Tous les articles par Laure Endrizzi

Glossaire sur la qualité dans l’enseignement et la formation

Pour continuer sur la question de la qualité – qui va nous mobiliser totalement les 23 et 24 novembre prochains – je signale ce glossaire trilingue anglais –  allemand – français qui vient d’être publié par le Cedefop sous le titre Glossaire sur la qualité dans l’enseignement et la formation.

240 pages qui actualisent la première version datée de 2003, en prenant en compte les récentes évolutions européennes : la création du Cadre européen des certifications (CEC – European qualifications framework for lifelong learning – EQF) et le développement du Système européen de transfert de crédits pour l’enseignement et la formation professionnels (European credit system for vocational education and training – ECVET). Un document qui a vocation à faciliter la collaboration entre les États membres et à promouvoir un langage commun (pour construire une vision commune…).

Belle réussite en tous cas que ce glossaire, avec de vraies définitions permettant d’appréhender aussi les différences culturelles. Voir par exemple le terme “apprentissage” ;  l’entrée correspondante en anglais signale la polysémie du terme français  :

Apprenticeship:
Systematic, long-term training alternating periods at the workplace and in an educational institution or training centre. The apprentice is contractually linked to the employer and receives remuneration (wage or allowance). The employer assumes responsibility for providing the trainee with training leading to a specific occupation.

Comment:

  • in French, the term ʻapprentissageʼ relates to both apprenticeship and the process of learning (see ʻlearningʼ);
  • the German ʼdual systemʼ is an example of apprenticeship.

 

Know & Pol : un projet européen pour aller au delà des bonnes pratiques

Comment les politiciens prennent-ils leur décision en matière d’éducation et de formation ? Comment les réformes sont-elles conçues, appliquées et accompagnées ? Évidemment ce billet ne va pas apporter de réponses à ces questions, mais force est de constater qu’elles se posent de façon plus urgentes qu’auparavant…

C’est en tous cas une des conclusions du projet européen Know & Pol (6e PCRD, 2006-2011), dont la conférence finale s’est tenue à Bruxelles le 23/09. Le nombre de doctorants venus de toute l’Europe pour participer à la Summer school qui précédait la conférence est un indice supplémentaire de l’intérêt porté à de telles questions. Merci à Eric Mangez et Bernard Delvaux pour l’organisation de ces 3 journées, riches en contenus et en interactions.

En bref, le projet Know & Pol a mobilisé pendant 5 ans des chercheurs et doctorants de 8 pays européens pour plancher sur les relations entre “knowledge” et “policy”. Il a ainsi permis d’impulser des recherches empiriques dans un domaine encore peu exploré, du moins en France, et de créer une communauté d’intérêt dont l’activité a vocation à perdurer au-delà du projet même (cf création du groupe Knowledge & Policy sur LinkedIn).

Plusieurs pays participants donc – Allemagne, Belgique, France, Écosse, Hongrie, Norvège, Portugal et Roumanie – et deux secteurs à l’examen : l’éducation et la santé mentale. Certains pays ont présenté une équipe dans chaque secteur, d’autres dans un seul.

Pour ce qui concerne l’éducation, l’équipe française était placée sous la direction d’Agnès van Zanten (Observatoire sociologique du changement, Sciences po Paris). Des chercheurs comme  Hélène Buisson-Fenet, Roger-François Gauthier, Margaux Le Gouvello, Nathalie Mons, Xavier Pons, Éric Verdier, etc. ont ainsi contribué au recueil et à l’analyse d’un grand nombre de données. Des chercheurs qui ne sont pas à la poursuite de la bonne pratique éducative, mais qui considèrent comme un préalable l’idée d’appréhender l’action publique dans toute sa complexité.

Il serait présomptueux de vouloir faire un compte-rendu exhaustif du projet, juste peut être offrir une vue d’ensemble des résultats à partir des quelques idées clés que j’ai retenues :

Knowledge / policy

  • Érosion des  états traditionnels, croissance de la science, montée des acteurs individuels :  knowledge => knowledges
  • Multiplicité d’acteurs : politiciens, chercheurs, groupes d’intérêts, usagers, professionnels, médias, transnationaux, etc.
  • Réflexivité : logique de contrôle => logique de coordination,  d’évaluation, d’accompagnement (post-bureaucratie)
  • Défi : trouver les « preuves » mais surtout savoir donner du sens aux connaissances disponibles, produites par une diversité d’acteurs : gouvernement => gouvernance (action publique)
  • Comparaison (évaluation, indicateurs) vs contextes (logique locale)

Knowledge as policy

  • une demande croissante du politique pour des connaissances aidant à la décision (informed policy)
  • mais surtout pour des connaissances spécifiques susceptibles de devenir des « instruments » (knowledge-based regulatory tool= KBRT)
    • Simplifiées, normatives, comparatives, positives, décontextualisées
    • Créées par des acteurs locaux, non maitrisées par les gouvernements
    • Potentiellement en conflit avec les connaissances des experts
  • experts => instruments (locaux, nationaux, supra-nationaux) –  santé mentale (connaissances locales) / éducation (évaluation) (cf. travaux de Lise Demailly)

Policy as knowledge

  • Des espaces politiques élargis, caractérisés par une co-construction des connaissances :
    • experience-based, expert, academic, state, legal, moral knowledge
    • inscribed, embodied, enacted (relation to knowledge)
  • « cross-worlds scenes » –  « sites where actors from various worlds and various kinds of knowledge are meeting » (and where knowledges may merge)
  • Intérêt de développer des dispositifs de débats (participatory devices including debates )
  • Rôle clé des acteurs locaux, en particulier des inspecteurs qui sont à la croisée de différents types de connaissances (cf travaux de Maroy / Verdier & Buisson-Fenet)
  • idée que la connaissance basée sur l’expérience est plus efficacement sollicitable dans la phase d’implémentation que dans la phase de conception d’une réforme ou d’un dispositif…

De quoi nourrir pour longtemps les réflexions de tous ceux qui comme nous, au service Veille & Analyses de l’IFÉ, s’interrogent sur la production et mise à disposition de connaissances utiles à la décision politique…

Maintenant, si vous êtes partisan d’un peu moins de connaissances théoriques, je vous invite à jeter un oeil à cette vidéo pleine de bon sens (en anglais, désolée) !

=====================

Principales publications françaises dans les 5 thèmes définis :

– The social and cognitive mapping of policy
Gauthier Roger-François & Le Gouvello Margaux (2009). L’instauration d’un « socle commun de connaissances et de compétences » en fin de scolarité obligatoire en France en 2005-2006 : « Politisation » du champ curriculaire et renouvellement des savoirs mobilisés. Know & Pol Project. 84 p.
Pons Xavier & van Zanten Agnès (dir) (2008). Mapping the knowledge producers on the French education sector: An overview of the evaluation and expertise of the education system. Know & Pol Project. 210 p.

– Knowledge and policy making (?)

– Supra-national instruments : fabrication, circulation and use
Mons Nathalie & Pons Xavier (2009). La réception de Pisa en France : Connaissances et régulation du système éducatif. Know & Pol Project. 125 p.

– National instruments : fabrication, circulation and use
Buisson-Fenet Hélène & Éric Verdier (2010). Mapping the provision of training. The role of knowledge in the regulation of regional initial vocational training and education policies (Provence-Alpes-Côte d’Azur/Rhône-Alpes Regions). Know & Pol Project. 68 p.

– Literature review and theoretical framework
Pons Xavier & van Zanten Agnès (2008). Knowledge circulation, regulation and governance. Literature review. Know & Pol Project. 52 p.

Pour en savoir plus :

– le site du projet Know & Pol : http://www.knowandpol.eu/
– les travaux français (très incomplets pour l’instant) : http://www.knowandpol.eu/-France-.html
– les articles en langue française : http://www.knowandpol.eu/Articles-en-Francais.html?rub_id=265

 

Quand la qualité des universités dépend de la confiance accordée à ses personnels

Ce n’est pas moi qui le dit, mais l’EUA – European University Association – dans un rapport rendu public dernièrement, sous le titre ‘Examining Quality Culture Part II: Processes and Tools – Participation, Ownership and Bureaucracy‘.

Il s’agit en fait du volet 2 du projet européen “Examining Quality Culture (EQC)” conduit par l’EUA en collaboration avec la conférence des recteurs allemands (HRK) et l’agence écossaise QAA (Quality Assurance Agency for Higher Education).

Le rapport fait valoir que le développement d’une “culture qualité” globale est le moyen le plus efficace de progresser qualitativement et de favoriser le changement au sein des universités : autrement dit, il s’agit d’encourager l”appropriation des personnels. Cette appropriation, délibérément aussi large que possible, peut être soutenue par la création d’espaces de débats, incluant les étudiants, mais aussi par une responsabilisation des personnels, quel que soit leur niveau hiérarchique.

Les résultats, présentés par l’auteure du rapport, Andrée Sursock, lors d’une conférence le 16/09 dernier à Bruxelles, insistent sur le fait qu’une culture qualité viable dépend d’une combinaison de facteurs à la fois externes et internes. Un environnement ouvert évitant l’écueil d’une réglementation excessive, nécessairement démobilisante pour les personnels, est plus efficace qu’une concentration / crispation sur une batterie d’indicateurs définis par des agences externes (diaporama, pdf).

Une lecture réconfortante pour certains, salutaire pour d’autres dans une version optimiste ! à faire circuler largement…

Références :
– le site du projet ECQ : http://www.eua.be/eua-work-and-policy-area/quality-assurance/projects/eqc.aspx
– le volet 2 Examining Quality Culture Part II: Processes and Tools – Participation, Ownership and Bureaucracy , réalisé par Andrée Sursock : http://www.eua.be/pubs/Examining_Quality_Culture_Part_II.pdf (2011)
– le volet 1 Examining Quality Culture Part I: Quality Assurance Processes in Higher Education Institutions, réalisé par Tia Loukkola et Thérèse Zhang (2010), qui avait mis en évidence les progrès réalisés par les pays européens pour développer des mécanismes qualité : http://www.eua.be/pubs/Examining_Quality_Culture_Part_1.pdf .

Enseigner à l’université : un métier qui s’apprend – 15 ans après

L’ouvrage de Romainville et Donnay, Enseigner à l’université : un métier qui s’apprend, a été publié en 1996. Je ne sais pas quelle a été sa réception à l’époque, car j’étais bien loin de me préoccuper des politiques d’enseignement supérieur, mais il est tout à fait frappant de constater à quel point les questions qu’il soulève et les pistes qu’il propose sont d’actualité 15 ans après…

On aurait pu penser que le sujet était autant tabou ailleurs qu’en France,  que peu de recherches abordaient frontalement cette question de la professionnalité enseignante dans le supérieur, et corrélativement que peu d’initiatives existaient…

Eh bien pas du tout ! Ailleurs, l’adéquation entre excellence de la recherche et excellence de l’enseignement est un objet de débat, pas une évidence.

Ce que les francophones appellent “développement pédagogique” se traduit par de nombreuses initiatives, allant de la formation classique à l’accompagnement plus ou moins individualisé. Bien sûr, elles sont souvent locales, militantes, disparates selon les établissements… donc peu visibles et difficiles à saisir pour les chercheurs ; et elles résultent plutôt d’une demande institutionnelle qu’elles ne sont sollicitées par les enseignants-chercheurs eux mêmes.

Mais les travaux existent, aux États-Unis depuis plus de 30 ans… Nombres d’associations professionnelles ont vu le jour : à l’échelle internationale, le POD Network et l’ICED jouent un rôle clé ; c’est avec l’appui des associations SEDA et HERDSA que le Royaume-Uni et l’Australie ont fait le choix de rendre obligatoire la formation à l’entrée dans la carrière d’enseignant-chercheur…

Le sujet semblait donc mériter que l’on s’y attarde un peu… c’est ce que confirme le dernier dossier d’actualité du service Veille et analyses de l’IFÉ, intitulé Savoir enseigner dans le supérieur : un enjeu d’excellence pédagogique.

Le moment semblait par ailleurs opportun. La modulation des services introduite par le décret de 2009 sur le statut des enseignants-chercheurs, n’a pas exacerbé l’enthousiasme… Parallèlement, la suppression du statut d’allocataire-moniteur a fragilisé l’existence des CIES, seul dispositif formel destiné à former les futurs enseignants…
Seules absences d’ombre au tableau : la création récente du réseau des SUP et indirectement l’engagement de la CPU et de la Caisse des dépôts en faveur de l’université numérique et des learning centres.

À quand des teaching and learning centres ?

Peut-on aider les étudiants à réussir leur entrée dans l’enseignement supérieur ?

A la question de savoir si on peut aider les étudiants à réussir leur entrée dans l’enseignement supérieur, on est tenté de répondre “oui, évidemment” ! Pour autant, les pouvoirs publics s’interrogent depuis plus de 20 ans sur la manière de lutter contre l’échec et l’abandon à l’université, sans obtenir de résultats satisfaisants : bien au contraire, ces phénomènes semblent s’aggraver (pas seulement en France, d’ailleurs).

Le sujet est également abondamment traité par les chercheurs : nombre d’études se sont intéressées à cette nouvelle population étudiante qui, avec la massification, peut désormais prétendre à la poursuite d’études supérieures. Les inégalités, tant en termes d’accès que de réussite, et les difficultés que rencontrent les étudiants font également l’objet d’une littérature extensive.

Alors pourquoi revenir sur le sujet aujourd’hui avec ce nouveau dossier d’actualité de la VST ? Peut être parce que c’est seulement récemment que l’on parvient à prendre effectivement toute la mesure des efforts à consentir !

… que l’on prend conscience que ces phénomènes d’échec et d’abandon ne touchent pas seulement ceux qui s’inscrivent librement à l’université (d’ailleurs de moins en moins nombreux), mais que les filières courtes (surtout STS) et les écoles d’ingénieurs, malgré la sélection qu’elles opèrent, ne sont pas épargnées ;

… que l’on accepte que ceux qui échouent sont aussi parfois ceux qui réussissaient bien au lycée, que l’on admet que le discours commun sur la baisse de niveau et l’inadéquation scolaire n’est plus tenable et que l’échec ne peut décemment plus être imputable aux seuls étudiants ;

… que l’on comprend enfin qu’il ne s’agit plus de trouver LA solution (ex : le tutorat méthodologique) qui résoudra tous les échecs, mais qu’il s’agit bien d’avoir une approche plus “holistique” qui inclut, certes, des dispositifs d’accompagnement personnalisé, mais suppose également des transformations en termes d’offre de formation, d’organisation pédagogique et de pédagogie…

Bref, ce dossier, intitulé Réussir l’entrée dans l’enseignement supérieur, se propose de faire le point sur la question. Il se concentre sur le début du parcours des étudiants et les dispositifs d’aide à la réussite qui sont aujourd’hui proposés.

Après une première partie qui s’attache à mettre en évidence les spécificités françaises en termes d’accès et de réussite, il examine dans un deuxième temps les facteurs de risque, à la fois d’ordre contextuel et individuel, qui marquent l’entrée dans la vie étudiante, à la lumière des parcours et des expériences des étudiants. Dans une troisième partie, il aborde les différents dispositifs susceptibles d’aider les étudiants à entrer dans leur nouveau métier, et met au jour les approches multidimensionnelles qui sont aujourd’hui privilégiées.

Formation VST “se repérer et organiser sa veille” : à vos agendas

La Veille scientifique et technologique de l’INRP propose pour la deuxième année consécutive une formation intitulée se repérer et organiser sa veille dans la recherche en éducation. Cette formation se déroule sur 5 jours non sécables, du 10 au 14 janvier 2011, à Lyon. Pour celles et ceux qui sont intéressés, vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire auprès du service formation de formateurs de l’INRP.

Cette formation – gratuite – s’appuie sur l’expérience des membres de la VST en matière de cartographie francophone et internationale et en matière de synthèse de la recherche contemporaine en éducation. Elle vise à fournir une sorte d’approche générale, permettant ensuite à chacun d’approfondir en fonction de ses besoins propres.

Son originalité : lier étroitement la méthode au contenu. Autrement dit, il s’agira pour les participants, de développer leurs compétences documentaires non pas seulement au travers de méthodes et d’outils bibliographiques labélisés comme tels, mais aussi à l’aune d’une connaissance nécessaire du champ de la recherche en éducation. Continuer la lecture de Formation VST “se repérer et organiser sa veille” : à vos agendas

Apprentissages nomades : que sait-on aujourd’hui ?

Alors que téléphones cellulaires, lecteurs mp3 et micro-portables se banalisent et que leurs fonctionnalités respectives sont de plus en plus convergentes, leurs usages dans l’enseignement posent question. Les travaux du Centre pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement de l’OCDE (programmes L’école de demain ou Apprenants du nouveau millénaire), ceux de l’Unesco dans le cadre du Sommet mondial sur la société de l’information, ou encore ceux du New media consortium placent néanmoins l’Internet mobile au cœur de l’éducation et de la formation du XXIe siècle. Dans cette mouvance,  de plus en plus nombreux sont ceux, chercheurs et praticiens, qui s’intéressent au potentiel pédagogique des technologies mobiles, qui innovent en expérimentant de nouveaux scénarios d’apprentissage, dans et hors la classe, tant en Europe qu’ailleurs. En quoi ces outils peuvent-ils servir la pédagogie ? En quoi préfigurent-ils une évolution des modes d’apprentissage ?

En France, les premiers jalons de l’apprentissage nomade ont été posés avec les opérations visant à doter les collégiens d’ordinateurs portables. L’apparition des clés USB dans les cartables numériques des enseignants et des élèves en 2006, couplée à la distribution de logiciels libres, en constitue un autre signe tangible, même si la distribution d’outils n’en préjuge pas l’usage. L’utilisation de la baladodiffusion pour l’apprentissage des langues et dans l’enseignement supérieur, est fortement encouragée, notamment par Educnet.

Mais le recul demeure complexe, ne serait-ce que parce que les technologies sont volatiles, que les usages ne cessent de s’inventer et que la visibilité de ces mêmes usages est souvent restreinte. L’appréhension des perspectives de ce que les anglo-saxons nomment mobile learning, doit pouvoir bénéficier des apports conceptuels de la recherche d’une part, et miser sur une mutualisation plus large des expériences d’autre part. Continuer la lecture de Apprentissages nomades : que sait-on aujourd’hui ?

Visite d’un CIO au Danemark : UU Copenhagen

Ce billet sera vraisemblablement le dernier d’une série de 5 consacrés au Danemark, suite à la visite d’études à laquelle j’ai participé fin mai. Pour mémoire, 3 (1, 2 et 3) étaient consacrés à la recherche en éducation au Danemak et aux travaux de type evidence-based education menés à la Danish School of Education (DPU), un 4e portait sur la coopération transfrontalière (DK / SE) en matière d’éducation soutenue par l’agence Öresunddirect. Et celui-ci qui se propose de rendre compte de la visite d’un CIO à Copenhague ; où l’on découvre que l’appellation “CIO” est cependant peu adaptée ; à moins que ce soit l’expression “centre d’information et d’orientation” française qui soit usurpée ?

Ungdommens Uddannelsesvejledning (UU Copenhagen) est l’un des 45 centres municipaux créés en 2004 à l’occasion de la réforme des services d’orientation au Danemark. Ces centres se concentrent sur l’accompagnement des jeunes de 12 à 25 ans dans les transitions vers l’enseignement secondaire supérieur (général ou professionnel) et vers le marché de l’emploi. Les 7 centres régionaux Studielvag, également créés en 2004, s’occupent pour leur part de l’entrée à l’université et de l’insertion professionnelle des diplômés de l’enseignement supérieur.

Toutes les politiques d’éducation sont tendues vers des objectifs chiffrés ambitieux, à atteindre pour 2015 : 95% des élèves doivent achever leur scolarité secondaire (générale ou professionnelle) tandis que dans le même temps, c’est un taux de 50% de diplômés de l’enseignement supérieur qui est visé, en droite ligne avec les recommandations de Lisbonne. Ce benchmark de 95% semble exercer une pression forte sur l’ensemble des professionnels, quel que soit leur positionnement sur l’échiquier de l’enseignement obligatoire, et les conseillers d’orientation sont ici en première ligne.

Le centre visité est le plus grand de Copenhague. Les quelques 120 employés qui y travaillent sont regroupés en 4 équipes : Continuer la lecture de Visite d’un CIO au Danemark : UU Copenhagen

Coopération transfrontalière : Oresund 2.0

Lors d’une récente visite d’études organisée par les membres danois et suédois du réseau Euroguidance sur le thème “Guidance in the bordering region of Oresund“, j’ai pu, avec 12 participants en provenance des autres pays européens, appréhender les dispositifs d’orientation déployés dans chacun de ces deux pays, tant auprès des élèves du secondaire, que des étudiants et des adultes.
Mon intention ici n’est pas de faire un compte-rendu détaillé des échanges extrêmement riches de cette semaine européenne, ni même d’en faire une analyse somme toute peu étayée et nécessairement partiale ; il s’agit plutôt de vous soumettre, de façon assez descriptive, ce que je considère finalement comme le plus marquant a posteriori (soit un peu plus d’un mois après le retour). Je retiendrais donc les visites suivantes :

  • celle de l’agence Öresunddirect à Copenhague, chargée de promouvoir la coopération dans la région frontalière d’Öresund (DK / SE), notamment en matière d’éducation et de formation,
  • et dans un 2e billet celle du centre municipal d’orientation Ungdommens Uddannelsesvejledning (UU) Copenhagen : un des 45 centres municipaux créés en 2004, qui se concentrent sur l’accompagnement des jeunes de 12 à 25 ans dans les transitions vers l’enseignement secondaire supérieur et vers le marché de l’emploi.

L’agence Öresunddirect est un service public d’information, créé pour encourager la mobilité et l’intégration des personnes (travailleurs, étudiants et apprentis) et soutenir l’activité économique dans la région frontalière de l’Öresund (3,7 millions d’habitants). Continuer la lecture de Coopération transfrontalière : Oresund 2.0

Evidence-based education à la DPU : exemple d’une revue systématique sur les compétences des enseignants

suite des billets
– « La recherche en éducation au Danemark : vers plus de centralisation »
– et  « L’école danoise d’éducation (DPU) : enseignement, recherche et bonnes pratiques »

Un des premières étapes de la revue systématique consiste à constituer l’équipe qui réalisera la « review », et donc de « recruter » les chercheurs, danois ou non, qui connaissent la problématique traitée.

Ensuite le travail se décompose grossièrement en trois temps, et s’échelonne sur une durée de 3 à 9 mois selon le cas : la documentation existante est identifiée par l’équipe du Clearinghouse, selon une stratégie de recherche prédéfinie ; chaque étude est ensuite évaluée, conjointement par les chercheurs et les membres de l’équipe du Clearinghouse, en vue de sélectionner celles qui seront retenues pour l’analyse détaillée. Enfin, ces mêmes chercheurs préparent leur réponse à la question de départ, en s’appuyant explicitement sur les conclusions extraites des études sélectionnées ; cette extraction a auparavant été réalisée en binôme par un chercheur et un membre du Clearinghouse qui sont tenus de s’accorder sur les résultats à extraire, et surtout d’en évaluer l’importance (« weight of evidence »).

Rien de bien novateur ici me direz-vous, à juste titre ! C’est dans le détail de la méthodologie que se fait la différence. Chaque étape du processus est documentée à l’aide de grilles standardisées, inspirées de celles produites par l’EPPI-centre et éventuellement ajustées en fonction du thème de la revue. Chaque décision prise, quelle que soit l’étape, est notée. La transparence du protocole d’une part et la traçabilité des décisions d’autre part constituent des éléments clés caractéristiques de la méthodologie employée. Rien n’est laissé au hasard, en apparence évidemment, ne me faites pas penser ce qui ne me viendrait pas à l’esprit !!!

La revue systématique réalisée en 2008 pour le compte du Ministère de l’éducation norvégien, intitulée Teacher competences and pupil achievement in pre-school and school (pdf, 101 pages) offre un exemple concret des différentes étapes mentionnées et de la synthèse produite à l’issue du processus de rewiewing. La question de départ était : « Which dimensions of teachers’ manifest competences can be shown, through effect studies, to contribute to pupil achievement? ». Continuer la lecture de Evidence-based education à la DPU : exemple d’une revue systématique sur les compétences des enseignants