécessaires au bon fonctionnement de l’espace classe et le développement de l’esprit critique ; les difficultés à faire valoir ces valeurs sans les prescrire transparaissent également dans les entretiens.

Anne Vézier (ESPE de Nantes, « l’enseignement laïque des faits religieux entre savoirs et valeurs, quelles références pour aborder le religieux ») s’est quant à elle intéressée aux références mobilisées par les professeurs stagiaires dans le cadre de leur mémoire professionnel. Après avoir replacé l’émergence de cet enseignement dans son contexte éducatif et scientifique, elle a situé sa propre recherche dans différents cadres théoriques, entre autres les sciences religieuses, la problématisation du philosophe M. Fabre, l’histoire qui permet de L. Febvre à A. Nef de replacer des croyances dans leur contexte, l’anthropologie de J. Bazin fondée sur l’observation de rites visibles. Elle a enfin proposé une catégorisation des références des enseignants stagiaires : histoire et sens commun de l’enseignement, inscription dans le champ des questions socialement vives, et de façon ponctuelle science sociales. En conclusion, la tension a été reprise entre « éducation à » et enseignement, l’enjeu de formation de faire émerger des références et leurs potentielles contradictions a été dégagé, la différence entre neutralité axiologique et neutralité épistémique posée et complétée par Nadine Fink (Haute Ecole Pédagogique de Vaud) par la notion d’« impartialité engagée » (T. Kelly) au cours de la discussion.

Enfin, Lola Petit (Ecole Pratique des Hautes Etudes) a développé la question de « l’enseignement laïque des faits religieux et de l’éducation à la laïcité à l’école primaire : de la pluralité des représentations à la multiplicité des références épistémologiques – Comment produire des outils didactiques sur des questions socialement vives ». Sa recherche-action l’a amenée à s’emparer de cette référence didactique, dont elle a illustré la définition par la présentation des enjeux sociaux et médiatiques, scientifiques et scolaires de son objet d’études.

En raison de la richesse du programme, d’autres communications dont les titres et les résumés se rapportent principalement à l’éducation à la citoyenneté n’ont pu être entendues. Laurence Fouache (Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, « la géographie prospective : entre formation du citoyen et formation disciplinaire ») et Marco Lupatini (« Géographie et citoyenneté » interrogent tous deux dans leur thèse de doctorat les finalités politiques de la géographie scolaire. L’éducation au patrimoine connaît également une inflexion dans le sens de l’éducation à la citoyenneté, comme en témoignent les travaux de C. Fredella (université de Milan-Bicocca, « histoire locale et construction de sa propre identité : une recherche formation dans le domaine de l’éducation à la citoyenneté ») et de ses collègues italiennes, espagnoles, suisses et français (ESPE de Marseille), menées depuis 2015 dans le cadre du projet Erasmus+ Step. Laura Trivino Cabrera (université de malaga) a développé un propos centré sur « les études culturelles et la perspective féministe dans l’éducation à la citoyenneté à travers la culture médiatique ».

Une dernière modalité de discussion a été centrée sur les références de l’éducation à la citoyenneté : le symposium dédié (4).

Pour aller plus loin

  1. F. Audigier, « Les Education à … quels significations et enjeux théoriques et pratiques ? Esquisse d’une analyse », Recherches en didactique, 13, 2012, p.25-38
  2. F. Buisson (dir.) 1911, Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris : Hachette, 1911 (2èmé édition). Consultable en édition électronique: http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/
  3. P. Kahn, « L’enseignement moral et civique : vain projet ou ambition légitime ? Eléments pour un débat », Carrefours de l’éducation, 2015/1, 39, p.185-202
  4. T. Kelly, « Discussing controversial issues : four perspectives on teacher’s role », Theory and Research in Social Education, 1986, 14, p.113-138
  5. A. Nef, L’islam a-t-il une histoire ? Du fait religieux comme fait social, Lormont, Le Bord de l’eau, 2017
  6. S. Urbanski, L’enseignement du fait religieux : Ecole, république, laïcité, Paris, Presses universitaires de France, 2016