Archives de catégorie : Echos des colloques

Le tour du monde du développement professionnel du Cnesco en trois jours… et après ?

Trois longues « pauses » méridiennes, une dizaine d’interventions faisant voyager de l’Ontario à l’Estonie, de l’Ecosse à Singapour, des échanges nourris par claviers et micros interposés… et, pour cloturer la sixième conférence de consensus internationale (CCI) du Cnesco – désormais Centre national d’étude des systèmes scolaires rattaché au Centre national des arts et métiers (Cnam) – 12 ateliers thématiques participatifs visant à formuler des préconisations pour l’avenir de la formation continue et du développement professionnel des personnels d’éducation en France. Les trois substantiels rapports scientifiques de C. Lessard (université de Montréal), R. Malet et al. (université de Bordeaux) et O. Maulini (université de Genève) qui contribueront à mettre en perspective les interventions et les notes d’expertise de leurs collègues seront mis en ligne en janvier 2021. En attendant, dans quels Dossiers de veille de l’Institut français de l’éducation se (re)plonger pour prolonger la réflexion engagée ? Continuer la lecture de Le tour du monde du développement professionnel du Cnesco en trois jours… et après ?

La science ouverte à portée de clic

Alors que, depuis début novembre, les portes des universités sont fermées à leurs étudiant·es qui ont cours en ligne, les activités de recherche continuent, sur place pour certaines nécessitant du matériel expérimental, à distance pour la plupart. Dans le champ de l’éducation, l’actualité est finalement dense car beaucoup de colloques de recherche ont été reportés du printemps 2020 à l’automne 2020, et sont au final organisés à distance. Les inconvénients sont nombreux (problèmes techniques éventuels, impossibilité de communication directe et donc échanges plus limités…) , mais soulignons ici l’intérêt de permettre à un public beaucoup plus large que d’habitude de pouvoir assister à ces colloques.

Continuer la lecture de La science ouverte à portée de clic

La LPR : vers une individualisation des carrières scientifiques ?

L’AECSE (association des chercheurs en sciences de l’éducation), comme d’autres collectifs d’enseignants-chercheurs, notamment en sciences humaines et sociales, manifeste une certaine inquiétude devant les dispositions de la nouvelle loi « recherche ». Cette loi, initialement nommée LPPR (loi de programmation pluriannuelle de la recherche), devenue LPR 2021-2030, a été débattue en procédure accélérée et adoptée à l’Assemblée nationale en première lecture le 23 septembre dernier, sans que des modifications majeures y soient apportées (elle doit donc maintenant être examinée par le Sénat et revenir en seconde lecture à l’Assemblée nationale).

Dans une rencontre organisée sous forme de webinaire le samedi 3 octobre 2020, l’AECSE souhaitait faire le point sur les conséquences de cette loi, susceptible de modifier profondément les modes de recrutement et les conditions de travail des enseignants-chercheurs, en particulier les modes de financement de la recherche.

Cette loi est-elle juste une loi de plus ou bien implique-t-elle des changements structurels ? Est-elle en rupture avec les politiques publiques menées en France depuis une vingtaine d’années, ou bien s’inscrit-elle dans une certaine continuité ?
Cet article rend compte de la grille de lecture proposée par Christine Musselin (Centre de Sociologie des Organisations, Sciences Po-CNRS), première intervenante de ce webinaire.

Selon elle, le tournant date des années 2000-2005, avec l’introduction des notions de performance et de compétition entre les établissements d’enseignement supérieur, reléguant la préservation d’une certaine équivalence hexagonale. Les réformes engagées depuis cette période s’articulent autour de trois mouvements majeurs qui portent les germes de la LPR :

1/ rendre les établissements plus autonomes :
avec la LRU de 2007 et ses « responsabilités et compétences élargies » les rendant gestionnaires de leur masse salariale et donnant aux présidents une autonomie de décision inédite, mais aussi avec l’ordonnance de décembre 2018 autorisant pour la première fois les établissements à expérimenter de nouvelles formes statutaires.

2/ soutenir, voire organiser la mise en compétition des établissements :
avec le développement de dispositifs de sélection via des appels à projets (RTRA, Campus, Licence, PRES, PIA) et de dispositifs d’évaluation (politiques contractuelles, AERES puis HCERES…), tant de la part du MESRI que des opérateurs privés (data sur les publications scientifiques, rankers…), contribuant à faire des établissements des compétiteurs

3/ favoriser des reconfigurations permettant de décloisonner universités, grandes écoles et organismes de recherche :
avec les regroupements volontaires au sein des PRES, qui ont pris un caractère obligatoire avec la Loi ESR de 2013, débouchant potentiellement sur des fusions d’établissements, donnant naissance à des « Université » majuscule, sans « s »

Continuer la lecture de La LPR : vers une individualisation des carrières scientifiques ?

La rentrée des colloques : quels savoirs entre recherche, pratiques et formation ?

Organisé par la HEP Béjune (Haute Ecole Pédagogique des cantons de Berne, du Jura et de Neuchâtel), le colloque annuel de la Société suisse pour la recherche en éducation (SSRE) s’est déroulé en ligne du 31 août au 2 septembre dernier. Des conférences plénières, des symposiums et des tables rondes ont permis à plusieurs centaines de participants de réfléchir aux « savoirs au carrefour de la recherche, des pratiques et de la formation ». Les interventions auxquelles ont permis de (re)poser la question de la nature des savoirs en éducation, de leur production collective et des acteurs, des espaces et des enjeux de leur circulation. Bref, que c’était la rentrée pour l’équipe Veille & Analyses ! Continuer la lecture de La rentrée des colloques : quels savoirs entre recherche, pratiques et formation ?

Les conférences, colloques et séminaires à distance, cela donne quoi ?

Depuis mars, avec la fermeture des universités et établissements de recherche, c’est non seulement l’enseignement mais également la recherche qui a été affectée. De nombreux séminaire ou conférences – ces temps qui habituellement rythment le travail académique – ont en effet dû être annulés, reportés ou alors basculés en ligne (voir la liste à jour des colloques sur le site de l’équipe Veille et Analyse). Qu’est ce que ces déplacements vers des espaces virtuels changent aux échanges sur le travail scientifique, et, très concrètement, comment est-ce que cela s’organise ? Quelques impressions avant la rentrée universitaire, tirées de trois évènements différents liées aux sciences de l’éducation auxquels l’autrice de ce billet a assisté : Continuer la lecture de Les conférences, colloques et séminaires à distance, cela donne quoi ?

La parole des élèves : quelles perspectives pour l’éducation ?

La célébration des 30 ans de l’entrée en vigueur de la convention internationale des droits de l’enfant lors de la journée internationale des droits de l’enfant, le 20 novembre dernier, a suivi de peu la conférence annuelle du réseau européen en éducation Cidree, qui a été organisée par le National Education Institute Slovenia le 14 novembre dernier. Cet événement accompagne la publication de l’ouvrage thématique annuel publié par les membres du Cidree, qui porte opportunément en 2019 sur le thème Student Voice in Education. Continuer la lecture de La parole des élèves : quelles perspectives pour l’éducation ?

Éducation et territoires : retour sur les 8èmes Entretiens Ferdinand Buisson

Les huitièmes Entretiens Ferdinand Buisson ont eu lieu ce mercredi 6 novembre 2019 à la bibliothèque Diderot de Lyon. La discussion a porté sur la question « Éducation et territoires : compenser les inégalités ou s’adapter à la diversité ? », une thématique particulièrement d’actualité au lendemain de la remise du rapport de la mission « Territoires et réussite » au ministre de l’éducation nationale, et un an seulement après la mise en ligne du dossier du Cnesco consacré aux inégalités territoriales. Continuer la lecture de Éducation et territoires : retour sur les 8èmes Entretiens Ferdinand Buisson

L’ »innovation pédagogique » en question

C’est autour de cette notion que tournent les travaux du laboratoire junior Usages et Critiques de l’Innovation Pédagogique (UCIP), affilié au Laboratoire Éducation Cultures Politiques. Après un premier séminaire au printemps 2019 consacré aux approches critiques et historiques de l’innovation pédagogique, avec notamment l’intervention de Françoise Cros, l’équipe a inauguré le 4 octobre 2019 cette nouvelle année universitaire par un séminaire portant sur les circulations de la notion d’ »innovation », avec deux interventions inscrites respectivement dans la science politique et dans l’histoire. Continuer la lecture de L’ »innovation pédagogique » en question

Les territoires de l’éducation au programme des prochains Entretiens Ferdinand Buisson

Pour la saison 2019, les Entretiens Ferdinand Buisson feront leur rentrée  le mercredi 6 novembre 2019, 17h-19h dans un nouveau lieu: la Bibliothèque Diderot de Lyon (site Descartes, salle « La Parenthèse » : 5 parvis René Descartes 69007 LYON). L’entrée est libre et gratuite, sans inscription.

Les Cités éducatives, lancées en 2019, sont le plus récent des dispositifs pour affronter la question des territoires qui semblent concentrer les difficultés sociales et éducatives. Du côté de l’enseignement supérieur, on s’interroge sur la polarisation des universités que risquent fort d’entrainer les Investissements d’Avenir.

La prise en compte du « local » dans les politiques éducatives françaises visait historiquement à  « donner plus à ceux qui ont moins », par exemple par les dispositifs d’éducation prioritaire dès les années 1980, ou à faire prendre en charge certains investissements par les collectivités locales. Elle n’a cependant pas remis en cause les principes constitutifs de notre système éducatif, puisque les programmes, les horaires, les statuts comme les orientations pédagogiques restent largement déterminés au niveau national.

Continuer la lecture de Les territoires de l’éducation au programme des prochains Entretiens Ferdinand Buisson

Les devoirs à la maison et le travail en classe : quels équilibres ?

Pas facile en effet pour tout le monde de gérer la question des devoirs :

Quelle que soit la situation familiale (qui peut en plus être compliquée), les devoirs ajoutent une préoccupation supplémentaire à la maison. Mais c’est en même temps un des rares moments de lien entre l’école, le collège ou le lycée, et également pour beaucoup une étape nécessaire pour une réussite scolaire très attendue.

Du côté des élèves, pas facile de faire le lien entre les souvenirs du cours et les exigences parfois obscures des enseignantes[1], surtout lorsque ces dernières ne vérifient pas systématiquement les devoirs faits.

Et les professionnelles de l’éducation sont elles aussi face à des dilemmes : faut-il faire les devoirs d’abord dans l’établissement (c’est le cas du dispositif « Devoirs faits » au collège) ? Faut-il d’abord les faire en classe, pour s’assurer que les élèves ont bien compris les consignes ? Comment les corriger à toutes les séances et garder du temps pour finir les programmes ?

C’est à toutes ces questions que, en juin dernier, une journée de formation du Plan national de formation de l’Éducation nationale a été consacrée et à laquelle l’IFÉ a participé. De nombreuses conférences et restitution d’ateliers de cette journée sont disponibles sur Eduscol.

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez creuser davantage ces questions du travail personnel de l’élève, une formation « Travail personnel dans et hors la classe » du Centre Alain Savary de l’IFÉ est prévue en novembre 2019 et en mars 2020, et d’autres ressources sont également disponibles:

Note

[1] L’utilisation du genre féminin a été adoptée dans cet article afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.