Archives de catégorie : Boîte à outils

Des outils pour lire et comprendre les recherches en éducation

Qu’est-ce qui fait la spécificité du regard didactique sur ce qui se passe en classe ? Comment travaillent les sociologues ? Quelle forme prend la validation des résultats de recherche en psychologie cognitive ou en histoire de l’éducation ? D’où viennent et que recouvrent les expressions « forme scolaire » ou encore « enseignement explicite » ? Ces questions que se posent de temps à autres les enseignant.e.s, les formateurs.trices ou les personnels d’encadrement interrogent les implicites des chercheurs.ses et les règles des différentes communautés scientifiques qui contribuent à produire des connaissances sur les systèmes éducatifs, l’enseignement et les apprentissages. Continuer la lecture de Des outils pour lire et comprendre les recherches en éducation

« Choisir son école » : les coulisses de l’enquête d’A. van Zanten accessibles sur beQuali

Dans les médias ou dans les bibliographies scientifiques sur la question centrale des inégalités à l’école, certains ouvrages reviennent régulièrement et deviennent peu à peu des « classiques » : il en va ainsi de Choisir son école. Stratégies familiales et médiations locales (2009) de la sociologue de l’éducation Agnès van Zanten, qui porte sur les stratégies parentales de choix d’établissement (principalement au niveau du collège) dans l’agglomération parisienne. Continuer la lecture de « Choisir son école » : les coulisses de l’enquête d’A. van Zanten accessibles sur beQuali

Les projets à l’école : à quelles conditions favorisent-ils l’apprentissage ?

La série Édubref, lancée par l’équipe Veille & analyses de l’IFÉ au printemps 2018, propose en 4 pages une lecture très condensée des apports des recherches sur des questions éducatives. Ce dernier numéro d’octobre 2019 est centré sur l’apprentissage par projet et sa mise en œuvre en classe.

You will discover the first Edubref in English at the end of this page.

 

Alors que le « mode projet » est une mode en soi, ce nouvel Edubref se penche sur le processus d’apprentissage des élèves ou des étudiantes[1] lorsqu’elles réalisent un projet en classe. Faut-il leur laisser tout chercher elles-mêmes ? Faut-il les guider le plus possible ? Apprennent-elles vraiment des contenus et développent-elles des compétences pour tous les projets réalisés ?

Pour les professionnelles de l’éducation, les projets pédagogiques sont encouragés et réalisés depuis plusieurs décennies, mais reposent le plus souvent sur l’engagement de certaines enseignantes qui doivent tout construire de A à Z. En effet, l’organisation scolaire centrée sur l’aspect disciplinaire et la pression des examens ne laissent pas toujours, selon une idée répandue, le « loisir » de faire des projets.

C’est pour étudier ce qui pousse les enseignantes et les établissements à pratiquer malgré tout ce « loisir » que le projet Erasmus+ Cross-curricular Teaching (CROSSCUT) a été lancé en 2016. S’intéressant à la thématique plus large de l’interdisciplinarité, il étudie les freins et les leviers dans la mise en place de différentes pratiques interdisciplinaires, dont les projets, et propose une formation aux enseignantes du secondaire. Il est évoqué dans cet Edubref.

Télécharger Edubref : Les projets à l’école : à quelles conditions favorisent-ils l’apprentissage ?

 

 

Download Edubref in English : Projects at school: What conditions foster learning?

 

 
Note

[1] L’utilisation du genre féminin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

 

Lecture des réformes en éducation grâce aux « Colloques en ligne »

C’est à l’occasion du 4e colloque international « Conditions de réussite des réformes en éducation » organisé par la Revue internationale d’éducation de Sèvres du 12 au 14 juin 2019, que le CIEP a reçu une soixantaine d’intervenant.e.s, ministres et anciens ministres de l’éducation, ainsi que des chercheur.se.s et des acteur.rice.s de l’éducation de 30 pays. L’objectif de ce colloque était de mieux comprendre comment les réformes réussissent ou sont accompagnées dans les différents pays représentés. Le texte de cadrage scientifique de Jean-Marie De Ketele, disponible en ligne, s’interroge : « peut-on identifier des facteurs qui conditionnent les effets observés des réformes entreprises ? Dégager des leviers contextualisés pour l’action grâce à ce type d’approche comparative est au cœur des finalités et de l’esprit tant des colloques internationaux que de la ligne éditoriale de la Revue internationale d’éducation de Sèvres. »

Pour en savoir plus sur ce qui s’est déroulé lors de ce colloque ouvert seulement sur invitation, trois possibilités :

  • attendre le numéro spécial de cette Revue consacré aux réformes en éducation qui est prévu pour 2020…
  • ou relire le Dossier de veille « Le changement, c’est comment ? » rédigé en 2016 par Olivier Rey et qui met en perspective les effets des changements dus aux réformes sur les acteurs et actrices de l’éducation
  • ou enfin profiter dès aujourd’hui de notre rubrique peut-être méconnue des « Colloques en ligne » qui vous donne accès aux documents complémentaires (quand ils existent) des colloques : textes, articles, audios, vidéos… La chaine YouTube du CIEP a justement publié il y a quelques jours toutes les vidéos des plénières de ce colloque, pour suivre les échanges comme si vous y étiez !

Afin de bénéficier en avant-première de cette rubrique, et ce dès la rentrée, il ne reste plus qu’à ceux et celles qui ne l’ont pas encore fait de s’abonner à notre Bulletin Veille & Analyses (trois messages par mois pour tout savoir de l’actualité des recherches en éducation) : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/abonnement.php.

 

Un cours en ligne à tester pour accompagner les collectifs enseignants

À l’initiative du Centre international d’études pédagogiques (CIEP) et de l’IFÉ-ENS de Lyon, et suite à une première journée autour de l’interdisciplinarité organisée en novembre 2017, une journée d’échanges autour du travail collectif enseignant a présenté les dernières avancées du projet « Cross-curricular Teaching » (CROSSCUT) aux enseignant.e.s français.e.s et aux personnels de direction impliqué.e.s dans le projet, ainsi qu’à des membres des CARDIE (Cellules académiques de recherche, développement, innovation, expérimentation) et de Canopé, et notamment la version pilote du cours en ligne issu du projet (https://crosscut.uab.pt/courses/course-v1:CrosscutProject+000+000/course/).

Les tables rondes, les présentations du projet et les exemples de travaux de recherche, ainsi que les échanges qui ont suivi se sont centrés sur les difficultés à instaurer une dimension collective dans les établissements et les leviers éventuels que les équipes peuvent utiliser. L’importance de l’accompagnement des collectifs enseignants à l’intérieur même des établissements a été une question centrale, aussi bien pour les enseignant.e.s que pour les personnels de direction, moins formé.e.s à l’animation d’un collectif autour de projets qu’à la formalisation de ces projets. Une des propositions de la journée serait d’inscrire des formations suivies et régulières (par exemple sous la forme de formations d’initiative locale) dans une sorte de plan de formation interne à l’établissement pour consolider ces collectifs émergents.

Pour accéder au compte-rendu de cette journée : http://ife.ens-lyon.fr/ife/partenariat/international/programmes-et-projets/crosscut/compte-rendu_journee-echanges_crosscut_15-mai-2019

Participez vous aussi au test du cours en ligne CROSSCUT

Le cours en ligne CROSSCUT est en phase de test, en anglais (la version finale est prévue en français) jusqu’au 5 JUIN : https://crosscut.uab.pt/courses/course-v1:CrosscutProject+000+000/course/ . Nous vous invitons à participer en tant qu’enseignant.e ou personnel de direction à cette phase de test en renseignant le questionnaire de début de cours, en vous inscrivant sur la plateforme, en participant aux activités des modules et aux auto-évaluations que vous souhaitez. Il n’y a pas d’ordre de préférences pour les modules, qui sont à la carte. Si vous ne disposez pas de beaucoup de temps, n’hésitez pas à ne tester qu’un seul module.

Pour nous aider à améliorer l’ensemble de ce cours, même si vous n’avez pas suivi l’ensemble des modules proposés, nous vous remercions de remplir le questionnaire final situé à la fin du cours (en anglais ou en français) ou via le lien suivant (en français).

Pour plus d’information, voir le site de l’IFÉ-ENS de Lyon.



Expérimentez de nouvelles formes de débat scientifique

La plateforme OpenEdition lance une expérimentation d’annotation en ligne de monographies, dont fait partie l’ouvrage A quoi sert la comparaison internationale en éducation ?  paru chez ENS Éditions dans la collection Entretiens Ferdinand Buisson.

Pendant la durée de l’expérimentation (jusqu’en juin 2019), l’ouvrage est ouvert à la consultation publique et tout visiteur/lecteur peut ainsi choisir de commenter tout ou partie des 5 articles de l’ouvrage (exemple).

Continuer la lecture de Expérimentez de nouvelles formes de débat scientifique

À quoi les bases de données sur les recherches en éducation peuvent-elles servir ? Un exemple suisse

Certain.e.s envisagent à l’heure actuelle, en France ou au Québec, la mise en place d’une plate-forme numérique grand public permettant, sur le modèle anglo-saxon des clearinghouses, d’avoir accès aux résultats de recherches probants afin de guider la décision politique et la pratique pédagogique. C’est à ce débat autour des outils permettant de faire connaitre des résultats de recherches aux acteurs et actrices des systèmes éducatifs que ce billet entend contribuer en présentant différents usages possibles de la banque de données sur la recherche en éducation développée depuis 1979 par le Centre suisse de coordination pour la recherche en éducation (CSRE).

Continuer la lecture de À quoi les bases de données sur les recherches en éducation peuvent-elles servir ? Un exemple suisse

Développer des compétences de « passeurs » en éducation, saison 2 !

On demande à de plus en plus de professionnels de l’éducation de  prendre en compte les travaux et les  résultats de recherche pour décliner des politiques scolaires, mettre en place des dispositifs, monter des formations ou tout simplement ajuster des pratiques éducatives. Depuis quelques temps, on utilise souvent l’expression de « passeurs » pour caractériser une partie du métier de professionnels de l’éducation : des formateurs intermittents ou à temps plein, des conseillers pédagogiques, des inspecteurs, des pilotes et coordinateurs de dispositifs, des cadres éducatifs, etc.

Comment faire ? Qu’est-ce que cela implique ? Quelle traduction concrète dans sa vie professionnelle ? Quelles recherches mobiliser ? Quels pièges et difficultés surmonter ? Pour aider à répondre à ces questions, nous avions proposé l’an dernier une première formation de « passeurs » en éducation, pour essayer de définir ensemble les compétences et savoirs qui pouvaient être utiles pour cette « fonction » ou cette « activité ».

Nous proposons une seconde édition de cette formation amendée en fonction des résultats et des enseignements tirés de la première édition.

Dans cette session 2018-2019, nous allons en effet donner un rôle plus central aux situations contextualisées dans lesquelles on peut être confronté aux résultats de recherche ou avoir besoin de les mobiliser. En partant des préoccupations  de ceux qui participeront à la formation, il s’agit d’apporter des savoirs et des outils qui prennent sens  au regard des pratiques professionnelles.

Pour le résumer autrement, il s’agit non seulement d’apporter des connaissances utiles pour savoir « lire la recherche », mais aussi de travailler ensemble sur les conditions dans lesquelles telle ou telle recherche peut être plus ou moins utile ou pertinente à mobiliser dans telle ou telle situation.

C’est pourquoi la formation est articulée en deux sessions : une première, en octobre, permettra de problématiser les questions que se posent les participants et d’y apporter de premiers éclairages à partir des savoirs des formateurs mais aussi des expériences partagées par les autres participants. La seconde session, en avril, permettra de faire le point sur les évolutions de pratiques et leurs freins, d’approfondir la réflexion théorique et de favoriser l’appropriation de la formation par un essai de réalisation d’une ressource donnant l’opportunité  de mobiliser des résultats de recherche à destination d’un public de praticiens. Entre les deux sessions, des outils d’échanges et de suivi seront mis en place.

Dans l’idéal, nous encourageons les collègues intéressés à s’inscrire aux deux sessions. Conscients aussi des contraintes rencontrées pour participer à ces 4 jours de formation, nous acceptons des inscriptions isolées à la première ou à la deuxième session, sachant que nous adapterons le programme de la deuxième session pour prévoir des modalités de différenciation en fonction des caractéristiques des publics concernées.

Attention : pour des raisons logistiques (contraintes du logiciel), il faut s’inscrire à chaque session séparément même si vous souhaitez assister aux deux…

 

Le DIPF : qu’est-ce que c’est ? Das DIPF – was ist das?

A l’occasion de la journée franco-allemande du 22 janvier, date-anniversaire de la signature en 1963 du traité d’amitié franco-allemand, dit traité de l’Elysée, par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer, nous vous proposons de découvrir le partenaire allemand (Francfort sur le Main et Berlin) de l’IFé et de l’ENS de Lyon en matière de recherches en éducation : le DIPF, Deutsches Institut für internationale pädagogische Forschung. Portrait croisé de ces deux institutions « sœurs », à l’heure où E. Macron et A. Merkel souhaitent « promouvoir notre coopération bilatérale dans les domaines de l’éducation, de la recherche, de l’innovation et de la culture » (déclaration conjointe du 22 janvier 2018) …


Continuer la lecture de Le DIPF : qu’est-ce que c’est ? Das DIPF – was ist das?

Le CIDREE, un réseau européen pour agir et réfléchir en éducation

Ni instance de coopération gouvernementale, ni association de chercheurs, le Consortium d’institutions pour la recherche et le développement en éducation en Europe (CIDREE) est un réseau original qui regroupe à ce jour 17 membres représentants chacun un système éducatif européen. Certains membres font partie de leur ministère, d’autres sont issus d’une agence éducative relativement autonome de leur gouvernement, d’autres sont localisés au sein d’une université, mais tous partagent un rôle national dans leur champ de compétences. C’est l’ENS de Lyon, via l’IFÉ, qui représente la France, l’Institut français de l’éducation ayant repris en l’occurence l’adhésion qui était assurée par l’INRP jusqu’à sa dissolution. Continuer la lecture de Le CIDREE, un réseau européen pour agir et réfléchir en éducation