Tous les articles par Marie Lauricella

Illustration podcast

Une nouvelle rubrique dédiée aux podcast

Les contenus audios podcastables font leur entrée dans l’actu Veille & analyses! 

Grâce à une liberté de tons, de sujets et de choix éditoriaux, les podcasts sont devenus depuis une dizaine d’années des formats incontournables dans le champ de la médiation scientifique. Dans le sillage des sciences humaines et sociales, les acteur·rices des sciences de l’éducation ont investi ce média pour proposer une diffusion large et un discours accessible sur la recherche.

Continuer la lecture de Une nouvelle rubrique dédiée aux podcast

“Bref, j’aurai passé ma vie de chercheur à travailler sur ce que j’aurais dû être.”

Entretien publié dans Diversité, n°201, et réalisé par Prisca Fenoglio et Marie Lauricella en septembre 2022.

Gilles Moreau est professeur de sociologie à l’université de Poitiers. Il a travaillé sur la formation et les diplômes professionnels préparés en lycée professionnel et en centre de formation des apprentis (CFA). Il a publié Le monde apprenti (La dispute, 2003), et co-dirigé La société des diplômes (La Dispute, 2011), Le CAP un diplôme du peuple (PUR, 2013), ou encore Le Bac pro, un bac comme un autre ? (Octarès, 2019). Son dernier ouvrage (2022) est un exercice d’auto-socioanalyse : S’asseoir et se regarder passer. Itinéraire d’un sociologue de province, (La Dispute, 2022).

Diversité : Qu’est-ce qui vous a amené à « entrer » dans la recherche, à devenir sociologue de l’éducation ?

Gilles Moreau : Devenir sociologue de l’éducation suppose trois choses : faire des études supérieures, se convertir à la sociologie et se spécialiser en éducation. Originaire d’un milieu populaire et rural, j’avais une probabilité très faible de faire des études supérieures, mais une configuration de socialisation singulière et la réforme Berthoin de 1959 qui entrouvraient les portes des collèges et des lycées m’ont permis d’obtenir le baccalauréat dans un contexte où à peine 25 % d’une génération y accédait. Continuer la lecture de “Bref, j’aurai passé ma vie de chercheur à travailler sur ce que j’aurais dû être.”

Vers une marchandisation de l’orientation

Article publié le 3 avril 2023 dans Les Cahiers Pédagogiques, n°584

La mise en œuvre de Parcoursup en 2018 et la réforme du lycée l’année suivante ont accru les besoins d’accompagnement à l’orientation des jeunes, renforçant ainsi un marché privé de l’orientation qui surfe sur le stress de l’inflation des choix scolaires. En effet, avec la suppression des filières pour le baccalauréat  général, et l’introduction des enseignements de spécialité pour ce dernier comme pour le baccalauréat technologique,  les élèves doivent faire des choix disciplinaires en classe de première et de terminale. Or, ces choix se révèlent cruciaux depuis Parcoursup et l’instauration de prérequis pour être admis dans les formations de l’enseignement supérieur[1].

Continuer la lecture de Vers une marchandisation de l’orientation

Jeunesses rurales et enseignement supérieur: des choix sous contraintes

Pourquoi, en France, le taux de diplômé·es de l’enseignement supérieur se réduit-il à mesure que l’on s’éloigne des grandes villes ? Pourquoi les choix de formations postbac des lycéen·nes issues des zones urbaines diffèrent-ils de ceux des lycéen·nes résidant dans des zones rurales ? Finalement, comment les territoires ruraux façonnent-ils les aspirations des jeunes qui y grandissent ? L’Edubref n° 16 « Jeunesses rurales et enseignement supérieur : des choix sous contraintes » propose en 4 pages quelques pistes de réflexion pour répondre à ces questions.

Continuer la lecture de Jeunesses rurales et enseignement supérieur: des choix sous contraintes

(Un Dossier de veille pour) comprendre Parcoursup, entre conceptions et usages

« Coup d’État numérique », « outil gestionnaire et comptable de la pénurie » (Faerber, 2023) pour ses détracteur·trices, ou instrument « plus rationnel et plus humain » (Blanquer, 2018) pour ses promoteurs, Parcoursup, plateforme numérique d’orientation vers l’enseignement supérieur a cinq ans et continue, malgré une routinisation de la procédure, à diviser fortement. Le Dossier de veille n° 142 « Parcoursup : réguler et rationaliser l’accès à l’enseignement supérieur » propose une synthèse des recherches menées sur la plateforme, pour en comprendre les mécanismes profonds et les effets qui en découlent. Continuer la lecture de (Un Dossier de veille pour) comprendre Parcoursup, entre conceptions et usages

Qu’est-ce que l’économie de l’éducation?

L’inscription de « l’économie de l’éducation » au programme de l’agrégation de Sciences Économiques et Sociales à la session 2023 révèle l’importance de ce champ d’études en économie :  ce choix implique une production scientifique vaste et donc une réelle institutionnalisation du thème dans la discipline.  En l’absence d’une note de cadrage rédigée par le jury de ce concours de recrutement des professeur.es de lycée dans cette discipline, ce billet ne propose pas d’analyse synthétique des auteurs·trices et des nombreuses publications présentées dans la bibliographie indicative de 13 pages : il cherche à comprendre les racines et les ressorts du couple « économie-éducation ». Car cette alliance ne va pas de soi. Continuer la lecture de Qu’est-ce que l’économie de l’éducation?

L’enseignement privé, entre logique marchande et logiques religieuses

L’expression du religieux et son lien avec le système éducatif français constituent une question particulièrement vive depuis le début des années 2000. Le programme de recherche Religions, discriminations et racisme en milieu scolaire (ReDISCO), coordonné par Françoise Lantheaume (Université Lumière Lyon 2 – E.A. Éducation, Cultures, Politiques) s’inscrit dans ce contexte politique marqué par le retour des religions dans une société sécularisée. Les attentats de janvier 2015 ont été l’élément déclencheur qui a motivé le lancement de cette grande enquête sociologique : l’école cristallise alors critiques, inquiétudes et interrogations sur ses missions, de la part des personnalités politiques et de la société civile. Cette institution est perçue à la fois comme incapable de faire respecter le principe de laïcité face au renouveau de l’expression du religieux, mais se trouve en première ligne de la lutte contre la stigmatisation religieuse, du racisme et de la diffusion de théories du complot.

De 2015 à 2020, l’équipe de la recherche ReDISCO s’est ainsi intéressée aux acteurs de l’éducation (enseignant·es, personnel·les de direction, conseiller·es principaux·ales d’éducation) et à la façon dont ils·elles se saisissent, dans le cadre de leurs fonctions, de la question religieuse, et des conflits liés à l’appartenance socioculturelle des élèves. Cette enquête sociologique a été menée dans 101 établissements publics et privés sous contrat (du primaire au lycée) de dix académies.

Lors de la journée d’études du 10 décembre 2021, les travaux de recherche présentés ont porté exclusivement sur des enquêtes réalisées dans des établissements privés sous contrat, qui, sur l’ensemble du territoire national, rassemblent environ 17% des élèves scolarisé·es. Il s’agissait de décrire et de comprendre, en partant de situations concrètes, comment la diversité socioculturelle est prise en compte dans ces établissements : au regard de leurs missions, comment les professionnel·les agissent-ils·elles face à l’expression du religieux, aux discriminations et au racisme ? Continuer la lecture de L’enseignement privé, entre logique marchande et logiques religieuses

Politiques de différenciation et (re)production des inégalités sociales dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Organisé avec le soutien du Réseau d’Études sur l’Enseignement Supérieur, le colloque « La construction des inégalités dans l’enseignement supérieur et la recherche » s’est tenu les 14 et 15 octobre 2021, à l’École Normale Supérieure de Lyon.

La thématique de cet évènement scientifique s’inscrit dans une actualité récente très riche, qui (re)questionne les inégalités dans l’enseignement supérieur et la recherche : celles-ci touchent les étudiant.es, les enseignantes-chercheur.es, les personnels administratifs, et creusent des disparités croissantes entre établissements, au niveau national et international. La crise sanitaire a notamment (re)mis au jour les profondes inégalités existantes entre les populations étudiantes, rappelant que l’enseignement supérieur est un espace de production et de reproduction des inégalités sociales. L’année 2020 a par ailleurs été marquée en France par l’adoption de la Loi de Programmation de la Recherche (LPR), rebattant les cartes des statuts des professions académiques et du financement de la recherche, et attisant débats et controverses sur les nouvelles fractures engendrées par cette réforme.

Continuer la lecture de Politiques de différenciation et (re)production des inégalités sociales dans l’enseignement supérieur et la recherche.