Un colloque pour réfléchir et agir sur l’ouverture des ENS

Les Écoles Normales Supérieures (ENS) « sont à la fois les formations les plus sélectives, la pointe de l’élitisme républicain, de la promesse de réussite par l’école, le travail et le mérite, et parmi celles dans lesquelles le pourcentage de boursiers reste le plus faible » (extrait du résumé du colloque). Organisé par les quatre ENS (Rennes, Lyon, Paris Saclay, Paris Sciences et Lettres), à Lyon et Paris, du 11 au 13 juin 2024, le colloque « L’égalité des chances, les diversités, l’ouverture » avait pour ambition de réfléchir à ce paradoxe et de penser le renouvèlement des profils de ses élèves et de ses étudiant·es. L’enjeu était de prendre part au débat, parfois vif, sur l’ouverture sociale des grandes écoles en France. Chercheur·es, acteur·rices politiques, cadres de l’éducation, élèves et étudiant·es ont participé aux discussions, permettant une compréhension plurielle des systèmes de l’enseignement supérieur sélectif, aussi bien conceptualisés et objectivés par la recherche, qu’incarnés par des témoignages de celles et ceux formé·es dans les ENS. Continuer la lecture de « Un colloque pour réfléchir et agir sur l’ouverture des ENS »

Veiller sur la santé mentale des jeunes

« Les études convergent : la santé mentale des adolescents s’est dégradée […]. Restons mobilisés pour le bien-être des jeunes ! » alerte la direction de Santé publique France, à la suite de la publication en avril 2024 des résultats de l’enquête EnCLASS. Le constat d’une détérioration de la santé mentale des jeunes est partagé à travers le monde : l’enquête internationale Health Behavior in School-Aged children (2022), réalisée auprès de 280 000 élèves de 44 pays, documente cette tendance générale en Europe et en Asie centrale.

À l’heure où la santé mentale des adolescent·es fait l’objet d’un intérêt grandissant, le Dossier de Veille de l’Ifé n° 148 intitulé Souffrances adolescentes : quand la santé mentale traverse les frontières de l’éducation vise à analyser les liens, les articulations et les imbrications entre les difficultés psychologiques des jeunes et les parcours d’enseignement secondaire et supérieur. Continuer la lecture de « Veiller sur la santé mentale des jeunes »

Une nouvelle rubrique dédiée aux podcast

Les contenus audios podcastables font leur entrée dans l’actu Veille & analyses! 

Grâce à une liberté de tons, de sujets et de choix éditoriaux, les podcasts sont devenus depuis une dizaine d’années des formats incontournables dans le champ de la médiation scientifique. Dans le sillage des sciences humaines et sociales, les acteur·rices des sciences de l’éducation ont investi ce média pour proposer une diffusion large et un discours accessible sur la recherche.

Continuer la lecture de « Une nouvelle rubrique dédiée aux podcast »

“Bref, j’aurai passé ma vie de chercheur à travailler sur ce que j’aurais dû être.”

Entretien publié dans Diversité, n°201, et réalisé par Prisca Fenoglio et Marie Lauricella en septembre 2022.

Gilles Moreau est professeur de sociologie à l’université de Poitiers. Il a travaillé sur la formation et les diplômes professionnels préparés en lycée professionnel et en centre de formation des apprentis (CFA). Il a publié Le monde apprenti (La dispute, 2003), et co-dirigé La société des diplômes (La Dispute, 2011), Le CAP un diplôme du peuple (PUR, 2013), ou encore Le Bac pro, un bac comme un autre ? (Octarès, 2019). Son dernier ouvrage (2022) est un exercice d’auto-socioanalyse : S’asseoir et se regarder passer. Itinéraire d’un sociologue de province, (La Dispute, 2022).

Diversité : Qu’est-ce qui vous a amené à « entrer » dans la recherche, à devenir sociologue de l’éducation ?

Gilles Moreau : Devenir sociologue de l’éducation suppose trois choses : faire des études supérieures, se convertir à la sociologie et se spécialiser en éducation. Originaire d’un milieu populaire et rural, j’avais une probabilité très faible de faire des études supérieures, mais une configuration de socialisation singulière et la réforme Berthoin de 1959 qui entrouvraient les portes des collèges et des lycées m’ont permis d’obtenir le baccalauréat dans un contexte où à peine 25 % d’une génération y accédait. Continuer la lecture de « “Bref, j’aurai passé ma vie de chercheur à travailler sur ce que j’aurais dû être.” »

Vers une marchandisation de l’orientation

Article publié le 3 avril 2023 dans Les Cahiers Pédagogiques, n°584

La mise en œuvre de Parcoursup en 2018 et la réforme du lycée l’année suivante ont accru les besoins d’accompagnement à l’orientation des jeunes, renforçant ainsi un marché privé de l’orientation qui surfe sur le stress de l’inflation des choix scolaires. En effet, avec la suppression des filières pour le baccalauréat  général, et l’introduction des enseignements de spécialité pour ce dernier comme pour le baccalauréat technologique,  les élèves doivent faire des choix disciplinaires en classe de première et de terminale. Or, ces choix se révèlent cruciaux depuis Parcoursup et l’instauration de prérequis pour être admis dans les formations de l’enseignement supérieur[1].

Continuer la lecture de « Vers une marchandisation de l’orientation »

Jeunesses rurales et enseignement supérieur: des choix sous contraintes

Pourquoi, en France, le taux de diplômé·es de l’enseignement supérieur se réduit-il à mesure que l’on s’éloigne des grandes villes ? Pourquoi les choix de formations postbac des lycéen·nes issues des zones urbaines diffèrent-ils de ceux des lycéen·nes résidant dans des zones rurales ? Finalement, comment les territoires ruraux façonnent-ils les aspirations des jeunes qui y grandissent ? L’Edubref n° 16 « Jeunesses rurales et enseignement supérieur : des choix sous contraintes » propose en 4 pages quelques pistes de réflexion pour répondre à ces questions.

Continuer la lecture de « Jeunesses rurales et enseignement supérieur: des choix sous contraintes »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search